Partagez

Une étrange trouvaille (Abigail Johnson- Kalis Antoy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
avatar


Date d'inscription : 08/12/2014
Age : 19
Messages : 166
Points : 273
Localisation : Dans l'Bloc ._.
Emploi : Courir dans le labyrinthe ?



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageMer 11 Mar - 20:10

(Flash-back)

"Je boitais. Ca m'empêchait d'avancer et me ralentissais dans ma course. J'avais eu chaud sur ce coup là. Un peu trop chaud même. Encore une minute de plus et j'étais mort. En attendant, j'avais vu ma vie défiler devant mes yeux à une vitesse tellement incroyable ! Je ne voulais pas mourir. Quand le griffeur avait failli m'avoir, j'avais couru comme jamais je n'avais couru jusque là. Je refusais de m'arrêter, même l'épuisement et ma tête qui commencer à tourner ne pouvaient m'arrêter. Je ne voulais pas mourir comme ça. pas à cause de la piqûre d'un griffeur. Oh bien sûr, l'envie d'en savoir plus sur ma vie d'avant et sur qui je suis vraiment pouvait me donner envie de me laisser avoir mais l'idée de subir la Transformation était tout de suite moins tentante. Je courais encore plus vite. Je voulais montrer à ce griffeur que j'étais plus fort que lui, plus malin. Évidemment qu'il me faisait peur. Évidemment que je ne me voyais pas du tout faire un "face à face" avec cette chose. Mais cette fois encore, je refusais de jouer au soumis. Si on était tous là, quelqu'un ou plusieurs personnes nous y avaient envoyés. Et s'ils me voyaient de là ou ils étaient, je voulais leur montrer que je n'étais pas un robot, que je refusais de mourir juste parce qu'ils en avaient décidés ainsi. Mais après tout, je n'en savais trop rien. Qui sait ? Peut être avais je tort. Il ne s'agissait là que d'une simple théorie. Un rapide coup d'oeil par-dessus mon épaule et je comprenais que le griffeur ne lâchait pas prise. Et moi je fatiguais rapidement. Mes jambes étaient lourdes et j'avais l'impression d'étouffer, des cymbales claquant sur chaque côté de ma tête à cause des cliquetis des des pinces du griffeur. Comme si les bruits étaient étouffés par un mur qui me séparait de la créature. Mes oreilles étaient bouchées et j'avais une forte envie de vomir. Ca y est je les avaient sentis, des perles de sueur coulaient le long de mon front. Je sentais ma crise d'asthme arriver. Si elle débarquait, j'étais mal. Très mal et je pourrais faire mes éloges funèbres. J'aperçus un bout du labyrinthe se refermer. Une sorte de mur qui allait me couper la route. Il fallait que je passe derrière avant de mourir lamentablement. Je redoubla d'efforts. Instinct de survie. Le griffeur accélérait. J'hurlais. Le mur se rapprocher encore plus...Enfin, je me rapprochais encore plus de lui. Je sentai des larmes brûlantes le long de mes joues. Puis alors que le mur allait se refermer entièrement, je passa dans le petit espace qui restait. Soudain, je sentis une effroyable douleur traverser ma cheville. Je tombai sur le sol et roula sur quelques mètres. Je gémis et me resta à terre, l'oreille collée contre le sol. Je fermai les yeux. Le silence était revenu. C'était même trop beau pour être vrai. Trop impossible. Ca faisait tellement de bien. Je me redressai un peu et regardai le mur. Il s'était entièrement refermé sur le griffeur. J'éclatai d'un rire hystérique. l'excitation et l'euphorie m'envahit. Mais mon rire s'arrêta bien vite. Je vomis tripes et boyaux sur le sol. Du sang coulait le long de mes lèvres et de mon crâne. je m'essuyai la bouche, me relevai. Traînant ma cheville foulée derrière moi, je m'approchai du reste du cadavre de la créature qui dépassait du mur. Je souris et arracha un bout de scaralame qui était coincé. je lançai la trouvaille en l'air entre mes doigts, manquant de la faire tomber, je la rattrapai.
J'étais dans un piteux état, couvert de sang à la fois séché et humide, couvert de sueur et mes vêtements collaient contre ma peau. Ma respiration était toujours haletante et je peinais encore à reprendre mon souffle. Mais au moins, j'étais vivant."

( Fin du flash-back)

Je boitais encore plus que tout à l'heure. Le sang continuait de couler, pourtant j'avançais. Je rejoignis bien vite le laboratoire. J'entrais et poussais la porte avec un effort qui me parut surhumain. J'embrassai la pièce du regard. Apparemment vide. Et merde ! Je n'avais pas fais tout ce chemin pour rien quand même ! Puis derrière une étagère, j'aperçus une jeune fille en plein travail.  Elle était de dos. Elle avait de longs cheveux blonds et même de dos je pouvais définir qu'elle était belle de face. J'étais dans un état pitoyable. Si j'espérais qu'elle me trouve classe dans cette tenue, c'était raté. Je toussotai pour attirer son attention étant donné qu'elle ne semblait pas m'avoir vu. Elle se retourna. Je ne lui laissa pas le temps d'en placer une.

-Bonjour, excuse moi de te déranger. J'm'appelle Kalis, je sors d'une sacrée merde à vrai dire. J'ai trouvé ça. Ca sortait d'un mur. J'me suis dis que ça pourrait vous aider dans vos recherches.

J'alternais entre le "tu" et le "vous". A vrai dire, je ne savais pas très bien de qu'elle manière l'aborder étant donné que je ne l'avais jamais vu. je ne voulais pas qu'elle se sente offenser si je paraîssait malpoli à son égard. Mais en fin de compte, en ces temps, la politesse était bien l'une des choses les moins importantes. Sur ces mots cependant, je lui tendis le bout de scaralame récupéré. Et lui souris, attendant ses premières paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageVen 13 Mar - 22:49



Un étrange trouvaille.

feat Kalis Antoy






   
   Le soleil s'était levé tôt aujourd'hui, la matinée avançait doucement. Abigail était comme à son habitude au laboratoire, les yeux rivés sur un échantillon de plante aux effets toxique. Approchant son œil droit du microscope, elle observait, de temps à autre tâtait d'une des mains cherchant un crayon pour écrire des changements ou des particularités sur son carnet. Parfois réajustant sa queue-de-cheval, la jeune femme restait droite, immobile. Mis à part elle, la salle était vide, cela arrivait souvent, Abigail venait trop tôt, parfois restait trop tard. C'était un endroit calme, même quand le laboratoire était inondé de présence, le silence pesant venait les envelopper. L'adolescente saisit une pince pour reposer la plante dans une boîte infiniment petite et translucide. La blondinette était là depuis quelques mois maintenant pourtant elle ne se sentait toujours pas à l'aise, elle avait eu tant de mal à se faire une petite et presque invisible place. Elle ne connaissait quasi-personne et quasi-personne ne l'aconnaissait. Toujours tapie dans l'ombre, ici c'était sa grotte, elle s'enracinait devant les bureaux de recherches. En réalité c'était son domaine, jamais elle aurait été assez courageuse pour devenir coureuse ou trappeuse. Courir n'était pas une des choses dont Abi était la plus douée, la ruse c'était son truc. Elle remit donc le nez dans son travail.

Un toussotement forcé surprit la jeune fille, elle sursauta en se retournant rapidement. Un jeune homme se tenait en face d'elle. Il portait la main à son flanc, visiblement épuisé. Il était en piteux état. C'était un coureur. C'était habituel que les personnes de cette classe viennent apporter des échantillons trouvés dans le labyrinthe mais généralement on les confiait aux chercheurs les plus anciens. Le dénommé Kalis lui tendit un morceau gluant. Elle le prit rapidement pour l'examiner, un reste de scaralame. La jeune femme esquissa un sourire timide au jeune homme. Sans un mot elle alla porter le bout d'insecte près d'instruments médicaux. Prenant une grande bouffée d'air Abi se tourna vers l'inconnu, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas parlé à quelqu'un. La blondinette l'examina de bas en haut.

« Tu es vraiment dans un sale état.»

En oubliant même de se présenter elle s'approcha de lui, le jeune brun puait la mort. Ses vêtements étaient souillés de sang. Sa cheville avait l'air dans un mauvais état. Il aurait été plus judicieux de se diriger vers les medjacks avant de se montrer ici, qu'est-ce que les coureurs étaient têtus. De ses yeux clairs elle l'observait, un silence pesant s'était instauré, elle ne trouvait pas un mot à dire. La jeune chercheuse ouvrit la bouche mais se tût. Sa timidité l'emporta et ne put continuer de le regarder quant à son tour il posa les yeux sur elle. Regardant d'abord ses pieds elle ajouta avant de retourner vers le comptoir. L'adolescente se sentait mal à l'aise face à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, elle devrait vraiment sortir d'ici un jour faire la connaissance d'autres blocards.

« Moi c'est Abigail, merci pour ceci.», ajouta-t-elle en agitant légèrement le scaralame.

La chercheuse rangeait les affaires traînant sur le meuble, croyant que le jeune homme allait s'en aller. Elle prit une pince, décortiquant la sorte d'insecte artificiel. N'entendant pas les pas de l'étranger, elle jeta un regard en arrière, il était bel et bien toujours là. Qu'est-ce qu'il faisait encore ici, posé sur un de ses appuis pour ne pas mettre du poids sur sa cheville. La jeune femme lui jeta un regard suspicieux, penchant légèrement la tête, replaçant une mèche rebelle derrière son oreille et réajustant sa couette, en attendant une quelconque réaction de la part du cher «kalis ».


Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 08/12/2014
Age : 19
Messages : 166
Points : 273
Localisation : Dans l'Bloc ._.
Emploi : Courir dans le labyrinthe ?



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageMer 18 Mar - 17:27

La jeune fille m'adresse un sourire timide auquel je ne peux m'empêcher de répondre.
« Tu es vraiment dans un sale état.»
Ce fut la première phrase qu'elle prononça après m'avoir regardé de haut en bas. J'hochai la tête en inspirant à mon tour un grand coup.
-Oui et ma cheville n'arrange pas les choses. j'ai eu de la chance.
Elle s'approcha de moi. Je la dévisageai comme j'avais l'habitude de le faire avec les inconnus. Elle était plus petite que moi, des cheveux et des yeux clairs. Je ne sais pas pourquoi mais je ressentais un sentiment étrange. Comme si dès que je l'avais vu, je m'étais senti obligé d'aller lui parler, comme si j'avais toujours ressenti ce sentiment de la protéger. Elle semblait mal à l'aise, ne parlant pas beaucoup aux autres blocards.
« Moi c'est Abigail, merci pour ceci.
Je souris et passai une main derrière ma nuque, gêné.
-Bah de rien écoute.
J'avais l'air minable dans cette allure. Sale et couvert de sang. La jeune fille se mit à ranger des affaires traînant un peu partout sur le meuble et se mit directement à examiner ma trouvaille. Elle me jetait des regards suspicieux, comme si elle attendait que je parte. Je m'appuya sur le mur pour avoir moins mal à ma cheville. Puis je m'approchai d'elle, doucement, pour ne pas la gêner dans son travail. J'observai ce qu'elle faisait, en silence.

-Tu es déjà allée dans le labyrinthe ?

Je posai sur elle des yeux clairs assombris par la peur et la douleur. Je ne l'avais jamais vue auparavant mais j'avais besoin d'en savoir plus sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMar 24 Mar - 0:39



Un étrange trouvaille.

feat Kalis Antoy






   
  À l'aide d'une pince, elle tentait d'ouvrir cet insecte repoussant. Le bruit des pas du jeune homme lui fit comprendre qu'il s'approchait d'elle. Il regardait par-dessus son épaule, Abigail tachait de continuer son travail tandis qu'elle sentait le regard de Kalis la dévorer. Après un long silence il se décida à prononcer une phrase. Elle secoua négativement la tête pour répondre à sa question. Le labyrinthe ? Cet endroit était regorgé de mystères, d'énigmes, elle s'était juré de le résoudre. Chaque seconde qu'il passait de plus ici signait l'arrêt de mort d'un des blocards. Peut-être que c'était la raison pour laquelle la blondinette avait décidé de devenir chercheuse et pas seulement parce qu'elle était plus futée que certains, non. L'adolescente voulait par-dessus tout s'enfuir, elle se sentait comme un oiseau en cage et ses désirs les plus profonds n'étaient que des rêves irréalisables. Jamais elle n'avait pensé aller dans le labyrinthe. La chercheuse n'avait en aucun cas les compétences, elle savait à peine se servir d'une arme. D'ailleurs il fallait sûrement qu'elle apprenne juste au cas où. Depuis son arrivée au bloc, elle était partagée entre fascination et peur. La jeune femme aurait aimée se retrouver seule là-bas mais elle aurait juste couru jusqu'à ne plus avoir de souffle, puis ensuite elle aurait attendu son triste sort. Elle admirait tellement ceux qui avaient plus de cran qu'elle n'en aurait jamais.

La musicienne stoppa net ses activités pour se retourner. Elle fit face au jeune brun, plantant son regard clair dans celui du jeune homme. Abigail était encore plus proche du jeune homme et malgré son malaise elle l'examina de plus près. Difficile de deviner quoique ce soit à propos de lui, additionnant le fait qu'elle ne sortait jamais du laboratoire, elle resta perplexe. La plupart des coureurs étaient prétentieux, lui n'avait pas l'air de ce type. Elle jugea son espace personnel réduit mais le comptoir derrière elle l'empêchait de reculer à nouveau, elle se glissa vers la droite avant de rajuster une fois de plus sa queue-de-cheval. Que faisait-il encore ici ? Cette question lui brûlait les lèvres. La jeune blonde garda le silence, s'il était venu chercher une quelconque discussion il avait choisi la mauvaise personne. Abi posa alors une question qu'elle avait toujours eu envie de poser aux personnes plus courageuses.

« Pourquoi es-tu devenu coureur ? »

Sa timidité refit surface peu après, une énorme vague déferla à l'intérieur de son estomac. Elle regretta presque sa question. La chercheuse n'était pas à l'aise avec les inconnus, mais si lui la déstabilisait comment allait-elle gérer si elle s'aventurait dehors ? Elle allait surmonter cela, maintenant assise sur une chaise, elle attendait la réponse du jeune brun.

Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 08/12/2014
Age : 19
Messages : 166
Points : 273
Localisation : Dans l'Bloc ._.
Emploi : Courir dans le labyrinthe ?



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageSam 28 Mar - 0:33

La jeune fille ne semblait pas très bavarde. Pas du tout bavarde à vrai dire. Je l'observai. A vrai dire, malgré qu'elle semblait solitaire et distante, elle me passionnai. Elle me contourna et partit s'asseoir sur une chaise non loin de là. Elle me fixa.

« Pourquoi es-tu devenu coureur ? »

Je m'adossai au buffet en la fixant toujours. je sentais qu'elle n'était pas à l'aise face aux inconnus, normal remarque. Personne n'est vraiment à l'aise face aux personnes qu'on ne connaît pas. On ne sait jamais sur qui on peut tomber. Surtout en ces temps et en ces lieux ou chaque personne pouvaient représenter une menace à notre survie à tous. Je souris en coin et fixai à présent le bout de scaralame qu'elle était en train d'étudier.

-Je n'aime pas être enfermé. Le Bloc est un endroit plutôt grand, c'est vrai mais j'ai tout de même toujours cette impression d'être compréssé dans une boîte minuscule sans issue. Alors même si c'est dangeureux et que je risque ma vie, le labyrinthe est comme...un moyen de m'échapper de cette cage. Au moins, hors du Bloc nous avons cette liberté de chercher une sortie et d'avoir cet espoir qui nous pousse à ne jamais nous arrêter.

Je me retourne de nouveau vers elle pour guetter ses réactions. Puis dans un sourire, je poursuis.

-On est tous dans la même galère. Le même bateau. Le bon comme le mauvais on le partage. Je sais pas comment nous sommes arrivés ici. Personne ne le sait. Si je suis devenu coureur c'est parceque je crois à une fin à ce cauchemar. Je crois qu'on va trouver la sortie. Je refuse de jouer au robot. Je suis déterminé à me libérer. En fait...Je m'en contre fiche des dangers que peuvent renfermer le labyrinthe. Je veux me battre. Jusqu'au bout.

Je sentais comme une flamme d'espoir brûler en moi. Je voulais me battre, oui, jusqu'au bout de mes limites. Je me sentais fort et déterminé et les créateurs de ce cauchemar n'étaient pour moi que des miettes. Oh bien sûr ! J'avais peur, très peur. Mais je transformais cette anxiété en force, j'en faisais un bouclier puissant. Je plantai mon regard clair dans celui de la jeune fille.

-Et toi ? Tu n'as jamais pensé à devenir coureuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSam 28 Mar - 2:56



Un étrange trouvaille.

feat Kalis Antoy






   
 Il parlait avec passion, il était emporté dans une vague d'espoir. L'espoir était la clé. Le jeune homme avait l'air si déterminé, une vive lueur traversa son regard. Kalis semblait courageux, prêt à mourir s'il le fallait. C'était respectueux, Abigail le toisait enviant son énergie. Elle sen sentait alors nulle assise sur ce fauteuil jour et nuit à examiner des échantillons de tout et n'importe quoi en espérant que cela aide. Tandis que certains mouraient dans ce labyrinthe pour tenter de trouver une vraie sortie. Baissant les yeux, elle soupira bruyamment pour relever la tête et faire face au regard du jeune brun. Quand il posa sa question, la jeune fille laissa un léger rire sarcastique s'échapper. 

« Moi, coureuse ? Tu m'as bien regardé . »

C'était assez comique, elle n'avait rien d'une fille de cette classe. L'adolescente n'était pas une personne sportive. Elle perdait généralement son sang-froid dans les pires situations et dans le feu de l'action elle n'arriverait pas à faire des choix. Mais c'était normal, il ne l'a connaissait pas. La jeune femme se leva de sa chaise, elle aurait aimé en savoir plus sur cet étranger. Retournant devant le plan de travail, continuant à écrire sur ce vieux carnet de recherches. La solitude était pesante mais pourtant la socialisation ne l'attirait pas pour autant. La blondinette se concentra à nouveau crispant les muscles de son visage. Le coureur avait l'air gentil, mais il fallait toujours se méfier. 

« Tu devrais aller voir les medjacks pour ta cheville avant que cela s'aggrave. »

Sa cheville était en piteux état et la chercheuse craignait que la plaie s'infecte lourdement. De toute façon elle ne voyait pas la raison pour laquelle il était toujours présent à ses côtés. Pourtant la jeune fille avait tant espéré depuis longtemps d'avoir quelques amis au bloc et pas seulement d'autres chercheurs. Juste avoir une place dans cette prison, se faire accepter. Elle se promit intérieurement que dès sa tâche accomplie elle irait se balader en s'accordant du répit.


Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 08/12/2014
Age : 19
Messages : 166
Points : 273
Localisation : Dans l'Bloc ._.
Emploi : Courir dans le labyrinthe ?



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageSam 28 Mar - 4:23

« Moi, coureuse ? Tu m'as bien regardé . »

Je la fixai. Elle semblait à présent tendue. Je voyais son visage se crisper tandis qu'elle se levai pour se remettre au travail. Elle semblait se demander ce que je faisais encore là alors que je devrais plutôt aller voir les medjacks pour me soigner. J'en sais rien, je me sentais bien là avec elle, à parler. Un peu de calme ne fait du mal à personne.

« Tu devrais aller voir les medjacks pour ta cheville avant que cela s'aggrave. »

Je souriai et rigolai doucement avant de m'approcher de nouveau à côté d'elle et d'obserser ce qu'elle faisait. Je la dévisageai tandis qu'elle étudiait ma pièce trouvée, toujours avec ce petit sourire au coin des lèvres.

-Tu n'aimes pas parler avec les autres c'est ca ? Tu préfère la solitude ?

Je passai une main derrière ma nuque, guettant ses réactions, ne savant pas comment elle allait réagir. Je souriai toujours, un sourire rassurant, pour lui montrer que je ne lui voulais aucun mal mais c'était juste histoire de faire causette pour se changer les idées. Mais si elle préferait rester seule et travailler en paix, je comprendrais parfaitement, il suffit juste qu'elle me le dise.

-'Fin...Tu vas me dire, moi aussi j'aime être seul. La foule, faire la fête tous les soirs, c'est génial mais ça fait toujours du bien d'être seul, loin de tous juste question de méditer un peu.

J'avais les yeux fixés sur le bout de scaralame. Un léger soupir m'échappa puis je posai de nouveau mes yeux sur la jeune fille, avec un sourire, comme toujours. Je la dévisageai une fois encore, je voulais toujours en savoir plus sur les autres. Et puis là, je souriai encore plus. Je levai légèrement une main, hésitant, puis replaça une des mèches blondes rebelles, derrière l'oreille de la jeune fille, d'un geste doux et tranquille. Puis je baissai ma main, repoussa quelques obejts qui traînaient ici et là et m'assis sur le plan de travail, faisant attention à ne rien casser, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSam 18 Avr - 14:12



Un étrange trouvaille.

feat Kalis Antoy






   
   Abigail acquiesça aux paroles du jeune brun, toujours silencieuse. Les paroles de la jeune femme n'apporteraient rien de plus. Continuant dans sa frénésie de concentration elle fut coupée dans son élan quand l'adolescent replaça une de ses mèches derrière son oreille. Elle bloqua, fixant le sol puis relevant les yeux vers Kalis. Ses lèvres déjà rosies prirent une teinte encore plus foncées. Ce doux avait renfoncé la jeune fille dans son malaise pourtant elle se sentait tellement bête d'avoir rougi pour si peu. Il se trouvait surélevé par rapport à la jolie blonde, elle sentait son regard brûler sa peau. Elle inspira une grande bouffée d'air lançant quelques regards suspicieux au jeune homme. Qu'attendait-il vraiment ? La chercheuse ne le connaissait pas, ne savait rien de lui, d'ailleurs vice-versa. Et elle doutait qu'il veuille en savoir plus sur sa misérable personne. Rangeant son travail elle ôta ses lunettes, les posa sur le comptoir. Cette situation ambiguë était étrange. La jeune femme ria doucement, c'était tellement ridicule. Elle s'adressa directement au coureur.

« Arrêtes de jouer les singes, surtout avec ta cheville et suis-moi. »

Il était têtu et n'avait pas l'air décidé. Abigail déposa sa longue blouse blanche sur une porte manteau dévoilant son débardeur gris délavé. Elle disposa tout à sa place classant certains échantillons trop importants pour les laisser à la vue de tous et les plaça sous clef. Le jeune homme l'intriguait mais sa cheville allait s'infecter.

«Je vais t'emmener voir les medjacks puisque tu ne sembles pas motivé à y aller. Une fois que tu seras guéri et remis sur pieds tu pourras faire ce que bon te semble. Et qui sait si nos chemins se croiseront encore une fois ? »

La blondinette en était sûre, elle reverrait Kalis, c'était une sorte d'intuition peut être même une promesse qu'elle se fit intérieurement. Une chose semblait certaine il était complètement inconscient et si sa cheville s'infectait il ne devrait s'en prendre qu'à lui-même. Avant de partir, elle attendait une quelconque réaction passée sur son visage.

Revenir en haut Aller en bas




Membre
avatar


Date d'inscription : 08/12/2014
Age : 19
Messages : 166
Points : 273
Localisation : Dans l'Bloc ._.
Emploi : Courir dans le labyrinthe ?



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




MessageLun 20 Avr - 13:17

« Arrêtes de jouer les singes, surtout avec ta cheville et suis-moi. »


La jeune fille déposa sa blouse sur un porte manteau tout proche. Je suivai chaque mouvements tandis qu'elle rangeait certaines choses à leur place. Je ne la lachai pas du regard, souriant de temps à autre, l'air amusé de la voir s'affairer autant autour de son travail. Je me demandai s'il lui arrivait de prendre des pauses.

«Je vais t'emmener voir les medjacks puisque tu ne sembles pas motivé à y aller. Une fois que tu seras guéri et remis sur pieds tu pourras faire ce que bon te semble. Et qui sait si nos chemins se croiseront encore une fois ? »

Je soupirai. En général, ce genre de phrases ne me plaisaient pas. Elles pouvaient signifier qu'on ne reverrait jamais la personne ou seulement dans très longtemps.Comprenant qu'il était pour moi le moment de partir, je me dirigeais vers la sortie en boitant, m'accrochant aux armoires et autres supports autour de moi. Arrivé à la sortie, j'hésitai et posa une main sur la poignée de la porte sans la tourner. Je pivotai doucement vers la jeune fille. Mon regard croisa le sien et je me mis à la fixer intensément.

-Si tu en a l'occasion...Viens me voir au bloc. Ca me ferait très plaisir. Ne reste pas enfermer ou tu vas tomber malade à force de travailler autant.

Je n'ajoutai rien de plus. Ca n'était pas la peine. Je n'attendais pas de réponse. J'espérai juste la revoir dans un futur proche même si je n'avais pas la moindre idée de ce qu'elle ressentait vis à vis de cette proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


Une étrange trouvaille (Abigail Johnson- Kalis Antoy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une étrange trouvaille (Abigail Johnson- Kalis Antoy)
» Présentation de Kalis Antoy (Finie)
» Kalis Antoy
» Présentation de Kalis Antoy [Validée]
» Un bien étrange rêve...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-