Partagez

Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura. [Flashback septembre 2156 Niels ft. Isaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMer 7 Fév - 16:59

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.
Le blond était allongé dans l’herbe. Ses yeux étaient fermés, sa respiration légère et ses doigts effleuraient l’herbe encore bien verte. Le vent soufflait et il caressait son visage. Il souriait, on pouvait en effet voir une légère esquisse au niveau de ses lèvres. C’était plutôt quelque chose de rare ces temps-ci. Niels s’était trouvé un coin tranquille dans le parc du lycée. Il voulait échapper à tous ces gens. Il n’était pas comme son frère qui avait systématiquement besoin d’être entouré. Non, le blondinet n’était pas comme ça, il était différent, et le silence lui faisait le plus grand bien. Il évitait de repenser au test de ce matin qu’il avait totalement raté. Manque de sommeil. Migraine. Devenait-il comme les gens qui passaient à la télévision : les infectés ? Non. Niels était juste un adolescent surmené. Il se tourna alors sur le côté et sa main droite agrippa les brins d’herbe comme s’il s’y accrochait à tout prix. Il ne désirait pas retourner en classe, pas maintenant. Il voulait continuer de rêvasser. Ces images qu’il s’inventait lorsqu’il fermait les yeux le rendait heureux et c’était le principal. C’était la nuit qui lui posait des problèmes. Dès qu’il s’endormait, il voyait des images d’horreur et il n’était pas rare qu’il réveille son frère par sa respiration haletante et ses petits cris étouffés de panique. Ils les voyaient tous devenir des monstres, des abominations. La plupart du temps, cela arrivait dans les couloirs du lycée. Les lumières étaient éteintes, les casiers faisaient du bruit et la tension était au maximum. C’était toujours la même chose. Niels courait se cacher dans un des casiers, mais le monstre finissait toujours par le trouver. Il le regardait de ses yeux rouges sang sans pitié qui n’avaient plus aucune trace d’humanité avant de commencer à l’étrangler. Niels tentait alors de se dégager de toutes ses forces, mais en vain. Généralement, le cauchemar s’arrêtait et il se réveillait en sueur. Alors le jour, il se donnait des petits temps comme il était en train de le faire dans le jardin pour penser à des paysages et des choses positives. De cette manière-là, il pouvait tenir et contrôler sa peur.

Mais parfois, même très souvent, il était interrompu. La plupart du temps, c'était par des idiots qui prenaient place juste à côté pour écouter de la musique qu’ils mettaient à un volume élevé sans même faire attention à lui, il était tout simplement invisible. Il ne se posait même plus de questions, il avait l’habitude. Maintenant, il profitait de sa solitude, mais jusqu’à quand ? Les cours n’allaient pas tarder à reprendre. Niels décida de fouiller dans son sac et sortit un livre, son favori. Il parlait d’aventures dans un désert, cela lui faisait un peu penser à ce monde qui partait en vrille, mais il espérait que cela n’en arriverait pas là, cela ne pouvait pas être possible.

« Hey Welligton ! Tu veux pas un peu bouger tes fesses de là ? Tu ne t'ennuies pas ? »

C’était une voix d’un des gars qui étaient venus s’installer à côté. Il ne les aimait pas tellement. C’était des amis à son frère qui n’était pas en ce moment avec eux. Niels ne prit même pas la peine de se redresser gardant son livre devant les yeux et dit d’une voix grave :

« Non. Je lis. »

Et les garçons arrêtèrent de le déranger. Ils n’étaient pas vraiment méchants, mais on aurait dit qu’ils voulaient tout faire pour le tirer de sa solitude. Ils avaient en réalité envie d’être amis avec le petit frère d’Isaac. Mais lui voulait-il être ami avec eux ? Ils étaient toujours bruyants et hyperactifs, lui avait besoin de calme. De beaucoup de calme et de solitude. Il se renfermait dans ses livres et dans ses écritures. C’était mieux ainsi, de toute manière, peut-être qu’un jour, il finirait seul dans ce monde avait comme seul espoir de survivre, alors autant s'habituer non ?  Il ne voyait pas dans le futur, mais il s’imaginait des délires les plus affreux et l’apocalypse en faisait partie. Son frère était septique, et il se souvint de ses derniers mots avant de dormir hier soir.

‘ « Tu verras Isaac. Un jour, tu verras. »
CODAGE PAR AMIANTE


Dernière édition par Niels Welligton le Ven 30 Mar - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 11 Fév - 11:58






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Isaline était encore une fois en retard en cours.   A vrai dire, elle l’était presque tous les jours et l’administration ne s’en formalisait même plus. Ils avaient compris qu’il ne fallait pas s’en mêler et que la blonde faisait du mieux qu’elle le pouvait.

Elle arrivait donc enfin à son lycée, ne se pressant désormais plus. Elle savait qu’elle n’avait pas cours l’heure suivante suite à l’absence d’un de ses professeurs. Elle décida donc de passer le temps en allant vers le parc du lycée. Elle espérait y trouver un coin tranquille où elle pourrait à nouveau rester seule. De toute façon, ici, personne ou presque ne la connaissait et c’était toujours mieux ainsi. Elle n’aurait pas aimé qu’on lui pose de questions trop personnelles. Pourquoi avait-elle un énorme coquard par exemple ? Et pourquoi pas ma foi ? Elle soupira doucement avant d’attacher ses cheveux en une longue queue de cheval. Puis, elle remit son sac correctement sur ses épaules avant d’aller s’assoir sur un banc qui venait miraculeusement de se libérer. Elle ne fit guère attention à ce qui se passait autour d’elle malgré le bruit environnant. Cela ne changeait pas grand-chose pour elle de toute manière, elle savait se plonger comme il le fallait au sein de sa propre bulle. Elle s’enfermait dans ses pensées et plus rien, ou presque ne pouvait l’y en sortir.

Isaline se décida finalement à se plonger dans son monde grâce au carnet qu’elle venait de sortir. Elle récupéra dans sa trousse son stylo plume avant de commencer à le faire parcourir sur les pages blanches. L’encre bleue apparaissait, faisant disparaitre le blanc qui était auparavant bien trop présent.

« Douces utopies qui bercent mes nuits
Sombres jours qui me jouent encore un tour
Pleinement et naïvement, je vis
Avant que l’air ne me soit bien trop lourd

Ce même soleil noir s’élève dans le ciel
C’est ainsi que se brisèrent mes deux ailes
Réveillez-moi sans aucun cauchemar
Dites-moi donc que ce n’est pas trop tard

Je sombre. Je tombe. Je n’entends que mes songes
Abattue dans vos terribles mensonges
Je ne vous vois plus que comme des ombres
Puisque vous êtes devenus bien trop sombres

Mépriser. Détester. Oui, je vous hais
Tout cela à cause de tous vos méfaits
Je vous en prie, je veux être vengée
Alors désormais, plus aucun secret

Laissez-moi m’effondrer sans hésiter
Une morte de plus, ça ne change rien
Sous terre, je suis en train de m’enterrer
Pour vous, qui n’êtes rien d’autre que des vauriens

Désormais bien plus haute, je vous vois tous
Souvent méfiez-vous, je suis à vos trousses
Non, n’appelez personne à la rescousse
Si je suis morte, c’est de votre faute à tous. »

Isaline reposa son stylo auprès d’elle relisant ce qu’elle venait de coucher sur le papier. Elle n’aimait pas ce qu’elle venait d’écrire. De toute manière, elle n’aimait jamais mais cette fois-ci tout particulièrement. Elle s’apprêtait donc à déchirer sa feuille pour aller la jeter dans une poubelle un peu plus loin. Cependant, elle n’en eut pas le temps puisque son carnet lui échappa des mains et elle se releva immédiatement pour se tourner vers une autre fille blonde de son âge qui la regardait avec un grand sourire fier.

- Redonne-moi ça.


Isaline se retient de rajouter un « s’il te plait » par habitude mais surtout par politesse. Elle ne devait pas se montrer plus faible qu’elle ne l’était déjà. Elle soupira doucement et fit le tour du banc afin de rejoindre son interlocutrice pour récupérer ce qui lui appartenait. Cependant, cette dernière feuilletait déjà les pages, un sourire moqueur sur le visage. Isaline rougit immédiatement. Personne ne devait lire ça, c’était la honte assurée. Elle se précipita donc à sa suite, laissant son sac seul sur le banc.

Après quelques minutes de poursuite fort futile, Isaline posa sa main sur l’épaule de l’autre blonde et la retourna face à elle. Elle essaya d’atteindre son carnet, sans succès et prit sur elle pour ne pas lui jeter un quelconque regard noir. Elle ne devait pas céder à la violence. Il ne fallait surtout pas. Alors, elle se contenta de la fixer, sans la lâcher et puis sans qu’elle s’y attende, sa camarade de classe leva les yeux au ciel, lui redonna ce qu’elle voulait et la percuta avant de prendre la parole.

- Je ne suis même pas étonnée que tu restes toujours seule.

Isaline la regarda partir. Son cœur s’était légèrement serré à l’entente de ses mots. Mais de toute façon, elle l’avait un peu choisi, elle n’avait rien à y redire. Elle croisa ses bras contre sa poitrine tout en avançant, ne desserrant sa prise sur son carnet pour rien au monde et soupira finalement quand elle revient près du banc, lorsqu’elle se rendit compte que seul son stylo plume était encore présent sur le banc. Son sac avait encore disparu.


©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 11 Fév - 13:48

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura
Le jeune homme était toujours allongé dans l’herbe à regarder le ciel bouger. C’était assez dingue de voir que le temps passait lentement. Il n’avait pour le moment aucune raison de s’inquiéter sur ce qu’il se passait autour de lui. Il était toujours simplement perdu dans ses rêves, mais bientôt, son attention fut attirée vers la gauche. Des bruits de pas se faisaient entendre et il était certain de pouvoir capter une respiration assez forte, de légères protestations et d’entendre un rire assez narquois. Niels leva les yeux au ciel, indifférent. Le monde était déjà assez cruel et il était certain que les hommes à la télévision n’allaient pas arranger la chose : le WICKED. Que leur voulait-il ? Niels ne cessait d’entendre des rumeurs sur tout ce qu’il se passait. Des enfants enlevés. Des expériences. Pour le bien de l’humanité, disait-on, mais cela allait-il durer encore longtemps ? Peut-être que ce n’était que le début d’un nouvel enfer ? Il avait peur et sentait le sang se glacer dans son corps quand il pensait à ce genre de choses. Il refusait d’y penser et son poing se mit à taper sur le sol. Des gestes rageux, il en faisait beaucoup ces derniers temps, mais il ne s’en rendait pas vraiment compte. Il avait refermé les yeux pour éviter de voir la scène des deux filles au loin. Que se passait-il donc ? Encore une embrouille ? Il n’y avait que ça de toute manière, pour un oui et pour un non et quand l’humanité serait en danger, ce serait encore pire. Il n’osait même pas imaginer ce que cela donnerait.

« Un enfer » , pensa t-il silencieusement en ayant ouvert de nouveau les yeux.


Cette fois-ci, il ne pouvait pas l’ignorer. Une espèce de blonde semblait menacer une fille qui était plus petite qu’elle avec un carnet. Niels sentit sa colère monter. Rien qu’en voyant ce genre de scène, il pouvait déjà imaginer les dialogues. La blonde avait volé le carnet pour pouvoir mieux se moquer de l’autre. Il connaissait ce genre de carnet, il en avait un lui-même et pour rien au monde, il n’aurait voulu qu’on le lise. Cependant, il était curieux de voir la tournure que la scène prenait. En effet, la blonde redonna le carnet à la plus petite et s’en alla. Que lui avait-elle donc dit ? Niels connaissait des personnes plus tenaces que ça. La propriétaire du fameux carnet reparti alors et Niels se leva d’un seul bond. Il avait vu la blonde se diriger vers le sac posé sur le banc et il avait bien deviné qu’il n’était pas le sien. Ce fut avec rapidité qu'il arriva et qu’il s’empara du sac. Il posa sa main sur celle de la blonde et le regarda d’un air mesquin, voir prétentieux, comme son frère Isaac. C’était lui qui lui avait apprit.

- Ce n’est pas le tien. Et je ne me trompe pas. Lâche ça.

La blonde le regarda de la tête aux pieds avec un sale petit air et fit la grimace.

- Ah oui ? Et tu vas faire quoi sinon ?


Niels avait déjà le sac en sa possession et il fit alors une chose que la personne en face d’elle ne s’attendait pas. Il avait haussé les épaules et avait tourné les talons pour repartir aussi rapidement qu’il était venu. Il savait où il allait. Il allait redonner le sac à la petite blonde au carnet mystérieux. Il était déterminé à bouger ses fesses pour une fois au lieu de rester là à rêvasser et la blondinette ne fut pas si difficile que cela à trouver. Elle cherchait désespérément son sac et ce fut avec un léger sourire que Niels lui tendit. Son air faussement prétentieux qui ne lui ressemblait même pas du tout avait quitté son visage. Il était de retour à la réalité, confronté aux gens qu’il ne connaissait pas.

- Voici ton sac.

Ce fut tout ce qu’il trouva à dire. La petite n’était pourtant pas intimidante, mais elle avait un visage assez blessé. Que s’était-il passé avec elle ?

CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 11 Fév - 20:09






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Ok, ce n'était évidemment pas la première fois que son sac était porté disparu ! Il réapparaitrait dans quelques heures et Isaline rechercherait toutes ses affaires qui seraient dispersées à travers tout l'établissement. Une triste habitude dont elle espérait se débarrasser un jour. De toute façon, elle aurait bientôt quitté les murs de l'établissement. C'est ce qu'elle se répétait sans cesse. La jeune fille souffla doucement. Ne pas paniquer. Elle avait le temps de retrouver l'intégralité de ses affaires.

Cependant, elle s'avança un peu plus et s'aperçut qu'un jeune homme était en train de discuter avec la même blonde que tout à l'heure. Elle fronça les sourcils en s'apercevant que son sac était au centre de l'altercation. Elle s'arrêta soudainement de chercher, priant pour le récupérer par la suite. A vrai dire, elle ne connaissait pas le garçon et avec tout ce qui se passait, elle se méfiait de tout le monde. Elle n'avait de toute manière pas trop le choix, du moins, c'est ce qu'elle se disait.

Elle regarda le garçon s'avancer vers elle avec le fameux sac. Elle ne sût pas trop que dire sur le moment, à vrai dire, elle était légèrement honteuse, se doutant qu'il avait sûrement dû voir la scène d'auparavant. Et cela la désespérait presque. Elle tenta de sourire légèrement mais ses yeux se plissèrent et elle grimaça légèrement, son oeil gauche la tiraillant légèrement. Elle ne fit évidemment rien savoir. Parce que cela ne le regardait ni lui, ni elle d'ailleurs. Ce n'est pas comme si elle n'avait pas l'habitude. Puis, elle répondit enfin.

- Hm...Merci beaucoup ...


Elle ne rajouta rien ne sachant rien de l'identité de son interlocuteur. Son visage se baissa ainsi soudainement, toujours par habitude. Elle n'osait plus regarder les autres dans les yeux depuis un moment déjà. Elle profita donc de cet instant pour remettre son carnet dans son sac avant que l'un ou l'autre ne disparaisse une seconde fois. Il fallait absolument qu'elle fasse beaucoup plus attention de toute façon. Surtout par les temps qui couraient. Elle sentait que tout dégénérait. Que tout changerait bientôt. Le monde était en train de changer. Bien que ses parents ne lui parlaient pas, elle savait par son frère que rien n'était de bonne augure. Et elle ne savait pas si elle avait peur de tout ça, si elle était complètement effrayée ou si elle y voyait tout autre chose. Déjà, elle était une des seules à penser au pire, tout le monde se contentait d'avoir de l'espoir. Sauf que l'espoir est réservé aux gens qui foirent. Du moins, c'était le point de vue de la jeune fille. Elle pensait que ceux qui avaient de l'espoir ne se contentaient plus que de cela. Qu'ils n'avaient plus rien d'autre et qu'ils étaient obligés d'avoir ce sentiment afin de ne pas dépérir. Stupide ! Elle ne comprenait pas et elle ne savait même plus si elle essayait encore de comprendre, ou non. Tout ce qu'elle savait, c'était que peu importe  la situation, elle ferait tout pour survivre. Et elle le ferait dans l'unique but de préserver son frère de la mort. Il était trop jeune pour savoir ce que s'était. Elle savait que ce n'était plus un enfant, qu'il n'avait que deux ans de moins qu'elle, qu'elle n'avait pas de le protéger autant, mais après tout ce qu'il voyait, tout ce qu'il entendait, elle ne pouvait faire que cela. Essayer de le préserver. Elle échouait d'ailleurs, sans doute. Isaline s'en voulait énormément pour cela. Elle était fautive dans un certain sens, mais elle n'y pouvait rien. Ou du moins qu'à moitié.

Elle releva finalement son visage, regardant derrière le jeune homme. La blonde de tout à l'heure était toujours présente et lui jeta un dernier regard noir avant de repartir de l'autre côté de l'établissement. Elle serait tranquille pour la fin de la journée, très certainement. Isaline sourit donc légèrement dans le vide avant de se rendre compte qu'elle était perdue dans ses pensées depuis un moment déjà. Cela lui arrivait sans cesse. Elle secoua doucement sa tête pour se reprendre, puis la baissa à nouveau sans savoir si le jeune homme attendait autre chose ou non. De toute façon, elle ne voyait pas vraiment ce qu'il pourrait vouloir. Sûrement le moment pour repartir.


©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMer 14 Fév - 14:41

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.
S’il y avait bien une chose que son frère lui avait apprit, c’était qu’il fallait toujours se mêler aux affaires des autres. Pourquoi ? Pour se distraire. Mais pour Niels, se distraire n’était que secondaire. Il avait une réelle curiosité sincère dont il lui était difficile de se détacher. Le jeune homme regardait la jeune femme de ses yeux gris clair tandis qu’elle semblait éviter avec brio son regard. Il connaissait ça, il la mettait mal à l’aise. Il l’avait déjà vu évidemment, il connaissait les personnes de vue, car il était du genre à enregistrer les visages des inconnus, mais il n’avait en revanche aucune idée du prénom qu’elle pouvait avoir. Elle était pour le moment « la fille au carnet mystérieux » ce qui était un chouilla trop long comme identité. Niels, qui était en stage dans un cabinet médical en dehors des heures de cours, ne put s’empêcher de regarder le bleu qu’elle avait à l’oeil. Avec qui s’était-elle battue pour avoir ce genre de coquard sur le visage ? Elle venait alors de le remercier, mais elle avait aussitôt baissé les yeux pour ranger le fameux carnet dans son sac. En relevant la tête, elle ne le regarda pas directement, mais s’intéressa à ce qui se trouvait derrière lui. Le blondinet se tourna lui aussi légèrement et vit la fameuse blonde moqueuse et voleuse en plus de ça.

- Un vrai cauchemar cette fille. Elle est avec moi en sciences.

Il ne pouvait pas vraiment la piffrer et elle non plus, au moins c’était réciproque se disait-il.

- Pourquoi elle t’embête ?

Que lui avait-elle fait ? Il devait y avoir une raison non ? Ou bien était-elle comme lui, c’est-à-dire assez seule, si bien que cela ne plaisait pas aux gens. Personne ne pouvait les laisser en paix, il fallait toujours qu’on vienne s’y mêler d’une manière ou d’une autre, comme si être seul était un crime. C’était de toute évidence mal vu et Niels ne saisissait pas très bien pourquoi. Pourquoi l’être humain devrait-il être systématiquement entouré ? Non. Les êtres humains étaient libres de faire ce qu’ils voulaient, et même si son frère le poussait à être un peu plus sociable, Niels savait qu’il affectionnait particulièrement sa propre bulle de confort.

- Ne fais pas attention à elle. Mais tu devrais faire attention à toi. Je peux t’aider avec ça.

Il parlait de son coquard.

- Je peux t’aider médicalement parlant, je veux dire. Personne n’en saura rien. Je suis Niels au fait et toi ?

Il avait trouvé utile de rajouter la dernière précision avant de se présenter, car il la sentait méfiante, mais à la fois désespérée. Se trompait-il ? Pourquoi parlait-il autant alors que ce n’était pas spécialement dans ses habitudes ? Pourquoi avait-il envie d’aider cette personne ? Parce qu’il était un peu altruiste en lui ? Tout le monde ici connaissait Isaac, et tout le monde savait qu’il était populaire et qu’il ne reflétait pas spécialement une image aussi altruiste que Niels dégageait discrètement. La blonde au carnet dont il ne connaissait même pas le nom savait sans doute qu’il était, « le petit frère d’Isaac Welligton », mais c’était toujours comme ça, on ne retenait pas spécialement son prénom à lui, comme si ces cinq pauvres petites lettres étaient la mer à boire.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageVen 16 Fév - 14:33






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Isaline ne savait pas exactement ce que le garçon en face d’elle voulait. A vrai dire, même sans se mêler le moins du monde à la vie de son établissement, elle savait que son visage lui évoquait quelque chose. Elle ne savait juste pas et espérait que cela ne soit pas important pour la suite. A vrai dire, elle n’avait que faire de savoir ce qui se passait ici, elle avait beau se rendre ici tous les jours, elle ne connaissait personne hormis les élèves de sa propre classe, et les quelques personnes qui osaient venir lui adresser la parole. Isaline savait très bien pourquoi elle était seule et ne s’en formalisait pas. Elle l’avait toujours été alors ce n’est pas comme si quelque chose lui manquait avec la compagnie d’une tierce personne.
Cependant, elle releva rapidement la tête lorsque toujours ce même garçon reprit la parole.  Elle sourit légèrement à sa première phrase et savoir que le jeune homme n’appréciait pas non plus cette peste blonde la rassurait. A vrai dire, elle ne savait pas à quoi s’attendre. Alors même si elle se médiait, elle fût soulagée d’apprendre qu’elle n’était pas la seule à ne pas l’apprécier. Pourtant, son sourire vient rapidement se crisper lorsqu’elle entendit sa question. Pourquoi l’embêtait-elle ? Pourquoi, tiens ? Isaline avait tiré ses propres conclusions face à la question et ne s’était jamais formalisée de ne pas connaitre la véritable raison de cet acharnement. C’était sûrement parce qu’elle était seule. Seule et faible. Les marques de coups présentes relativement souvent l’avait déjà prouvé maintes et maintes fois. Elle se taisait, ne disait rien, et rien que cela, c’était une très bonne raison. Elle s’accoutumait. Cette même blonde continuait car elle se réjouissait de la solitude et de la peine des autres mais ce qu’elle ne savait pas était le fait qu’Isaline en avait que peu à faire. Les mots lui faisaient rarement mal. Et les coups…Elle ne sut d’abord que répondre, mais c’est finalement après un long moment qu’elle reprit la parole.

- C’est sûrement juste parce que je ne tiens pas à me joindre à quelqu’un. Enfin…je veux dire, je suis très bien seule et je ne vois pas très bien pourquoi cela est définitivement vu comme quelque chose d’atroce. Si cela me convient, cela devrait convenir aux autres. Surtout, qu’eux, ne veulent de toute façon pas de ma compagnie….c’est étrange ?

La jeune fille écarquilla presque les yeux en repensant à tout ce qu’elle venait de dire. Depuis quand parlait-elle autant ? Surtout pour dire de telles choses ! Isaline aurait dû se taire et elle en avait conscience. Ne jamais dire ce que l’on pense tout bas. C’était une règle d’or chez elle. Pourtant, cette surprise-là fût rapidement écartée lorsqu’elle entendit la suite des mots du garçon qui se trouvait encore et toujours face à elle.

Isaline n’avait besoin de l’aide de personne et savait très bien s’occuper d’elle-même. Ok…il est vrai qu’on pouvait largement en douter, mais c’était le cas. S’il savait tous les efforts qu’elle faisait, et toutes les marques qu’elle cachait et soignait elle-même. Elle savait faire. Elle n’avait besoin de personne pour cela ou pour quoi que ce soit d’autre. Elle savait aussi que le garçon ne parlait pas de la blonde de tout à l’heure, mais tout simplement de son œil pour lequel elle n’avait rien pu faire avant de partir en cours. Ainsi, elle se contenta de sourire brièvement et de rire un peu.


- Si tu parles de ce que j’ai à l’œil, je suis juste tombée en descendant les escaliers. Et juste avant de rejoindre le sol, j’ai heurté le coin d’une table.

Elle haussa doucement les épaules avant de lui sourire. Elle pouvait désormais mettre un nom sur son visage et même si cela ne changeait pas grand-chose à ses yeux, savoir à qui elle s’adressait l’aidait déjà grandement. Elle poursuivit donc.

- C’est gentil de t’inquiéter pour moi mais ne t’en fais pas. Je suis Isaline.

Il devait arrêter immédiatement de s’inquiéter. Personne ne devait être au courant. Elle le payerait bien trop cher si son père l’apprenait.



©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 18 Fév - 22:50

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura
L'aider médicalement. Oui voilà ce que Niels pouvait faire, mais si elle refusait, il n'insisterait pas. Regrettait-il de lui avoir demandé ? Non, pas vraiment. La jeune femme face à lui paraissait un peu perdue et en pleine réflexion. Elle se demandait probablement pourquoi il lui était venu en aide et s'il avait vu la scène d'avant. La réponse simple, il détestait l'autre peste de blonde et le fait qu'elle s'en prenne à des personnes qui ne méritaient pas d'être perturbé.  Niels n'était pas comme son frère qui avait toujours ce qu'il voulait. Le jeune blondinet proposait, mais il ne forçait pas. Peut-être était-il trop gentil peut-être. Le début de la conversation n'était pas trop mal parti, car la blondinette avait légèrement souri à ce qu'il avait dit et elle manifestait son accord par rapport à ce qu'il avait dit concernant la solitude. À vrai dire, il s'était attendu à ce qu'elle reste muette, mais elle venait de déballer son avis d'une seule traite, comme si c'était inhabituel chez elle de s'adresser à quelqu'un. Lui non plus ne comprenait pas pourquoi être seul était mal vue. Elle paraissait aussi à l'aise avec le fait qu'il ne porte pas la peste dans son cœur.

- Je comprends pas non plus. Je suis très bien tout seul, mais pour le monde entier, c'est un crime. Mais oui, c'est juste que ça doit les gêner psychologiquement alors ils aiment bien le faire payer, nous montrer qu'être entouré est supérieur.

Oui, c'était ça, les êtres humains avaient besoin de se sentir supérieur et Niels venait de toucher un point. Niels croisa les bras sur son torse tandis que la blondinette écarquillait les yeux à sa demande qui suivit. Il l'avait surpris. Elle ne s'y attendait visiblement pas et il présentait qu'elle n'allait pas accepter, du moins pas directement. Il pensait savoir pourquoi, il avait entendu des rumeurs, mais s'en mêler n'était pas bon. Son frère lui aurait dit de creuser, mais le blond ne le sentait pas. Lorsqu'elle lui apprit qu'elle s'était blessée stupidement avec une table, cela confirma la rumeur qu'il avait entendue. Il avait bien senti que le grain de sa voix était différent, et elle l'avait fixé droit dans les yeux, or quand quelqu'un mentait, ses yeux ne fixaient pas forcément la personne pendant autant de secondes bien que la plupart des gens pensaient l'inverse. Niels décida de faire comme si de rien n'était, comme s'il l'avait cru. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter disait-elle et elle lui donna enfin son prénom.

- D'accord. Mais je ne t'aurais rien demandé. Ce ne sont pas mes affaires. Je suis juste là pour te soigner si tu as besoin.

Niels lui faisait comprendre qu'il n'était pas du genre à poser des questions indiscrètes, il n'allait pas lui tirer les vers du nez si cela n'était pas de sa propre volonté. Il s'apprêtait à repartir de là où il venait, mais ses paroles sonnaient claires, il était là si besoin. Son ventre se mit à gargouiller et il se rappelait qu'il était temps d'aller manger. Il fit quelque chose à laquelle il ne s'attendait pas.


- Tu veux aller manger ?

Il esquissa un léger sourire. Les paroles étaient naturelles, il ne s'était pas forcé, ni rien. Il voulait juste passer du bon temps avec une personne qui semblait autant apprécier le calme que lui.

 
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 25 Fév - 23:12






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Les gens ne demandent jamais rien. Mais ils parlent. Ils le font tous. Ils parlent de ce qui ne les regarde pas, de ce qu’ils ne comprennent pas. Ils se pensent tous meilleurs, ils pensent pouvoir tout connaître, tout savoir. Ce sont des menteurs. Menteurs expérimentés, ils y passent leurs journées. Isaline ne faisait confiance à personne, hormis son frère. Son cœur battait plus vite que la normale. Elle le sentait au fond d’elle-même, elle sentait que tout ça ne pouvait être naturel. Mais, elle souriait légèrement. Cela passait pour la timidité de toute façon, car timide, ça oui, elle l’était. Cependant, elle était encore plus méfiante. Alors, elle se contenta de secouer doucement la tête, en souriant de manière amusée.

- J’ai besoin de rien, ne t’en fais pas !


Elle haussa doucement les épaules avant de pencher la tête sur le côté. En parlant d’ailleurs de sa tête, elle se retient de soupirer de ne pas avoir pris d’anti-douleurs ce matin-là. Elle ferait avec.
Sa tête lui tournait et ses yeux auraient presque pus paraitre vide, comme si elle n’était à cet instant-ci plus présente dans ce monde-là, comme si elle était partie bien loin, au milieu de ses rêves et de ses pensées suicidaires.

Innocente Isaline, toi qui souffre de la vie plus que la mort ne pourra jamais le faire. Un cœur pourtant si pur qui n’attend que de découvrir un monde un peu plus beau. Elle n’était sûrement pas née à la bonne époque. Au bon moment. Elle avançait au milieu de sa propre existence comme si elle n’apparaissait là que comme simple figure. Héroïne de la mauvaise histoire. Elle passait entre les différents moments de sa vie comme si plus rien ne pouvait plus changer ce qu’il adviendrait. Elle marchait, sans regarder autour d’elle, sans se soucier de ce qu’elle manquait. Elle rêvait, elle rêvait trop Isaline. Même à cet instant présent, elle rêvait, et c’est pour cela aussi que personne ne la comprenait. Elle passait son temps à se perdre. Elle se perdait dans les méandres de ses maux.

Elle défiait ainsi les gens, qui eux, faisaient semblants. Ils pensaient avoir les pieds sur Terre, ils espéraient avoir la vie qu’ils devraient avoir. Ils ne retardaient que l’échéance, avançant, quant à eux, vers le temps déjà bien trop cruel pour ces pauvres gens.

Alors, Isaline défiait le temps qui, lui, était intransigeant.

Tic Tac. Les heures passent. Le temps s’écoule.

Tic Tac. Entends-tu le son des minutes qui défilent et des secondes bien trop rapides qui se moquent de toi ?

Je ne crois. Tu ne peux pas.

Tic Tac. Le temps part mais sans toi. Comment cela tu ne comprends pas ? Tu ne sais donc pas ?

Le temps passe. La vie s’écoule. La douleur est grande. Elle ne faiblit pas. Cours loin avant qu’il ne te rattrape…s’il seulement, la vie qui t’ait été accordé, ne se soit pas totalement écoulée.

Isaline sursauta presque en revenant à elle. Elle avait pourtant entendu la question du garçon face à elle. Elle sourit encore. Presque comme elle le faisait avec son frère et elle regarda sa montre où le temps s’écoulait aussi lentement qu’à l’ordinaire.

- Seulement si cela ne te dérange pas.


De toute façon, si c’était le cas, cela ne lui posait pas de problèmes. La jeune blonde ne mangeait que peu et ne passait ainsi que peu de temps dans l’enceinte de la cantine. Ainsi, qu’elle ait pour une fois de la compagnie revenait à un grand changement. Enfin, ce n’était pas comme si cela allait devenir une habitude. Isaline remit donc son sac sur ses deux épaules avant de reculer pour rester en face de son interlocuteur.

- Alors Niels, tu viens ?




©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMar 27 Fév - 19:38

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.

Le ventre du blondinet commençait à grogner, signe que l’heure de manger un petit quelque chose était arrivée. Le jeune homme avait accepté le fait que la fille n’ait besoin de rien. Les gens pouvaient toujours changer d’avis à un moment donné, il le savait, car il était pareil. Elle n’avait pas franchement l’air très en forme, elle avait des cernes qui lui mangeaient une petite partie du visage et des petits yeux qui signifiait qu’elle n’avait quand même pas toute son énergie. Niels était un jeune homme très observateur, il ne cessait de l’apprendre chaque soir avec son stage. L’observation était la clé et depuis tout petit, il avait toujours eu ce sens développé plus que la moyenne. Isaline se perdait dans ses pensées, son regard qui partait sur le côté avant de fixer le vide le lui prouvait aisément. Allait-elle finir par accepter sa proposition ? N’allait-elle pas trouver cela étrange ? Après tout, ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes alors la jeune femme était tout à fait dans ses droits de refuser. Rien qu’en pensant ça, Niels pouvait entendre la voix de son grand frère lui dire qu’il fallait qu’il se fasse un peu plus confiance. Il soupirait intérieurement, écoutant cette voix qui lui disait ça, mais elle lui donna sa réponse. « Seulement si cela ne le dérangeait pas ». C’était une phrase purement polie et cela le fit sourire. En temps normal, il aurait été agacé de ce genre de phrase toute faite, car s’il n’en avait pas eu envie, il ne l’aurait même pas proposé, alors tout était évident. Elle prit son sac et recula pour se trouver à son niveau. Il hocha la tête avec un léger sourire avant de la suivre, lui aussi avec son sac à dos.

Niels rentra à l’intérieur du bâtiment et commença à traverser les longs couloirs remplis de casiers d’élèves. Ils étaient plutôt déserts ce qui signifiait que la plupart des gens étaient assis avec leur plateau du midi dans la cafétéria. Cependant, le peu d'élèves qu’il croisait les regardaient avec étrangeté, comme si leur duo était inédit. C’était évidemment le cas, mais le blond ne s’en formalisa pas et continuait d’avancer comme si de rien n’était. Niels ouvrit la porte de la cafétéria et laissa passer Isaline avant d’entrer avec elle et de la suivre afin d’aller se servir. Le blondinet prit comme à son habitude une assiette sans viande, il était végétarien, alors tout ce qui touchait à la viande avait tendance à le dégoûter. Il regardait ce qu’elle prenait, bizarrement, il avait comme l’impression qu’elle n’était pas une grosse mangeuse et cela avait tendance à l’inquiéter. Pour lui, il fallait que tout le monde mange à sa fin afin d’être en forme et elle plus particulièrement en avait besoin. Le jeune homme vit plus loin une grande table avec une dizaine de personnes assez bruyantes. Il y jetait un coup d’œil par pur réflexe, son frère était parmi eux et il n’était pas le seul grand de la bande. Au moins quatre ou cinq personnes dépassaient probablement les uns mètres quatre-vingts. Il cherchait un endroit où ils seraient tranquilles, car manger dans le bruit n’était pas tellement son truc alors le blond se tourna vers Isaline.

- Là-bas ?

Il lui montrait l’opposé de la grande table bruyante afin de privilégier un petit coin de la cafétéria. De plus, ils étaient près des micro-ondes, ce qui n’était pas plus mal. Ce fut à partir du moment où il s’installa avec elle que les gens les regardaient du coin de l’œil en murmurant des choses qu’il n’entendait pas, mais qu’il pouvait deviner. Les filles le regardaient avec envie et étrangeté à la fois, mais Niels n’en avait pas conscience, pour lui, il était juste.. bizarre. Il sourit alors à la blondinette afin de dire un :

- Bon appétit.

Il réfléchissait à comment il pourrait commencer la conversation avec elle, car s’il l'avait invité à manger avec lui, ce n’était pas pour passer un repas dans un des silences les plus complets. Aujourd’hui, le blondinet était de bonne humeur, par conséquent d’humeur « bavarde ».
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMer 28 Fév - 12:19






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Isaline, quant à elle, n’avait pas faim. A vrai dire, elle ratait la plupart de ses repas et se limitait à de faibles quantités depuis plusieurs années déjà. Ainsi, il était rare que son ventre lui fasse défaut ou que quelque chose lui fasse envie, son corps s’en était désormais habitué. Quelques personnes lui avaient parfois remarqué, mais la jeune blonde ne s’en formalisait pas. Son corps ne l’inquiétait. Elle ne se trouvait ni trop grosse, ni trop maigre d’ailleurs, elle n’en avait que peu à faire de l’image qu’elle renvoyait de toute manière. Elle était trop pâle, trop fatiguée, trop petite, trop ceci et trop cela, mais Isaline s’en fichait bien. Elle avait d’autres choses à penser, des choses qui étaient pour elle beaucoup plus importante.

La blonde suivait ainsi le garçon entre les couloirs. Elle connaissait le chemin bien qu’elle s’y rendait rarement. Elle n’aimait pas voir autant de monde au même endroit et avait toujours l’impression que quelqu’un lui voulait du mal à chaque pas qu’elle faisait. Cependant, elle gardait ses inquiétudes personnelles dans un coin de sa tête, marchant toujours les deux mains sur ses lanières de sac, et la tête bien droite. Sa démarche était étrange pour la plupart, elle n’y faisait même pas attention. Ainsi, elle continuait de regarder devant elle pour s’empêcher d’apercevoir les personnes autour d’eux. Elle savait déjà ce qu’ils disaient de toute manière. Ils parlaient d’eux deux et de ce duo inhabituel. N’avaient-ils pas le droit d’aller manger ensemble ? Elle détestait le fait que les gens parlaient sans arrêt, sur tout et sur tout le monde. A vrai dire, elle s’était attendue à des quelconques remarques et allait vide devoir les oublier pour ne pas se renfermer une nouvelle fois.

Elle sourit cependant au garçon quand celui-ci ouvrit la porte afin de la laisser passer. Elle l’attendit directement de l’autre côté, préférant pour une fois ne pas affronter le regard des autres seule. Elle s’avança donc avec Niels pour aller se servir. Cela serait plutôt rapide. En effet, la jeune blonde ne prit rien d’autre qu’une assiette tout en demandant à quelqu’un s’il était possible d’en avoir un petit peu moins. Elle reposa ensuite son unique plat en remerciant chaleureusement le garçon qui l’avait servi puis attendit son compagnon d’infortune afin de savoir où ils allaient manger. Elle suivit son regard jusqu’à une table où était assis un bon nombre de personnes que l’intégralité du lycée connaissait au moins de noms. Elle espérait que Niels ne l’emmène pas là-bas à côté de celui qu’elle avait reconnu comme étant son frère, mais fit rapidement soulager quand le jeune homme lui proposa une table totalement à l’opposé du bruit et des autres. Elle se retient de justesse de souffler de soulagement et acquiesça donc en le suivant.

A peine fut-elle assise qu’elle baissa immédiatement le regard vers sa maigre assiette. Ok, Isaline se fichait la plupart du temps des autres, mais leurs regards étaient beaucoup trop insistants pour qu’ils ne passent inaperçus. Elle se doutait de toute façon de ce qu’ils disaient et remercia donc Niels pour ne faire aucun commentaire à ce sujet. Elle se doutait que cela ne dût pas être très agréable pour lui non plus. Alors, elle lui sourit. Elle n’avait pas à lui faire regretter de passer son repas avec elle.

- Bon appétit à toi aussi Niels.

Puis, elle se tut. Ses parents la qualifiaient de bien trop bavarde alors elle devrait bien trouver un sujet de conversation neutre, non ? Peut-être l’était elle juste avec son frère et dans ce cas-là cela poserait problème à cet instant précis ? Elle réfléchit alors. Que ferait Raphaël dans cette situation ? Bon sang, elle connaissait tout de son frère, mais ne savait absolument pas ce que celui-ci pourrait dire. Il avait toujours été plus doué pour faire la conversation et bien que la blonde l’était aussi, elle avait du mal à le faire lorsqu’elle n’était pas encore tout à fait à l’aise avec la personne. Ainsi, elle priait intérieurement pour que Niels trouve quelque chose à dire avant elle. Elle avait beau essayer de réfléchir, rien ne lui venait en tête et le regard des autres la stressait pour une fois encore davantage. Elle sortit donc la première chose qui lui passa en tête lorsqu’elle vit son assiette.

- Tu es végétarien ?

Elle avait envie de se mettre une claque à elle toute seule dès que sa phrase fût prononcée. Elle se trouvait sacrément idiote.



©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageVen 2 Mar - 17:52

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura
Le jeune homme cherchait toujours dans son esprit ce qu’il pourrait bien raconter à cette fille qui était assise en face de lui et qui semblait avoir plus de secret que la moyenne des gens installés dans cette salle. Il avait remarqué le peu de nourriture qu’elle avait pris : un plat unique. Pas d’entrée et encore moins de dessert. Il s’était retenu de l’encourager à prendre autre chose. Qui était-il pour le faire ? Un ami ? Non, il ne la connaissait que depuis dix minutes, mais pourtant, il aurait voulu lui dire. À la place, Niels avait été plus sage. Le blond faisait assez attention à son alimentation. Il aimait bien son corps comme il était et pour rien au monde il ne voudrait perdre des kilos ou bien en prendre. À la maison, son frère le tentait parfois avec des brownies et cela fit sourire Niels vu que ce midi, c’était justement ce qu’il avait choisi en dessert. Il fallait bien au moins un jour dans la semaine où il ne restait pas fidèle aux déserts légers sinon il se jetterait sur la grande assiette de cookie de son frère dès que ce dernier avait le dos tourné. Il revint à la réalité quand elle lui souhaita un bon appétit. Il lui sourit alors, ravi qu’elle soit réceptive à sa politesse. Puis, elle sembla alors faire comme lui, chercher un sujet de conversation, chose pas si aisée que ça lorsqu’on ne connaissait pas la personne. Il y avait bien à un moment où ça bloquait, mais le plus difficile était de se lancer et il fallait clairement penser à le faire afin d’y arriver mieux. Le jeune homme avait repris une bouchée de son assiette lorsqu’il faillit s’étouffer en avalant de travers suite à la question surprenante de la jeune fille. Le blond releva ses yeux d’un bleu océan vers elle et la regarda longuement avant de sourire, amusé. Son frère était le premier à le taquiner là-dessus.

- Oui.

Elle semblait regretter sa question, comme si elle venait de faire une gaffe et il se décida à lui expliquer avec un sourire pour la rassurer.

- La viande me dégoûte. Et elle est loin d'être bonne pour la santé.

C’était vrai. Une fois, une amie à sa mère chez qui ils avaient été invités à manger, l’avait forcé devant tout le monde à manger sa viande afin d’au moins « goûter » disait-elle. Il avait toujours détesté cette femme qui se prenait plus sa mère qu’autre chose alors qu’ils n’allaient chez eux que trois fois par an environ. Résultat, le blond avait été bien malade après, au plus grand damne de cette femme qui avait au moins bien compris la leçon. Les gens autour d’eux avaient cessé de les regarder aussi fixement en voyant qu’ils s’étaient décidés à les ignorer, mais il était certain que les ragots allaient suivre.

- Dis moi ce que tu fais dans la vie, hors des cours, je veux dire ?

Tout le monde avait le temps de faire quelque chose de sa vie grâce au système américain qui permettait de finir les cours plus tôt. Niels lui faisait du théâtre dans un club hors de l’école et était très occupé avec son stage du soir. Connaitre les passions des gens était le meilleur moyen selon lui pour cerner quelqu’un sans difficulté et avec malice.

- Moi, je suis dans un club de théâtre une fois par semaine. Le reste du temps, je travaille en tant que stagiaire dans un cabinet médical pas très loin de chez moi. Ça me plaît beaucoup et j’apprends beaucoup de choses qui se complètent avec mes options de science approfondie.

Niels avait en effet pris plein d’options que ce soit en science, mais aussi en littérature, ce qui pouvait surprendre vu son profil et son choix de stage, mais il était un grand littéraire dans l’âme, les livres étaient son petit jardin secret et il avait justement le livre « Pride and prejudices » qui dépassait de sa sacoche qu’il avait posé sur la table à côté de lui.


 
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageSam 17 Mar - 16:18






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Isaline fut rassurée en voyant que le garçon ne prenait pas mal sa réponse, pas le moins du monde. Il y répondait puis expliquait. A vrai dire, bien qu’elle n’était pas végétarienne, elle pouvait aisément comprendre sa décision et ne le jugeait pas. Pourquoi le ferait-elle en même temps ? Il n’y avait là absolument aucune raison. Alors elle se contenta d’acquiescer puis de sourire. Pas qu’elle ne s’intéressait pas au sujet, mais elle avait toujours peur de redire une quelconque phrase qui serait susceptible de blesser le blond qui était en face d’elle. Et ce n’était pas ce qu’elle voulait. Pourtant, elle savait d’avance, qu’elle irait le plus tôt possible dans une bibliothèque pour lire des dizaines d’articles sur le sujet, sur ce qu’apportait ou non la viande et ainsi de suite. Elle ne changerait pas forcément d’avis, elle voulait juste s’intéresser à ce qu’on lui disait. Isaline était curieuse. Bien plus que la moyenne et chaque conversation l’amenait toujours à se tourner vers la bibliothèque pour connaitre encore et toujours plus de choses. Elle possédait une soif de connaissance qui ne se tarissait jamais. Et cela sur n’importe quel sujet, la blonde ne s’arrêtait que lorsqu’elle en était obligée, et malheureusement pour elle, cela arrivait régulièrement. Son temps libre était limité.
Isaline sourit légèrement en voyant que la conversation suivait pour une fois le cours de ses pensées. Elle réfléchissait alors à ce qu’elle faisait en dehors des cours. Que faisait-elle d’ailleurs ? Pas grand-chose et cela l’affligeait.

- J’écris. De temps en temps en fait…Je ne dis pas que je le fais bien ou que je suis écrivaine ou quoi que ce soit, mais j’écris ce qui me passe par la tête. Cela me fait passer le temps et me permet de partir un peu plus loin que ce que l’on voit réellement. Je lis aussi, du moins quand je le peux.

Son regard fût d’ailleurs attiré par un certain ouvrage qu’elle connaissait bien. Elle sourit légèrement avant de baisser la tête. Elle replaça une de ses mèches derrière son oreille avant de poursuivre.

- Lorsqu’un livre est bien écrit, il me semble toujours trop court. C’est de Jane Austen aussi.

Elle ne faisait rien d’autres hormis ces maigres occupations. A vrai dire lorsqu’elle disait ne pas en avoir le temps, il ne s’agissait que de la vérité. Elle était toujours occupée chez elle. Son père lui fournissait toujours une liste interminable de tâches à faire et il était rare qu’elle ne parvienne à la terminer avant la tombée de la nuit. En effet, elle avait préféré continuer les cours et s’épuiser par la suite chez elle. Jamais il ne lui était venu en tête de tout arrêter pour le satisfaire. Elle ne savait jamais si, dans ces moments -là, il s’agissait de sa raison ou bien de son cœur qui parlait. Peut-être les deux en même temps ?

Isaline n’avait pas réellement une notion correcte du bien et du mal. Elle n’en connaissait ni les limites ni les attentes. Elle se contentait de suivre la plupart du temps et à vrai dire, bien qu’elle haïssait de tout son cœur son paternel, elle s’en voulait toujours terriblement après. Etait-ce si horrible de demander à sa fille de l’aider ? Mais…et le reste alors ? Elle ne savait finalement pas grand-chose. Les livres ne faisaient pas tout.
Ainsi, elle fut ravie lorsqu’elle entendit Niels reprendre la parole. Il faisait du théâtre. Elle avait toujours rêvé de voir une pièce en vrai plutôt que de se contenter de les lire. Elle voulait comparer les deux, elle voulait pouvoir exprimer son avis sur le sujet mais n’en avait jamais eu l’occasion.

- Vous faites quoi exactement dans ce club de théâtre ? Vous apprenez des scènes ou bien vous vous entrainez à travers des exercices ?


Et il était stagiaire en même temps dans un cabinet médical ! Isaline se sentait lamentable avec ces quelques occupations ! Dire que ce jeune homme avait le temps de faire autant de chose ! Elle n’en était pas jalouse, elle était juste heureuse pour lui.

- C’est ce que tu voudrais faire plus tard ? Ou c’est juste une sorte de passe-temps ou quelque chose du genre ? Enfin…je veux dire, tu t’intéresse à tout cela de près non ? C’est que cela doit vraiment te plaire !

Isaline ne voulait pas dire quelque chose de mal. Elle pesait toujours ses mots sans savoir s’ils sonnaient justes ou non. Elle l’espérait sans cesse dès qu’elle avait la chance d’avoir une conversation avec quelqu’un. Parce que oui, il ne fallait pas se fier aux apparences. Isaline adorait parler, pas toujours pour les bonnes raisons. Parfois, pour éviter certains sujets et mener la conversation à sa sauce, parfois pour en connaitre encore et toujours plus et seulement de rares fois, par hasard. Comme cela…Mais elle aimait pouvoir faire franchir toutes sortes de phrases à travers ses lèvres, entendre le son de voix de ce qui l’entourait. Peut-être qu’elle s’émerveillait devant des choses complètement banales de la vie ? Mais au fond, Isaline n’était encore qu’une enfant.


©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 18 Mar - 1:11

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.
Mais qu’est-ce qui était vraiment bon pour la santé lui aurait-on demandé ? Beaucoup de personnes trouvaient les personnes végétariennes étranges et incompréhensibles, cependant cela ne semblait pas être le cas de la jeune fille. Elle n’avait pas froncé les sourcils à sa réponse, ce qui était bon signe. Elle au moins, elle ne le forcerait pas à manger de la viande. Le jeune homme avait fait en sorte de faire dévirer la conversation sur une chose plaisante afin de détendre l’atmosphère et puis, il était curieux de nature. Il voulait apprendre à connaître la personne en face de lui pour pouvoir mieux la cerner après. Ce qu’elle lui répondit piqua sa curiosité. Elle disait écrire sans se vanter d’être écrivaine ou quoi que ce soit mais déjà, il avait envie d’en savoir un peu plus sur elle. Littéraire dans l’âme, il ne pouvait pas ne pas être interloqué par ce qu’elle lui disait. Quel type de choses rédigeait-elle ? Un roman ? Ou juste des écrits par-ci par-là ? S’inspirait-elle de faits réels ou s’amusait-elle à créer son propre univers ? La réponse ne se fit pas attendre, car déjà, elle complétait sa réponse. Cela semblait donc être ce qu’elle désirait afin de s’éloigner de la réalité.

- Intéressant alors. J’aimerais trouver aussi du temps pour l’écriture.

Mais il était occupé à apprendre ses pièces et toute sa biologie. Quand il se mettait à fond dans quelque chose, il donnait tout ce qu’il avait si bien qu’il en oubliait tout le reste. Son frère lui jouait au football américain dans la Team du lycée, chose que lui ne ferait jamais tout simplement parce que cela ne l’intéressait pas. Comparé à Isaac, il était un peu le nerd de service, mais cela lui était égal. Du sport, il en faisait tout seul dans sa chambre avec ses haltères à l’abri des gens en écoutant de la musique ou en récitant sa théorie médicale ou encore en répétant son rôle de la pièce de théâtre. Il était assez multitâche pour le coup, ce qui était un grand atout, surtout pour un homme vu que les femmes avaient toujours cette idée reçue que les hommes ne l’étaient pas. Faux. Archi faux. Niels ne put s’empêcher de sourire quand il reconnut une citation de l’auteur du livre qu’il y avait dans sa sacoche. Isaline l’avait remarqué et Niels sortit son livre.

- Exactement. Et ce livre-là, je l’ai lu des dizaines de fois sans m’en lasser. Tu l'as lu je suppose ?

Tout en parlant il caressait la couverture de ses longs doigts fins avant de le remettre dans sa sacoche. Il remarqua qu’elle orientait la conversation vers ses activités à lui. Etait-ce parce qu’elle n’avait que l’écriture en tête, ou bien parce qu’elle était vraiment intéressée par les siennes ? Aucune idée, mais cela ne lui déplaisait pas de lui en parler, peut-être qu’il pourrait même la ramener dans le club.

- Et bien figures toi que nous faisons les deux, c’est essentiel. La séance dure trois heures. Durant la première heure, nous faisons en effet des exercices tels que des exercices d’articulation, de relaxation, de communication, des petits-jeux pour apprendre à se connaitre mais encore des exercices, mes favoris, où l’on passe par plusieurs émotions. Ca nous entraîne à les faire très rapidement. Généralement, on se met en rond, assis et le professeur nous demande d’exprimer de la joie ou encore de la tristesse, de la mélancolie, de la colère etc.

Niels était très fort à cet exercice-là et encore plus doué avec les émotions négatives. Il était le premier à savoir pleurer le plus rapidement, à savoir faire apparaître sur son visage une mélancolie qui rongeait tout son corps dès l’instant où il se mettait dedans.

- Le secret c’est de s’isoler dans sa tête, de se concentrer sur l’émotion, afin de ne faire plus qu’un avec. Tu la laisses t’enivrer, tu l’apprivoises et tu la laisses te pénétrer et là, tu peux la contrôler tandis qu’elle te contrôle aussi. C’est très étrange, mais fascinant.

C’était aussi très utile, car cela faisait de lui un excellent comédien et le sauvait de pas mal de situations critiques.

- Les deux heures suivantes, on travaille tous ensemble sur nos scènes. Ça te plairait de faire du théâtre ?

Il savait que ça aidait énormément à se mettre en confiance et le groupe était franchement très sympathique. Il s’y sentait bien, pas comme avec certains imbéciles de sa classe. À la mention de son stage, qui en vérité dérivait bien plus vers une vraie formation, Isaline semblait fascinée. Voulait-il faire ça plus tard ou voulait-il juste découvrir ? Il était sans doute encore un peu trop jeune pour décider de son futur qui semblait bien incertain avec les évènements extérieurs, mais oui, il aimait beaucoup ça, car il découvrait une autre facette de lui.

- Et bien.. je m’y sens bien. Chaque fois que je suis confronté à de vraies situations, j’arrive à les gérer comme si je savais déjà toutes les étapes à faire. Bien sûr, c’est parce que j’apprends la théorie, mais la théorie ne suffit pas, il faut aussi avoir le coup de main, car certaines choses ne se réalisent pas comme ça, mais oui, je pense que j’aimerais devenir médecin. Et toi ? Que voudrais-tu faire ?

Peut-être qu’elle ne savait pas encore, mais sans doute avait-elle au moins des idées de ce qu’elle voulait faire, ou bien de ce qu’elle ne voudrait jamais au contraire faire.  
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMer 28 Mar - 20:05






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton





Avoir du temps. Se donner le temps. Tout était toujours une notion de temps. En avait-elle ? Officiellement, énormément. Officieusement, beaucoup moins. Isaline avait toujours au moins une feuille de papier sur elle, et un stylo. Elle voulait pouvoir écrire au moindre moment. Son cerveau fonctionnait toujours énormément et il lui arrivait de vouloir absolument garder quelques phrases qui lui passaient par la tête. Cela pouvait venir à tout moment, même là, à cet instant, sur cette table. Cependant, Isaline ne le faisait jamais. Jamais devant les autres. Elle s’était fait plusieurs fois surprendre par son père et elle gardait encore à ce jours de très mauvais souvenirs. Alors, elle se méfiait et écrivait seulement quand elle était certaine de ne pas être dérangée.

Du temps, elle non plus n’en avait pas, et elle comprenait totalement le garçon qui souhaitait en avoir davantage. Elle ne pouvait que comprendre. Et puis, il paraissait tellement épanoui dans ce qu’il faisait d’autre qu’elle ne pouvait que lui sourire. Ainsi, c’est ce qu’elle fit lorsqu’elle l’entendit parler du fameux livre qui se trouvait dans le sac du garçon. Elle acquiesça donc plusieurs fois.

-          - Peut-être pas une dizaine de fois comme toi, mais déjà plusieurs fois en effet.

Isaline l’écoutait ensuite parler attentivement. Elle analysait chacun de ses mots les rassemblant par la suite à l’intérieur d’elle-même pour caser et classer chaque information qu’elle apprenait. Le théâtre, ça l’avait toujours passionnée mais elle n’en ferait jamais. Alors, elle se contentait de son récit et de son expérience personnelle. Elle connaissait alors le temps d’une séance, les fonctionnements de chacune et le déroulement de l’ensemble. Et la jeune femme pencha légèrement la tête quand il lui expliqua « le secret » pour savoir davantage jouer. S’isoler. Se concentrer. Ne faire plus qu’un avec une émotion tout en gardant le contrôle sur elle. Elle connaissait par cœur la première partie. Ne faire plus aucun avec ses sentiments. Mais garder le contrôle sur elle-même ? Il lui restait encore du travail pour y arriver, bien qu’elle faisait semblant au mieux.

Il existe différentes manières d’être heureux. Isaline n’avait tout simplement pas trouvé la sienne. Elle aurait aimé. La jeune femme souhaitait plus que tout au monde apprendre ce sentiment à son petit frère. Cependant, elle n’y parvenait pas et se contentait de lui raconter toutes formes d’histoires avec un grand sourire aux lèvres. Sourire qui lui barrait l’intégralité du visage. Elle n’était pas forcément actrice et n’avait, quant à elle, jamais fait de théâtre mais Isaline mettait tout son cœur à l’ouvrage.

Elle essayait toujours de donner une impression bien loin de la réalité. Au fond, elle ne savait même pas qui elle était vraiment. Elle ne se connaissait et ne parvenait à s’identifier que par ses faux semblants. Faux semblants en tout temps. Temps qu’elle n’avait pas.

-         Cela aurait été avec plaisir mais je n’en ai pas le temps. Peut-être dans quelques années ?

Elle fut ravie de voir que le garçon soit aussi enthousiaste au sujet de son stage. Le changement de sujet était rapide et cela lui allait très bien. Tout allait très bien dès le moment où elle ne parlait pas d’elle.

-          - Donc, tu fais de la théorie et ensuite tu appliques ce que tu as appris c’est cela ? Cela fait longtemps que tu fais ce stage ? Tu y vas souvent pendant la semaine ? Tu fais quoi par exemple ?

Isaline parlait parfois trop, eh oui, cela lui arrivait parfois. Elle posait trop de questions. Du moins, elle vérifiait auparavant que le sujet ne gênait pas, ce qui n’avait pas l’air d’être le cas ici. Bien au contraire, ici, Niels semblait ravi d’aborder le sujet et de voir quelqu’un s’intéresser à ce qu’il faisait. Elle était ravie d’être cette personne. Cependant, elle blêmit en entendant la suite de la conversation. Que voulait-elle faire ? Rien ? Isaline avait à peine idée de ce qu’elle aimait. Ou de ce qu’elle n’aimait pas. Elle ne savait pas du tout ce que l’avenir lui réservait. Elle était perdue. Complètement. La seule chose dont elle était sûr était le fait qu’elle ne ferait pas de grandes études. Pas qu’elle n’en avait pas les compétences, mais ses parents ne lui permettraient jamais. Alors la question n’était pas « Que voulait-elle faire ? » mais plutôt « Que pourrait-elle faire ? »

Alors elle se contenta de sourire et d’hausser les épaules pour signifier qu’elle ne savait pas. Elle baissa alors la tête vers son assiette rassemblant plus de la moitié de nourriture qu’elle n’avait pas touché sur le côté de son assiette. Elle avait à peine mangé mais elle savait que si elle ne prenait qu’une seule bouchée de plus, elle recracherait tout le reste. Elle le savait à l’avance et en avait l’habitue de toute manière. C’était une vie à l’Isalienne. Isaline était dans son monde, elle se créait ses petits endroits sur lesquels elle pouvait partir tranquillement sans qu’on ne lui reproche rien.

Elle reposa sa fourchette sur son plateau avant de croiser ses bras juste au-dessus, observant le blond qui, de son côté, avait mangé beaucoup plus qu’elle ne l’avait fait. Elle espérait que Niels trouverait quelque chose à dire, un commentaire sur ce qui les entourait. Tout. Rien. N’importe quoi. Quelque chose. Le silence lui pesait. Elle détestait ne pas avoir de réponses aux questions. Elle détestait ne pas savoir. Peut-être qu’au fond, par-dessus tout, elle détestait le fait de ne pas savoir ce qu’était de vivre vraiment ?


©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageVen 30 Mar - 17:57

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.
Oui, du temps. Niels n’en avait franchement pas beaucoup avec tout ce qu’il faisait à côté. Il sut qu’il avait capté son attention, car elle semblait moins apeurée, ce qui le rassurait et le réjouissait à la fois. Il avait toujours ce don d’apaiser les gens. Il n’était pas une personne brusque, mais au contraire douce et les médecins qui avaient commencé à le former lui avait dit la même chose. Bien évidemment, tout cela était nouveau, il venait de commencer ce stage alors il n’avait aucune idée de ce que l’avenir lui servirait, surtout que là, il était bien plus sur la théorie. La jeune fille était captivée par ce qu’il disait, et quand elle avait penché la tête au mot « secret » il avait su qu’elle ne s’en fichait pas de ce qu’elle lui racontait. Le théâtre était un sujet interessant qu’elle semblait aussi apprécier mais il fut bien surpris qu’elle disait non à sa proposition. Elle disait ne pas avoir le temps, mais pourtant elle ne lui avait pas énoncé une liste d’activé.

Le théâtre n’était pas si tard que ça, il était après les cours. Elle lui avait dit qu’elle lisait et écrivait, mais elle avait tout à fait le temps de se consacrer à autre chose afin de se détendre, mais elle semblait encore plus paumée que lui. Elle lui demanda par la suite ce qu’il y faisait exactement.

- J’ai commencé début septembre alors pour le moment j’apprends la théorie, les bases de chacune des spécialités qu’ils ont. Il y en a cinq. Médecine générale, la chirurgie, l’odontologie, la cardiologie et la neurologie. Et la semaine j’y vais trois soirs par semaine pour le moment ainsi que le samedi matin. Mes horaires changeront quand on commencera vraiment la pratique. C’est juste un stage, mais ils m’ont dit que si j’étais bon il y avait de grande chances pour que ça se transforme en formation en raison des nombreux départs de personnels, des assistants notamment. Mais toi que fais-tu alors qui te prennes tout ce temps ? Car le théâtre dure seulement trois heures et c’est une fois par semaine.

Le blondinet avait très envie de devenir un assistant et pour le moment il n’arrêtait pas de bouger entre les cinq ce qui était vraiment enrichissant.

- Et pour en revenir à ce que je vais pouvoir faire exactement, et bien je pourrais réaliser tout les basiques de chaque spécialité. En médecine générale, c’est plus pratique, plus rapide car apprendre à faire une prise de sang par exemple c’est beaucoup plus simple qu’apprendre à identifier un problème neurologique ou un problème dentaire. Pour les autres spécialités j’imagine que avant une durée d’au moins un an, je pourrais pas. J’ai trop de choses à apprendre.

Par la suite, Isaline avait semblé être moins à l’aise quand il avait évoqué l’avenir. Il avait noté les traits de son visage qui s’était crispés et le clignements de ses yeux légèrement plus rapide que ce qu’il avait noté jusque-là. Cette question posait toujours problème aux gens indécis et surtout, ils étaient encore jeunes. Elle sourit, - petit sourire crispé- et haussa les épaules. Non, elle ne savait pas et elle reposa même sa fourchette. Ses yeux argentés descendirent vers l’assiette de la blonde qui n’avait presque rien touché. Il n’avait pas voulu la gêner avec sa question, alors il allait se rattraper.

- Ce n’est pas grave de pas savoir, 80% de cette salle se trouve dans ton cas, donc tu n’as pas t’affoler. Mes parents voudraient que je prenne au moins une option de droit pour les examens de l’année prochaine, mais j’en ai aucune envie. Je compte bien prendre l’anglais évidemment vu que j’adore la littérature, sciences qui comprends la S.V.T, la biologie et la physique. Prendre l’informatique et la psychologie serait aussi l’idéal vu qu’il faut choisir quatre matières pilliers. Et toi ? L’anglais déjà je suppose vu que tu apprécies la littérature.

Au fond de la cafétéria, on pouvait voir un petit groupe de mecs, regarder de très loin les deux blonds. Ils avaient un regard assez mesquins sur leurs visages. Ils avaient clairement envie de s’amuser alors ils n’allaient pas se gêner. Ils n’attendaient qu’une seule chose : que les blonds terminent leur repas afin d’aller embêter la fille. Alors forcément, quand ils voyaient que Niels en était déjà au dessert, ils sentaient l'excitation monter en eux. Durant cette grande pause du midi, il fallait bien trouver de quoi s’occuper..
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 24 Juin - 18:39






Apocalypse future vous verrez...

apocalypse il y aura.
feat Niels Welligton




Isaline regardait toujours le garçon presque avec admiration. Peut-être que c’était le cas, d’ailleurs ? Le jeune homme malgré son jeune âge semblait tellement déterminé et sûr de lui…tout ce que n’était pas la jeune blonde. Il savait où il allait, comment il y allait, par quels chemins il devait passer. Et tout semblait si facile dès qu’il parlait. C’est comme si n’importe quoi sur cette Terre lui était permis. Du moins, c’est ce qu’elle ressentait en l’entendant. Cela ne la dérangeait pas le moins du monde. Pourquoi serait-ce le cas de toute manière ? Elle était heureuse de le voir s’épanouir de cette manière alors qu’elle ne le connaissait que depuis une heure à peine.

Ainsi, elle s’intéressait de très près à ses activités, comme son stage en médecine. Il y avait tellement de choses à apprendre à ce sujet. Niels était intelligent, bien plus que beaucoup dans ce réfectoire, c’était certain. Sa maturité le prouvait largement aux yeux de la jeune femme. Elle sourit alors encore une fois en l’entendant détailler toutes les spécialités de son stage de médecine.

- Tu sais déjà tes horaires pour le moment ? Et tu souhaites te spécialiser dans un domaine en particulier ou tu souhaites au contraire connaître le maximum de choses pour la suite afin de pouvoir valoriser ton travail ?

Après avoir terminé de parler, elle croisa les bras contre son ventre qui l’oppressait, comme après chaque repas. Elle se pencha légèrement en avant et continua de se concentrer sur la conversation qu’elle menait bien qu’elle se retrouva rapidement dépourvue lorsqu’il lui demanda ce qui lui prenait autant de temps dans la vie. Elle ne pouvait délibérément pas dire que son père ne la laisserait jamais une activité comme celle qu’était le théâtre. Il ne lui laisserait de toute manière rien faire hormis s’occuper du foyer familial. Déjà qu’elle y résidait, elle n’allait tout de même pas s’en plaindre.

- J’ai un frère, un petit frère qui s’appelle Raphaël et je dois régulièrement m’occuper de lui. Donc …fin voilà

Elle haussa les épaules par la suite. Elle ne mentait même pas. Effectivement, elle devait s’occuper d’énormément de choses chez elle mais la priorité restait et resterait toujours son frère avec qui elle entretient une relation plutôt fusionnelle. Elle s’occupe de toute façon beaucoup de lui depuis sa naissance que ses deux parents réunis. Elle se pinça ses lèvres à cette pensée puis finit par se dire que c’était mieux ainsi. Il devait être protégé d’eux et de pas mal de chose qui rodait à l’extérieur. Il s’en sortirait beaucoup mieux qu’elle.

Elle remercia cependant le garçon de poursuivre son monologue au sujet de son stage. Sa passion se lisait véritablement sur son visage et Isaline ne se rappelait pas avoir déjà vu quelqu’un agir de cette manière.

- C’est quoi qui est le plus dur à apprendre ? Et le plus dur à comprendre ? Et il y a bien des choses que tu aimes moins faire que d’autres, non ? Ou des préférences ?

La blonde n’avait pas remarqué le léger regard qu’avait porté Niels sur son assiette. C’était sûrement mieux ainsi puisqu’elle se sentait déjà bien assez honteuse comme cela. Elle était presque encore pleine, et elle le savait très bien. Elle n’avait pas besoin que quiconque ne rajoute quoi que ce soit. Elle continua donc sereinement de sourire, pour une fois, à Niels et de poursuivre la conversation sans se douter la moindre seconde de ce qui pourrait sûrement se passer par la suite ou de ce qui allait arriver. Elle ne remarqua aucun regard. Rien de tout cela.  Elle était bien trop concentrée sur l’instant présent. Depuis combien de temps n’avait-elle pas eu de conversation normale et agréable avec une autre personne que son jeune frère ? Bien trop longtemps. Et ces quelques minutes passées en compagnie de Niels soulageaient bien plus qu’elle ne le laissait penser les peines de son cœur.

- Je pense aussi que je vais suivre un cursus avec de l’anglais. C’était presque évident vu ma passion pour la littérature. Mais ensuite…je ne sais même pas encore. Peut-être quelque chose qui se rapproche de la sociologie ou de la psychologie ? Je pense que j’y serais beaucoup plus à l’aise que si je prenais une quelconque matière scientifique.


Isaline leva les yeux vers son camarade avant de retirer un de ses bras de son ventre afin de se servir un verre d’eau. Elle n’avait définitivement pas l’habitude de parler autant. Elle en but rapidement le contenu avant de reposer son verre sur son plateau rapide.


©️ Jawilsia sur Never Utopia


___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Messages : 280
Points : 256
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 1 Juil - 19:59

Niels
&
Isaline
Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura.
Niels continuait de regarder la jeune fille qui avait une assiette bien trop pleine à son goût. Mais il savait aussi pertinemment qu’il était mal placé pour lui faire la remarque et surtout, il ne la connaissait pas assez pour se le permettre. S’ils avaient été très proches, il aurait très certainement osé, mais ce n’était malheureusement pas le cas ici. Il appréciait en tous les cas son écoute. Les questions de la blonde continuaient, il en avait bien plus que lui ne lui en posait et cela commençait à le gêner pour un simple souci de culpabilité. Niels n’était pas du genre « Moi Je » comme son grand frère, alors il avait toujours pour habitude de s’intéresser aux autres en leur posant aussi des questions. Or, ici, Isaline ne semblait pas trop aimer ça vu qu’elle ramenait automatiquement le sujet vers lui.

- Mes horaires ?, demanda le blondinet intrigué par une demande aussi spécifique. Le mardi, mercredi et jeudi soir de 15h30 jusqu’à 19h, et le samedi matin de 8h30 à 13h30 soit un total de 15h30 par semaine.

L’Angleterre était un pays chanceux avec un système scolaire différent de certains de leurs pays voisins. Les élèves avaient tous en général des activités l’après-midi. De quoi avait-il envie plus tard ? Il venait tout juste de découvrir plein de choses si bien qu’il devait avouer qu’il était totalement perdu. Il ne suivait pas des études universitaires - pas encore - alors forcément, il avait encore bien le temps.

- Hm.. pour le moment, le but est de découvrir un maximum de choses oui, c’est bien trop tôt pour me décider, et ce genre de choses prend des années dans ce domaine-là tu sais.

Dans un monde normal sans futur apocalyptique du moins, car là, tout semblait étrangement parti. Niels était curieux de ce qu’allait lui répondre la blonde concernant ce qui lui prenait autant de temps dans sa vie. La réponse fut assez simple, mais il n’avait pas manqué de remarquer des signes de mal-être. Des bras croisés, un corps penché vers l’avant puis un haussement d’épaules, comme si elle voulait se convaincre par elle-même. Autant observer ces gens avaient tendance à le rendre dingue et parano, sauf qu’il avait bien du mal à s’en empêcher.. Il hocha la tête, tentant d’avaler l’excuse sur son frère. Peut-être que c’était une part de vérité, mais il avait du mal à la sentir à cause de ses gestes fermés contradictoires de l’Américaine.

Il était un peu mal à l’aise, mais ne le montrait pas. Heureusement qu’elle relançait la chose avec d’autres questions. Le British se sentait bien avec elle, sauf quand il avait l’impression qu’elle lui cachait des choses, ou alors c’était juste la manière de faire des Américains. Oui, c’était sans doute ça, il n’y était pas habitué alors il en était tout perturbé. Le jeune homme desserra un peu la cravate de son uniforme bleu qui commençait un peu à lui donner chaud.

- Mhm le plus dur à apprendre ? Pour le moment un peu tout. Mais ce qui est encore plus dur, j’ai l’impression, c’est l’odontologie et la neurologie. Il y a tellement de notions, je comprends pourquoi il y a autant d’années d’études à la fac ! Donc, oui, le plus dur à apprendre serait la neurologie et le plus difficile à comprendre serait l’odontologie. Ce que j’adore faire, mais que je n’ai pas vraiment encore vraiment commencé, c’est la chirurgie, j’aimerais bien voir une opération se dérouler. Ça arrivera, mais pas de suite, je pense. Ce que j’aime le plus c’est le contact avec les gens, pouvoir les rassurer quand ils ne sont pas à l’aise et avoir la victoire de les voir esquisser un sourire quand tout est fini. C’est une drôle de sensation.

Tout en disant cela, Niels venait lui aussi d’esquisser un petit sourire, soulagé et rêveur à la fois.

- Ce que j’aime le moins faire, sans hésitation, tout ce qui a un rapport avec les anesthésies, les aiguilles tout ça tout ça. J’aime pas ça sur moi, alors le faire sur des gens, on va dire que ça passe mieux, mais faut être adroit, j’apprends encore et j’essaie d’être vraiment de mon côté pour pas flipper. Et ce qui est plus difficile, c’est de lâcher prise après les heures de travail. J’ai tendance à penser à un tel ou une telle, s'il ou elle va aller mieux ou pas, si on peut améliorer, si ça va fonctionner ou non, etc..

Un air plus inquiet et mélancolique venait de s’afficher sur le visage de l’Anglais qui était encore très jeune. Les médecins l’avaient rassuré en lui disant qu’ils avaient tous été comme ça au début et que le temps et la maîtrise de soi faisait son boulot. Isaline lui apprit par la suite qu’il avait touché juste en disant qu’elle prendrait la littérature.

- Parcours psychologie spécialité sociologie, nous l’avons !, s’exclama le jeune homme. C’est ce que je prendrais l’année prochaine. On sera dans le même cours si jamais tu le prends. Tu restes pour combien de temps ici d’ailleurs ? Tu vas passer ton A-Level ici l’année prochaine ? Comment trouves-tu Londres, l‘Angleterre en général ? Tu t’y plais ? C'est pas trop dur de nous capter ?

Mais avait-elle le même âge que lui d’ailleurs ? Elle semblait si mature, alors forcément, le jeune homme lui avait automatiquement donné l’âge de quinze ans, ce qui n’était peut-être pas forcément le cas. Elle en avait peut-être un an de moins, ou de plus. Lui n'avait jamais été en Amérique, mais son père y était parti depuis une semaine pour un mois et demi en raison de son travail. Il était beaucoup inquiet en raison des rumeurs sur leur maladie étrange. Isaline était-elle au courant ? Etait-ce d'ailleurs pour cette raison qu'elle était venue ici ? Pour trouver refuge dans un pays pas encore contaminé ? Niels finit par se forcer à se stopper et se mit à rire en se rendant compte qu’il venait de l’inonder de questions. Elle n’aimait pas ça, mais il était vraiment trop curieux d’en savoir plus et le point de vue des étrangers le fascinait encore plus !

CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite



Message

Revenir en haut Aller en bas


Apocalypse future vous verrez.. apocalypse il y aura. [Flashback septembre 2156 Niels ft. Isaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ce que vous feriez dans une apocalypse de zombies ?
» rapport de bataille apocalypse
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» Apocalypse 45 cherche une guilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: S'enfuir... :: Le Reste du Monde :: L'Europe-