Partagez

Is WICKED good or not ? [Jared ft. Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageJeu 4 Juin - 18:44



❝Jared x Diane

   ♡ Trop beau pour être vrai !

Cette fois-ci j'avais échoué. Je m'étais réveillé bien en sursaut complètement apeuré par ce qui se trouvait en face de moi. J'avais fait un gros bond si bien que je m'étais cogné contre le mur comme un idiot. Des fondus. Oui des fondus devant moi. Cette nuit-là j'avais changé d'endroit pour opter pour un vieux quartier tout calme, mais je m'étais apparemment trompé. Ces zombies grommelant comme des affamés m'avaient fixé avec leurs airs dépités et sans raison. Le cœur battant à la chamade, j'avais empoigné mon sac à dos pour déguerpir le plus vite possible. J'étais rapide à la course et j'avais fini par les semer au bout de quelques minutes. Ceux-là n'avaient pas l'air d'être très dégourdis. Erreur. Encore une fois.

* * *

Je reculai, paniqué. Ils m'avaient rattrapé. Je n'avais aucune échappatoire possible, j'étais piégé. Ils me dégoûtaient. Comme des êtres humains pouvaient se transformer en de tels animaux désirant plus que tout au monde de la nourriture ? Horrible. Je continuai de reculer pas à pas, la main sur ma dague. Un tout prêt de moi s'avança puis avec un coude de coude je lui assenai un coup dans la mâchoire avec force. Qu'est-ce que j'aimais cette attaque ! Simple mais efficace ! Un jour j'allais vraiment finir par me déboîter un os à cet endroit-là, mais pour le moment, elle m'avait toujours sauvé la mise. Puis, je trébuchai contre une barrière en fer. Je me retournai en vitesse et eut la surprise de découvrir une cage d'escalier. Parfait. Un vieil immeuble. Toujours avec rapidité, j'entrepris la grimpette sur la vieille échelle et je mis quelques coups de pieds vers le bas pour les chasser lorsqu'un se rapprocha trop. Ces saletés savaient très bien grimper. Puis, arrivé à une rencontre d'autres escaliers, je décidai de les surprendre en redescendant. Après tous ces petits idiots s'attendaient à ce que je file sur le toit. Je faillis louper des marches, mon pied dérapant pour dépasser des barres dans le vide, je me cramponnai avec force. Ils arrivaient encore. Bordel mais que faire ? Je n'allais pas m'en sortir. Mon pied droit toucha le sol. Où devais-je aller maintenant ? Mes yeux se baladèrent partout, désespérés. Désespérés oui jusqu'à ce que je voie quelque chose de très rare. Une voiture.

- Une voiture ?, murmurais-je.

Je n'avais pas rêvé. Soit il y avait quelqu'un dans le coin qui venait juste d'arriver, soit elle avait été abandonnée ici. Je me mis à courir dans l'espoir que celle-ci soit ouverte et les doigts tremblants, mes doigts ouvrirent la poignée. Ouverte, que je mis quelques fractions de secondes à me rendre compte de la chance que j'avais. Très rapidement, je m'installai au volant et fouilla dans mes poches mes pinces et mes fils de fer. Depuis l'adolescence j'avais le don pour les faire démarrer en quelques instants. Je me mis a fureter dedans et avec brio j'entendis le moteur ronfler. Je poussai un cri de joie. J'allais enfin pouvoir me tirer de là. Je passai déjà la première vitesse que je me mis à sourire. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas conduit une voiture et la voiture avec le volant à droite de mon pays natal remontait à encore plus longtemps... Mais ma joie disparut aussi vite qu'elle était venue. Au moment où mes yeux se relevèrent pour regarder la route, je vis une personne agiter les bras devant moi en me criant de m'arrêter. Un fondu ? Non, pire. Une femme super bien habillée. Je fis la moue. Je savais déjà à qui j''allais avoir à faire...



❝ What is dead may never die ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 14 Juin - 14:16


allowfullscreen>

Is WICKED good ?
Ft. Jared Howe


Se promener seule dans les rues de Chicago était déjà une épreuve en soi pour Diane. Elle progressait dans les rues sinueuses de la ville avec une démarche qui trahissait l'anxiété, la main machinalement posée sur la crosse de son pistolet qui se trouvait dans la ceinture de son pantalon. Si elle aurait besoin de s'en servir, elle pourrait le dégainer rapidement et faire feu à ses assaillants. La jeune agent du WICKED connaissait les risques qu'engendraient une telle exposition aux fondus, mais elle ne pouvait pas rester sans nouvelle de son petit frère indéfiniment. Elle avait réussi à prendre contact avec Ester, la personne qui était en charge d'Altaïr, et avait été rassurée de constater que la femme mûre avait en sa possession suffisamment d'armes pour assurer leur sécurité. Malgré cette bonne nouvelle, elle ne pouvait pas rester indifférente à la menace que représentait une attaque imminente d'infectés.

Alors que ses talons claquaient mélodieusement sur l'asphalte, elle tentait de se souvenir où elle avait garé sa voiture. Ses pensées l'absorbaient complètement, et menaçaient de la perdre : elle se montrait beaucoup moins attentive et prudente qu'auparavant. Elle ne faisait plus attention au bruit qu'elle pouvait occasionner et marchait en plein milieu de la route, sans chercher à se montrer discrète. Elle s'en rendit compte lorsqu'elle entendit un cri de démence dans le calme jusque là pesant. Même si Chicago était désert, les fondus ne se gênaient pas pour prendre possession des lieux. Aussitôt, elle retourna contre la façade d'un bâtiment complètement décrépie et se mit à avancer en rasant les murs.

Enfin, elle déboucha sur le parking au milieu duquel reposait tranquillement sa voiture. Il lui fallut peu de temps pour constater ce qui clochait : le vrombissement d'un moteur, alors qu'il n'y avait qu'une seule automobile. Ses yeux se posèrent finalement sur ceux d'un jeune homme assis au volant de sa propre voiture, le visage défiguré par la peur. S'agissait-il d'un fondu ? Diane sortit machinalement son pistolet et le pointa sur l'inconnu avec une mine qui se voulait menaçante : la maîtrise de son sang-froid devait être un point à revoir auprès de Hélène. Elle se mit à courir en direction du voleur, sa tunique volant au vent tandis que ses talons martelaient le sol avec intensité. Ses cheveux flottaient dans l'air avec grâce tandis que son attention était portée sur les tremblements de ses mains. C'est à ce moment-ci qu'elle perçut la horde de fondus qui se ruait sur sa voiture, en poussant des cris de rage qu'elle n'avait pas entendus avant, trop absorbée par la colère qui fluctuait dans ses veines. Ses yeux se posèrent sur les armes des infectés, des masses, des fourches, des tuyaux de fer, ou encore des poignards dont la lame luisait à cause des rayons du soleil. Sans réfléchir, elle leva son arme au ciel et tira deux coups afin de les effrayer.

Le coup de feu mit fin aux exclamations des fondus. La plupart d'entre eux s'était arrêtée, le regard empli d'une folie effrayante alliée à une peur difficilement masquée. On percevait une certaine hésitation dans leurs gestes, ils devaient sans doute songer à une alternative. Diane savait pertinemment qu'elle n'irait pas très loin avec une arme contre une armée d'au moins vingt fondus, tous affamés. Avant qu'il ne puisse se rendre compte de cette évidence, elle continua sa course en direction de la voiture, qui était restée stable. L'homme l'attendait-elle ? Au même moment, de nouveaux cris lui indiquèrent que les fondus ne comptaient pas la laisser s'échapper aussi facilement. Elle accéléra sa course, la voiture semblait s'éloigner au fur et à mesure qu'elle avançait. Son regard croisa celui du voleur, qui restait tenaillé entre la peur et le doute. Elle constata qu'un fondu était déjà arrivé devant la vitre passager et brisa la vitre avec sa masse. Le canon de son arme se posa presque automatiquement sur lui, et le coup partit tout seul.

Du sang jaillissait du torse de l'homme qui lâcha son arme, surpris par ce revirement de situation. Arrivée devant lui, Diane entreprit d'ouvrir la porte de sa voiture quand le blessé lui agrippa le cheveux. L'agent du WICKED laissa échapper un cri de douleur tandis que la souffrance fluctuait dans tout son corps. Elle se débattit aveuglément et sentit que la crosse de son revolver frappa l'homme à la tempe. Il s'effondra sur le coup. Des étoiles dansaient devant ses yeux, mais elle rassembla le peu de lucidité qu'il lui restait pour entrer dans le véhicule. Ce-dernier trembla un instant. En regardant en arrière, elle aperçut des fondus qui s'acharnaient sur la carrosserie et le coffre.

-Démarre ! hurla-t-elle, hors d'haleine, à l'intention du conducteur.

À nouveau, elle dirigea son revolver à l'arrière, et tira à l'aveuglette sur leurs assaillants. Soudainement, elle sentit un liquide couler le long de ses joues. Elle crut d'abord qu'il s'agissait de sang, puis se rendit compte que c'étaient des larmes. Elle venait d'abattre un homme, et sans doute d'autres personnes. Elle se sentait sale, et complètement abjecte.


HRPG:
 




Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 16 Juin - 16:15



❝Jared x Diane

  ♡ Fondus totalement cramé !


BOUM. Le coup de feu retentit à mes oreilles. La femme qui se tenait devant moi venait de tirer une balle vers le ciel. À ce moment-là, les fondus reculèrent de la voiture. La scène était comme surréaliste. En quelques fractions de secondes, leurs visages avaient totalement changé. Je ne lisais plus de la soif de tuer dans leur regards, mais plutôt des hésitations qui se faisaient même sentir dans leur geste maintenant au ralenti. Ils hésitaient. Que devaient-ils faire désormais ? Continuer à taper sur les vitres de la voiture dans l'espoir de m'avoir ? Ou bien se ruer sur la demoiselle ? Qu'attendait-elle elle d'ailleurs pour bouger ? Était-elle si sotte de penser qu'ils n'allaient pas bondir sur elle ? Non même pas car à cet instant-là, elle se mit à courir vers la voiture, mais au même moment un fondu se rua sur la vire côté passager. Pris de panique, alors que j'appuyais sur l'accélérateur, la jeune femme se retrouva derrière lui. BOUM. Le sang jailli. Cette fois-ci celui-ci était complètement K.O. Le sang sur la vitre cachait à présent la moitié de la visibilité. Mon cœur se mit à battre avec plus d'entrain. Je venais de voir quelqu'un tuer un autre être humain. Enfin, si l'on pouvait les qualifier d'humain à présent. Mais pourquoi pensais-je à cela ? Ne le faisais-je pas moi aussi en leur donnant des coups de lames et de coude ? Bien sûr que si. Nous étions tous devenus des tueurs, voilà où la terre en était rendue. Pathétique mais véridique. Avec rapidité elle ouvrit la porte, mais à peine rentrée, elle poussa un cri de douleur. Cette saloperie de zombie n'était pas encore tout à fait mort. Coriace celui-là !, m'exclamais-je intérieurement. Il ne voulait vraiment pas crever ! Il lui agrippa les cheveux et elle riposta avec un coup d'arme dans la tête. Il s'effondra. Voilà qui était bien joué !

- Démarre !, me cria alors l'inconnue.

Et c'est ce que je fis sans attendre tandis qu'elle continuait à tirer. Quelle folle ! Mon pied sur l'accélérateur le moteur ronfla très fort et la voiture partie en flèche. Dans le rétroviseur je vis encore quelques fondus s'agripper à l'arrière. Ne pouvaient-ils pas nous lâcher les baskets ceux-là bordel ? D'un geste brusque je fis un gros décalage vers la droite puis vers la gauche sans perdre le contrôle pour bien les secouer. Résultat, ils tombèrent tous sur le sol. Je continuai la route encore pendant quelques minutes. À l'allure où je roulais ils n'étaient pas prêts de nous rattraper. J'accélérais encore. Cela faisait tellement du bien de reconduire une voiture ! C'était presque comme si je retrouvais en habitude que je faisais quotidiennement avant.. comme un sentiment de vie..d'espoir.. oui l'espoir de l'ancienne vie... celle que je n'aimais pas mais que finalement je passais mon temps à regretter. Une vie sans maladie, sans fous, sans injustice et sans cruauté. Du coin de l'oeil je jetai un coup d'oeil à la jeune femme. Elle avait l'air jeune, elle n'avait pas plus de trente ans, c'était certain. Bien habillée comme je l'avais de suite remarqué, je savais qui elle était, je n'avais pas la peine de demander. Étais-je en sécurité? Non. Lorsqu'elle allait découvrir ce que j'étais après le coup de la panique elle allait forcément me tuer. À moins que... je repensais à mon altercation avec l'autre WICKED de l'autre fois. Parler. Oui parler, j'étais si doué pour manipuler les gens quand je le voulais pour sauver ma peau. Elle pleurait. Des larmes discrètes dégoulinaient sur ses joues. Elle pleurait oui. Je me retins de sourire. Une WICKED chialer ? Non celle-là on me l'avait jamais faite encore ! Je fus taire mes pensées horribles. Bien sûr qu'elle pleurait ! Elle venait de tuer des gens, il n'y avait pas de quoi être fier évidemment... comment pouvions-nous nous sentir nous même encore humain après avoir commis l'irréparable.

- C'était soit eux ou soit nous..., tu n'avais pas le choix
, fis-je alors d'une voix douce et à la fois réaliste.

Je continuai de rouler encore un petit peu puis je décidai de m'arrêter dans un petit coin tranquille. Personne pour le moment. C'était l'heure probablement des présentations. Nous ne pouvions pas continuer de rouler indéfiniment sans savoir où nous allions, c'était surréaliste.

- C'est ta voiture nan ?, demandais-je alors.

Quelle question idiote. À qui d'autre une si belle voiture pouvait-elle appartenir ? À un des fondus totalement cramé ? J'en doutais fort. C'était juste histoire de commencer la conversation. Il fallait que je me la mette dans la poche. Ma dernière conversation avec l'autre WICKED ne s'était pas très bien passé, mais m'avait fait beaucoup réfléchir par la suite. Et si le WICKED n'était pas wicked ? Mais au contraire bon ? Après tout un remède ne pouvait pas se trouver en une petite dizaine d'années ! Autrefois, après des années et des années de recherches, ils avaient enfin fini par établir un vaccin contre la maladie de l'ancienne génération que l'on nommait sida. Alors pour la Braise, virus encore plus meurtrier que l'on ne pouvait même pas comparer à d'autre et bien cela c'était bien difficile... Pourquoi étais-je devenu infecté ? Bordel mais pourquoi ? J'aurais pu aller proposer mes services au WICKED ! Je les aurais aidé à trouver ce fichu remède ! Mais était-il trop tard aujourd'hui pour faire quoi que ce soit même en infecté pour leur en venir en aide ? Je l'espérais et c'était bien ce que je comptais découvrir là maintenant.

❝ What is dead may never die ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 19 Juin - 18:15


allowfullscreen>

Is WICKED good ?
Ft. Jared Howe


Lorsque le moteur annonça à Diane qu'elle était tirée d'affaire, elle laissa échapper un soupir de soulagement. Les larmes laissaient un goût salé contre ses lèvres, et elle s'empressa de les essuyer d'un revers de manche. Elle avait cessé de tirer, constatant que les derniers fondus qui s'agrippaient à l'arrière de la voiture n'avaient plus aucune chance de leur faire du mal. Néanmoins, ses jointures des mains demeuraient blanches et elle n'avait pas diminué d'un seul instant la poigne avec laquelle elle tenait la crosse de l'arme. Lorsque ses yeux se posèrent sur le pistolet, l'image de l'homme qu'elle avait assassiné s'imprima son esprit, et les battements de son coeur se firent de plus en plus rapides. Si elle se serait trouvée en compagnie de Hélène, elle aurait tenté de masquer cette vulnérabilité en se donnant un air assuré, or ce n'était pas le cas. D'ailleurs, à qui faisait-elle affaire ?

Son regard se détacha de l'arme et se posa sur l'homme qui se tenait derrière le volant. Elle perçut une certaine retenue dans ses gestes, et apprécia le silence dont il faisait preuve. Il devait sans doute la prendre pour une déjantée et même avoir peur d'elle, mais Diane avait suffisamment fait de dégâts ce jour-ci. Elle nota tout de même que l'inconnu, avec ses yeux marrons et sa mâchoire bien taillée, avait un petit air séduisant qui permit à l'agent du WICKED de calmer la tension qui lui nouait la gorge. S'il aurait voulu lui faire du mal, il l'aurait laissé en plan sur le parking : il ne devait pas avoir un si mauvais fond que ça. Et puis, quoi qu'il tente, elle était armée, et donc, en position de force.

-C'était soit eux ou soit nous..., tu n'avais pas le choix, fit le jeune homme.

Diane fut sensible à la douceur qui perçait dans sa voix. Elle se contenta d'hocher la tête, encore retournée par les événements qui venaient d'avoir lieu et détourna son regard. Elle se mit à observer le paysage défiler devant ses yeux, paysage où régnait la misère et le spleen, la mort et la douleur. Elle songea à tous ces fondus qu'elle avait menacés, blessés, et même tués, et songea avec amertume qu'elle n'avait qu'épargner ces âmes innocentes du fléau de la Braise. Pourtant, le poids de la culpabilité vibrait à ses tympans, tandis que sa gorge lui brûlait, vestige de l'angoisse qu'elle avait ressentie face à cette véritable armée de fondus.

Elle perçut un changement à l'extérieur, et constata que l'inconnu s'était déjà arrêté. Soit ils se trouvaient peu éloignés du centre de la ville, ou alors ses pensées l'avaient suffisamment tourmentées pour lui donner l'impression que le temps étaient passés vite. Quoiqu'il en soit, Diane et l'homme n'avaient pas dit un mot pendant le trajet. Ce silence commençait à devenir pesant, d'autant pus qu'elle ne savait pas du tout de qui il s'agissait. Heureusement pour elle, l'homme rompit ce calme peu naturel.

-C'est ta voiture nan ?

Diane contempla un instant la carrosserie de la voiture par le rétroviseur, et constata l'impact des masses, les rayures des couteaux, ou alors s'agissaient-ils d'ongles. Les vitres avaient été brisées dans leur intégralité, et, bien qu'un peu épargné, le pare-brise accueillait ça et là quelques lézardes inquiétantes.

-C'était ma voiture, tu veux dire, elle est bonne pour la casse maintenant.

Elle se tut et plongea son regard dans celui de l'inconnu. Ce-dernier l'intriguait et la déstabilisait légèrement, il donnait l'impression d'être très jeune même si une certaine maturité tirait ses traits. Elle lui devait la vie, et avait horreur d'être redevable. Pourtant, elle savait qu'il devait songer la même chose de son côté, puisque grâce à sa voiture il avait pu s'échapper des griffes des infectés et qu'elle l'avait suffisamment couvert lorsqu'ils roulaient. Néanmoins, elle ne pouvait oublier la patience dont il avait fait preuve en l'attendant jusqu'à ce qu'elle pénètre dans la voiture.

-Tes qui ?

Elle se mordit les lèvres, coupable. Les mots avaient jaillis de sa bouche sans qu'elle ne puisse vraiment les choisir avec soin. Elle qui devait le remercier, c'était mal barré. Elle n'était pas du genre à reconnaître ses faiblesses, et encore plus devant un inconnu. Inconsciemment, elle sentit ses lèvres trembler comme si elle voulait sourire, mais s'empressa de calmer ces spasmes. Elle devait paraître imperturbable mais s'il l'avait sans doute vue pleurer. Elle referma l'emprise sur son pistolet afin de se donner de l'assurance et confronta à nouveau son regard dans celui de l'homme en tentant de ne pas se laisser déstabiliser par son élégance.





Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 20 Juin - 21:33



❝Jared x Diane

  ♡ Drôle d'effet

Nous étions maintenant à l'arrêt. Avait-elle compris que c'était le temps des présentations ?

- C'était ma voiture tu veux dire, elle est bonne pour la casse !, lança-elle.

Je ris. Je me retournai et vit que toutes les vitres étaient dans un sale état.

- Ouais vu comme ça !

Je remarquai qu'elle me regardait presque avec insistance. Pourquoi donc ? Je ne pus m'empêcher de paniquer intérieurement. Était-elle en train d'assembler les pièces du puzzle restantes ? Peut-être. Après tout, un seul faux geste de ma part et elle allait deviner qui j'étais réellement. Se demandait-elle quel âge je pouvais bien avoir ? S'il y avait bien une chose que j'avais remarqué chez les inconnus c'était bien ce détail-là. Elle semblait aussi mal à l'aise. Pourquoi donc la rendais-je dans un état pareil ? Puis, alors que je m'y attendais pas, elle sortit la question que je redoutais.

- T'es qui ?


Je fis tout pour ne pas baisser les yeux. Max Stryder ? Non, je ne pouvais pas utiliser mon ''pseudonyme spécial étranger'', c'était un peu trop tard. Ce nom faisait bien trop américain et j'avais complètement oublié de faire mon accent local mais avait repris mon accent British naturel. Ça ferait donc étrange si je me m'étais à parler autrement. J'étais un peu coincé.

- Vraiment désolé pour ta voiture.. je.. j'ai paniqué et puis je.. je l'ai vue donc.. donc voilà, esquivai-je.

Je laissai planer le silence et décidai alors de répondre. De toute manière il fallait bien.

- Jared, et toi ?
, demandais-je en faisant l'innocent.

Je savais très bien qui elle était et maintenant que nous en étions ici, je me méfiai d'elle. Néanmoins, je remarquai que ma haine envers elle était beaucoup moins prononcée que celle que j'avais eu pour l'autre WICKED que j'avais rencontré. Celle-ci semblait douce. Peut-être que je me trompais, mais elle ne possédait pas pour le moment un air supérieur '' Attention c'est moi la WICKED laissez-moi passer''. D'ailleurs depuis ma rencontre avec l'autre, elle m'avait fait beaucoup réfléchir. Je voulais en découvrir plus sur elle. Je tentai donc la façon douce, car jusque-là c'était ce qui avait marché avec elle.

- Tu fais partie du WICKED, non ? Simple question.

Pour le moment il était hors de question de dire qui j'étais vraiment.  Les gens, lorsqu'ils demandaient qui nous étions, la phrase avait deux réponses contrairement à autrefois où il suffisait de se présenter. Désormais, c'était différent. Maintenant, la réponse attendue était immune, survivant ou bien infecté. Quel clan. Voilà ce qui se cachait derrière tout cela. Mon regard se porta discrètement sur sa main qui serrait fermement son pistolet. Avait-elle peur de moi ? Avait-elle deviné ? Je me haïssais parfois... tous ces gens qui prenait peur lorsqu'ils découvraient la vérité. Je ne voulais pas être perçu comme un monstre pour la simple et bonne raison que je n'acceptais pas d'avoir un fond qui ferait un jour ou l'autre du mal aux gens. Je n'avais pas été élevé comme ça. Ma main s'avança alors instinctivement vers la sienne.

- Il n'y a plus aucun danger maintenant...

Ma voix avait été douce. Je retirai mes doigts même si je ne le voulais pas spécialement pour ne pas prolonger le contact. L'autre WICKED avait détesté que je la touche, je m'en rappelais très très bien. Ses coups de coude et ses coups de pieds à l'endroit où il ne fallait pas aussi.

- Comment les expériences avancent ?

Mon ton était normal comme si je me renseignais. La routine. Je n'y émettais aucun jugement. Ma tête regarda les horizons. Rien, rien du tout. Je lui souris. Nous étions en sécurité pour le moment. Je la fixai un peu de plus près. J'aimais bien son visage. Assez fins, ses yeux noisettes étaient plutôt agréables à regarder. Ni trop mince et ni trop musclée, son corps était bien aussi. J'imaginais mes doigts passer dans ses longs cheveux pour descendre vers ses épaules. Mais à quoi pensais-je ? Que me prenait-il tout d'un coup ? Je pouvais déjà sentir le rose me venir aux joues au fur et à mesure que je me perdais dans mes pensées inattendues... Ça devait faire trop longtemps que je n'avais pas vu d'aussi belle filles, je n'étais plus trop habitué à l'effet que cela pouvait provoquer sur un corps humain. Essayant de revenir à la réalité, je me raclai la gorge.

❝ What is dead may never die ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Is WICKED good or not ? [Jared ft. Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Créatures du WICKED
» Un loup parmi les chiens ▷ m o r d r e d
» Design' printanier: Rose is good^^
» (M) Stephen AMELL — But when it comes to you I'm never good enough
» You know I'm good with mouth to mouth resuscitation (ft. WALTER FLINT)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-