Partagez

"Distrust is the mother of safety." [ft. Nyrah L. Rainbow] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 25 Avr - 13:18



Run, boy, run.

 
« Distrust is the mother of safety. »


   
  Courir. Toujours, jusqu'à l'épuisement. Garder une allure régulière. Éviter les accélérations ou ralentissements trop vifs. Bien réguler sa respiration. Garder le regard fixé devant soi. Ne pas tomber, de préférence.
   Cela faisait désormais sept mois que c'était son quotidien. S'entrainer, ou bien aller dans le Labyrinthe, ou encore grimper en haut d'un arbre. Sept mois qu'il faisait la même chose, inlassablement. Mais, la routine commençait sérieusement à lui peser sur le système. Clairement.
   Mais que pouvait-il faire d'autre ? C'était une vraie pile électrique ayant sans cesse besoin de se défouler. Et à part courir, il ne voyait pas réellement ce qui pourrait l'aider à évacuer cette énergie. De plus, lorsqu'il arpentait les couloirs du Labyrinthe, ou même les pistes du centre d'entrainement, il se sentait bien. Pas heureux, juste bien. En tout cas, mieux que lorsqu'il restait immobile, à ruminer des questions qu'il s'était déjà posées maintes et maintes fois. Se torturer l'esprit n'était pas une bonne chose pour un garçon comme lui.
   Et puis, il n'avait jamais subi de crises lors de ses entrainements ou quand il exécutait son job. Sa claustrophobie se manifestait généralement quand il ne faisait rien, ce qui lui rappelait qu'il était coincé. Cloitré au milieu de tous ces murs. Voilà le genre de pensées qui provoquait ses crises de panique récurrentes. Mieux valait donc ne pas y penser.

   Actuellement, il pensait plutôt qu'il aurait pu devenir coureur. Il avait de l'endurance, était rapide, et adorait courir. Oui, il aurait pu, s'il avait eu une bonne mémoire et le sens de l'orientation. Mais étant donné qu'il ne possédait aucun des deux, le boulot de trappeur lui était plus adapté. Il faisait ce qu'il aimait, tout en faisant jouer de sa créativité en créant toujours de nouveaux pièges. Finalement, il était bien content d'avoir plutôt choisi les trappeurs.

   Du coin de l’œil, il aperçut d'autres blocards courir également. L'un d'eux était face à lui, encore à une distance raisonnable. En plissant les yeux, Ethan reconnut l'un des coureurs qui avait le don de l'énerver par sa simple présence. Il avait constamment un sourire fier et arrogant sur les lèvres. Alors qu'il n'avait pas franchement de quoi se vanter. Sans même lui parler, on pouvait deviner sa débilité. Ethan la sentait à plein nez chaque fois qu'il passait près de ce garçon. Et puis sa manière de toujours tout faire pour se mettre en avant... Horripilant. Arrivés quelques mètres l'un de l'autre, les deux jeunes hommes se défièrent presque du regard. Afin de ne pas entrer en collision, Ethan effectua un petit arc de cercle sur la gauche. Malheureusement, l'autre imbécile décida de faire de même. Leurs épaules se cognèrent, manquant de faire tomber le brun au sol. Il serra les poings, continuant néanmoins sa course.

« Tocard, » siffla-t-il.

  En passant devant le centre de tirs, Ethan jeta un coup d'oeil à une jeune femme qui se tenait là, couteaux à la main. Elle avait le regard rivé aux cibles devant elle, et sa poigne était ferme sur les armes. Décidant qu'il était plus que temps de faire une pause, le jeune homme s'arrêta non loin de la brune, appuyé au mur pour reprendre son souffle.
 


 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 


Dernière édition par Ethan S. Clark le Dim 31 Mai - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSam 25 Avr - 14:08






Ou quand tu t'entraines, c'est plus fort que toi, tu peux jamais être tranquille.

ft. Ethan




        Troisième jour d'entraînement. Je commence a m'habituer à ne rien faire. Ou ne pas courir, plutôt. Mes blessures au ventre cicatrisent mieux, et (pour une fois) le Medjack qui s'occupe de moi a arboré un air satisfait. Au lieu de sa moue inquiète de tout les jours. Ça lui va mieux, le sourire. Ça m'énerve moins quand on me dit que je ne peux toujours pas courir. Parce que lorsqu'on me m'interdit de Labyrinthe, déjà ça me saoule alors vaut mieux me le dire en souriant.
Tant que c'est pas un sourire diabolique comme celui de Pearl.
Pearl.
Celle qui me vaut le fait d'être blessée et interdite de Labyrinthe.
Pas que ça me manque, sérieusement, parce que ça ne me manque pas le fait de risquer chaque jour ma misérable vie, mais rester ici à ne rien faire tandis que d'autres risquent leurs vies ... Non. Alors au moins je m'entraîne. Ce qui m'énerve c'est que chaque fois que je m'entraîne quelqu'un vient me déranger. Bon, sur le moment ça ne me dérange pas mais cette fois ci je préfèrerai un calme et un silence complet plus j'aimerai bien être seule. Pour pouvoir réfléchir. De plus en plus de souvenirs me reviennent en même temps, en ce moment. Ils concernent tous, ou presque, la même personne. Une personne qui me manque. Fait elle partie de ceux qu'on envoie dans les blocards ? Je l'espère.
Je prends mes deux armes neuves, ma dague et mon couteau de combat, que j'ai eu il y a moins d'une semaine. Je me débrouille pas mal avec ma dague, et le couteau de combat je ne l'ai pas encore essayé. Je m'étire un peu avant de me mettre en marche vers le terrain d'entraînement pour la troisième fois depuis trois jours. Je baille un instant, puis un Coureur me percute tandis qu'il court. Son sourire prétentieux collé sur le visage comme une étiquette, il ne prends pas la peine de s'excuser et continue sa course. Je soupire. Je ne le connais pas, celui la. Surement un nouveau.
Ce qui ne lui donne pas raison concernant sa prétention. Je parierai qu'en plus il est gonflé d'orgueil. Encore pire. Je lui mette un regard méprisant avant de repartir vers le centre de tirs, car je commence par les tirs ce matin.
Je prends d'abord ma dague pour me remettre dans le bain, comme on dit. Je fais quelques lancers droits, puis gauche, là où j'ai le moins de force. Puis j'attrape mon couteau de combat. Il a l'air moins puissant que ma dague. Comme c'est un couteau réservé pour le corps a corps, je ne m'étonne pas quand il rebondit sur ma cible sans s'y accrocher. Je le pose, reprends ma dague et continue à la lancer de différentes façons. Ce matin je passerais mon temps à ça. Perdue dans mes pensés, je réfléchis à tout et n'importe quoi.
De mes souvenirs à la rébellion, en passant par ma convalescence et le Bloc.
"Je me demande ce que Jared devient.", "J'en ai marre de devoir toujours m'entraîner", "Mais existe t - il vraiment une sortie ?" et "Quel est le châtiment réservé à Jonas ?" sont mes pensées les plus fréquentes.
Puis un grand boum me surprends dans mes réflexions et je sursaute. Ma dague va s'enfoncer a deux mètres de ma cible. Deux mètres à l'opposé. Oui, j'avoue, je l'ai lancée derrière moi.
Pas de commentaires, s'il vous plaît merci.
Le boum, ça doit être l'imbécile de tout à l'heure qui a foncé dans un arbre. M'étonnerai pas qu'il soit aveugle avec sa tête.
Je reprends ma dague et recommence avec une petite pointe de honte concernant mon lancer précédent.
Puis un mec brun s'arrête dans sa course juste derrière moi pour reprendre son souffle. Je lève les yeux au ciel. Encore ! Je lance ma dague une fois. Ce n'est pas l'idiot de tout à l'heure. Finalement ce n'est pas dans un arbre que l'imbécile prétentieux a foncé mais dans ce mec, surement. Il a la carrure d'un Coureur aussi, mais quelque chose me dit qu'il ne ressemble au rien à l'autre qui m'a foncé dedans tout a l'heure.
Je soupire, comprenant qu'il n'a pas l'intention de partir de sitôt, avant de faire la première chose qui me vient habituellement à l'esprit.

- Ben dis donc, je peux jamais être tranquille décidément. C'est devenu l'attraction principale ou quoi, le terrain d'entraînement ? je ronchonne, mais de façon à ne pas le vexer. Pas que ça à faire, moi, et puis après je devrai m'excuser ou alors ça dégénèrerai. Au moins, toi, tu as eu l'intelligence de ne pas me foncer dedans, contrairement à l'autre idiot. Lui il en a juste assez pour comprendre qu'il risque de mourir dans le Labyrinthe, et même j'en suis pas sûre, je ricane, sarcastique.

Je fais une petite pause pour reprendre moi aussi mon souffle. J'en profite pour détailler le nouveau venu. Il doit être plus jeune que moins d'un ou deux ans, même s'il me dépasse déjà en taille (à mon grand malheur). Il est brun aux yeux verts clairs, vraiment très clairs. Il a vraiment une carrure de coureur celui la. Peut être de Trappeur. En tout cas, c'est sur, ce n'est pas un chercheur, ni un Cuistot, bref il fait partie des suicidaires qui parcourent tous les jours ce dédale gris qui nous entoure.








©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 25 Avr - 22:57



Run, boy, run.

 
« Distrust is the mother of safety. »


   
  Franchement, à quoi cela rimait tout ça ? Ces entrainements qu'il effectuait chaque fois qu'il n'était pas dans le Labyrinthe. Lui, il faisait principalement cela pour lui. Pour évacuer toute cette énergie et cette tension en lui. Puisqu'il avait besoin de se défouler pour arrêter de se torturer l'esprit. C'était ce qui lui permettait de garder les pieds sur Terre, de conserver un semblant de raison. C'était assez égoïste de se dire qu'il faisait ça seulement pour lui. Et autant dire qu'il s'en foutait royalement.
 Cela faisait sept mois qu'il s'efforçait de garder espoir. Mais y avait-il une chance pour qu'ils sortent un jour de cet enfer ? Rien n'était moins sûr si l'on prenait en compte le fait que certains blocards étaient là depuis bien longtemps et que personne n'avait jamais trouvé le moindre indice d'une possible sortie. Alors pourquoi s'acharnaient-ils ?

 A ses côtés, la brune avait lancé sa dague. Ethan appuya ses mains sur ses cuisses, se penchant légèrement en avant. Il inspira longuement, savourant l'impression de sentir ses poumons se revigorer. La sensation de l'oxygène circulant à nouveau pleinement dans ses veines lui redonnait des forces.

 Un soupir provenant de la jeune femme le fit lever la tête.

« Ben dis donc, je peux jamais être tranquille décidément. C'est devenu l'attraction principale ou quoi, le terrain d'entraînement ? »

 Comment ça, jamais être tranquille ? En théorie, il n'embêtait personne là. Il faisait juste une micro-pause afin d'éviter une crise d’asthme. Quel mal y avait-il à ça ? Et puis, le centre d'entrainement était loin d'être une attraction. C'était comme dire que le Labyrinthe était une simple balade de santé.
 Ethan s'apprêtait donc à continuer son exercice, mais l'inconnue reprit bien vite la parole.

« Au moins, toi, tu as eu l'intelligence de ne pas me foncer dedans, contrairement à l'autre idiot. Lui il en a juste assez pour comprendre qu'il risque de mourir dans le Labyrinthe, et même j'en suis pas sûre. »

 Cette fois-ci, le jeune homme fronça les sourcils. L'autre débile qui lui avait foncé de dedans en avait-il fait de même avec cette fille ? Si c'était le cas, c'était à se demander s'il ne l'avait pas fait exprès. En tout cas, c'était assez étrange comme tentative d'approche. Très... direct.
 Néanmoins, le ton sarcastique qu'avait employé son interlocutrice l'avait interpelé. Sans s'en rendre réellement compte, il se redressa complètement, s'appuyant au mur. Ses yeux fixaient le visage de la brune, tandis qu'un sourire légèrement moqueur et amusé prenait place sur ses lèvres.

« C'est déjà pas mal, » déclara-t-il en haussant les épaules. « Certains ici ne savent même pas qu'ils peuvent mourir à chaque instant. »

  A croire que les autres, ceux qui avaient bien conscience du danger, étaient tous suicidaires. En tout cas, la jeune femme l'était aussi. Qu'est-ce qu'elle ferait là sinon ? Cet endroit était réservé aux coureurs et aux trappeurs. Il était donc évident qu'elle faisait partie des uns ou des autres. Quant à savoir ce qu'elle était exactement, il aurait fallu lui demander. Mais Ethan n'en avait franchement pas envie. Et puis, cela ne lui servirait à rien, autant l'avouer.

 « Au moins, il a le sourire, » reprit-il en jetant un coup d'oeil au tocard qui continuait de se pavaner d'un air fier. « Il a le mérite de paraitre heureux. »
 


 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 29 Avr - 18:40






Who are you boy ?

ft. Ethan




       
Le brun fronce les sourcils en entendant ma tirade. Je me retiens de rire. Soit il me prends pour une folle ce qui ne m'étonnerait pas, vu que ce serai au moins la 20ème fois que ça m'arrive, soit il réfléchit à mes propos, ce qui voudrait dire qu'il a une once d'intelligence minimum. Je préfèrerai la deuxième solution, parce que j'ai assez de relations négatives et que je préférerait qu'il y ai plus de "suicidaires" intelligents qu'idiots.
Après son apparente réflexion, il se redresse complètement, me permettant de confirmer qu'il est plus grand que moi alors qu'il est plus jeune (malheureusent) et s'appuyant au mur derrière lui. Il me fixe et, un poil interloquée, je soutiens son regard. Avant de comprendre aussitôt la situation quand un sourire moqueur illumine son visage. Parfaite copie de celui que je fais apparaître sur le mien. Quand un fauve rencontre un fauve ... eh bien on ne sait jamais comment cela va se terminer.
Puis le jeune homme hausse les épaules d'un geste désinvolte.

- C'est déjà pas mal. Certains ici ne savent même pas qu'ils peuvent mourir à chaque instant. fait - il.

Je soupire discrètement. Comme si je ne savais pas. Bon, certains ne le savent pas, je ne vais pas en vouloir à cet inconnu pour ça. Je m'étire le ventre en grimaçant, d'abord à cause des courbatures aux abdos (que je n'ai - malheureusement - pas si développés que ça) et ensuite à cause de ces foutues blessures dues aux coups de fouet d'une personne que je ne nommerai pas (n'est ce pas Pearl ?). Je fais tout de même attention a ne pas trop grimacer devant l'inconnu, car tout d'abord je ne le connais pas et je ne suis pas sûre de ses intentions - même si c'est moi qui ai engagé la conversation (si on peux appeler ça une conversation - et ensuite, même a l'homme le plus sympa du monde, tant que je n'ai pas au moins son nom, je n'avouerai pas mes faiblesses.
Ça commence d'ailleurs à m'énerver qu'a chaque fois que je me fais blesser, c'est au ventre. La première fois je me suis cassée deux côtes et j'ai frôlé la perforation des poumons à cause d'un Pisteur qui n'a eu que ça à faire, me déchirer le ventre. La seconde fois c'est la Mâtonne de la Milice qui m'a fouettée pour s'amuser pendant la bataille de la rébellion. Et c'est d'ailleurs à cause d'elle que je suis ici au lieu de courir dans le dédale gris qui m'entoure.

- Au moins, il a le sourire. Il a le mérite de paraitre heureux. continue l'inconnu.

Je hausse les sourcils. Le mérite de paraître heureux ? Parce qu'on n'est pas méritant quand on parcourt les ruelles de ce foutu Labyrinthe depuis longtemps ? Parce qu'on n'est pas méritant quand on perds espoir après avoir tout essayé ? Il m'étonne ce Coureur là. Ou ce Trappeur là. Je ne sais toujours pas s'il est l'un ou l'autre.
Je soupire. En tout cas, l'imbécile prétentieux de tout a l'heure, s'il n'est pas méritant d'être heureux dans cet enfer, il est au moins chanceux. Chanceux de n'avoir pas perdu espoir.
Même si c'est un idiot.
Je commence a m'impatienter. L'inconnu ne s'est toujours pas présenté et n'a visiblement pas envie de le faire. Et moi je n'ai pas l'intention de lui demander. Il me faut un moyen moins ... abaissant. Parce que ça me gonfle d'attendre. Si ça continue je reprends mes armes et je continue l'entraînement et puis merde.
Je soupire en jouant avec ma dague. Je fais de petites entailles sur un morceau de bois. Puis je me relève et recommence a lancer ma dague. Oh, ça aussi ça me gonfle.
Je traine un mannequin jusqu'au centre, trace une esquisse du visage de Pearl. Avec son sourire diabolique. Puis je commence à enchaîner les attaques du corps à corps avant de daigner continuer la "conversation".

- Chacun son opinion. Mais je suis sûre d'une chose. À chaque mot, j'attaque le mannequin. Son sourire, il le perdra bien vite. À moins qu'il ne soit encore plus bête que ce que je ne pensais. je dis en jetant un regard exaspéré vers l'idiot en question.

Son sourire arrogant et son air fier ne l'ont pas quitté. Je lève les yeux au ciel. J'ai tellement envie de le coller face à un Pisteur ou pire un Griffeur. Les Pisteurs sont aussi redoutables que les Griffeurs, peut être même plus , mais ils ne sont que trois, dans 3 parties différentes, et il faut avoir beaucoup de chance - pardon de malchance - pour en croiser un. Bref j'ai tellement envie de présenter ce frimeur à une de ces Créatures. Je risque vraiment de le faire, je ne vais pas tenir longtemps. C'est mon tempérament bouillant qui veut ça. Ou mon manque de tenue.
Hum.
La première solution est tout de même plus glorifiante.
Je n'arrive pas à supporter les nouveaux qui ont encore de l'espoir et qui se pavanent comme s'ils allaient être les sauveurs. Ce sont ceux qui n'ont jamais vu une seule des 4 ou 5 Créatures hantant le Labyrinthe, ni perdu un être cher, ni vu les effets des plantes maudites, comme je les appelle, les "amies" des Créatures. Grâce a ces plantes, ces animaux ont 'a tache rendue plus facile.
Non, vu sa tête, l'idiot n'a vécu aucune de ces situations.
Me concernant, j'ai les trois. J'ai vu une Créature, j'ai vu les effets des plantes et j'ai perdu quelqu'un dans les griffes du Labyrinthe.
J'arrache mon attention de l'imbécile pour la reporter sur l'inconnu.
Dont je n'ai toujours pas le nom.
Poussée par mon impatience, je coupe la tête du mannequin d'un geste assez brusque. Me giflant intérieurement pour me punir d'avoir montré, même infimement, mes émotions, je pose mon couteau de combat et m'étire. Je ne grimace pas cette fois ci.
Puis je me tourne une nouvelle fois vers l'inconnu.

- Au fait, puis - je savoir le nom de l'inconnu qui défends si bien les imbéciles heureux à tort ? je demande, légèrement moqueuse.

Oui bon j'ai craqué mais je déteste ne pas connaître mon interlocuteur. C'est frustrant. C'est énervant. Si c'était lui qui le l'avait demandé je n'aurais pas répondu et me serai esquivée en lui posant la même question. Oui, je sais,  c'est injuste que je sois impatiente de connaitre une réponse alors que je fais tout pour ne pas la donner.
Oui mais non. Je ne donne pas mon nom sans connaître celui de l'autre.
Et encore, seulement si l'autre me plait. En gros si il ne fait ni partie des Miliciens ni partie des idiots optimistes a tort. Après je ne suis pas très contraignante.
Enfin la c'est juste pour donner mon nom. Pour que j'apprécie l'autre il faut encore qu'il ne doit pas macho, pas traitre, facile à comprendre, et qu'il ne me demande jamais de livrer mes secrets.
Parce qu'eux non. Personne ne les connaitra. Jamais.
J'attends donc la réponse de l'inconnu aux yeux si clairs.
Punaise, j'adore ces yeux. Ils me font penser à d'autres yeux, aussi clairs mais en gris.
Eh c'est pas le moment de penser à Je... à lui, ça va me déprimer toute la journée. Ça me déprime encore plus depuis que j'ai la preuve qu'il est vraiment mort.
Oh mais faut que j'arrête d'y penser.
Je me reconcentre sur le moment présent en me redressant légèrement et en fixant le garçon, attendant sa réponse.








©Didi Farl - copie interdite -


Dernière édition par Nyrah L. Rainbow le Jeu 30 Avr - 19:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 30 Avr - 16:22



Run, boy, run.

 
« Distrust is the mother of safety. »


  Pour la première fois depuis son arrivée au Bloc, Ethan redoutait l'issue de la discussion qu'ils venaient d'engager. Lui, il était un garçon solitaire et vraiment pas bavard. Mais, lorsque quelqu'un avait le malheur de vouloir engager la conversation avec lui, on finissait pas le regretter. Car Ethan n'était pas une personne douce et compréhensive, toujours prête à utiliser les bons mots. Oh non, loin de là. Il était plutôt ironique, sarcastique et moqueur au possible. Jamais compatissant. Voilà pourquoi il sortait souvent "vainqueur" des discussions. Car les autres abandonnaient l'idée de sympathiser avec lui. Parce qu'il n'était pas gentil. Et ce fonctionnement lui convenait très bien. Premièrement parce qu'il était sûr qu'on ne viendrait pas l'embêter pour rien. Mais, de plus, cela lui permettait de constater qui pourrait réellement devenir son ami. Si une personne persistait à lui parler, à faire connaissance, malgré son attitude désinvolte et moqueuse, c'est qu'elle souhaitait vraiment établir un lien avec lui. C'était une sorte de test.

 Mais, il y avait aussi ceux qui n'abandonnaient pas la discussion. Pas parce qu'ils étaient déterminés à le connaitre, mais plutôt parce qu'ils étaient comme lui. Et des gens comme ça, Ethan n'était pas habitué à en croiser. Quand c'était le cas, mieux valait y être préparé.

  Aujourd'hui, le brun ne s'attendait pas à ce que la jeune femme à ses côtés lui rende son sourire sarcastique. Il était persuadé que l'expression qu'elle affichait était la même que celle qui se trouvait sur son propre visage. Et ça, cela ne présageait rien de bon.

 La brune soupira et recommença à lancer sa dague. Pendant ce temps, Ethan effectuait quelques étirements. Surtout ceux des quadriceps, là où ce faisait principalement ressentir la douleur. Du coin de l’œil, il vit l'inconnue trainer un mannequin jusqu'au centre et entamer un entrainement au corps-à-corps. Préalablement, elle avait dessiné l'esquisse d'un visage. Ethan ne parvenait pas à en distinguer l'identité, mais il en déduit que c'était quelqu'un qu'elle n'appréciait pas. Logique quoi.
 A la surprise d'Ethan, la fille reprit la conversation, tout en continuant de cribler de coups le mannequin.

« Chacun son opinion. Mais je suis sûre d'une chose. Son sourire, il le perdra bien vite. À moins qu'il ne soit encore plus bête que ce que je ne pensais. »

 Elle lança un rapide coup d'oeil méprisant au tocard. Et Ethan haussa les épaules. Encore une fois. C'était un peu sa manière de dire "au pire, on s'en fout". Parce que, clairement, il n'en avait rien à faire du fait que ce gars perde ou conserve son sourire. Il pouvait même perdre toutes ses dents que le trappeur continuerait à vivre sa petite vie sans se soucier le moins du monde de cet imbécile.

 Maintenant, on maintient la jambe le plus en arrière possible, en tenant son pied contre son postérieur. Ethan grimaça légèrement en sentant les muscles de sa cuisse tirer. Mais, la douleur laissa bien vite place au soulagement, à la sensation de tous ses membres se détendant.
 Et pendant ce temps, il réfléchit aux précédentes paroles de la brune...

  En effet, si ce tocard était un nouveau, il devait tout simplement être gonflé d'espoir. Ouais, j'vais trouver la sortie. Ouais, j'suis le plus rapide ici. Ouais, j'vais sortir tous ces idiots incapables de là. Ouais j'suis le meilleur. Vu l'attitude de ce gars, Ethan imaginait parfaitement le genre de pensées qui devait traverser son esprit à longueur de temps. De l'espoir prétentieux.
 Comme si un idiot pareil pouvait être capable d'aider qui que ce soit. Rien qu'à voir son air, on pouvait facilement comprendre qu'il devait peu utiliser ses neurones. En supposant qu'il en ait.

 Ethan se souvenait des semaines ayant suivie son arrivée au Bloc. Il avait espéré trouver une sortie. Pendant les premiers mois, il avait continué à se dire que personne n'était assez cruel pour laisser des adolescents livrés à eux-mêmes dans un Labyrinthe. Mais il avait fini par comprendre que si, des gens comme ça existaient. Et maintenant, il donnerait cher pour connaitre la raison qui poussait ces personnes à agir ainsi. Quelle était la cause pour laquelle certains blocards mourraient ?

 Un bruit sourd à quelques mètres le sortit de ses pensées. Il relâcha sa jambe et vit la tête du mannequin rouler vers lui. Quand il releva les yeux vers l'inconnue, il put facilement deviner son impatience, ainsi que son énervement.

« Au fait, puis-je savoir le nom de l'inconnu qui défend si bien les imbéciles heureux à tort ? »

  Un sourcil relevé en signe de défi, Ethan croisa les bras sur son torse. Son nom ? Ce n'était rien de bien important, il n'y avait aucune raison pour qu'il ne lui dise pas. Cela n'allait pas permettre à la brune de déceler la moindre de ses failles ou de ses pensées. Bien sûr que non. Pourtant, le ton qu'elle avait employé dissuada le brun de répondre. Elle avait été moqueuse, ironique et sarcastique. Tout ce qu'il était en fait. Il n'était donc pas question qu'il se comporte comme tout être civilisé l'aurait fait. Il ne ferait pas d'efforts, et se contenterait d'être naturel, puisque c'était ce qu'elle semblait faire.  

« Je ne défends personne. Ce n'est pas comme s'il avait besoin de moi pour paraitre con, » répondit-il avec un sourire en coin.

  Non, il ne répondait pas à la question. Oui, il était un chieur, surtout que donner son nom était loin d'être compliqué. Mais il aimait bien faire tourner les autres en bourrique, il n'y pouvait rien...

 « Et moi, puis-je savoir le nom de l'inconnue trancheuse de mannequin ? » reprit-il sans quitter son sourire purement ironique.

Répondre en retournant la question, quelle tactique subtile pour esquiver. Franchement, il adorait faire ça. Habituellement, il le faisait lorsqu'on lui posait des questions bien trop indiscrètes à son goût. Mais là, il avait envie de voir comment réagirait la brune. En attendant, il continuait de la fixer comme elle le faisait.
 


 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageJeu 30 Avr - 20:05






Who are you boy ?

ft. Ethan




Devant moi, l'inconnu lève un sourcils et croise les bras. Attitude de défi, moqueuse. Sans m'en rendre compte, je hausse les deux sourcils, un air ironique scotché sur le visage. J'attends la réponse de cet inconnu qui cogite un instant avant de répondre.

- Je ne défends personne. Ce n'est pas comme s'il avait besoin de moi pour paraitre con, me dit l'autre.

Un sourire en coin. Je souris moi aussi un instant, amusée par la tirade. Il a raison. De toute façon, aucun con n'aura jamais besoin de personne pour l'être. C'est logique et c'est pour ça qu'il y a des cons. Je soupire un peu avant de me rendre compte que le brun n'a pas répondu à ma question. Je fronce légèrement les sourcils, un peu énervée. Exactement ce que je ne voulais pas. A l'air de mon interlocuteur, je comprends qu'il a fait exprès. Et ça me donne envie de le secouer jusqu'à ce qui me donne la réponse.
Je vous l'avais dit, tempérament bouillant.
Impatient.
Méfiant.

- Et moi, puis-je savoir le nom de l'inconnue trancheuse de mannequin ? me demande t - il.

Je soupire intérieurement. M'énerve. Répondre à une question par une question c'est totalement déloyal !
Euh, deux secondes. Pardon. Moi aussi s'il m'avait posé la question, j'aurais fait la même chose. C'est pour ça que je m'empêche de lui en vouloir.
Même si son sourire ironique m'énerve. Bon, je ne me hérisse pas comme je l'aurais fait depuis longtemps en temps normal, et je me calme en esquissant un sourire ironique moi aussi.
L'inconnue trancheuse de mannequin ? Mwais ça le fait pas trop si vous voulez mon avis. L'inconnue à la dague tranchante irait mieux. Ou pire, l'inconnue à la langue aussi tranchante que son arme. Un peu long par contre. Je m'avance de quelques centimètres vers le Coureur (ou le Trappeur, je n'en sais toujours rien) et m'adosse contre le mur en jouant avec mon arme. Posture décontractée, qui montre bien que je suis dangereuse pour une fille. Bon, je ne suis pas la seule du Bloc, toutes celles qui manient les armes sont dangereuses. Mais cette posture, je l'utilise pour impressionner un peu, la plupart du temps cela décourage ceux qui me cherchent des poux. Encore plus depuis que j'ai une dague, j'ai remarqué. Par contre, la moitié des blocards ne sont pas impressionnables. Ça ne marche donc pas à tous les coups.
Ou alors, ceux qui ne sont pas impressionnés sont justes cons. Comme l'imbécile prétentieux qui vient de nous passer devant en bombant ses muscles. Je lui jette un coup d’œil méprisant avant de continuer à jouer avec mon arme. Il n'est pas digne d'attention. D'ailleurs je devrai peut - être le prévenir que si sa tête gonfle trop comme elle le fait en ce moment, elle va finir par exploser. Ça m'étonne qu'elle ne l'ai pas déjà fait.
Au fait, je dois trouver le moyen de répondre au brun sans répondre. Esquiver la question, en gros.
Je décide de ne pas tourner autour du pot cette fois - ci et d'attaquer.
J'en ai marre d'attendre.

- Je préfère l'inconnue trancheuse de têtes, ça le fait mieux. je dis, un sourire cette fois franc sur le visage. Bien vite remplacé par son jumeau sarcastique. Il y a une raison au fait que tu esquives ma question ? Tu as peur de donner ton nom ? Je ne vais pas te manger tu sais.

Voilàààà.
La plupart des gens n'aiment pas quand je fais ça. Ils n'aiment pas quand l'autre attaque. Ils n'aiment pas quand il prends un ton provocant ou ironique. Ils n'aiment pas.
Et je fais exactement ça.
J'aime pas le fait d'attendre. Attendre, c'est comme patienter à quelque chose qui viendra ou pas.
Tu attends quelqu'un ? Pas de problème, il va arriver.
Tu attends une réponse ? Cela dépends si tu dois la soutirer ou pas.
Tu attends le bonheur ?
Ici tu peux attendre vingt ans que tu ne l'auras pas.
La seule once de bonheur que j'ai eu ici a disparu entre les griffes d'un Pisteur.
Le seul rayon de soleil que j'ai connu ici s'est fait étouffer par le désespoir que recèle le Labyrinthe.
Pas la peine d'espérer.
Quelques instants magiques pour une vie de terreur. Une vie de malheurs.
Une vie morne et grise avec quelques rares couleurs.
Concernant ma vie, maintenant, elle est toute noire.
Noire d'amertume et de méfiance.
Bien malin celui ou celle qui parviendra à y insérer quelques taches colorées.









©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageVen 1 Mai - 21:31



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


 Même s'il continuait d'afficher une moue sarcastique, la conversation amusait beaucoup Ethan. En fait, la fille face à lui semblait avoir du mal à contenir son énervement. Il n'était pas sûr que ce soit principalement à cause de lui, mais c'était amusant quand-même. Voilà un des avantages d'avoir de la patience; les gens pouvaient moins facilement vous pousser dans vos retranchements.

Pourtant, la brune se reprit bien vite et recommença à afficher son sourire ironique. Ce qui commençait franchement à agacer le trappeur. Parce que c'était SON sourire moqueur, sa marque de fabrique, qu'on n'avait pas le droit de lui piquer.

Alors qu'Ethan demeurait immobile, ses bras toujours croisés sur son torse, la jeune femme s'approcha de lui pour finalement aller s'appuyer sur le mur. Elle se mit alors à faire tourner sa dague entre ses doigts, un sourire décontracté sur les lèvres. Et le brun ne savait pas s'il devait clairement rire ou froncer les sourcils. Parce que, s'il le fallait, il pouvait aussi sortir sa dague et l'envoyer s'enfoncer à quelques centimètres de sa joue. Il pouvait le faire sans aucun regret. Mais à quoi bon ? Elle voulait certainement juste l'impressionner. Pas la peine d'en faire de même, cela ne servait à rien.

« Je préfère l'inconnue trancheuse de têtes, ça le fait mieux. »

L'inconnue trancheuse de têtes ? Ahah, c'était ridicule. Il aurait peut-être fallu qu'elle se fasse à l'idée que ce qu'elle venait de décapiter, ce n'était qu'un mannequin. Et que cela n'aurait aucune répercutions sur la vraie personne. Ethan songea un instant à la prévenir, puisqu'elle ne semblait pas s'en rendre compte. Mais il ne le fit pas, puisqu'elle continua;

« Il y a une raison au fait que tu esquives ma question ? Tu as peur de donner ton nom ? Je ne vais pas te manger tu sais. »

 Encore un nouveau sourire. Peut-être qu'elle allait finir par avoir une crampe de la mâchoire, qui sait ? Histoire de continuer sur sa lancée, Ethan lança d'un ton moqueur :  

« Comment t'as deviné ? En fait, après le traitement que tu as fait subir à ce pauvre mannequin, j'ai renoncé à l'idée de te faire part de mon identité. » Il haussa les épaules en prenant une moue peureuse. Mais, il reprit bien vite son sourire atrocement moqueur. « Et toi, tu as peur que je cours le répéter à tout le monde ? Ou alors que je fasse des recherches sur toi en questionnant chaque personne du Bloc ? »

 Bien sûr, il ne ferait jamais une chose pareille. C'était une perte de temps inutile, même pour les blocards. Parce qu'il n'était pas du genre à vouloir à tout prix tout connaitre des gens l'entourant. Loin de là. En fait, il s'en fichait pas mal, du nom de la fille. A vrai dire, cela ne lui apprendrait pas grand-chose sur elle. Il préférait observer son comportement pour mieux la connaitre. Les gestes étaient bien plus significatifs qu'un nom. Mais puisqu'elle voulait jouer à l'emmerder par son ironie, il ferait pareil. Parce qu'il était chiant, et qu'il adorait cette partie de sa propre personnalité.


Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSam 2 Mai - 12:19






Si t'essaie de me faire péter un
boulon,


... ben je te conseille de partir en
courant.

ft. Ethan




      Bon, marre de jouer avec cette fichue dague. je la lance et elle va se planter dans un arbre. Je m'étire les bras, aïe, ça fait mal. Puis le jeune homme réponds avec son air atrocement moqueur, que je commence à détester.

- Comment t'as deviné ? En fait, après le traitement que tu as fait subir à ce pauvre mannequin, j'ai renoncé à l'idée de te faire part de mon identité. me dit - il, avec un air faussement peureux qui me fait hausser les sourcils de mépris. Puis il continue sur sa lancée : Et toi, tu as peur que je coure le répéter à tout le monde ? Ou alors que je fasse des recherches sur toi en questionnant chaque personne du Bloc ?

Je soupire. Il n'a rien compris. Ça, ça ne me ferai pas peur du tout parce que je m'en fous royalement, qu'on me connaisse ou pas. Enfin, pas totalement mais je crois que les autres s'en foutent royalement. Oui, ça contredis ce que je disais avant, que je ne voulais pas donner mon nom à des inconnus mais bon, quand on me dis ça comme ça je comprends à quel point je suis moi - même un peu ridicule dans mes pensées. Mais le ridicule ne tue pas.
Enfin ... normalement. Et faire des recherches sur moi ? Il peut, la seule chose que je détesterai qu'il apprenne pour l'utiliser contre moi ce serai la mort d'un certain Coureur auquel je tenais beaucoup (trop) mais après la plupart des anciens connaissaient Jeff. Et donc savent ... bref, je me force à éloigner ses pensées noires de ma tête. Et réfléchit à un moyen de répondre.

- Non, je n'ai pas peur. Je t'en prie, va questionner les gens, je dis avec un sourire sarcastique. Et puis zut, ne me donne pas ton nom, qu'est ce que j'en ferai de toute façon ? T'es rien à mes yeux et tu m'apportes pas grand chose. Ça sert à rien, alors, je dis en baillant puis en me dirigeant vers mon terrain d'entrainement.

D'un geste désinvolte, j'arrache mon dos au mur. Puis je m'étire longuement, en faisant bien attention à mon abdomen, qui est encore douloureux. Pourquoi c'est toujours ici qu'on me blesse ? je pense en grimaçant quand une douleur vient à surgir très violemment. Je retiens de justesse un gémissement. Manquerait plus que ça, j'ai pas envie de conforter le Coureur/Trappeur dans sa fausse pensée de gagnant de notre joute verbale. Aucun des deux n'a "gagné". Donc j'ai rompu le combat sans donner mon nom. Et puis merde, s'il me redemande qui je suis je le lui dirai, marre de devoir esquiver.
Marre d'avoir mal à cet idiot de ventre.
Marre, oui marre de devoir courir dans ce foutu Labyrinthe.
Marre !
Faux mouvement dans mon étirement, je vacille dans mon équilibre précaire. Et je ne tombe pas. Ouf ! Par contre, quand je me suis redressé pour ne pas basculer, je me suis fait encore plus mal au ventre. Et là j'ai pas pu retenir mon gémissement. Un petit, mais je ne sais pas s'il a été inaudible ou pas. Et merde !
Et merde encore plus quand je vois une tache de sang sur mon t - shirt, à l'endroit d'un des coups de fouet. Je croyais que les cicatrices étaient refermées ?
J'entends déjà la voix du Medjack quand il va s'en apercevoir. J'suis bonne pour être enfermée à l'Infirmerie jusqu'à la fin de mes jours. Re - merde. Je m'assois sur un rocher. J'espère que ce foutu mec brun va partir bientôt, que je puisse voir les dégâts, si je peux le cacher aux Medjacks ou pas.







©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 9 Mai - 11:11



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


 Encore une fois, Ethan contemplait la lame de la dague fichée dans le mur. A en juger par ses gestes légèrement impatients, la fille ne devait pas être ravie par la conversation. Lui, il l'était. D'une certaine manière. Énerver les autres faisait bien souvent parti de ses passes-temps.

« Non, je n'ai pas peur. Je t'en prie, va questionner les gens. Et puis zut, ne me donne pas ton nom, qu'est ce que j'en ferai de toute façon ? T'es rien à mes yeux et tu m'apportes pas grand chose. Ça sert à rien, alors. »

 Encore et toujours le même air sarcastique. A croire que ses expressions étaient les copies-conformes des siennes. Exaspérant. Le jeune homme leva exagérément les yeux au ciel, trouvant les réparties de son interlocutrice de plus en plus plates. C'en devenait presque ennuyant. Le "t'es rien" aurait pu être dégradant, mais Ethan le prit plutôt comme une marque de lassitude. Et puis, c'était réciproque. Il se fichait complètement du nom de la fille. Le savoir ou l'ignorer ne changerait strictement rien à son existence. D'ailleurs, ce n'était pas lui qui l'avait demandé en premier, à l'origine.
 Alors qu'il s'apprêtait à lancer une nouvelle moquerie, un faible gémissement parvint à ses oreilles. Ethan fronça les sourcils et se tourna en direction de la brune. Celle-ci avait quitté le mur et était désormais installée sur un rocher. En plissant les yeux, le trappeur put distinguer une tâche au niveau de son ventre. A la manière dont elle grimaçait, il y avait de fortes chances que ce soit du sang.
 Avec un rictus ironique, Ethan avança de quelques pas.  

« Bah alors, on s'est fait mal ? »

  La blessure de la fille était peut-être grave. Il ne savait pas comment elle l'avait eue. Mais il n'en avait rien à faire. Ce n'était pas dans ses habitudes de compatir pour qui que ce soit. Ethan se contenta donc d'un signe de la main, son sourire moqueur toujours accroché à son visage. Puis il reprit ses foulées, tranquillement.


Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageJeu 14 Mai - 14:44






Une blessure n'est qu'un

témoignage,

une preuve de courage.

ft. Ethan




Le mec brun plisse les yeux vers moi pour regarder ce qui m'a alertée. Génial, il a entendu mon gémissement. Bon, c'était a prévoir, il est censé avoir une bonne ouïe s'il est Coureur (ou Trappeur). Mais je ne peux m'empêcher de pester silencieusement. Je regarde s'il se décide a partir ou non. Mais va t'en merde, que je puisse voir les dégâts imbécile. Oui, je perds patience, désolée, mais il me saoule avec son air moqueur, on dirai qu'il a fait copier/coller de mon visage de tout a l'heure, seriously ! Puis le Coureur/Trappeur (en tout cas, c'est un "suicidaire") s'approche de moi a mon grand malheur avant de stopper a mon grand soulagement.
- Bah alors, on s'est fait mal ? me fait - il.
Je me jure intérieurement que le prochain qui arbore ce rictus carnassier devant moi qu'il soit ami ou ennemi je lui casse quelque chose. Puis le brun s'écarte (enfin) et m'adresse un signe de la main de son air moqueur que je déteste. Je lui réponds par un air méprisant jusqu'à ce qu'il disparaisse de ma vue. Je soulève mon t-shirt pour voir mon ventre. Peu de dégâts, seulement une des plus petites blessures qui s'est rouverte. Je regarde la blessure et je soupire. Je vais encore devoir me gaspiller DU tissu. Mon t-shirt a déjà perdu les trois quarts de sa manche droite et la moitié de la gauche. A l'origine, il était manche longue. Maintenant ... Euh ...
Bref, je découpe encore un quart de ma manche gauche ce qui fait qu'elle est à égalité avec sa jumelle droite. Je presse le morceau de tissu contre mon ventre jusqu'à ce que le sang coule beaucoup. Quand c'est épuisé, je pose le morceau de tissu sur le rocher d'où je Me lève et attrape mon couteau de combat. J'ai pas pu prendre Ma revanche sur le mec ironique de tout à l'heure car j'étais occupée a me demander si la blessure était grave, mais là, si ce gars repasse devant moi, ce qu'il va faire s'il suit le parcours habituel, je vais lui montrer de quoi je suis capable même si je me suis "fait mal".
Dès qu'il revient, je prends un air moqueur quand il refait sa pause au même endroit.
- Bah alors, on est fatigué ?
Je sais pas ce qu'il va répondre et je m'en fous, c'est ma petite revanche perso, que j'aime et que j'adore.
Mais si cet imbécile insiste je me sentirai obligée de lui montrer que ma "blessure" ne me diminue pas en combat. Je suis tout aussi capable de combattre blessée. Pas de lui mettre une raclée, je ne sais pas s'il est fort et puis je prends en considération que malgré mes 9 mois d'expérience et le fait qu'il a l'air d'être un peu plus jeune que moi, il me rends dix ou qui se centimètres. Ces dix centimètres qui m'énervent profondément.









©Didi Farl - copie interdite -


Désolée du temps mis, même si j'ai une bonne excuse, et désolée si c'est court Frown
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 17 Mai - 19:07



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


Une, deux. Une, deux. On s'arrête cinq secondes, et on repart ! Une, deux. Une, deux.
Tout en continuant ses foulées, Ethan se surprit à regarder en arrière, dans la direction de la fille. Celle-ci semblait avoir soulevé son t-shirt, très certainement pour observer la source du saignement. Et, comme de beaucoup de choses, il s'en foutait. Elle pouvait crever à ses pieds qu'il ne lèverait pas le petit doigt pour l'aider. Après tout, elle tentait de lui voler son ironie. Et ça, ça lui plaisait pas trop. Pas du tout en fait.

Pourtant, elle n'avait pas l'air méchante. Et d'ailleurs, Ethan n'était pas en train de penser qu'il la détestait et qu'elle serait désormais sa pire ennemie. A vrai dire, cette brune lui inspirait plutôt un profond agacement. Et c'est avec un petit sourire en coin que le jeune trappeur réalisa qu'elle avait pratiquement le même comportement que lui. Il devait être vachement chiant en fait. Plus qu'il ne le pensait. Mais pas moins qu'il ne le voulait.

« Bah alors, on est fatigué ? »

Ethan releva la tête. Perdu dans ses pensées et dans son élan, il n'avait pas remarqué qu'il s'était arrêté pour reprendre son souffle, non loin de la fille. Celle-ci le regardait d'un air moqueur.
Le jeune homme se redressa complètement, affichant un air nonchalant. Puisqu'elle ne semblait pas vouloir arrêter la confrontation verbale, il n'allait pas se faire prier pour répondre.

« Ouais. Tellement que j'étais en train de t'imaginer en train de me border. Tu te rends compte ? »

Une fois de plus, le brun lui offrit une moue faussement étonnée avant d'enchainer sur un sourire moqueur. Puis, il lui fit un nouveau signe de la main en lançant;

« Ciao bella ! »

Et on reprend ses foulées. Après tout, elle avait quelques minutes pour mettre au point une répartie digne de ce nom. Et elle aurait l'occasion de lui répondre lorsqu'il repasserait devant elle.


Code by Wiise sur Never-Utopia




HRPG:
 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMar 19 Mai - 13:45






Et c'est reparti.

ft. Ethan




     Le garçon se redresse complètement. Ce qui me permet de reconstater qu'il fait bien dix centimètres de plus que moi. Oh c'est bon, je vais pas me chiffonner pour quelques centimètres.
Quelques centimètres qui lui permettent de me dominer en taille. Oui, je chipote pour un peu, mais c'est bon caractère alors bon. Puis il est loin.

- Ouais. Tellement que j'étais en train de t'imaginer en train de me border. Tu te rends compte ?

Je le regarde en haussant les sourcils, méprisante. M'énerve. Il affiche un air d'étonnement qui me parait tout de suite faux.
Et puis il le remplace avec mon sourire moqueur. M'exaspère !
Il me fait un signe de la main avant de recommencer ses foulées minables.

- Ciao bella ! me lance t - il avant de partir.

Il fuit ou il s'imagine que j'ai besoin de vingt minutes pour répondre ? Énervée, je reprends ma dague et la plante dans le tronc d'un arbre, faisant une entaille de rien du tout et me précipitant une écharde dans la main. Grimaçant, je la retire. Avant de réfléchir. Mais il veut quoi l'autre ?
Bon d'accord c'est moi qui ai commencé, un peu. Mais pour qui se prends t - il, à me prendre mes expressions, mes façons de parler ? Et pire ... Mon ton ironique ? Ca, je ne le suportes pas.
A moins qu'il ne l'utilise que par hasard, et pense que c'est moi qui lui pique sa façon de faire ?
Graaah, je vais me faire des noeuds au cerveau, à réfléchir comme cela.
Mais vu mon état dans l'instant, toute cassée de partout comme je suis, réfléchir, je suis bonne qu'à ça. C'est pour ça qu'une petite confrontation verbale serai la bienvenue.
Finalement, c'est bien.
Et je cesse de prendre cette rencontre comme une défense de l'honneur sérieuse et commence à la prendre comme un jeu.
Un jeu. Où je vais bien m'amuser. Et si je perds ... Ben, je perds, vu que c'est un jeu cela ne me fera rien. Je ne ferai pas ma mauvaise perdante. Et puis je pourrai toujours prendre ma revanche.
Quand le garçon arrive, je suis prête.

- T'a vraiment besoin de faire un tour avant de revenir ? C'est pour me laisser le temps de répondre c'est ça ? je dis, insufflant une dose de désinvolture dans ma voix. Ce n'est pas la peine, c'est pas la première fois que j'ai affaire à des gars comme toi.

C'est vrai, d'ailleurs. Je n'ai vraiment envoyé une répartie pour l'embêter, comme les dernière, plutôt pour lui faire comprendre que je suis prête à tout et qu'il ne faut pas prendre de gants avec moi.
Après ça, je pourrai passer aux choses sérieuses. Je sens que la partie va être amusante.






©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 20 Mai - 11:29



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


La course avait toujours été un moyen de détente pour Ethan. Enfin, toujours, ça il n'en savait rien. Qui sait, peut-être que dans sa vie antérieure à celle au Bloc, il était un flemmard qui ne supportait pas de faire deux pas pour aller manger. Peut-être... En tout cas, cela l'étonnerait grandement. En effet, il partait du principe qu'il avait toujours été hyperactif. L'hyperactivité n'était pas quelque chose que l'on avait de naissance ? D'après les connaissances qu'il pensait avoir, ce n'était pas comme la claustrophobie, trouble surgissant principalement à cause d'un traumatisme. L'hyperactivité ressemblait plutôt à une maladie plus qu'à un trouble psychologique, non ?

En tout cas, courir était la seule chose capable de le calmer lorsqu'il pensait réellement perdre la tête. Voilà pourquoi le poste de trappeur était le job parfait pour lui. Car il pouvait courir toute la journée tout en mettant à profit son ingéniosité. Il aurait également pu être coureur, mais retenir tous les couloirs qu'il arpentait, très peu pour lui. Il préférait largement se concentrer sur autre chose lors de ses foulées. Au moment où il repassa près de la fille, celle-ci se mit à parler et il se stoppa une fois de plus.

« T'a vraiment besoin de faire un tour avant de revenir ? C'est pour me laisser le temps de répondre c'est ça ? Ce n'est pas la peine, c'est pas la première fois que j'ai affaire à des gars comme toi. »

Immédiatement, Ethan se mit à rire. Pas d'un rire joyeux ou amusé. Mais plutôt moqueur, comme toujours. Il se calma bien vite pour faire face à son interlocutrice, un sourcil relevé.

« Je vais surtout faire un tour parce que c'est pour ça que je suis venu. Tu pensais quoi, que je me trouvais ici seulement pour tes beaux yeux ? Ne rêve pas, j'm'entraîne, c'est tout. »

Avec une moue amusée cette fois, Ethan haussa les épaules. Ce n'était pas la première qu'elle avait affaire à des gars comme lui ? Bien. Et qu'est-ce qu'il en avait à faire ? Là, tout ce qu'il voyait, c'était une fille qui s'ennuyait et avait besoin de s'entrainer au sarcasme pour s'amuser. Lui aussi il était comme ça. L'ironie et la moquerie, c'étaient ses piliers pour combattre la lassitude.

« Et sache que ce n'est pas non plus la première fois que je croise quelqu'un comme toi. On finit par s'y faire, à force. »

Il lui adressa un rapide sourire avant de repartir. C'était devenu un jeu maintenant. Il s'arrêtait devant elle, elle lui balançait une pique, il la renvoyait et repartait. Ainsi de suite.


Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 20 Mai - 15:06






Rencontre de la glace et ...

De la glace.

ft. Ethan




    Le garçon stoppe et écoute avant de partir d'un éclat de rire moqueur. Le même que le mien habituel. Intérieurement, je soupire. Mon rire, pas le sien. Il s'interromps quelques instants plus tard pour me regarder en haussant un sourcil. Ce que je fais généralement dans des situations comme ça.
Je me suis trouvée un miroir masculin. M'énerve.

- Je vais surtout faire un tour parce que c'est pour ça que je suis venu. Tu pensais quoi, que je me trouvais ici seulement pour tes beaux yeux ? Ne rêve pas, j'm'entraîne, c'est tout.

Je lève les yeux au ciel. Bien sûr que tu t'entraines, j'suis pas idiote quand même. Il hausse les épaules, amusé. Je ne sais pas trop s'il va directement me renvoyer une autre pique ou repartir. Il choisit la première solution.

- Et sache que ce n'est pas non plus la première fois que je croise quelqu'un comme toi. On finit par s'y faire, à force.

Non, à mon avis non, il n'y a pas d'autres filles comme moi ici. Ou du moins, si elles étaient comme moi au début, avec les mêmes habitudes, elle n'ont sûrement pas vécu les même les même choses ici.
Elle n'ont sûrement pas perdu une sœur, un ... "ami" et une protégée. Non. Mais bon, ça il ne peut pas le savoir, parce que je n'ai pas vraiment montré cela à tout le monde. A personne, en fait. La seule qui m'a jamais vue pleurer, c'est Hermione, et elle est morte. Ma petite sœur.
Mais bon, j'vais pas m'embêter à y repenser aujourd'hui surtout lorsqu'il m'est donné l'occasion de m'amuser pour une fois. Le garçon repart avec un dernier sourire, irritant au possible.
Je reprends ma dague et la lance contre un mannequin, m'entraînant au lancer. Je ne suis pas inquiète, le garçon va revenir et là l'occasion de lui répondre ne manquera pas. Cela va continuer ... Jusqu'à quand ? Jusqu'au soir ou jusqu'à ce que quelque chose de différent se passe ? Aucune idée ... Laissons faire le hasard.

En repartant dans mes pensées pendant que je lance distraitement ma dague, je viens à me demander comment se passerai un Labyrinthe avec ce garçon là. Ce serai explosif à mon avis. J'espère que les Mâtons n'auront pas la mauvaise idée de m'assigner à ce garçon un jour ... Sinon je pense que l'on va tellement se disputer qu'on mourrai avant la moitié de la journée ... En nous entretuant. Je pouffe à cette idée.

Je vois la silhouette du jeune homme approcher à quelques mètres, ça me laisse quelques secondes pour formuler une pique correcte. D'ailleurs, il en a pas marre de courir ? Vu comment il sprinte je serai pas étonnée qu'il s'étouffe.

- T'en a pas marre de courir comme si t'avais la moitié des Créatures à tes courses ? T'a peur de quoi pour filer comme ça ? je lui demande, moqueuse.

J'pourrai pas tenir à sa place.
C'est bien pour ça que je suis pas à sa place. A moi les couteaux et à lui la course, chacun son truc. Je préfère les couteaux, la plupart du temps c'est plus utile.





©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 20 Mai - 19:56



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


Cela faisait tout de même un bon moment qu'il courait. Et autant avouer que ses jambes commençaient à fatiguer, et lui-même à s'épuiser. Mais, il parvenait à courir bien plus longtemps dans la Labyrinthe. Il n'y avait donc aucune raison qu'il n'y parvienne pas maintenant, surtout avec ses pauses récurrentes.

Trop récurrentes peut-être... Tout le monde savait que si l'on s'arrêtait trop souvent pendant une course, on avait de plus en plus de mal à repartir. Et puis, ses ralentissements étaient bien trop brusques puisqu'il ne passait même pas de la course à la marche, il s'arrêtait complètement.
Voilà pourquoi Ethan songea à continuer son chemin lorsqu'il repasserait devant la fille. Sans se stopper. C'était mieux pour son entrainement.

Néanmoins, il dut se résoudre à changer rapidement d'avis, puisqu'il avait réellement envie de savoir ce que la brune allait lui répondre. Et tant pis s'il devait souffrir de sa reprise ensuite. Après s'être de nouveau arrêté au même endroit, il appuya ses mains sur ses cuisses pour reprendre son souffle.

« T'en a pas marre de courir comme si t'avais la moitié des Créatures à tes courses ? T'a peur de quoi pour filer comme ça ?  »

Des questions, des questions, toujours des questions. Le jeune trappeur leva les yeux au ciel en se redressant. Au programme, sourire moqueur et expression dédaigneuse, exactement les mêmes que sur le visage face à lui. Encore.

« Étant donné que je risque chaque jour de me faire poursuivre par des créatures, je pense qu'il est bon de s'entrainer à fuir. Parce que c'est pas en lançant un de tes couteaux que tu vas réussir à en tuer une. »

Il n'avait jamais eu affaire à un griffeur. Un pisteur l'avait déjà coursé, mais lui et son coureur se trouvaient déjà loin et étaient parvenus à s'enfuir. Et il était clair que lancer un couteau sur l'un deux revenait à lui lancer une Barbie à la figure. Inutile.

Toutefois, cette fois-ci, Ethan ne reprit pas ses foulées. Il s'accordait une pause prolongée. A la place, il s'avança vers la jeune femme en croisant les bras sur son torse.

« Mais si tu préfères que je reste là pour vérifier que tu ne te blesses pas, suffit de le dire. »

Le jeu allait prendre une autre tournure. Désormais, ils n'auraient plus le temps de réfléchir avant de s'envoyer des piques. Ce serait en direct.


Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageVen 22 Mai - 18:34






Distrust is the

mother of safety ?

Really ?

Oh, why not ...

ft. Ethan




Le garçon lève les yeux au ciel en se redressant, après s'être arrêté quand je parlais. Sourire moqueur, expression de mépris évident, bon sang ce que je déteste ce visage. Ça veut dire que je déteste mon visage aussi. Non. Je retire ce que j'ai dit.

- Étant donné que je risque chaque jour de me faire poursuivre par des créatures, je pense qu'il est bon de s'entrainer à fuir. Parce que c'est pas en lançant un de tes couteaux que tu vas réussir à en tuer une. fait - il.

Pour ce coin là, question Créatures et le pourquoi du comment, il ne m'apprends pas grand chose. J'en ai déjà rencontré, des Créatures. Je sais pertinemment qu'un couteau ne fait rien. Moi, ça m'a valu une ou deux côtes cassées, je pense en grimaçant intérieurement à ce souvenir.
Le garçon s'avance vers moi en croisant les bras sur le torse. Encore et toujours, je remarque la différence de taille. 'Faudrait que je cesse de radoter, moi, ça commence à bien faire ça.
Le garçon ne re part pas ? Étrange ... Mais bon, au moins, ça change. Finalement, ça donne une dimension de plus au "jeu". Pas de temps pour réfléchir. Écouter la pique de l'autre en contre - attaquant.
Faut dire que j'ai évolué depuis mon passé. Avant le Labyrinthe, je ne pouvais parler qu'avec les poings. Maintenant, je suis en train de "défier" quelqu'un en lui envoyant des phrases bien placées.
Des phrases. Pas des coups.

- Mais si tu préfères que je reste là pour vérifier que tu ne te blesses pas, suffit de le dire.

Je hausse un sourcil dédaigneux. J'ai besoin de l'aide de personne. De personne. Même si des fois ce n'est pas de refus, franchement, quelqu'un pour me protéger sans raison apparente, non merci. De plus, je sais pertinemment qu'il n'est pas sérieux et s'en contrefiche de savoir si je me blesse ou non. Je parie que je pourrais crever devant lui qu'il ne lèverai pas un petit doigt. Et même, je suis sûre qu'il me dirai de gémir moins fort.

- Je sais très bien que lancer une dague sur une Créature ne sert à rien. Pour un Pisteur, un trident, une lance et une machette n'ont pas réussi à l'égratigner, je dis avec dans la tête l'image de la gueule béante du léopard vert. Cela me fait frissonner. Et e n'ai pas besoin de ton aide, je peux me débrouiller seule. Même blessée, je suis sûre que je ne suis pas diminuée en combat. Et courir ne demande pas un diplôme d'expert, j'ajoute.

Courir, il suffit 'être rapide et d'avoir de l'endurance pour bien le faire. Je suis déjà rapide même si je n'ai pas une endurance gigantesque. Par contre, pour le maniement des armes, s'entrainer sans relâche est nécessaire, parce qu'après quelque temps sans pratiquer, on perds la main. Et donc, vaut mieux s'entrainer avec les armes que s'entraîner à courir.






©Didi Farl - copie interdite -
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 23 Mai - 14:44



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


Bras croisés, Ethan fixait la fille. Elle avait arrêté tout mouvement et se contentait de le fixer en retour. Leurs deux regards étaient remplis de moquerie et de dédain. Franchement, ils étaient doués pour reproduire exactement les mêmes expressions que l'autre. En fait, non, c'était naturel.

« Je sais très bien que lancer une dague sur une Créature ne sert à rien. Pour un Pisteur, un trident, une lance et une machette n'ont pas réussi à l'égratigner. Et je n'ai pas besoin de ton aide, je peux me débrouiller seule. Même blessée, je suis sûre que je ne suis pas diminuée en combat. Et courir ne demande pas un diplôme d'expert »

Une nouvelle ébauche de rire échappa au trappeur, mais celle-ci se transforma bien vite en reniflement dédaigneux. Courir n'était pas aussi simple que de faire une petite promenade de santé. Il fallait être rapide, supporter la douleur dans les pieds, les jambes et le dos, avoir de l'endurance, savoir bien réguler sa respiration. Il ne fallait pas de diplôme, en effet, mais c'était tout de même une activité compliquée.

« Parce qu'il en faut un pour attraper un couteau et le lancer ? » demanda-t-il en haussant un sourcil d'un air méprisant.

Il sortit sa dague de sa chaussure, la fit tourner entre ses doigts en observant la brune. Puis, d'un coup vif, il l'envoya se planter dans le mur non loin d'elle. Bah oui, pas sur les cibles. C'était pas drôle sinon.

« Ah bah, on dirait que non. Même avec une dague. »

Franchement, s'il devait choisir entre s'entrainer seulement au maniement des couteaux ou à la course, son choix serait vite fait. Une dague, un épieu, un couteau ou même une épée ne lui serait d'aucune utilité face à un griffeur ou un pisteur. Alors que ses jambes bien entrainées, elles, pourraient lui sauver la vie. Mais la brune têtue ne semblait pas vouloir comprendre ça. Tant pis pour elle.

Ethan alla chercher sa précieuse dague et la rangea à sa place. Puis, il attendit un peu d'avoir complètement reprit son souffle avant de reprendre son entrainement.


Code by Wiise sur Never-Utopia




HRPG:
 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageLun 25 Mai - 9:51






Distrust is the

mother of safety ?

Really ?

Oh, why not ...

ft. Ethan




Le garçon commence à rire, mais son rire se transforme bien vite en reniflement qui me ne plait pas, mais alors pas du tout. Il pense exactement l'inverse de ce que je pense. Que courir est difficile et manier une dague ou un couteau très facile. A mon avis, je pense qu'aucun de nous n'a raison. Pourquoi ? Je hausse les épaules intérieurement. M'en fous.

- Parce qu'il en faut un pour attraper un couteau et le lancer ? demande t - il, méprisant.

Il sort sa dague de .. tiens, sa chaussure, drôle de cachette, la même qu'Isaac. Moi, je la prends, sérieusement, c'est plus simple. Surtout qu'en plein milieu d'un Labyrinthe, où quand on croise une des adorables Créatures envoyées par nos chers Créateurs, c'est mieux de pouvoir prendre son arme sans s'handicaper en s'empêchant de courir. Le garçon la fait tourner dans ses doigts, me fixant. OK, il va la lancer. Il la plante dans le mur non loin de moi.
Je retiens un soupir. Le lancer c'est bien, mais c'est le plus facile. Le moins facile est le combat au corps à corps. Sans armes. Et s'il passe son temps à s'entrainer à courir, donc privilégiant le côté fuite ou course, il ne doit pas être un dieu en combat. Peut - être, par contre, en est - il un à la course. Ce qui m'importe peu. Les Créatures courent cinq fois plus vite que nous, et elles, elles connaissent le Labyrinthe par cœur et n'ont rien à craindre entre ses murs, donc elles ne se gênent pas pour faire du bruit, parce que oui, en plus, ça les amuse de sentir notre peur décuplée quand elles sont à côté de nous.
Et ça les enivre de sentir l'odeur de notre sang ou de notre souffrance.

- Ah bah, on dirait que non. Même avec une dague. fait le garçon.

Le garçon va prendre son arme, la range à sa place, en gros dans sa chaussure, reprends son souffle et recommence à courir. Je soupire quand je le vois s'éloigner au loin.
La course est plus importante que les arts du combat. Voilà qui mérite d'être éludé. C'est parti pour un cinq centième nœud au cerveau.
Je pose ma dague et mon couteau de combat par terre et m'assois sur le rocher de tout à l'heure. Courir n'est pas dur, c'est vrai. Mais d'un autre côté, si. Parce que faire cent mètres rapidement, c'est facile, surtout quand on est rapide de nature, mais faire cent kilomètres ... Bon, disons entre cinq et dix kilomètres minimum par jour (je suppose que c'est ce qu'on parcours dans le Labyrinthe quotidiennement) si l'on est obligé de courir après avoir dépensé son énergie à trotter ... Il faut être capable de donner tout ce qu'on a. Je suis rapide, c'est vrai, mais est - ce que je suis endurante ? La question se pose là. Être rapide ne suffit pas, et sur ce point là, le garçon a raison. Mais ces Créatures sont bien plus rapides que nous, et étant des machines, elles n'ont pas à souffrir de a fatigue. Il faut donc ruser pour les éviter et les ralentir le plus possible.
Et c'est là que j'ai raison. Envoyer une dague sur une Créature ne sert à rien si l'on veut la tuer, mais l'envoyer avec force et en visant bien dans une patte, cela peut la ralentir, bien sûr. Le mieux étant l'épée, où si l'on est un mec hyper musclé on pourrait carrément endommager le circuit du monstre. Et si l'on se retrouvé acculé(e) dans une impasse, comment sortir en courant alors que la Créature vous barre le chemin ? On peut se défendre, au risque d'être tué mais à la chance de pouvoir l'écarter suffisamment de la sortie.
Les deux sont donc utiles, aussi bien l'un que l'autre, et il faut savoir cumuler les deux sans se forcer sur une partie seule. Ça veut dire que je vais devoir courir, moi aussi. Merde.
Je relève la tête juste à temps pour voir le garçon arriver. Je ne sait pas s'il est passé pendant que je réfléchissais, si oui je ne l'ai pas remarqué. J'ai complètement oublié que jusque là nous nous envoyions des piques destinées à agacer l'autre.

- En fait, je pense qu'on a tous les deux raison. Il faut savoir courir pour essayer de rejoindre la sortie avant les Créatures, mais il faut savoir bien lancer une arme pour ralentir les Créatures et se battre pour s'en sortir quand on est acculé et que la Créature est pile devant la sortie, je lui expose. Donc tu va devoir t'entraîner à ta battre et je vais devoir me forcer à m'entrainer à courir ... je lâche avec un soupir.

Je vais pas l'obliger à s'entrainer à se battre, il fait ce qu'il veut et c'est pas mon problème, c'est juste une constatation. En tout cas, demain, si les Medjacks n'ont toujours pas décidé que je suis rétablie, je viendrais ici pour courir. Même si le lancer de dagues ou les enchainements vont me manquer.
Même si je sens qu'après demain, quand j'aurais les courbatures, je vais le regretter.






©Didi Farl - copie interdite -


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 31 Mai - 8:16

HRPG:
 



Run, boy, run.

« Distrust is the mother of safety. »


C'est à force de courir qu'Ethan se rendit compte d'une chose à laquelle il n'avait jamais pensé jusqu'alors -ce qui était complètement débile, admettons-le; il était endurant. Cela faisait combien de tours qu'il faisait ? Une dizaine ? Une quinzaine ? Et même si ses jambes commençaient franchement à souffrir, son cœur tenait le coup. Sa respiration était juste un peu plus rapide et saccadée qu'au début de l'exercice, mais il ne se sentait pas particulièrement fatigué ou essoufflé. C'était plus ses jambes qui finissaient par s'épuiser. Lui, il allait bien. Dans l'ensemble.

Il en conclut donc qu'il savait déjà courir avant le Bloc. Mais pas juste faire quelques foulées ou sprint, ça tout le monde en était capable. Non, il avait la capacité de tenir sur une distance assez importante. Voilà certainement sa seule qualité. Quoique, c'était déjà pas mal. Au moins, il pourrait fuir s'il arrivait quelque chose au Bloc. Comme un lâche, certes mais il s'en fichait. Mieux valait sauver sa peau au risque de perdre sa fierté plutôt que mourir en ayant essayé d'être brave. La bravoure, c'était pas trop son truc à lui.

En passant devant la fille, Ethan poursuivit sa route. En fait, elle avait eu l'air tellement plongée dans ses pensées qu'il n'avait même pas voulu la déranger. Et puis, il semblait qu'elle n'avait rien à lui dire.
Néanmoins, lorsqu'il repassa près d'elle quelques minutes plus tard, elle prit la parole;

« En fait, je pense qu'on a tous les deux raison. Il faut savoir courir pour essayer de rejoindre la sortie avant les Créatures, mais il faut savoir bien lancer une arme pour ralentir les Créatures et se battre pour s'en sortir quand on est acculé et que la Créature est pile devant la sortie. Donc tu va devoir t'entraîner à ta battre et je vais devoir me forcer à m'entrainer à courir ... »

Ethan haussa les épaules. Elle avait certainement raison. Les deux compétences étaient utiles. Mais ce n'était pas comme s'il était complètement nul au corps-à-corps. Ce n'était pas un pro, mais il se débrouillait.

« Peut-être. Mais je préfère largement courir. » répondit-il simplement.

Il irait certainement s'entrainer au corps-à-corps le lendemain, histoire d'avoir au moins fait l'effort. Il s'arrêta, et entreprit de commencer ses étirements. Au vu du temps qu'il avait couru, mieux valait qu'il s'étire longuement. Il n'osait même pas imaginer l'horrible mal de jambe dont il allait souffrir après sinon.

Après de longues minutes d'étirements, Ethan se redressa. Il se tourna vers la brune avec un léger sourire. Moqueur, bien entendu.

« Bon, eh bien, à plus tard ! Et quand on sera tous les deux entrainés, on se fera un petit challenge à l'occasion. Aussi bien à la course qu'au corps-à-corps. »

Il était fort probable qu'il la croise encore dans la zone d'entrainement. Quant à savoir s'ils effectueraient vraiment ce défi, il n'en avait aucune idée. Il avait surtout dit ça pour la forme. Après un signe de tête dans la direction de la fille, Ethan fit demi-tour et quitta le terrain d'entrainement.


Code by Wiise sur Never-Utopia




HRPG:
 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


"Distrust is the mother of safety." [ft. Nyrah L. Rainbow] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» Luxina ► i'm not crazy my mother had me tested
» Help Me Mother@&**!!!!!
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois :: La Zone d'entraînement-