Partagez

DOMINANT LE MONDE, DEUX INCONNUS SE RENCONTRENT. [FT.THEO HARRISON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 25 Mai - 11:17

Quelle heure était-il ? Aucune idée. Je savais seulement que tout le monde ou presque ou presque dormait. C'était pourtant habituel pour moi de ne dormir que quelques heures. Qu'allais je donc faire en attendant le réveil de chacun ? Me lever, rester ici ? J'hésitais. Après de longues minutes d'intenses réflexions inutiles, je me décidais enfin. Je posais donc mes pieds un par un sur le sol et me levais en faisant bien attention avec ma maladresse habituelle de rester discrète. J'avançais doucement, en prenant garde de ne pas respirer très fort. Je ne comprenais pas comment certains pouvait autant s'énerver si on touchait à leur sommeil. Je me faufilais donc entre chacun avant d'atteindre la limite des dortoirs, plus qu'un pas et j'y suis ! M'y voilà donc. Je m'éloignais de plus en plus afin de ne déranger personne. Où pouvais je donc bien aller ? J'haussais doucement les épaules. J'irai là où mes pas me conduiront. En souriant, je démêlais avec mes doigts les peu de nœuds que ma courte nuit m'avait fait. Je les replaçais ensuite sur mon épaule et marchais encore, et encore. J'aimais bien ce moment de la journée. Personne n'était réveillé et il ne faisait pas trop chaud. Bien au contraire, une douce brise caressait ma joue et me fit frisonner. Pourquoi n'avais je pas enfilé un pull avant de partir ? Encore une question que je me posais parmi toutes les autres. Au loin, j'arrivais à distinguer la tour de guet. Voilà, où j'allais aller ! Décidée, j'accélérais légèrement le pas, mon visage toujours aussi souriant. Je suis sûre que si je n'aurais pas été ici, j'aurai pus faire actrice professionnelle ! Comment me souvenais je de cela ? Pourquoi ceci et non pas ma vie ? Ma vie d'avant, celle que j'avais auparavant. J'étais peut être heureuse et insouciante de l'avenir. Savais je que j'allais me retrouver ici, dans cet enfer ? Enfer, ce mot résumait tellement bien notre vie enfermée entre ces quatre horribles murs. Je soupirais. Ainsi, mes pensées revenait toujours inlassablement à la même chose. Je me désespérais. Peu importe, ma balade nocturne ne devait pas se transformer en promenade de dépressive. Il devait me rester une dizaine de mètres avant d'arriver à la tour. Pourtant, je m'arrêtais. Juste devant elle, je distinguait une silhouette. Moi qui pensait être seule à ne pas réussir à dormir, et bien visiblement non. J'avançais de eux ou trois pas puis je restais sur place en attendant. Qui étais ce ? Que faisait-il ici ?

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageLun 25 Mai - 11:59

La lune éclairait légèrement mon chemin, guidant mes pas vers je ne sais quel endroit du bloc. Comme chaque nuit, je n'arrivai pas à trouver le sommeil. Ou plutôt, je l'avais trouvé mais un cauchemar des plus dérangeant était venu troubler le seul moment de la journée où mon corps pouvait se reposer un peu. Je soupirai à cette pensée, me disant que si je n'arrivai pas bientôt à dormir, je ne tiendrais plus très longtemps dans le bloc et je ne pourrai plus entraîner les autres. Oui c'est vrai, je n'étais pas le seul à pouvoir les entraîner, il y avait Lysanna aussi. Mais j'étais le maton de ces bloccards et je me devais de rester en bonne santé pour pouvoir être au mieux dans mes raisonnements et dans mes choix. Et si je m'étais en péril la vie de plusieurs bloccards, à la suite de décisions totalement illogiques? Fermant les yeux un instant, je m'arrêtai pour m'appuyer contre un arbre, le temps de me prendre la tête dans les mains et d'essayer de calmer les battements de mon coeur. Tout ça était horrible. Cette vie, ces choix, ces gens. L'écorce contre mon dos était dérangeant, malgré mon tee-shirt j'arrivais à sentir le bois entrer doucement dans ma chair. J'aurai surement de légères marques en repartant d'ici, pendant quelques minutes puis ça s'estomperai, comme toujours.
La tour de guet n'était plus très loin. Un beau perchoir, qui pourrait me permettre de prendre un peu de recul et d'essayer de voir plus claires sur mes décisions à prendre. Je me mis à courir, le vent soufflait à mes oreilles et ébouriffait mes cheveux. J'adorai cette sensation, celle que je transmettais principalement aux novices coureurs ou trappeurs qui ne semblaient même pas faire attention à ce sentiment de liberté qui les englobaient quand ils se mettaient à courir. Pour la première fois cette nuit, je me mis à sourire. Rien qu'à la pensée du vent qui me permettait de voler, de m'enfuir, j'étais capable de rire. Arrivé au tour de guet, un bruit dans mon dos retentit. Je tournai vivement la tête, pour voir qui était là. Une silhouette, plutôt féminine à ce que je voyais, n'était pas très loin de moi. J'haussais les épaules puis grimpai jusqu'en haut de la tour. Si cette demoiselle était curieuse, elle me suivrait. Peut-être qu'on se connaissait déjà, une de mes nombreuses conquêtes d'un soir, ou bien je la verrai pour la première fois, ce qui était peu probable étant donné que je connaissais la plupart des demoiselles ici.
En haut, je m'appuyais contre la rambarde de bois, me penchant légèrement en avant pour admirer la vue. Puis j'attendais...
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 25 Mai - 12:57

La silhouette bougeait. Elle montait jusqu'en haut de la tour. Allais je la suivre ? Pourquoi pas ? Je n'avais rien à faire de mieux de toute façon et puis je ne connaissais pas grand monde au bloc. Faire de nouvelles rencontres ne peut être que bénéfique non ? Allez Isaline, vas y ! Mes pieds s'élancèrent donc l'un après l'autre. Il me tirait vers la tour et je n'y faisais guère attention. C'était ma destination. Ma curiosité étant plus grande que ma raison, je levais la tête afin de voir à qui j'avais à faire. La noirceur de la nuit et le fait qu'il se trouve au dessus de moi ne me permettait pas de voir son visage. La seule chose sont j'étais sûre c'était que cette personne est un garçon. J'en mettrais ma main à couper. Peu importe, je grimpais donc en haut pour le rejoindre. La tour faisait une quinzaine de mètres au moins. Elle surplombait tout le bloc et l'on pouvait y observer chaque endroit. Je tournais donc la tête afin de voir enfin de voir qui était ce jeune homme. Je l'avais déjà vu et je réfléchis alors où est ce que je pourrais l'avoir rencontrer. Son nom m'échappait mais j'avais l'habitude de ne pas savoir le nom de chacun. Je n'étais pas là depuis très longtemps. Pourtant, je pensais savoir ce qu'il faisait. Il était entraineur avec Lysanna. Je m'approchais donc près de lui et m'appuyais à mon tour contre la rambarde de bois. Je regardais devant moi observant le labyrinthe espérant peut être qu'il disparaisse miraculeusement comme si tout ceci n'était qu'un rêve. Pourtant non, j'étais là, enfermé dans ce cauchemar malheureusement réel. Puis, je pris enfin la parole :

- Euh salut ! dis je en souriant.

Peut être que j'allais le déranger et qu'il allait me demander de partir. Au moins, j'aurai essayer. Souriante, je penchais la tête afin de le regarder. Qu'est ce qu'il penserait de moi à m'incruster ainsi ? Enfin, je le regardais attendant une réponse. Qu'allait-il dire ?

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageLun 25 Mai - 18:18

Le vent caressait doucement ma peau, se glissant sous mon tee-shirt et refroidissant la chaleur de mon corps. La vue était magnifique d'ici, même si elle représentait ma plus grande peur. Le bloc. Je poussai un soupir et tournai la tête lorsque la jeune femme arrivait en haut. J'avais eu raison, la curiosité l'avait emporté sur elle et elle n'avait pu s'empêcher de me suivre. Un rire moqueur et fier s'échappa de ma bouche et je replongeai le regard vers l'horizon. Mes lèvres étaient légèrement recourbées dans un sourire moqueur et je la laissais m'approcher. Ce qu'elle fit bien sur vu que personne ne me résistait. Elle ne devait pas vraiment m'avoir vu mais rien que ma présence intimidait certaine personne. La demoiselle s'appuya à son tour à la rambarde, se mettant dans la même position que moi.
- Euh salut !
Je souris un peu plus puis me tournai vers elle. Mes deux bras étaient toujours contre le bois de la rambarde mais mon buste venait de pivoter et je fixai la jeune femme avec intensité. Grâce à la lumière de la lune, j'arrivai à voir à peu près son visage. Elle avait d'incroyable yeux bleus, grands et profonds. De longs cheveux blonds encadraient son visage et tombaient sur ses épaules gracieusement. Elle était plutôt belle, dans le genre discrète et trop souriante pour être vraiment heureuse. C'était une des première fois que je la voyais, elle ne devait pas être une ancienne au bloc et Lysanna devait l'avoir entraînée à ma place. D'une voix rauque, je lui répond:
-Théo...
Je la fixe encore quelques instants puis je reporte mon regard vers le labyrinthe. J'y suis rentré une ou deux fois, avec un coureur, et je n'ai qu'une seule envie en ce moment, c'est d'y retourner. Non je ne suis pas fou, j'aime juste l'adrénaline. Dans un souffle, je lance à la belle demoiselle:
-Et toi?
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 25 Mai - 18:45

Il faisait frais. Je frissonnais légèrement toujours près du jeune homme. Je regardais toujours le labyrinthe. Mon enfer, notre enfer, celui de tout ceux qui était ici. Notre probable sortie mais aussi notre probable cause de mort se trouvait juste devant moi. Je le haïssais comme je haïssais ceux qui nous avait envoyé ici. Comment peut on faire ça à des adolescents comme nous le sommes ? Ont ils au moins une humanité ? Ils l'ont perdu, j'en suis certaine. C'est impossible autrement. Je ne vois aucune autre alternative. Une personne censée ne ferait jamais cela.

-Théo...Et toi?

Il reprenait la parole. Ainsi il s’appelait Théo. Je tournais la tête puis je regardais donc son visage pour la première fois. Il était plutôt pas mal dans son genre. J'étais presque sûre que c'était le genre de garçon à vouloir avoir toutes les filles. Je m'en méfierais donc légèrement. Les apparences sont parfois trompeuses.

- Enchantée Théo ! Moi, c'est Isaline ! répondis je en souriant.

J'haussais les épaules puis regardais de nouveau devant moi. Le vent souleva doucement mes cheveux et la brise caressait mon cou. Je fermais les yeux. J'avais presque l'impression de pouvoir voler. Que disais je ? N'importe quoi ! Peu importe cette sensation était bel et bien présente. Si je n'aurai pas été enfermé dans cet endroit, j'aurai eu l'impression d'être libre. Libre comme l'air. Pouvoir aller où bon me semble sans me soucier de rien. Pouvoir être moi. Une chose que je n'avais pas pus avoir depuis bien longtemps. Je m'étais perdue, égarée en même temps que mon arrivée en plein cauchemar. La réalité me rattrapa donc aussi vite que mon rêve était arrivé. Pourtant, le fait de ne rêver ne serais ce qu'un instant, juste pendant ce petit moment m'avait fait le bien le plus fou possible. Futiles pensées. J'étais bien trop naïve. Pourquoi aurais je le droit de rêver dans cet endroit ? Tout était fait pour nous rappeler notre merveilleuse vie au bloc. Merveilleuse, si seulement c'était ainsi. Si seulement tout était aussi facile que ça. Si seulement la vie était facile. Si seulement ....Assez de lamentations Isaline. Reprend toi en main, bon sang. Tu n'es pas comme ça. Affiche ce sourire et fais ton optimiste comme à l'ordinaire. Tu sais très bien que c'est ton rôle ici. Une des seules choses que tu peux faire alors n'arrêtes pas. Continue. Souris. Je m'exécutais donc avant de me retourner de nouveau vers le garçon.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageLun 25 Mai - 20:37

Elle me regarde à son tour. Ses yeux bleus sont posés sur mon visage, à détailler mes traits et me jugeant surement. Oui, j'ai l'air d'un sale poulpe et elle a du le remarquer. En fait, j'ai pas simplement l'air de l'être, j'en suis un... "Méfie toi de moi ma grande, évites de t'approcher trop près de moi si tu veux rester entière et ne pas souffrir"
- Enchantée Théo ! Moi, c'est Isaline !
Elle sourit, encore. Je soupire en levant les yeux au ciel. Cette fille est pas nette, finalement je suis peut-être pas le seul à avoir des problèmes. Enfin je veux dire, problèmes de solitude et volonté de ne pas le montrer. Isaline, qui regardait l'horizon tout comme moi, semblait se perdre dans ses pensées. Elle avait toujours ce sourire faux sur les lèvres, comme si elle essayait de se convaincre elle même que tout allait. Même moi je ne faisais pas ça, je savais que j'allais mal et je ne tentai pas de me convaincre du contraire. Je m'entendis dire:
-Arrêtes de sourire, tout de suite!
Ma voix était neutre, ni agressive ni douce. Je l'obligeais simplement à faire quelque chose. Et si elle ne le faisait pas, je la ferai surement passer par dessus la rambarde pour qu'elle comprenne que je ne plaisantais pas. Un peu brutal comme solution vous trouvez? Nooooon à peine! Puis, je poursuivis et lui donnais une explication.
-Je déteste les gens qui font semblant de bien aller. Ici, personne ne peux être heureux. Le bloc est la définition de l'enfer sur Terre donc ne me fais pas croire que tu vas bien! Et puis ce sourire est tellement faux qu'il détruit ta beauté naturelle, c'est dommage!
Bon, ça c'est fait... Je ne l'avais pas regardé en parlant, je ne voulais pas. Elle pouvait partir, mal prendre mes paroles, je m'en moquais. A vrai dire, je ne cherchais pas à lui faire plaisir, je voulais juste qu'elle comprenne que son sourire m'énervait plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMar 26 Mai - 17:05

Il parlait. Ces paroles me firent l'effet d'un choc. Personne n'avait jamais discerner le vrai du faux. Tout le monde y croyait pourtant. Tout le monde, sauf lui.  Je  détournais mon regard du labyrinthe puis me tournais pour appuyer mon dos contre la barrière en bois. Je baissais la tête puis la releva avant de lui faire face. Pour la première fois depuis qu'elle était ici avec la présence de quelqu'un d'autres, son sourire s'effaça doucement. Je repris donc la parole :

- Tu sais que tu es le premier à le remarquer ? Juste pour te faire remarquer certains comme Lysanna sourient car ils sont ...heureux de ce qu'ils ont ? Peu importe, de toute façon je ne comprends même pas ça.  A vrai dire, il y a peu de choses que je comprennes ici. Pourquoi sommes nous là ? Par qui ? Comment et dans quel but ? Trop d'interrogations pour peut être des réponses que nous n'aurons jamais ! Qui sait ? Nous ne sortirons peut être pas d'ici vivant ou bien même cette foutue sortie n'est qu'un mythe. Que dis je ? Nous sommes bien forcés d'y croire non ? Enfin, personnellement si j'y crois, c'est pas pour moi. C'est pour vous. Je suis morte avant d'avoir commencer. Trop faible !
j'haussais les épaules. Je le sais déjà. Adolescente perdue dans ce monde vaincu. Voilà qui je suis, une adolescente dépassée dans notre petit monde dévasté. Pourtant, je me battrais jusqu'au bout contre eux. Je préfère mourir debout que vivre à genoux. Je ne voudrai jamais n'être seulement qu'un pion dans leur jeux . Je ne veux pas leur appartenir en me soumettant à leur choix. Non, ça jamais. Je vais m'arrêter là car je ne penses pas que ce je dis t'intéresse plus que ça.

Un léger rire nerveux s'échappa de ma gorge. C'était la première fois que je disais tout cela à voix haute, que je disais tout haut ce que je pensais tout bas.  Pour là première fois, je m'exprimais comme je l'étais vraiment. Ainsi, je lui souris. Mais pas ce petit sourire habituel qui était aussi faux que mon optimisme mais un vrai sourire. Un sourire comme sait si bien le faire Lysanna ou un sourire qui n'appartient qu'au gens heureux. Je venais de me soulager moi même, peut être que je ne sortirai pas d'ici en vie mais au moins une fois j'aurai été capable d'exprimer ce que je voulais. Pour moi, c'était ça le plus important de tout.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMar 26 Mai - 19:56

Elle change de position pour me regarder, me faire face. Je ne bouge pas, comme si ce qu'elle s'apprêtait à me dire était tellement insignifiant que ça ne méritait pas que je la regarde. Mais j'ai tord...
- Tu sais que tu es le premier à le remarquer ? Juste pour te faire remarquer certains comme Lysanna sourient car ils sont ...heureux de ce qu'ils ont ? Peu importe, de toute façon je ne comprends même pas ça.  A vrai dire, il y a peu de choses que je comprennes ici. Pourquoi sommes nous là ? Par qui ? Comment et dans quel but ? Trop d'interrogations pour peut être des réponses que nous n'aurons jamais ! Qui sait ? Nous ne sortirons peut être pas d'ici vivant ou bien même cette foutue sortie n'est qu'un mythe. Que dis je ? Nous sommes bien forcés d'y croire non ? Enfin, personnellement si j'y crois, c'est pas pour moi. C'est pour vous. Je suis morte avant d'avoir commencer. Trop faible ! Je le sais déjà. Adolescente perdue dans ce monde vaincu. Voilà qui je suis, une adolescente dépassée dans notre petit monde dévasté. Pourtant, je me battrais jusqu'au bout contre eux. Je préfère mourir debout que vivre à genoux. Je ne voudrai jamais n'être seulement qu'un pion dans leur jeux . Je ne veux pas leur appartenir en me soumettant à leur choix. Non, ça jamais. Je vais m'arrêter là car je ne penses pas que ce je dis t'intéresse plus que ça.
Je me tourne enfin vers elle. Dans mon oeil, je sais qu'une lueur d'intérêt s'est allumé. Mon regard est vif et attentif au moindre geste ou réaction de la part d'Isaline. Elle rit, nerveusement je crois mais je ne suis pas sur. Puis elle me sourit mais cette fois c'était un vrai sourire, un beau sourire. Qui éclairait son visage de façon radieuse et qui lui donnait cet air enfantin adorable qui vont parfaitement bien à ce genre de fille, timide douce et extraordinaire. Je souris à mon tour, heureux qu'elle m'ai écouté.
-Au contraire, c'est très intéressant ce que tu dis. Je t'aime bien toi! J'adore ta façon de penser, de raisonner. La vie... Quelque chose de futile à mon avis, mais bon. Mais le fait que tu admettes que tu ne vas pas y arriver te donne un avantage. Non ne me prend pas pour un fou, c'est vrai ce que je dis. Je pense que tu vas être la meilleure survivante entre nous tous. Parce qu'inconsciemment tu voudras sauver ta peau et le fait que tu penses échouer te donneras encore plus de raison de survivre...
Je fonctionne comme ça...

Un rire bref s'échappe de mes lèvres et je la fixe avec une lueur de douceur dans les yeux. J'espère l'avoir convaincu, mais la vérité c'est que je sais pas ce que je lui ai raconté.
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMer 27 Mai - 12:01

Une fois que j'eus finis de parler, il prit la parole. Je me demandais bien ce qu'il pouvait répondre à mes futiles propos peu intéressant.

-Au contraire, c'est très intéressant ce que tu  dis. Je t'aime bien toi! J'adore ta façon de penser, de raisonner. La  vie... Quelque chose de futile à mon avis, mais bon. Mais le fait que tu  admettes que tu ne vas pas y arriver te donne un avantage. Non ne me  prend pas pour un fou, c'est vrai ce que je dis. Je pense que tu vas  être la meilleure survivante entre nous tous. Parce qu'inconsciemment tu  voudras sauver ta peau et le fait que tu penses échouer te donneras  encore plus de raison de survivre...
Je fonctionne comme ça...

Je le regardais de nouveau. Ce qu'il disait m'intriguait. Ce garçon m'intriguait. Sa manière de pensée l'était tout autant. Je clignais des yeux plusieurs fois puis regardais les siens. Il souriait légèrement aussi puis un léger rire s'échappa de sa gorge. Je répondis enfin :

- Personnellement, je ne pense pas que ce que tu dis est vraiment juste. Déjà, léger problème, je sais à peine me défendre. Lysanna m'a montré deux trois trucs et je m'entraîne chaque soir mais cela s'arrête là. Regarde moi. Je ne vaux rien. Puis, je me sacrifierai au moins 100 fois pour n'importe qui d'entre vous. Peu importe que je le connaisse ou non ! Tu dois me prendre pour une folle à dire ça, mais c'est l'entière vérité. Je ne connais pas le plus dur. Je n'ai pas vraiment de blessures. Sans  vous je n'existerai pas. Sans vous je ne me connais pas. Regardez moi  brûler quand s'éteint la lumière. Ecoutez moi crier aux portes de  l'enfer. Regardez moi tomber sans plus personne derrière. Redevenir  poussière. Je suis seule et vide de sens. Je suis déchirée de  l'intérieur. Je ne peux me raccrocher à rien, aucun souvenir, personne.  Je n'ai rien ! Parti, envolé, on me les a arraché. Maintenant, à chaque  fois que je ferme les yeux, j'essaye d'imaginer qui j'étais. J'essaye  d'imaginer d'autres moments que j'aurai pu avoir, d'autres rires que  j'aurai pu déclencher et d'autres sourires que j'aurai pu échanger. Rien, le noir complet à chaque fois que j'essaye. Finalement, c'est peut être mieux ainsi. Peut être que si chacun se souvenait cela serait pire. On aurait encore plus peur de l'avenir. Au mois, avec ça, on a un infime espoir qui s'en va pourtant sans arrêt.  Voilà, comment je fonctionne moi ...


Je venais de dire ça d'un coup. Reprenant que très peu de fois ma respiration. J'avais parlé vite et je soufflais donc désormais afin de respirer normalement. Cela se fit facilement. J'avais tellement de choses à dire que cela partait en tout sens. Je ne me comprenais même pas moi et je doute que ce garçon comprenne le sens de mes paroles. Pourquoi me livrais je ainsi à un inconnu ? C'est vrai, je le connaissais à peine. Théo, entraîneur....C'est tout ce que je savais. Je me répétais ces deux mots dans ma tête afin de bien me les rappeler même si j'en avais guère besoin. Théo, entraîneur...

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageVen 29 Mai - 17:18

- Personnellement, je ne pense pas que ce que tu dis est vraiment juste. Déjà, léger problème, je sais à peine me défendre. Lysanna m'a montré deux trois trucs et je m'entraîne chaque soir mais cela s'arrête là. Regarde moi. Je ne vaux rien. Puis, je me sacrifierai au moins 100 fois pour n'importe qui d'entre vous. Peu importe que je le connaisse ou non ! Tu dois me prendre pour une folle à dire ça, mais c'est l'entière vérité. Je ne connais pas le plus dur. Je n'ai pas vraiment de blessures. Sans  vous je n'existerai pas. Sans vous je ne me connais pas. Regardez moi  brûler quand s'éteint la lumière. Ecoutez moi crier aux portes de  l'enfer. Regardez moi tomber sans plus personne derrière. Redevenir  poussière. Je suis seule et vide de sens. Je suis déchirée de  l'intérieur. Je ne peux me raccrocher à rien, aucun souvenir, personne.  Je n'ai rien ! Parti, envolé, on me les a arraché. Maintenant, à chaque  fois que je ferme les yeux, j'essaye d'imaginer qui j'étais. J'essaye  d'imaginer d'autres moments que j'aurai pu avoir, d'autres rires que  j'aurai pu déclencher et d'autres sourires que j'aurai pu échanger. Rien, le noir complet à chaque fois que j'essaye. Finalement, c'est peut être mieux ainsi. Peut être que si chacun se souvenait cela serait pire. On aurait encore plus peur de l'avenir. Au mois, avec ça, on a un infime espoir qui s'en va pourtant sans arrêt.  Voilà, comment je fonctionne moi ...
En entendant tout ce petit discours, quelque chose se brisa en moi. Ma fierté? Mon peu de bonheur? Ma confiance? Je n'aurai sur dire, mais je n'étais plus entier après ça. Cette fille était perdue, comme moi, seule et déchirée. Mais contrairement à moi elle n'avait aucune confiance en elle, elle n'avait pas l'air d'avoir de qualité au combat ou même physiquement, d'après ce qu'elle disait en tout cas. Je baissai les yeux vers mes pieds, me demandant comme elle faisait pour continuer de vivre.
-Et si je t'apprenais moi. Lysanna est une entraineuse géniale mais... mais nous ne fonctionnons pas de la même façon, peut-être que tu y arriveras mieux avec moi. Je pense qu'il faudrait qu'on essaye!
Je la regarde encore mais plus de la même façon. Mon regard est empreint de tristesse. Je suis triste qu'une demoiselle se dévalorise ou ne soit pas capable de se défendre alors que dans le bloc nous avons de supers entraineurs. Je sais de quoi je parle vu que j'en suis le maton!
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 31 Mai - 18:02

-Et si je t'apprenais moi. Lysanna est une  entraineuse géniale mais... mais nous ne fonctionnons pas de la même  façon, peut-être que tu y arriveras mieux avec moi. Je pense qu'il  faudrait qu'on essaye!

- Je voudrais pas te faire perdre ton temps, tu sais. C'est gentil de ta part mais je pense qu'aider des trappeurs ou des coureurs serait sûrement plus utile !
avouais je.

C'était vrai. Nous ne pourrons jamais trouver la sortie si notre seul espoir était porté sur des personnes qui ne pouvaient s'entrainer à cause des gens de mon genre. Les blocards trop faibles qui espèrent ne plus l'être. Je n'étais seule, enfin c'est ce que je pensais. J'espérais donc ne pas être la seule désespérée. Et puis, je ne voulais pas que Théo se sente obligé de le faire. Mon petit discours ne devait pas l'apitoyer et derrière mon faux sourire j'arrivais très bien à ne pas faire de chose trop stupide. J'y avais pourtant déjà songé, pas qu'une seule fois même. Mais à quoi cela servirait ? Un mort de plus, n'était guère utile. Je devais les aider comme je le pouvais. Les soigner était ma priorité aussi bien physiquement que moralement. Cela me plaisait et c'était peut être les seuls moments de la journée où je me sentais utile. C'était tellement rare pour moi. Beaucoup de chose l'était d'ailleurs. Mes véritables sourires, mes rires et mes pensées positives l'étaient. Je fonctionnais ainsi et ceux qui me connaissaient véritablement le savait. Enfin, si j'étais pareil auparavant....Je m'attache trop vite mais personne ne me connais. Peut être que dans mon ancienne vie, certains savaient et comprenaient. Peut être que si..... Si....Beaucoup trop de si. Nous pourrions révolutionner le monde avec des si. Malheureusement cela est infaisable. Tellement de choses le sont. Je ne saurai citer qu'un seul exemple. J'avais tellement à dire, à exprimer et tellement à avouer. Rien. Je ne dirai rien à personne et tout sera mieux ainsi. Cela a toujours été ainsi et ça le restera après tout. Je repris mon sourire et haussa les épaules. Je me retournais une seconde fois et posais mes coudes sur la barrière en bois appuyant mon ventre contre celle ci. La sortie était là. Droit devant, elle nous attendait en nous narguant presque. Elle était là et pourtant nous étions encore bloqué ici. Un seul détail manquait : où était elle ? Où nous mènerait -elle ? Pour répondre à cela, il ne nous restait qu'à faire place à notre imagination et à nos rêves d'avenir. Faire place à l'espoir.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageJeu 11 Juin - 17:04

Elle ne semble pas convaincue, et moi, je suis de plus en plus dépité. Comment quelqu'un peut il être capable de dire qu'il ne serre à rien? Je suis sûr qu'elle a un poste important dans le bloc, car tous les bloccards sont importants. Comment ferait-on sans cuistots ou bien sans soigneur? La plupart des coureurs ou trappeurs seraient déjà morts si il n'y avait pas les medjacks! Donc cette fille ne peut pas être inutile, c'est tout simplement impossible. Et puis, tout le monde a le droit à sa chance, a sa possibilité de battre ses peurs, ses démons les plus coriaces.
- Je voudrais pas te faire perdre ton temps, tu sais. C'est gentil de ta part mais je pense qu'aider des trappeurs ou des coureurs serait sûrement plus utile !
Pas plus utile non. Peut-être plus essentiels mais pas plus utile. Tout le monde peut être entrainés, nous sommes plusieurs entraineurs et nous avons tous des heures qui ne sont pas occupées. Et même si nous passons le plus clairs de notre temps avec les bloccards qui vont dans le labyrinthe, nous avons toujours du temps pour les autres.
-Les coureurs et les trappeurs dorment la nuit pas vrai? A moins que ce soir soit une exception, tu n'as pas l'air de beaucoup dormir en ce moment... S'entraîner à la lumière de la lune est une chose plutôt intéressante et tes sens sont plus développés après. Et puis tu ne m’embêtera pas vu que je le fais tout le temps. Autant que ça serve à quelqu'un tu ne penses pas ?
Un clin d'oeil pour finir mon discours puis j'attend sa réponse, guettant une quelconque réaction .
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMar 16 Juin - 16:25

J'étais toujours plongé dans mes pensées quand il reprit la parole :

-Les coureurs et les trappeurs dorment la nuit pas vrai? A moins que ce soir soit une exception, tu n'as pas l'air de beaucoup dormir en ce moment... S'entraîner à la lumière de la lune est une chose plutôt intéressante et tes sens sont plus développés après. Et puis tu ne m’embêtera pas vu que je le fais tout le temps. Autant que ça serve à quelqu'un tu ne penses pas ?

Oui, ils dormaient. Ils fallait qu'ils le fassent en même temps. Je ne pense pas que s'endormir en plein milieu de l'exploration du labyrinthe soit une bonne chose. Cela serait trop dangereux et ils en avaient conscience tous autant qu'ils étaient et s'ordonnaient donc de dormir de longues heures. Comment faisaient-ils ? Chaque soir pour moi, c'était la même chose. Je cauchemardais avant de me réveiller en sursaut, paniquée. Je voyais 5 personnes. Mes parents, je supposais, un autre membre de ma famille et deux inconnus. Leurs visages étaient flous, leurs voix à peine audible. Sans doute pas un souvenir. Ils étaient là et les inconnus tirèrent. Plusieurs fois. Sur ma famille. Puis ils me regardaient et me faisaient mal. Il y avait un couteau. Je saignais. Beaucoup. Beaucoup trop. Ils tracèrent un T sur ma joue gauche avant de m'entailler le tibia d'un long trait sanguinolent. Viens ensuite, ma cuisse droite puis mes bras. Chaque marque était la même. Fine, longue, précise. Ils prirent mes poignets et continuèrent leur crime en faisant apparaître une marque dans chacune de mes paumes.  A chaque fois, je me réveillais avant la fin mais à chaque fois des détails se rajoutaient à la scène la précisant de plus en plus. Je savais au fond de moi que tout ceci était faux. Je n'avais aucun souvenir de ma vie d'avant. Cependant, ces cicatrices étaient là. Présentes, plus ou moins voyante. Et si, je savais quelques détails de ma pitoyable vie ?

- Oui, ils dorment. C'est normal de toute manière, ils doivent se reposer pour faire correctement leur travail. Et puis... J'haussais les épaules. C'est habituel pour moi. Je n'arrive jamais à le faire. Mes pensées nocturnes sont les pires riais je. T'es sûr de toi ?

Je ne voulais pas qu'il se sente obligé ou qu'il aye pitié. Je voulais qu'il le fasse car il en avait envie. Si ce n'était pas le cas, je pourrai toujours m'entrainer seule, de mon côté. Et attendre. Attendre d'y arriver.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


DOMINANT LE MONDE, DEUX INCONNUS SE RENCONTRENT. [FT.THEO HARRISON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Les Plantations :: La Tour de Guet-