Partagez

Il ne suffit pas de savoir courir pour survivre. [Isaac ft. Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 21
Messages : 897
Points : 71
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 15 Fév - 2:42

Isaac
&
Eden
Il ne suffit pas de savoir courir pour survivre.
Isaac revenait du labyrinthe et comme chaque soir, il était allé porter ses parchemins dans la salle des cartes afin que tout le monde puisse avoir des traces des nouvelles formes qu’avait prit le labyrinthe aujourd’hui. Il était parti prendre une douche. Il y était resté près d’une demi-heure afin de pouvoir profiter de l’eau chaude qui apaisait tous les muscles endoloris de son corps et ses pensées noires. Juste après, il s’était mis en route vers la zone d’entraînement pour se défouler à nouveau, comme si une journée dans le labyrinthe n’était pas assez pour lui. Il s’était imposé ce genre de routine, car au moins après tout ces efforts, il avait beaucoup moins de chance de faire de terribles cauchemars. Il en avait assez de se voir devenir complètement dingue ou encore de voir ce garçon blond pleurer. Le pire était qu’il lui ressemblait pas mal, mais qu’il ne savait pas qui il était. Il laissait sa perte de mémoire. La griffure lui avait redonné quelques visions et c’était justement ces visions-là qui le hantaient chaque soir dans son lit quand il était seul.

Arrivé à la zone d’entraînement, le jeune homme prit une vraie épée, - son épée - pas celle en bois que l’on donnait aux débutants. Il n’avait pas besoin d’entraîneur, Isaac savait se débrouiller tout seul, il était autonome. Il se mit à répéter ses gestes sur des mannequins afin de ne jamais perdre la main au maniement des armes. Dans le labyrinthe, savoir se battre était la clé, car il fallait avoir de la technique pour pouvoir échapper aux montres qui rôdaient dans le terrible dédale, et ça les débutants n’en avaient pas conscience. Il fallait qu’il leur apprenne et il avait justement un point bilan avec l’une de ses nouvelles recrues. Il faisait toujours ça un mois après qu’elles avaient commencé, cela lui permettait les surveiller et de faire justement un bilan. Le Britannique lui avait donné rendez-vous à 19h, mais il était là depuis 18h45. Il avait toujours tendance être en avance et visiblement, son envie de se défouler avec ses armes avaient parlé à sa place.

Il s’assit dans l’herbe, posa son épée à sa droite et étendit ses deux jambes au sol. Le blond se pencha et chercha à aller toucher ses orteils avec ses bras. Isaac était grand, mais il était très souple. Il ne put retenir un gémissement de bien-être en sentant ses membres qui s’étiraient, c’était si bon. Il continua avec ses épaules en prenant bien son temps. Il ne lui manquait plus qu’un massage du dos et le tout serait bon, mais malheureusement Ethan ne s’était pas montré. Il ne rêvait que d’une seule chose, passer ses bras autour de la taille du jeune homme et l’embrasser. Peut-être qu’Ethan sortirait de sa déprime et qu’il reviendrait lui parler, oui, Isaac avait espoir, ce bonheur ne pouvait pas se terminer sans un mot ni rien.

Quand l’heure arriva, Isaac guettait avec impatience l’entrée du terrain et quand la jeune femme finit par arriver, il glissa son épée à sa ceinture, se releva et alla vers elle. C’était donc elle avec qui il allait s’entretenir ce soir au milieu de ce terrain d’entraînement. Il la regarda de la tête aux pieds et l’analysait déjà dans sa tête. Isaac faisait toujours ça.

- Bonsoir Eden, c’est bien ça ?, demanda t-il de sa voix grave et son accent britannique qui renforçait ce petit air arrogeant.

Bien sûr que c’était ça, cela faisait quand même un mois qu’elle était dans sa troupe, mais Isaac voulait juste se donner un genre. Lui, elle connaissait son nom sans aucun doute, c’était même nécessaire, après tout, il était le maton de la classe la plus importante au bloc. Il lui fit un sourire, ce genre d'esquisse charmante et supérieure qu’il aimait tant. Au fond, Isaac était quelqu’un de sympathique, même si se la péter en extérieur n’était qu’une façade pour cacher son désespoir. Il ne faisait que jouer un rôle, c’était sa manière à lui de faire croire qu’il gardait espoir, car oui, de l’espoir il fallait en donner à tout le monde - surtout à ceux qui avaient tendance à se décourager - s’il voulait que la balance continue d’être équilibrée.  
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 13/02/2018
Age : 19
Messages : 9
Points : 11
Localisation : Parcourt le Labyrinthe






MessageJeu 15 Fév - 18:00

Eden & Isaac
IL NE SUFFIT PAS DE SAVOIR COURIR POUR SURVIVRE


Les dernières lueurs du jour effleuraient les contours du Labyrinthe qui baignait dans le crépuscule naissant, les arbres projetaient des ombres menaçantes sur le mur d’en face et un léger vent soufflait entre les branches malmenées qui perdaient leurs feuilles en se dénudant progressivement, évoquant le cheminement du temps qui passe, irrévocablement, douloureusement. Mais le vent n’avait aucune emprise sur elle. Les bras chauds de l’astre brûlant s’étiraient jusqu’à pouvoir caresser le visage de la jeune femme qui se tenait droite face à ce dernier, le défiant de tout son calme et de toute son immobilité. Le voile de ses paupières emprisonnant sa vue, ses yeux ne discernent rien d’autre que la cape rougeâtre du soleil qui enveloppait son corps comme d’un tourbillon de douceur qu’elle découvrait à peine; ses muscles qui souffraient d’un engourdissement terrible après cette fastidieuse journée de course entre les murs sournois du Labyrinthe, se détendent comme si on avait soufflé un remède miraculeux sur ces derniers, faisant taire toutes les voix qui s’élevaient dans son dos, et même celles qui hurlaient dans sa tête.
L’espace d’un court instant, de quelques secondes furtives qui lui offrent un moment de répit, elle avait oublié qu’elle était prisonnière d’un cachot à ciel ouvert, elle avait oublié les Griffeurs, elle avait oublié les dangers invisibles, elle avait même oublié sa peine. Elle n’aurait point été capable de définir l’endroit où elle se trouvait. C’était une illusion de son corps qui voulait fuir, une machination de son cerveau rendu malade par l’enfermement, l’ignorance et la perte terrifiante de ses souvenirs. L’hôte d’une angoisse qui ne la quittait jamais, son esprit errait lui-même dans un labyrinthe de pensées douloureuses qui était sans doute, plus redoutable encore que la prison terrestre dans laquelle elle se trouvait actuellement.

----------------------------------------*

Sa venue fut annoncée par le bruit de ses pas rapides sur le sol jonché de feuilles mortes qu’elle avait écrasé sans même s’en apercevoir, en parcourant le petit bois afin de rejoindre la zone d’entrainement pour le rendez-vous convenu, ses yeux mordorés repérant déjà la silhouette masculine et massive qui semblait l’attendre de pied ferme. Seule. Loin d’être sociale, loin d’être parfaitement à l’aise avec l’idée de côtoyer un autre être humain, elle racla discrètement sa gorge comme pour réprimer une envie un peu lâche de faire demi-tour, et pressa plutôt ses lèvres l’une contre l’autre pour se donner du courage tout en parvenant enfin devant son Maton, qu’elle connaissait à peine au final. Il ne paraissait point tyrannique ou même mesquin, bien au contraire. Il avait le visage d’un coeur pur et l’esprit clair d’un homme assuré, dont les épreuves n’avaient point terni l’envie de vivre. Mais, méfiant, son regard l’observa brièvement pour dresser mentalement un portrait assez rudimentaire de son physique, qui apparaissait déjà musclé et élancé, et qui traduisait bien les heures d’entrainement que ce dernier s’était imposé pour avoir cette condition athlétique.

- Bonsoir Eden, c’est bien ça ?

En croisant malencontreusement le regard du jeune homme, Eden comprit qu’il était en train de faire la même chose avec son propre-corps, et cette découverte intrusive ne lui plaisait pas. Pour preuve, ses sourcils se froncèrent durement au dessus de ses yeux clairs et elle croisa ses bras frêles contre le tissu beige de son pull fin, tout en lançant un coup de menton amusé en direction de sa ceinture et plus particulièrement, de l'épée qui longeait sa jambe.

— Où as-tu mis ton fidèle destrier, preux chevalier ?

Décidant de ranger sa nature belliqueuse pour cette entrevue, elle fit diversion avec cette question narquoise tout en s’avançant de quelques pas sur le terrain envahit par l’odeur de l’herbe fraichement coupée, bien curieuse de voir ce que lui réservait son Maton. Car même si elle était envahie par une colère cruelle qui ne la délaissait jamais, la poursuivant même dans son sommeil, elle ne pouvait pas se permettre de se froisser avec Isaac. Courir était la seule chose qui la maintenait en vie. La seule chose qui lui donnait de l’espoir, qui lui permettait d’y croire. Elle ne voulait pas et ne pouvait pas être exclue des Coureurs. Elle ne le supporterait pas.

— Eden, oui. Et toi, tu t’appelles Isaac, c’est bien ça ?

Trainant son corps épuisé jusque derrière le jeune homme, elle observa sa nuque un instant tout en penchant son visage sur le coté d’un air mutin et malicieux; ayant repris sa formulation mot pour mot sur un ton faussement hésitant dans le seul but de le narguer un peu.
Même si Eden semblait faire des efforts concernant son irritabilité naturelle, rien ni personne ne pourrait camoufler l’espièglerie dont elle pouvait faire preuve parfois, et qui accompagnait si bien son sarcasme qui n’était qu’un mécanisme de défense face aux jugements d’autrui. Finalement, de quoi avait-elle le plus peur, du Labyrinthe ou des Autres ?
Évidemment, de son point de vue alarmiste, cette rencontre n’était pas le fruit du hasard ou d’un simple intérêt légitime. Comme si elle s’apprêtait à encaisser de terribles reproches de la part d’Isaac, Eden replia ses bras contre son buste de femme tout en attendant, avec un peu de crainte, ce que le jeune homme avait à lui dire.
(c) sweet.lips

___________________________________
 
« JE SUIS
LA PLAIE ET LE COUTEAU
LA VICTIME ET LE BOURREAU »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 21
Messages : 897
Points : 71
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 18 Fév - 23:04

Isaac
&
Eden
Il ne suffit pas de savoir courir pour survivre.
La jeune femme venait de faire la même chose avec lui, il l’avait bien noté. Il fallait dire que le blond avait l’oeil pour ce genre de trucs. Elle était à l’heure, ce qui était le minimum pour l’anglais plutôt très ponctuel. Elle avait croisé les bras puis froncé les sourcils, signe qu’elle n’appréciait pas tellement ce qu’il venait de faire. Cela le fit sourire légèrement, il ne pouvait pas s’en empêcher. La jeune femme le regardait avec attention et ses yeux s'étaient presque automatiquement baissés vers son épée. Ses mots le firent sourire de fierté et il sentit une chaleur agréable parcourir son corps. "Preux chevalier" lui faisait cet effet-là. Il avait beau avoir comme tout le monde une perte de mémoire, mais il se rappelait de choses banales et la prestance des chevaliers en faisait partie, alors oui, elle venait de le flatter et la flatterie était quelque chose qui fonctionnait parfaitement avec Isaac. Pour l'amadouer et sympathiser avec lui, le secret était de le brosser dans le sens du poils et Eden venait de le faire. Volontairement ou involontairement ? Isaac revint à la réalité, il devait se méfier si elle le faisait d'emblée. Avait-elle quelque chose à cacher pour vouloir le mettre de bonne humeur ? Elle s'était avancée sur le terrain et de la manière qu'elle l'analysait lui montrait que c'était la première fois qu'elle y mettait les pieds. Cela était plutôt surprenant pour une personne qui faisait partie de la catégorie des coureurs. Ne s’entraînait-elle donc jamais ?

- Je n'ai point besoin de destrier pour être à la hauteur gente dame, répondit le jeune homme d'une voix assez lente et grave.

Il esquissa un petit sourire amusé. Pour le moment, le caractère de cette fille lui plaisait. Elle avait repris ses paroles pour lui faire confirmer son identité, chose qui était inutile vu qu'elle le connaissait, mais elle rentrait dans son jeu. Il en déduisait qu'elle n'était pas du genre timide et fermée, ce qui était tant mieux. Il avait un mal fou avec ces gens, même si à la base, il avait réussi à apprivoiser Ethan. Cette pensée l'amusa et il se rappela qu'il ne devait pas laisser libre-court à ses pensées, surtout pas maintenant. Il serait mal convenu d'être déconcentré par des pensées agréables qui lui donnerait un peu trop chaud pour le temps qu'il faisait dehors..

- C'est exact. Coureuse depuis un mois n'est-ce-pas ? Comment ça se passe de ton point de vue ?

Isaac voulait avoir de prime abord son approche personnelle sur la question. Comment se sentait-elle dans l'équipe ? Pensait-elle qu'elle avait des choses à améliorer ? Il voulait tout savoir avant de la tester avec ses capacités physiques. Il se doutait bien qu'il y aurait du travail à faire et il savait pertinemment aussi que lorsqu'il lui demanderait si elle avait déjà vu un entraîneur ici, elle dirait non, ce qui serait fort fâcheux. Il y avait un début à tout me direz-vous, mais s'il y avait bien une catégorie qui devait absolument se donner à fond, c'était les coureurs, puis les trappeurs en seconde position.

- Dis moi ce que tu trouves difficile et dis moi ce que tu parviens bien à faire dans le labyrinthe.

Était-elle plutôt stratège, observatrice ou bien réagissait-elle beaucoup à son instinct ? Dresser le portrait de chacun de ses coureurs lui était très utile pour pouvoir revoir les binômes coureur/trappeur. Isaac était un jeune homme qui avait besoin de tout préparer, de réfléchir à chaque détail, car sa qualité d'homme perfectionniste lui forçait. Il y était même poussé et Eden n'allait pas y échapper.
CODAGE PAR AMIANTE

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


Il ne suffit pas de savoir courir pour survivre. [Isaac ft. Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» -[ Courir pour oublier, courir pour s'enivrer ]- -[PV]-
» Courir pour ne plus penser [ Mary & Gynna ]
» JARVIS, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher.
» Fuir, courir, s'échapper.
» Y aura-t-il quelqu'un pour aider une demoiselle en détresse? [Selim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois :: La Zone d'entraînement-