Partagez

Plan d'évasion - Avec Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 14/05/2016
Messages : 29
Points : 21
Localisation : Dans les Mines avec Peter, à Denver avec Kim & dans le Refuge avec Kelyan
Emploi : Membre du Bras droit : médecin & cartographe



Carnet des Souvenirs
Âge : 28 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 25 Mai - 16:15

ϟ PLAN D'EVASION ϟ
- AVEC KIM


Tournant au coin d’une rue, Thalie chercha un endroit calme et sans danger où s’installer. Le soleil brillait fort au-dessus de la ville, répandant une chaleur insoutenable à laquelle, même après de nombreuses années à arpenter la Terre Brûlée, on avait du mal à s’habituer. Partie en mission depuis presque deux semaines, son groupe et elle s’était séparé dans la ville de Denver pour accomplir leurs missions respectives.  Thalie avait ainsi réussi à établir une carte assez nette de la ville et de ses environs. Après avoir laissé son sac à l’un de ses partenaires, elle arpentait à présent une partie encore inconnue pour elle de la ville et ce afin d’apporter des précisions à sa précieuse carte. Elle était loin de se douter qu’un groupe de survivants malintentionnés surveillaient ses agissements depuis déjà plusieurs minutes.

Boussole en main, elle tenta de monter sur un mur pour élargir son champ de vision quand le bruit de pas dans son dos la poussa à se détourner violemment. Une groupe de personnes, en apparence encore non-infectées, accourait vers elle. Sans leur laisser le temps de s’expliquer ou d’en apprendre plus, Thalie escalada le mur, puis l’enjamba avant de sauter de l’autre côté. Elle remit sa boussole dans la poche de sa veste et se mit à courir. Une course effrénée s’en suivit alors que le groupe de survivants venaient de passer de l’autre côté du mur à son tour. Ils étaient nombreux et Thalie se demandait bien ce qu’ils pouvaient lui vouloir. Croyant les avoir distanciés, elle se retrouva finalement face à face avec l’un d’eux alors qu’elle tournait au coin d’un mur puis finit encerclée, tandis que le reste du groupe surgissait des ruines environnantes.

S’attentant à se faire fouiller par des voleurs, Thalie fut surprise en voyant l’un d’eux, sûrement le chef, s’approcher puis lui tourner autours tout en la regardant de bas en haut. De ces propos et commentaires, elle conclut qu’il s’agissait des membres d’un trafic visant à capturer des survivants encore « sain » pour les vendre comme esclaves. Thalie sentit un frisson lui parcourir le dos à la mention d’un certain « Jimmy ». Sûrement un chef de trafic a la recherche de filles pour animer son bar. Il y en avait quelques-uns de ce type-là dans les grandes villes encore en partie debouts. Des sortes de boîtes de nuit mêlant débauche pour oublier, spectacles de fondus et trafics en tout genre. Comprenant qu’aucune issu n’était possible pour le moment, Thalie resta muette et se laissa bâillonner les mains. Un violent coup sur sa tête la fit ensuite perdre connaissance.

Quand elle rouvrit les yeux, elle put voir qu’on la jetait dans une sorte de cachot ayant certainement servi autrefois de cave avant les éruptions solaires et le reste. Un grillage lui offrait une vue sur l’extérieur, à savoir une ruelle lugubre et peu fréquentée, mais avait l’avantage d’apporter un peu de lumière. Elle se releva en position assise, les mains toujours attachées dans le dos, puis se rapprocha de la grille, gardée par un homme de carrure moyenne et chauve. « Où m’emmenez-vous ? » La question était sortie toute seule. L’homme se détourna avant de lui jeter un regard mauvais, plein de mépris. « Tu verras bien. » Puis, il fixa l’horizon avant d’ajouter. « On en attend encore un autre. » Un autre ? « Comment ça ? » L’homme rit avant de poursuivre. Sa docilité à répondre à ses questions venait peut-être plus d’un plaisir à augmenter l’angoisse de la jeune femme que de vraiment l’informer.

« On nous a commandé deux personnes. Mes collègues devraient revenir bientôt avec le second… » Commandé ? La réponse glaça Thalie. Il s’agissait donc bien d’un marché d’esclaves, qui sait destinés à quoi… A cet instant, des pas lourds et se rapprochant se firent entendre. Leurs rires cruels et joviaux laissaient présager qu’ils avaient trouvé la deuxième personne  en question. Le gardien se releva puis cria à l’intention de Thalie. « Ecarte-toi ! » Il entreprit ensuite d’ouvrir la grille. Dans un élan de courage, elle se releva pour profiter de l’opportunité, mais il la repoussa vers le fond du cachot d’un violent coup de pied en plein ventre. Puis, il poussa à son tour un nouvel arrivant dans leur prison improvisée. A peine une seconde plus tard, les grilles se refermèrent avec rage. Encore haletante, Thalie resta dans l'obscurité où l'avait éloigné leur gardien avant de relever le visage, se demandant si le nouvel arrivant était ou non l'un de ses camarades du Bras droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 28
Messages : 25
Points : 16
Localisation : Au centre Wicked
Emploi : Employé du WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageSam 28 Mai - 20:19

« Plan d'évasion »

With Thalie
Je commence à en avoir sérieusement marre de ces rapports qu’on me demande sans cesse. J’aime mieux rester tranquillement dans mon bureau au Centre WICKED que devoir visiter toutes les villes des alentours pour rendre un rapport qui a peu d’importance pour le Centre. Perte de temps claire, de plus je préfère travailler dans le silence et le calme plutôt qu’être au milieu d’une foule de gens. Je me rends donc à Denver avec du plomb dans les pieds. J’y vais seul cette fois et ça ne me dérange pas du tout, que j’y aille seul ou avec mes collègues, ça ne change rien, je pars quand même de mon côté. Je ne prends donc pas la peine de passer par le Centre et je pars directement à partir de chez mon appartement. Je sors mon Transplat et après avoir un peu chipoté aux boutons, j’ouvre le portail et le traverse pour me rendre à Denver.

J’arrive sur une place, il n’y a pas grand monde, c’est déjà ça de gagner. Je range l’objet qui m’a permis d’arriver rapidement ici dans mon sac. La journée promet d’être longue, il va falloir que je sois productif pour terminer ce rapport le plus rapidement possible. Il fait très chaud et je supporte mal la chaleur, je lève des yeux pleins de mépris vers le soleil cuisant au dessus de la ville. Je retire ma veste bleue électrique et la range dans mon sac. Je repère une vitre encore entière et me place devant pour observer mon reflet sali par la poussière présente sur la vitre. Je passe une main sur ma chemise à manches courtes noire et défait un peu la cravate bleue comme mes cheveux pour qu’elle serre moins mon cou. Je jette un coup d’œil à mon pantalon à la couleur identique à ma cravate, il fait chaud et je regrette d’avoir mis un bas aussi long. Je souris, je n’ai que des pantalons de cette longueur-là de toute manière. Je me penche ensuite pour passer un coup de loque (que je garde toujours sur moi) sur mes chaussures noires brillantes aux lacets également bleus. Je me redresse, finalement près à commencer cette pénible journée. Je vérifie que le bonnet qui couvre mes cheveux bleus turquoise est toujours bien placé et remet correctement mes lunettes en place avant de prendre une rue au hasard pour y faire mon travail.

L’après midi vient à peine de commencer quand je finis la moitié de mon rapport, je suis dans une rue que je n’ai de toute évidence pas encore parcourue et je prends quelques notes rapides quand j’entends des bruits de pas derrière moi. Je me retourne et observe un groupe de personnes accourir vers moi. Mes lèvres se pincent, je ne pense pas que ces personnes me veulent du bien. Je me retourne pour tenter une fuite mais je me retrouve face à d’autres qui accourent aussi vers moi. Je suis coincé et ils sont plutôt nombreux. J’ouvre mon sac et en sors un lanceur que je pointe vers mes assaillants avant de tirer. Les décharges électriques en abattent plusieurs mais ils continuent d’approcher. Je tire des deux côtés mais me rends rapidement compte que je n’ai aucune chance contre eux. Je jette mon lanceur à leurs pieds en leur lançant un regard mauvais. Je les laisse m’approcher, sachant pertinemment que je n’ai actuellement aucun chance de m’enfuir pour le moment. L’un d’entre eux m’attachent les mains et je reçois un coup sur l’arrière de mon crâne ce qui me fait perdre connaissance.

Quand j’ouvre les yeux, je peux me rendre compte que deux hommes me soutiennent par le dessous de mes bras et me traînent à moitié par terre. Je retiens une grimace de dégoût en pensant à l’état que doit avoir mes chaussures maintenant. Je n’ai pas le temps de constater leur état que je suis jeté en avant dans ce qui s’apparente à une cage. Je me redresse rapidement et vérifie rapidement mes vêtements en espérant qu’ils ne sont pas abîmés. Mes lunettes sont tombées lors de ma chute et je les ramasse rapidement avant de les replacer sur mon nez -c'est juste un élément décoratif mais il a toute son importance. Je m’approche de la grille qui s’est refermée derrière moi et constate qu’elle est gardée. Je peste pour moi-même et me tourne vers l’endroit où j’ai été injustement jeté. Je me rends à ce moment-là compte que je ne suis pas seul. Les halètements  d’une autre personne se font entendre dans la cage. Je peux aussi apercevoir une ombre dans le coin le plus obscure de la petite pièce. Je me tourne vers la personne que je peux à peine voir.

-Qui es-tu ? Montre-toi !

Je déteste ne pas voir les personnes à qui je m’adresse et je trouve ça lâche de ne rester cacher face à une autre personne.
 
014 © Lunay's invention

___________________________________

   
This song is sick, my rap is sick, my style is sick
I'm kinda sick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 14/05/2016
Messages : 29
Points : 21
Localisation : Dans les Mines avec Peter, à Denver avec Kim & dans le Refuge avec Kelyan
Emploi : Membre du Bras droit : médecin & cartographe



Carnet des Souvenirs
Âge : 28 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 6 Juin - 11:38


Thalie prêta à peine attention à la personne qui venait de la rejoindre dans cette prison improvisée et particulièrement malodorante après  que leur geôlier l’ait violemment repoussé vers le fond de la cave d’un puissant coup de pied en plein ventre. Repliée sur elle-même, elle s’efforça donc de retrouver un semblant de respiration. Elle s’efforçait toujours de reprendre son souffle quand l’autre personne commença à s’agiter comme si elle cherchait quelque chose. Dans la demi-obscurité dans laquelle elle se trouvait, Allie nota toutefois qu’il semblait être en train d’épousseter ses vêtements puis de remettre ses lunettes. Du bleu. Trop de bleu. Thalie plissa les yeux, croyant d’abord que ses yeux lui jouaient un tour. Mais, de toute évidence, elle ne se trompait pas. L’ « autre personne » comme l’avait qualifié plus tôt leur gardien, ne devait donc pas être un simple survivant.

En tout cas, son apparence soignée et extravagante laissait penser tout le contraire. A moins qu’il fût déjà l’un de ses grands barons d’elle ne savait quel trafic, traînant dans les bars ou les animant. Non, impossible. Si ça avait été le cas, il n’aurait pas pu être enlevé pour devenir un esclave… Elle le vit alors avoir le même réflexe qu’elle quelques minutes plus tôt en se rapprochant de la grille, toujours gardée. Puis, il se détourna violemment. Thalie essaya de se redresser, sentant une vive douleur dans son flanc droit. C’est alors une voix autoritaire qui s’adressa à elle. Surprise par l’intensité de cette voix, à la fois grave et mélodieuse, Thalie releva un visage stupéfait et un tantinet énervé vers l’autre occupant. Elle avait son orgueil elle-aussi et n’appréciait pas tellement qu’on lui donne des ordres. Ils étaient dans le même pétrin après tout, non ? Mais, peut-être avait-il seulement peur...

Thalie s’avança donc vers l’intéressé pour revenir à la lumière, restant baissée pour éviter de se prendre le plafond de la cave, puis s’arrêta à une distance suffisamment respectable au cas où il viendrait à l’esprit de l’autre prisonnier de lui sauter à la gorge. Elle resta un moment stupéfaite. Non mais, franchement, c’était quoi cette tenue ? Très inhabituelle surtout pour Thalie depuis qu’elle avait quitté la zone saine. A croire qu’il sortait d’un film de science-fiction. Elle leva donc une main en signe de paix, repoussant sa longue chevelure sombre dans son dos. « Doucement. J’ai moi-aussi été jetée dans cette prison répugnante avec pour seule indication que nous serions deux et que l’on nous avez « commandés ». » Elle leva un regard sûr vers l’homme en bleu, ne pouvant le désigner autrement pour le moment, puis désigna du menton leur gardien.

« J’ai été enlevé au nord de la ville par un groupe de marchands d’esclaves. Et vous ? » La situation de l’homme devait être similaire à celle de Thalie mais, plus ils auraient d’informations, et mieux ce serait. Thalie avait la ferme intention de s’enfuir et ne laisserait certainement pas son destin la guider vers une situation d’esclave droguée et manipulée dans un bar glauque. Elle avait bien compris que le terme « commandé » signifiait qu’ils allaient être vendus comme esclaves, mais elle ne savait pas encore pour quelle fonction. Cela pouvait très bien être pour servir de cobayes, ou encore de serviteurs, ou bien d’hôtes dans une boîte de nuit ou autres. Or, Thalie ne pensait pas qu’elle pouvait être choisi pour une tâche trop manuelle dans une mine ou autres. Le physique de l’autre homme ne le rendait pas disposé à être choisi pour une quelconque tâche manuelle. En revanche, du peu qu’elle pouvait voir dans cette cave sombre, il était très beau. De ce fait et de toute évidence, elle en déduit qu’ils avaient certainement dû avoir pour mission de sélectionner des hôtes.

Thalie trembla à cette idée qu’elle se garda bien d’exprimer tout haut. Franchement, elle aurait encore préféré se retrouver à travailler dur qu’avoir à passer le reste de son existence dans des locaux réservés à la débauche et où se rejoignaient différents trafics. Elle tendit l’oreille en entendant leur gardien parler avec un autre homme. « On a les deux qu’il nous fallait. Ils sont parfaits. Reste à savoir s’ils vont tenir jusqu’au quartier obscur. » Leur gardien se racla la gorge avant de demander bien fort, comme s’il voulait être entendu. « Quand est-ce qu’on se tire d’ici ? » Se fût à l’autre homme de lui répondre. « Demain soir. Il nous reste des trucs à faire à Denver… » Alors que les deux hommes baissaient la voix, Thalie se concentra sur ces dernières. « Et les injections ? Il ne faudrait pas qu’ils fassent tout rater une fois là-bas s’y jamais ils résistent… » Les injections ? Thalie déglutit. Ils avaient bien l’intention de les droguer pour les rendre dociles. Elle attendit la réponse avec appréhension. « On commence les injections demain matin. Bon, j’y vais. Joe attend mon rapport. »

Une fois le silence revenu et leur gardien reprenant sa marche devant la grille, Thalie se tourna vers son compagnon de cellule, attendant qu’il réponde à sa précédente question. Mais, en dépit de toute la volonté qu’elle avait à s’échapper au plus vite, elle restait curieuse face à l’aspect de ce dernier. D’où venait-il ? Et surtout, qui était-il ? Il ne passait pas inaperçu, c’était certain. Ni ne devait passer son temps à fuir une quelconque attaque de fondus ou trouver un refuge vu son apparence. C’était un vrai mystère qui laissait Thalie interrogative. Elle s’assit bien droite puis croisa les bras tout en reportant son regard vers l’extérieur, se rappelant soudain qu’il lui avait demandé qui elle était avant même qu’elle pose sa propre question.

« Je m’appelle Thalie. »

Plus personne ne disait son nom de famille de nos jours. Quant à sa fonction au sein du Bras droit, il était évident qu’elle ne la dévoilerait pas au premier venu. Attendant qu’il se présente à son tour, elle sortit sa boussole de sa poche pour essayer de se situer et savoir où se trouvait le sud, et tout en se montrant discrète pour éviter d'être repérée. S’ils réussissaient à s’enfuir, ils ne pourraient pas partir à l’aveuglette. Il faudrait un plan précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 28
Messages : 25
Points : 16
Localisation : Au centre Wicked
Emploi : Employé du WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageLun 27 Juin - 18:45

« Plan d'évasion »

With Thalie
Je  replace mes lunettes sur le bout de mon nez et m’époussette rapidement. Je ne sais pas ce que je fais ici, quelqu’un comme moi n’a rien à faire dans un endroit si sombre, petit, sale et… Mon nez se plisse sous la désagréable odeur qui emplit la cellule, mes ravisseurs auraient pu nettoyer cet endroit avant l’arrivée d’un otage de marque tel que moi ! Je me retourne vers la grille, gardée de toute évidence et je n’en suis pas surpris mais cela m’énerve d’être piégé ici. Je ne suis plus en possession de ma précieuse mallette dans laquelle repose tous les objets dont un membre du WICKED doit être en possession. Je suis bel et bien en danger ici…

C’est alors que je remarque que je ne suis pas seul, les halètements et l’ombre au fond de la cellule me le font comprendre. Je me retourne rapidement pour faire face à l’autre personne présente dans la cellule, mon pouls s’accélère alors que je demande qui est là et que j’ordonne que la personne se montre. J’aurais au moins pu disposer d’une cellule personnelle au moins ! Je comprends que les personnes qui m’ont enlevées ne savent pas à qui ils ont affaire. Je perçois un mouvement en provenance du fond de la pièce. Je reporte mon attention vers l’inconnu qui partage ma cellule, j’espère ne pas devoir rester trop longtemps dans cet endroit sale. Un peu de compagnie ne me dérange pas vraiment mais je suis plus inquiet de la personnalité de cette compagnie. Je n’arrive qu’à voir une ombre floue, il fait trop sombre mais il ne suffirait que d’un pas en avant pour que je puisse voir l’ombre avec plus de précision.

Après s’être redressée, la personne avance enfin. Il, enfin elle, entre dans la lumière mais reste à une distance respectable, c’est donc évident que c’est une femme. Mes yeux observent la jeune femme debout devant moi, plus petite que moi, ce qui n’est pas très difficile. Je la regarde lever une main en signe de paix tandis que ses longs cheveux noirs tombent dans son dos. Elle s’est aussi rendue compte que l’endroit où nous nous trouvons est dans un état pitoyable, c’est déjà ça… Mais les informations qu’elle me donne ensuite sont plus intéressantes. Nous avons été commandés ? Mes sourcils se froncent, qu’est-ce que cela veut bien pouvoir dire… Les personnes qui m’ont enlevées sont sûrement des vendeurs d’esclaves, ce n’est pas difficile de deviner le sort qu’ils nous réservent. Je croise les yeux marron de la jeune femme et j’y ancre mes yeux noirs (je n’ai pas mis de lentilles aujourd’hui). Je ne panique pas, je sais que je vais m’en sortir, je n’ai pas vraiment d’autres choix : ma vie est bien trop importante ! J’écoute l’autre information qu’elle me donne, le nord de la ville, j’ai été enlevé à l’est, pas très près d’elle donc… Pourquoi nous avoir enlevé nous ? Est-ce le fruit du hasard ou étions-nous des proies choisies à l’avance ? La deuxième alternative me semble impossible, ma tâche ne m’a été attribuée que hier, pas moyen de prévoir un enlèvement, ça prend plus de temps… Je m’apprête à lui répondre quand d’autres voix s’élèvent, je me tais donc pour les écouter attentivement…

- On a les deux qu’il nous fallait. Ils sont parfaits. Reste à savoir s’ils vont tenir jusqu’au quartier obscur.
- Quand est-ce qu’on se tire d’ici ?
- Demain soir. Il nous reste des trucs à faire à Denver…
-  Et les injections ? Il ne faudrait pas qu’ils fassent tout rater une fois là-bas s’y jamais ils résistent…
-  On commence les injections demain matin. Bon, j’y vais. Joe attend mon rapport.

Je réfléchis à ce que l’on vient d’entendre, des injections… On utilise aussi des injections au centre WICKED pour calmer ou endormir nos patients, de la drogue donc et ça ne m’étonnerait pas que l’on subisse le même sort que mes patients demain soir mais pour un autre but. Je me demande une nouvelle fois pourquoi ils nous ont kidnappés mais j’arrête de penser à cela pour répondre à ma provisoire colocataire.

-J’ai été enlevé à l’est de la ville personnellement…

Je lui jette un coup d’œil, je ne connais pas cette jeune femme et je ne sais pas si je peux vraiment lui faire confiance même si je ne suis pas du genre à rester sur mes gardes très longtemps. Je ne sais rien d’elle, je ne sais pas d’où elle vient ni qui elle est, je ne sais qu’une chose : elle ne travaille pas pour le WICKED, je connais chaque membre et elle n’en fait pas partie. Ca fait donc d’elle une ennemie potentielle au même niveau que ceux qui m’ont emprisonné. Je l’observe s’asseoir et hésite à faire de même en regardant le sol crasseux. Je soupire et sors un tissu carré de ma poche avant de l’étendre sur le sol pour m’asseoir dessus. J’écoute la courte présentation de la jeune femme, elle ne me dit que son prénom, je n’ai pas le droit à des détails comme son nom de famille ou sa profession. Une fois assis, je réponds à la dénommée Thalie, sans lui donner de détails non plus.

-Moi c’est Kim, enchanté de faire votre connaissance même si c’est dans de peu réjouissantes circonstances

Je lui souris un peu et sors un torchon que j’ai utilisé un peu plus tôt et m’applique à nettoyer mes chaussures méticuleusement. Je le ferais plus correctement une fois chez moi mais c’est toujours mieux d’enlever la boue quand elle n’est pas encore sèche. Je continue mon nettoyage en levant de temps en temps les yeux vers Thalie, des questions peu discrètes me passent par la tête mais je ne peux pas les lui poser naturellement.

-Que faisiez-vous à Denver avant l’enlèvement ?

Ainsi, elle est libre de me mentir ou de me dire une activité quelconque ou alors être honnête et me dire ce qu’elle faisait vraiment, dans tous les cas je pense être capable de savoir si elle me ment ou pas.
 
014 © Lunay's invention

___________________________________

   
This song is sick, my rap is sick, my style is sick
I'm kinda sick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


Plan d'évasion - Avec Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mon mur de forteresse (premier décor)
» L'évasion [ Avec Pelage de Tigre, Nuage de Neige, Pelage d'Emeraude et Pelage de Flamme]
» Début du plan des méchants (avec koro et autres)
» (f) c'était juste un plan fesses dans les vestiaires du gymnase quand on avait dix-sept ans au départ. Ca a changé nos vies...
» Go Habs Go - Simple Plan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: S'enfuir... :: La Zone Saine :: Denver-