Partagez

Rencontre d'un soir (Isaline et Tom)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMer 11 Nov - 18:42

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Isaline venait de finir sa journée de travail. Comme à son ordinaire, elle décida de partir faire une longue promenade dans le bois afin de se changer les idées, d'aller mieux. Elle y parvenait parfois et elle espérait que cela marche aujourd'hui encore. Elle voyait de moins en moins de monde en dehors de l'infirmerie. Elle ne faisait plus que croiser les personnes qu'elle avait déjà rencontré. Trop timide, elle n'osait jamais s'imposer...et puis de toute façon elle ne se voyait pas demander à quelqu'un si ça allait. Qui répondrait franchement de toute façon? Elle savait très bien que peu de personne le faisait, elle y comprit. Elle mentait tellement que s'en était devenu habituel. Mais elle s'y devait. Comment rassurer les patients si vous ne parvenez pas à les faire espérer ? L'espoir était une des seules choses qu'ils leurs restaient désormais. L'espoir de sortir d'ici. L'espoir de se souvenir. L'espoir de retrouver ceux qu'ils aimaient auparavant. L'espoir de rester en vie par dessus tout. Elle restait donc positive toute la journée et distribuait des sourires à toutes les personnes qu'elle croisait. Isaline continua son chemin dans le bois puis s'arrêta enfin et décida de s'assoir contre un arbre. Elle rapprocha ses jambes de sa poitrine et les entoura de ses bras. Elle se sentait terriblement seule et à la fois tellement entourée que s'en était trop pour elle. Quelques pensées de plus et sa tête explosera. Elle se permit de lâcher un long soupir s'étant assuré que personne ne l'entendrait. Elle était bien décidée à rester la medjack souriante, et elle voulait garder cette image. Peut être qu'un jour cela marcherait enfin et elle ira définitivement bien grâce à tout ce cinéma ? C'était aussi une des choses auxquelles elle se permettait de croire. C'est pourquoi tout ceci était finalement devenue une routine. Sa routine.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.



Dernière édition par Isaline Sangster le Mer 2 Mar - 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageVen 13 Nov - 10:21



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




Je marche le long du ruisseau, pleins de pensées en tête. Je viens de finir ma journée en soignant une foulure de cheville. C’est un boulot comme un autre, même si au fond de moi je l’apprécie énormément. J’adore soigner et aider les autres. J’adore le faire car je vois leurs sourires rayonnants sur leurs visages. Je vois que je peux les aider. Et le plus souvent, j’y arrive. Je me dévoue énormément à mon travail car c’est la seule chose qui me fait tenir. J’adore soigner les autres car je n’arrive pas à me soigner moi-même, chez les autres c’est plus simple et plus glorifiant. Moi, je ne trouve pas que j’en vaille la peine.
Mon esprit vagabonde sur d’autres pensées encore moins joyeuses : Lauryne. Je ne veux pas penser à elle, non pas que je la déteste (c’est même le contraire), mais simplement, je suis fatigué et je ne sais pas si je vais pouvoir me retenir de verser quelques larmes surtout après une rude journée.


Du coup, je contemple le paysage, j’imagine que j’entends l’eau coulée des oiseaux chantés, le bruissement des feuilles apportant un petit vent frais… Cela me fait sourire. Un sourire qui cache quelque chose de bien plus profond : ma douleur. Sans m’en rendre compte une larme coule de mon œil droit. Alors, je fais une chose que je n’aurai jamais du faire : je pensais à ELLE. Lauryne me manque énormément, elle a laissé un trou dans mon cœur en partant. Parfois, je l’imagine rentrant du Labyrinthe avec un visage souriant, m’expliquant qu’elle avait survécu. Cependant, cela faisait quelques mois déjà et elle n’est venue me voir qu’une seule fois : dans mes rêves. Je me demande vraiment ce qui me pousse à avancer, à vouloir survivre ici…


Continuant à marcher, mes yeux rougis se posent sur une silhouette au loin. Je ne sais qui cela peut être, mais je n’ai envie de voir personne. Cependant, je n’ai pas fait attention où je marche et j’ai du faire du bruit car je la vois me regardant recroquevillée sur elle-même. Je reste figé ne sachant quoi faire. Dois-je aller la voir afin de ne pas paraitre impoli ? Ou puis-je me sauver en courant afin qu’elle ne me pose aucune question ? Tandis que mon dilemme ne se résolvait pas, les secondes s’étiraient. Il allait falloir prendre une décision. Ou peut-être qu’elle prendrait la décision à ma place ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageVen 20 Nov - 22:41

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Toujours recroquevillée sur elle même, Isaline tapota son pied par terre, nerveuse. Pourquoi ? Elle même ne savait pas ou du moins elle ne savait plus. Elle ferma les yeux et se concentra sur ses pensées mais aussi sur sa respiration. Se souvenir...nombreux était ceux qui y parvenaient. Pour elle, rien ne revenait. Pas une odeur, pas un visage, pas une voix ou même un rêve ne lui était familier. Rien. Elle était lâchée à elle même dans cette arène de fous. Fous, voilà comment ils allaient tous finir enfermés entre ces quatre murs de pierre. Enfermés dans ce monde piteux et horripilant dans lequel ils étaient obligés de vivre. Ainsi, enfermés comme des bêtes que l'on condamnait à l'abattoir, chacun attendait même au fin fond de son subconscient le moment où on aura décidé des les achever. Tout le monde le savait, leurs sorts n'étaient plus entre leurs mains. Plus rien ou presque ne l'était d'ailleurs. Chacun devrait se contenter de ce qu'ils avaient sur place et ce qu'ils avaient dans leurs têtes. Ainsi, certains se débrouillait mieux que d'autres sans s'en sortir complètement. Tout cela, c'était la vie au bloc. Triste.

Isaline rouvrit les yeux et fit craquer son cou. C'est comme cela qu'elle remarqua le jeune homme un peu plus loin. Elle ne distinguait guère plus qu'une silhouette cependant elle savait qu'elle l'avait déjà vu. Sûrement croisé lors de ses promenades au bloc, lors de son travail ou bien lorsqu'elle s'entraînait à l'endroit prévu pour. Elle le regarda sans bouger. Elle n'avait jamais croisé quelqu'un à cette heure ci, à l'endroit où elle était près du ruisseau. C'était pourtant un endroit calme et reposant où l'on pouvait facilement se vider la tête après une longue journée de travail. La jeune medjack déplia donc ses jambes et se leva sans faire un pas et en détournant même le regard. Elle avait toujours été timide aux premiers abords et cela ne s'était toujours pas arrangé. S'il voulait venir et bien qu'il vienne !

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.



Dernière édition par Isaline Sangster le Mer 2 Mar - 9:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageDim 22 Nov - 15:51



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




Je vis qu’elle m’avait vu quand elle se stoppa net. Elle devait être entrain de m’observer. Je pense qu’elle devait se dire que c’était rare de croiser quelqu’un à cette heure-ci ici, en tous les cas, c’est ce que je me disais. J’essuyais mes larmes et tentais de paraitre au mieux. Je vis qu’elle ne vint pas, qu’elle ne s’approcha pas de moi, mais qu’elle resta plantée toujours assise. Je n’en étais pas réellement certain, qu’elle m’ai vu. Alors j’avançai d’un pas vers elle quand elle se leva d’un seul coup, comme si elle avait fait un bon, du moins c’est ce que je vis d’ici avec la faible lueur de la lune.

Ma respiration s’accéléra un peu, je me demandai vraiment qui était cette personne et ce que je devais faire. Alors tandis qu’elle me regardait (cette fois-ci j’en étais sûr), je plissais les yeux pour mieux la reconnaitre. Sa silhouette me fit penser à une fille, c’est pour cela que je l’appelle « elle » depuis le début, mais peut-être me trompais-je ? Cependant, plus je la scrutais, plus je me disais que je la connaissais plutôt bien (physiquement parlant). Son corps et sa façon de bouger me disait vraiment quelque chose.

Voyant qu’elle ne bougeait pas, je me permis de faire un pas afin de pouvoir mieux la détailler. Je n’allais pas me sauver en courant, ce n’est pas totalement mon genre (bon je vous avoue que j’en avais bien envie), et puis cela aurait été très mal poli. Je ne suis pas ce type de personne qui n’aurait aucune considération pour les autres. Une personne solitaire la nuit, se recroquevillant sur elle-même, il faut avouer que c’est quand même curieux, voir même inquiétant. Je n’avais pas envie qu’elle se sente mal, j’aimais bien réconforter les autres quand je le pouvais. Et puis, elle devait m’avoir vu sécher mes larmes et afin qu’une rumeur ne commence pas à courir, je devais aller l’affronter.

Mes jambes avancèrent d’elles-mêmes, arrivé à 5 mètres d’elle, je la reconnu : Isaline. Je lui fis un demi-sourire et m’arrêtai à quelques petits mètres d’elles. Sans trop m’approcher, ni restant trop éloigné. Je n’étais pas sur qu’elle comprendrait mes signes, mais tentais en même temps que former les mots sur mes lèvres afin qu’elle comprenne :
- Que fais-tu ici ? Tu vas bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMar 15 Déc - 10:46

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Isaline n'avait pas bougé. C'est lui  qui s'était rapproché. Désormais, elle distinguait bien mieux sa silhouette.  C'était certain qu'elle l'avait déjà vu désormais. Un nom lui revient en tête et sans réfléchir, ses lèvres s'entrouvrirent et elles prononcèrent cet unique mot : Tom. Lui aussi, était medjack. Isaline le croisait donc très souvent. Pourtant, que faisait-il ici à cette heure si tardive ? Que lui arrivait-il pour qu'il pleure ?

Elle le regardait. Sans avancer, sans bouger. Elle était restée stoïque.  Quant à lui, il la rejoignait ou presque. Il y avait maintenant 5mètres entre eux deux. La jeune femme remit ses cheveux correctement et lui sourit franchement. Elle était comme ça. Toujours sourire. Elle le devait bien aux autres. Elle reporta son attention sur le garçon. Il fit, peu après des signes en formant des mots sur sa bouche. C'est à ce moment là, qu'elle s'en est souvenue. Elle secoua la tête, embarrassée. Elle ne connaissait aucun signe alors elle décida de s'approcher ne laissant que quelques pas entre eux. Puis, elle accentua largement chaque mot en parlant très lentement en espérant qu'il comprenne :


- Je viens souvent ici pour réfléchir mais je vais bien ! Et toi ?

Elle le regarda en se mordant la langue. Isaline ne connaissait presque ou rien de lui mis à part son handicap. Elle s'en voulait donc. Elle n'était pas à l'aise et jouait donc avec ses doigts. Cela lui faisait toujours la même chose avec les gens qu'elle ne connaissait pas. Isaline était timide et rien ne s'arrangeait avec le temps. Elle essayait de faire des efforts pourtant. Pour s'intégrer, pour parler.  Sa nature revenait toujours à grand pas. On ne change pas les personnes que nous sommes detoute façon. Elle releva donc la tête vers Tom. Allait-il comprendre ?    

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.



Dernière édition par Isaline Sangster le Mer 2 Mar - 9:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 17 Déc - 11:32



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




Isaline me souriait. Je me demandai qu’elles étaient ses pensées. J’avais bien vu son sourire de façade, alors quand elle me répondit qu’elle allait bien je ne la cru guère. Isaline était comme un livre ouvert pour moi étant très observateur. Je vis qu’elle s’était ressaisie puis, qu’elle était embarrassée, gênée, je me doutais que c’était dû à mon handicap, beaucoup de blocards réagissaient comme cela en me voyant. Je ne le pris pas mal du tout car je me demandais qu’elle aurait été ma réaction si j’avais été à leur place. Tant qu’ils ne me jugent pas… c’est tout ce qui compte !


Isaline avait l’air d’une fille très intelligente. Elle savait très bien que cela n’allait pas pour moi mais elle osait ne serait-ce par courtoisie me poser la question. Je lui fis un grand sourire lui signifiant que cela allait. Cependant, cette façade ne tint pas très longtemps. Je repensais à mon défunte amie et tout s’écroula autour de moi une nouvelle fois. J’avais envie de sortir d’ici, j’avais envie de la retrouver, j’avais envie d’être comme tout le monde. L’expression de mon visage tint bon contrairement à mon cœur qui saignait. Par contre, mes yeux devaient prouver et exprimer ma détresse, ma tristesse.

Je pensais qu’Isaline l’avait remarqué quand elle commença par ouvrir la bouche pour me parler. Cependant, je l’avais assez vue pour savoir qu’elle était timide et qu’elle ne parlait que le strict nécessaire. Alors que quelques centimètres nous séparaient, espérant qu’elle accepterait, je la pris dans mes bras, dans une étreinte appelant au secours. Elle était ma bouée de sauvetage à ce moment précis. J’espérais qu’elle ne me repousserait pas, malgré sa timidité, car je me demandais si je le supporterai. Je la serrai assez fort pour bien sentir sa présence sans non plus l’étouffer. Je fermai les yeux et pleurai en silence.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageSam 19 Déc - 20:01

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Isaline le regardait, l'observait. Il souriait lui aussi. Un sourire tout aussi faux que le sien. Elle était devenue experte en la matière et l'avait donc largement remarqué. Beaucoup le portait autour d'elle. Sauf que personne ne disait rien. Chacun s'observait, se jugeait et ne parlait pas. Chacun se laissait abattre. Pas elle. Isaline agissait du mieux qu'elle pouvait. Elle parlait, essayait de vaincre sa timidité et permettre aux autres de sortir de leur mal être, de leur idées noires. Parfois cela marchait, parfois non.  Elle faisait son possible. Aider lui permettait de se dire que peut être, un jour, quelqu'un y arriverait pour elle aussi.


Voyant ses larmes lui monter aux yeux, elle décida d'ouvrir la bouche afin de "parler".  Elle n'en eut pas l'occasion. Tandis que quelques pas les séparaient, il la prit dans ses bras. Il était à bout. Il s'accrochait ainsi comme si plus rien ne le tenait debout. Elle le serra à mon tour. Elle essayait de lui transmettre toutes les bonnes ondes positives que la medjack pouvait. Elle sentit ses larmes sur son épaules. Il pleurait.  Peinée, la jeune fille le serra un peu plus contre elle puis recula son visage et prit celui du jeune homme entre ses mains. Elle essuyait ses larmes qui coulaient sans s'arrêter. Une par une, elle continuait. Il fallait que cela cesse. Isaline lui fit un sourire rassurant. Un sourire pour lui dire que tout irait mieux. Qu'il fallait arrêter de pleurer. Elle essayait de lui transmettre tout ce qu'elle pouvait dans ce sourire. Cependant, il fallait qu'il comprenne. Elle lâcha ensuite son visage et le reprit dans ses bras espérant tout au fond d'elle que par la suite, il irait mieux. Certainement pas dans l'immédiat mais dans les jours, les semaines et même les mois qui arrivaient. Elle espérait qu'à ce moment là, il irait mieux.
 

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.



Dernière édition par Isaline Sangster le Mer 2 Mar - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageMar 22 Déc - 16:32



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




Elle me serrai à son tour contre elle. J’étais vraiment soulagé qu’elle ne m’en veuille pas, et surtout qu’elle ne me repoussa pas. Je sentis qu’elle me serrait plus contre elle dans une étreinte qui me paraissait réconfortante. Cela me fit beaucoup de bien de savoir que je pouvais enfin compter sur quelqu’un dans le bloc. Bon ce n’est pas comme si je lui avais laissé le choix aussi…

Quand elle recula je me fis la reflection que je n’aurai jamais du faire cela et que j’allais en entendre pendant un long moment. Qu’elle allait me laisser en plan pour courir raconter aux autres ce qu’il venait d’arriver. Que les ragots allaient avoir bon train et que tous les blocards s’éloigneraient de moi. Une vie bien mésirable que celle qui sera mon futur. Cependant, et j’en fus très surpris elle ne recula pas pour me faire des reproches ou pour se sauver, non elle resta bien droite. Ses deux mains douces virent à la rencontre de mon visage en le prennant tendrement, mes larmes redoublèrent.  Avec ses mains, elle tentait d’essuyer les flots de larmes qui se déverssaient sur mon visage rougis par les pleurs. Je vis qu’elle mettait beaucoup de conviction dans ce qu’elle faisait. Honteux je regardais mes pieds tout d’abord, cependant l’inclinaison de ses mains firent que je ne pouvais pas garder le sol comme vision très longtemps où j’allais me déviser les yeux ou le cou. Alors ceux-ci remontèrent vers son visage, je vis qu’elle souriait. Non pas un sourire moqueur, mais rassurant. Je vis dans ses yeux toute la force qu’elle voulait donner à ce sourire. Et ce malgré des démons qui voilaient ses iris. Ce fut elle ensuite qui me reprit dans ses bras. Une telle joie m’envahis, non pas la joie comme quand on est heureux mais de savoir que je pouvais compter sur quelqu’un qui éclaircisserait les mauvais jours. Les larmes commencèrent à se tarir, pour finir par ne plus couler. Alors, je restai dans ses bras, mis mon nez au creux de son cou profitant de ce moment de délivrance avant les interrogatoires. Une odeur sur elle me fit rappeler l’infirmerie, cela me donna du courage pour affronter la suite. Je m’écartais d’elle et lui demanda grâce à une grande articulation de ma part de me demander pardon. Je lui expliquais que j’étais confus et que je n’aurai jamais du craquer, que cela n’aurait jamais du arriver.

Je ne savais plus où me placer. J’étais bien avec elle, mais j’avais un peu honte de ce qu’il venait de se passer : je venais de tomber dans les bras d’une « inconnue ». J’avais sourtout honte de ma faiblesse, elle aussi avait des démons mais elle n’avait pas craqué devant moi. Le mieux je pense serait qu’elle me rejette comme beaucoup d’autres l’ont fait. Je suis différent, je ne mérite pas le même traitement que les autres. Je mérite de vivre dans la douleur. Si elle reste avec moi, si elle devient une amie et non plus une inconnue, elle devra ajouter mes peines aux siennes, et je ne lui souhaite pas.

Alors, je lui déposais un baiser sur sa joue pour la remercier, et commençai par faire un pas vers la solitude en m’éloignant d’un pas d’elle. Au fond de moi deux pensées étaient présentes, j’espèrai qu’elle me rattrapperai (mais cette idée était trop égoïste), et d’un autre côté, je ne voulais pas la faire souffrir plus qu’elle ne souffre déjà.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 27 Déc - 22:58

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Isaline l'avait reprit dans ses bras assez longuement enfin c'était ce qu'elle pensait vu que la notion du temps était assez abstraite au bloc. Puis,Tom s'écarta et la jeune femme le regarda en le laissant faire. Il ouvrit la bouche et grâce à une forte articulation, il réussit à se faire comprendre. Ainsi, il disait que tout cela n'aurait jamais dus arriver et il s'excusait. Pourquoi ? C'était la première question qu'elle se posait. Peut être en avait-elle trop fait et cela l'avait dérangé ? Ou bien, au contraire, elle n'avait pas fait ce qu'il fallait. La medjack s'en voulait et se mordit donc l'intérieur de la joue pour ne pas laisser percevoir son malaise.

En le voyant, elle se rappelait quelques semaines plus tôt lorsque, devant Isaac, elle avait pleuré toutes les larmes de son corps, craquant comme jamais. Elle s'en était voulue mais elle avait surtout eu honte. En effet, celle ci ne devait jamais montrer signe de faiblesse. Hors ce jour là, cela avait été le cas. Isaline pria donc pour que cela ne soit pas le cas. On ne devait jamais s'en vouloir de pleurer. Jamais. Cela faisait parti de la vie. Rire, pleurer, sourire, s'effondrer. Comprendre cela et l'appliquer était deux choses bien différentes. Il devait le faire, lui. Il pouvait. Elle voulait l'aider. Elle se le devait.

Sans avoir le temps de s'en rendre compte, Tom l'embrassa sur la joue. Surprise, elle ne réagit tout d'abord pas. Puis lorsque celui s'éloigna d'un léger pas, Isaline tendit son bras. Ensuite, elle attrapa sa main. Elle ne voulait pas l'admettre mais, il fallait qu'elle l'aide. Elle ne pouvait plus le laisser seul dans sa tristesse. Elle ne le ferait subir à personne. Jamais plus Isaline ne laisserait quelqu'un triste. Elle se l'était promis et elle ne voulait pas rompre cette promesse.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.



Dernière édition par Isaline Sangster le Mer 2 Mar - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageLun 25 Jan - 9:04




Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




Dans ses yeux je crus déceler quelque chose, étais-ce de la tristesse ? Non je ne pense pas, c’était une toute autre émotion. Je ne m’étais guère appesanti dessus et j’avais tourné les talons.
Je sentis sa main rattraper la mienne. Ses mains étaient assez douces sans pour autant être des mains de bébé. Son contact fut agréable quoiqu’un peu autoritaire. Elle ne souhaitait pas que je parte. Je m’en voulais de m’être effondré devant elle. Les faibles n’ont pas leur place ici, et si un jour quelqu’un venait à mourir je savais pertinemment que ce que je venais de faire, c’est-à-dire me laisser à mes émotions, me couterait très cher. Je me demandais sur le coup si c’était pour se délecter de sa supériorité qu’elle voulait que je reste, cependant, en me retournant, je vis que ce n’était pas le cas. Isaline était réellement inquiète pour moi.

Je me mordis la lèvre, je ne savais que faire ou que dire. Les larmes avaient fini de couler et j’étais quand même largement mieux dans ma peau, même si je savais qu’au prochain tournant d’arbres où elle ne me verrait pas, je me remettrais à pleurer.

Je la regardais avec un regard interrogateur et compris qu’elle n’était pas dupe. Alors, toujours avec sa main dans la mienne, je m’assis par terre espérant qu’elle ferait de même.

A cette heure-ci, aucun bruit ne se trouvait dans les bois, nous étions seuls et je pense qu’Isaline allait bien en profiter pour me garder avec elle jusqu’au bout de la nuit. Et, cela ne me dérangeait guère vu que je préférais avoir de la compagnie. En plus, Isaline est vraiment une personne sympathique tout comme l’était mon amie… qui est décédée. Les larmes me montèrent de nouveau aux yeux, je clignais plusieurs fois afin qu’elles ne coulent pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 8 Fév - 23:05

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Je regardais Tom. Allait-il se dégager pour pouvoir s'en aller ? Je ne voulais vraiment pas. Il pourrait se remettre à pleurer au premier tournant et c'était  la dernière chose que je voulais au fond de moi. Pourtant non...il s'assit à même le sol. Ainsi, je m'empressais de l'imiter posant une de mes mains sur un de ses genoux gardant l'autre dans ma main pour lui permettre de se sentir, ne serait ce qu'un peu, moins seul. J’espérais qu'une nouvelle fois, il fasse preuve d'intelligence et comprenne ou bien alors il trouverait cela réellement bizarre et terriblement déplacé ? Je rougis très légèrement et leva les yeux vers lui. Je le regardais de nouveau dans les yeux. Des larmes perlaient aux bords ce qui provoqua le fait qu'il clignait plusieurs fois des yeux pour les empêcher de couler. Je secouais la tête pour démontrer mon mécontentement. Il avait deux choix. Pleurer ou sourire. Essayer de ne pas choisir était loin d'être la meilleure option. J'articulais doucement mes pensées. Peut être comprendrait-il mieux si je les formulais ainsi plutôt qu'avec des vulgaires gestes plus maladroit les uns que les autres. Je fonctionnas cependant ainsi et je pensais qu'avec le fait qu'il travaillait avec moi il l'aurait remarqué. Cette façon de toujours vouloir le bonheur des autres mais surtout de l'exprimer avec des gestes simples et quelques paroles brouillonnes. Cependant, je n'avais pas envie de parler à ce moment là. Le silence était apaisant. Tout comme le vent. Je fermais doucement les yeux et bascula légèrement ma tête en arrière ressentant la brise dans ma nuque. Je sentais mes cheveux voler et je souris naïvement avant de replacer mon visage face au sien. Je lâchais sa main et son genou et posa mes mains sur le haut de ses paupières. Je glissais doucement mes doigts vers le bas pour lui intimer le fait de fermer les yeux à son tour.


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageSam 5 Mar - 17:45



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT



Elle s’assit près de moi. J’en fus rassuré. Une de ses mains vint se poser sur mon genou, tandis que l’autre restait dans sa main à la recherche du réconfort tant souhaité. Je ne la vis même pas rougir, trop occupé à regarder devant moi, le ruisseau.

L’eau coulait doucement, je tentais d’imaginer le son que pouvait provoquer un petit torrent comme celui-ci mais en vain. J’arrivais à deviner le son si je me rapprochais avec les vibrations, je pensais que ce dernier devait être reposant. Mon esprit divaguait. Il fallait que je me raccroche à quelque chose, ou plutôt à quelqu’un : Isaline.

Mon regard retourna auprès d’elle. A ce moment-là, elle était en train de relever la tête, elle me regarda dans les yeux. Elle montra son mécontentement quand elle me vit tenter de retenir les quelques larmes qui me restaient. Je comprenais très bien ce qu’elle voulait dire, mais j’étais à un stade où pleurer me faisait plus de mal que de bien. Ce moment où l’on doit choisir si notre vie ne sera basée que sur les malheurs ou si l’on souhaite avancer.
Les dernières larmes sortirent de mes yeux quand elle regarda en l’air. Alors que mes pleurent s’étaient taris, elle me proposa de fermer les yeux, ce que je fis.

A cet instant précis, seuls le toucher et l’odorat fonctionnaient, et je peux vous dire qu’ils tournaient à plein régime. Je pris une grande inspiration, je sentis le bois, l’herbe, et l’humidité qui se propageaient dans l’air. Et comme une odeur de chien mouillé ? Je souriais en me disant que ce n’était pas possible. Je soufflais assez lentement pour me calmer et profiter de cet instant. Mon toucher quant à lui, m’indiqua que les mains d’Isaline étaient douces et assez chaudes, quand elle les retira je me sentais vide. Une brise souffla sur mon côté gauche, ce qui me provoqua un frisson. Les cheveux d’Isaline dans la petite bourrasque me touchèrent au cou. C’était comme une petite caresse, cela me fit frissonner de nouveau.

J’ouvris les yeux et vis qu’Isaline était toujours dans sa méditation. Pendant ce temps, je m’approchais de son visage et lui fis une bise de remerciement. Alors que j’allais m’éloigner une pensée survient dans mon esprit. J’approchais ma main de son ventre et commençais à lui faire des chatouilles. Cet épisode nous avait vraiment rapproché. J’avais envie de penser à autre chose, et c’est la seule idée que j’ai eue. J’espère qu’elle le prendra bien.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageVen 6 Mai - 17:11

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Tom se laissa faire lorsque je lui fis fermer les yeux. J'en souris et lâcha son visage en reposant mes mains sur mes genoux. Je repartis dans ma méditation, laissant le vent emporter mes pensées. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autorisé ce plaisir. Je me sentais bien, ici. Vraiment. C'était plutôt rare avec moi. J'appréciais l'instant présent. Jusqu'à ce qu'il parte. Je rouvris les yeux lorsque je sentis ses lèvres se plaquer sur chacune de mes joues. Je souris malgré le fait que je savais qu'il allait s'en aller. Du moins, c'est ce que je croyais lorsqu'il commença à me chatouiller. Surprise, je sursauta et éclata de rire. Bien qu'il n'entende rien, il le verrait. Une lueur malicieuse passa dans mes yeux tandis que j'attrapais ses mains pour lui rendre la pareille. Il voulait la guerre ? Il l'aura ! Il arrivera rapidement à se défaire de moi mais tant pis, je subirais un peu plus que lui. Je souris un peu plus tandis qu'avec mes mains, je le bloqua au sol en m'asseyant sur lui pour poursuivre ce qu'il avait entamé. Je n'étais pas lourde normalement. Du moins, je l'espérais sincèrement pour lui à ce moment là. Ce que m'avait appris Lysanna, ancienne entraineuse, m'avait aidé pour le mettre complètement à terre, même s'il l'était déjà partiellement. Comme quoi, cela servait dans n'importe quelle situation ! Je lui laissa quelques secondes de répit en le regardant, un sourire malicieux aux coins des lèvres et les yeux pétillants de joie. Qu'il en profite, je n'étais pas tous les jours comme ça. J'avais depuis longtemps sombré. Je faisais, à cet instant précis, un effort pour remonter. Comme un geste pour sortir de la noyade. Au final, je n'étais peut être perdue pour toujours ? Peut être que, un jour, je ressortirai sur la rive au lieu de me noyer dans mon chagrin et m'éloignerai pour de bon de cette mer de tristesse infinie.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageSam 4 Juin - 13:26

Tom Arcens a écrit:



Tom Arcens


LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT



Son rire était tellement puissant que j’en sentais les vibrations. Cela me fit sourire de la voir si rayonnante ! On aurait dit que je lui avais transmis la joie de vivre simplement avec ces gestes. Souvent, les gens disent que les gestes sont beaucoup plus puissants que les paroles. Je ne pensais pas que cela pouvait être possible. Habituellement, je déteste au plus haut point les « on dit ». Mais là, grâce à son expression j’ai pu voir à quel point c’était vrai. Pour la première fois de ma vie, ou celle que je m’en souvienne, mon handicap n’était plus un malheur, c’était un don.

Isaline m’attrape les mains, je me tortille tout en riant sans pouvoir percevoir le son de mon rire. Et oui ! Je ne suis pas réellement muet, dans le sens où des sons peuvent sortir de ma bouche car j’ai des cordes vocales. J’avais lu dans un bouquin à l’infirmerie, que je ne pouvais plus parler car je ne m’entendais pas, donc je n’arrivais pas à articuler et prononcer les mots aussi bien pour qu’ils soient compréhensibles par tous. Par conséquent, dans un souci de compréhension, je préférai m’abstenir, aussi ne voulais-je pas paraitre ridicule. Mon rire ne la surprit guère dans le sens où je pense par son métier, elle devait le savoir, mais une petite lueur que je n’arrivais pas à comprendre passa dans ses yeux.

Elle profita de mon inattention pour me bloquer au sol et continuer son œuvre. On aurait dit un démon dans le corps d’un ange. Cette pensée me fit encore plus éclater de rire. Dommage que je ne puisse lui partager mes pensées. Je pensais pouvoir l’expulser mais j’avais peur de lui faire mal. Alors, quand elle me laissa un peu de répit – une faute qu’elle n’aurait pas du commettre- j’en profitais pour la faire basculer sur son côté gauche tout en retenant sa tête afin qu’elle ne se blesse pas, avec mes mains que j’avais au préalable libérées. La situation était inversée, cette fois-ci j’étais au-dessus d’elle.

Ainsi, je la regarda avec l’air le plus triomphant, avec une pointe de malice dans les yeux. J’avais gagné et elle le savait ! Tout du moins je l’espèrais.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 27 Juin - 21:28

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Au lieu de souffrir seul, nous étions en train de rire mais à deux. C’était tellement mieux ainsi. Pendant que je divaguais doucement, Tom inversa la situation. Je crois que je m’y attendais. Ne jamais s’égarer quelques secondes, cela semblait court mais pas encore assez cependant ! Ainsi, sans me débattre plus que cela, je me laissais basculer sur le côté gauche. Je crois qu’il essayait de ne pas me faire mal. Il n’avait pas besoin de faire si attention mais c’était tout de même généreux de sa part. Il reprenait du terrain, en fait, carrément tout le terrain. Il était au dessus de moi et j’étais bloquée. Bon d’accord, il avait gagné une bataille mais certainement pas la guerre. Il s’en rendrait rapidement compte avec moi. Je lui souris donc en me retenant de rire à nouveau. Une lueur malicieuse traversa dans ses yeux et mon sourire afficha ainsi exactement la même chose. Je n’avais jamais rencontré Tom en dehors de l’infirmerie ou alors très rarement. C’était impressionnant d’ailleurs de se dire que nous pensions autant de temps ensemble alors que nous nous connaissions à peine. Du moins, je trouvais. C’était diffèrent et tout aussi appréciable avec ce cadre ci. Je regardais ainsi le ciel. Le jour laissait peu à peu place à la nuit. Les nuages qui étaient là peu avant se dégageaient et nous pouvions désormais apercevoir très nettement la lune qui brillait au dessus de nous tous. Avec ses étoiles. Les nôtres. Oui, je considérais que chaque personne partie sur terre se transformait ainsi. Juste pour le simple fait de me dire que je pouvais encore garder un œil sur elle et la savoir près de moi. C’était un besoin essentiel. Un ressenti qu’il me fallait. Beaucoup étaient donc loin de moi et en même temps tellement près mais…attends ! Qu’est ce que tu es train de faire Isaline ? On arrête ces pensées là immédiatement. Hors de question de dire n’importe quoi et de gâcher ce moment. Alors, tandis que je reportais mon regard sur celui de Tom, je lui montrais du doigt le ciel. J’étais presque comme une enfant. Sauf qu’à la différence d’eux, je n’avais pas peur du noir, j’en raffolais. La nuit était mon moment favori. Un instant où je pouvais me dire que j’avais le droit d’être moi-même et…Bon sang, qu’est ce que cela faisait du bien parfois. Alors, merci. Merci Tom. Je le pensais sincèrement.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageLun 18 Juil - 9:56



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT



Durant notre petit moment, le soleil s’était couché laissant place à une nuit fraîche. J’imaginais que la vie avait arrêter son cours, imaginant que le monde était comme moi sourd pendant un soir. Je voyais ses yeux pétillés quand elle regardait le ciel qu’elle me montra du doigt. Je me doutais de ce qu’elle voulait me montrer. Alors, je lui fis un bisou chaste sur sa joue droite puis basculais avec la grâce d’un félin sur le côté. Je savais pertinemment que si je n’avais pas été handicapé j’aurai pu être coureur. Je possède cette facilité à me faufiler dans mon environnement : une capacité déroutante.

Mon dos contre l’herbe, mes épaules contre celles d’Isaline, j’observais les étoiles. Je crois que depuis mon arrivée c’est la première fois que je le fais. Alors, que je les regarde, je suis émerveillé par leur position quand tout à coup des souvenirs ? Non, des connaissances me reviennent à l’esprit. J’écarquillais les yeux, je ne savais pas d’où provenaient ces dernières mais j’étais à l’aise avec elles.

Je pris sa main, et lui fit tendre un doigt. Je dessinais avec nos deux mains jointes la première constellation dont je me souvenais et qui était visible du premier coup d’œil : la Couronne boréale avec ses sept étoiles. Je m’assis et lui expliquais grâce à des mimes assez drôles quand elle ne comprenait pas sur mes lèvres le nom de cette constellation. Ensuite, vit le tour de Hercule, c’est la plus grande constellation avec ses 140 étoiles. Les 40 étoiles suivantes formaient Le Scorpion. Je fis part de mes connaissances : c'est celui qu'Artémis envoya contre le chasseur Orion qu'il tua. Pour terminer, je lui montrais le Serpent (qui dans la mythologie était une plante qui guérissait) ainsi que la Petite Ourse.

Quand tout fut détaillé, je me reposais de nouveau à ses côtés, heureux, quoiqu’un peu surpris par ce qu’il venait de se passer.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 11 Aoû - 13:50

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster
Nous étions tous les deux, côte à côte, dans l’herbe, observant doucement le ciel. M’émerveillant devant cela. Souriant bêtement. Encore une fois. En même temps on était bien là. Insouciant. Presque des enfants. D’ailleurs comment devions-nous nous considérer ? Comme des enfants ? Des adolescents ? Des adultes ? Il est vrai qu’on grandissait bien plus vite lorsqu’on était ici. Chacun à sa manière. Je repensais à Dylan et tant d’autres. Non certains étaient trop jeunes. Je reportais mon attention sur le garçon à mes côtés et le laissait prendre ma main puisqu’une nouvelle lueur venait d’arriver dans ses yeux. C’était quelque chose que je connaissais chez tant d’autres. Ce même regard. Je le regardais faire. Tom se mit à dessiner chacune des constellations. Du moins d’après ce que je comprenais. Je réussissais parfois à déchiffrer leurs noms sur ses lèves. D’autres fois, il devait s’y reprendre plusieurs fois pour que je réussisse à comprendre le reste grâce à des mimes assez comiques qui me faisaient rire légèrement à chaque fois. Je levais les yeux, suivant chaque mouvement, repensant à tout ce qu’il disait, m’imprégnant de son savoir. Je dormirai moins bête ce soir dans tous les cas. Je fis tourner chaque nom en boucle en souriant puis le regarda se remettre correctement près de moi.

Quittant enfin des yeux le paysage qui s’offrait à moi et que je venais de connaitre un peu plus, je tournais ma tête vers lui pour murmurer du bout des lèvres un simple et sincère merci. Parce qu’il fallait le faire. Elle se mit ensuite à regarder de nouveau le ciel se représentant l’ensemble des constellations apprises mentalement. Les images venaient d’elle-même. Naturellement. Je cherchais à mon tour quelque chose que je pourrais lui apprendre. Cherchant dans mes souvenirs. Je soupirais ne trouvant pas et me mit sur le ventre en m’appuyant sur mes coudes. Je repris sa main dans la mienne et prit une brindille que je mis entre nos doigts. Je cherchais du regard un coin de terre et sourit en en voyant un tout près. Je tendis mon bras sans le lâcher et me mit à tracer tout ce qu’il venait de dire.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageDim 18 Sep - 19:29



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT



Notre échange dura un long moment, je la voyais très patiente, et très concentrée. Quand tout fut fini, elle souffla un remerciement, je l’avais perçu car son souffle courrait le long de mon visage. Et ce dernier était différent si la personne parlait ou si elle chuchotait. Elle rendit ce moment encore plus improbable, encore plus magique en ne perturbant pas le calme qui devait régner autour de nous.

Elle se mit sur ses coudes, je fis de même. Isaline était très agile, cela se voyait. Tout ce qu’elle touchait se pliait à elle, comme si ces choses sentaient la sagesse qui émanait d’elle. Avec moi, j’avais l’impression qu’elle agissait différemment qu’avec les autres personnes. Non, elle ne me regardait pas comme une bête de foire, mais elle tentait de percer mes mystères. Je sais pertinemment, que sa patience qu’elle avait envers moi, elle ne la consacrait pas à tout le monde. Tout du moins, c’était la vision que j’avais d’elle. Ses agissements ne me dérangeaient absolument pas. Au contraire, c’est ce qui fait son charme.

Elle prit une brindille entre ses doigts et la partagea. Je la vis chercher quelque chose au sol grâce à la lueur de la lune. Quand je la vis sourire, je ne savais pas s’il fallait prendre peur ou au contraire être heureux. Parfois, elle peut être assez impulsive. Mais non, la deuxième option était la meilleure car elle dessina toutes les constellations que je lui avais montré. Cela me fit monter les larmes aux yeux de voir qu’une personne s’intéresse à moi ici, et surtout que ce soit Isaline. Je les refoulais. J’avais tellement besoin de ce genre de moment, j’étais en manque d’affection, de joie totale depuis un certain temps déjà. Je lui fis un grand sourire.

Quand elle eut fini, je pris ma main gauche, celle qui était sur la brindille, je la posais sur la gauche de sa tête pour la rapprocher de moi et je lui fis un bisou chaste sur la tempe. Je l’appréciais énormément. J’espérais qu’elle ne le prendrait pas comme une mauvaise intention. Avant de lui laisser le temps, je pris une autre brindille, entourait certaines constellations et écrivit juin. Puis d’autres en les encadrant en écrivant : hiver. Je voulais lui faire comprendre, quelque chose que je n’avais jamais dit à ce sujet aux personnes du bloc : que toutes les constellations étaient mélangées. Certaines étoiles n’étaient pas censées se voir en été et à l’inverse. Je ne savais pas d’où je connaissais cela, mais c’était comme si mon instinct me le dictait. Après, il était toujours possible que je me trompe car depuis que je suis arrivé, je n’ai lu aucun livre sur ce sujet.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 310
Points : 264
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 13 Nov - 17:01

Rencontre d'un soir.
Tom Arcens et Isaline Sangster

Je mis un long moment à me souvenir de chaque constellation et à réussir à les reproduire correctement. Ce n'était pas que ma mémoire était mauvaise, bien au contraire, je pourrais presque me vanter de retenir tout ce que j'entendais très facilement. C'était simplement que je ne voulais pas le décevoir. Je voulais retenir mais pour longtemps encore et j'avais l'impression que si je n'y arrivais pas correctement à cet instant précis alors je n'y arriverai jamais. Ce qui était faux bien évidemment. C'était tout le contraire d'être logique. Cela arrivait souvent aussi avec moi.

Tom était différent de beaucoup de monde au bloc déjà par sa prestance mais surtout par sa personnalité. Il me ressemblait plus que ce que je laissais penser. En effet, la plupart des blocards étaient toujours pressés. Il fallait toujours marcher au plus vite et surtout ne jamais perdre son temps. A cet instant précis, il n'existait plus et s'était suspendu dans l'espace entre nous deux. Le fait que dès le lendemain nous devrions recommencer notre routine aussi rapide et répétitive soit elle ne semblait pas déranger. Ainsi, il fallait plutôt penser au présent et en oublier le reste. C'était ce que je faisais pour le moment. Il y avait Tom, le ciel et moi.

Une fois que j'eus terminé, je tournais ma tête vers lui afin d'être certaine de ne pas m'être trompée. Voyant ses yeux briller, je ne pouvais dire si c'était pour l'attention que je portais à ce moment ou si au contraire, pour la même raison que tout à l'heure. Comprenant rapidement que ce n'était pas le cas, je lui souris davantage riant presque de ce qui se passait sans réellement savoir pourquoi. Je regrettais de ne pas avoir passé plus de temps auparavant avec Tom. Il s'agit d'une personne extraordinairement intéressante.

Me redressant enfin, je déposais le bout de brindille que j'avais pris par terre puis le regardais de nouveau. Mon regard suivi le geste de sa main qui venait se poser sur le côté gauche de ma tête. Par habitude à toute marque affective, je fermais les yeux sentant ses lèvres se déposer sur ma tempe. Je les rouvris rapidement et continuais de regarder chacun des mouvements de ce qu'il faisait. Il entourait certaines constellations y marquant certains mois puis des saisons. Je suivais le tout attentivement comme si je retournais des années en arrière, assise sur une chaise devant un professeur. Sauf que le cadre, la leçon et même la personne à mes côtés, tout était bien diffèrent.

Toujours assise en tailleur, je posais mon coude sur mon genou avant de déposer ma tête contre ma main afin de pouvoir tout apercevoir. Je levais de temps en temps la tête lorsqu'il s'agissait d'une constellation présente à cet instant ci pour pouvoir la retrouver. J'avais l'impression d'être une petite fille avec une curiosité débordante et peut être qu'au fond c'était encore cela. Je ne connaissais plus grand chose au monde qui nous entourait. En effet, mis à part mon petit univers de l'infirmerie l'inconnu m'était vaste.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 23
Messages : 15
Points : 25



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageMar 7 Mar - 13:31



Tom Arcens

LA LENTEUR SIGNIFIE LA MORT




La regardant, j'appréciais ce moment qui était au bloc assez rare. C'était comme si nous avions arrêter le temps un court instant afin de profiter des joies de la vie. La douceur de la nuit, le calme environnant, personne ne courrait autour de nous dans tous les sens. Aucun être vivant pour réclamer ceci ou cela ou pour nous déranger. Un moment hors du temps.

J'étais toujours assez impressionné par Isaline, je me doutais qu'elle allait retenir certaines constellations mais pas autant. Sa vivacité d'esprit fait d'elle une personne intéressante. Malgré sa carapace apparente, elle était d'une fragilité dont personne ne soupçonnerait même pas elle. Cette rencontre assez inattendue était pleine de surprises. Je crois qu'aujourd'hui j'ai rencontré une amie, une vraie, une personne sur laquelle je pourrai compter.

Je me fis la réflexion qu'il faudrait vraiment que je tente d'apprendre aux blocards le langage des signes. Cela me permettrait de m'intégrer encore plus, mais en ais-je vraiment envie? J'adore être seul avec mes pensées. Je ne suis pas du tout une personne extravertie. Peut être devrais-je mettre mes objectifs moins haut et déjà l'apprendre à certaines personnes comme Isaline.

Je suis surpris par le temps que nous avons passé ensemble à "parler". Je me lève précipitamment tout en lui signant que le temps était passé bien trop vite à mon goût et qu'il fallait aller se coucher pour être en forme demain. Je compris que mes gestes allaient bien trop vite pour elle, et que j'avais oublié de former les mots avec mes lèvres. La pauvre, j'imaginais qu'elle n'avait rien compris.

Alors, je repris tout plus lentement en articulant bien. Je lui souhaitais une bonne nuit et la remerciait pour ce moment. Puis, je partis me coucher. Mes rêves furent peuplés d'étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


Rencontre d'un soir (Isaline et Tom)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois :: Le Ruisseau-