Partagez

La Tranformation de l'enfer [Isaac ft. Isaline] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 22 Avr - 18:26

Premier souvenir


Isaac ft. Isaline [Libre]

   
 
Je ne savais plus vraiment où j'étais. Je traînais des pieds sans vraiment m'accrocher à la personne qui me portait. Tout était flou et j'entendais mes gémissements de douleur me déchirer les tympans. Un cauchemar. Un enfer. J'avais vraiment l'impression de brûler. Où m'emmenait-on ? Je ne parvenais pas vraiment à penser, seule la douleur, ce véritable brasier qui me déchirait le dos me tenait éveillé. J'hurlai. Encore et encore elle me lançait. J'allais encore m'évanouir, je sentais le noir revenir. Défaillir. Les formes que je distinguais s'illuminaient. Était-ce cela le paradis ? Non. La douleur. J'avais mal. Mal. Pourvu que le noir m'emporte... là je ne sentirais plus rien. J'allais mourir. Mourir dans les bras d'un inconnu ou d'une inconnue. Je ne pensais pas que tout allait être si horrible. Mon rythme cardiaque semblait diminué tandis que mon corps semblait avancer un peu plus vite. Urgence. Quelque chose se resserra autour de ma taille. Grand éclair. Je ne sentis plus rien à part une grande baignoire de glaçons géants qui se déversaient sur ma peau à feu et à sang. Une avalanche de peine et d'horreurs. Bientôt j'haletai. Je ne pouvais même plus respirer. Non ! Je suffoquais. M'attaquait-on ? Je me tordais dans tous les sens, je voulais tomber au sol et me rouler dans la terre. Atténuer le feu ! Il le fallait ! Mes paupières s'ouvrirent et se refermèrent aussitôt. La main qui m'avait serré m'avait prise trop forte. Stoppé. Je ne bougeais plus. Étais-je arrivé à destination ? Mon cri se perdit dans ma bouche. La force me quittait et la peine s'intensifiait. Elle surgit d'un seul coup encore plus fort et m'asséna un énorme coup de poignard dans la colonne vertébrale. Je vis du noir.

* * *

Les yeux fermés je rêvais. Où étais-je ? Mes paupières s'entrouvrirent et un sourire se dessina sur mes lèvres. Je me redressais et vis un petit visage d'enfant devant le miroir qui m'était tendu. Mes doigts se portèrent à mon nouveau visage. "Isaac, mon chéri" disait la voix. Avec joie, je sautais dans les bras de la femme. Plus de douleur. Une chaleur dans mon estomac s'installait. C'était agréable. Le réconfort. Ma joue allait chercher son épaule. Je n'étais pas très vieux, encore un petit garçon. Un petit garçon sensible, vulnérable. Ici, j'étais en sécurité. Rien ne pouvait m'arriver. L'amour qui m'était donné était si fort que toute la pièce était chaude de bonheur. Tout allait si bien dans le meilleur des mondes. La femme me caressait les cheveux et me prit dans ses bras. Je resserrais mon emprise autour de sa taille. Elle sentait bon et son odeur envahissait mes narines. Un rêve. Mon premier souvenir.

* * *

Je me tordais de douleur et je continuais d'hurler. J'avais eu quelques secondes, minutes ou heures de répit, je ne savais pas très bien, mais m'avait on guéri ? Qui était donc la dame que j'avais vu ? Mes cris résonnaient dans ma tête et je vis les bras grands ouverts de la dame. C'était ma mère. Maintenant je le savais. Des larmes coulèrent de mes yeux. Dormais-je ou bien étais-je éveillé ? Je ne le savais pas. Seul les spectateurs autour de moi pouvaient le savoir. Moi ? J'étais dans une transe impossible à définir. Je baignai entre mon enfer et mon paradis.

   


   
©Morphine

   

___________________________________






 


Dernière édition par Isaac Welligton le Mar 28 Avr - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 23 Avr - 11:47

C'était une journée normale, la routine. J'enfilais donc ma blouse et recommençais inlassablement l'inventaire du matériel. A part quelques plaies, je n'avais pas grand chose à faire. C'est une bonne nouvelle non ? Pas d'inquiétude à se faire, de remords, de personne à rassurer. Je ne sais pas si je tiendrai jusqu'à la sortie, s'il y en a une. Tous les jours, attendre l'arrivée des coureurs afin de voir si ils ont ou non trouver une sortie qui n'arrive pas. A ce moment là l'impression d'être inutile pour les autres est omniprésente. Parfois j'ai envie de tout arrêter car au fond de moi, j'ai vraiment l'impression que nous sommes déjà tous condamnés. Adolescents perdus dans un monde vaincu. Pourtant il faut que j'arrêtes avec toutes ces pensées aussi noires les unes que les autres avant de ne plus m'en sortir. Je soupirais longuement avant de me redresser et de reprendre mon éternel faux sourire. Des cris se faisaient entendre de dehors. Je sortis donc afin de m'assurer que tout le monde allait bien. Ce n'était pourtant pas le cas. Je m'empressais donc de rentrer afin d'aller chercher le matériel qu'il fallait. Pendant ce temps la matonne des coureurs entra dans l'infirmerie pour installer les deux malheureux. Je reviens très rapidement et m'occupais tout d'abord de Clare. Je la connaissais de vue, c'est une trappeuse. J'insérais la piqûre dans son bras avant de la regarder se tordre de douleur. Je remis une mèches de ses cheveux en place et grimaçais. Je n'aimais pas voir les gens souffrir. C'est bien pour ça que j'ai voulu faire Medjacks : aider. Je me dirigeais donc vers le garçon. Lui, se tordait encore plus de douleur. Je fis de même qu'avec l'autre malheureuse. Cette dernière se détendait un peu. Je regardais le garçon et vit ses larmes que j'essuyais rapidement. Je m'assis ensuite à côté en attendant que le remède fasse bien effet. J'étais inquiète. Ce genre de blessure était rare mais pouvait malheureusement être mortelle. Isaac, à ce que je crois savoir de lui, était dans un état semi-comateux alors que sa collègue avait l'air d'aller un peu mieux. Je m'assis donc et je continua à les observer oubliant tout ce à quoi je pensais auparavant. Je n'étais là que depuis un mois mais la perte d'un blocard serait pour moi une atroce souffrance. Nous sommes tous unis dans ce pétrin, et peu importe si je les connaissais ou non mais c'est deux là ne devraient pas mourir. Je me fis la promesse de veiller sur eux, jour et nuit, s'il le fallait, jusqu'à être sûre qu'ils aillent mieux.


Dernière édition par Isaline Sangster le Jeu 23 Avr - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 23 Avr - 12:46

Bienvenue en enfer


Isaac ft. Isaline [Libre]


La douce mélodie résonna dans mes oreilles. Où avais-je encore atterri ? Une grande chaleur me traversa le corps tout entier. Le soleil venait de me réchauffer avec l'un de ses rayons. Ce n'était pas une brûlure non mais quelque chose d'autre. Que m'arrivait-il ? Ce fut comme si un pic me traversa le bras. Si j'avais encore eu la force de grimacer je l'aurais sans doute fait, mais je me laissais aller. J'avais vu du noir et désormais je remontais à la surface petit à petit. Je voulais que mes bras se hissent vers le haut, je voulais nager, atteindre la surface pour pouvoir respirer. Reprendre mon souffle et pouvoir crier victoire. Mais là tout était différent. La piqûre qui traversait ma peau commençait à entrer bien trop profondément. Une sensation familière, c'était certain. Si certain que dans ma semi-conscience je savais que je ne l'aimais pas. D'ordinaire je pouvais même dire qu'elle me faisait peur. Mais qu'était-ce cette petite peine à côté de la plus grande que je ressentais ? Rien. Une aiguille dans une botte de foin, une poussière dans l'univers, rien. Absolument rien. Mes yeux voulurent s'ouvrir, je désirais voir un visage qui pourrait me rassurer. Allais-je mourir ? Mes tremblements avaient cessé pour le moment je pouvais le sentir, mais ma respiration continuait à se faire saccadée. Tout à coup quelque chose me secoua violemment. Un éclair me frappa en pleine poitrine. Des bribes. Un souvenir. Il ne voulait pas venir et je me mis à me tortiller encore une fois, je voulais savoir ce que c'était, mais la douleur était forte. Avais-je reçu le remède ? Probablement puise que je l'avais senti. L'on m'avait toujours dit que ce dernier n'atténuait pas la peine, il enlevait juste la menace de mort.

J'eus soudainement l'impression de tomber de plusieurs étages. Ma tête se mit à voir plein de choses, pleins d'images comme un film que l'on aurait accéléré. Elles déchiraient mon crâne et je luttai pour me libérer de leurs emprise. J'entamai une lutte infernale avec mon esprit qui ne voulait pas se taire. Ma blessure dans mon dos. Elle me brûlait. Était-elle infectée ? Avait-elle été nettoyée et bandeée? Rien ne me laissait revenir à la réalité à présent. Le souvenir de ma blessure s'évanouit avec ma souffrance. L'éclair avait de nouveau frappé cette fois-ci encore plus fort que le précédent. Le petit garçon, cette fois-ci devenait grand tendait ses mains vers une jeune fille brune. Un visage familier. Il m'inquiétait, je ne l'aimais pas, mais pourtant ici toute haine s'était évaporée pour se remplacer en un bonheur débordant d'amour. Elle souriait tandis que le jeune homme riait. Un son cristallin sortit et toux deux se serrèrent dans les bras. ''Always and forever'' résonnèrent les mots dans ma tête. Je connaissais la fille, mais je ne retrouvais plus son prénom. Pourtant elle était ici. La chaleur revenait, j'avais envie de trembler , j'allais tomber en avant. Puis pendant une fraction de seconde je compris que cela venait aussi de mon estomac. L'éclair lui avait donné un grand coup à lui aussi. Ma poitrine. Quelque chose forçait dessus. Ma respiration se coupa presque net. J'étouffais. Soudainement, j'ouvris les yeux, violemment de retour à la réalité, je me relevai brusquement, dans un énorme bond, paniqué, mon estomac se retourna avec violence tandis que la tête me tournait aussi. Était-ce le produit qui m'infligeait cette peine ? Mon corps ne supportait-il pas quelque chose ? En tout cas, j'allais vomir.



©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 23 Avr - 14:02

Des cris commencèrent à résonner. Le remède de Clare faisait déjà effet, des souvenirs lui revenaient. On pouvait le voir sur son visage. Je m'approchais donc d'elle et prit sa main en attendant qu'il fasse aussi effet sur son camarade. Je sentais qu'elle souffrait car elle serrait de plus en plus fort ma main. Soudain, la trappeuse se réveilla doucement tout en regardant autour d'elle, déstabilisée par ce changement d'environnement. Je crois qu'elle était épuisée car peu après elle se recoucha et s'endormit presque directement. Je la laissais donc aller pour m'approcher d'Isaac qui débutait sa transformation. Il réagit de la même façon que sa collègue, peut être même un peu plus violemment et je veillai donc sur lui de la même manière afin de m'assurer que tout se passera bien. Il se passe longtemps, je crois. Je ne bougeai pas et restais là en me levant parfois. Ce qu'il voyait devait être dur, sûrement le coureur revoyait ses souvenirs. J’espérais en avoir, moi aussi, l'occasion un jour. Au final, je ne savais pas vraiment. Peut être que l'ignorance est moins dur à accepter que la vérité ? Pas sûr. Mais se souvenir seulement de son prénom est assez frustrant. On a l'impression d'être des bêtes de foires et que chacun a son prénom afin de pouvoir nous distinguer les uns des autres. Des pions, voilà ce qu'on était pour le WICKED, de simple pions dans leur petit jeux. Pourtant, je ne veux pas l'être et je ne le serai jamais Soudain, je sortis de mes pensées. Il commençait à se réveiller, je le sentais. Je me levais donc soulagée pour lui, et en même temps anxieuse de ses futures réactions. Il ne se sentait pas bien. Anticipant sa future réaction, je partis à la réserve. Je cherchais un seau ou un récipient, ça ferais l'affaire. J'en trouvais enfin un et retournais dans la pièce au moment où Isaac se réveillait. Je me dirigea vers lui tout en vérifiant si Clare dormait toujours. C'était d'ailleurs le cas. Je posa le petit seau sur le bord de son lit avant de lui laisser reprendre ses esprits. Il ouvrit les yeux et je lui tendis le seau afin d'éviter une catastrophe. Je luis souris et le regarda beaucoup moins inquiète qu'avant pour lui. Il s'en sortirait. Après tout, c'était un coureur, il était fort. On devait tous l'être ici. Sinon nous ne sortirons jamais vivants.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 23 Avr - 17:19

Les traîtres


Isaac ft. Isaline [Libre]

 
 
Tout m'incendiait. Je me penchai en avant, soudainement prit d'une violente nausée. Je venais de sortir de mon inconscience ou de mon sommeil, je n'en savais trop rien. Au même moment, je vis une forme courir vers moi. Tout était encore flou et mes yeux avaient un mal fou à s'adapter. Le moindre mouvement et je sentais encore mon dos se déchirer en milles morceaux. Je remarquais que j'étais encore habillé, personne ne m'avait retiré mes vêtements usés et tâchés de sang. La personne en face de moi s'arrêta et un coup me fut donné dans mon estomac. Cette fois-ci il me fut fatal, car je me mis à vomir. La tête me tournait et me tentai de m'accrocher à quelque chose, n'importe quelle prise que mes mains pouvaient trouver. Si j'en devinai le contact l'on m'avait donné un seau. Mon estomac me faisait un mal fou et ma poitrine semblait se tordre dans tous les sens. L'on était en train de me bombarder. La douleur ne cessait de s’amplifier lorsque je tentais de lutter. Je me sentais encore plus faible et lorsque les nausées s'arrêtèrent enfin je retombai lourdement sur le lit, probablement dégoulinant de sueur. J'avais chaud, ma peau était probablement cramoisie, mais pourtant je parvenais à grelotter. Mes doigts essayèrent de retirer ma chemise de coureur, mais en vain. Mes mains trop faibles abandonnèrent le tissu pour atterrir sur le lit de nouveau. Je fermai les yeux afin de calmer mes vertiges. La pièce qui auparavant tournait dans tous les sens semblait s'être stabilisée. Ma tête retomba sur le côté et je vis enfin le visage que je cherchais. Clare. Ma trappeuse que je détestais. La fille de mon souvenir. Je ne comprenais pas. Comment pouvais-je l'aimer et la détester à la fois ? Faisait-elle partie de mon passé ? Apparemment oui. Une autre image se secoua. Cette fois-ci ce ne fut pas Clare que je vis, mais ce fut plusieurs visages à la fois qui défilait. J'entendis de la musique, un jeune homme jouait du piano dans une grande maison et des gens claquèrent la porte. Les envahisseurs. Je m'affolai. Ces gens-là étaient issus d'une société appelée WICKED. '' La fin du monde'' ' Des Expériences'' '' Un labyrinthe et de l'espoir''. Les mots résonnèrent et tapèrent dans mon crâne avec violence.

- TRAITRES !!!, hurlais-je.

L'avais-je hurlé en réalité ? En tous les cas j'avais senti ma gorge me brûler et ma poitrine se soulever. Ma colère resurgissait plus destructrice que jamais. Je voulais me lever et aller tous les buter. J'avais compris. Toutes ces images étaient en train de me révéler notre présence ici. Les responsables. Je venais de voir leur visage. Une fin du monde. Un espoir. Nous. Je me tortillais encore de douleur, tout à fait incontrôlable. Je n'étais plus maître de mes membres. Me touchait-on ? M'arrêtais-on ? Je ne sentais plus rien à part cette haine. Étaient-ils en train de me faire ça à distance ces horribles personnes ?

- ARRÊTEZ ARRÊTEZ !!!, hurlais-je de nouveau comme un fou à m'en percer les cordes vocales.

Les larmes dégoulinaient à une vitesse incroyable le long de mes joues et mes sanglots plus  bruyants que jamais me faisaient tressauter. J'étais totalement incapable de m'arrêter. Je ne me sentais plus en sécurité. Où était-donc passé la dame qui m'avait serré dans les bras ? Je l'avais vu pleurer en me retenant par la main. Elle n'avait pas voulu me voir partir. Et pour elle avait échoué. Elle avait juré me protéger, je l'avais entendu, oui je l'avais entendu et pourtant elle n'était plus là ! Plus là pour moi ! Elle m'avait abandonné à ces monstres ! Abandonné à ces monstres ! Je l'aimais et elle m'aimait, mais elle ne m'avait pas retenu ! Il n'y avait personne. Je pouvais gueuler autant que je voulais, mais personne ne pourrait subir la même peine que moi. Je me trouvais dans différents lieux à la fois. Blotti dans les bras de ma mère, prisonnier des monstres, envoyé en enfer, assis par terre en train de pleurer mon chagrin, mais où étais-je en réalité ? Je n'arrivais pas à retrouver l'endroit. Je n'arrivais pas à me retrouver moi-même. Bon sang, mais où étais-je ? J'étais perdu.

 


 
©Morphine

 

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageJeu 23 Avr - 20:00

Une fois qu'Isaac n'eut plus besoin du recipient, je le déposais près du lit au cas où nous en aurions de nouveau besoin. Je partis quelques secondes afin d'aller chercher un tissu humidifié. J'épongeais plusieurs fois son visage afin d'y retirer toute la sueur qu'il avait accumulé dans la journée entre son travail et la transformation. Je le vis entrain de se débattre avec sa chemise. Sans plus attendre, je la lui retirait et la mit de côté. Elle était couverte de sang, et ce n'était pas très hygiénique. Je retira à mon tour ma blouse en voyant que le malheureux grelotter.Je la déposa donc sur ses épaules.  Soudain, il se mit à crier. Contre qui ? Je supposais qu'il en avait après les personnes qu'ils voyaient lors de ses souvenirs. Il commença à se tortiller avec un visage marqué par le colère. J'essayais donc de le maintenir immobile, en vain. Sa collègue, Clare, semblait paisible, elle. J'arrêtais de l'observer quand le coureur se remit à crier. Des larmes coulèrent à flots et je m'empressais donc de lui en débarrasser. Pourtant, il continua à pleurer. Je repris le morceau de tissu et lui essuya de nouveau le visage. J'arrêta voyant l'inutilité de mes gestes. A quoi pensait il ? Ces souvenirs n'avaient pas l'air heureux. A moins qu'au contraire ces moments lui manquaient ? Hésitante et perdue dans mes pensées, je pris sa chemise et la déposa dans un bac rempli d'eau pour la nettoyer. Une fois effectué, je m'assis sur une chaise veillant sur lui, toujours inquiète. Il avait l'air d'aller mieux, un peu. Comparé à son état en arrivant c'était mieux. Je me permis d'aller voir sa camarade, Clare, qui elle dormait paisiblement. Je retournais donc à son chevet. Il pleurait encore et encore. Je remis ses cheveux en place attendant qu'il se reveille. Je resterai là des heures, s'il le fallait. Je partirai quand je serai sûre qu'il sera sorti d'affaires. Quand on est tous dans la même galère, nous sommes bien obligés de se soutenir non ? Dans ce cas c'était logique. Ce pauvre gars, n'avait rien demandé lui non plus. Je soupirais longuement avant de me lever pour parcourir la salle de long en large. Lassée je m'assis en tailleur sur ma chaise afin de m'assurer que tout irait bien. Il avait intérêt à l'être d'ailleurs. Je m'adossais donc sur le dossier de ma chaise en attendant patiemment son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageVen 24 Avr - 16:13

Des coeurs et des sourires


Isaac ft. Isaline [Libre]

 
Le froid me glaçait à présent la peau. Je fus couvert par quelque chose. Le contact avec ma peau était agréable et apaisant. Mes larmes coulaient et des doigts tièdes les essuyait tandis que je continuais à sangloter. Les envahisseurs continuaient à marcher vers moi pour m'arracher aux bras de ceux que j'aimais le plus. Souvenir douloureux. Puis tout changea. Le rythme de ma respiration de stabilisa lorsque les images furent plus plaisantes. Bien évidemment rien que le fait d'avoir des bribes qui traversaient mon crâne j'avais l'impression que le fer me brûlait à chaud. Si fort que mes doigts serrèrent autour de quelque chose. L'eau coulait sur mon visage et je me mis à sourire. Le frais me procurait un bonheur si intense et je me revoyais dans les bras d'une jeune fille. Une jolie brune que je connaissais. Allya. Oui c'était Allya sans aucun doute. Nos deux corps se rapprochaient dangereusement. Nos respirations cette fois-ci s'accéléraient tandis que nos regards se croisaient. Nos sourires et nos envies devenaient à présent plus fort, plus intense. Nos corps se mêlèrent ensemble pour ne former plus qu'un. La fille retirait mon tee-shirt brusquement, mes mains caressaient ses hanches et je murmurais son prénom. Nos lèvres butinaient celle de l'autre avec toujours plus d'entrain, plus de passion. Soudainement la scène bascula. Le décor lui restait le même. Un jeune homme blond passait ses mains sur ma taille et m'attirait à lui. Je me penchais en avant pour l'embrasser à mon tour, heureux. La porte claqua et je sursautais. Mon cœur battit plus fort que jamais. Un gouffre s'offrit à moi. Le noir. Le noir complet. Où était donc passé mes souvenirs ?

Mes paupières s'entrouvrirent. Une jeune femme blonde assise près de moi me souriait. J'étais en train de lui écraser les doigts. J'avais mal. Mon dos me lançait. Était-ce donc ça la réalité ? Je tentais de remuer mes lèvres, mais tout ce qui en sortit fut un son presque inaudible. Trop faible. Tous ces souvenirs me rendaient complètement K.O. Ce que j'avais vu me déroutais. Je ne parvenais pas vraiment à réfléchir, mais tout ces gens, toutes ces personnes de mon passé étaient là quelque part peut-être en train de m'attendre. Allya. Elle était ici au bloc, mais le garçon ? Non, lui était pas ici. Qui était-ce ? Pourquoi mes souvenirs étaient-ils que limité ? Pourquoi n'y arrivais-je pas ? Je voulais voir la suite et mes doigts resserrèrent leur emprise autour de ceux de la jeune fille. Cette fois-ci j'étais éveillé. Je tournais ma tête sur le côté pour y découvrir Clare. Ma trappeuse. Oui, elle était ici et je l'avais déjà vu tout à l'heure. Je m'étais déjà retourné vers elle, je perdais la tête. Pourtant, les souvenirs ne voulurent pas me lâcher. Je savais que ce n'était que le début. J'en avais vu des jeunes blocards subirent ce que j'étais en train de traverser. L'on pensait qu'ils allaient mieux et puis cela repartait pour des heures et encore des heures de souffrance. Face à un tableau, je réfléchissais. Dans une rue, je courais. Une si belle ville. Des bâtiments si vieux et si hauts... tout le monde l'appelaient Londres. Mon enfance. Tous mes souvenirs. Je savais que mon passé y était enterré. Des regards. De l'admiration. De la fierté. Des amis. De la tristesse. Des cœurs brisés. Une victoire. Du soleil et de la pluie. Tout défilaient et mes yeux se fermèrent, mon corps luttait contre la violence des images qui devenaient toujours de plus en plus forte. Je me raidissais toujours un peu plus éprouvant de la peine devant chaque souvenir.




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageVen 24 Avr - 18:44

J'étais toujours sur ma chaise, pleine d'espoir pour lui. Il s'en sortirait. Il lui faudrait peut être du temps mais j'en suis presque certaine. Soudain, il se réveilla. Je le sentis avec la pression qu'il avait sur ma main. Je la retira donc en douceur avant de me lever. Je portais alors ma main à ma bouche. Comment n'avais pas pû voir ça avant ? Une tache de sang était entendu derrière lui sur son lit. Je m'en voulais tellement. Il recommençait à repartir dans ses souvenirs. Je soupirais une fois avant d'agir. Je pris ses épaules entre mes mains et le retourna le plus délicatement possible. Il n'était pas encore vraiment remis et n'opposa aucune résistance. Je le mis donc sur le ventre avant de retirer ma blouse, couverte de sang elle aussi. Je vis alors sa blessure, ouverte, elle continuait de saigner parcourant tout le long de son dos. Paniquée et méprisante envers moi même, je partis chercher le matériel dont j'avais besoin. Je reviens au plus vite et lui inséra une nouvelle piqûre dans le bras afin qu'il ne ressente aucune douleur. Puis je commençais par nettoyer sa blessure afin d'éviter une infection. Je pris plusieurs tissus et les plongea dans une bassine avant de les placer sur son dos. Je fis au mieux et une fois cette première tâche effectué, je parcourus la longueur de sa blessure avec mes doigts. J'allai devoir le recoudre. Je n'aimais pas ça. Généralement même avec l'anesthésiant il allait souffir un peu. Je pris donc le fil et l'aiguille en souffant un bon coup...et je commença. Lentement puis au fur et à mesure en peu plus sûre de moi. J'effectua ainsi ma tâche tout le long de sa blessure. Je m'étais assuré qu'il ne saignait plus avant de le faire et heureusement c'était le cas. Mais ça ne devait pas faire longtemps. Une fois sa blessure soignée, je le retourna une dernière fois pour le remettre comme avant et me pencha près de son oreille afin de lui murmurer d'un léger souffle, un désolé. Je me redressais et partis lui chercher une couverture, il grelottait encore. Je la déposa sur lui et m'assit de nouveau à ses cotés en glissant ma main dans la sienne. Je m'en voulais tellement. Quelle idiote, j'avais été. Comment avais je pu ne pas le voir avant ? Erreur impardonnable. Je m'en voulais tellement. Pourvu qu'il aille mieux. Isaline qu'à tu donc fais ? Cette question me passa inlassablement dans l'esprit, sans en sortir.

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 25 Avr - 10:28

Monstres


Isaac ft. Isaline [Libre]


Je basculai. Je sentis que l'on me bougeait et je ne résistai pas, je n'en avais pas la force. Quand est-ce que cet enfer allait s'arrêter. Le liquide qui parcourait mon corps me fit frissonner. Je ne l'aimais pas beaucoup et je pouvais deviner ce que c'était. Pourquoi ne s'était-il donc pas stopper ? Depuis combien de temps étais-je là ? Je me sentis défaillir, rien qu'à la vue de mon propre sang. J'avais envie de manger quelque chose, mais pourtant rien que le fait d'y penser les hauts le cœur me virent. Non il ne fallait pas que j'y pense. Des doigts frais parcoururent ma peau et je fermai les yeux. "Allya...'', murmurai-je en un souffle. J'avais déjà ressenti cette chaleur à l'intérieur de mon corps, ce désir si agréable et si intense, mais cette fois-ci ce n'était qu'un murmure désespéré. La peine prenait bien le dessus et laissait le désir quasi-inexistant. Puis, je me vis, allongé sur une sorte de table avec plein de monstres autour de moi. J'avais peur et je voulais m'enfuir , mais je ne pouvais pas. Ils allaient me faire disparaître à jamais. La première dame approcha une seringue et la portait à mon bras. Je n'aimais pas ça et je leur criais d'aller se faire voir et de me laisser tranquille. J'avais compris ce qu'il allait m'arriver, dans ma semi-conscience j'avais saisi quelques mots. Je compris aussi que cet affreux instant était également mon dernier souvenir. Deux hommes sautèrent sur moi pour me tenir fortement les poignets et les chevilles tandis que l'autre femme m'endormait avec sa piqûre. C'était la fin. Le noir s'offrit à moi et ce fut la fin. La fin du vrai Isaac. Mon dernier souvenir.

Je sentis quelque chose me piquer le bras et je commençais à paniquer intérieurement. Était-on en train de me le refaire ? Sur le ventre je ne pouvais pas espérer bouger, j'étais bloqué par la douleur. Bientôt, je sentis quelque chose transpercer ma peau encore et encore. Cela ne me faisait pas si mal que ça, sans doute m'avait-on injecté un anesthésiant, mais c'était si désagréable. La panique ne cessait de resurgir, je ne voulais pas voir le noir encore une fois, je ne voulais pas que l'on me laisse disparaître. Et puis ce fut le drame. Mon souffle se coupa net, les étoiles me dansèrent devant les yeux, des larmes coulèrent, je suffoquais complètement alarmé.. Crise de panique ? Cela ne mettait jamais arrivé. Je n'allais pas les laisser me reprendre encore d'autres souvenirs ! Jamais ! Le feu recommençait à brûler et ma vengeance voulait se faire entendre. Ces idiots allaient me le payer ! Comment combattre ma faiblesse ? Comment me relever ? Je puisais alors dans mon esprit et pas dans mes forces, instinct de survire. Tout à coup, je poussai sur mes pieds et me redressai d'un bond. Le flou était encore là, mais je voyais une femme, une femme cela me suffisait à continuer. Je poussai un cri, un fracas retentit sur le sol et perça mes tympans, mais en même temps j'hurlai de douleur. Quelque chose s'était planté dans ma chair profondément. Sans doute avais-je perturbé ce que ce monstre était en train de me faire.

- Je vous laisserai pas le refaire, jamais tu m'entends JAMAIS !!! , hurlais-je.

Je me débattis de l'emprise inconnue et lui sautai au cou et de mes mains faibles, je plaçai mes mains autour de son cou et forçai. Je voulais l'étrangler. Vengeance.




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageSam 25 Avr - 14:21

Toujours en plein travail, je continuais à le soigner. Soudain, je sursautais par surprise. Isaac reprenait conscience. J'avais peut être fais une erreur ? Je n'eus pas le temps de me questionner que celui se levait et m'empoignait par la gorge. Malgré sa faible récupération, il restait plus fort que moi.

- Je vous laisserai pas le refaire, jamais tu m'entends JAMAIS ! hurla t'il.

J'essayais alors de me débattre tout en reprenant faiblement ma respiration. Que lui prenait-il ? Allait-il devenir fou comme tout ceux qui subissent la transformation ? Allais je mourir aujourd'hui de ses mains ? Tout ça ne pouvait pas se finir come ça ? Si  ? J'allais finir entre les mains de ce garçon ? Je savais que je ne m'aimais pas la vie au Bloc, que plusieurs fois j'ai rêvé d'en finir. Mais je ne suis pas prête ! Alors...le WICKED avait réussi. Il parvenait à nous rendre fous et à nous entretuer les uns, les autres. Mais pourquoi ? Quel est le but de tout ça ? Et si, d'ailleurs ça ne rimait à rien ? Si tout ça était juste un jeu ? Un stupide jeu. Sans que nous n'ayons notre mot à dire. Ils nous contrôlent et font ce qu'ils veulent de nous après tout.  Est ce qu'une seule fois on nous laissera agir nous mêmes ou est-ce que tout ce qui se passe ici est prévue et planifié ? Au final, la question que nous devons nous poser est la suivante : sommes nous encore en vie ou sommes nous juste des pantins contrôlés ?

Je sortis soudain des mes questions en haletant et en recherchant ma respiration.

Je pris alors ses mains entre les miennes et le repoussa, en vain. Il restait beaucoup trop fort pour moi. Je parviens alors à articuler quelques mots :

- Isaac ...arrête....je

Je m'arrêta à bout de souffle au milieu de ma phrase avant de reprendre une seconde fois :

- suis pas ....WICKED....Tu es au bloc.....arrête....

Je ne parviens plus à dire autre chose et j'essaya donc de me rapprocher du matériel. Il y aurait bien quelque chose pour m'aider non ? Je parviens à repérer une nouvelle seringue d'anesthésiant.  J'essaya donc d'étirer mon bras le plus possible, puis mes doigts. Je la touchais à peine. Je fis un dernier effort et l'attrapa. Rapidement, je saisis le bras d'Isaac et lui inséra dans le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 25 Avr - 17:22

Quand le désir se mêle au chagrin


Isaac ft. Isaline [Libre]


Mes doigts la serrèrent de toutes leur force. Pendant ce temps je sentis l'aiguille qui était restée plantée me dévorer le dos, je gémis. La colère m'envahit si fort que je n'arrivais même plus à me contrôler. Elle tentait de se débattre, mais je ne la laissai pas s'échapper. Elle avait voulu encore me retirer des souvenirs et je ne la laisserais jamais faire. Mais alors je j'étais plus fort qu'elle, je ne vis pas son autre main aller chercher quelque chose. Trop tard, une aiguille se planta dans mon bras avec violence. J'hurlai et déjà je sentis que les forces m'abandonnaient. Tout doucement, le sommeil m'emportait, cela devait être plus qu'un simple anesthésiant, je retombai sur le ventre et sombrai de nouveau.

Des mains caressaient mon torse tout doucement, je respirais si fort et me penchais encore plus vers l'avant. Mes bras descendirent à son cou. Je ne voyais pas la personne, mais seul le désir me dominait. Mes mains allèrent chercher doucement des hanches et mes longs doigts fins défirent une ceinture. Avide, soif de plaisir, son corps, aussi brûlant que le mien se plaquait avec force sur mon torse, une chaleur intense et des lèvres vinrent à mon cou tandis que je laissai échapper des gémissements de plaisir. Je voulais que cela continue encore et encore. Je l'empoignais avec force, le plaquais sur l'oreiller et me mit à sourire. Puis, avec surprise je me retrouvais à mon tour sur le dos et un sentiment intense parcourut tout mon corps. Des fourmillements par milliers me tenait et plus fou de désir que jamais, mes bras s'enroulèrent autour de son cou et l'embrassai encore plus de passion. Nos souffles se mêlaient si fort que bientôt nos respirations furent haletantes. Son corps allait et venait sur le mien ne cessant de me ravir et de m'emporter ailleurs. Tout un coup, la chaleur laissa place à la glaceur. Tout s'arrêta aussi vite que c'était revenu. Le noir et encore du noir pour en venir à du blanc.

J'étais dans une boite, à quatre pattes en train de reprendre mon souffle. Mes mains tapaient sur les parois et j' hurlais. Je voulais que l'on m'ouvre tandis que cette maudite boite ne cessait de monter. La panique venait encore et encore me rendant totalement incontrôlable. Mon premier souvenir en tant qu'Isaac du bloc. J'entendais des paroles à présent. '' Isaac arrête tu es au bloc', arrête'' cette voix suppliante, tétanisée de peur. Oui j'étais au bloc en sécurité. Non pas en sécurité. Le bloc était juste une prison pour nous tous, une prison cr&e par ses créateurs, par ses monstres. Leurs grands ordinateurs dans leurs bâtiments nous regardaient 24h/24h, j'étais même certain qu'ils me regardaient dormir. Chaque mouvements, chaque paroles nous étions vus et écoutés. Pourquoi ? Apparemment ils parlaient d'une fin du monde et ils souhaitaient faire de nous des expériences. Pourquoi me remettre tant de souvenirs dans la tête ? Pourquoi ? Pourquoi me remontrer mes divers aventures, mes fantasmes, mes peurs et mes cauchemars ? Jouaient-ils sur tous les tableaux ? Sur toutes les phases de ma personnalité ? Voulaient-ils me confirmer des faits sur moi auxquels je ne cessais de me poser des questions ? Probablement oui. Je me ressentais remonter à la surface petit à petit. J'ouvris les yeux timidement. Cette fois-ci j'étais de nouveau sur le dos. Une jeune fille était ici. La même que tout à l'heure. Je pris peur et tentai de reculer jusqu'au plus haut de mon oreiller. Je grimaçai, j'avais mal. Mais des petites résonnèrent à mon oreille. Je ne devais pas avoir peur. J'étais au bloc et tous au bloc était des amis.

- Pourquoi... pourquoi ? Je...désolé..., murmurais-je d'une voix presque inaudible. Qui es-tu ? Est-ce que tu vas me...?

Je ne pus finir ma phrase lorsque je sentis une énorme boule dans a gorge se former et mes yeux se mettre à piquer. Des larmes brûlantes coulaient sur mes joues. Allait-elle me faire du mal ? Après tout, je l'avais étranglé et elle m'avait endormi.





©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 26 Avr - 14:10

Il retomba alors lourdement sur son lit. Rassurée, je repris ma respiration le plus normalement possible. Je fermais les yeux, expire, inspire. Je répétais ces deux mots plusieurs fois avant de respirer de nouveau normalement. Je portais mes mains à ma gorge et regardais le malheureux. Si je n'avais pas réussi à attraper cette seringue...serais-je morte à l'heure qu'il est ? Tuer par ces mains ? Je soupirais et le retournais de nouveau afin de terminer mon travail. Il avait quand même dû souffrir avec cette aiguille planté dans le dos. Je l'enlevais délicatement et le remit sur le dos, soigné pour de bon. Je souriais malgré tout. Il ne me voulait rien de mal. Ce n'était pas de sa faute. Rien n'était de sa faute. Il se réveilla, alors. Il eût alors peur de moi, ce qui me fit lâcher un léger rire nerveux.

- Pourquoi... pourquoi ? Je...désolé..., murmurais-je d'une voix presque inaudible. Qui es-tu ? Est-ce que tu vas me...?

Je le regardais avec un petit sourire qui se voulait rassurant.

Ne t'en fais pas. Ce n'est rien. Même si n'est pas tous les jours que ça arrive !

Je me repris vite. Arrêtons de parler de ce qu'il venait d'arriver. C'était mieux ainsi. Oublions les mauvais souvenirs. Il n'y en a tellement. Je repris donc d'une voix calme, en le regardant.

Je m'appelle Isaline...Et toi c'est Isaac non ? Je regardais ensuite la fille sur le lit d'à côté. Et elle Clare ? Au fait, promis je vais pas te manger. Je suis medjacks. Donc, je te soigne.

Je lui souris de nouveau. Après tout, je ne lui voulais rien de mal. Si il y a bien une personne qui ne toucherais à personne au bloc, c'était bien moi. La petite Isaline, toute souriante et toute gentille ? Aucune menace. Je ris intérieurement en me fichant de moi même. J'avais des progrès à faire pour me protéger. Je m'en rendis seulement compte. N'importe qui ici, peut me briser en deux secondes. Je me promis donc de m'entraîner seule, le soir, après mon travail. Je reportais mon attention sur le coureur.

Tu as faim, soif, froid ?

J'attendis alors sa réponse avant de me redresser et d'aller chercher une couverture pour sa trappeuse qui elle grelottait. Je la déposais sur elle en faisant bien attention que tous ces membres étaient bien recouvert. Je pris un tissu et lui nettoya à elle aussi le visage. Une mèche lui cachait les yeux, et d'un doigts, je la remis en place avant de m'éloigner et de rapporter mon attention sur Isaac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 26 Avr - 15:26

Cœur brisé


Isaac ft. Isaline [Libre]


La jeune fille me souriait. Elle dégageait quelque chose d'apaisant et ne faisait aucun geste brusque. Je la vis regarder aussi ma trappeuse Clare. J'espèrai que celle-ci s'en sortait bien. Maintenant que j'avais vu que nous avions été les meilleurs amis du monde dans mes souvenirs je ne parvenais plus à la haïr comme avant. Je m’efforçais, mais aucune colère ne venait. Pourtant, elle m'en avait fait voir de toutes les couleurs dans le labyrinthe ! Mais se souvenait-elle aussi de moi ? Qu'allait-il se passer lorsqu'elle se réveillerait ? La douleur dans mon dos semblait un peu se calmer, en tous les cas j'eus le soulagement de sentir qu'elle me brûlait moins qu'avant. Sans doute avais-je reçu des anesthésiants, car ma tête était aussi lourde que du coton.

Néanmoins, je ne cessais de m'inquiéter. Je savais très bien que l'anesthésiant et moi ne fonctionnait pas. Mais bon, qu'est ce qui était donc pire entre quelques nausées et ressentir de nouveau l'intense brasier qui léchait ma peau ? La première option était bien mieux. Tremblant, je repris le seau pour les poser sur mes genoux au cas-où. Puis, elle se mit à parler. Au tout début je n'entendais pas encore très bien. Je captais que les sons une fois sur deux, encore un maudit effet des calmants. En tous les cas, je captai son prénom. Isaline et j'entendis le mien. J'hochai de la tête légèrement. Sans doute me demandait-elle la confirmation de mon identité. Elle regarda Clare et je fis encore oui de la tête avec un petit sourire rempli d'amour pour mon amie cette fois-ci. Pour la première fois, je me concentrai le plus possible sur la jeune fille devant-moi. Elle portait une blouse blanche, c'était donc une medjack. Peut-être me l'avait-elle dit, mais tout restait difficile à saisir. Maintenant, je comprenais pourquoi les blocards qui avaient subi la transformation étaient devenus aussi différents. Ce n'était pas que l'atroce douleur qui les avaient changé mais également leur perception d'eux-mêmes. Je ne me considérais plus vraiment comme le Isaac du bloc, mais comme un autre étranger que je voulais absolument connaître. Lorsque le premier souvenir m'était revenu j'avais aussitôt été certain que jamais je ne les laisserai encore s'échapper malgré le mal atroce que cela me faisait. J'étais prêt à tout donner pour me connaître et pour revoir tout ceux que j'avais vu. Mon nouvel espoir. Ma nouvelle raison de vivre. Elle me posa une nouvelle question et se leva pour aller recouvrir Clare d'une couverture. Que voulais-je à présent ? Bonne question. Peut-être un peu d'eau serait la bienvenue.

- Est-ce que.. je pourrais avoir de l'eau s'il te plaît ?, murmurais-je les dents serrées.

Puis tout à coup quelque chose me frappa l'esprit. Cette jeune fille. Je l'avais prise pour l'ennemi et je l'avais étranglé ! Était-ce qu'un simple souvenir ou bien l'avais-je réellement fait ?

- Je.. si je t'ai... je suis vraiment désolé,.. je pensais que tu étais.. enfin j'ai vu .. je l'ai ai vus..

Pourquoi n'arrivais-je pas à me calmer ? Avaient-ils fait de moi un monstre sans cœur ? Pourquoi mes larmes ne s'arrêtaient pas de couler ? Pourquoi me comportais-je comme un gamin ? Je ne parvenais plus à contrôler une seule de mes émotions et tout explosait. À travers mes images j'étais tellement passé à travers pleins d'émotions que beaucoup ressortait. La plus grande était le chagrin. Le déchirement d'avoir perdu mes amis, d'avoir été séparé de ma famille et ce manque. Ce terrible manque qui continuait de me ravager me poussait encore plus à éclater en sanglots et à pleurer leurs pertes. Je venais de voir ce que j'avais réellement perdu, j'avais estimé la valeur de mon passé et tout se brisait en mille morceaux. Mes larmes, mes gémissements éclatèrent bruyamment dans la pièce.




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageDim 26 Avr - 16:14

Je retournais à ses côtés et penchais légèrement la tête sur le côté.

- Est-ce que.. je pourrais avoir de l'eau s'il te plaît ?

Je lui souris encore et acquiesçais. Il était encore légèrement comateux et je ne pris donc pas la peine d'en dire plus.

- Je vais te chercher ça.

Je repartis dans la réserve, lui remplit un verre et repartit lui donner. Je le posais sur la petite table près de son lit avant de me décider d'aller en chercher un pour sa collègue quand elle se réveillerait. Je le posais au même endroit que celui de son ami avant de retourner m'assoir sur ma chaise. Il reprit la parole.

- Je.. si je t'ai... je suis vraiment désolé,.. je pensais que tu étais.. enfin j'ai vu .. je l'ai ai vus..

Il s'excusait ? Il ne devrait pas. Lui même le dit. Ce n'est pas de sa faute. C'est la faute du WICKED. Encore, et encore. C'est toujours eux, de toute manière. Si il y a des morts, des blessés, si l'on a tout perdu. C'est uniquement de leur faute. Je crois que même moi si je les croisais, ils allaient regretter amèrement ce qu'ils nous ont tous fais subir. Je les ferais subir un par un pour chaque souffrance que chacun d'entre nous ont subis. Ils payeraient. Un jour ou l'autre, ils payeront. Et si ce n'est pas grâce à moi, je suis sûre que d'autres se vengeront. Qu'est ce que ça leur feraient à eux si on les enfermaient dans un labyrinthe sans souvenir ? Si on faisaient mourir leurs camarades dans d’atroces souffrances ? Qu'est ce que ça leurs feraient hein ?

- Ce n'est rien. T'en fais pas. Je me doute. Tu aurais dû te voir, j'étais inquiète pour toi.  

Avant que je ne termine ma phrase, Isaac se remit à pleurer. Je me levais et essuyais de nouveau ses larmes. Elles coulaient à flots. Je pris son visage entre mes mains et replaça ses cheveux.

- Si tu veux en parler, je suis là. Ok ?

Je le lâcha et essuya une dernière fois son visage. Je me doutais bien qu'il ne voudrait pas. Après tout, on ne se connaissait pas. C'était la première que je lui parlais. Pourquoi donc, se confierait-il à moi ? Il attendrait sûrement le réveil de Clare. Pourtant, parler fait toujours du bien. Sait-on jamais ? On a tous besoin de réconfort dans cette galère et parfois les gens dont l'ont se douteraient le moins, seront là pour nous écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 26 Avr - 21:08

WICKED is good


Isaac ft. Isaline [Libre]


Elle était revenue avec un verre d'eau. Je le pris entre mes mains et but à petite gorgée. L'eau fit un bloup bizarre dans mon estomac, je décidai de ne pas insister, j'allais y aller petit à petit. Je me mordis les lèvres pour essayer de me contrôler, mais en vain. La jeune medjack se rapprocha de moi et ses mains fraîches se posèrent sur mon visage. Elle en profita pour replacer mes cheveux et essuyait mes larmes qui ne cessaient de couler. D'une voix douce que j'entendis à peu près elle me disait qu'elle était là pour moi si je voulais parler. Je fermai les yeux et mon corps se crispa tout à coup sans que je m'en rendes compte. Encore un flot de souvenirs. N'ayant plus aucun contrôle sur mes membres mes mains fut les dernières à recevoir l'information et eurent le temps de s'accrocher à la réalité, c'est-à-dire aux poignets d'Isaline. Cette fois-ci ce n'était pas des personnes que je vis, mais le paysage. La terre complètement brûlée, les plantes vertes jaunissaient à perte de vue et la couleur bleue laissait place à une teinte orangée qui faisait penser à du feu. La terre n'était plus plate, mais des cratères géantes avaient prit place et crachaient de la lave. Toute l'eau était recouverte pour certains endroits de lave épaisse. Les gens hurlaient et se débattaient pris au piège dans d'atroces souffrances. Leurs cris me glacèrent tout entier, je fus paralysé de la terre aux pieds. Spectateur, j'étais impuissant, je ne pouvais rien faire. ''Wicked is good, we're going to save all the planet'', compris-je. Pour la première fois, j'entendais une voix qui avait le même accent prononcé que moi. Nous étions en Angleterre. Un grand écran apparut et dessus un grand planisphère s'étalait. Rempli de points rouge, l'on ne voyait même plus le vert des continents. La situation était grave. Les gens parlaient de fin du monde. Je pleurais. Nous allions tous mourir.

Je toussai violemment. Avais-je hurlé pendant ces autres souvenirs ? Probablement, ça faisait tellement mal. Je me penchai en avant et me pris la tête entre les mains, me berçant limite. Je fis de mon mieux pour calmer mes lourds sanglots. J'essayais aussi de stopper mes gémissements de douleur. De retour à la réalité, l'éclair me l'avait bien fait savoir. Je me retins de ne pas vomir cette fois-ci même si le choc avait été rude. Ce que je venais de voir me laissait perplexe.

- Ils vont mourir. La fin du monde, murmurais-je plus pour moi-même, même si je savais que la jeune femme avait aussi bien entendu que moi. Tout ces souvenirs..., entamais-je doucement toujours en chuchotant.

Je frissonnai, pris de terreur.

- Nous sommes une expérience. Tous.

Je dirigeai ma main vers l'avant et à mon tour la posait sur la joue de la medjack. J'avais toujours imaginé que serait-ce la vie de dehors et à présent je l'avais vue. Il semblait qu'ici nous étions bien plus en sécurité que nous le pensions. Puis je me mis à frapper la petite table qui était juste à mes côtés.

- Menteurs ! Ils veulent nous faire croire que l'extérieur est horrible ! Ils veulent nous garder dans cet enfer ! MENTEURS !!!, hurlais-je.

Je détestais encore plus le WICKED. Ils pensaient qu'ils nous auraient tous avec leurs souvenirs à la con? Et si leur fin du monde n'était que banalité cela voulait-il dire que tout ce que j'avais vu était fruit de leur imagination ? Non je ne pouvais pas le croire. Mais après tout....

- Ils peuvent nous faire croire ce qu'ils veulent..., finis-je à haute voix.

Ma voix grave avait cette fois-ci résonnée dans la pièce. Je n'avais pas murmuré, non j'avais parlé.




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageLun 27 Avr - 17:38

Il avait encore des souvenirs. Décidément, ça ne se finit pas. Que pouvait-il donc voir ? Sa vie d'avant ? Entièrement ? Je me retiens de lui poser la question. Il parlait enfin :

- Ils vont mourir. La fin du monde, murmura t'il plus pour lui-même, même si je l'entendis aussi bien que lui. Tout ces souvenirs..., entama t'il doucement toujours en chuchotant.

Je l'écoutais attentivement. Que pouvait-il bien vouloir dire ? Qui étaient les personnes dont il parlait ? La fin du monde...Qu'est ce que ça voulait dire ? Que se passait il donc dans sa tête ?

- Nous sommes une expérience. Tous.

Une expérience ? Comment ça une expérience ? Le WICKED nous prenait pour des rats de laboratoire, pour des cobayes ! Je n'osais même pas l'imaginer. Et si c'était la raison de notre venue ici ? Mais quelle expérience alors ? Décidément, tout ça était bien compliqué ! Comment pouvait -on faire autant de sacrifice humain pour une stupide expérience. Mon sourire s’effaça tandis que je continuais de l'écouter en silence.

- Menteurs ! Ils veulent nous faire croire que l'extérieur est horrible ! Ils veulent nous garder dans cet enfer ! MENTEURS !!! hurla t'il. Ils peuvent nous faire croire ce qu'ils veulent...

Alors ils donneraient de fausses idées pour nous garder enfermés ici ? Pour que l'on reste emprisonné entre ces quatre murs alors que nous cherchons cette sortie depuis si longtemps ? Rien ne pourrait être pire que cette prison. Personne ne nous empêchera un jour de sortir, personne.

- Tu crois qu'ils te font voir ça pour nous garder prisonniers ici ? Probable, ils sont capables de tout. Mais discernés le réel du fictif est assez dur. Je soupirais je. N'importe quoi peut nous être inséré dans le crâne. Ils nous contrôlent.

C'était la seule explication possible. La seule. A quoi servons nous ? Est ce qu'ils nous observent ? J'en suis certaine. Ils doivent voir chaque coup de blues, chaque rire, chaque larme. Ils doivent savoir le déroulement du bloc et toutes les amitiés qui s'y sont crées. Comment peut on être assez cruel pour faire de nous des sujets ? Ce n'est pas humain ! Ils ne sont pas humains. Ont ils un coeur à penser à ce que l'on ressent ou s'en fichent-ils totalement ? Si l'on est ici, ça doit être la deuxième option. Combien sont-ils d'ailleurs ? Une centaine, une dizaine, des millions ? Ce sont des monstres.

- Ils ne sont plus humains, ils se sont tuer en nous tuant à petit feu. murmurais je d'une toute petite voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 27 Avr - 19:44

Mystère


Isaac ft. Isaline [Libre]


Un énorme silence se fit entendre dans la pièce. J'avais presque annoncé mes mots comme une condamnation à mort. D'ailleurs, j'en frissonnai. Ces créatures me dégoûtaient encore plus et l'opinion de la jeune medjack vint bientôt rejoindre mes pensées. Lorsque je l'écoutais à mon tour, j'hochai la tête. Tout ce qu'elle disait était aussi ce que je pensais. Néanmoins, je fus surpris de m'apercevoir que même en ayant pas eu des souvenirs Isaline me fit part du fait qu'elle trouvait qu'ils étaient capables de tout. En même temps ce n'était pas très difficile vu que j'étais ici allongé dans ce lit d'infirmerie, elle en avait donc la preuve sous les yeux tous les jours. Mais, la suite me dérouta et finit d'alimenter mes doutes. Ils pouvaient nous mettre n'importe quoi dans la tête. Mes souvenirs... je regardai mes pieds une seconde honteux d'avoir été trop naïf. Pourquoi avais-je crus que l'on me rendrait vraiment ma vraie vie alors qu'il était tellement plus amusant de nous voir souffrir en nous injectant une vie de leur invention. Ils devaient en jubiler tous les jours ces abrutis ! Mais si c'était la vérité ? Tout cela semblait si réel et puis j'avais bien vu Allya, je savais, j'avais bien senti l'autre jour qu'elles et moi avions été connectés dans notre passé, elle aussi d'ailleurs !

- Avec ce que j'ai vu.. si c'est vrai, m'empressais-je de rajouter, oui ils ne sont plus humains. Des corps par centaines qui se transforment en cadavre brûlant vivant dans les flammes oui c'est clair.

Je me tus. Toutes ces paroles prononcées m'épuisaient bien. Que devais-je faire à présent ? Fermer les yeux et me rendormir ? Devais-je tranquillement attendre que ma blessure se referme pour ne plus avoir mal ? Et ces images ? Quand allaient-elles s'arrêter ? Pourquoi en voulais-je encore plus ? Tant de questions dans ma tête que je restais sans réponses. Pourtant, des réponses ils m'en avaient donné de quoi mijoter, mais si tout ceci n'était qu'hérésie et pur mensonge ? Mais, alors pourquoi faire de nous des expériences s'il n'y avait aucun danger ? Cela voulait dire qu'il y en avait bien un et la fin du monde pouvait correspondre. Mais pourquoi nous ? Qu'avions-nous de si spécial que les autres n'avaient pas pour vivre cet enfer ? Quelle était la pire des prisons ? Ici ou l'extérieur ? Je frissonnai. Non, ils voulaient jouer avec moi ces sales bêtes. Ils arrivaient à me faire réfléchir, c'était leur but. J'étais certain qu'ils pouvaient même lire mes pensées ces petits vicieux sans cœur. Prenaient-ils du plaisir à nous voir souffrir le martyr ? Oui. Les forçaient-on ? Pourquoi ? Tellement de pourquoi que j'en allais exploser ! Après un dernier sourire à la medjack et un merci murmuré, je me recouchai sur le lit en soupirant. Après tout le plus dur était probablement passé, j'étais en vie. Si j'avais dû mourir, je l'aurais été déjà depuis bien longtemps non ?




©Morphine


___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 19/04/2015
Age : 16
Messages : 319
Points : 271
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




MessageMar 28 Avr - 16:59

Je le regardai. Il espérait sans doute avoir retrouvé ces souvenirs. Cela se comprends en même temps. Qui ne voudrait pas ? Mais comment reconnaitre la vérité du mensonge ? Comment leur faire confiance à eux ? A ces monstres qui nous ont enfermés tels des oiseaux dans nos cages. Pourra t'ont un jour ? Non, jamais ! JAMAIS. Comment tout d'abord leur pardonner ? C'est impossible ! Oublier ? Encore moins ! Personne ne peut. Même la personne la plus généreuse de cette univers ne pourrait pas. Univers....Qu'y a t'il dehors ? De l'espoir, de la joie, de l'amour ? Tellement de sentiments oubliés. Pourtant, rien ne sera jamais comme avant. Nous ne retrouverons jamais ces souvenirs et cette expérience nous a tous changé. Nous ne serons plus les personnes que nous étions avant, elles se sont envolés en même temps que nos souvenirs. A jamais et pour toujours. Nous avons une nouvelle personnalité, je suppose. Des nouveaux amis, une nouvelle famille. Car oui, je considère chaque personne ici comme ma famille. Tous sans exception. De toute façon pourquoi se détester alors que notre haine ne devrait se diriger que vers ceux qui nous ont envoyés ici ? Cela me paraissait logique. Peut être moins pour d'autre qui sait ? Certains préfèrent expulser leur haine que de la préserver. C'est ce que fais chaque seconde depuis que je suis ici. La préserver. Je la garderai au fond de moi jusqu'à ce que je serai en face d'eux. A ce moment là, précis, je me lâcherai comme jamais. Pour tout ça, pour tout ce qu'ils nous ont fait subir. Ils ne savent pas ce qui les attendent. Malgré le fait que je suis certaine de l’inexistence de cette sortie, je suis toujours sûre du fait que nous les rencontrerons un jour. Cela m'est impossible de ne pas l'envisager. Il le faut. Il faut qu'ils comprennent cette haine, qu'ils la voient et qu'ils la subissent. Vengeance ! Nous nous vengerons.  
Il reprit alors la parole :

- Avec ce que j'ai vu.. si c'est vrai, m'empressais-je de rajouter, oui ils ne sont plus humains. Des corps par centaines qui se transforment en cadavre brûlant vivant dans les flammes oui c'est clair.

Je baissai la tête et regardai mes pieds.

- Tu penses qu'ils sont vrais ? Ils pourraient ...c'est vrai. Pour te montrer ton passé, et te rappeler ce que c'était... Cruel ! soupirai-je. Waouh... c'est ....

Je ne terminai pas ma phrase. Je ne savais pas quoi dire d'autre. J'étais gênée de ne pas comprendre. Il ferma les yeux. Voulait-il dormir ? Je le pensais. Il avait été suffisamment épuisée. Clare, elle, dormait encore. Il avait donc subi cette torture plus longtemps. Cela ne me laissait aucun doute. La fatigue le rattrapait.  

- Je vais te laisser dormir, tu en as besoin.

Je me levais donc afin de le laisser tranquille pour qu'il puisse enfin se rétablir de tout ce qu'il venait de vivre. Cela devait être dur et il n'avait plus besoin de moi à présent. Je luis souris et partit regarder si sa chemise était sèche. J'en doutais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


La Tranformation de l'enfer [Isaac ft. Isaline] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Tranformation de l'enfer [Isaac ft. Isaline] [Terminé]
» One less problem Feat. Isaac & Isaline [Terminé]
» Un petit challenge assez chaud ! [Isaac ft. Oerst] [Terminé]
» Isaac Lahey ▲ Terminé
» Pour de vrai ou pour de faux ? [Isaac ft. ALexander] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: L'Esplanade :: L'Infirmerie-