Partagez

Je suis nue bordel! - LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageJeu 15 Mai - 21:21

Tu parles d’une journée pourris.

Je la mérite cette douche froide.

Il y a de nombreux avantages à faire partie de la milice. Les gens ne vous posent généralement pas beaucoup de questions. Mettre les gens au gnouf s’avère être un exutoire assez plaisant. La vue en haut de la tour de guet la nuit est pas mal; sans parler de la douce brise qu’il y a en permanence.  Mais surtout, être dans la milice implique de faire des rondes, beaucoup de rondes. En tant que tel cela est enviable, surtout pour quelqu’un comme moi qui étais incapable de rester plus d’une seconde au même endroit. Jamais je n’aurais été capable de passer la journée coincé aux cuisines, aux champs ou encore à l’infirmerie. Je ne suis toutefois pas encore assez cinglée pour avoir le désir de foncer droit dans le labyrinthe; ma soif de bouger à ses limites.

Le seul bémol; la ronde de l’après-midi qui sincèrement est plus pénible que tout. Tout le monde est actif au bloc l’après-midi. Le bruit est incessant. Les gens qui parlent; qui crient. Le bruit dans les cuisines, le bruit dans les champs, partout.  Contrairement aux rondes du matin et du soir qui sont plutôt tranquille; l’après-midi on croise forcément des gens. Je n’aime pas particulièrement les gens. Surtout par une journée comme aujourd’hui; humide et chaude. Trop chaude avec un soleil plombant qui vous attaque de ses rayons sans vous donner le moindre répit. Faire une ronde durant tout un après-midi sans pouvoir se mettre à l’abri sous aucun point d’ombre; c’est chiant. Même si je m’attache les cheveux, retrousse mes manches et roule le bas de mes pantalons; la chaleur semble se coller à ma peau sans jamais vouloir la laisser tranquille.

S’il était possible de faire mal à la chaleur, je lui écraserais mon poing dessus; encore et encore. Jusqu’à ce que je tombe par terre d’épuisement et que mes mains ne puissent plus frapper.

Si au moins il se produisait quelque chose d’intéressant durant l’après-midi. Personne n’est assez con pour commettre un crime en plein jour aux yeux de tous. Ça fait chier de faire une ronde pour absolument rien.

Aujourd’hui n’a pas fait exception à la règle. Cette pétasse de Jyne. Reconduire un blesser du champ à l’infirmerie en tentant de ne pas l’assommer à cause de ses geignements incessants. Personne à envoyer au gnouf. Pas de combats…

Juste à repenser à cette journée; j’ai envie de gueuler au monde entier d’aller se faire foutre.

En voyant les douches vides à la fin de cette ronde, je ne pouvais simplement pas résister.

Il était assez rare que les douches soit vide en fin d’après-midi. La norme était de prendre sa douche avant le repas du soir; surtout par de telle chaleur.

J’entre donc dans les douches d’un pas lourd; pourtant le poids de la chaleur sur mes épaules.

Je suis tout de suite envahi par l’odeur de tuyauterie en cuivre un peu rouillé mélangé aux effluves du savon. Les douches sont plutôt sombre, et le peu de lumière qui émane des quelques ampoules présentent est jaunâtre et donne une drôle de teinte à ma peau laiteuse. C’est loin d’être la grande classe, mais c’est mieux que de ne pas prendre de douche du tout.

J’enlève mes vêtements en vitesse; l les laissant reposer en boule au sol un peu partout au tour de moi.

C’était l’autre avantage d’être seule dans les douches, pas besoin d’être ordonnée.

J’actionne l’eau. Les tuyaux émettent quelques grognements désapprobateurs, comme s’ils me réprimandaient de les avoir réveillés, avant de cracher l’eau tant attendu du plafond. Je détache mes longs cheveux, avant de me glisser sous l’eau froide. Qu’est-ce que c’est bon. J’en gémi presque de contentement. D’accord, l’eau est glaciale et personne n’a envie de rester bien longtemps sous la douche en temps normal; mais mes épaules rougit par le soleil ne se plaignent décidemment pas.

Je me savonne en vitesse et ferme les yeux profitant du silence.

De la solitude.

Du froid.

J’en oublie presque que je suis coincé dans cet endroit pourri avec des gens généralement cinglés.

Je crois même percevoir quelque chose; un souvenir lointain…

Une douche vitrée, de la musique, une voix qui m’interpelle…

Et puis j’entends des bruits de pas et mon cerveau se remet dans le mode alerte rouge, comme depuis mon premier jour au bloc.

Est-ce que les pas se dirigeaient vers la douche ?

Un raclement de gorge me confirme qu’il y a définitivement quelqu’un avec moi dans les douches. Garçon ou fille? Ennemi ou Ami? Impossible à dire et je n’ai aucune envie de me retourner pour voir de qui il s’agit. Au revoir solitude tant désirée…

Je grogne un tantinet agacé par la tournure des évènements; et toujours de dos j’interpelle le nouvel arrivant : ‘’ J’hésite encore entre te casser le nez tout de suite ou après ma douche; alors si j’étais toi je dirais quelque chose au lieu de rester là à m’observer…’’

Revenir en haut Aller en bas




Admin
Ace


Date d'inscription : 30/03/2014
Messages : 328
Points : 48
Localisation : Hell, babe
Emploi : Ex admin sadique



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




Je suis nue bordel! - LIBRE Empty
MessageSam 17 Mai - 16:06

We're gettin higher i'm gonna fall
— gonna fall like a sex ball


Juliet courait, courait pour échapper à ce fou. Le souffle court, chacun de ses pas lui semblait ralenti, comme si son corps lui-même ne croyait pas que sa fuite put être réalisable. Une voix cria. « COURS PANDORE !! » Elle trébucha et tomba à terre. Mais qui était cette Pandore? Une main lui attrapa alors l'épaule, la faisant se retourner. Non elle ne voulait pas. Les yeux fermés, elle cria. Ouvrant les yeux, la rousse se réveilla en sursaut. Les rayons chauds du soleil commençaient à s'éteindre en cette fin d'après-midi. Clignant des yeux, jetant un regard autour d'elle, nul ne semblait se soucier de son cas. S'asseyant sur le banc sur lequel elle était allongée, elle observa un instant les blocards vaquer à leurs occupations habituelles. Si un nouveau pourrait prendre sa sieste comme un relâchement, s'il aurait pu trouver étrange qu'on nomme une feignasse au poste de chef de la milice, tout blocard étant arrivé depuis un peu plus de temps savait que Juliet était loin d'être une flemmarde. Son poste, elle le gardait précieusement et remplissait sa fonction à merveille. Elle ne cessait jamais d'espionner, de regarder, d'aller surveiller que fais et où est chacun. Elle n'arrive pas beaucoup à dormir, la nuit étant pour elle synonyme de bien plus de crimes. Alors elle veille, restant debout toute la nuit durant, multipliant les rondes. Tous connaissent l'intransigeance et la témérité dont fait preuve la rousse. Aucun manquement à l'ordre ne sera toléré, que vous soyez amis ou non. Peut-être aussi pour cela qu'elle n'a pas beaucoup d'amis. Mais qu'importe. Elle compense ce manque de sommeil l'après-midi, période la plus creuse au bloc en synonyme d'arrestations et de manquements à l'ordre. Il y a souvent foule et bon nombre de miliciens sont ainsi envoyé à la tâche ingrate de la ronde en plein après-midi sous le soleil ardent. Presque tous d'ailleurs...mis à part Juliet. L'après-midi, elle en profite pour dormir quelques heures. S'étirant, elle savait qu'il lui restait encore un peu de temps avant son service aussi se dit-elle qu'elle allait partir se doucher avant que tous n'arrivent pour faire de même. Elle n'était pas pudique, loin de là. Elle préférait simplement pouvoir prendre sa douche sans se faire bousculer. Quoi de plus normal?

Arrivant sur les lieux, Juliet passa la porte du petit bâtiment. Tendant, l'oreille, elle n'entendit aucun bruit. Parfait, l'endroit était désert. S'avançant vers la petite pièce servant de vestiaire, elle enleva donc ses chaussures et commença à délacer son haut. Alors que celui-ci tomba au sol, découvrant alors sa forte poitrine, un jet de douche se fit entendre. Hésitant, Juliet finit par baisser sa jupe et la rangea avec le reste des affaires dans un petit coin qu'elle s'était approprié. Elle ne portait que rarement des sous-vêtements. D'un autre côté, ce n'est pas comme s'il y avait une boutique au bout de la rue pour en acheter, ils étaient là avec leurs habits d'arrivée et les nouveaux vêtements étaient rares. Esquissant quelques pas jusqu'aux douches, ses fesses bombées rebondissant au passage, elle en ouvrit silencieusement la porte et passa sa tête par l’entrebâillement. Là, debout sous un jet d'eau froid se tenait une belle jeune femme aux cheveux si clair qu'on les aurait cru blanc. Sa peau légèrement bronzée et ses courbes parfaites, nul doute à avoir. Même de loin, elle serait capable de la reconnaître entre mille. Elle serait capable de reconnaître tous les membres de son équipe entre mille. Car en effet, la jeune femme du nom de Eleanor était une milicienne. Mais Juliet ne l'appelait jamais par son prénom. C'était une habitude qu'elle avait avec beaucoup de personnes. Appeler quelqu'un par son nom mettait souvent une distance entre les gens, une sorte de barrière d'intimité. Et Juliet aimait les barrières. Et puis, les noms de famille, c'est tellement plus classe. Se dévoilant entièrement à présent qu'elle connaissait l'identité de la personne, elle se râcla la gorge pour signaler sa présence, adossée au rebord de la porte. « J’hésite encore entre te casser le nez tout de suite ou après ma douche; alors si j’étais toi je dirais quelque chose au lieu de rester là à m’observer… » répliqua l'autre quelques secondes plus tard. Juliet laissa échapper un petit rire. « Toujours aussi aimable à ce que je vois. » ironisa-t-elle, les yeux pétillant de malice. S'avançant vers la douche voisine, Juliet fit couler l'eau. Eau qui lui glaça le corps. Faisant un pas devant elle, se collant contre la paroi froide pour éviter d'être mouillée par le jet d'eau, elle attendit que la douche chauffe un peu. Mais en y réfléchissant, elle se rendit compte que cela allait prendre un peu de temps, puisque l'eau chauffait grâce aux rayons du soleil. « Pourquoi est-elle toujours aussi froide.. » murmura-t-elle, retenant un frisson. « Je ne sais pas comment tu fais pour t'y habituer. Je préférerais mourir de chaud que me geler les os. » ajouta-t-elle à l'intention de la blonde.

___________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-hundred.org/




Membre
Coré Williams


Date d'inscription : 29/04/2014
Age : 25
Messages : 527
Points : 440
Localisation : Dans les champs ou près des enclos
Emploi : Maton des Sarcleurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 14 ans (née le 28 Mai 2000)
Relations:
Inventaire:




Je suis nue bordel! - LIBRE Empty
MessageSam 17 Mai - 20:45

Coré ferma la porte du garde-manger. Enfin cette dure journée de labeur s'achevait. Avec une chaleur pareille, les Sarcleurs comptaient avec plus d'envie que les autres jours les heures qui les séparait de la fin de la journée. Épuisée, la jeune fille fit rouler ses articulations pour les décoincer et décida d'aller prendre une bonne douche. Après tout, elle l'avait bien mérité ! Cela n'était que justice d'avoir la possibilité de se rafraichir lorsque l'on avait passé la journée à s'occuper des bêtes et des champs ! Elle était tellement épuisée et impatiente de sentir l'eau couler sur sa peau qu'elle ne remarqua pas les habits déposés dans un petit coin du vestiaire. Elle n'entendit pas non plus l'eau couler alors qu'elle se déshabillait. Coré entoura alors son corps d'une serviette et s'en alla gaiement et insouciante vers les douches. Soudain, elle entendit un éclat de voix et aperçu une jeune femme sous la douche. *Oh non, pas elle !* pensa la jeune fille en apercevant Juliet. Elle la reconnu facilement : d'abord à sa chevelure rousse puis à ses attributs. Tous les garçons lui jetaient un discret coup d’œil admiratif lorsqu'elle passait. *Les hommes sont vraiment tous les mêmes...*. Elle sourit néanmoins lorsque la chef des miliciennes se plaqua contre la paroi de douche pour éviter le jet d'eau froide. *Pauvre petite chose. Bien fait pour toi !* pensa intérieurement Coré avec un petit sourire. C'est à ce moment-là qu'elle croisa le regard d'une autre jeune femme, venue, elle aussi, se doucher. L'adolescente devint alors écarlate et déclara en balbutiant :

- Oh euh... excusez-moi. Je... je ne pensais pas qu'il y aurait quelqu'un à cette heure-ci, je pensais être venue trop tôt et que personne ne serait là...

*Et mince ! C'est une milicienne* se souvint soudain Coré. Elle fila alors sous une autre douche et soupira lorsqu'elle fut derrière la paroi. *Ouf, je l'ai échappé belle je crois...*

___________________________________
Protège ceux qui te nourrissent Invité, toi qui a 0 ans.

Je suis nue bordel! - LIBRE Vava_l11

Je suis nue bordel! - LIBRE Signa_10
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 18 Mai - 7:10

L’intrus répliqua avec ironie, « Toujours aussi aimable à ce que je vois. ». C’est un petit sourire en coin sarcastique typique de ma personne qui s’affiche sur mon visage. Une voix féminine, mes poings qui étaient serrés il y a quelques instants se détendent. Je reconnaîtrais cette voix entre mille; parce que je la côtois depuis ma première journée dans cet endroit. Une voix sensuelle, mais autoritaire qui est capable de manier le sarcasme et l’ironie aussi bien que moi. Juliet,  chef de la Milice donc conséquemment ma chef et l’unique personne que j’écoute sans faire d’histoire. Une des seules personnes pour qui j’ai du respect ici également. Non pas que je la craigne, loin de là, mais je la vois comme un mentor et je dois beaucoup pour le poste que j’occupe. Parce que sincèrement, vous confiriez un poste comme celui de Milice à quelqu’un qui est explosive et violente comme moi?

C’est ce poste qui m’empêche de sombrer. Vous voyez, dans un endroit comme le bloc, il est important d’aspirer à quelque chose pour éviter de perdre complètement la tête; surtout quand on est déjà paumé à la base.

J’appuie mon front sur le mur glacé en face de moi et laisse échappé un petit rire ironique à mon tour. « T’as pas eu le dernier mémo ; je suis en liste pour remporter la palme de l’amabilité, de la douceur et du plus beau sourire du bloc. » Je feins l’enthousiasme en lançant mon point dans l’air en signe de victoire.

Le rythme de l’eau qui coule est uniquement brisé par les pas de Juliet sur le sol de la douche. Des pas qui manifestement se dirigent vers moi. Je retire mon front de la paroi et tourne sur moi-même pour me retrouver face à mon interlocutrice. Il n’y a pas de mal à se rincer l’œil et puis elle s’est bien rincée l’œil elle aussi; ce n’est que retour d’ascenseur. Comme si j’avais besoin de me justifier de toute façon. Elle est grande et élancé; un peu comme moi. Je glisse mes yeux le long de ses jambes fines, j’admire ses fesses bien rebondis et ses seins voluptueux. Une peau sans défaut qui en fait rêver plus d’un, une chevelure rousse qui lui donne un air terriblement sexy et des courbes tout simplement divines. Il y a de ses gens qui ont vraiment un ont tout; incluant se corps qui vous donne de torrides envies encore et encore. « Si ça peut te rassurer, je t’ai laissé le prix du plus beau corps, de la personne qu’on a envie de baiser brutalement encore et encore jusqu’à en crever. » dis-je avec un peu moins d’ironie cette fois.

Elle ne répond pas à cette tirade, mais je vois bien que ses yeux pétillent de malice. Une malice qui parfois peut s’avérer dangereuse à qui ne sait pas ce qu’il fait. Elle prend place sous la douche à mes côtés et actionne l’eau qui s’avère être tout aussi froide que la mienne. Ceux qui ont affirmé que les rayons du soleil réchaufferaient l’eau sans problème méritent un bon coup de pied au cul. Le genre de coup de pied si fort qu’un soulier s’y enfoncerait sans jamais pouvoir en sortir. Au soleil qu’il faisait aujourd’hui…m’enfin; ça ne me dérange pas, j’y suis habituée contrairement à d’autres. D’autres comme Juliet, par exemple, qui se colle à la paroi en tentant de ne pas se faire arroser par l’eau glaciale. « Pourquoi est-elle toujours aussi froide.. » murmure t’elle pour sa propre personne.

Tentant tant bien que mal de laver mes cheveux avec un savon qui mousse à peine, je murmure à mon tour avec un sarcasme qui se veut plus humoristique que blessant. « Je me posais justement même question. Après tout, j’avais demandé un 5 étoiles avec vue sur la mer, tu crois que j’ai le droit de poursuivre l’agence de voyage..?’ »

Je jette un regard à Juliet qui ne semble pas avoir entendue mon dernier commentaire. Ce n’est pas plus mal, c’était loin d’être important de toute façon.

Toujours collée contre le mur, frissonnante, elle prend la parole pour s’adresser à moi cette fois-ci. « Je ne sais pas comment tu fais pour t'y habituer. Je préférerais mourir de chaud que me geler les os. » Je lève les épaules avant de répondre « Si ça se trouve, j’ai le sang encore plus chaud que tu crois» Je penche la tête vers l’arrière et passe les mains dans ma chevelure afin d’y rincer les moindres particules de savon qui pourrait y rester. Je coupe ensuite l’eau de ma douche. Étrangement, une fois le jet d’eau interrompu, je n’ai pas froid. Loin de là, j’ai même chaud. Je penche la tête sur le côté et fronce les sourcils en voyant Juliet toujours collé contre le mur de la douche en attente que l’eau se réchauffe.

Et si l’on rendait les choses intéressantes un peu.
Impulsive; Pulsion; Besoin; Envie. Tout cela peut se confondre dans certaines situations.

Toujours dégoulinante d’eau, je me glisse sous la douche de ma voisine et colle mon corps contre son dos. Mes mains se posent instinctivement sur ses hanches et j’approche de son oreille sans aucune hésitation pour pouvoir y chuchoter « Tu sais, j’ai entendu dire que deux corps collés ensembles produisent énormément de chaleur, surtout dans certaines circonstances. Peut-être devrais-tu exploité cela pour rendre tes douches moins….froides? C’est plus fiable et plaisant que les rayons du soleil. »

Mes sens captent le bruit de pas d’une nouvelle arrivante, bien qu’elle tente de se faire le plus discrète possible. Je me décolle de Juliet et me retourne pour découvrir la nouvelle arrivante. J’ai à peine le temps de croiser le regard d’une silhouette en serviette que je l’entends annoncer d’une vois confuse « Oh euh... excusez-moi. Je... je ne pensais pas qu'il y aurait quelqu'un à cette heure-ci, je pensais être venue trop tôt et que personne ne serait là... ». Avant même que je puisse ouvrir la bouche; je la vois disparaitre dans une autre direction à toute vitesse. Sarcleuse. Je soupire; elle ne pouvait pas arriver à un autre moment.

« Et ensuite c’est à moi qu’on reproche de ne pas être aimable? Elle n’a même pas dis bonjour ou proposer d’aller prendre le thé… »
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Ace


Date d'inscription : 30/03/2014
Messages : 328
Points : 48
Localisation : Hell, babe
Emploi : Ex admin sadique



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




Je suis nue bordel! - LIBRE Empty
MessageDim 15 Juin - 17:19

We're gettin higher i'm gonna fall
— gonna fall like a sex ball


Juliet laissa échapper un petit rire face à la remarque glaciale de sa comparse milicienne. « Toujours aussi aimable à ce que je vois. » ironisa-t-elle, les yeux pétillant de malice. Comprenant à qui elle avait affaire, l'autre paru se détendre un peu et posa son front contre la paroi glacée. « T’as pas eu le dernier mémo ; je suis en liste pour remporter la palme de l’amabilité, de la douceur et du plus beau sourire du bloc. » répliqua-t-elle avec tout autant d'ironie. Et sur ces mots, elle leva le poing en l'air, feignant l’enthousiasme et faisant rebondir un peu plus sa poitrine. Juliet la dévorait des yeux. Comme si l'autre lisait dans ses pensées, la blonde ajouta: « Si ça peut te rassurer, je t’ai laissé le prix du plus beau corps, de la personne qu’on a envie de baiser brutalement encore et encore jusqu’à en crever. » Esquissant un petit sourire, n'ajoutant rien, Juliet s'avança vers la douche voisine qu'elle alluma. L'eau froide se déversa sur elle, lui glaçant le corps. Faisant un pas en avant, se collant contre la paroi froide pour éviter d'être mouillée par le jet d'eau, elle attendit que la douche chauffe un peu. Mais en y réfléchissant, elle se rendit compte que cela allait prendre un peu de temps, puisque l'eau chauffait grâce aux rayons du soleil. « Pourquoi est-elle toujours aussi froide.. » murmura-t-elle, retenant un frisson. « Je ne sais pas comment tu fais pour t'y habituer. Je préférerais mourir de chaud que me geler les os. » ajouta-t-elle à l'intention de la blonde. « Si ça se trouve, j’ai le sang encore plus chaud que tu crois » Ayant terminé avec son savon, la rouquine voulut lui demander de le lui passer. Mais elle n'eût pas le temps d'entamer sa proposition qu'un contact tiède et humide vint la surprendre. Le corps chaud de la blonde était venu se coller à celui de la rouquine, épousant ses formes à la perfection. Les mains calées sur le creux de ses hanches, les seins se pressant doucement dans le haut de son dos, elle ne pouvait nier que la blonde lui faisait de l'effet. Tandis que ses lèvres approchaient de son oreille, la rousse caressa du bout des doigts la fesse gauche de la blonde, comme une incitation au plaisir. « Tu sais, j’ai entendu dire que deux corps collés ensembles produisent énormément de chaleur, surtout dans certaines circonstances. Peut-être devrais-tu exploité cela pour rendre tes douches moins….froides? C’est plus fiable et plaisant que les rayons du soleil. » A ces mots, les douces caresses se firent plus insistantes, et ses doigts glissèrent doucement vers l'entre-jambe de la milicienne. « On ne t'as jamais dit que tu parles trop? » déclara presque automatiquement la rousse à la tirade de sa partenaire de jeu. C'est alors qu'un bruit de pas la fit se raidir. Eleanor se décolla d'elle - un peu trop rapidement à son goût - et une nouvelle arrivante fit son entrée. « Oh euh... excusez-moi. Je... je ne pensais pas qu'il y aurait quelqu'un à cette heure-ci, je pensais être venue trop tôt et que personne ne serait là... » balbutia l'enfant. Coré. Juliet reconnaissait cette voix enfantine mais pourtant bien présente. Elle avait dénigré son entrée chez les mâtons. Une gamine chez les leaders? Qu'est-ce que c'est encore que cette plaisanterie? Mais au final, elle s'était rendue compte que la jeune fille pouvait se montrer utile et savait y faire. Certes, elle ne maîtrisait pas encore à merveille l'art de se faire entendre et respecter, mais elle effectuait la tâche qui lui incombait avec justesse et acharnement. C'était cette détermination malgré son jeune âge qui avait forcé le respect de la chef de la milice. Si tous les gamins pouvaient être comme ça... Mais le respect n'avait ici rien à faire. La jeune sarcleuse venait d'interrompre un petit jeu qui plaisait beaucoup à la milicienne. Et tous ceux qui osent se mettre en travers de son chemin doivent en subir les conséquences. Elle venait prendre sa douche, mmh? Soit, alors qu'elle la prenne vite et en silence. Jetant des regards en coin à la mioche, elle retint des petits gémissements de déplaisir en se remettant sous la douche. Résignée à l'idée de cette douche groupée, elle entendit Evans soupirer. « Et ensuite c’est à moi qu’on reproche de ne pas être aimable? Elle n’a même pas dis bonjour ou proposer d’aller prendre le thé… » Souriant, ignorant pourtant sa remarque, elle lança: « Savon, je vous prie. » Gardant un ton et une mine calme et neutre, ses yeux pourtant la dévoraient de part et d'autre, lui lançant un regard de braise. Mais quand celle-ci lui tendit le dit savon, elle secoua doucement la tête en signe de négation. Montrant d'une main son bras droit, elle ajouta: « Tu le fais exprès? Je t'ai dit que je me suis foulée le bras il y a quelques heures. C'est bien pour ça que tu as accepté de t'occuper de ma toilette, non? » Les sourcils froncés, feignant l'embêtement, Juliet riait intérieurement. Elle, manipulatrice? Noooon....ou plutôt si. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, il faut seulement garder à l'esprit une certaine subtilité. Le jeu en devient bien plus excitant. Et puis, Coré avait choisi une douche éloignée à la leur, raison de plus pour en profiter. Elle ne se doucherait pas éternellement de toute façon, restait à maintenir le désir de la blonde jusque là. Mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas bien difficile.

___________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.the-hundred.org/




Admin
Créateur Suprême


Date d'inscription : 30/03/2014
Messages : 162
Points : 128
Localisation : Au Centre WICKED
Emploi : Grand manitou des Créateurs



Carnet des Souvenirs
Âge :
Relations:
Inventaire:




Je suis nue bordel! - LIBRE Empty
MessageMar 16 Sep - 18:55

Ce Rp sera archivé dans une semaine s'il n'y a pas une nouvelle réponse d'ici là. Merci de nous contacter si vous souhaitez un délais supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Je suis nue bordel! - LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »
» Préval ne veut pas de Lavalas
» Une petite baignade [libre]
» Oui, je suis morte. Mais ma résurrection est prévue la semaine prochaine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-