Partagez

Rencontre surprenante lors d'une visite [Jaden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 23
Messages : 532
Points : 446
Localisation : Dans les champs ou près des enclos
Emploi : Maton des Sarcleurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 14 ans (née le 28 Mai 2000)
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 8 Jan - 22:08

Coré s'en voulait : elle avait été obligée d’envoyer l'une de ses recrue au gnouf. Ce genre de punition ne l'enchantait guère. En effet, la jeune maton préférait en utiliser de plus douces. Malheureusement, quand toutes avaient été utilisées, il ne restait plus que la plus sévère des sanctions : l'emprisonnement pour une durée bien déterminée. La Sarcleuse soupira puis se dirigea vers la cabane en bois. Elle voulait quand même s'assurer que celle qu'elle avait puni avait tout de même appris la leçon. Et puis, la jeune fille voulait vérifier que les conditions de détention de la prisonnière étaient un minimum bonnes. Elle arriva ainsi au gnouf. Coré chercha alors la cellule de la Sarcleuse. Après tout, elle avait parfaitement le droit d'y mettre les pieds étant maton des Sarcleurs.

"Coré ? Qu'est-ce que tu fais ici ? demanda une jeune femme en s'approchant de la limite de sa cellule.

- Jasmine ! Je te cherchais à vrai dire. Je m'en veux de t'avoir envoyée ici mais tu comprends, tu ne m'as pas laissée le choix. J'ai essayé toutes les autres solutions et...

- Ouais. Dis plutôt que tu te sens coupable ! Tu n'es qu'un chien chien qui suit les ordres de Môssieur-le-sacro-saint-Jonas, votre vénéré maître à vous, les matons. Mais nous les simples blocards, on n'est pas comme ça. On n'est pas des lèches-bottes prêts à tous pour se faire bien voir du maton en chef...

- Jasmine ! Comment oses-tu dire ça ? Tu me crois vraiment assez sadique pour être d'accord avec les méthodes extrêmes qu'emploie Jonas ? Je te signale que je risque tout pour que les choses s'apaisent et que la douceur et la solidarité revienne dans le bloc. Penses-tu réellement que je serais capable d'une telle chose ? s'exclama Coré, estomaquée qu'une telle pensée puisse traverser l'esprit d'une de ses recrues.

- Non c'est vrai, excuse-moi. J'ai bien vu que tu faisais ton maximum pour bien faire ton boulot et ne pas en donner trop aux autres. C'est la colère qui m'a fait dire ça. Je suis désolée. dit la Sarcleuse d'un ton désolée en baissant la tête.

- Je sais Jasmine, tu n'as pas besoin de t'excuser. Tu sais quoi ? Je crois que tu vas même bientôt pouvoir sortir d'ici ! Dit Coré d'une voix douce.

___________________________________
Protège ceux qui te nourrissent Invité, toi qui a 0 ans.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 23
Points : 22
Localisation : Rêvassant dans un champ de fleurs aux milles couleurs.



Carnet des Souvenirs
Âge : 16
Relations:
Inventaire:




MessageVen 9 Jan - 4:49

Rencontre surprenante

lors d'une visite
So let mercy come and wash away what I’ve done


Le jeune homme se trouvait aux alentours de la cabane en bois et serrait son fouet dans sa main. Il paraissait peu imposant par sa carrure mince et ses cheveux bruns qui encadraient doucement son visage. Mais ce serait facile de se laisser porter par les apparences sans chercher à les dépasser. Il y a tellement plus à voir que ce qui frappe l’œil au premier abord. Les arbres se berçaient docilement sous les assauts du vent alors que deux ou trois bruits pouvaient se faire entendre de temps à autre dans ce labyrinthe qui les entourait.

Jaden savait que les coureurs et les trappeurs se plaignaient des nouveaux horaires qui les obligeaient à lutter au bout de leurs dernières forces. Il ne faisait pas vraiment de cas à propos de ceux-ci. Tout le monde luttait et ils avaient simplement à suivre la cadence. Leur travail était de chercher une issue pendant que les sarcleurs produisaient la matière première et que les chercheurs analysaient les plantes. Chacun souffrait dans son coin et il serait idiot de prétendre avoir plus de douleur que son camarade.

Les choses devenaient aussi plus difficiles pour les miliciens maintenant que tous ces connards essayaient de faire une rébellion. Ils avaient banni une fillette et rien ne les empêcherait de sévir de nouveau. Jaden surveillait le gnouf avec un petit sourire. Mis à part user davantage de leurs fouets et remplir leurs prisons plus fréquemment… La vie était belle pour ceux qui ne se souciaient pratiquement plus des nouveaux décrets et se contentaient de sévir quand ils le voulaient. Ils se faisaient narguer et narguaient en retour.

Jaden était de garde pour la journée auprès de la cellule d’une petite sarcleuse. Il marchait près de la cellule avec son fouet dans sa main droite. Le faisait claquer au sol par provocation ou pour amuser ses camarades. Mais il ne maltraitait pas vraiment la sarcleuse. Il lui avait donné du pain frais et de l’eau fraîche quand l’heure du repas avait sonné. Le brun aimait se donner des airs durs. Surtout en entendant la dénommée Jasmine se plaindre de sa maton et des nouvelles règles en vigueur. « Je reviens. » lâcha-t-il. « Je me demande ce que Juliet pensera du discours de notre invitée. » Il partit alors à la recherche de la rousse. Il ne parvint pas à la trouver. Bon… il devrait trouver une sentence appropriée par lui-même. Ça promettait d’être amusant.

Il revient en se moquant et en donnant des coups de coude à certains de ses camarades. Il bifurqua près de la cabane pour apercevoir une jeune fille à la chevelure rousse. Elle était plus petite que son maton attitré et l’autre demoiselle dirigeant les coureurs. Ce devait donc être celle qui prenait soin des sarcleurs et des ressources alimentaires du bloc. Il était bizarre de penser que toutes leurs vies se trouvaient entre les mains d’une adolescente de quatorze ans. Jaden se surprit à sourire. Il chassa rapidement ce bonheur apparent de son visage pour retrouver ses airs impassibles. Il était un milicien aguerri après tout. Même si parfois… il souhaiterait fermer les yeux et dormir dans les champs. Entouré par les fleurs et en sécurité contre tout le mal de ce monde.

Il entendit de loin la conversation et les insultes que portait la nouvelle tocarde envers le maton-en-chef. Le milicien sentit la haine le consumer. Il détestait les gens qui ne comprenaient pas le bien que leur supérieur tentait de faire. Jonas voulait la paix. La fin justifie les moyens. Pourquoi personne ne comprenait-il cela ?

Jaden entendit alors les commentaires de la dénommée Coré qui disait à sa sarcleuse que celle-ci pourrait bientôt sortir du gnouf. Le blocard se gardait bien de ricaner. Juliet laisserait probablement les gens sortir. Elle avait la tête dans les nuages ces derniers temps et semblait complexer à propos de tout et de rien.

Mais lui resterait fidèle envers leurs principes et les règles auxquelles il ne fallait pas déroger. Elles étaient tout ce qui leur restait de leur civilisation. Jaden avait un fond utopiste qui souhaitait la paix et pouvoir user de douceur dans un monde bien trop cruel. Mais la réalité tue le rêve. Il fallait être fort. Les émotions ne servaient à rien ici. « J’ai bien peur que Jasmine ne puisse pas sortir d’ici aussi rapidement que vous ne le pensez » dit-il en s’avançant en direction de la rousse. Il regardait la prisonnière de haut avant de se tourner vers la maton. « Vous avez bien fait de l’envoyer ici. C’est ce genre de sentence qui dissuade les nouveaux de faire à leur tête et dire tout ce qu’ils pensent. Vous avez conscience que ce genre de propos est passible de bannissement? » Il haussa les sourcils en souriant. « Je vous conseillerai également de faire attention à vos paroles. Être maton ne vous protège malheureusement pas de tous les dangers. Si vous persistez à conserver un langage aussi outrancier… on sera obligés d’user de ''méthodes extrêmes'' contre vous. Et ni vous, ni moi ne souhaiterions que cela arrive. » Jaden souriait. Mais il souhaiterait lui aussi que la douceur et la solidarité reviennent comme auparavant. Les temps étaient durs pour tous. « Je vous prierai donc de retourner vaquer à vos occupations. Nous nous occuperons très bien de Jasmine. Wendy compte sur vous pour les ressources du repas de ce soir. Les coureurs et les trappeurs seront affamés en arrivant du labyrinthe. Votre place est à l’enclos. Ma place est ici. Rien de plus. » Jaden ne comprenait pas pourquoi la maton se donnait la peine de se déplacer pour rencontrer sa sarcleuse. Elle ne semblait pas savoir que c’était toujours les gens les plus gentils qui mourraient en premier.  

___________________________________

the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 23
Messages : 532
Points : 446
Localisation : Dans les champs ou près des enclos
Emploi : Maton des Sarcleurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 14 ans (née le 28 Mai 2000)
Relations:
Inventaire:




MessageVen 9 Jan - 9:18

« J’ai bien peur que Jasmine ne puisse pas sortir d’ici aussi rapidement que vous ne le pensez » Entendit Coré avant de se retourner vivement.

Milicien. Il n'y avait qu'eux qui arboraient un fouet avec un sourire aussi suffisant. La maton le détailla de la tête aux pieds pour savoir qui il était. Il lui semblait avoir déjà vu le jeune garçon quelque part... mais bien sûr ! C'était lui le milicien qui rêvait de devenir Sarcleur mais qui avait du abandonner ce rêve à cause de son membre manquant. La jeune fille eu un élan de compassion à son égard. Cela doit être dur de devoir abandonner ses rêves...


« Vous avez bien fait de l’envoyer ici. C’est ce genre de sentence qui dissuade les nouveaux de faire à leur tête et dire tout ce qu’ils pensent. Vous avez conscience que ce genre de propos est passible de bannissement ? » Continua-t-il, en prenant un air hautain lorsque son regard se posa sur la Sarcleuse.

Elle détestait qu'on se sente supérieur aux autres. Après tout, les blocards étaient tous dans la même galère et c'était pour cela qu'il fallait s'entraider et ne pas chercher à créer des tensions supplémentaires.


« Je vous conseillerai également de faire attention à vos paroles. Être maton ne vous protège malheureusement pas de tous les dangers. Si vous persistez à conserver un langage aussi outrancier… on sera obligés d’user de ''méthodes extrêmes'' contre vous. Et ni vous, ni moi ne souhaiterions que cela arrive. »

Là il dépassait carrément les bornes ! Fort heureusement, ou malheureusement pour certains, Coré avait pris de l'assurance depuis sa nomination au titre de maton et leva légèrement un sourcil en souriant. Un défi ? Fort bien ! Lui aussi lui devait le respect, n'étant qu'un simple milicien.
*On se calme Coré. D'où te viennent des pensées si méchantes ? Il a sûrement dit ça pour te faire peur. Quelqu'un qui agit comme ça doit avoir une carapace. N'oublie pas, tu es le pilier de la douceur du bloc en tant que maton juste et compréhensive. Si tu te mets à virer du côté obscur, que se passera-t-il pour les autres ? Le dérapage de Jonas t'affecte plus que ce que tu crois...* Pensa la jeune fille en soupira puis reprit son expression calme habituelle.

« Je vous prierai donc de retourner vaquer à vos occupations. Nous nous occuperons très bien de Jasmine. Wendy compte sur vous pour les ressources du repas de ce soir. Les coureurs et les trappeurs seront affamés en arrivant du labyrinthe. Votre place est à l’enclos. Ma place est ici. Rien de plus. »

Coré serra les poings et les dents puis mit son index sur la poitrine de Jaden. Jasmine, qui avait du sentir la tension et la colère envahir le corps de sa maton, prit peur et recula vivement vers le fond de sa cellule.

- Écoute-moi bien Monsieur-je-vais-dénoncer-la-moindre-parole-contre-Jonas-et-j'adore-les-punitions, j'ai autant le droit d'être ici que toi il me semble. Et quant à la coordination du repas du soir, elle est entre de bonnes mains, ne t'inquiète pas. C'est la nouvelle épreuve de ceux qui veulent postuler au titre de second. Crois-tu vraiment que j'oublierais toutes les convenances et que je n'aurais pas pris les dispositions nécessaires à la survie du bloc, moi qui me tue à la tâche et qui ne s'arrête même pas de travailler lorsqu'elle est blessée ? Les temps sont durs pour tout le monde alors un peu de douceur ne peut que faire du bien ! Si tu étais à sa place, tu n'aimerais pas que ton maton se soucie un minimum de toi et avoir un peu de compagnie de temps en temps ? Tu crois vraiment que je suis cruelle à ce point ? Et bien non ! C'est aussi mon devoir de maton de veiller à la sécurité et aux bonnes conditions de vie de mes Sarcleurs vois-tu. Être maton ne signifie pas qu'on ne doit que faire respecter les règles et punir, non ! Être maton c'est aussi mettre la main à la pâte, ne serait-ce que pour l'exemple et s'assurer, certes, que le travail est bien fait mais peux-tu m'expliquer comment s'en assurer si on te ment ? Et pour ne pas qu'on te mente, il faut bien traiter les autres. Être maton ne signifie pas que tu es au-dessus des autres et si tu étais Sarcleur, tu saurais que je n'abuse pas de mon poste de maton mais bien que j'essaye de faire régner la justice dans ce monde. Alors au lieu de me faire la morale, essaye de ne pas te montrer condescendant et sois un peu plus compréhensif avec ceux qui t'entourent. Tu pourra plus facilement faire bouger les choses ainsi, je te le garantis. Déclara Coré en lui tournant le dos puis se tourna vers Jasmine, sa colère fondant et redevenant douceur.

___________________________________
Protège ceux qui te nourrissent Invité, toi qui a 0 ans.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 23
Points : 22
Localisation : Rêvassant dans un champ de fleurs aux milles couleurs.



Carnet des Souvenirs
Âge : 16
Relations:
Inventaire:




MessageSam 10 Jan - 3:10

Rencontre surprenante

lors d'une visite
So let mercy come and wash away what I’ve done


Le jeune homme se trouvait devant la rousse et lui faisait un sourire hautain. Il savait que celle-ci le portrayait comme un de ces minables qui aimaient taper sur le monde. Tous les blocards prenaient un malin plaisir à se plaindre de ces miliciens devenus trop rigoureux et durs dans leurs sanctions. Jaden tournait autour de la demoiselle et prenait plaisir à la provoquer. Elle était jolie et tellement susceptible. Il aimait la milice. Il aimait ce sentiment de supériorité qui coulait dans ses veines et qui faisait de lui un homme digne de confiance. Il était enfin sorti des cuisines où on le prenait en pitié avec son handicap. Jaden plongeait son regard dans les yeux noisette de la sarcleuse.

La demoiselle devenait une furie et mit son index dans la poitrine du milicien avec une force outrageuse. Celui-ci était surpris par une telle force et recula de deux ou trois pas. Coré commença alors un long discours qui lui donnait envie de rouler des yeux. « Écoute-moi bien Monsieur-je-vais-dénoncer-la-moindre-parole-contre-Jonas-et-j'adore-les-punitions, j'ai autant le droit d'être ici que toi il me semble. Et quant à la coordination du repas du soir, elle est entre de bonnes mains, ne t'inquiète pas. C'est la nouvelle épreuve de ceux qui veulent postuler au titre de second. Crois-tu vraiment que j'oublierais toutes les convenances et que je n'aurais pas pris les dispositions nécessaires à la survie du bloc, moi qui me tue à la tâche et qui ne s'arrête même pas de travailler lorsqu'elle est blessée ? » Le milicien hocha la tête. Il allait narguer Coré sur qui voudrait du stupide poste de second des sarcleurs avant de revenir à la raison. Il aurait tué pour devenir sarcleur et passer son temps à cultiver à la sueur de son front. Ce poste était probablement le plus beau du bloc. Voir ses animaux heureux et ses plantes pousser donnait un but et une raison pour continuer à se dépasser. Jaden ne comprenait pas les coureurs et trappeurs. Ils agissaient sans but ou raison. Il continua de se moquer avant de se faire remettre à sa place. « Les temps sont durs pour tout le monde alors un peu de douceur ne peut que faire du bien ! Si tu étais à sa place, tu n'aimerais pas que ton maton se soucie un minimum de toi et avoir un peu de compagnie de temps en temps ? Tu crois vraiment que je suis cruelle à ce point ? Et bien non ! C'est aussi mon devoir de maton de veiller à la sécurité et aux bonnes conditions de vie de mes Sarcleurs vois-tu. Être maton ne signifie pas qu'on ne doit que faire respecter les règles et punir, non ! Être maton c'est aussi mettre la main à la pâte, ne serait-ce que pour l'exemple et s'assurer, certes, que le travail est bien fait mais peux-tu m'expliquer comment s'en assurer si on te ment ? Et pour ne pas qu'on te mente, il faut bien traiter les autres. » Elle était bien bonne celle-là. « Être maton ne signifie pas que tu es au-dessus des autres et si tu étais Sarcleur, tu saurais que je n'abuse pas de mon poste de maton mais bien que j'essaye de faire régner la justice dans ce monde. Alors au lieu de me faire la morale, essaye de ne pas te montrer condescendant et sois un peu plus compréhensif avec ceux qui t'entourent. Tu pourras plus facilement faire bouger les choses ainsi, je te le garantis. »

Elle devait normalement avoir fini de parler. Les gens aimaient vraiment se lancer dans des longues tirades ces derniers jours. Cela devait probablement devenir une tendance dans le bloc. Rébellion et discussion. Il ne manquerait plus que la création du cercle de débats. Le milicien sourit en se disant que cela devait probablement ressembler aux réunions des leaders. Toujours à agir comme des enfants martyres qui se dévouaient corps et âme sans reconnaissance. Il continua de parler sur son piédestal en utilisant une voix outrageusement mièvre. « Écoutez-moi bien Madame je-fais-des-longs-discours-et-je-veux-sauver-le-monde, vous ne devriez pas du tout être ici. Je suis de garde. Vous êtes supposée traire des vaches ou danser avec vos poules. Je travaille comparativement à vous. Et tout le monde se tue à la tâche, même s’il est blessé. Arrêtez de croire que vous valez mieux que les autres » Jaden pensait bien évidemment à son bras. Il avait travaillé pendant des mois avec cette prothèse et continuait alors que celle-ci était totalement brisée. Il faisait de son mieux pour faire régner la discipline au sein du bloc. Coré ne comprenait absolument rien. Elle était trop douce et trop bonne pour vraiment avoir une place parmi eux. « Il n’y a pas de place à la douceur ici. Tout le monde souffre. Juliet a bien mieux à faire que passer son temps à nous dorloter et nous dire que tout ira mieux demain. Elle ne va pas bien ces derniers temps. Sûrement à se lamenter de son trappeur qui passe son temps dans le labyrinthe. Chose certaine, elle a mieux à faire que de veiller sur nos conditions de vie et voir si nous sommes heureux. Nous devons simplement travailler à la sueur de nos fronts. On se fiche des conditions de travail si on peut manger le soir et ne pas se taper les uns sur les autres à tout bout de champ. Coré. La vie est différente de tes champs de fleurs et de tes animaux. La vie est sombre. La vie est moche. Reviens à la réalité ! C'est ça, le bloc ! C'est ça, notre vie ! » hurla-t-il en pointant les cellules et les alentours. Il continua sur sa lancée. « Les matons doivent mettre la main à la pâte. Mais vous êtes là à vous obstiner pour que nous délivrions une seule sarcleuse. Allez-vous occuper des autres si ceux-ci vous tiennent tant à coeur. Allez les encadrer si vous êtes si bonne que cela. Être maton ne signifie pas être au-dessus des autres, mais pourtant, c’est bien ce que vous êtes en train de faire, non ? » Jaden pointa du menton le doigt de Coré sur sa poitrine. « Vous devez sûrement vous dire que je suis un simple milicien et que je vous dois le respect. Je ne vous baiserai pas les bottes si vous voulez savoir. Mon but à moi est de faire régner la justice. Les matons doivent aider à appliquer la loi. Vous êtes supposée être de mon côté et vous encouragez plutôt votre sarcleuse à faire des siennes. Cela est inacceptable. Elle ne sortira que demain. On la sortira avant si elle doit faire un petit jogging dans le labyrinthe... si vous voyez ce que je veux dire. » Il espérait que son discours ait pu au moins faire une impression à la jeune maton et qu'elle comprenne le terrible sous-entendu. Le jeune homme leva son bras de métal et referma sa main froide autour du bras gracile de la sarcleuse. Il ne ressentait pas sa peau chaude contre la sienne. Il aurait pu tout aussi bien ne rien tenir. Il avait perdu le sens du toucher depuis le bris de sa prothèse. Jaden s’approcha de l’oreille de Coré et lui murmura doucereusement. « Je pourrais vous broyer le bras si je serre un peu plus fort. On verra bien comment vous serez utile en étant estropiée et si vous continuerez de défendre avec véhémence des principes aussi vains que la douceur et l’amour des autres. » Il recula et regarda la jeune fille dans les yeux. Celle-ci devait partir si elle tenait un tant soit peu à la vie. Les lois étaient trop dures et elle risquait de tout perdre dans un affrontement avec la milice. Pars Coré, la supplia-t-il intérieurement. Pars s’il-te-plait.  

___________________________________

the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 23
Messages : 532
Points : 446
Localisation : Dans les champs ou près des enclos
Emploi : Maton des Sarcleurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 14 ans (née le 28 Mai 2000)
Relations:
Inventaire:




MessageMer 14 Jan - 9:47

Ça y est, le milicien continuait de débiter ses inepties. Bla bla bla... manger et ne pas se faire taper dessus, c'est tout ce qu'on peut attendre des autres ? Et bien, sa vie devait être très triste s'il s'était mis à penser de cette manière. Juliet négligeait ses miliciens à cause d'un garçon ? Aucune personne ne mérite qu'on ne s'occupe pas de ses troupes ! Certes, Coré pouvait comprendre qu'un amoureux trappeur pouvait rendre anxieux mais tout de même ! *Oh la pauvre petite !* Pensa la Sarcleuse avec ironie. La jeune fille n'était pas tendre avec ses ennemis et le maton des miliciens en était une : égocentrique, tyrannique et lèches-bottes de Jonas, cela constituait un trio fatal.

"Mon but à moi est de faire régner la justice. Les matons doivent aider à appliquer la loi. Vous êtes supposée être de mon côté et vous encouragez plutôt votre sarcleuse à faire des siennes."

*Heu, depuis quand j'encourage les autres à faire des siennes ?* Songea la maton en respirant pour rester calme. *Calme tu dois être Coré. Il ne dit cela que pour te mettre en colère et pour que tu partes. Ainsi, il aura gagner. Tu ne veux pas laisser gagner une personne qui croit faire régner la justice et qui en devient sadique tellement il fait de l'excès de zèle n'est-ce pas ? Pourtant, même si ses paroles peuvent être blessantes, il ne semble pas avoir maltraité physiquement Jasmine...* Se dit-elle avant d'être surprise par un contact froid sur sa peau : le bras "bionique" de Jaden qui s'était refermé sur le sien.

« Je pourrais vous broyer le bras si je serre un peu plus fort. On verra bien comment vous serez utile en étant estropiée et si vous continuerez de défendre avec véhémence des principes aussi vains que la douceur et l’amour des autres. »

Le masque de dureté de la jeune fille fondit aussitôt. Pauvre milicien ! Il devait avoir beaucoup souffert de son opération et des railleries de ses camarades... Coré posa sa main sur l'épaule du jeune homme puis le regarda droit dans les yeux avec un regard doux, mais non empli de pitié, et répondit en souriant :

- Tu sais, rien ne pourra me détourner de mon objectif : faire exister un peu d'espoir et de douceur dans le bloc. Seuls les insensibles-et encore-peuvent vivre sans. S'il n'y a aucun sentiment, on finit par devenir renfermé sur soi-même, voire fou. Ainsi, si un de mes membre vient à manquer, je continuerai à essayer de répandre un peu de joie et de bonheur là où je passe. Tu n'es pas estropié tu sais, seulement blessé. Et d'après ce que j'ai pu voir, tu n'as pas que des blessures physiques. Je comprends ton attitude Jaden, et je sais que tu ne penses pas vraiment ce que tu dis, qu'il reste une lueur d'espoir au fond de ton cœur. Mais ne t'inquiète pas, je ne te laisserai pas affronter la dure vie du bloc seul. Si tu as besoin d'une amie, tu pourra compter sur moi d'accord ?

La maton continua alors de sourire, attendant la réaction du milicien.

___________________________________
Protège ceux qui te nourrissent Invité, toi qui a 0 ans.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 23
Points : 22
Localisation : Rêvassant dans un champ de fleurs aux milles couleurs.



Carnet des Souvenirs
Âge : 16
Relations:
Inventaire:




MessageSam 14 Mar - 23:56

Rencontre surprenante

lors d'une visite
So let mercy come and wash away what I’ve done



HRP:
 

Je ne sais pas si tu me pardonneras un jour de te dire de si terribles choses. La vérité est que tout ce qui compte est de préserver le calme de cette prison dans laquelle nous sommes tous enfermés. Tu continues pourtant de me tenir tête. C’est amusant de voir à quel point tu es obstiné, à quel point tu t’efforces de voir le bien en toute chose alors que tout ce que nous faisons est nous efforcer de vivre pour que la vie soit la moins terrible possible. Juliet ne faisait pas exception. Elle ne conserverait probablement pas son poste de maton pour longtemps. La jeune femme faisait seulement chercher une issue. Je la comprenais d’une certaine façon.

« Tu sais, rien ne pourra me détourner de mon objectif : faire exister un peu d'espoir et de douceur dans le bloc. Seuls les insensibles-et encore-peuvent vivre sans. S'il n'y a aucun sentiment, on finit par devenir renfermé sur soi-même, voire fou. Ainsi, si un de mes membre vient à manquer, je continuerai à essayer de répandre un peu de joie et de bonheur là où je passe. Tu n'es pas estropié tu sais, seulement blessé. Et d'après ce que j'ai pu voir, tu n'as pas que des blessures physiques. Je comprends ton attitude Jaden, et je sais que tu ne penses pas vraiment ce que tu dis, qu'il reste une lueur d'espoir au fond de ton cœur. Mais ne t'inquiète pas, je ne te laisserai pas affronter la dure vie du bloc seul. Si tu as besoin d'une amie, tu pourra compter sur moi d'accord ? »

Est-ce que vous savez ce moment où votre cœur bat à fond la caisse et que plus rien ne semble avoir la moindre importance ? Mon fouet glissait dans ma main pour retomber au sol. Coré était tout simplement magnifique. Son nom faisait référence à cette déesse qui venait visiter les sous-sols moribonds desquels il ne semblait y avoir aucun espoir. Si je suis le Hadès que les gens craignent, voudrais-tu bien être ma Perséphone ?

Je m’approchai de toi pour caresser ta joue doucement de ma main en métal. Je me demande si tu trouves le contact froid. Peu importe  en fait. Je crois que tu ne me crains pas. Alors je veux tenter ma chance. « Vous êtes vraiment une personne magnifique. Je vous trouve sublime. » Je rigolais en me mordant la lèvre avant de relever mes yeux vers toi. « Les gens me craignent habituellement. La milice n’est pas la meilleure classe à joindre pour être aimé. Mais je crois qu’on pourrait être un peu plus apprécié si on parvenait à avoir la même tendresse que toi. » J’approchai mon visage pour déposer un baiser sur tes lèvres avant de doucement bifurquer vers ton oreille. « Je ne pourrais pas libérer votre sarcleuse. Ce sont les lois qui nous régissent. Mais je ne veux pas que vous me preniez pour quelqu’un d’ingrat. » Je me retirai pour te sourire et déposai un doux baiser sur tes lèvres. Ce moment était divin. Tant pis si tu venais à me détester. Je voulais goûter le goût de tes lèvres au moins une fois. « Il faut que tu retournes au travail. Rejoins-moi aux champs après le couvre-feu. C’est un… rendez-vous ? » Je haussai un sourcil, incertain de comment formuler la phrase. Mec. Si tu voulais assurer, là, c’est complètement raté.  

___________________________________

the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Membre
avatar


Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 23
Messages : 532
Points : 446
Localisation : Dans les champs ou près des enclos
Emploi : Maton des Sarcleurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 14 ans (née le 28 Mai 2000)
Relations:
Inventaire:




MessageDim 15 Mar - 1:32

HRP :
Spoiler:
 

Après que Coré eut fini son discours, elle vit Jaden, bouche bée, lâcher son fouet. La jeune fille fronça les sourcils. Avait-elle dit ou fait quelque chose de mal ?  Puis, il s'approcha d'elle lentement et leva sa main métallique vers sa joue. La maton n'eut pas peur : elle savait qu'intérieurement, le jeune homme n'était pas méchant et qu'il n'oserait jamais la frapper physiquement. Par ailleurs, il était également milicien, ce qui faisait qu'il connaissait mieux que personne les sanctions que pouvait provoquer une blessure physique, de surcroit sur un maton. Lorsqu'il la caressa, Coré inspira d'un grand coup et ne pût s'empêcher de fermer les yeux. Pourquoi réagissait-elle ainsi alors qu'elle ne le connaissait pas beaucoup ? Pourquoi son coeur se mettait-il à battre plus fort et plus vite quand elle était près de lui ? La Sarcleuse n'eut pas le loisir de réfléchir à la réponse à donner à ces questions que Jaden reprit la parole.

« Vous êtes vraiment une personne magnifique. Je vous trouve sublime. »

Oh ! Coré rougit sous le compliment et baissa un peu la tête avant de la relever brusquement. Il prit alors un air mi-amusé, mi-timide et continua alors que ses yeux plongeaient dans les siens.

« Les gens me craignent habituellement. La milice n’est pas la meilleure classe à joindre pour être aimé. Mais je crois qu’on pourrait être un peu plus apprécié si on parvenait à avoir la même tendresse que toi. »

Oui, ce qu'il disait était très possible. Si seulement tout le monde voulait s'entraider ! Cela serait... Venait-il de l'embrasser ?

« Je ne pourrais pas libérer votre sarcleuse. Ce sont les lois qui nous régissent. Mais je ne veux pas que vous me preniez pour quelqu’un d’ingrat. »

Oui, Coré comprenait. Elle fût néanmoins un peu déçue.

- Je... je comprends, ce... Dit-elle en déglutissant puis fût coupée par un autre baiser. Celui-ci était doux et tendre, comme s'il voulait prendre son temps et profiter du moment présent comme si c'était le dernier. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, le jeune homme s'éloignait déjà d'elle. La jeune fille passa alors ses doigts sur ses lèvres, à la fois surprise et troublée par ces baisers.

« Il faut que tu retournes au travail. Rejoins-moi aux champs après le couvre-feu. C’est un… rendez-vous ? »


La Sarcleuse hocha la tête d'un air décontenancé, toujours les doigts sur ses lèvres puis se retourna et se dirigea vers la sortie du gnouf, trébuchant presque sur les marches tellement elle était perdue dans ses pensées. Elle s'arrêta néanmoins pour reprendre son souffle puis secoua la tête et alla dire aurevoir à Jasmine et s'excuser. Cette dernière comprit et hocha la tête en souriant puis la remercia d'être venue la voir. La maton repartit alors seule vers les champs, donner les dernières directives de la journée.

___________________________________
Protège ceux qui te nourrissent Invité, toi qui a 0 ans.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


Rencontre surprenante lors d'une visite [Jaden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: La Cabane en Bois :: Le Gnouf-