Partagez

-The colors of the lie- Olive Byers ft. Jae Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 19/03/2018
Messages : 114
Points : 76
Localisation : Dans les roses
Emploi : Milicienne



Carnet des Souvenirs
Âge : 17
Relations:
Inventaire:




MessageDim 25 Mar - 19:05


 
The colors of the lie
Asi'click/Momo

 

 
ft. Jae Park

 




Quel spectacle que la beauté resplendissante des cieux aux couleurs du crépuscule. C’était une agréable soirée, une énième journée qui ponctuait mon regard d’un émerveillement quotidien aux mielleux attraits de ce vaste étendu cotonneux. Qu’il était bon de se dégourdir les jambes, une brise légère venant par instant me chatouiller le visage. C’était une façon comme une autre de me changer les idées, d’occulter de mon esprit les hurlements sourds du Labyrinthe, cris arrachés à de malheureux blocards ou démoniaque clameur des monstres hantant ces terribles lieux. Je trainais le pas, perdue dans l’immensité étourdissante de mes pensées. Ralentissant l’allure, je m’arrêtais quelques mètres plus loin, m’étirant. Je courais depuis une bonne heure, prenant sur mon temps libre pour m’entrainer, une fatigue bienfaisante parcourant mes muscles.

C’est vraiment une belle journée pensais-je tout en me laissant tomber dans l’herbe. Je fermais les yeux, pour mieux me délecter des chauds rayons du soleil couchant. Les cliquetis de l’entrechoquement des armes sonnaient comme un refrain à mes oreilles, rythmés par quelques rires ici et là, ponctués d’une insouciance intrigante face à l’horreur de notre situation. Rien ne pouvait en cet instant, gâcher cet once de bonheur qui emplissait mon coeur, nourrissant mes rêves, paupières closes. La complainte du vent fit renoncer l'entraînement de certains blocards, eux si déposant armes au sol pour courir vers les cabanes.


Mais dans le silence mélodique de cette paisible soirée, des éclats de voix vinrent troubler cet instant de répis. J'entrouvris un oeil pour trouver une explication à tout ce rafus. Un scénario du même gabarit que ceux que j’avais traité par le passé s’offrait à moi. Une querelle futile qui opposait un Medjack à un Coureur. Le malheureux soigneur avait dû contrarier le brun, car celui-ci déversait à présent tout son hodieux courroux sur le pauvre bougre. Je balançais pleinement la tête vers eux, surveillant les deux hommes. Si la situation dégénérait, j’étais prête à intervenir.

La tension était palpable, je devais m’y opposer. Lorsque le Coureur empoigna le soigneur par le col, je me relevais doucement de mon assise avant d'enfouir ma main dans la poche de mon jean. J’en sortis un joli galet gris et avec une pointe de regret, le lançais sur le brun. Surpris, il lâcha presque immédiatement le jeune garçon qui s’enfuit sans demander son reste. Je me dirigeais à pas feutré vers le garçon, un petit sourire aux lèvres. Mâchoire crispée, il me regardait avec dédain et d’un ton tranchant, faisant parler son mécontentement, me lança :

-Tu te prends pour qui ?

Clignant plusieurs fois des yeux face à cette question quelque peu déstabilisante, j’haussais doucement les épaules.

-Je m’appelle Olive, lui répondis-je un petit sourire au coin des lèvres.

Qu’il était amusant de voir la surprise naissante sur le visage de ce jeune homme ! J’avais peine à comprendre l’énervement de ce dernier, c’était une belle journée, quel trouble pourrait bien survenir ?

-Je vais te dire un secret, approche, continuais-je, un éternel sourire angélique aux lèvres.

L’homme se rapprocha, dubitatif.

-La plus belle leçon à tirer de cette folle histoire, c’est que l’on va en sortir ensemble. Pour gagner cette liberté, il faut que tu la mérites, chuchotais-je, puis plus insistante, je plongeais mon regard dans celui du brun, et je veillerais personnellement à la donner aux plus méritants.

Malgré ma petite taille, je dominais facilement l’effronté, qui, après ces simples mots, fronça les sourcils. Il semblait tiraillé par sa profonde bêtise et une tristesse flagrante. Il semblait chasser cette perversité qui lui noircissait le coeur, perfide. Doucement, je vins poser ma main sur son épaule. Lui disant qu’il n’était pas mauvais en soit, elle lui dit de retourner dans à ses occupations. Mains dans les poches, il s’exécuta. On reprochait souvent à la jeune femme d’être trop laxiste, mais si cette dernière trouvait un terrain d’entente, n’était-ce pas une fin ? Après tout l'erreur est humaine.

Je retournais le pas léger à ma place, suivi du regard par un jeune garçon, cheveux en bataille, adossé au mur de l’armurerie.

 
 



___________________________________

 
Olive Byers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


-The colors of the lie- Olive Byers ft. Jae Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois :: La Zone d'entraînement-