Partagez

Another day in bastard life. [PV Milo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageSam 10 Mai - 17:17

Je pose ma main sur la porte et la pousse. Une trace de main ensanglanté se forme. J'ai l'impression de revoir un vieux film d'horreur. J'étouffe un rire pour ne pas avoir trop mal. La porte s'écarte donc et je rentre dans le vieux bâtiment. Les gens à l’intérieur ne regardent même pas vers moi. Ils ont tous mieux à faire. De nouveau un rire même contenu me fait un mal de chien. J'ai pourtant l'habitude de venir ici dans un sale état. Le pire étant d'ailleurs que je viens moins souvent aujourd'hui. Je suis pourtant de plus en plus en dehors du bloc. Laissant la porte se refermer d'elle même avec son lourd poids, je fait quelques pas vers le centre de la pièce et je me met à hurler: « Milo ! Sort de ton trou ! J'ai b'soin de toi ! ». J'ai un sourire en coin. Je suis vraiment un petit con quand je suis comme ça.

J'ai a peine le temps de finir d'hurler que la porte s'ouvre derrière moi. Cette fois les regards sont tournés vers moi, tout le monde va regarder la scène. Un gars d'une quinzaine d'année rentre dans la pièce porté par un gringalet de Doc'. En me voyant, il vire son porte poids du bras et tente de foncer vers moi. il fait trois pas et s'éclate par terre. J'explose de rire. « Va te faire foutre Zéph ! Si je te chope t'es mort !
- Ta gueule le bleu !  T'es même plus capable de foutre un pied devant l'autre grosse merde ! » Je grimace de douleur. Et me tiens les côtes. Il a du m'en péter une ce con.
« T'es bien con de t'être attaquer à moi, le bleu ! Tu va finir par devoir ramper jusqu'au Gnouf pour continuer à vivre quand j'en aurait fini avec toi tas de merde !
- Va te faire enculer par un Griffeur putain de pédale ! » Je m'approche de lui avec un sourire malsain et provocateur. Je me penche et lui chuchote à l'oreille :
« Je préférerais que ça soit toi quand même hein mon bichon ! » Il jure de nouveau une insulte et tente de me mette un poing dans la gueule en se relevant. Tout ce qui arrive à faire c'est se casser la gueule en avant et se bouffer le plancher en pleine tronche. Moi, je me retrouve le cul par terre mort de rire. La douleur se fait insoutenable. Je ris en étouffant mes gémissements de douleur. Ce con m'avait pas louper. Il m'avait pris par su prise et plaquer au sol. Après m'avoir péter une côte sous le choc et mis une patate dans l'arcade droite, j'avais réussi à le reverser avec un coup de boule et un bon coup dans les parties. J'en avait profiter en me relevant pour lui mettre quelques coup dans le bide avant de lui mettre un coup de latte sur l'arcade. Je lui avais ouvert, il pisser le sang, j'en avais pleins la main et la botte. J'allais avoir de sacré emmerdes avec Juju ... Je venais de sacrement amoché sa nouvelle recrue. Heureusement, comme à mon habitude, je n'avais pas commencer ... enfin, pas porter le premier coup. Et j'avais des témoins ! Milo ne devait pas être loin, il devait d'ailleurs avoir assister à la scène. J'allais peut-être me prendre un soufflons plus tôt que prévu.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Milo Kyte


Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 27
Messages : 450
Points : 202
Localisation : A l'infirmerie



Carnet des Souvenirs
Âge : 16 ans.
Relations:
Inventaire:




Another day in bastard life. [PV Milo] Empty
MessageDim 11 Mai - 14:43

Le calme. La réserve de l’infirmerie est souvent silencieuse, comme anesthésiée par toutes les drogues qu’elle dissimule sur ses multiples étagères. Généralement, les Medjacks qui s’y rendent ne font que passer. Ils se précipitent sur un médicament, un bandage, puis retournent aussitôt en salle s’occuper de leurs blessés. Une minute, à peine. Parfois deux, mais en de rares occasions. Ils savent que s’ils s’y attardent davantage, je leur tomberais dessus. Quand on a des Blocards à l’agonie, on ne peut pas se permettre de traîner ou de tergiverser. Il faut trancher dans le vif, être précis et savoir ce que l’on veut. Sans ça, c’est même pas la peine de rester dans l’équipe. Bref. Je me dirige vers une petite armoire, l’ouvre d’un geste ferme et y cherche la boite des yeux. Mes poings se serrent lorsque je m’aperçois qu’elle n’est plus à sa place. P’tain, c’est tout de même pas compliqué. Elle était là ce matin ! Je m’apprête à pousser une gueulante, lorsque j’entends un hurlement provenir de l’infirmerie. Ce n’est jamais calme bien longtemps dans le coin. En tendant l’oreille, ce crois entendre distinctement mon prénom. Soupir. Je reconnaitrais cette voix entre toutes. Qu’est-ce qu’ il a encore fait, celui-là ? Je ferme l’armoire d’un coup sec, fais volte-face et me précipite dans la grande salle de l’infirmerie.

Zéphyr est là, encore salement amoché. Un autre garçon, avec qui il semble s’être battu, tente de l’attaquer de nouveau. Il trébuche et se prend le plancher. Evidemment, Zéphyr éclate de rire. J’avance vers lui. Il me tourne le dos et ne me voit pas arriver. Une fois que je suis assez proche, je lui envoie une petite tape sur l’arrière du crâne. Je tire alors sur son épaule afin de le faire pivoter vers moi.


- Tu mériterais que je te laisse te vider de ton sang, persiflé-je en lui lançant un regard noir. Vous, là-bas, ajouté-je à l’adresse de deux Medjacks, occupez-vous de l’autre crétin. Je me charge de celui-ci et il va comprendre sa douleur.

Sans ménagements, je le traîne près d’un lit et le force à s’y allonger. Je retire son tee-shirt sans me soucier de ses gémissements et constate l’étendue des dégâts. Il doit y avoir quelques côtes cassées, à en juger les hématomes qui recouvrent son torse, mais rien de particulièrement alarmant. Son visage est également contusionné. Je doute qu’il faille recouvre. En revanche, je suis certain que je vais pouvoir m’amuser avec un peu d’alcool. Il veut faire son malin ? Et bien il va en payer les pots cassés.

- Toi, ramène-moi de quoi désinfecter tout ça et quelques bandages, ordonné-je à un Medjack tout éberlué. Et pas demain ! Quant à toi, je peux savoir ce qui t’est encore passé par la tête ? Tu crois pas qu’on a assez de boulots ? On a vraiment pas besoin que vous en rajoutiez une couche ! Alors oui, je sais que tu m’aimes bien, que tu veux me voir plus souvent, mais ce n’est pas une raison pour accaparer notre temps et notre matériel médical. La prochaine fois, j’te laisse pisser le sang sur le paillasson.
Revenir en haut Aller en bas
https://le-labyrinthe-rpg.forumactif.fr



MessageLun 12 Mai - 9:45

Encore en train de me tenir les os pour éviter la douleur, je ne peux tout de même pas retenir mon rire en voyant cette face de rat en train de se dandiner pour essayer de m'attraper. Il est d'un ridicule affligeant. Pourquoi les nouveaux sont aussi bêtes ? Ce mec n'est pas là depuis un mois, à peine milicien qu'il chiale déjà quand je fait d'innocentes remarques sur sa bande d'attardés de copains inutiles ? C'est pourtant monnaie courante avec moi ! Je passe mon temps à en foutre plein la trogne aux Miliciens. Pourtant je me fait pas casser la gueule tout les jours. On va dire que je suis parano', mais vu son discours, c'est probablement avec ma sexualité qu'il a un problème. Rien a battre ! Je vais pas me mettre à changer pour un gamin comme lui. Un séjour au Gnouf lui remettra les idées en place.

Alors que je prend un sourire satisfait en calmant légèrement ma crise d'hilarité, je me prends, non sans surprise, sur le moment du moins, une tape sur le haut du crâne. Exerçant une pression sur mon épaule, Milo me fait pivoter vers lui et commence à m'engueuler. Quand il me dit qu'il devrait me laisser me démerder, je me retiens d'exploser de rire à nouveau. Non pas que son discours soit drôle ou ridicule, non, je pense que l'euphorie du moment me place dans un léger délirium. L'hypothèse que l'idée d'abandonner un blocard à l'article de la mort germe dans la tête de Milo me paraissait ridicule. Bon. Je dois dire que là, je n'étais pas vraiment à l'article de la mort et que j'abusais un peu de son temps depuis un bon mois.

Hurlant ses ordres à ses disciples, il décolère pas, mais rajoute à ma satisfaction en traitant l'autre de crétin. Bien qu'en utilisant ces termes, il me met dans le même panier. Alors que j'ai toujours le cul au sol, il me traine sans ménagement vers un lit un peu isolé, mais pas loin de là où j'étais. Me laissant faire, j'ai de plus en plus de mal à me calmer. Voir la bouille de Milo en colère me donnait d'autant plus de raison de ne pas rester sérieux. Pourtant, je commençais à sentir qu'il en avait marre de mes conneries. Quand il me retire mon T-shirt, je m'entends lui sortir une connerie du genre que je ne suis pas un garçon si facile. Il n'y porte d'ailleurs aucune attention, ayant dépassé depuis des lustres le stade que 99% des mecs ont ici face à ce genre de blagues : La tête du Qu'est-ce-qu'il-dit-lui. Retenant à la fois mon rire et des gémissements de douleurs, je regarde Milo m'inspecter sous toutes les coutures. Alors qu'il fini par aboyer sur un de ses toutous qui faisait le pied de grue à nos côtés, je me dis qu'il va me faire payer mon écart de conduite. Et oui rien n'est plus dangereux qu'un Doc' en rogne.

Et le soufflon commence. Qu'est-ce qu'il m'est passé par la tête ? Le poing de ce con bien évidement ! Est-ce que je crois qu'ils n'ont pas assez de boulot ? Bah quand je vois son petit chien en train de me dévisager pendant deux minutes sans rien faire j'me pose des questions. Puis il enchaine sur une nouvelle réplique. Cette fois je ne résiste pas. J'explose de rire et le regrette amèrement quand la douleur se faire fulgurante.
« Mon dieu Milo, arrête de me faire rire j'ai mal à force. » Je tente de reprendre mon calme en voyant sa mine irrémédiablement sérieuse. Un bon coup d'alcool lui ferait le plus grand bien. « Me regarde pas comme ça ! S'pas moi qui ai frapper le premier. J'ai fait que me défendre tu me connais, j'attaque jamais en premier. » En le fixant. Toujours impassible. Je me sens comme devant ma mère. Enfin, je pense que c'est ce que je ressentais. Faute de souvenirs. « C'est pas ma faute s'ils sont aussi susceptible à cette age là ! Il m'a attaqué je te dis. Je fais à peine une petite remarque sur le recrutement canapé de Juju et lui il me saute dessus comme si j'avais insulté sa sœur ! Même Juju elle m'aurait juste envoyé chier. Il est malade ce type je te dis ! » Ce que je lui dis pas c'est que ça fait bien deux semaines que je l'ai repéré et que je m'amuse à lui pourrir la vie avec mes petites remarques faussement voilés sur la Milice quand il est dans le coin. Je ne peux pas lutter contre ma nature taquine que voulez vous !
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Milo Kyte


Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 27
Messages : 450
Points : 202
Localisation : A l'infirmerie



Carnet des Souvenirs
Âge : 16 ans.
Relations:
Inventaire:




Another day in bastard life. [PV Milo] Empty
MessageLun 12 Mai - 22:06

J’éprouve un plaisir sadique à le voir gémir de douleur lorsque j’inspecte ses blessures. Ses éclats de rire m’insupportent, mais, au moins, ils lui tirent aussi quelques grimaces. Jouissif. Un sourire de satisfaction s’est peint sur mon visage et je ne cherche pas à le cacher. Le dissimuler serait mentir. Et je suis vraiment heureux de voir Zéphyr souffrir. Il l’a bien cherché. Le Medjack que j’ai réquisitionné vient m’apporter ce que je lui ai demandé. Cool, j’vais pouvoir m’amuser un peu. J’ouvre d’une pression du pouce la bouteille d’alcool. L’odeur m’enivre. J’en vide une petite partie sur les blessures torsades de Zéphyr. Sans faire attention à ses halètements de douleur, je m’empare du matériel médical et m’applique grossièrement à nettoyer ses plaies. Son abdomen boursoufflé demandera plusieurs semaines de repos, mais je ne peux pas me permettre de le garder à l’infirmerie : il rendrait ma vie, et celle de mon équipe, impossible. Dès qu’il est bandé, il dégage. Après tout, il est bon qu’il assume de temps à autres les conneries qu’il peut faire. D’une oreille distraite, j’écoute ses justifications. Evidemment, ce n’est jamais sa faute. Ce sont les autres qui sont idiots, c’est bien connu. Je me retiens d’appuyer sur ses côtes cassées.

- Tu vas finir par t’attirer de sérieux ennuis, l’avertis-je d’une voix lasse, et je ne serai pas toujours là pour réparer les dégâts. Juliet n’aime pas qu’on abîme ses chiens de garde. Et puis, un bleu, t’es sérieux mec ? Ils ont encore du lait au bout du nez ! Laisse-les un peu tranquilles. J’vois pas la gloire que tu peux en retirer à t’encanailler de ces nouveaux.

Une fois ses plaies superficielles soignées, je me tourne vers ses côtes. Heureusement, aucune n’a perforé l’abdomen et apparemment tous ses organes vitaux sont intacts. Après, il est difficile de bien s’en assurer. Je n’ai pas en ma possession une technologie qui me permette de le vérifier. De ce fait, je guéris avec les moyens du bord. Les côtes cassées, j’en ai vues. Souvent, une bonne immobilisation et c’est reparti. Mais parfois, c’est bien plus délicat. Il est arrivé que les côtes perforent un poumon ou même le ventre. Dans le premier cas, il n’y a pas grand-chose à faire. Dans le second, c’est plus long, plus douloureux et beaucoup plus sanglant, mais on parvient généralement à s’en sortir. Zéphyr ne présente ni l’un, ni l’autre de ces cas. Tant mieux. J’avais vraiment pas envie de replonger mes mains dans son sang poisseux.

- Je vais te mettre quelques bandages afin de stabiliser tes côtes, lui dis-je d’un ton calme. Par contre, il va vraiment falloir te ménager car ça risque de te faire mal un moment. Je dirais bien que c’est bien fait pour toi, mais ce ne serait pas très professionnel. De toute façon, tu sais très bien ce que je pense de toutes tes frasques idiotes. Au lieu de chercher la bagarre, tu devrais songer à te rendre utile. Si ça continue, tu risques de perdre ton titre de mâton, car on ne peut pas dire que tu montres vraiment l'exemple.
Revenir en haut Aller en bas
https://le-labyrinthe-rpg.forumactif.fr



Message

Revenir en haut Aller en bas


Another day in bastard life. [PV Milo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Prime Of Life ←
» Sounds of Life [Mathilde] -TERMINÉ
» never in my life have i been so ashamed!
» ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-