Partagez

C'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille. [Ethan S. Clark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageMer 29 Avr - 8:30


On perd plus de personne que l'on en trouve. Mais c'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille.
Charlie O'Brien ~ Ethan S. Clark
Bonne journée, je sortais à peine du labyrinthe, il se faisait tard, le ciel prenait déjà une teinte sombre et bleutée. J'étais allée courir avec Isaac, cette semaine, c'était mon tour, laissant donc Ragnard au bloc. Ce système ne me dérangeait pas le moins du monde, sauf les semaines où je devais me trouver un autre coureur pour aller dans les couloirs. C'était moins pratique ça, mais je m'y faisais, tout était question d'habitudes. Et je les avais prises.
Je venais donc m'aérer dans la forêt - comme toujours - mais je ne courrais pas. J'avais coursé toute la journée, j'estimais pouvoir me reposer désormais.
Je marchais tranquillement, passant au dessus d'un buisson, évitant les rares sentiers pour être définitivement seule. Ces murs me rendaient nerveuses, je ne faisais confiance qu'à de rares personnes, je ne voulais que m'enfuir d'ici. Mais au fond de moi, je savais que je ne pouvais pas sortir, que ces murs nous retenaient comme des rats dans une cage, que si nous sortions lorsqu'il ne le fallait pas, il ne nous restait qu'un voyage, celui-ci définitif. Et ce n'était pas la sortie. Enfin, elle nous permettrait de sortir de cet enfer, mais nous ne savons pas où nous arrivions, vous alliez me dire, en dehors d'ici non plus, on ne savait rien. Autant rester ici ou mourir ? Notre rage animale de vivre, faisait que nous nous entêtions à courir. Nous étions des animaux, nous pourrions tuer pour etre surs de rester vivant.
Je scrutais les environs pour vérifier qu'il n'y avait personne devant moi, qui chercherait la solitude aussi. Le silence calmait mes nerfs à vifs, mais pour une fois, je n'étais pas d'une humeur massacrante. Les chants de la forêt avaient déjà fait effet sur moi. Je regardais le ciel - que l'on discernait à peine dans la couche de feuillage que formait les arbres - puis l'obscurité qui commençait à prendre possession de ce lieu. Je décidais de m'arrêter, pour monter doucement dans un arbre. Je dus faire attention aux premières branches, elles étaient fines, et ne résisteraient pas longtemps à mon poids, mais plus je prenais de la hauteur, plus c'était facile. Je m'arrêtais à moins de la moitié, étendais mes jambes et reposais ma tête contre le tronc. M'endormir ? Non, jamais pas ici comme ça, je n'étais pas folle. Je tenais un minimum à ma vie tout de même.
Mais je resterai jusqu'à ce que la lune apparaisse, que le bruit du bloc sera ou point mort et j'irai dans les dortoirs, avant de reprendre une journée de course.  
Je me concentrais sur l'instant présent, profitant des derniers chants des oiseaux et du doux frémissement des feuilles. Des bruits de pas vinrent interrompre cette symphonie agréable. Immobile, je priais pour qu'il parte, même si tout me disait que la personne se rapprochait.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 29 Avr - 11:45



Hey, you're my cousin.

 
« It's always good to find his family. »


  Son filet sur l'épaule, Ethan courait. Sa respiration était régulière, et les battements de son cœur coordonnés. Il commençait à avoir un peu mal aux jambes, mais c'était supportable. Il avait l'habitude.
 Le seul petit bémol, c'était son cerveau qui tournait à pleine régime. Pourtant, lorsqu'il était dans le Labyrinthe, il faisait toujours en sorte de mettre ses pensées sur pause, de fermer son esprit à toutes questions. C'était mieux pour courir, de ne pas se prendre la tête. Mais ce jour-là, il n'y arrivait pas. Cela faisait trois mois qu'il tentait de comprendre qui était cette fille qu'il avait cru reconnaitre lorsqu'elle était sortie de la boite. Il avait d'abord pensé à une pure coïncidence. Puis, il avait compris qu'il l'avait déjà aperçue en flash, dans ses rêves.
  Chacun de ses cauchemars n'était qu'une succession de souvenirs morcelés dont il ne comprenait pas la signification. Il ne voyait que des images brèves, sans aucune logique entre elles. Mais cette nuit-là, il avait compris.
  Et il savait qu'il devait aller lui parler. Il l'avait déjà vue plusieurs fois dans la forêt, un lieu où il adorait aller lui aussi. Il en était donc arrivé à la décision d'aller lui dire ce qu'il avait découvert.

  En fin de journée, alors qu'il rentrait au Bloc en compagnie d'Allya, il était nerveux. Bien entendu, il ne le montrait pas. Il portait son masque d'indifférence, comme toujours. Il n'était pas question que qui que ce soit découvre son trouble. Pourtant, il était anxieux. Surtout à l'idée de s'être trompé.
 Néanmoins, il ne s'était pas résigné. Comme prévu, il avait marché jusqu'à la forêt, mains dans les poches. Il n'avait pas tardé à apercevoir une silhouette en haut d'un arbre. Arrivé aux pieds du tronc, il leva la tête.

« Je monte. »

  Ce n'était pas une question, ou une demande. Juste pour prévenir, afin qu'elle ne sursaute pas si elle ne l'avait pas entendu. Prenant appui sur la branche à sa hauteur, il se hissa à l'aide de ses bras. Puis, il s'installa sur la même branche que la fille. Sauf que lui laissa ses jambes pendre dans le vide.

« Salut. Je sais qu'on ne se connait pas, que tu n'as pas forcément envie de me parler... Mais j'ai quelque chose d'important à te dire. »

 Franchement, il comprendrait très bien que la blonde ne veuille pas l'entendre. Si quelqu'un était venu s'incruster sur sa branche, Ethan l'aurait envoyé bouler. D'ailleurs, cela lui coutait de devoir aborder quelqu'un et de commencer la discussion par obligation. Il n'aimait pas aller vers les autres. Mais là, il se sentait obligé de partager sa découverte avec le sujet principal de celle-ci.

« Est-ce que... tu as l'impression de m'avoir déjà vu ? Avant le Bloc je veux dire... »

Avant de dévoiler la véritable raison de sa présence à ses côtés, il préférait se renseigner. Qui sait, peut-être qu'elle savait déjà tout...
 


 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 29 Avr - 15:24


On perd plus de personne que l'on en trouve. Mais c'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille.
Charlie O'Brien ~ Ethan S. Clark
Non, les pas se rapprochaient et venaient dans ma direction, en plus. Moi qui pensait pouvoir être seule, apparement non, je devais encore me taper la discussion. Avec un peu de chance, il passera juste à côté de l'arbre, ne me verra pas, et continuera sa route. Hum... Moi de la chance ? Il y aurait un griffeur dans tous le labyrinthe, je serais presque sure de tomber dessus.

- Je monte.

Pardon ? C'est qui "je" ? Pourquoi il vient à cet arbre là bordel ! Je serrais les dents en regardant les alentours. J'étais toute seule, il s'adressait donc à moi. Il me voulait quoi ? Je ne le connaissait pas, il ne me connaissait pas - ce qui était logique, à moins que quelqu'un lui ait parlé de moi, ce qui m'étonnerait - pourquoi il me parlait alors ?! Je relevais un peu plus ma tête pour sentir les derniers rayons de soleils sur ma peau claires.
C'etait un jeune homme - je le savais déjà avec sa voix - étrangement familier. Je ne m'avançais pas, j'avais du le croiser dans les dortoirs ou pendant qu'on mangeait. Je ne pus m'empêcher de le dévisager. Sourcils froncés, je le détaillais, tandis qu'il s'asseyait sur la même branche que moi. C'était plus pratique, sinon il aurait du se tordre le cou, et crier comme pas possible pour me voir ou se faire entendre.  

-  Salut. Je sais qu'on ne se connait pas, que tu n'as pas forcément envie de me parler... Mais j'ai quelque chose d'important à te dire.

Effectivement, on ne se connait pas. Envie ? Je m'en fiche. Je suis dans ces moments où parler et rester silencieuse sont deux choses qui ne me gênent pas. Je haussais les épaules, arrêtant de le regarder. De toute façon c'était comme si je connaissais déjà ce visage. Ces yeux bleus, gris, ces cheveux, ce visage au complet me rappelait une chose, mais j'étais incapable de dire quoi. C'était extrêmement frustrant.
Bon aller, c'était quoi cette chose "importante" ?  

- Est-ce que... tu as l'impression de m'avoir déjà vu ? Avant le Bloc je veux dire...

Bein voyons. Ça une coïncidence ? J'avais des doutes. Il n'y avait pas de coïncidence dans ce monde, ç'était comme le hasard. Il n'y en avait pas ici, tout était calculé, prévu. Je ne croyais pas à ça, et s'il me le demandait, c'etait qu'il y avait une raison, qui plus est.
Sinon ils avaient déniché une caméra et voulaient se moquer de moi. J'optais pour la première option, mais je ne faisais pas du tout confiance à ce ... Cet énergumène. Je croisais les bras, prenant un regard froid.

- Ouais. Tu me dis quelque chose.

Ça va l'aider ça. J'étais pas très bavarde aujourd'hui. Aller ! Il a été gentil avec toi, tu peux faire un effort ! Encore mieux. Ma conscience qui m'indiquait la marche à suivre. Elle qui venait rarement. Cependant, elle ne disait pas des idioties, je devrais meme l'écouter. Je soupirais avant d'ajouter :

- Mais je ne saurais pas te dire si c'est d'avant cette boite. Je n'ai aucun souvenir de mon passer. Mais je ne pense pas t'avoir déjà vu ici, justement.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 29 Avr - 20:39



Hey, you're my cousin.

 
« It's always good to find his family. »


  Tout avait d'abord commencé par cette musique. C'était un air doux, presque mélancolique. Elle accompagnait beaucoup de ses rêves. Ceux qui n'étaient pas des cauchemars. Ses rêves rares, ceux qui lui apportaient quelques souvenirs un minimum agréables. Même si, la plupart du temps, il ne s'en souvenait pas assez le lendemain.
 Puis, il avait vu ces cheveux blonds et ondulés. Ils volaient au vent, accompagnés d'un rire clair et enjoué. Plusieurs fois Ethan avait souhaité entendre ce rire dans la réalité. Les éclats de rire étaient trop rares au Bloc. D'ailleurs, à chaque fois que lui-même riait, c'était ironique ou sarcastique. Jamais un vrai rire. Juste une moquerie. Mais ce rire qu'il n'entendait que vaguement dans ses rêves avait le don de le rendre heureux. Bien sûr, lorsqu'il se réveillait, ce sentiment disparaissait aussitôt.
 Ensuite, ce regard perçant. Ces yeux d'un subtile mélange de bleu et de gris qui le fixaient...

 A en juger par le regard clairement indifférent que la jeune femme lui lançait, elle ne devait pas être ravie d'être dérangée. Et c'était compréhensible. Bien, Ethan se promit de faire vite, afin qu'elle soit débarrassée de sa présence le plus rapidement possible.

« Ouais. Tu me dis quelque chose. »

  Bien, elle avait l'air au moins aussi peu bavarde que lui. Tant mieux, cela leur faisait au moins un point commun. Ethan détailla la blonde rapidement. Il n'avait plus aucun doute, il était persuadé que c'était elle. Et, apparemment, elle aussi avait cette impression de déjà-vu...

« Mais je ne saurais pas te dire si c'est d'avant cette boite. Je n'ai aucun souvenir de mon passé. Mais je ne pense pas t'avoir déjà vu ici, justement. »

 Hm. Si elle n'avait vraiment aucun souvenir de sa vie d'avant le Bloc, ce serait assez compliqué pour qu'elle le croit. Il allait devoir se montrer convaincant, parce que, même s'il ne l'avouerait pas, c'était assez important pour lui qu'elle se rende compte qu'ils n'étaient pas tellement des inconnus l'un pour l'autre. Certainement parce qu'il n'avait que peu d'amis au Bloc, peu de personnes qu'il appréciait vraiment et sur qui il pouvait compter...

« D'accord... »

 Ça l'embêtait vraiment de venir s'incruster sur la branche de la fille. Surtout si elle ne le croyait pas ensuite. Parce que, franchement, si quelqu'un venait pour papoter alors qu'il voulait être tranquille, il ne réagirait pas très bien. Alors si en plus la personne lui annonçait qu'il était presque sûr qu'ils se connaissaient avant, sa main serait clairement partie toute seule...

« Bon, tu vois, j'ai certains souvenirs qui me reviennent en mémoire quand je rêve. La plupart du temps, ce ne sont que des flashs, mais au cours des semaines, j'ai fini par comprendre quelque chose. »

 Ethan serra discrètement le poing. C'était pas cool de parler de son sommeil, surtout lorsqu'on savait qu'il ne dormait que très peu. En fait, s'il n'était pas certain de ce qu'il avait vu, il ne serait certainement pas là en train de tenter d'engager une conversation. C'était pas lui, le mec sociable qui discutait dès que l'occasion se présentait. Non, lui il était le trappeur claustrophobe qui chérissait la solitude et le sarcasme...

« Et... » Il inspira un bon coup avant de poursuivre; « ...je pense que l'on était de la même famille. Et donc que nous le sommes encore, théoriquement. »
 

 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 29 Avr - 23:33


On perd plus de personne que l'on en trouve. Mais c'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille.
Charlie O'Brien ~ Ethan S. Clark

Pour la première fois depuis mon arrivée au bloc, je tentais de fouiller le plus profond de mes souvenirs, là où je n'étais jamais allée, où se trouvait peut-être des choses qui m'aideraient à comprendre ce que ce garçon faisait là. Horriblement frustrée, je me souvenais de ces derniers mois ici, ce qui était plutôt normal, et rien sur ce "avant". Tout restait noir, j'aurais peut-être dû chercher lorsque j'étais dans la boite, ou un fois sortie, peu de temps après. Mais sans vous mentir, je me fichais pas mal de ce qui se tramait dans ma tête avant cet ascenseur obscure. Ce que je voulais, c'était vivre au présent, trouver cette fichue sortir, et pouvoir vivre librement, et normalement. Comme tout-être voulait en fait. Comme tout le monde le désirait.
Mais je ne l'avais pas fait, et je ne décelais aucune anomalie qui ne correspondrait pas à ce cube de pierre.
Je décidais d'écouter le garçon, malgré moi d'une oreille distraite, qui le devint de moins en moins plus il parlait.  

- Bon, tu vois, j'ai certains souvenirs qui me reviennent en mémoire quand je rêve. La plupart du temps, ce ne sont que des flashs, mais au cours des semaines, j'ai fini par comprendre quelque chose.

Non je ne vois pas, je n'ai jamais été sujet à un événement pareil, surement cela adviendra t-il plus tard, comme beaucoup de personnesen fait. Je retrouverai surement un peu plus la mémoire, me rappelant de mes parents - nous venions bien de quelqu'un de toute façon - mes amis, mon lycée, de ma vie quoi.
Je le dévisageais une nouvelle fois. Il comprenait, c'était bien, mais c'était moi à qui il devait en parler ? Je n'ai jamais été douée pour parler avec les autres, comme leur remonter le moral, ou leur redonner espoir. Pour une pessimiste, ce n'était pas des plus simples, évidement.
Je hochais tout de même la tête pour acquiescer, et lui signifier que je suivais. Ce n'était pas compliqué jusque là, pas de chamboulement dans ma vie, pas de retournement de situation, rien.

- Et ...je pense que l'on était de la même famille. Et donc que nous le sommes encore, théoriquement.

Pardon ? Immédiatement, je me mis à l'écouter avec plus d'attention. Ma mâchoire crispée, je jetais un regard méfiant autour de nous. C'était une blague non ? Pourquoi serions nous de la même famille. Nos yeux étaient similaires, et il semblait que nos caractères se ressemblaient, du moins un peu. Je m'attendais à tout, sauf à ça en réalité. De la meme famille ? Je me souviendrais de lui si nous étions frères et sœurs ? C'était horrible de ne pas pouvoir dire si cette personne était un de vos parents ! Il était peut-être mon petit copain - si j'en avais un, mais me connaissant non, enfin je savais que le bloc m'avait changé, j'étais peut-être différente avant - il pourrait être mon jumeau, mon frère, mon meilleur ami ! Troublée au possible, je ne laissais rien paraître, et gardais un visage neutre.  
Comment pouvait-il affirmer que nous avions un lien de sang ? C'était impossible ! Ces débiles de créateurs nous avait effacé la memoire. Il ne m'aurait pas confondu avec une autre ? Mon trouble bien caché, je demandais :

- Comment tu peux dire ça ? Mais ma voix tremblait légèrement. On se connait pas, en tout cas pas ici, je ne dis pas que t'as tord. Je veux juste que tu m'expliques.

Je ne peux pas te cacher que j'ai l'impression de te connaitre. Impossible. Je t'ai déjà vu, dans un lieu autre que le bloc, mais vas savoir où.

.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 30 Avr - 22:40



Hey, you're my cousin.

 
« It's always good to find his family. »


  Merci pour la réactivité, super sympa. Du coup, il se sentait bien con là, crispé à attendre la moindre réaction. Un rire, un cri, une baffe... n'importe quoi mais quelque chose !
 Autant habituellement il se fichait complètement de savoir ce que pensaient les autres, actuellement, il aurait bien aimé quand-même. Parce qu'il avait beau scruter le visage de la fille, elle restait de marbre. Elle aussi devait être une pro pour cacher ses sentiments. Encore une preuve qu'ils avaient plus en commun que ce qu'elle ne pensait.
 Du coup, comme elle ne disait rien, et qu'il n'avait pas l'intention de briser le silence, Ethan se plongea dans ses pensées. C'était toujours mieux que d'attendre pour rien. Seulement, son index se mit à tapoter frénétiquement l'écorce, hyperactivité oblige.

 Il se demandait si ses rêves comptaient lui dévoiler encore d'autres trucs du genre. Peut-être que cette nuit, il rêverait d'un frère qu'il avait dans sa vie d'antan... qui sait ? Ou même peut-être de ses parents ? A moins que ceux-ci soient morts peu après sa naissance. Après tout, tout était possible.
 Avait-il une petite amie dans le passé ? Une personne qu'il aimait plus que par amour fraternel, et qui l'aimait en retour ? Bizarrement, il avait du mal à le croire. Ou peut-être avait-il été attiré par les gars ? Encore quelque chose qu'il ne saurait jamais. A vrai dire, il ne savait même pas ce qu'il en était à présent, étant donné qu'il n'avait encore jamais ressenti une quelconque attirance pour qui que ce soit au Bloc...

« Comment tu peux dire ça ? Il fut tiré de ses pensées par une voix légèrement tremblante. On se connait pas, en tout cas pas ici, je ne dis pas que t'as tord. Je veux juste que tu m'expliques.  »

  Expliquer... Non, pas ça. Il détestait parler de ses cauchemars, ou même de lui. Franchement, s'il n'était pas persuadé avoir été proche de cette fille dans le passé, il l'aurait rembarrée sans scrupules. Pourtant, à la place, il se força à adopter un ton léger pour lui en dévoiler un peu sur ses rêves. Mais juste un peu, hein.

« Ce ne sont que des bribes de souvenirs... Mais j'y ai plusieurs fois vu ton visage. Tes cheveux, tes yeux... » Il marqua une courte pause durant laquelle il soupira. « On était petits, je crois. Et on jouait souvent dehors, près d'une balançoire. »

 C'était vraiment bizarre comme discussion. Et, au moment même où les mots sortaient de sa bouche, Ethan se rendait compte du ridicule de la situation. Il n'y avait pas de balançoire au Bloc. Aucun moyen, donc, de se souvenir de la sensation que produisait l'effet de se balancer. Enfin...

« On était peut-être juste amis. Ou bien cousins, ou alors de la famille éloignée... » Nouvelle pause, plus longue que la précédente cette fois. « Enfin, je comprend parfaitement ta réaction. Ça doit te paraitre ridicule tout ça. En fait, ça l'est. Parce que le passé ne rime plus à rien désormais. »
 

 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 6 Mai - 23:07


On perd plus de personne que l'on en trouve. Mais c'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille.
Charlie O'Brien ~ Ethan S. Clark

Comment des humains pouvaient effacer la mémoire de personnes ? Les prendre pour des cobayes, leur faire oublier leur vie et leur entourage. Des monstres, pas des Hommes.
À cette conclusion, mes poings se serrèrent, je croisais mes mes bras pour ne pas qu'il le voix, et me crispais la mâchoire. Penser à ce genre de chose ne nous aidera pas. Ni à sortir, ni à comprendra le pourquoi du comment. Autant user son énergie à sa creuser cette cervelle remise à zéro pour découvrir ce que nous cachons. Car oui, j'étais presque certaine que nous avions tous quelque chose de spécial ou etrange, aussi horrible soit-elle. Et ce ne serait pas la première fois que je me demandais ce que j'avais bien pu faire avant. Avant le labyrinthe, avant ce cauchemar. Il y avait l'avant, le maintenant, et - espérons le - l'âpres.  

- Ce ne sont que des bribes de souvenirs... Mais j'y ai plusieurs fois vu ton visage. Tes cheveux, tes yeux... On était petits, je crois. Et on jouait souvent dehors, près d'une balançoire.

Ce n'était que... Il ne pouvait pas savoir comment je l'enviais d'avoir juste une vision de ce "avant" qui nous était à tous inconnu. Je plantais mes yeux dans les siens, pas pour savoir s'il mentait. Non, j'espérais voir ce qu'il me disait dans ses yeux. Mais non, ils restaient d'un gris bleus, assez semblables aux miens. C'en était déroutant. Cette impression de le voir dans une Charlie plus petite. L'ancienne Charlie jouait à la balançoire ? Une petite fille aux joues roses qui  riait tous le temps, qui mangeait du Nutella à la petite cuillère, qui s'amusait avec des amis ? Une Charlie bien différente de ce que j'étais aujourd'hui. Comment etais-je, réellement ? Avant le poids de la peur, de la tristesse, avant, lorsque nous étions des jeunes insouciants, nous l'etions tous, forcement.

- On était peut-être juste amis. Ou bien cousins, ou alors de la famille éloignée...  Enfin, je comprends parfaitement ta réaction. Ça doit te paraitre ridicule tout ça. En fait, ça l'est. Parce que le passé ne rime plus à rien désormais.

Ridicule ? Oui et non. Ça l'était et en même temps pas. Qu'est ce qui n'était pas ridicule ici ?    
Je hochais la tête négativement, les yeux dans le vague, pensive.

-Le passé, même si on ne s'en souvient plus, crée notre futur.

Il nous change, nous traumatise, nous crée des liens, des sentiments. Qu'il soit utile ou pas, ce n'était pas la question, nous avions besoin de lui pour déterminer notre avenir. Ce cube existait pour une raison, et seul notre passé pourrait nous le dévoiler. Mais celui-ci était  insondable, ça me donnait presque envie de m'arracher les cheveux.  

- Fais chier ! Je fronçais les sourcils et me relevais brusquement, me rattrapant, au dernier moment, à la branche.

Je le regardais sans le voir avant de descendre totalement. Je ne tenais pas à me rompre le cou dans un élan de colère, accompagné d'une perte d'équilibre, autant mourir sous les pattes d'un griffeur, j'aurais l'air moins ... Pas douée. Je m'écorchais la main contre le tronc, et j'essuyais les gouttes de sangs qui commençaient à couler, sur mon pantalon. Je n'allais pas chipoter pour un peu de sang quand même. Je levais les yeux vers la branche où j'étais quelques secondes plutôt.  

- Descends, on marche.

J'avais été sèche, je venais de m'en rendre compte, alors que je ne voulais pas l'être. Je me retournais avec un regard désolé sur le visage, manquerait plus que je le vexe et qu'il décide de partir. La discussion n'était pas finie !

- S'il te plait.

Je me mis à marcher à travers les buissons, évitant - par habitude - les sentiers, donc les autres blocards. Je me griffais les chevilles contre des ronces et lâchais un grognement étouffé. C'était ma journée tiens. En levant les yeux au ciel, je m'attardais sur un nuage avant de me rendre compte que au final je n'avais toujours rien dit au garçon.

 -Je suis désolée, je ne supporte pas ne pas savoir, et ce que tu me dis, je sais que c'est vrai. Mais je n'ai aucun moyen de me souvenir où de donner des preuves. Je pris une grande inspiration. Je me confiais à un inconnu maintenant ? Bon, apparement, il n'était pas si inconnu que ça, bref. Dis moi ton nom.


.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 13 Mai - 18:44



Hey, you're my cousin.

« It's always good to find his family. »


Bien évidemment, Ethan ne pensait aucun des mots qu'il venait de prononcer. Le passé ne rime plus à rien à présent ? La bonne blague. S'il y avait bien une chose qu'il souhaitait par dessus tout, c'était retrouver la totalité de ses souvenirs. Trop de questions sans réponses embrouillaient son esprit. Et il en avait sa claque des migraines incessantes. Tout ce qu'il demandait, c'était qu'on lui explique la raison de ses crises de panique, et qu'on lui dise celui qu'il était avant le Bloc. Avait-il été une personne chaleureuse et enthousiaste ? Et si oui, pourquoi était-il devenu quelqu'un de froid et solitaire, sarcastique et ironique au possible ? Qui avait été sa famille, ses amis, ses ennemis, ses amours ?

« Le passé, même si on ne s'en souvient plus, crée notre futur. »

Dans son cas, il était surtout la source de sa volonté de vivre. Il voulait sortir de cette prison pour découvrir son passé. Et non son futur. Et il était persuadé qu'au delà du Labyrinthe, il aurait l'occasion de connaître ce qu'on cherchait à lui cacher. Mais pour cela, encore fallait-il qu'ils trouvent une sortie. Il ne s'agissait pas de passer à travers les murs pour s'enfuir.

« Fais chier ! »

Ethan sursauta malgré lui, surpris par la soudaine colère de la fille. Celle-ci s'était redressée précipitamment et avait manqué tomber de la branche. Quant à lui, il restait parfaitement immobile, sondant son interlocutrice de ses yeux clairs.

« Descends, on marche. »

S'il avait été en train de boire ou de manger, il se serait étouffé. Clairement. Et cela lui aurait certainement été fatal.
Le jeune homme n'était pas un rebelle de nature. Il était plutôt docile face à la milice, d'ailleurs. Pourtant, il détestait recevoir des ordres. Et s'il n'était pas sûr d'avoir besoin de la blonde pour recouvrer une partie de sa mémoire, il lui aurait craché à la figure. Parce qu'ils étaient censés être sur un pieds d'égalité, et qu'il ne permettait à quiconque de lui parler sur ce ton.

« S'il te plait. »

Voilà qui était déjà mieux. Ces trois petits mots suffirent à radoucir l'humeur du brun. Pourtant, il lui jeta tout de même un regard assez agacé. Puis il la suivit jusqu'en bas du tronc. Ça l'embêtait un peu d'avoir quitté l'ombre rassurante des feuilles en haut de la branche. Mais si la marche permettait à l'inconnue -ou pas- de se sentir mieux, soit.
Ils marchèrent en silence un bon moment, passant par des sentiers étroits. Plusieurs fois, Ethan se prit les pieds dans des ronces. Ses chevilles en souffrirent, mais il ne se plaignait pas. A ses côtés, la jeune femme grognait parfois de douleur.

« Je suis désolée, je ne supporte pas ne pas savoir, et ce que tu me dis, je sais que c'est vrai. »

Elle avait enfin brisé le silence. Et Ethan ne put s'empêcher d'en être soulagé. Il avait déjà assez de mal à commencer une conversation. Alors la poursuivre, c'était quasiment impensable.

« Mais je n'ai aucun moyen de me souvenir où de donner des preuves. »

Si on y pensait bien, lui non plus n'avait aucun moyen de donner des preuves de ce qu'il voyait en rêve. Mais il était bien content que la blonde ne le prenne pas pour un menteur. C'était déjà un bon début.

« Je n'ai aucun preuve moi non plus. Mise à part cette impression de t'avoir déjà vue. Avant le Bloc je veux dire. »

Oui, bon. Ça ne les avançait pas beaucoup. Presque tout le monde ici avait déjà eu ce sentiment. Mais ses rêves étaient une preuve supplémentaire. Qu'il ne pouvait, bien évidemment, pas montrer à son interlocutrice.

« Dis moi ton nom. »


Et encore un ordre. Décidément ! Toute fois, celui-ci était bien moins sec et agressif que le précédent. C'est pourquoi Ethan décida de ne pas relever et de répondre tranquillement :

« Ethan. Et le tien ? »

Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


C'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille. [Ethan S. Clark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille. [Ethan S. Clark]
» [#11] Mon corps mouillé est toujours agréable à regarder...n'est-ce pas? [Terminé]
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Demande d'agrément

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois-