Partagez

[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageVen 17 Juil - 16:32





















     ❝ T'a pas ton échantillon ? ❞
   
Mais c'est quoi ce boulot ?

   

   


   Du rouge. Partout du rouge.
De n'importe quelle sorte. Rouge flash, rouge sang, rouge écarlate, rouge sombre, rouge pâle, rose - rouge, rouge pivoine, rouge tomate et même rouge coquelicot.
Mais d'où vient tout ce rouge ? Qu'est - il ? Maky nage dedans sans savoir d'où vient le flot.
Elle prends une inspiration et une odeur écœurante lui monte aux narines. Du sang ? Cette mer, cet océan, ces vagues rouges, ce sont du sang ?
Maky se crispe, et, paralysée, commence à trembler. Elle ne se rappelle plus comment on nage, elle ne peut plus bouger. Lentement, elle s'enfonce dans cet océan de sang tandis qu'elle ...
Tandis qu'elle se réveille en sursaut, face contre terre. Elle louche sur le sol, à deux doigts de vomir devant les images de son cauchemar qui envahissent ses pensées. Elle se redresse, étire son dos endolori, grimace en sentant encore l'odeur du sang dans ses narines. Elle se tâte de partout pour voir si elle n'est pas ... "trempée", de sang, et surtout pour se dire qu'elle est là, au Bloc, en sécurité. En sécurité ? Maky pouffe. Elle n'est pas en sécurité. Pas du tout, même. Elle est dans le Bloc. Là où il a des Créatures dans un Labyrinthe qui entoure un camp d'adolescents.
Pour résumer.
Elle se lève, sort des Dortoirs et traverse le Bloc en direction du Laboratoire.
Ils ne sont que trois Chercheurs, et elle est la plus jeune. Son Mâton est Lucas, un Chercheur qui, il paraît, est un "sale traître". Elle n'a pas eu l'impression qu'il était méchant, ce Lucas, pourtant. Elle le trouvait même plutôt sympa. L'autre Chercheuse est Anna. Maky ne lui a pas vraiment déjà parlé.
Arrivée au Labo, Maky regagne sa place habituelle et commence à prendre les précieux instruments dont elle se sert. Malheureusement, elle n'a plus aucun échantillon.
Maky a beau chercher, fouiller, pester et râler, aucune trace d'un bout d'échantillon du Labyrinthe. Ce n'est pas qu'ils sont communs, mais c'est la première fois qu'elle n'a même pas un petit caillou. Tout au plus de l'herbe ramassée dans le Petit Bois.
Inadmissible.
C'est tout bonnement inadmissible.
Le soir arrivé, Maky se précipite vers les entrées du Labyrinthe. Se frayant un chemin parmi tous les Coureurs et les Trappeurs la dominant de toute leur taille, elle aborde de temps en temps l'un d'eux pour demander, voire plus exactement réclamer, un échantillon, s'ils en ont amassé au long de leur course.
Je préfère ne pas détailler ce que les pauvres blocards épuisés ont ressenti lorsque cette petite furie blonde montée sur des ressorts leur est tombée dessus.
Bref, la jeune fille continua de déambuler dans la petite foule. Une gamine trente centimètres plus petite que tout le monde n'est normalement pas digne d'attention, mais vu la façon dont elle gesticule, la plupart des Coureurs et des Trappeurs la repèrent donc assez vite et s'empressent de détaler sous les yeux de leurs collègues horrifiés ayant eu le malheur de récolter un échantillon et obligés d'aller voir Maky.
Bientôt, plus de la moitié des blocards amassés devant les Portes a disparu, et Maky va aborder un des Coureurs, ou Trappeur, qui est plutôt en retard. Grand, plus grand qu'elle, brun ou châtain, les yeux verts clairs, mais fatigué, soit par sa journée, soit par ses tracas, quels qu'ils soient.
- Bonjour ! Eh bien, qu'est ce que je vois ? Pas d'échantillons ? T'a fait quoi durant la journée, tu t'es endormi pendant une pause ou quoi ? Je sais que vous vous levez tôt, mais chacun son boulot, et il me semble que tu aurais pu récolter au moins un morceau de Labyrinthe, voire un caillou ! Ou une liane ! C'est la flemme, c'est ça ? Ou alors, tu as des informations sur la Labyrinthe ? Non ? Alors, pourquoi t'a rien ? Explique - toi ! Vas - y, je t'écoute !
Bien campée, fièrement, devant le jeune homme, Maky continue sa tirade jusqu'à ce que, n'ayant plus de souffle, elle soit obligée d'abréger. Retenant un peu sa langue pour une fois, elle se dit que sa réprimande est beaucoup trop courte, et qu'il faudra qu'elle recommence dès que le flemmard devant elle aura répondu.
   
   


   

   
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
   
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Ethan S. Clark


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 20
Messages : 343
Points : 175
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageSam 18 Juil - 16:19



Where's your sample?

« Please, just be quiet. »


Une pause.

Déjà trois semaines. Ethan avait rapidement recommencé à courir, après sa blessure à la cuisse suite à une morsure de serpent. Mais il avait tout de même mal, et son moral n'était pas à son apogée. Loin de là en fait.

Ses crises de claustrophobie et ses cauchemars ne cessaient pas, bien au contraire. Sa bonne humeur qui était déjà quasi-inexistante ne repointait pas le bout de son nez. Comme si l'espoir qui le maintenait la tête haute jusque-là s'était évanoui. Et pourtant, il continuait sa routine, inlassablement. Routine heureusement perturbée parfois par Isaac, durant les seuls moments où il était réellement heureux. Mais ses questions concernant son passé poursuivaient leurs lassantes attaques, bousillant le cerveau du trappeur au fur et à mesure qu'il se torturait les méninges. Foutu Bloc. Foutu Labyrinthe.

Nouvelle pause. Il en avait besoin d'un plus grand nombre qu'avant, afin de ménager sa jambe encore endolorie. Et cela l'agaçait au plus au point. La coureuse qu'on lui avait assigné pour la journée se montrait compréhensive. Elle avait dû savoir qu'il n'était pas un grand bavard, loin de là. En effet, durant leur course, elle prenait grand soin de ne pas lui adresser un mot. Et Ethan lui était reconnaissant pour ça. Sauf que durant les pauses, la brune le maternait carrément. Ça va ? Tu veux te reposer un peu plus longtemps ? Pas trop mal ? Tu as encore assez d'eau ? Et inutile de préciser que c'était exaspérant. Au début, il avait été patient ; il s'était contenté d'un signe de tête répondant par la négative. Mais ses réponses furent bientôt ponctuées de soupirs parfaitement explicites, que la jeune femme ne semblait pas comprendre et qui avait l'air de prendre un malin plaisir à jouer à la mère poule.

Mais, fort heureusement, la fin de la journée approchait à grands pas. Ou plutôt à petites foulées...
Après une multitudes d'autres secouements de tête et de soupirs, le duo passa les grandes portes du Bloc. Encore une autre journée qui se terminait. Toujours pas de sortie. Toujours pas d'indications sur son passé.

A en juger par le peu de coureurs et trappeurs qu'il restait sur l'esplanade, ils étaient dans les derniers à être rentrés. Alors qu'il s'apprêtait tout simplement à se diriger machinalement vers le bois, il se fit interpeller par... par quoi ? Une lilliputienne ! Une petite furie blonde qui s’époumonait face à lui. C'était quoi son problème à elle ?

« Bonjour ! Eh bien, qu'est ce que je vois ? Pas d'échantillons ? T'a fait quoi durant la journée, tu t'es endormi pendant une pause ou quoi ? Je sais que vous vous levez tôt, mais chacun son boulot, et il me semble que tu aurais pu récolter au moins un morceau de Labyrinthe, voire un caillou ! Ou une liane ! C'est la flemme, c'est ça ? Ou alors, tu as des informations sur la Labyrinthe ? Non ? Alors, pourquoi t'a rien ? Explique - toi ! Vas - y, je t'écoute ! »

Oh non... Elle parlait encore plus que la blondasse qui l'avait accompagné une fois... Ethan songea qu'il aurait bien aimé chronométrer sa tirade, juste histoire de savoir si elle avait battu un record. Mais, elle était tombée, ni sur le bon trappeur, ni au bon moment la petiote. Il était blessé, épuisé, énervé et irritable. Et dans ces moments-là, tout le monde savait qu'il fallait éviter d'aller piailler dans les oreilles de Mister Clark....

« Tu sais quoi ? T'es pas contente tu bouges tes petites fesses jusqu'au Labyrinthe, et tu vas te les trouver seule tes échantillons de merde, ok ? » fit-il simplement en haussant les épaules.

Nan parce qu'elle était drôle la minimoys, de lui casser les oreilles comme ça hein. Avec un soupir las, le trappeur fit un pas en avant en reprenant la parole ;

« Maintenant gamine, fous-moi la paix. »



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 19 Juil - 13:10





















❝ T'a pas ton échantillon ? ❞
Mais c'est quoi ce boulot ?




Attendez, attendez. Maky doit rêver. Elle doit vraiment rêver. Au lieu de s'excuser et de lui promettre mieux une autre fois, comme les autres l'ont fait (Maky s'est étonnée qu'ils obéissent autant à une "gamine" comme elle, mais elle n'a jamais compris que son caractère fait ... peur), ce Coureur ou ce Trappeur se dresse et d'une voix qu'elle déteste déjà, en haussant nonchalamment les épaules :
- Tu sais quoi ? T'es pas contente tu bouges tes petites fesses jusqu'au Labyrinthe, et tu vas te les trouver seule tes échantillons de merde, ok ?
Il fait un pas.
- Maintenant gamine, fous-moi la paix. soupire le blocard.
Maky n'en crois pas ses oreilles. On ose lui tenir tête ? Lui donner des ordres ?! Déjà, il est hors de question qu'elle se laisse faire. Juste parce qu'elle est plus jeune et plus petite on se permet de l'engueuler ou de la jeter dehors comme ça ! Ce stupide blocard va comprendre qu'elle fait juste son boulot et qu'à défaut d'être poli, il pourrait au moins s'abstenir de lui balancer des insultes !
- Alors, de un, je ne suis pas une gamine, je suis juste moins âgée que toi, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, stupide flemmard sans cervelle, fulmine la jeune fille. De deux, tu n'as aucun droit de me parler comme ça ! Et de trois, ces échantillons de merde, comme tu les appelles, sont là pour nous aider à trouver des informations très précieuses sur le Labyrinthe, les Créatures et les autres choses qui restent floues dans notre compréhension simplement parce que ces foutus Créateurs, ces cons de Créateurs je devrai dire, ont été pires que toi et ont eu la flemme de nous envoyer des informations pour nous faire comprendre à quoi servent telle ou tel objet ! En d'autres termes, ces échantillons sont beaucoup, beaucoup plus utiles que toi - et eux, au moins, ils ne protestent pas quand on leur fait des reproches bien mérités ! termine t - elle d'une voix qui monte vers les aigus.
Elle se place devant le Coureur/Trappeur et, rouge de colère, lui plante un index agressif dans le ventre.
- Donc, est - ce que, s'il te plait, tu pourras mieux faire la prochaine fois ? Ou, pour parler dans ta langue ... Est - ce que la prochaine fois, TU POURRAS MAGNER TON DERRIÈRE ET ME TROUVER QUELQUES ÉCHANTILLONS "DE MERDE" AU LIEU DE PLONGER TÊTE LA PREMIÈRE DANS LA FOSSE DE LA STUPIDITÉ LA PLUS PROFONDE DE L'HISTOIRE DE L’HUMANITÉ ? Sauf si tu aimes être con, se corrige Maky. Mais si tu es con, tu ne sers à (elle replante violemment son index dans le ventre du garçon) RIEN ! Et autant aller te jeter dans le Labyrinthe pour attendre la nuit tombée, tu ne me ferais pas perdre mon temps, tu ne servirais pas à rien et la Terre compterai un stupide con idiot imbécile de première de moins !
Maky se campe sur ses jambes et lève la tête, furibonde, vers le jeune homme qui lui fait face. Elle n'a pas vidé son sac, loin de là, et elle espère que le garçon n trouvera rien à redire. Elle ne voudrait pas, comme la dernière fois, briser les tympans d'un Coureur/Trappeur, au sens propre. Elle s'était bien faite engueulée, sur ce coup là. Enfin, elle ne lui avait pas brisé les tympans mais causé une "surdité ponctuelle". Et elle préfèrerai ne pas abîmer quelqu'un d'autre. Enfin, rien de tout ceci ne serai arrivé si le blocard avait daigné s'abstenir de lui répondre.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Ethan S. Clark


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 20
Messages : 343
Points : 175
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageDim 19 Juil - 18:19



Where's your sample?

« Please, just be quiet. »


Espérer pourvoir s'en tirer comme ça était une grave erreur. Ethan se doutait bien que la petite n'allait pas le laisser aller ruminer ses pensées noires tranquillement. Non, à la place de comprendre son mal-être et sa détresse -qu'il s'efforçait de cacher des yeux de tous, forcément-, elle se mit à lui crier dans les oreilles, s’époumonant vainement.

« Alors, de un, je ne suis pas une gamine, je suis juste moins âgée que toi, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, stupide flemmard sans cervelle, fulmine la jeune fille. De deux, tu n'as aucun droit de me parler comme ça ! »

Parce que elle avait le droit de lui percer les tympans ainsi ? Quelle ironie ! Las, le trappeur passa une main dans ses cheveux en soupirant bruyamment. Il avait été forcé de s'arrêter puisque la gamine s'était mise pile devant lui, lui barrant le passage de son frêle gabarit. Pour une fois qu'il était confronté à quelqu'un de plus petit que lui...

Il aurait pu simplement la contourner et l'envoyer valser plus loin si elle persistait à s'accrocher à ses jambes. Mais il resta parfaitement immobile. A vrai dire, il comptait attendre qu'elle ait fini son charmant monologue pour la planter là. Quand elle verrait qu'il n'en avait strictement rien à faire de ses paroles, elle stopperait son blabla et il pourrait repartir tranquillement. Tout cela en priant tout et n'importe quoi pour qu'il ne recroise plus jamais le chemin de cette furie. D'ailleurs, il n'avait rien écouté de la suite de sa tirade. Il avait déconnecté et son esprit s'envolait ailleurs. Il voyait juste les lèvres de la fillette qui s'activaient, inlassablement.

Ce fut un index pointant son ventre qui le ramena à la réalité. Il grimaça et fut bien obligé d'écouter la suite de son discours. C'était d'un ennui...

« Donc, est - ce que, s'il te plait, tu pourras mieux faire la prochaine fois ? Ou, pour parler dans ta langue ... Est - ce que la prochaine fois, TU POURRAS MAGNER TON DERRIÈRE ET ME TROUVER QUELQUES ÉCHANTILLONS "DE MERDE" AU LIEU DE PLONGER TÊTE LA PREMIÈRE DANS LA FOSSE DE LA STUPIDITÉ LA PLUS PROFONDE DE L'HISTOIRE DE L’HUMANITÉ ? Sauf si tu aimes être con. Mais si tu es con, tu ne sers à RIEN ! Et autant aller te jeter dans le Labyrinthe pour attendre la nuit tombée, tu ne me ferais pas perdre mon temps, tu ne servirais pas à rien et la Terre compterai un stupide con idiot imbécile de première de moins ! »

Elle se rendait compte que ce n'était pas ses insultes qui le pousseraient au suicide, mais bel et bien sa voix ? Elle était trop criarde, trop violente pour ses pauvres oreilles qui n'avaient rien demandé. Après un nouveau haussement d'épaules -oui, il aimait bien faire ça-, Ethan lui adressa une moue faussement désolée.

« Bon ok, dis-moi ce qu'il faut que je fasse pour que tu comprennes que... J'en ai rien à foutre de ce que tu me racontes ! » termina-t-il plus fort qu'il ne l'aurait voulu.

Parce qu'il pouvait être patient hein -bon, très rarement, on est d'accord-, mais quand on utilisait l'arme des monologues interminables, ça le faisait bien chier, et la patience, ziioouu, partie !

« Donc maintenant, tu peux continuer à piailler que tu veux des échantillons à qui tu veux, mais pas moi ! Je cours dans le Labyrinthe pour éviter qu'un coureur se fasse tuer, pas pour cueillir des fleurs, c'est clair ?! »

Normalement, cela aurait dû être le moment où il reprenait son calme et partait d'un pas furieux. Sauf que la fatigue, l'agacement, l'énervement et la frustration ne semblaient pas vouloir le quitter. Et son tempérament explosif des mauvais jours refaisait surface...
Il serra les poings, son regard menaçant fixé sur la lilliputienne, prêt à lui foutre une droite si elle ouvrait encore une fois la bouche.



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageDim 19 Juil - 19:45

Was passiert ?

[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_nqy1eyhMyA1trsn9io1_r2_250 [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_mzqxprtMwA1qazm8bo1_250      [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ 167571_65

Maky & Ethan ft. Isaac

___


Quelle journée plutôt pas mal !, pensais-je. Je n'avais pas traîné dans le labyrinthe aujourd'hui. Trappeuse plutôt efficace qui courait au même rythme que moi. Parfait, que demander de plus ? Franchement, j'étais heureux. Dans le centre des coureurs, j'avais beaucoup pris la parole ce soir, pour changer tiens ! J'avais toujours mon mot à dire, c'était plus fort que moi. J'avais senti le regard d'Ethan se poser sur moi à cet instant-là comme s'il était toujours autant impressionné par le nombre de mots que je pouvais débiter à la seconde. J'avais souri naturellement. Rien que le fait de croiser son regard me faisait tout flancher. J'aimais parler et encore plus attirer l'attention. Ethan et moi étions tout de même très différents. Lorsque les regards des autres se posaient sur moi, je me sentais tout à fait à l'aise alors qu'au moment où c'était lui je pouvais sentir son malaise. J'avais envie de me rapprocher de lui et de lui prendre la main. Évidement notre relation était encore secrète. Je n'avais pas encore abordé la question avec lui, je n'osais pas. Personnellement ça ne me dérangerait pas de la rendre officielle, mais j'ignorais totalement de ce qu'il pensait. J'avais été plutôt long à en venir à cette pensée après l'incident avec Alaska, mais Ethan me donnait des ailes. Certes, mon attirance avec les hommes était toute nouvelle pour moi comme pour lui, mais c'était dans ma nature de me fiche des avis des autres. Mais Ethan … La question était toujours en suspens dans ma tête et je me félicitais de ne pas encore l'avoir posé moi qui ne tenais jamais en place. L'on m'avait toujours dit de tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler, mais c'était plus fort que moi. J'étais réactif, réactif et encore réactif.

Après avoir donné tout les renseignements de ce que j'avais vu de la journée, j'avais filé encore tout sale à la zone d'entraînement comme chaque soir. Taré que j'étais, j'avais encore de l'énergie à revendre. Toute la rage que je possédais, je la déversais dans mes coups et mes lancers, j'aimais ça, je ne pouvais pas le nier. Et puis parfois, même très souvent il m'arrivait de me laisser tomber allongé sur l'herbe pour fermer les yeux et penser à la seule personne qui m'apportait une énorme joie.

Je m'étais reposé comme cela pendant longtemps ce soir et reprenant soudainement conscience qu'il était temps de bouger, je me levai alors d'un seul bond toujours aussi énergique. Incroyable. J'étais incroyable. Je sortis de la zone et me rendis vers le labyrinthe. Qu'étais-je en train de faire ? Ce n'était pas ma promenade du soir ça ! Et pourtant mes pas me menaient près de l'est. J'étais bizarre. Je passais ma vie dans ce labyrinthe et voilà que je me mettais à y aller aussi le soir. Je soupirai et regardait le ciel. Je souris. J'étais rêveur et heureux. Oui heureux et au calme. Mais cela ne dura pas très longtemps. Déjà, alors que je m'approchais encore plus, j'entendis des éclats de voix. Une voix aiguë. Elle ne m'était pas du tout familière, c'était probablement une personne que je n'avais pas encore rencontrée. Contre qui criait-elle ? '' Échantillons de merde”, “Cons de créateurs” furent les premiers bouts de phrase qui me virent à l'oreille. Elle était vraiment en colère. Je me rapprochais et me cachais derrière un arbre. J'essayais de voir les personnes, mais la vision était cachée, ils étaient trop sur la gauche. À présent, je pouvais presque tout entendre. Cette fille était pire que moi au niveau du débit et de la longueur de ses monologues. Peut-être que l'on pourrait bien s'entendre, mais je n'en étais pas certain. Vu comment elle criait, elle m'énervait déjà. Tout à coup, mes yeux s'écarquillèrent. Bien évidemment elle n'était pas seule et j'entendis enfin la deuxième personne martyrisée par cette dingue. Cette voix. La voix de mon trappeur. Ethan bien sûr. Que se passait-il ? Je n'allais évidemment pas rester ici à écouter derrière les arbres comme un gamin maintenant que je savais qu'Ethan était là-bas.

À grands pas, je m'avançais alors vers eux. Ils n'étaient vraiment pas loin. Mes pas s'accélèrent et bientôt, j'arrivai face à la fille. Non, je ne la connaissais pas, mais elle était prête à frapper Ethan. Elle criait comme une hystérique d'ailleurs Ethan la suivit. Ils allaient vraiment en venir aux mains, c'était sûr.

Sans réfléchir, je fonçai droit sur cette petite blonde et je la saisis par le col, furieux.

- T'as un problème toi ? Tu me casse les oreilles depuis là-bas, fis-je en montrant du doigt l'horizon.

Elle était petite, mais presque aussi grande qu'Ethan. À côté, j'avais vraiment l'air d'un géant.

- Vous m'expliquez là ?, fis-je très calmement.

Cette voix. Cette voix posée. J'aimais tellement là faire après avoir gueulé juste pour déstabiliser tout le monde.

- Donc ? J'attends. J'ai tout mon temps.

Puis, je me mis à siffler.

@Glimy

___________________________________
[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Gjnz


[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite



MessageLun 20 Juil - 18:45





















❝ T'a pas ton échantillon ? ❞
Mais c'est quoi ce boulot ?




Maky, petite tête blonde se dressant devant l’adversité, continue de fixer d'un air furieux le blocard face à elle. Mais elle commence à ressentir un peu de culpabilité. Il a l'air crevé, épuisé, il a le teint cireux. Ce doit être à cause de ça qu'il n'a pas ramené d'échantillons. Ou alors, il n'y a pas pensé, comme nombre de blocards ici soupire t - elle dans sa tête. Elle ne s'est pas autant emportée contre les autres blocards - même si celui - ci, au lieu de soupirer d'un air exaspéré et de pourtant acquiescer comme les autres, a commencé à balancer des vacheries à tort et à travers. Sûrement à cause de sa mauvaise humeur.
Maky commence à se calmer maintenant. Juste à voir le visage du Blocard qui remplis de pitié - cernes, teint blafard. Mais son calme ne dure qu'une seconde car bien sûr, le blocard, lui, ne s'est pas calmé.
- Bon ok, dis-moi ce qu'il faut que je fasse pour que tu comprennes que... J'en ai rien à foutre de ce que tu me racontes ! termine t - il en haussant le ton.
Ses yeux lançant des éclairs, sa colère augmente en même temps que le débit et la force de ses mots.
- Donc maintenant, tu peux continuer à piailler que tu veux des échantillons à qui tu veux, mais pas moi ! Je cours dans le Labyrinthe pour éviter qu'un coureur se fasse tuer, pas pour cueillir des fleurs, c'est clair ?!
Maky recule d'un pas en voyant le visage de Trappeur - puisque c'en est un, vu que son boulot est de protéger - se crisper de fureur. Il a l'air violent, ce que Maky n'est pas vu que de un, elle est incapable de se battre, et de deux, vu qu'elle sait très bien qu'elle ne gagnera rien à être violente, puisqu'elle mesure la moitié de la taille de chaque blocard.
Il la foudroie du regard en serrant le poing. Maky comprends aussitôt la menace contenue dans ce simple geste et s'apprête à le calmer par un "d'accord" rendu un peu aigu par l'anxiété qui la prends. Elle lève la main dans un geste de paix autant que de protection en comprenant pendant la fraction de seconde que lui prends ce geste que c'est autant la faute d'elle que du jeune homme si il s'apprête à la frapper.
Puis Maky aperçoit un éclair au loin. Juste un éclair, car la chose qui a produit ce geste est trop rapide pour les yeux de la jeune fille - pardon, de la gamine. Puis Maky se sent saisie par le col et aussitôt plaque ses mains sur l'autre main, presque aussi grosse que sa tête, qui l'a attrapée comme cela. La jeune fille attrape cette main pour lui faire la lâcher et tire dessus. Rien à faire : elle est quand même soulevée violemment du sol. Maky lève les yeux vers son agresseur.
Attendez ... C'est un géant !
Ce sont les seuls mots qui lui parviennent à la surface.
- T'as un problème toi ? Tu me casse les oreilles depuis là-bas, gronde le géant d'un air furieux.
Maky, terrorisée, crispe ses mains sur celles du géant, plantant ses ongles dans les phalanges du blond. Car, oui, le géant est blond, et très grand. Il a l'air d'être Coureur ou Trappeur. Mais il est tout sauf gentil, d'après ce que peux voir Maky sur son visage.
- Vous m'expliquez là ? fait le géant d'une voix beaucoup plus calme.
Maky retiens son souffle en se calmant. Un tout petit peu. Elle préfère cette voix là. La jeune fille tente encore une fois de se dégager de la poigne ferme du géant avec ses mains mais n'y arrive pas. Elle va se faire frapper, c'est ça ? Maky ne comprends plus rien. Qui est ce garçon, d'où vient - il et pourquoi la soulever du sol comme ça ? D'accord, c'est elle qui a engueulé l'autre blocard, mais quand même un peu légitimement, mais ce n'est pas elle qui a faillit frapper l'autre ! Maky commence à se mordre violemment la lèvre, et sans s'en rendre compte, se l'ouvre carrément. Quelques gouttes de sang perlent sans que la jeune fille le remarque.
- Donc ? J'attends. J'ai tout mon temps. dit le géant en se mettant à siffler.
Maky continue de se débattre. Pourquoi ne l'a t - il pas lâchée ?
Bien qu'elle ne sache pas se battre, Maky sait toutefois donner un bon coup pour faire mal. Mais elle le fait rarement, dans des cas extrêmes. La fois où le cuisinier a voulu se venger en la giflant. Elle lui a balancé son échantillon de mur de Labyrinthe dans la tête. La fois où on s'est moqué d'elle parce qu'elle était petite, et que l'on s'est amusé à la faucher dès qu'elle se remettait debout. Comme elle est tombée, à un moment, près d'un des blocards qui la tourmentaient, elle s'est agrippée à sa jambe et la lui a mordu.
C'est tout.
Mais là, Maky peut considérer cela comme un cas extrême. Elle mords violemment la main du blocard qui la tient en lui donnant un maigre coup de pied (maigre car il est trop loin pour que le coup l'atteigne fort). Le blocard la lêche aussitôt en Maky tombe par terre, se cognant le coude contre une pierre. Tremblante de peur des représailles, la jeune fille s'écarte de deux mètres d'eux. Elle sent que si elle ne réponds pas au géant, il va s'en prendre encore plus à elle. Elle se force donc, malgré sa gorge nouée par la peur, à déglutir et répondre au blond. Les mots, d'habitude se bousculant hors de sa bouche, ont du mal à sortir.
- Je ... Hu-hum. Je faisais la quête des échantillons et - et j'engueulais ceux qui n'en avaient pas. Ils m'ont tous répondu qu'ils feraient attention, presque tous étaient exaspéré, mais contrairement à lui, Maky désigne le Trappeur) personne ne m'a répondu en m'insultant ou avec violence. Donc, je me suis emportée sans avoir remarqué qu'il était faible, fatigué et soucieux, et lui aussi, et là, t'es arrivé et tu m'a saisie par le col !
La jeune fille a les larmes aux yeux sans savoir si ce sont des larmes de peur, de douleur (son coude) ou de colère.
- C'est facile, ça, hein, de me saisir par le col, de me soulever du sol et de me menacer ! C'est facile, de me gueuler dessus et de se préparer à m'en mettre une ! Ouais, c'est tellement facile de s'en prendre aux autres quand ils ne s'y attendent pas, quand ils ne mesurent pas deux mètres de haut, quand ils sont maigrichons et quand ils ne savent pas se battre ! Moi je faisais juste mon boulot, à ma façon, c'est vrai ! Et je n'ai pas remarqué les cernes et la pâleur de ton pote, c'est vrai ! continue Maky en s'adressant au géant. Parce que c'est ton pote, hein, vu que c'est moi que t'a saisie par le col, et pas lui ! Ah, pour gueuler sur ceux que tu connais pas, t'es fort ! Défendre tes amis t'es fort ! Mais réfléchir avant d'agir et frapper les plus faibles, t'es super fort aussi !
Une goutte de sang coule sur la mâchoire de Maky. Son coude saigne aussi. Maky commence à se rendre compte que ce qu'elle déteste le plus au monde coule sur son bras et son menton. Et, en plus de trembler de peur, elle pâlis violemment en regardant son coude. Ça y est, en plus de se faire engueuler, et frapper, elle va se faire ridiculiser en paniquant pile devant les deux blocards.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Ethan S. Clark


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 20
Messages : 343
Points : 175
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageMar 21 Juil - 20:14

HRP:
 



Where's your sample?

« Please, just be quiet. »


Toujours fulminant, Ethan attendait la sentence. La petite allait-elle trouver inutile de lui répondre et déguerpir -ce qu'il espérait de tout son être- ? Ou bien était-elle têtue au point de vouloir à nouveau l'assommer de paroles toutes plus inutiles les unes que les autres ?

Le poing toujours serré, le trappeur tentait de faire appel à sa raison. Il était furieux, certes, mais était-ce une raison pour en venir aux mains ? Depuis son arrivée au Bloc, il n'avait jamais été violent. Dans ses paroles, si bien sûr, mais jamais dans ses gestes. Il trouvait ça inutile, les mots faisaient bien plus mal.

Alors que les deux jeunes gens se regardaient dans le blanc des yeux, la gamine eut l'air plus calme pendant quelques instants. Mais ce moment ne dura pas, puisqu'elle se retrouva soudainement soulevée par le col. Ethan fronça les sourcils avant de comprendre que la personne qui venait de faire cela n'était nulle autre qu'Isaac. Son Isaac qui grondait sur la fouteuse de merde. Un tas de pensées contradictoires vinrent alors parcourir l'esprit du jeune homme. Tout d'abord, il fut soulagé de voir le coureur ici. Parce qu'il était le seul à pouvoir le calmer et le rassurer par sa simple présence. Qu'il eut soudainement envie d'oublier la fille et d'aller embrasser le jeune homme jusqu'à en perdre la raison. Mais, une part de lui était également gênée de voir Isaac se mêler de cette histoire. Parce que cette minimoys était tombée sur lui un jour où il n'en pouvait tout simplement plus, il avait du mal à contrôler sa colère. Mais il n'avait jamais souhaité que l'homme qu'il aimait le voit dans cet état-là.

« Vous m'expliquez là ? » reprit-il très calmement.

Puis, après avoir signifié qu'il avait tout son temps, il se mit à siffler. Totalement perdu par ce changement d'humeur, Ethan hésita entre s'énerver ou rire. Mais aucune de ces deux réactions ne semblait être à la hauteur de la situation. C'était bien dommage.

La fillette se débattit vainement, le regard terrorisé. Il y avait de quoi, Isaac était bien plus menaçant que lui. Elle finit par lui mordre la main. Immédiatement, le coureur la laissa retomber au sol. Ethan fronça les sourcils en serrant une fois de plus le poing. Qu'elle le pousse à bout en parlant sans arrêt était une chose, qu'elle s'en prenne à Isaac en était une autre... La blondinette recula de deux bons mètres, l'air toujours aussi paniquée. Mais elle décida finalement de répondre :

« Je ... Hu-hum. Je faisais la quête des échantillons et - et j'engueulais ceux qui n'en avaient pas. Ils m'ont tous répondu qu'ils feraient attention, presque tous étaient exaspéré, mais contrairement à lui, personne ne m'a répondu en m'insultant ou avec violence. Donc, je me suis emportée sans avoir remarqué qu'il était faible, fatigué et soucieux, et lui aussi, et là, t'es arrivé et tu m'a saisie par le col ! »

Elle avait dit qu'il était faible. Ethan ne put s'empêcher de tiquer à ce moment-là. D'accord, il n'était pas au mieux de sa forme. Carrément pas même. Mais ce n'était pas une raison pour le traiter de faible. De plus, elle lui avait hurlé dessus comme une possédée pour le pousser à bout, et voilà qu'elle se faisait toute petite devant le coureur, soudainement très calme. Juste parce qu'il était plus grand... Il était persuadé qu'elle aurait continué à lui bousiller les tympans si Isaac n'était pas arrivé...

« C'est facile, ça, hein, de me saisir par le col, de me soulever du sol et de me menacer ! C'est facile, de me gueuler dessus et de se préparer à m'en mettre une ! Ouais, c'est tellement facile de s'en prendre aux autres quand ils ne s'y attendent pas, quand ils ne mesurent pas deux mètres de haut, quand ils sont maigrichons et quand ils ne savent pas se battre ! Moi je faisais juste mon boulot, à ma façon, c'est vrai ! Et je n'ai pas remarqué les cernes et la pâleur de ton pote, c'est vrai ! Parce que c'est ton pote, hein, vu que c'est moi que t'a saisie par le col, et pas lui ! Ah, pour gueuler sur ceux que tu connais pas, t'es fort ! Défendre tes amis t'es fort ! Mais réfléchir avant d'agir et frapper les plus faibles, t'es super fort aussi ! »

Impossible. Même lorsqu'elle pleurait et était recroquevillée sur elle-même, cette gamine continuait à proférer un nombre de paroles incalculable. Elle parlait dans son sommeil aussi ?

Puis ses propos n'avaient pas de sens. Elle se plaignait d'Isaac qui lui "gueulait" dessus sans la connaître, mais elle avait fait exactement la même chose avec lui. Reprenant peu à peu son calme -ainsi que l'usage de la parole-, le trappeur se tourna vers le jeune homme avec un petit sourire désolé, faisant quelques pas dans sa direction.

« Elle m'a cassé les oreilles, littéralement. Et puis elle a continué même après que je lui ai dit d'aller voir ailleurs. En m'insultant également. » expliqua-t-il.

Lui se faire passer pour la victime ? Non, vraiment pas. Ils l'étaient aussi bien l'un que l'autre dans cette histoire. Il voulait juste préciser qu'il ne s'était pas énervé pour rien, qu'elle l'avait cherché en l'assommant d'un trop plein de paroles. Isaac savait à quel point il avait horreur de ça.

« Et puis, je te rappelle que tu m'as également gueulé dessus sans me connaitre, hein. » précisa-t-il à la blonde.

Cette histoire commençait vraiment à le fatiguer encore plus qu'il ne l'était déjà. A l'origine, il voulait juste aller réfléchir tranquillement dans son arbre. Torturer son pauvre cerveau avec des milliers de questions, se reposer sans risquer de faire des cauchemars, penser à l'élu de son cœur. Voilà tout.  



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageMar 21 Juil - 22:29

Was passiert ?

[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_nqy1eyhMyA1trsn9io1_r2_250 [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_mzqxprtMwA1qazm8bo1_250 [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ 167571_65

Maky & Ethan ft. Isaac

___

Les deux en face devant moi me dévisageaient comme si j'étais le centre du monde. Après avoir siffloté bien calmement, je me mis à esquisser un petit sourire. Ah qu'est-ce que j'aimais ça, intriguer les gens. Mais là, il ne fallait pas que je fasse le con. Ethan, mon Ethan était là et il ne s'agissait pas de passer pour un monstre. De toute manière, je ne collais jamais de poings à des petites gamines. Enfin quoi qu'avec Clare... nous en étions presque venus aux mains, mais il fallait dire que cette folle dingue m'avait bien cherché. Tranquille assis près de pierres à rêvasser, une folle m'avait foncé dessus pour m'agresser sans aucune raison. Clare. Tarée.

Me reconcentrant sur ma petite mission qui consistait à rétablir l'ordre ici, je fis abstraction à ce souvenir désagréable. Certes, je n'étais pas maton comme j'en avais toujours rêvé, mais je faisais deux têtes de plus qu'eux. Ma main était toujours autour du col de la petite. Je ne la serrais pas fort, pas du tout même, je ne voulais pas lui faire de mal, je désirais tout simplement lui filer une petite frayeur pour calmer le jeu. Maintenant que j'étais là, l'on pouvait entendre le silence planer. Quelle étrangeté, et je ne m'en gênai pas pour en faire la remarque.

- Alors ? C'est silencieux tout à coup, mm j'aime ça.

Et puis je fis un petit clin d'œil coquin à Ethan. Mais à ce moment-là, je me sentis légèrement déséquilibré et ses dents se plantèrent dans ma main. La garce m'avait mordu et tenter de me mettre un coup de pied minable ! Aucune force. Je ne cillais pas et au lieu de m'énerver, j'attendis patiemment la suite en croisant les bras. Elle avait vraiment du culot cette petite gamine. Alors que je m'impatientais pour sa réponse -car il fallait bien le dire, moi et derrière mon faux calme, mon impatience bouillonnait, elle se mit à parler. Enfin parler pas comme il y avait quelques secondes, mais plutôt en hésitant. Je lui faisais si peur que ça ? Apparemment. Magnifique. Tout comme moi sûrement !

- Tu “engueulais” ?
, fis-je en imitant son ton à la perfection lorsque la miss eut fini toute sa tirade.

Oui, une tirade oui, pire que moi il fallait le reconnaître !

- Et bien tout simplement qu'entendre les autres se faire engueuler par une gamine ne donne pas envie de répondre gentiment, tu y a jamais pensé à ça toi ? Oh et puis bon ça va hein, je ne t'étrangle pas non plus hein !

Et puis elle se mit à faire la comédie des gamines que je connaissais par cœur. La petite voix tremblante et les larmes aux yeux. Je me mis à soupirer en la regardant, totalement désespéré.

- Mais oui, et moi c'est facile de n'entendre que du ''blablablabla” quand tu parles.

Elle m'avait accusé sous toutes les coutures et il n'allait pas falloir qu'elle continue encore plus. J'étais susceptible et je ne supportais pas vraiment que l'on me mette sur une marche plus basse. Mon regard se pencha sur son coude qui saignait. N'importe qui aurait vu la scène de loin aurait pensé que c'était mon œuvre, mais c'était une mise en scène. Maligne la garce. Ethan n'avait pas encore parlé, pour le moment il nous avait laissé faire. Je me retournais vers lui. J'étais en quelque sorte le juge ici et je l'encourageai d'un signe de tête à s'exprimer lui aussi. Au moins, je savais que lui n'allait pas me débiter la moitié d'un chapitre. Le jeune homme ne fit que confirmer ce que je pensais. La fille l'avait soûlé avec toutes ses paroles à la noix et elle l'avait insulté. Ça ne m'étonnait même pas. Mais la parole qui suivit venant du trappeur me rire aussitôt.

- Bien dit, ne pus-je m'empêcher d'admettre. Tu sais même pu ce que tu dis à force de baratiner. Tu vois, il y a des personnes qui savent parler bien longtemps, comme moi par exemple, mais alors toi... tu t'embrouilles toi-même.

Étais-je allé un peu trop loin ? Oui peut-être, mais ma prétention allait l'énerver et c'était bon ça. Après tout, ses oreilles méritaient elles aussi de saigner un petit peu. Je laissai une petite pause et puis je m'approchais de la blonde tout doucement et lui prit son menton dans mes mains pour ne pas qu'elle baisse les yeux.

- Ouais, je vois, fis-je, enfin comme pour trancher. Toi, ton boulot ce n'est pas en gueulant que tu vas y arriver petite malpolie et mademoiselle je mords comme un petit animal, et secondo, les échantillons je crois qu'on a autre chose à penser dans ce bordel de labyrinthe !

Ma voix avait haussé le ton dans les derniers mots, mon accent anglais avait été cette fois-ci encore plus prononcé ce qui renforçait mes dires et mon énervement commençait à se faire ressentir. Je devais me contrôler et jouer au faux zen.

- Donc tu t'es prise pour qui en fait là à harceler tout le monde comme ça, tu t'es cru où là ? On n'est pas dans le monde des petits ours tout mignons tout beau là, c'est clair ?! Et ton boulot ? Ouais franchement, je ne crois pas que ton maton t'ai appris à partir à la chasse aux infos de cette manière-là, faut revoir ton travail hein parce que là, bah ça craint.


Puis je laissai un petit rire ironique m'échapper, c'était plus fort que moi. Elle m'énervait et je ne mettais pas gêné pour le lui dire. Ethan s'était fait plus petit et je le comprenais. Sa tête faisait de la peine à voir, il avait besoin d'une bonne nuit de sommeil.. et mon rêve était qu'il la fasse à mes côtés. À cet instant-là, j'ignorai si Maky parvint à lire dans mes yeux, mais ce fut une étincelle d'amour qui y ressortit lorsque je me retournai vers mon trappeur.

@Glimy

___________________________________
[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Gjnz


[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite



MessageMer 22 Juil - 9:54





















❝ Mais moi, je sais très bien pourquoi ... ❞
Parce que je suis une liliputienne !




Maky regarde partout autour d'elle, sauf son coude. Elle ne veut pas penser qu'elle saigne. Elle ne veut pas penser au sang, à son cauchemar. Elle attends la réponse des deux blocards.
- Elle m'a cassé les oreilles, littéralement. Et puis elle a continué même après que je lui ai dit d'aller voir ailleurs. En m'insultant également. fait le Trappeur.
Maky penche la tête de côté pour que ses cheveux lui tombent sur le visage. Elle a envie d'étrangler le blocard. Mais pourtant, même s'il n'est pas très impartial, il est plutôt honnête. Elle supporte mal qu'il dise qu'elle lui a cassé les oreilles, mais le fait qu'il rajoute le "également" après le "En m'insultant" sous - entends que la Trappeur avoue que lui aussi l'a insultée.
Maky ne peut pourtant pas s'empêcher de lui en vouloir. Un peu.
- Et puis, je te rappelle que tu m'as également gueulé dessus sans me connaitre, hein.
Maky ouvre la bouche pour lui dire que c'est son boulot, mais se retiens. Il lui dirai que crier sur les gens n'est pas son boulot, et même si elle a ses raisons, il n'aurait pas tort. Un peu vexée d'être la seule responsable, d'après les deux hommes, dans cette histoire, Maky lâche un petit soupir entre ses dents. Ses larmes ont arrêté de couler et se maintiennent à la frontière des ses yeux. Elle oublie peu à peu qu'elle saigne. Mais elle n'arrête pas de trembler.
Le géant, qui a parsemé la tirade de la jeune fille de commentaires exaspérants et vexants, ricane aussitôt.
- Bien dit. Tu sais même plus ce que tu dis à force de baratiner. Tu vois, il y a des personnes qui savent parler bien longtemps, comme moi par exemple, mais alors toi... tu t'embrouilles toi-même, dit - il d'un ton prétentieux.
Maky sent monter la rage. Si jamais elle doit s'excuser un jour, elle le fera devant le Trappeur, mais plutôt mourir que de le faire devant lui !
- Ouais, je vois. Toi, ton boulot ce n'est pas en gueulant que tu vas y arriver petite malpolie et mademoiselle je mords comme un petit animal, et secondo, les échantillons je crois qu'on a autre chose à penser dans ce bordel de labyrinthe ! termine le géant en haussant le ton.
Il a l'air en colère. Maky, effrayée mais furieuse de voir que pour lui, elle n'est qu'une gamine sans cervelle, comme pour les autres, le voit faire tout les efforts possibles pour se calmer.
- Donc tu t'es prise pour qui en fait là à harceler tout le monde comme ça, tu t'es cru où là ? On n'est pas dans le monde des petits ours tout mignons tout beau là, c'est clair ?! Et ton boulot ? Ouais franchement, je ne crois pas que ton maton t'ai appris à partir à la chasse aux infos de cette manière-là, faut revoir ton travail hein parce que là, bah ça craint.
Le visage de la jeune fille se ferme et s'assombrit. Elle entends le blocard rire et quand elle lève la tête, regarder son ami avec ... De l'affection ? De l'amour ? Quelle chance, ils avaient dû découvrir qu'ils étaient de la même famille. Maky n'en a plus, de famille. La plupart des blocards sont majeurs et en âge de se débrouiller seuls. Maky, elle, n'a que 13 ans. Ses parents lui manquent beaucoup, elle a oublié leurs noms, si elle avait des frères et sœurs ... Et puis, ici, on la prenait pour la sans - cervelle et on la faisait tourner en bourrique. Les plus cruels s'amusaient à la frapper. Elle en a marre. Mais pour une fois, entre ces trois sentiments, la peur que lui inspire le géant, la tristesse qu'elle éprouve à être rejetée et à s'en prendre aux autres, et la colère qu'elle sent monter en elle par les mots du blond, pour une fois, c'est la colère qui l'emporte. Et haut la main.
Maky se relève et s'approche du géant.
- Oui, beaucoup de personnes parlent longtemps, mais personne ne le fais aussi bien que monsieur, n'est ce pas ? dit la jeune Chercheuse en murmurant furieusement. Car Monsieur est parfait ! Monsieur a des amis ! Monsieur a trouvé de la famille ! (elle désigne le Trappeur) Je sais bien que je ne suis pas parfaite, je sais bien que je n'aurais pas dû hurler sur lui ! Alors pourquoi tu continues à t'acharner sur moi ?! J'ai bien vu que tu essayais de te montrer impartial. Mais pourtant, des deux, même si je sais que je suis la plus à blâmer, tu n'a grondé que moi ! Pas lui, là ! Mais moi, je sais très bien pourquoi.
Maky reprends son souffle et passe brutalement de la colère à la tristesse. Une larme brûlante, une seule, lui coule sur la joue.
- Parce que je suis la gamine. Parce que je suis la plus petite. Parce qu'on ne fait pas attention à moi sauf pour m'embêter, me tourmenter. Tu vas faire comme les autres, là, hein ? Tu vas t'amuser à me pousser à terre et à m'empêcher de me relever ? Je suis petite en taille, c'est vrai. D'accord, tu me fais peur, et t'es plus grand. J'ai peut - être un sandwich moisi dans le crâne, ça ne justifie pas que personne ne fasse attention à moi sauf .. Pour s'amuser sur mon dos ! Je suis obligée de crier, ou alors de faire une entrée fracassante, parce que sinon, je ne me ferais pas respecter, et on ne me verrai même pas quand je ferai la quête aux échantillons. Alors, tu as beau mesurer 2m et moi 1m60, avec tes 40cm de plus, t'a 40% de cruauté en plus. Estime toi heureux, y en a, ils ont 80% de cruauté et le reste, c'est de la débilité.
Maky renifle dédaigneusement avant de se tourner vers le Trappeur.
- D-désolée de t'avoir crié dessus, je n'avais pas vu que tu étais fatigué et tout pâle. C'est à toi de choisir si je dois me faire engueuler par ton frère ou ton chai - pas - quoi, là, ou il doit me laisser tranquille, dit - elle en hésitant, un peu craintive.
Mais sitôt qu'elle se tourne vers le géant, une colère abyssale remplace sa compassion, et elle se retiens de lui balancer toutes les insultes du monde. Tentant en vain de cacher sa rage, elle décide de se reconcentrer sur sa culpabilité. Ce n'est pas agréable, mais elle risque moins de se faire taper dessus.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Ethan S. Clark


Date d'inscription : 22/04/2015
Age : 20
Messages : 343
Points : 175
Localisation : Dans la forêt, ou en train de parcourir le Labyrinthe.



Carnet des Souvenirs
Âge : 17 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageVen 24 Juil - 13:39



Where's your sample?

« Please, just be quiet. »


Isaac semblait prendre un malin plaisir à commenter la tirade de la gamine. Et le trappeur ne faisait rien pour calmer le jeu. Il préférait largement écouter le jeune homme plutôt que la blondinette. Notamment parce que ces paroles méprisantes ne lui étaient cette fois-ci pas destinées, et parce qu'il avait raison. Néanmoins, Ethan fronça légèrement les sourcils en l'entendant se vanter. Il n'avait pas tort bien sûr, et on retrouvait bien là la prétention légendaire d'Isaac. Mais celui-ci ne se lançait jamais de fleurs devant lui, habituellement. C'était à la fois étrange et drôle. Sauf que la situation n'avait rien d'amusant. Le brun se retint donc de tout commentaire humoristique.

Pourtant, le coureur rit à ses paroles. Ethan lui adressa un petit sourire discret en croisant les bras sur son torse. Il n'aurait vraiment pas aimé être à la place de la fille. S'attirer les foudres d'un couple n'avait rien de rassurant. Surtout si Isaac comptait dedans.

« Toi, ton boulot ce n'est pas en gueulant que tu vas y arriver petite malpolie et mademoiselle je mords comme un petit animal, et secondo, les échantillons je crois qu'on a autre chose à penser dans ce bordel de labyrinthe ! »

Exactement. Voilà ce qu'il avait tenté de lui dire depuis le début. A sa façon, c'était vrai. Mais tout le monde savait que les monologues n'étaient pas réellement son truc.

Ethan leva les yeux vers son coureur. Celui-ci lui adressait un regard... indescriptible. Le jeune homme put y lire de l'affection et de l'amour, tout ce dont il avait besoin à ce moment-là. Il lui rendit son regard en souriant doucement. Si seulement ils pouvaient clôturer cette conversation une bonne fois pour toute et se retrouver seuls...

Néanmoins, la fillette sembla en avoir décidé autrement. Elle faisait presque de la peine à voir ; larmes qui séchaient sur ses joues, sang qui coulait le long de ses bras, tremblements incessants de ses membres... Elle se releva et s'approcha d'Isaac, murmurant furieusement :

« Oui, beaucoup de personnes parlent longtemps, mais personne ne le fais aussi bien que monsieur, n'est ce pas ? Car Monsieur est parfait ! Monsieur a des amis ! Monsieur a trouvé de la famille ! » en désignant le trappeur.

Quoi ? Avait-il loupé un épisode ? Ethan haussa un sourcil, soudainement perdu. De quoi parlait-elle ?  La blondinette reprit son roman oral tandis qu'une larme coulait sur sa joue. La suite fut plus dramatique, et il eut l'horrible impression d'assister à une tragédie. Mais ils vivaient tous une tragédie, inutile donc d'en rajouter. D'accord, elle était petite et devait donc être plus moquée que les autres blocards. Mais ils avaient tous leurs propres problèmes, non ? Lui se faisait narguer par tous ses souvenirs. Pourtant, il n'utilisait pas cette excuse pour aller embêter son monde hein. De plus, elle reprochait à Isaac de prendre sa défense à lui. Mais il n'y avait rien de plus normal...
Puis la compassion ne faisait pas parti du vocabulaire d'Ethan. Cette fille l'agaçait, pas question qu'il la prenne en pitié. Surtout qu'elle avait dit qu'il était un flemmard...

Néanmoins, la suite de la tirade l'interpella brusquement, puisque c'était directement à lui qu'elle s'adressait ;

« D-désolée de t'avoir crié dessus, je n'avais pas vu que tu étais fatigué et tout pâle. C'est à toi de choisir si je dois me faire engueuler par ton frère ou ton chai - pas - quoi, là, ou il doit me laisser tranquille. »

Elle s'excusait... Pourtant, ce ne fut pas cela qu'il retint de ses paroles... Même s'il avait voulu éviter cette réaction, il se mit à rire. Ou à éclater de rire plutôt.

« Mon-mon frère ?! »

Bon, la situation n'était vraiment pas propice au rire, mais il n'avait pu s'en empêcher. C'était bien la première fois que l'on prenait le coureur pour un membre de sa famille. En même temps, c'était compréhensible : leur relation n'était pas exposée aux yeux de tous, et leur complicité pouvait laisser porter à confusion. Mais tout de même ! Les bras toujours croisés, Ethan calmait peu à peu son fou-rire. Ce n'était vraiment pas le moment, même si c'était drôle.

« Euh... »

Décidément, il manquait d'inspiration. La fillette s'était excusée. Pas question qu'il en fasse de même, ce n'était vraiment pas son genre. D'ailleurs, la blonde semblait avoir énormément de mal à contenir sa rage. Chacun son tour...

« Tout dépend de toi en fait, déclara-t-il. Si tu comptes continuer à piailler comme une tarée, mieux vaut poursuivre notre apprentissage de la vie ici. Sinon, tu ferais mieux de détaler. »

Ethan, jouer au chieur de première ? Bien évidemment, n'oublions pas que c'était sa passion, et ce même fatigué et agacé comme il était actuellement.



Code by Wiise sur Never-Utopia



___________________________________
groupe1 groupe1
EthanThere are only shadows around me.

By Isaac d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Empty
MessageVen 24 Juil - 19:54

Was passiert ?

[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_nqy1eyhMyA1trsn9io1_r2_250 [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Tumblr_mzqxprtMwA1qazm8bo1_250 [Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ 167571_65

Maky & Ethan ft. Isaac

___

Ethan me rendit mon sourire. La chaleur me monta partout à une allure folle. L'amour. Un sentiment si puissant si bien que mes joues se mirent à rosir. Non, il fallait que je me ressaisisse, la fille allait forcément deviner. Mais au fond, je savais que je m'en fichais. De un je n'avais pas peur d'une petite gamine et de deux le fait de savoir que les gens pouvaient savoir à propos de nous me soulageait, j'en étais certain. J'avais vu Ethan tiquer du coin de l’œil lorsque ma prétention avait refait surface devant cette fille. C'est vrai, il ne me connaissait pas du tout comme ça à part avec les ragots des autres blocards, mais il ne l'avait jamais vraiment vu en vrai de ses propres yeux. Avec lui, j'étais quelqu'un d'autre, une personne gentille. Le trappeur avait une bonne influence sur moi, c'était clair. Avec légèreté, je m'étais retourné en sa direction juste après mes mots comme pour lui lancer un regard d'excuse. Non, je ne m'étais pas vanté à lui, mais à cette fille, mais c'était pareil, il l'avait entendu. Face à moi la gamine parut totalement en colère au moment où je lui disais que ce n'était pas son boulot de gueuler. Dommage que je n'étais pas maton – encore une fois !- sinon je l'aurais puni pour son insolence. Personne à part les coureurs et les trappeurs ne savaient ce qu'il nous coûtait chaque jour d'aller pénétrer dans le dédale. Nous y passions nos journées certes, mais nos nuits aussi et nos esprits y étaient également. Nous nous levions avec, nous nous endormions en sa compagnie et nous en rêvions aussi... Bref, toute notre existence était commandée par ce fichu bloc rempli de dangers.

Néanmoins, malgré ma leçon de morale, la fille ne sembla pas l'entendre de cette manière-là. Déjà, elle s'avança vers moi telle une furie et se mit à insister sur le mot ''parfait''. Apparemment, j'étais parfait, trop parfait même et elle m'en voulait de continuer à m'acharner sur elle. Tout à coup, ce que je redoutais tomba. Elle disait savoir pourquoi. À cet instant-là mon cœur fit un gros bond dans ma poitrine si bien que j'eus envie de me retourner vers le trappeur ahuri, mais je je ne fis pas. J'avais la maîtrise. Avait-elle deviné ? Non, comment ? Oh mon dieu. Qu'allait-elle faire après de cette information aussi bavarde qu'elle était ? Peur ? Non pas du tout. J'aurais tellement désiré prendre la main de mon trappeur à ce moment-là. De plus, j'avais tout ce que je voulais selon elle alors qu'elle non et elle me parlait de famille. De famille, quoi ? Des excuses ? Je m’emmêlais les pinceaux. Oui des excuses car la demoiselle venait de changer de ton aussitôt pour prendre une voix mielleuse pour mon ami.

- De famille pauvre cloche ? Moi parfait ? Ma pauvre t'es vraiment trop c...., famille ? Nous sommes tous seuls ici espèce de....


Je me tue, les joues rougies. Je pouvais m'énerver très vite certes, mais mon corps ne parvenait pas à dire de gros mots. Mon éducation ? Je ne savais pas, mais à chaque fois que j'essayai ma langue fourchait pou me faire taire, étrange. Était-ce le vrai moi qui me collait aux baskets ? Par ailleurs, elle avait insisté sur ma taille encore une fois. Mais qu'est-ce que j'y pouvais si j'étais bien plus grand que la plupart des blocards bon sang ? Oui, je ressemblais plus à un trappeur qu'à un coureur, et alors ? Oui, ça tout le monde me le disait et j'étais même étonné que cette fille ne me l'ai pas encore balancé. J'étais cruel. Plus grand et plus cruel, voilà ce qu'elle m'avait dit ! Tandis qu'elle s'excusait, je me mordis les joues. Je luttai. Ses paroles étaient-elles vraies ? Peut-être vu que je m'acharnais, vu qu'elle me traitait de méchant... Il ne fallait pas que je le montre et bon comédien comme je l'étais je lui lançai une espèce de sourire ironique.

À cet instant-là, je notai le malaise d'Ethan qui avait également été intrigué par ce qu'elle venait de dire. Mais je compris. Ses paroles suivante m'éclairèrent un peu plus. Mon frère ! Elle pensait que je défendais mon frère, en l'occurrence Ethan. J'écarquillai les yeux tandis qu'un rire derrière moi se fit entendre. Ethan. Il riait fort et parut totalement amusé par la fille. Quoi ? Il riait à ses propos maintenant ? Je me retournais vers lui, surpris moi aussi.

- Tu es vraiment blonde toi, laisse tomber.


Mais juste avant elle s'était excusée auprès d'Ethan. Je croisai les bras. Bon elle s'était excusée, mais en attendant à peine après avoir retrouvé un ton calme elle se radressa à moi comme si j'étais son chien de compagnie.

- Cruauté, je veux bien demi-portion, mais tu te crois maligne à faire ta victime ? Tu n'as pas cinq ans hein, c'est pas en versant des petites larmes de bébé qu'on s'excuse. Quand on s'ex-cuse...

J'avais parfaitement articulé en faisant bien sonner mon accent britannique à ses oreilles et je m'avançai vers elle pour lui saisir de nouveau le col, mais pas fort.

- Quand on s'excuse bon sang, on regarde dans les yeux, on ne pleure pas, tu agis en adulte bon sang !

Son ton avait été si faux. Ça y est. Mon impatience incontrôlable était sortie, c'était foutu. Oui, tout aurait dû se calmer, mais à cause de moi cette fois-ci tout repartait car je m'énervais. Je ne supportais pas le fait qu'elle m'ait mal parlé alors qu'elle venait juste de lécher les bottes à mon ami. Ça se trouve, elle voulait juste être tranquille et débarrasser. Voix mielleuse, pff !

- On regarde dans les yeux ! Avec sincérité !


Je la lâchai d'un seul coup et la poussai vers Ethan.

- Maintenant tu recommences en promettant que tu iras pu faire ch.. casser les pieds aux blocards en le pensant vraiment ! Personne ne sait ce qui se trouve dans ce labyrinthe à part nous, OK ?? OK ??!

Ma voix s'était mise à monter presque dans les aigus. Elle m'énervait, oh que oui !

@Glimy

___________________________________
[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Gjnz


[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥ Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite



MessageVen 4 Déc - 19:55





















❝ Pitié, le géant, me mange pas ! ❞
J'suis pas comestible !




Un rire la coupe de ses pensées de contrôle. Un rire clair. Maky se tourne, stupéfaite, vers le Trappeur, qui a éclaté de rire sans pouvoir s'arrêter. Que se passe – t – il ? Maky déglutis. Elle a dit quelque chose de drôle ? Nnnonnn, en fait il rigole juste parce qu'elle a dit … qu'il était …

- Mon-mon frère ?!

Maky, s'étonnant de le voir continuer à rire, se campe sur ses jambes, prête à détaler au moindre revirement d'attitude. Pourquoi rit – il ? Ce n'est pas vraiment drôle, ça. Enfin, peut – être qu'à leurs yeux, c'est drôle. Finalement non, pas à leurs yeux, pense Maky en entendant la remarque du géant sur sa couleur de cheveux. Ça ne fait rire que le Trappeur. Maky commence d'ailleurs à l'apprécier. C'est le seul qui ne lui a pas crié dessus – enfin si, mais il avait une bonne raison. Tandis que l'autre géant, là, à la secouer comme un prunier en lui criant dessus … Il n'a aucune excuse. Un « euh » hésitant détourne les pensées de la jeune Chercheuse qui regarde le Trappeur d'un œil craintif.

- Tout dépend de toi en fait. Si tu comptes continuer à piailler comme une tarée, mieux vaut poursuivre notre apprentissage de la vie ici. Sinon, tu ferais mieux de détaler.

Maky esquisse un sourire gêné avant de se mettre à rire aussi. Une tarée … On lui a déjà dit qu'elle était liliputienne, folle, demi-portion, idiote, crétine, débile mentale, mais tarée, on ne le lui a jamais faite ! Et poursuivre son « apprentissage de la vie » … Il a une drôle de façon de parler de l'engueulade monumentale qu'elle subit depuis tout à l'heure. Son rire se transforme en fou – rire. Comme lui. Apprentissage de la vie ! Heureusement que ce n'est pas le géant qui se charge d'expliquer la vie aux Blocards, sinon ils seraient tous colère-à-fond depuis belle lurette ! Maky ouvre la bouche, joyeuse, pour répondre à celui qu'elle adore désormais [Note : désolée Ethan xD], quand l'autre fou-furieux rugit une nouvelle fois. Maky tressaillit en le regardant vociférer.

- Cruauté, je veux bien demi-portion, mais tu te crois maligne à faire ta victime ? Tu n'as pas cinq ans hein, c'est pas en versant des petites larmes de bébé qu'on s'excuse. Quand on s'ex-cuse...

Maky, mi-terrifiée et mi-fulminante, bondit en arrière quand le géant s'approche d'elle, ce qui ne l'empêche pas de la saisir une nouvelle fois par le col, sans la soulever du sol cette fois. Maky est paralysée de peur.

- Quand on s'excuse bon sang, on regarde dans les yeux, on ne pleure pas, tu agis en adulte bon sang ! On regarde dans les yeux ! Avec sincérité !

Maky écarquille les yeux et s'arrache à l'étreinte de l'homme furieux. Ça ne sert pas à grand-chose car il la lâche au même moment et elle s'étale devant le Trappeur : le géant vient de la pousser. Aussitôt, elle se relève et s'écarte de deux bons mètres de ce dernier, terrorisée. Tremblante, elle tente de dire à ses jambes de ne plus bouger, mais réussit juste à stopper les tremblements de ses mains. Se mordant la lèvre, elle regarde l'autre fou cracher littéralement ses derniers mots.

- Maintenant tu recommences en promettant que tu iras pu faire ch.. casser les pieds aux blocards en le pensant vraiment ! Personne ne sait ce qui se trouve dans ce labyrinthe à part nous, OK ?? OK ??!

Maky sursaute. Elle regarde le géant, le Trappeur, puis le géant, puis le Trappeur et reste sur le Trappeur.

- Je suis pour l'apprentissage de la vie, mais pas avec le géant. Et est – ce que tu pourrais m'apprendre à manier un couteau, histoire d'empêcher les gens de m'embêter ? En échange, je t'embête plus pour les échantillons, j'essaie de ne pas crier quand tu es dans les parages, et si tu veux, je peux même aller casser les pieds à des gens en particulier si tu ne les aimes pas … S'il te plaît, accepte ! Tu m'apprends la vie, et les couteaux, et en échange, je te laisse tranquille, je ne crie pas trop, j'embête qui tu veux … Je peux même t'offrir mes parts de tartes !

Maky sent qu'elle va le payer, de ne pas avoir obéit au géant. Elle lui décoche un regard effrayé, et, voyant celui de l'autre, sans attendre la réponse du Trappeur (bien qu'elle ira la chercher plus tard), fuit à toutes jambes, le plus loin possible. Elle sait qu'il la rattrapera très facilement s'il le veut. Traversant le Pré, elle fuit dans le Petit Bois. Elle choisit un arbre, y monte le plus vite possible, maladroitement, et essaie d'atteindre le sommet, où les branches, trop fines, craqueront sous le poids du géant, mais seulement sous son poids à lui. Quand elle a le sentiment d'être en sécurité, elle arrête de grimper et écarte un feuillage pour regarder si elle s'est faite poursuivre.






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


[Abandonné] T'a pas ton échantillon ? Mais c'est quoi ce boulot ? | Maky ft. Ethan & Isaac ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Mais c'est quoi cette île
» Ce n'est pas un film d'espionnage, mais presque ▬ le 08.02.11 à 00h15
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-