Partagez

[TERMINE ]The game of secrets : You win or you die. [Niels ft. Alexandra ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

MessageDim 18 Mar - 16:12

The game of secrets: You win or you die.ft. Niels Welligton

La parenthèse que je m'étais offerte avant le moment fatidique n'avait pas été suffisamment long pour me permettre d'accepter ce que je m'apprêtais à faire. Si je m'étais dit un instant que cela était bien moins terrible que lorsque nous embarquions des immunes, cette pensée m'avait finalement désertée aussi vite qu'elle s'était présentée à moi. Certes, il ne finirait pas dans le Labyrinthe. Il ne risquerait pas sa vie sous les griffes d'une de nos créatures, ni ne verrait son passé lui être enlevé à cause d'une simple particularité physiologique. Cependant, lui offrais-je mieux ? Tôt ou tard, il en viendrait à se salir les mains pour ce qu'il penserait juste. Tôt ou tard, sa bienveillance se pervertirait pour une utopie.

Toutefois, il était évident que son sacrifice était nécessaire. Il m'assurerait une preuve de plus de ma dévotion au WICKED à travers son recrutement, nous qui manquions de personnel médical capable de se rendre sur le terrain pour trouver des immunes. Compléter la population de la première épreuve était crucial selon les dernières données du département de la Recherche, nous devions poursuivre les envois à rythme mensuel et attendre patiemment qu'ils comprennent comment fonctionnait le vaste piège duquel dépendait leur survie. Attendre tout en continuant à stimuler leur zone mortelle, attendre tout en analysant les données que leurs implants nous envoyaient. Attendre pendant que les plus faibles ou les plus malchanceux mourraient.

Oui. Un jour, avec sa dévotion, ses belles idées et sa foi en un monde qui méritait qu'on lui trouve un remède, Niels deviendrait comme tous ceux à qui ses morts ne faisaient ni chaud ni froid. Les convictions pouvaient être un poison. La soif de survie était encore pire. Ce jour-là, ce mec qui se tenait en face de moi n'existerait plus et je serai responsable de sa disparition. Sa disparition contre leur sauvetage... Cela me paraissait être un bon échange, même si j'avais bien conscience qu'il ne serait pas le seul qui paierait ma détermination : pour parvenir à mes fins, le chemin serait encore long et il faudrait que je sois prête à envoyer au bûcher encore bien des personnes pour garantir ma sécurité. Des blocards, des immunes, des collègues, des innocents,... Cela ne me faisait ni chaud ni froid, peut-être aurais-je dû être effrayée pourtant seul une bouffée de soulagement m'envahissait devant ce raisonnement qui m'ancrait dans le concret. Mes émotions me quittaient, l'esprit analytique et rationnel les jetaient dans les abîmes de mes faiblesses.

- Parfait ! lançai-je avec satisfaction et un large sourire.

Niels venait de répondre positivement à ma proposition. Quelque chose clochait pourtant. Bras croisés sur son torse nu, son changement de posture n'était pas en accord avec ses paroles : il se refermait, se protégeait alors même qu'il affichait une mine réjouie et laissait sonner des mots remplis d'entrain. La suspicion, encore et toujours, me rongeait et, si je n'en laissai rien paraître, je décidai de ne pas le lâcher sans surveillance s'il venait à réellement nous rejoindre. Il ne s'agissait pas que mon recrutement dévoué se transforme en fiasco programmé.

Les questions fusèrent ensuite. A la fois inquiète maintenant que tous les doutes précédents m'étaient revenus en mémoire que peu impatiente de l'expédier dans un nid de vipères et le corrompre, je choisis de rester vague.

- Oui, nous allons ranger notre matériel et repartir dans quelques heures, commençai-je avant d'ajouter d'une voix résolument posée mais douce : Nous n'obligeons personne à nous rejoindre, bien que je crois que tu serais un réel atout, c'est pourquoi je te propose de prendre un temps de réflexion avant de te présenter au centre du WICKED.

Impossible d'ignorer que j'espérais que ce temps de latence lui permettrait de se raviser... Néanmoins, j'enchaînai avec les détails techniques pour ne rien laisser paraître. Ma posture professionnel, engageant mais méthodique, était si rodée qu'elle aurait trompée n'importe lequel de mes interlocuteurs. Une employée modèle, toujours.

- Je préviendrai un responsable du recrutement et le personnel d'accueil de la possibilité que tu te présentes, donne ton nom et le mien et ils sauront t'orienter, affirmai-je avant de remarquer une pointe de perplexité dans son regard qui me poussa à compléter : L'offre expire dans une semaine. Si tu ne t'es pas présenté d'ici-là, nous considérerons que tu l'as déclinée.

Là, les choses étaient claires. Il avait toutes les cartes en main, la balle était dans son camp. Cette constatation m'aida à me dédouaner : finalement, rejoindre le WICKED serait sa décision, pas la mienne. Je n'aurais rien à me reprocher, du moins c'est ce que je me plaisais à penser pour rendre mon action plus légitime.

Air détendu accroché dans ses traits, son regard s'éclaira bientôt d'une lueur étrange et véritablement teintée de curiosité quand il évoqua les possibles contrôles qui devaient avoir lieu à l'entrée. Écho à notre propre rencontre, je ne m'en formalisai pas et lui répondis simplement avec amusement :

- Comme dans un moulin, certainement pas ! L'enceinte est très sécurisée, tempérai-je avec un petit rire. Mais les gardes sont plus malins que nous aujourd'hui, ils testent directement en mode rapide ! Ça évite les bouchons !

Après coup, je songeai que cet intérêt avait quelque chose de décalé dans notre conversation. Puis me revînt à l'esprit ses paupières hermétiquement closes lorsque je l'avais testé plus tôt dans l'après-midi.

- Donc désolée, tu vas encore devoir serrer les dents ! lui dis-je avec un sourire amusé et n'étant pas certaine qu'il voyait où je voulais en venir, j'ajoutai : Quoi ? Tu croyais que je n'avais pas remarqué ta peur maladive des aiguilles ? Un conseil, te fais jamais tatouer !

Arrivée près des caisses, je parcourrai rapidement les inscriptions qui les parsemaient pour repérer celle qui m'intéressait. Mes collègues étaient encore occupés avec les derniers tests, personne pour remarquer mon manège. Bientôt, je trouvais celle qui m'intéressait et l'ouvrait à la volée : parmi les nombreux médicaments qui s'y entassaient, je repérai celui qui m'intéressait. Le contact avec le métal me fit frémir, c'était une erreur... Et puis merde !

- Tiens, une avance ! lui dis-je en me retournant vers lui et en lui lançant un petit objet qu'il reconnaîtrait bientôt comme une petite bombonne de salbutamol. Après quelques pas dans sa direction, je terminai : Le WICKED sait prendre soin de ceux qui œuvrent pour le bien de l'humanité. Si tu nous aides, nous t'aiderons.

Le sentiment d'être dans un spot de propagande était intense, ce qu'il ne savait sans doute pas c'est que ce que je venais faire sortait totalement du protocole. Cette ventoline serait inscrite comme perdue dans nos registres, ou peut-être une erreur de stock lors de la précédente inspection du matériel : il y en avait régulièrement. Je ne regrettai pourtant pas mon geste, il avait le goût d'une compensation pour le tort que je savais être en train de lui causer, la perversion qui gâcherait son altruisme s'il faisait le mauvais choix.

- Range-la ok ? Et utilise-la à bon escient, lui conseillai-je pour mieux dissimuler ma petite entorse au règlement avant de conclure : Et je dois te demander de me rendre cette combinaison !

Un regard joueur plus tard, je me retournai pour commencer à ranger nos affaires. La caisse était close : affaire conclue ni vue ni connue. Mes collègues venaient de finir leur travail, les derniers sujets quittaient la place avec des mines soulagées, les traits détendus, mais pour combien de temps ?  

Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 19
Messages : 257
Points : 226
Localisation : QG du Bras Droit ou au WICKED
Emploi : Externe médical au WICKED



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageLun 19 Mar - 0:44

Niels
&
Alexandra
The game of secrets  : You win or you die.
Oui. Parfait. Voilà le mot qui allait bien conclure cet échange, espérait Niels. Il était fier de lui. Si quelqu’un lui avait dit qu’il en tirerait d’aussi bons résultats en une seule rencontre, il n’aurait sans douteras cru cette personne. Ici, tout fait été rapide et efficace, tout ce que le blondinet aimait. Si le début avait mal commencé, le mode rapide lui avait sauvé la vie et lui avait donné l’opportunité de faire ses preuves. Le destin voulait-il lui donner un coup de main pour sauver son frère, accomplir une bonne action ? On aurait dit que oui, mais il ne fallait pas crier victoire trop vite, car la deuxième phase commencerait lors de ce fameux entretien qui lui donnait déjà pas mal de choses à quoi penser. Serait-il à la hauteur de leur espérances ? La jeune femme avait-elle interprété ses gestes comme de la méfiance ou bien de la peur ? Niels était curieux et avait besoin d’information. Elle lui apprenait qu’elle lui donnait l’opportunité de réfléchir un peu avant de les rejoindre, mais cela ne lui disait toujours pas quand ils allaient pouvoir le recevoir. Ils devaient souvent être occupés là-bas non ? Cela ne semblait pas la tracasser plus que cela, elle lui faisait une éloge qui servait à le remettre en confiance.  Il était content d’avoir réussi à manipuler quelqu’un pour obtenir une entrée au sein des monstres.

Elle semblait tellement faire durer le suspens sur ses réponses si bien qu’il trouvait ça agaçant, mais il devait se montrer patient. Elle le voulait c’était sûr, pourquoi aurait-elle proposé sinon ? Il représentait quelque chose dont ils avaient besoin, mais il ne devait pas perdre de tête qu’il était « utile » et non « indispensable ». Les deux termes qui pouvaient se ressembler de prime abord étaient différents quand on les observaient de plus près. Elle arriva enfin à sa première question concernant l’accueil. Il acquiesça, l’information lui paraissait logique et la chose - ou plutôt la deuxième chose - qu’il attendait le plus arriva comme un cheveu sur la soupe. Il avait sept jours, cela signifiait qu’il pouvait venir quand il le désirait, sans doute à ses heures de bureau raisonnables, mais ça, ça coulait de source. Il se disait déjà qu’il irait pour 10h30. 10h30 était un bon compromis, les personnes ne venaient pas tout juste de se réveiller, elles venaient de grignoter un petit quelque avant de ravoir faim sur les coups de 11h30-12h, ce qui les rendait toujours plus distraits, alors oui 10h30 était parfait. Il viendrait, quand il ne savait pas, sans doute au bout de deux trois jours afin de ne pas se ramener directement le lendemain. Il avait l’impression que ce n’était pas pour rien qu’elle lui laissait une petite marge de temps. C’était sans doute pour qu’il puisse se préparer et il l’en remercia intérieurement.

- D’accord, une semaine, c’est noté, répondit-il satisfait d’avoir eu la réponse entière grâce à son regard légèrement explicite.

C’était à lui de jouer maintenant, mais la dernière information, la plus important - car la plus vitale - allait venir. Les gens n’entrait pas comme dans un moulin, oui tout était très sécurisé, ça il le savait, mais il s’était jute assez mal exprimé. Le verdict tomba et il sentit une vague de soulagement le parcourir de l’intérieur quand il entendit que les gardes malins les testaient sous le mode rapide. Des modes rapides, il avait vu sur l’appareil qu’il n’y en avait pas cinquante mille alors il venait d’avoir sa confirmation pour le « sain » et « infecté ». La suite le surprit un petit plus, si bien qu’il fronça les sourcils. Elle s’empressait de rajouter qu’elle avait remarqué la chose qu’il avait tellement du mal à cacher : sa peur des aiguilles. Elle rajoutait un petit conseil qui le détendit. Il décroisa les bras et laissa un petit rire amusé lui échapper.

- Si ça peut te rassurer, ce n’est pas dans mes plans !

Jamais au grand jamais même. Il lui sourit et la regarda fouiller dans les caisses. Que cherchait-elle ? Que comportaient les caisses ? Il avait vu quelques inscriptions et cela semblait être des médicaments. Il eut bientôt sa réponse car elle joua sur ses réflexes pour lui faire attraper un objet bien familier qui représentait le Graal pour lui. Ses réflexes étaient impeccables si bien qu’il la rattrapa tel un éclair. Cela aidait d’avoir dormi un peu partout, car il était toujours sur ses gardes à dégainer son couteau dès qu’il entendait le moindre bruit. Tandis qu’il la dévisageait avec de grands yeux tout surpris, elle disait quelle WICKED savait prendre soin de ceux qui les aidaient. Sur le coup la phrase sonna juste car c’est ce qu’elle venait de faire, mais il y décelait ici - chose qu’elle ne voyait pas vu qu’elle avait le cerveau lavé - de l’hypocrisie niveau maximal. Le WICKED s’aidait sans doute entre eux oui, mais pas leurs sujets, c’était clair. Ce n’était qu’une bande de privilégiés qui se garderaient le remède pour eux avant d’aller soigner la terre entière et celui qui dirait l’inverse serait un idiot fini. Il fallait qu’il la range et qu’il l’utilise à bon escient. Elle avait totalement raison.


- Merci beaucoup. J'en ferais bon usage.

Il y avait de la reconnaissance dans ses yeux même s’il la détestait car il le devait. Elle était un monstre et il se salissait les mains à accepter de l’aide d’une telle personne, mais parfois, la survie et l’instinct humain prenait le dessus. C’était pour son propre bien à lui qu’il acceptait le présent empoisonné au final. Il s’exécuta en retirant sa combinaison et eut le réflexe de la plier avant de la lui redonner en mains propres.

- Peut-être que ce ne sera pas juste une première fois que je la porterais.

Le jeune homme esquissa un sourire rempli de malice lui faisant comprendre qu’il avait des possibilités de les rejoindre. Il remit son sac à dos sur les épaules après avoir soigneusement rangé son Graal. Il pouvait être fier de lui, il avait faire d’une pierre deux coups. Il la regarda longuement, se rappelant le précieux moment où elle lui avait dit qu’ils se la jouaient légère sous la combi si bien que ça le fit sourire de nouveau.

- A bientôt alors.

Le jeune homme attendit sa réponse et il sut que le temps de repartir était arrivé. Il lui tourna alors le dos et reprit son chemin. Il pouvait être fier de ce qu’il avait réussi. Des vagues de soulagement, de joie, et de fierté s’amusaient à parcourir son corps. Il avait réussi à faire un premier petit pas au sein d’un navire nommé WICKED, navire tout propre à l’extérieur mais tout crasseux à l’intérieur, il en avait très bien conscience. La tête haute et avec son esquisse maligne sur son visage, Niels se frayait son petit chemin pour rentrer.

Le jeu venait de commencer.

 
CODAGE PAR AMIANTE





___________________________________
We'd stared into the face of Death, and Death blinked first. You'd think that would make us feel brave and invincible. It didn't.”
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://thewritinglover.wixsite.com/monsite


[TERMINE ]The game of secrets : You win or you die. [Niels ft. Alexandra ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [TERMINE] The Game is On - Mikha & Aaron
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: S'enfuir... :: La Zone Saine :: Denver-