Partagez

I hate panic attack. It's really really bad. [Ft. Isaac Welligton] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageVen 1 Mai - 22:39



Here, we almost can fly.

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »

 La tête entre les mains, Ethan fermait les yeux. Cette journée s'était avérée épuisante. Bien plus qu'à l'accoutumée. Et le pire, c'était qu'il ne savait même pas pourquoi. Il avait fait son job, à savoir courir toute la journée. Ni plus ni moins. Alors qu'est-ce qui le fatiguait autant ?

 Il avait la réponse, bien qu'il ne souhaitait pas se l'avouer. Son cerveau tournait à plein régime, et ce, depuis plusieurs jours déjà. Voilà ce qui l'épuisait bien plus qu'il ne le pensait. A force de réfléchir à chaque seconde à son passé, son présent, et son futur, il en devait obsédé par tout ça. Par toutes ces questions qui ne faisaient que se bousculer dans son esprit, sans relâche. Et il n'en pouvait plus.

 Voilà l'une des raisons qui l'avait poussé à monter en haut de cette tour. Et aussi parce qu'il avait vraiment envie de voir le Bloc tout entier. Se trouver dans la Tour de guet, c'était un peu comme avoir l'impression de voler. En toute liberté. Rien de mieux quand on savait qu'on était piégé entre d'immenses murs aussi accueillants qu'une porte de prison. Enfin, Ethan n'avait jamais été "accueilli" par une porte de prison, étant donné qu'il n'avait pas le souvenir d'avoir déjà été enfermé dans une telle pièce. Mais il supposait que cela ressemblait à la grille qui servait de porte au Gnouf.

 Le jeune homme releva finalement la tête, et se leva. Il s'approcha de la barre qui délimitait la tour et le vide. Il espérait franchement qu'aucun milicien ne passerait par là. Il n'avait pas forcément de problèmes avec eux, mais préférait tout de même les éviter. Et surtout, il voulait être tranquille. Tranquille avec lui-même, ses souvenirs, ses pensées et ses émotions. Parce que c'était également fatiguant de toujours s'assurer que son masque d'indifférence était bien là. De toujours faire en sorte de cacher ses sentiments.

 Avec un soupir las, le brun se réinstalla contre le mur, se plongeant à nouveau dans ses pensées.
 Seulement, quelques minutes plus tard, la tête commença à lui tourner. Ce n'était pas trop fort, assez supportable. Mais nausées étaient synonymes de crises de panique, bien souvent. Et ça, c'était bien moins supportable. Ethan pressa ses mains contre ses tempes, prenant bien soin d'inspirer et d'expirer longuement. Mais il sentait déjà les battements de son cœur s'accélérer dangereusement. Pourquoi fallait-il toujours que ses moments de calme soient gâchés ?
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 


Dernière édition par Ethan S. Clark le Jeu 21 Mai - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 2 Mai - 18:13

Au sommet de la liberté


Isaac &Ethan

 
 






















Tant de bruits, tant de gens, trop de mouvements. J'en avais juste assez. Je sortais de la douche et les dortoirs bondés me donnaient la migraine. Trop épuisé pour aller m’entraîner en zone de combat, s'il y avait bien une idée qui me trottait dans la tête depuis ce matin c'était quelque chose que je n'avais jamais fait auparavant. Grimper dans la tour de guet et aller espionner ces débiles de miliciens. Je voulais aller visiter cet endroit qui donnait l'impression de voler. Lorsque j'avais été au gnouf l'autre jour pour au moins la ... Combien de fois déjà ? Je souris. À force j'avais fini par ne plus compter. Bref, je les avais entendus parler en train de dire qu'ils préféraient surveiller du haut de cette tour plus que d'être ici et veiller auprès d'un blocard idiot comme moi. À partir de ce jour-là j'avais eu envie de me dessiner cette fameuse tour dans la tête. Je commençai à grimper les escaliers, le cœur battant, imaginant y trouver des douves et des donjons. D'où connaissais-je ces mots si je n'en avais jamais vu de ma vie ? Aucune idée. Je montais, en prenant bien le soin de regarder autour de moi s'il n'y avait personne. Pour le moment pas une ombre. Au fur et à mesure que la terre devenait de plus en plus petite une impression bizarre me dominait. Tout était différent, si lourd. Je commençais à ressentir la crainte comme le gnouf. Cette espèce de creux où j'étais entouré de ces quatre horrible murs qui me donnaient la nausée. Ici tout était.. Haut et amplifié. Je n'avais pas le vertige lorsque je regardais les marches en bas, mais les murs m'oppressaient. J'avais l'impression que ces derniers allaient m'engloutir. Tandis que mon pouls s'accélérait je me mis à courir encore et encore. Mes jambes suivirent mon mouvement et mon champ de vision se rétrécit. Mon seul but était à présent de sortir d'ici. Je voulais respirer de l'air frais. Je sentais le rouge de mes joues me rendre encore plus apeuré.

Mon souffle s'accélérait et tout à coup je sentis une légère brise me caresser le visage. L'air. L'air frais me fit le bien le plus fou. J'étais libéré. Je regardai le paysage dont j'avais tant rêvé. La vue qui m'était offerte n'était que celle du bloc , mais ici toute notion de hauteur était annulé. C'était moi le grand et les grands bâtiments n'étaient que minuscules. Je respirai un grand coup pour stabiliser mon souffle 5ce que je fis sans aucun problème tellement j'étais émerveillé. Puis, un souffle continua à se faire bruyant. Était-ce le mien ? Je regardai autour de moi. Non ce n'était pas le mien vu qu'il était redevenu normal. Je fis quelques pas en avant et je n'eus pas à chercher longtemps avant de tomber nez à nez avec un blocard qui avait la tête dans les mains. Qui était-ce et que faisait-il ici? Par la couleur de ses vêtements j'en jugeai que ce n'était pas un milicien, mais un trappeur. Y avait-il eu un autre taré qui avait tenté la même expérience que moi ? Il ne releva pas la tête et rien qu'à son souffle il allait s'étouffer. Je ne connaissais que trop bien ces symptômes. Une crise de panique à cause des murs. Je me penchai et m'accroupis devant lui. Mes mains allèrent entourer ses épaules.

- Hey, hey, ça va allez ... , murmurais-je.

C'était la première fois que je me trouvais de ce côté-là. D'ordinaire c'était moi que l'on calmait.

- Concentre toi sur ma voix et stabilises ta respiration. Inspire... Expire.

La clé lors des crises n'était rien d'autre que la respiration et le regard. Mes mains descendirent et remontèrent le long de ses bras comme des caresses. Je le sentais trembler. Tout doucement, je lui relevai la tête et le fixai dans les yeux.

- Tu es en sécurité, respire, tu as de l'air...

Je me mis à lui montrer le rythme de ma respiration afin de le guider pour faire de même.


 


 
©Morphine

 

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 9 Mai - 11:58



Here, we almost can fly.

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »

  Malgré ses efforts, Ethan ne parvenait pas à recouvrer un rythme respiratoire normal. Sa tête se renversa en arrière, à la recherche d'air. Il avait désespéramment besoin de sentir l'oxygène revigorer ses poumons. Mais il n'y arrivait pas. Seules de petites bouffées d'air circulaient dans son sang. Chacune de ses respirations étaient douloureuse et précipitée. La tête lui tournait de plus en plus, comme si son cerveau cherchait à s'échapper de sa tête. Il se sentait oppressé. Et cette sensation était pire que tout. Il allait s'étouffer, il le sentait. Et il ne pouvait rien faire pour éviter ça.
 Comme à chaque fois qu'il faisait une crise de panique, il tentait de se remémorer la solution. Comment parvenait-il à se sortir de ses crises les autres fois ? Mais son cerveau était bien trop embrouillé pour qu'il ne puisse penser convenablement. Il ne pouvait pas réfléchir, seul le bruit de son souffle irrégulier le rattachait un minimum à la réalité. Le jeune homme avait l'impression que les murs de la Tour se rapprochaient, prêts à lui tomber dessus. Il voulut se lever, échapper à l'engloutissement imminent. Mais il était plaqué au sol, en position assise. Impossible pour lui d'esquisser le moindre mouvement. Sauf celui d'enfouir à nouveau son visage entre ses mains, pour ne plus voir les murs qui tombaient vers lui. Mais l'impression était toujours là. Il pouvait entendre son cœur battre dans ses tempes. C'était évident, il allait faire une crise cardiaque.

 Mais alors qu'il réussissait enfin à formuler une pensée cohérente -qu'il allait mourir en haut de cette Tour- il sentit deux poids sur ses épaules. Sursautant entre deux tremblements, Ethan laissa échapper un faible gémissement de surprise.

« Hey, hey, ça va allez... »

 Cette voix. D'où venait-elle ? Il ne la connaissait pas en tout cas... Peut-être était-ce un souvenir qui revenait. Il n'en savait rien, et n'était vraiment pas en état d'y réfléchir.

« Concentre toi sur ma voix et stabilises ta respiration. Inspire... Expire. »

 Ethan mit un bon moment avant de comprendre les paroles qui lui étaient certainement adressées. Il tenta une fois de plus de contrôler ses respirations, mais celles-ci étaient toujours aussi irrégulières et précipitées.
 De légères caresses sur ses bras le firent frissonner. Mais ce n'était pas de froid. Il sentit alors qu'on redressait sa tête. Ses yeux terrorisés croisèrent d'autres iris rassurantes.

« Tu es en sécurité, respire, tu as de l'air... »

De l'air, il avait besoin d'air. Une fois de plus, Ethan chercha à inspirer le plus d'oxygène possible. Mais ses battements de cœur saccadés n'aidaient pas et l'obligeaient à ne prendre que de minuscules inspirations. A nouveau effrayé par cette incapacité à respirer, le trappeur s'accrocha inconsciemment aux bras de l'inconnu face à lui. Il s'y agrippait comme si cela allait l'aider à reprendre le contrôle de son pouls. Le jeune homme lui montrait le rythme de sa respiration, et Ethan commençait à se caler dessus. Son rythme cardiaque était toujours trop rapide, mais son souffle se régularisait. Seulement, un seul coup d'oeil autour de lui suffit à le faire paniquer de nouveau. Les murs se trouvaient toujours là, menaçant de l'écraser. Et la respiration du brun s'emballa encore une fois tandis que les tremblements reprenaient possession de son corps.
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 11 Mai - 18:26

Respire


Isaac &Ethan

 
 



















Je sentis que sa respiration se calmait, mais tout à coup tous mes efforts tombèrent à l'eau lorsque je m'aperçus que le blocard avait regardé autour de lui. Je compris dans son regard qu'il venait de reprendre conscience et savait qu'il était tout en haut de la tour.

- Ne t'en fais pas, fis-je doucement en tentant de le rassurer. Tu es à l'air libre ici, il n'y a aucun danger.

Je savais très bien ce qu'il ressentait et je savais aussi pertinemment que la dernière chose à faire était de rebrousser le chemin pour l'emmener à l'infirmerie. Le voyant encore plus paniqué je serais très capable de me mettre à faire une crise d'angoisse à l'intérieur de ces murs. Lui comme moi, que nous avait-il prit de s'aventurer dans un endroit pareil ? Je lui repris son menton de façon à ce qu'il me regarde plutôt qu'à côté.

- Tu es à l'endroit où travaillent les sarcleurs, tu te balades dans les champs et tu sens le vent frais s'abattre sur ton visage..., dis-je.

Peut être que ma méthode sonnait ridicule, mais en tous les cas c'était comme ça que je me calmais la nuit lors de mes terribles paniques. Je frissonnai à cette pensée-là. Mes horribles songes m'empêchait bien de fois de plonger dans le sommeil. Je n'aimais pas quand les gens me surprenaient. Aussi vite qu'elle était venue je chassai cette pensée de mon esprit pour me concentrer sur l'instant présent bien plus important pour le moment. Je continuais à lui montrer le rythme de son souffle et avec lui je m'étais moi aussi calmé. Il allait y arriver. Il fallait juste que son rythme cardiaque suive.

- Soulèves très haut les épaules et relâches toute la pression tout doucement comme si tu voulais que seul le vide demeure dans ton corps... Sens le et concentre toi sur ce geste... Sur ce que tu ressens...

Ma voix se faisait de plus en plus lente presque comme hypnotisante. Mes mains lâchèrent son menton pour pouvoir se déplacer vers ses avants bras. Le jeune homme tentait de revenir à la réalité depuis toujours à l'heure et m'avait serré avec forces les avants-bras si bien qu'il m'avait même laissé une petite marque rouge à l'endroit qu'il avait empoigné. Ça aurait très bien pu être moi à sa place et je réalisai que j'avais été stupide d'y aller tout seul. Mais si finalement j'avais décidé de faire demi-tour et que je n'étais pas tombé sur lui ? Personne ne l'aurait vu...S'il aurait fait la rencontre de miliciens pas très sympathique je n'osais même pas imaginer la situation... Mon côté rebelle m'avait donc bien été utile aujourd'hui. Pour une fois que je pouvais servir à quelque chose, pensais-je.

- Voilà continue et de plus en plus lentement... Tu t'allonges dans l'herbe et petit à petit tu prends conscience que tu vas t'endormir...

Mais après ? Cela n'allait pas durer éternellement. Il allait bien falloir descendre et reprendre l'obscurité de la tour... Qu'allions nous faire ? Comment allais-je gérer la situation lorsqu'il allait voir que nous redescendions ? Nous n'allions pas sauter tout de même. C'est alors que j'eus une idée. Avant de descendre je devais le mettre en confiance avec l'espace. Nous étions au sommet à l'air libre et les miliciens avaient besoin d'être espionné ! Il allait devenir mon partenaire de mission. J'étais certain que cela allait lui plaire.


 


 
©Morphine

 

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 14 Mai - 14:35



Why did you help me?

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »


« Ne t'en fais pas. Tu es à l'air libre ici, il n'y a aucun danger. »

Tout en tremblant, Ethan ferma les yeux. Il se concentra sur la voix. Cette voix rassurante et posée. Ses doigts agrippèrent une fois de plus les avant-bras qui le tenaient.
Il sentait une main se poser sur son menton et il redressa son visage. Ses paupières se soulevèrent et il plongea à nouveau son regard dans ces iris brunes qui le fixaient.

« Tu es à l'endroit où travaillent les sarcleurs, tu te balades dans les champs et tu sens le vent frais s'abattre sur ton visage... »

Pendant un moment, les pensées d'Ethan se déconnectèrent une fois de plus. Les sarcleurs ? Les champs ? Quoi ?
Mais il fit tout de même ce que l'autre personne tentait de lui dire. Il se concentra sur le regard du jeune homme -c'en était obligatoirement un, à en juger par sa voix grave. Et il s'imagina en train de marcher dans l'herbe. Il pensa au souffle du vent venant s'abattre sur son visage, lui procurant une délicieuse sensation de liberté. Sa respiration commença lentement à se régulariser.  

« Soulèves très haut les épaules et relâches toute la pression tout doucement comme si tu voulais que seul le vide demeure dans ton corps... Sens le et concentre toi sur ce geste... Sur ce que tu ressens... »

La voix se faisait plus lente, plus douce. Comme si elle allait finir par l'hypnotiser. Il inspira profondément sans cesser de regarder les prunelles face à lui. Puis, il expira lentement, évacuant tout l'air dans ses poumons. Au départ, il faillit s'étouffer, car son souffle était encore trop rapide. Mais il finit par y parvenir. Son rythme respiratoire retrouva bientôt la normale, et ses muscles tendus se décrispèrent au fur et à mesure. Ses tremblements avaient cessé.

« Voilà continue et de plus en plus lentement... Tu t'allonges dans l'herbe et petit à petit tu prends conscience que tu vas t'endormir... »

S'endormir... Qu'est-ce qu'il aimerait pouvoir réellement s'endormir un jour. Plonger dans les méandres du sommeil sans paniquer, en débarquant dans un univers heureux et compréhensible, où il ne serait pas constamment effrayé. Malheureusement, cela lui était impossible.
Après plusieurs minutes de silence, Ethan parvint enfin à articuler un mot.

« Merci... »

Et ce fut à ce moment-là que la réalité le rattrapa. Il venait de faire une crise de panique devant un inconnu. Il avait été faible et incapable de reprendre le contrôle sans aide. Tout ce qu'il détestait.
En reculant légèrement la tête, le brun put observer la personne en face de lui. C'était un jeune homme, comme il s'en était douté. Ses cheveux étaient d'un châtain clair et bouclé. Et il avait de très beaux yeux. En réalisant qu'il tenait toujours fermement les avants-bras du jeune homme, le trappeur le lâcha précipitamment.

Ethan ressentit tout à coup une immense honte. Il y avait bien une raison pour laquelle il avait horreur que quelqu'un le découvre dans cette position de faiblesse. Car il ne voulait pas qu'on le juge comme un être fragile et peureux. Car ce n'était pas l'image qu'il renvoyait de lui en temps normal. Il préférait se cacher derrière son masque d'ironie et de sarcasme. Et tout venait de tomber à l'eau, puisque ce garçon avait certainement compris son problème. La claustrophobie.

Avec un faible soupir, Ethan enfouit sa tête entre ses mains. Tout ce qu'il espérait désormais, c'était que le garçon s'en aille et oublie cette histoire. Parce qu'il n'avait vraiment pas envie qu'on le juge ou qu'on lui fasse remarquer à quel point il avait ridiculement paniqué.
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageVen 15 Mai - 11:10

La réalité


Isaac &Ethan

 




















 
Il se détendait au fur et à mesure de mes paroles et je parvins à ressentir du soulagement. Je n'étais pas si nul que ça après tout. Qu'aurais-je pu faire d'autre ? Aucune idée. Sa respiration commença à être moins saccadée et sous mes doigts ses muscles se détendirent. Il écoutait tout ce que je disais et semblait être dans une sorte d'hypnose comme je l'avais voulu. Bientôt il cessa même de trembler et mes lèvres ne purent s'empêcher d'esquisser un léger sourire. D'ordinaire, cette sorte de rapprochement avec un gars ne m'aurait pas forcément plus et je ne me serais sans doute pas montré aussi doux que si cela avait été une fille. Or depuis certains temps, je savais très bien que mon attirance pour l'autre pain était bel et bien présente en moi. Je chassai aussitôt cette pensée en moi. C'était bien le dernier des moments pour y penser, mais que me prenait-il à la fin ? Le silence se fit de plus en plus maintenant que le jeune homme respirait normalement. Enfin, je le sentis hésiter, comme si reprendre la parole lui semblait inconnu.

- Merci, murmura-t-il.

Je posai de nouveau mes mains sur ses épaules. Maintenant il fallait que je lui explique ce que je voulais avant qu'il ne panique à nouveau. Mais à cet instant-là je le sentis sursauter. La réalité. Moment que moi aussi je connaissais bien. J'avais toujours l'impression de m'écraser au sol dans un immense boum comme si ma tête venait de se reconnecter avec mon corps. Il recula, tout surpris et se mit à rougir violemment. Je pus deviner sa gène et sa honte. Il se disait probablement que j'étais en train de le juger et de le prendre pour un faible. C'était exactement les mêmes pensées que j'avais. Avec Kalis l'effet avait été le même. Avec un énorme soupir il recula encore et je le lâchai tandis qu'il mit sa tête dans ses mains. Voulait-il être seul ? Probablement oui, mais il était hors de question que je le laisse. Je n'allais pas courir le risque qu'il refasse une autre crise en descendant de la tour. Dedans tout serait pire. Aucun air libre, mais seulement des murs à n'en plus finir. L'enfer. Je soupirai moi aussi et me remis à parler.

- Écoutes, je sais ce que tu es en train de penser et non tu n'es pas un faible. Je suis pareil que toi, moi aussi je suis.. claustrophobe. Alors, il n'y a aucune honte à avoir.

J'avais peiné sur le dernier mot. Je n'avais pas l'habitude de la dire à haute voix.

- Nous n'allons pas descendre de suite et je ne vais pas te laisser le faire non plus tout seul. Ce que je te propose maintenant que nous sommes libre ici, nous allons aller espionner les miliciens. Enfin c'est pour cela que je suis venu donc ça peut être drôle non, t'en penses quoi ? Certains sont étranges et j'ai juste envie d'en savoir plus.


La curiosité et encore la curiosité. Jamais je ne pouvais m'arrêter moi. Lorsque j'avais commencé un truc il fallait toujours que je le finisse coûte que coûte et puis je voulais absolument changer les idées du blocard.

- Moi c'est Isaac, je suis coureur. Et toi ?, demandais-je gentiment en espérant qu'il allait relever la tête.

Je regardai autour de moi. J'aimais cette grande vue, c'était comme si je me sentais tout à coup plus puissant et moins ciblé. Ici, nous étions loin de tous ces horribles monstres, loin du danger des créateurs. Ici, j'étais libre.





©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 16 Mai - 12:35



Why did you help me?

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »


Sa claustrophobie était la chose dont il avait le plus honte. Voilà pourquoi il voulait toujours se forger un masque de neutralité ou de sarcasme. Pour éviter qu'on ne le range dans la catégorie "peureux". Pourtant, le regard des autres lui importait peu. Il s'en fichait complètement d'ailleurs. Que chacun pense ce qu'il voulait de lui, cela ne l'atteignait pas. Néanmoins, s'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'était la pitié ou la compassion. Et justement, il ne voulait pas être la cause de cette pitié.
La seule personne qui avait découvert son trouble avant ce jour ne l'avait jamais jugé. Elle avait continué à le voir comme auparavant, comme si cette découverte n'avait jamais eu lieu. Et c'était ce qui l'avait soulagé. Que son amie ne lui montre aucun signe de compassion.
Cependant, ce garçon-là ne pourrait jamais le voir autrement que "le claustrophobe", puisqu'ils ne se connaissaient pas. La première impression qu'il lui avait involontairement donné était celle qu'il voulait à tout prix éviter.

« Écoutes, je sais ce que tu es en train de penser et non tu n'es pas un faible. Je suis pareil que toi, moi aussi je suis.. claustrophobe. Alors, il n'y a aucune honte à avoir. »

Lentement, Ethan releva la tête. Il croisa à nouveau le regard de son interlocuteur. Ce regard perçant qui l'hypnotisait presque. Il ne savait pas réellement s'il devait mettre ce genre de pensée sur le compte de la fatigue, de sa crise ou bien des circonstances, mais les yeux du jeune homme le rassuraient comme rien ne l'avait jamais fait dans ce trou qu'était le Bloc.

Alors comme ça, lui aussi avait une peur bleue du confinement. Même si Ethan se doutait que le Bloc devait en contenir un bon nombre, c'était la première fois que quelqu'un lui avouait ça. Lui-même ne l'avait et ne l'aurait jamais fait. Même s'il ne le dirait jamais, il admirait franchement le courage qu'avait le garçon pour lui dire ça alors qu'ils ne se connaissaient pas.

« Nous n'allons pas descendre de suite et je ne vais pas te laisser le faire non plus tout seul. Ce que je te propose maintenant que nous sommes libre ici, nous allons aller espionner les miliciens. Enfin c'est pour cela que je suis venu donc ça peut être drôle non, t'en penses quoi ? Certains sont étranges et j'ai juste envie d'en savoir plus. »

En fait, Ethan aurait très bien pu l'envoyer balader. Lui lancer une pique bourrée d'ironie pour cacher son trouble grandissant. Après tout, c'était ce qu'il faisait tout le temps, et à n'importe qui. Sans aucun scrupule.
Mais le jeune homme se montrait doux et gentil, et ne semblait pas le prendre en pitié. Et il l'avait aidé. Il fallait bien avouer que le brun n'aurait pu sortir de sa crise avant un bon moment s'il n'était pas arrivé. Et les dégâts auraient pu être... remarquables. Alors, même s'il détestait recevoir de l'aide de quiconque, il ne pouvait vraiment pas remballer ce gars. Parce que cela serait injuste, et qu'il n'en avait pas envie. Il hocha donc la tête, légèrement. Il était toujours replié sur lui-même, se remettant peu à peu de sa crise. Mais il voulait tout de même approuver les paroles de son interlocuteur.  

« Moi c'est Isaac, je suis coureur. Et toi ? »

Isaac... Jamais entendu. Pourtant, le visage du Coureur lui était familier. Il avait déjà dû l'apercevoir à plusieurs reprise. Et puis, autant dire qu'Isaac n'avait pas un visage que l'on pouvait facilement oublier. Tout en se redressant un peu plus, Ethan chassa cette étrange pensée de son esprit à l'aide d'une petite secousse de la tête. Qu'est-ce qui lui prenait à la fin ?

« Enchanté. » Il marqua une petite pause, surpris que ce mot si inhabituel de sa part se soit échappé de ses lèvres.
« Ethan, trappeur. »

Rapide et concis, comme toujours. D'un côté, cela le rassurait de voir qu'il n'avait pas pour autant perdu son habitude d'être très bref dans ses paroles. Mais, comme il ne pouvait décidément pas laisser le jeune homme faire la conversation seul, il reprit;

« Et je suis OK pour l'espionnage des miliciens. Si on pouvait juste éviter de finir au Gnouf... »
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 17 Mai - 17:49

Espionnage


Isaac &Ethan

 




















 
Le jeune blocard releva la tête doucement et se mit à me regarder dans les yeux. Il semblait être rassuré par mes paroles. Je fus surpris par mes propres mots. Jamais je n'avais révélé haut et fort une de mes plus grandes faiblesses. Moi le grand Isaac, prétentieux exposer un défaut ? Il y en aurait plus d'un dans le bloc qui aurait éclaté de rire ! Mais qu'étions-nous sans petits défauts ? Nous ne pouvions pas être humains. Je notai dans son regard que mon prénom ne lui disait rien mais qu'au contraire mon visage lui était familier. Je souris intérieurement. Ici, tout le monde se connaissait de vue ou enfin presque, car nous étions quand même tous dans le même bateau et au fil des mois, tous nous nous étions vus débarquer au pays des merveilles.

- Enchanté, fit enfin l'inconnu.

Sa voix semblait surprise par ce qu'il venait de dire.

- Ethan, trappeur, rajouta-il rapidement.

Un trappeur. Ce gars-là passait aussi sa vie dans le labyrinthe en étant tout comme moi claustrophobe. Il avait vraiment du courage. C'était encore plus difficile pour nous que pour les autres. Combattre deux peurs à la fois n'était pas une tâche aisée. Il était beaucoup moins bavard que moi, pensais-je. Ou bien c'était encore à cause de la honte ? Les personnes claires et qui ne parlaient qu'un minimum avaient souvent du mal avec un grand bavard comme moi. La même chose avec moi qui ne comprenait pas que les gens n'exprimaient pas le besoin de faire de longues phrases. Je lui tendis la main et la lui serra.

- Et je suis OK pour l'espionnage des miliciens. Si on pouvait juste éviter de finir au Gnouf...

Il était d'accord ? Je ne pus m'empêcher de me relever d''un seul bond tout excité.

- Non, ne t'inquiètes pas on ira pas au gnouf ! J'y suis trop allé cette semaine alors encore une autre fois on va éviter hein !


C'était tout moi ça. Je savais très bien que je haïssais le gnouf, car j'avais l'impression que ses murs allaient m'engloutir tout cru, mais ma curiosité et mon comportement rebelle ne m'empêchait pas de faire ce que je désirais. Il n'y avait encore personne autour de nous, les miliciens devaient se trouver un peu plus loin. Il fallait faire attention, car nous étions à découverts et vite repérables vu qu'en plus de cela nous parlions. Je lui tendis la main machinalement pour l'aider à se relever et je lui fis signe de bien rester là où je lui disais. J'avais plusieurs fois suivi des miliciens, mais ici c'était la première fois. Généralement je n'en avais jamais pour longtemps. Je me contentais de les regarder quelques minutes. Il ne fallait jamais tenter le diable car certains pouvaient être très sévères et cruels. De plus, aujourd'hui je possédais une raison de plus pour être encore plus prudent : Ethan. Le jeune blocard n'avait pas l'air d'être du genre à aller au gnouf contrairement à moi. Je me mis à marcher, toujours en longeant le mur. Nous étions en train de faire un rond et nous tournions autour de la tour. Tout à coup, j'entendis ce pour quoi j'étais venu. La voix des miliciens. IL y en avait deux. Une femme et un homme. Ceux-là je ne les connaissais pas, sinon j'aurais reconnu leurs voix. J'étais plutôt doué pour me souvenir du timbre de la voix des gens et mettre un visage dessus. Je me tournai vers Ethan en souriant. L'espionnage avait commencé. À chaque fois, l'adrénaline et la peur d'être prit me maintenait concentré. Néanmoins, ils commençaient à se raconter leurs vies. Cela arrivait parfois, les moments où j'avais le moins de chances. La jeune femme racontait ce qu'elle avait fait la veille tandis que l'homme l'écoutait. Puis, petit à petit la conversation dévia vers quelque chose de plus intéressant. Jonas. '' Le bon vieux temps '', fit la dame. Mon cœur fit un bond. Tous les miliciens, depuis sa chute s'étaient comme divisés en deux groupes. Ceux-là faisaient partis de ses partisans les plus fidèles ou du moins les croyants, car la plupart avaient été bien punis. J'espérai qu'Ethan n'allait pas bouger d'un seul cran. Si nous faisions le moindre geste ils risquaient de nous voir. Nous étions bien trop proches à présent.






©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 18 Mai - 19:54



Let's go!

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »


Ils se serrèrent la main. Les yeux légèrement plissés, Ethan fixait le jeune homme non loin de lui. Les gens tentant de le passer à la sonde par le regard avaient le don de l'agacer. Et il n'avait franchement pas l'habitude de faire ça. Mais ce garçon l'intriguait, et il voulait essayer de mieux le connaitre juste par le regard. Après tout, ne disait-on pas que les yeux étaient le reflet de l'âme ?

Si, certainement... Néanmoins, Ethan ne se souvenait pas avoir déjà entendu cette expression au Bloc. Peut-être qu'on lui disait souvent ça, avant...

« Non, ne t'inquiètes pas on ira pas au gnouf ! J'y suis trop allé cette semaine alors encore une autre fois on va éviter hein ! »

Un peu plus et le brun serait tombé à la renverse. La précipitation dont avait fait preuve Isaac en se relevant l'avait surpris. Il avait l'air vraiment motivé. Le trappeur eut un petit sourire en le regardant. Il semblait être du genre rebelle. Enfin, c'était évident qu'il l'était puisqu'il venait d'affirmer qu'il passait beaucoup de temps au Gnouf.
Même s'il n'était pas friand de recevoir des ordres, Ethan savait bien se tenir à sa place. D'ailleurs, il préférait se plier aux règles, quitte à râler un bon coup dans son coin, plutôt que de se la jouer rebelle et de finir sous les coups. Le Gnouf, il y avait déjà été enfermé. Une fois, peu après son arrivée. Et cette unique fois lui avait bien suffi. Il était ressorti pantelant, en sueur et complètement terrorisé. Sa crise avait été bien pire que celle qu'il avait subi un peu plus tôt. Et il ne comptait pas renouveler l'expérience de sitôt.

Ethan en vint donc à la conclusion; il allait accompagner Isaac dans sa mission espionnage. Mais au moindre pépin, il se barrerait en courant. L'emprisonnement, très peu pour lui. Il ne prendrait pas de risques inutiles en s'approchant trop près.

Ethan prit la main que son nouveau camarade lui tendait pour se relever. Il répondit même au sourire que lui offrit Isaac. Puis, ils se dirigèrent tous deux vers la source des voix. Isaac lui fit signe de le suivre tout en restant planqué. Le brun hocha la tête et se plaça derrière le coureur, accroupi. D'où ils se trouvaient, il leur était impossible de voir le visage des miliciens qu'ils écoutaient. Néanmoins, ils pouvaient clairement les entendre. Leur conversation était d'ailleurs des plus ennuyeuses; leurs propres vies. Franchement, qui avait un vie intéressante méritant d'être racontée ici ?
Ethan s'apprêtait à demander au jeune homme de rebrousser chemin, mais la discussion s'orienta sur un autre terrain. Jonas. Voilà qui était bien plus intéressant !

Ethan se recroquevilla un peu plus sur lui-même, prenant bien soin de ne faire aucun bruit. A en juger par leurs paroles et leur manque de discrétion, ces miliciens étaient des partisans de Jonas. Ils auraient pu en apprendre beaucoup si des bruits de pas se rapprochant ne se seraient pas faits entendre. Le trappeur se redressa précipitamment, posant sa main sur l'épaule de son camarade.

« Isaac ? » souffla-t-il près de son oreille. « Je crois qu'il y en a d'autres qui arrivent. »

En fait, il ne croyait pas, il en était sûr. Alors, sans attendre plus longtemps, il attrapa le bras du coureur en le relevant. Puis, il se dirigea rapidement vers la sortie de la Tour sans lâcha le bras d'Isaac, chuchotant un rapide « Vite, on descend. »

Alors qu'ils pénétraient dans la cage d'escalier, Ethan sentit un nouveau vertige l'assaillir à la vue de ses murs entre lesquels il était coincé. Mais il n'avait pas le temps de paniquer. Alors, après une profonde inspiration, il commença à dévaler les marches en tentant de respirer régulièrement, entrainant Isaac avec lui.
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMar 19 Mai - 7:26

Self control or not ?


Isaac &Ethan






















La conversation commençait à devenir intéressante. Les deux miliciens parlaient tranquillement de Jonas d'une manière qui me déplaisait. En plein dans la conversation, je mis quelques secondes à remarquer la détresse d'Ethan. Ce dernier s'approcha et me murmura des paroles qui firent bondir mon cœur. Deux autres miliciens arrivèrent. Aussitôt il me tira par le bras et machinalement je tirai en retour légèrement. Je voulais entendre la fin de la phrase, mais en vain. Ethan m'emporta avec lui dans son élan. Il se mit à courir totalement paniqué et rentra dans la tour comme ci celle était devenue un refuge miracle et non un enfer. Mon regard fut attiré par nos mains entremêlées le temps d'une fraction de seconde avant de me reconcentrer sur la situation. Les miliciens nous avaient-ils entendus ? Aucune idée, mais dans ma tête je m'imaginais déjà les bruits des armes qui se dégainaient et leur "halte arrêtez-vous". Je poussai un long soupir de soulagement. Personne n'avait rien dit. Maintenant nous étions de retour ici. Ethan pouvait-il se contrôler ? Et moi ? Maintenant que je n'arrêtais pas de penser à cette claustrophobie je sentis mes sens s'alarmer. Nous nous étions stoppés. Je n'aimais pas cela. Je lançai un regard inquiet au jeune homme et lui fit signe de descendre. Je priais pour que mon expression ne révèle aucune peur, mais je sus qu'au rouge de mes joues que je sentis monter que c'était raté. J'inspirai le plus fort possible de nouveau, cherchant l'air. J'avais couru. Très mauvaise idée de se réfugier là. Soudainement avec force, ma main droite se déposa contre le mur de pierre. Ma tête se pencha et regarda mes pieds. Je continuais d'inspirer et d'expirer. Je vis les étoiles me tourner et mes jambes glissèrent. Je me retrouvais à présent accroupi. Les miliciens allaient-ils venir ici ? En plus de faire le guet dans la tour, leur arrivaient-ils de faire des rondes ici ? Je me mis à tousser. J'allais étouffer. Ce n'était pas le moment ! Je tentai de me redresser. Après tout cette scène se produisait presque toutes les nuits. Sortant de mon lit en trombe comme secoué de nausée, les vertiges me faisaient tituber et je paniquais à cause de mes cauchemars. Je cherchai désespérément ma respiration. Mes ongles allèrent se planter dans la pierre et je commençai à compter comme à mon habitude.

- Un.., murmurais-je. Deux... Trois... Quatre...

Les secondes firent longues comme à leur habitude.

- Cinq... Six... Sept....huit...


Allez Isaac ! Je pouvais faire mieux que ça. Chaque nuit, c'était un défi que je me lançais avec les nombres. Le maximum ? Je n'osais pas y penser. Le minimum ? J'en étais fier. Neuf.

- Neuuf..
, poursuivis-je en haussant la voix. Dix...., puis ma voix dépara. Onze... Dou....

Je respirai encore un peu plus fort et je me laissai tomber au sol tout tremblant. Non non pas de douze !!!

- Onze..., finis-je.

Durant quelques instants je me remis de mon dérapage. Comment avais-je pu faire une crise de panique au moment où nous voulions nous enfuir. Je relevai la tête vers Ethan. La sentiment de honte qu'il avait ressenti tout à l'heure semblait être devenu mien à présent.





©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMar 19 Mai - 10:17



Keep calm, please...

 
« I hate panic attack. It's really really bad. »


Ethan continuait de descendre en essayant de ne pas fixer les murs. Il se tourna rapidement vers Isaac et suivit son regard jusqu'à... leurs mains l'une dans l'autre. Il fut tenter de retirer la sienne, puisque c'était bizarre. Mais, étrangement, il ne le fit pas, et poursuivit sa descente.

Seulement, il n'avait pas prévu que le jeune homme s'arrête brusquement. Il se stoppa donc également, fixant son camarade, un sourcil levé en signe d'interrogation. Celui-ci lui renvoya un regard inquiet, dans lequel Ethan put voir la peur qui habitait son propre corps. Si Isaac se mettait à paniquer, il ne parviendrait pas lui-même à rester calme. Sa respiration commençait à s'accélérer au même rythme que celle du coureur.

Soudain, la main d'Isaac s'écrasa sur le mur, s'échappant de celle du brun. Il avait la tête baissée, et le trappeur ne savait plus du tout quoi faire. Il espérait fortement que les miliciens ne se jetteraient pas à leur poursuite dans cette Tour. Impuissant, il vit le jeune homme glisser au sol et agripper la pierre. Ethan songea qu'il pourrait tout simplement laisser le garçon là et détaler pendant qu'il avait encore un peu de lucidité. Après tout, il avait l'habitude d'agir en solo lorsqu'il n'était pas dans le Labyrinthe. Seulement, c'était absurde. Déjà parce qu'il s'en voudrait pendant longtemps d'avoir laissé Isaac là, en pleine crise. Ensuite, parce qu'il l'avait aidé, et que ce n'aurait pas été sympa du tout de se montrer égoïste. Et enfin, parce qu'il ne pouvait tout simplement pas se résoudre à l'abandonner. Ils devaient sortir de cette Tour ensemble.
Alors, sans se poser plus de questions, Ethan s'accroupit devant le jeune homme. Celui-ci s'était mis à compter et semblait avoir oublié sa présence. Doucement, il passa ses mains sur ses bras dans des caresses apaisantes, comme il l'avait fait précédemment. Isaac semblait tellement concentré sur son énumération qu'il ne devait probablement pas le sentir. Néanmoins, arrivé à douze, il arrêta de compter et releva la tête vers lui. Ethan lui offrit un faible sourire, se sentant de plus en plus mal à mesure qu'il voyait les murs se rapprocher. Il parvint tout de même à chuchoter quelques paroles;

« Tout va... bien, Isaac. On va sortir d'ici... d'accord ? »

Au fur et à mesure qu'il parlait, Ethan y croyait de moins en moins. D'ailleurs, il commençait à sentir son pouls marteler sa tempe de plus en plus fort, tandis que de nouveaux vertiges l'assaillaient. Ses mains quittèrent les avants-bras du garçon pour s'écraser au sol. Il bascula en arrière pour s'appuyer au mur, chancelant. Une main appuyée sur sa tempe, il fixa l'autre qui était prise de tremblements incontrôlés. Il ne parvenait même plus à entendre quoi que ce soit exceptés les battements effrénés de son cœur. Oh non, pas encore une crise !

Il ferma les yeux et resta un moment immobile, se concentrant uniquement sur sa propre respiration, qu'il tentait de ralentir. Après un moment, il sentit enfin qu'elle redevenait normal lorsqu'il crut entendre un bruit de pas en haut de la Tour. Peut-être était-ce seulement son imagination, mais il se releva d'un coup, avant de sentir sa tête tourner et de retomber au sol.
 



 
Code by Wiise sur Never-Utopia


 

___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMar 19 Mai - 11:54

Le souvenir


Isaac &Ethan






















 
Je me mis à rougir. La chaleur qui émanait de mes joues me plongeait dans une réalité que je ne voulais pas. Cependant, ma respiration s'était calmée et je repris conscience que j'étais avec Ethan dans cette tour. Lui ne semblait pas très à l'aise. D'ailleurs il se mit à parler et le timbre de sa voix ne fit que renforcer mes inquiétudes.

- Tout va... bien, Isaac. On va sortir d'ici... d'accord ?

Le disait-il pour me rassurer et bien pour se convaincre lui -même ? Pourtant, j'étais rassuré qu'il soit là. Très étrange. D'ordinaire, je détestais que les gens soient à mes côtés et je les renvoyais toujours balader. Ce que je fis à cet instant-là fut tout le contraire. Je vis le visage d'Ethan pâlir malgré l'obscurité. Je savais ce qui allait ce passer, je le savais depuis le début, bien même avant d'avoir paniqué moi-même et pourtant je n'avais pas réussi à montrer l'exemple. Il bascula et se retint au mur. Je m'avançai alerté ne sachant que faire. Était-il aussi self contrôle que moi ? Tout à l'heure, si je n'étais pas arrivé, la situation aurait mal fini donc je doutais que ce soit le cas. Il ramena ses mains à son front et tentai tant bien que mal de se concentrer. Pendant quelques secondes il resta immobile, plus concentré que jamais. Je n'osais rien dire, car le couper dans son élan pour tenter de se ressaisir n'était jamais une bonne idée. J'entendais son souffle accéléré se stabiliser et j'esquissai un sourire. Mais à un moment il sursauta brusquement. Pourquoi ? Que se passait-il ? Il se retourna, alerté. Son regard se dirigea vers le haut. Il avait cru entendre quelque chose, mais il se trompait. Je m'avançai vers lui et posa mes mains sur ses épaules.

- Il n'y a rien, ne t'inquiètes pas.

Mais ce fut trop tard. Il retomba au sol et sa crise recommença. Qu'allais-je faire ? Nous n'avions pas le temps. Vu comme c'était parti, je n'avais pas le temps de lui refaire tout mon blabla pour le calmer comme tout à l'heure. Une quinzaine de minutes, non c'était trop, beaucoup trop, voir suicidaire. Que faire pour détourner son attention ? Être focalisé sur autre chose pendant une crise était le remède miracle. Avoir le souffle coupé encore plus brutalement pouvait probablement aidé à le retrouver comme par magie. La surprise ! Allez Isaac, réfléchis ! Soudainement une image apparut dans ma tête et j'en restai scotché sur place. Un souvenir ? Moi assis en train de paniquer dans un ascenseur avec une fille accroupie près de moi qui... Non ! Ce dernier était différente de la boite, il semblait plus.. moderne. Pourquoi ce souvenir-là surgissait-il ? Qui était-elle ? Pourquoi maintenant ? Tout pour m'embrouiller ! Je me pris la tête entre les mains, ne sachant que faire. Je voulais les stopper.  Mon cœur battit à cent à l'heure et je sentis l'émotion monter. Ce que je voyais me rendait brûlant de désir. Toutes ces images si tendres, si brûlantes... Tout à coup, lancé dans mon élan, ayant oublié la réalité, je m'avançai vers Ethan et avec mes mains, je lui pris le visage, le fixai et puis sans hésiter, je reproduisis la scène que je venais de voir. Mes lèvres se posèrent sur les siennes.



©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMar 19 Mai - 16:46



Keep calm, please...

« I hate panic attack. It's really really bad. »


« Il n'y a rien, ne t'inquiètes pas. »

Le jeune homme sentit à nouveau les mains du coureur sur ses épaules, mais il tomba quand-même. Grimaçant à cause de sa chute, Ethan s'appuya à nouveau au mur. Sa tête tournait de plus en plus, embrouillant ses idées. Sa respiration avait recommencé sa dangereuse accélération. Et les murs continuaient de se rapprocher...
Il avait entendu quelque chose, il en était sûr. Ils devaient s'enfuir, et tout de suite ! Mais il lui était impossible de se relever. Il avait à peine la force de porter sa main à sa tempe.

Il ferma fortement ses paupières, comme pour ne plus voir ces murs menaçant de l'engloutir. Mais, les images persistaient dans son esprit. Alors il les rouvrit. Il allait s'étouffer, il en était désormais persuadé. La tête renversée en arrière, il tentait désespéramment de trouver de l'air. L'oxygène ne parvenait pas correctement jusqu'à ses poumons.

Il ne pouvait pas voir Isaac et se demanda un instant ce qu'il était en train de faire. Mais il n'eut pas réellement le temps de s'en préoccuper. A ce moment-là, seul son manque d'air occupait son esprit déjà bien embrouillé. Il eut vaguement conscience de mains encadrant son visage, et ce simple contact l'apaisa légèrement.

Puis, soudain, son souffle fut coupé net par deux lèvres se posant sur les siennes. Il se figea complètement, ses yeux s'écarquillant malgré lui. Puis, il perdit définitivement le fil de ses pensées. Il ferma à nouveau les yeux et se surprit à prolonger le contact. Ses bras tremblants vinrent entourer la nuque d'Isaac pendant un court instant. Instant qui fut rompu au moment où il sentit vraiment le souffle lui manquer. Il se détacha donc du garçon, le fixant en attendant que ses neurones se remettent en état de marche. La bouche légèrement entrouverte, il cherchait désespéramment ses mots. Sa respiration était encore un peu saccadée, mais elle était presque revenue à la normale. Ses tremblements avaient cessé en même temps que ses vertiges et son rythme cardiaque était régulier. Et tout ça grâce à un seul baiser. A croire que les lèvres du coureur avaient des vertus magiques de guérison.

Même s'il savait qu'Isaac avait fait ça pour stopper sa crise, il s'était surprit à apprécier ce bref contact. Et pourtant, il était très rare qu'Ethan apprécie quelque chose...

« Euh... » fut le seul mot qui franchit le seuil de ses lèvres.

Il était encore sous le choc de ce qui venait de se passer. Il se contenta alors de plonger son regard dans les yeux du jeune homme, restant silencieux par peur de dire une connerie.



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 20 Mai - 18:50

La victoire


Isaac &Ethan

 













Que m'arrivait-il ? Qu'étais-je en train de faire ? La réalité.. Je venais de l'oublier et plongé dans ma soif de désir, voilà que j'étais en train de l'embrasser. Que se passait-il ? Pourquoi ne me repoussait-il pas ? Un.. Deux.. Trois.. Pas de gifle ? Non, un contact. Il me rendait mon baiser et durant quelques fractions de secondes je sentis une énorme pointe de joie me contrôler. Nos respirions se mêlaient et je pouvais sentir sa chaleur sur mon visage. Cette dernière m'envahissait de partout et mon corps tout entier fut parcouru de frissons. Agréable. Oui c'était le mot. La vérité était que je voulais que ça continue. Je voulus en faire plus mais à ce moment-là, reprenant probablement conscience de ses actes il se recula en douceur et se mit à me fixer, aussi rouge que moi.

- Euh...,fit-il.

Oui "euh" comme il disait. Et maintenant ? Que devais-je dire ? M'excuser ? Le moment était gênant car aucun de nous deux ne savaient quoi dire. La surprise prit la place de la rage ce qui me soulageait l'espace d'un instant. Pourquoi avait-il prolongé le contact ? Avait-il apprécié ? Je sentis mes lèvres bouger pour lui demander mais je me mordis discrètement pour me retenir.

Je tentai de sortir quelques mots, mais encore tout secoué et surpris par ce que je venais de faire me rendait tout simplement bouche-bée. Aurais-je préféré un poing dans la figure ? Oh que oui ! Là au moins je savais ce qu'il pensait mais là.... Aucune idée que s'en était frustrant. S'il y avait bien une chose que je détestais plus que tout au monde, c'était de ne pas avoir de réponses à mes questions.

- Je..hm, ça a marché super !, m'exclamais-je peut être un peu trop enjoué. Let's go !, rajoutais-je en vitesse.

C'était tout ce que j'avais trouvé à dire ? Je n'avais pas pu dire quelque chose d'encore plus stupide ? Et bah non ! Isaac le maladroit, Isaac l'idiot ! Puis, je me mis à dévaler les marches afin de sortir le plus vite de cet enfer. Les murs défilèrent à grande vitesse renforçant l'impression qu'ils étaient en train de m'avaler. Mais cette fois-ci mes pensées n'étaient pas concentrées là-dessus ce qui était au moins un avantage. Pourquoi étais-je toujours sans cesse attiré par des gens ? Sans doute parce que les seules histoires d'amours que j'avais connu s'étaient stoppées du jour au lendemain. Oui c'était pour cette raison. Inconsciemment je savais que je continuais à chercher quelqu'un pour apaiser mon chagrin. J'étais en manque d'amour. Au fur et à mesure que j'avançais je me rapprochais de la sortie. Cette fois-ci la descente se passa beaucoup plus rapidement que la montée à mon plus grand étonnement. Les murs se faisaient de moins en moins sombre et mes yeux concentré sur les escaliers, mes pas s'étaient rythmés à ma respiration. Qu'était donc en train de penser Ethan ? Lorsque je vis un trait de lumière apparaître je me retournai vers lui d'un air victorieux. Nous avions été si vite ! En tout les cas, j'avais l'impression de m'être téléporté et c'était tant mieux, je voulais retrouver l'air libre ! Je pouvais déjà voir une petite sortie se discerner dans l'obscurité. Je jetai un coup d'œil en arrière, afin de vérifier inutilement la présence ou non des miliciens et je levai les bras  au ciel vers le jeune homme en signe de soulagement et de bonheur.

- Ethan, je crois qu'on a réussi !




©Morphine


___________________________________






 


Dernière édition par Isaac Welligton le Jeu 21 Mai - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 19
Messages : 355
Points : 176
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 21 Mai - 7:30



...And now?

« I hate panic attack. It's really really bad. »


Son cerveau s'était complètement déconnecté, sans aucun doute. Le corps d'Ethan était encore légèrement secoué par tous les frissons qui l'avaient traversé au moment où les lèvres du coureur s'étaient posées sur les siennes. Il se demandait même si ses vertiges n'allaient pas reprendre tellement son cœur s'était remis à battre à toute vitesse dans sa cage thoracique. Mais comment se faisait-il qu'Isaac soit parvenu à lui faire ressentir des choses pareilles ?

Silencieux, Ethan continuait de fixer son interlocuteur. Ce dernier s'était mis à rougir et le brun était prêt à parier que ses propres joues étaient pareillement colorées. Lui, embarrassé ? La bonne blague. C'était bien la première fois que cela lui arrivait. Mais apparemment, c'était la journée des premières fois; la première fois qu'il laissait quelqu'un l'approcher pendant une crise, la première fois qu'il ne se montrait pas ironique et sarcastique avec cette personne, la première fois qu'il appréciait réellement quelque chose. La première fois que tout son corps demandait plus qu'un baiser. Franchement, à croire qu'il n'était plus le même.

« Je..hm, ça a marché super ! » s'exclama finalement Isaac d'une voix un poil trop enjouée. « Let's go ! »

Ethan hocha faiblement la tête en baissant les yeux. C'était le moins que l'on puisse dire. Ce geste l'avait tellement surpris qu'il en avait momentanément oublié sa crise. Et puis, il avait été fort occupé à répondre au baiser, donc... Il fallait vraiment qu'il arrête de penser à ça, ou bien tout son corps allait s'enflammer.

Isaac se leva et se mit à dévaler les marches. Le trappeur le suivit, les yeux rivés à l'escalier pour ne pas tomber. Il ne manquerait plus que ça. Il avait toujours cette terrible impression d'être englouti par les murs, mais ses pensées étaient bien trop occupées pour s'en formaliser. Il s'efforça donc de contrôler un maximum son rythme respiratoire, afin d'éviter une nouvelle vague de panique. Puis, après un temps qui lui parut durer une éternité autant que quelques secondes, Isaac se retourna. Il faisait encore assez sombre malgré le filet de lumière qui se rapprochait à mesure qu'ils avançaient, mais Ethan put facilement remarquer l'air triomphal qu'affichait son camarade.

« Ethan, je crois qu'on a réussi ! »

Le brun eut un sourire en entendant ces paroles. Enfin, ils allaient enfin sortir de cette Tour maudite !
Bientôt, ils débouchèrent sur la sortie. Quel soulagement ! Ethan pencha la tête en arrière pour inspirer profondément, laissant l'air s'infiltrer dans ses poumons en rafale. Avec un grand sourire, il se tourna vers le coureur.

« Je commençais vraiment à me demander si on sortirait de là un jour. »

Avant qu'il ne puisse s'en rendre compte, son regard dériva inconsciemment vers les lèvres d'Isaac. Ces mêmes lèvres qui l'avaient embrassé un peu plus tôt... Ethan réprima difficilement un frisson et détourna brusquement le regard. Pour dissimuler sa gêne, il alla s'appuyer au mur le plus proche, faisant mine de reprendre son souffle. Qu'est-ce qu'il était mauvais acteur quand il était embarrassé...

« Je suis désolé que nous n'ayons pas pu réellement espionner les miliciens. Je sais que c'était pour cela que tu étais venu, mais ils arrivaient... »

La fin de sa phrase mourut sur ses lèvres. Il n'y croyait toujours pas ! Il... s'excusait maintenant ? C'était vraiment le monde à l'envers. Soit tout ça n'était qu'un rêve bien étrange depuis le début, ou bien c'était réellement Isaac qui avait le don de faire ressortir un autre angle de sa personnalité qu'il n'avait jamais soupçonné.



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 21 Mai - 18:24

Cœur brisé recollé


Isaac &Ethan














En entendant mes paroles de victoire, Ethan me sourit. Je ne pus m'empêcher de le regarder quelques fractions de secondes de trop. Il me perturbait. Perturber pas dans le mauvais sens, mais bien au contraire. Je semblais m'évader ailleurs, rêveur. Qu'allait-il me dire ? Je n'eus pas longtemps à attendre. Je commençais vraiment à me demander si on sortirait de là un jour, fit-il remarquer. Je laissai un rire amusé sortir. Ça s'était sûr. Pour une fois que j'avais trouvé quelqu'un qui était comme moi, je n'étais pas prêt de la lâcher. Tout deux, nous nous étions comme exposés mutuellement notre plus grande faiblesse secrète. Mais ce n'était pas cela que je retenais au final, mais plutôt notre victoire. Nous avions surmonté tout ce cauchemar pour en sortir vivants. Nous pouvions être fier de nous. Lui aussi ne me regardait pas comme avant, je pouvais le lire dans ses prunelles. Cela se comprenait. Nous étions en train de jouer des personnages qui n'étaient pas les nôtres en prétendant de faire comme si de rien n'était. Je ne me trompais pas. Il se mit à frissonner et alla s'accouder au mur le plus proche. Le temps d'un moment, mon cœur fit un bond dans ma cage thoracique. Une autre crise ? Non, non nous étions à l'air libre. Non, ce ne devait pas être ça, mais alors qu'était-ce ?

- Je suis désolé que nous n'ayons pas pu réellement espionner les miliciens
, commença-il vraiment d'une voix désolée. Je sais que c'était pour cela que tu étais venu, mais ils arrivaient...

Je ris. Il était vraiment en train de s'inquiéter pour ça ? Avec tout ce qui s'était passé j'avais même oublié ce détail qui en fait n'en était pas un. Je me rapprochais de lui et posai ma main sur son épaule. Bizarre. Je n'avais pas du tout l'habitude d'agir aussi gentiment. Moi le Grand Isaac qui aimait sans cesse casser les gens pour se moquer d'eux ! Mon sarcasme avait bel et bien disparu enterré dans les murs de la Tour ! D'ailleurs, j'étais persuadé qu'il n'avait pas non plus pour coutume de s'excuser aussi facilement vu la fin de sa phrase un peu mâchée.

- Ethan, c'est pas grave du tout ! Et puis Jonas, Jonas, ouais on la sait la suite malheureusement... Jonas le Grand pour ces toutous.. allez t'inquiètes va ! C'était.. cool !

Le dernier mot. Pourquoi était-je en train de dire que c'était cool ? J'espérais ne pas le froisser avec ça. Nos crises étaient bien les dernières des cool. Non, je parlais plutôt de notre rencontre aussi inattendue qu'elle soit, c'était quand même une bonne rencontre. Je fis un pas de plus et serra la main du blocard.

- Ravi de t'avoir rencontré Ethan le trappeur ! N'oublie pas.. compter sauve toujours !
, rajoutais-je en lui faisant un clin d’œil amusé. À une prochaine fois dans de meilleures conditions j'espère !, finis-je.

Je lui souris de toutes mes dents et lui donnai une tape amicale dans le dos, puis je m'éloignai afin de regagner le centre du bloc. Tandis que je marchais, plein d'émotions et de pensées se bousculaient dans mon esprit. Ethan... Je soupirai. Que m'avait-il prit ? Avais-je aimé ? Non. Avais-je aimé ? Oui, bon d'accord, oui et encore oui. Mon cœur brisé tellement trop de fois venait à nouveau de se recoller.




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


I hate panic attack. It's really really bad. [Ft. Isaac Welligton] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» gros mec avec shock attack gun
» Hamster attack
» Gro Mek avec Shock Attack Gun V4
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Les Plantations :: La Tour de Guet-