Partagez

« Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageVen 24 Juil - 20:27


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
L'on dit souvent que la nuit porte conseil. Qu'elle répare les esprits endoloris, et les cœurs meurtris. Qu'elle guérit les âmes en perdition, égarés, dans ce monde bien trop vaste, inconnu. Pour Delisia, c'en demeurait hélas autre chose. Elle accueillait chaque coucher de soleil avec affliction, désarroi, sachant pertinemment qu'elle ne saurait trouver le sommeil. Des nuits agitées. Des nuits tourmentées. Tant, qu'elle ne prenait même plus la peine de se battre contre son esprit, qui ne souhaitait tout bonnement pas coopérer ; le vile. Il ne devait probablement pas être loin des vingt-trois heures, et la plupart des habitants sommeillaient avec quiétude, et elle s'étonna à les envier. La paix des songes en venaient à lui manquer, quelques fois. Du moins, les rares fois où elle l'avait connu, la jeune femme s'était réellement sentie bien, d'attaque pour affronter le monde. Mais ces cauchemars, ainsi que cette peur qu'elle avait de s'endormir finissaient toujours par tout gâcher. Delisia finit par se résigner, et se leva de son hamac, prête à de nouveau passer une nuit blanche, espérant que Andy ne l'avait point abandonné en cours de route. Andy. Elle ne comptait même plus le nombre de nuit qu'il lui avait sauvé, depuis son arrivée. Depuis son arrivée, il avait accompagné ses insomnies de sa présence, qui lui était plus que précieuse, dans ce genre de moment. Lui aussi, semblait avoir un problème avec le sommeil, ne le trouvant point, bien qu'il demeure des plus convoités. Peut-être avait-il aussi connu des traumatismes, lors de son ancienne vie. Peut-être que ses anciens démons, essayaient tant bien que mal de ressurgir, des méandres de sa mémoire perdue. Delisia se souvenait encore de son premier jour au bloc. De cette façon, dont-il avait été désorienté, apeuré, bien qu'il sache canaliser ses émotions bien mieux qu'elle.

Arrivée à la hauteur du hamac du jeune homme, la jeune femme ne put s'empêcher de le scruter un instant. Il semblait dormir, ou lutter contre un sommeil qui n'était point prêt d'arriver. Dans tous les cas, ce fut en silence, qu'elle rejoignit sa couche, s'installant tête bêche à côté de lui, ne prenant comme à son habitude, pas la peine de lui demander la permission. « Tu dors ? » Sa question était débile. Tellement débile, qu'elle ne put s'empêcher de pouffer de rire toute seule, comme la tarée qu'elle avait toujours été. « Désolée si je t'ai réveillé, mais je n'arrive pas à dormir. » Comme tous les soirs. Au bout de cinq mois, elle présumait qu'il l'avait remarqué. Son regard se posa sur le jeune homme, et un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres. « Ça doit te faire une belle jambe, hein ? Mais hors de question que tu dormes, alors que moi je tourne en rond, c'est trop injuste. » Puis elle reporta son attention sur ce ciel, cette masse sombre, recouvrant le bloc d'un immense manteau étoilé. Elle ne pourrait probablement jamais se lasser de le regarder, mais il pouvait se montrer ennemi, paradoxalement, traître.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 24 Juil - 23:58


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia



Le soleil commence à se coucher lentement. Une nouvelle nuit où je vais devoir lutter pour trouver le sommeil et éviter d'avoir à faire à ses horribles cauchemars, si réels que l'on dirait des souvenirs. Souvenirs souvent horribles, j'essaye de les comprendre, de les déchiffrer, serrais-ce des souvenirs de mon passé oublié ? Certains rêvés ont l'air joyeux et agréables mais la plupart d'entre eux montrent des morts, je rêve souvent du labyrinthe mais surtout d'un rêve régulièrement. Ce rêve, ou plutôt ce cauchemar ? C'est celui où les portes du labyrinthe ne se refermeraient plus la nuit, et que toutes les bêtes jusqu'à ici découvertes dans ce dédale, débarqueraient dans le bloc détruisant tout sur leur passage. Mais je sais que c'est impossible, que mes rêves sont la que pour me déstabiliser, et que je ne dois pas les croire, malgré qu'ils se répètent souvent de la même façon chaque nuits.

~Quelques heures plus tard

Maintenant, il doit être aux alentours de vingt-trois heures, je ferme les yeux en essayant de me faire emporter par le sommeil mais rien ne se passe, et les minutes défilent. Je me lève un peu dans mon hamac et voit que tous le monde dort paisiblement, et il faut dire, je les envie énormément. Je referme les yeux en retentant de dormir. Soudain, j'entends des pas et je devine déjà de qui il s'agit. Je n'ai même pas besoin d'ouvrir les yeux que je sais qu'il s'agit de Delisia. Elle est arrivée un mois avant moi au bloc, elle est venue me voir le premier jour, le jour où l'on m'a tous montrée à propos du bloc, mais surtout le jour où j'ai du dire bienvenue à cet enfer. Il faut dire qu'elle parle beaucoup et qu'elle est maladroite, mais elle est fidèle et ne me lâchera jamais d'une semelle ! J'aime bien l'énerver avec mon sarcasme et mon humour ironique qu'elle qualifie d'humour à deux balles, c'est toujours amusant. Tout comme moi, elle est insomniaque, et c'est on passe pratiquement chaque nuit à discuter en attendant que le sommeil arrive, il est même arrivé à faire des nuits blanches. 

Je sens, comme à son habitude, qu'elle s'installe dans mon hamac, heureusement qu'il est assez grand sinon un d'entre nous serait par terre ! Je l'entends poser doucement, la question qui je trouve, la plus débile qui existe pour moi, mais elle est bien obligé de la poser, ce n'est qu'un signe de politesse à près tout.

« Tu dors ? »

Je l'entend échapper un rire, je ne peux m’empêcher de sourire, sourire en pleine nuit alors que je ne trouve pas le sommeil, c'est rare. Et comme à son habitude, elle commence, ce que je qualifie comme un monologue, je m'y suis habitué après tout.


« Désolé si je t'ai réveillé, mais je n'arrive pas à dormir. Ça doit te faire une belle jambe, hein ? Mais hors de question que tu dormes, alors que moi je tourne en rond, c'est trop injuste. »

Je décide alors d'ouvrir les yeux, j'arrive à distinguer les hamacs, mes yeux sont plutôt habitués au noir depuis tout ce temps.

« Comment veux-tu que je dorme, j'aurais pu t'entendre venir à des kilomètres à la ronde tu sais ! dis-je doucement et ironiquement, un sourire au lèvres.
Ce qui est injuste, c'est de voir tous le monde dormir comme des bébés. Ils doivent rêver de compte de fées et de licornes. Je continue de parler, plus sérieusement cette fois-ci. Tu veux faire quoi ? Vu que nous sommes les pauvres insomniaques du bloc ! »

Je lève soudain les yeux au ciel, attendant sa réponse. Je remarque immédiatement que les étoiles brillent plus que jamais, je les regarde presque tout le temps. Dans plusieurs de mes rêves j'ai entendu cette phrase et j'ai décidé d'y réfléchir.

« Les étoiles ne sont visibles que dans l'obscurité.» dis-je, en scrutant toujours le ciel, où les étoiles sont la source de lumière qui illuminent cet endroit si obscur.



electric bird.


Dernière édition par Andy Walker le Ven 7 Aoû - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 26 Juil - 21:05


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
Peut-être se montrait-elle beaucoup trop intrusive. Peut-être finirait-il par fuir à son tour, comme toutes les anciennes personnes qui n'avaient guère pris le temps de la connaître. Chez-elle, il n'y avait point grand chose à retenir, après tout. C'était une jeune fille beaucoup trop joyeuse, sociable, et incomprise. Bien que parfois, elle puisse se reprocher d'en vouloir au monde entier, Delisia s'était vite rendue compte, que c'était le monde entier qui lui en voulait. Mais avec Andy, ça semblait différent. Tout semblait différent. Il l'avait accepté, telle qu'elle était, et aussi agaçante soit-elle. Il ne l'avait jamais jugé, et dans un sens, elle lui en était grée. Se faire des amis n'avait rien de compliqué en soit, mais ici, les personnes de confiance se comptaient sur les doigts d'une seule main. Les paroles emplies de désespoir du jeune homme eurent pour don de la faire sourire ; il n'avait pas tort. D'ailleurs, elle ne comprenait guère, comment ils arrivaient tous à dormir dans ces conditions. Peut-être demeuraient-ils tout simplement plus forts, ou peut-être étaient-ils tout simplement stupides d'être aussi sereins malgré ces temps de chaos. Quoi-qu'il en soit, c'était eux, qui étaient les abrutis en cet instant. Delisia voulut hurler, chanter, faire du bruit, pour tous les réveiller, mais elle savait pertinemment qu'ils allaient l'assassiner, et donner son corps en pâture aux griffeurs. « La vie est injuste, n'est-ce-pas ? Un de ces soirs, l'on devrait organiser une vendetta contre eux, et ne pas les laisser dormir. On finira probablement notre soirée au gnouf, mais au moins, ça aurait le mérite de nous divertir. » Affirma-t-elle, lui soufflant tout de même l'idée, au cas où il marcherait. Avait-elle d'autres idées comme ça, pour les mettre dans la merde ? Connaissant son esprit des plus créatifs, elle se savait capable de mieux.

Son océan se planta vers le ciel sombre, qui semblait la calmer à petit feu. La calmer, bien que le sommeil ne semble point prêt à arriver. Cependant, Delisia ne put s'empêcher d'esquisser un sourire ironique, à l'entente de ses paroles. Était-il en train de se la jouer poète ? « Sans rire, t'as vraiment trouvé ça tout seul ? Andy le romantique qui aime les étoiles. » Se moqua-t-elle. Se moqua-t-elle ouvertement. C'était comme cela que leur relation avait toujours fonctionné, et visiblement, la jeune femme ne semblait point prête à laisser passer une seule occasion, pour se foutre de sa gueule. Et en l’occurrence, cette occasion avait-été bien trop belle. Delisia finit par se lever en trombe du hamac, n'en pouvant décidément plus de rester immobile. Il lui fallait une occupation, sinon elle allait devenir folle. Du moins, plus qu'elle ne l'était déjà. Son regard se posa un instant sur le bois, et ces arbres, le recouvrant. S'y engouffrer serait probablement du pur suicide, dans la pénombre. Mais un sourire de défi se dessina sur ses lèvres, jetant un regard en coin sur l’adolescent. « Aimes-tu vivre dangereusement, Andy ? Si c'est le cas, bouge tes grosses fesses, on va faire un tour. » Et pour illustrer ses propos, Delisia secoua le hamac avec enthousiasme, afin qu'il daigne se lever.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 27 Juil - 13:55


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia


Bon et bien, ce n’était clairement pas cette nuit où j'aurai trouvé le sommeil. A l'entente de ses paroles énonçant une éventuelle rébellion des insomniaques, je ne pu m’empêcher de retenir un rire.

« Sérieux, t'a d'autres idées de ce genre où alors c'est le manque de sommeil qui fait ça ? »

Je n'avais jamais pensé à cette idée, car mis à part pour aller au gnouf, c'était totalement inutile, et si je devais passer une journée ou plus dans ce trou j'aimerai que cela soit utile. Quand elle fit sa remarque au sujet des étoiles, je ne fis que lever les yeux au ciel et je poussai alors un soupir ironique. Je m’ennuyais, trop même. Les journées à courir dans le labyrinthe étaient riches en adrénaline, mais le soir je ne savais jamais quoi faire quand le sommeil ne venait pas. Je savais que Delisia était dans le même cas que moi et heureusement qu'elle était là.

Je relevai les yeux au ciel et me ré-installai dans mon hamac, je ne pensais à rien, absolument rien et attendais que le passe. Soudain, je vis Delisia me regarder avec un regard de défi, je la dévisagea, qu'allait-elle me proposer encore ? Je la vis secouer mon hamac tout en me disant :

« Aimes-tu vivre dangereusement, Andy ? Si c'est le cas, bouge tes grosses fesses, on va faire un tour. »

Vivre dangereusement ? C'est ce que l'on faisait tous les jours, et il faut dire que j'aimais bien ça. Après avoir pousser un soupir, me faisant passer pour ce qu'elle appelle " un gros flemmard", je me levai alors rapidement avec un sourire au coins des lèvres et je la vis regarder la foret, je venais de comprendre :

« Oh ! La rebelle, serait-elle entrain de se lâcher et de s'inspirer du grand Andy ? Dis-moi, tu as un gps au moins ? Car sinon avec toi c'est sur que l'on va se perdre en moins de deux ! » dis-je ironiquement.

Oui, ironiquement. L'ironie je m'en servais toujours, l'ironie et le sarcasme. Avec n'importe qui, dans toutes les situations. Mon humour n'avait rien d'incroyable, mais je m'en servais quand même beaucoup si on y pense.  

Je commençai à marcher du coté de la foret, je regardai Delisia avec un regard toujours plein de défis et lui lançai :

« Elle vient la carte sur pattes ? » répliquai-je en lâchant un rire.

   

electric bird.


Dernière édition par Andy Walker le Ven 7 Aoû - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 29 Juil - 20:54


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
« Ose me dire que tu n'y as pas pensé. » Lâcha-t-elle, face à sa question purement rhétorique.
Elle allait une nouvelle fois se mettre dans la merde. Une nouvelle fois, car elle ne comptait même plus les fois où elle avait enfreint toutes ces règles imaginaires. N'était-il donc pas interdit d'interdire, après tout ? De toute évidence, l'adolescente n'avait jamais réussi à se plier aux convenances, et c'était peut-être pour ça, qu'elle avait atterri ici. Qu'elle avait atterri dans ce purgatoire, cet enfer qui ne semblait point prêt à s'arrêter, à se reposer. La vie était telle, qu'ils se devaient désormais de vivre le moment présent, de profiter de chaque instant, et de ne point s'encombrer de règles stupides, créées par des enfants. Le sourire de Delisia s'agrandit davantage, lorsque Andy se leva du hamac, semblant prêt à la suivre. C'était une idée de merde, et de loin la pire qu'elle avait eu depuis le début, mais c'était sûrement ça qui était drôle. « Tu es un homme de bien peu de foi, Andy ! On aura pas besoin de GPS, j'ai un super sens de l'orientation. » Répondit-elle face à sa question, ignorant le fait qu'il se fiche d'elle. Bien évidemment, ses paroles n'étaient que purs mensonges, car elle était une quiche, lorsqu'il s'agissait d'orientation. Dans le labyrinthe, elle réussissait à survivre, car elle était toujours accompagnée, en général, et elle ignorait encore si elle saurait en sortir, si elle était seule. Ce serait sûrement son extrême débrouillardise qui la sauverait.

Lorsqu'il lui passa devant, Delisia dût limite lui courir après, pour arriver à sa hauteur. « Oui oui c'est bon j'arrive ! Et cesse de te foutre de moi, sinon tu vas le regretter. » Elle n'était pas crédible pour un sou, et bien qu'elle essaie de l'être, elle ne put s'empêcher de lâcher un rire mutin, d'une joie de vivre qui lui avait toujours collé à la peau. Ils finirent par s'enfoncer dans les bois, et au fur et à mesure, la pénombre fut maîtresse des lieux, désirant plus que tout leur perte. « Il fait vachement noir n'empêche. » Était-elle en train de flipper ? Non, ce n'était pas le genre. Enfin. Si un peu. C'était elle qui avait lancé cette idée débile, et elle se devait à présent d'assumer jusqu'au bout. Elle reconnaissait parfaitement cette partie de la forêt, pour y avoir passé pas mal de ses journées, avant qu'elle ne soit devenue coureuse. « C'était quoi ce bruit ? » S'enquit-elle, en sursautant. Mais ce fut le comble de l'humiliation, quand elle comprit que ce fut Andy qui venait d'écraser une brindille sur le sol, ce qui l'avait fait sursauter ; elle était parano. « Un commentaire, et je t'explose. » Maugréa-t-elle, suivit d'une moue boudeuse, ne pouvant cependant point s'empêcher de pouffer, face au ridicule de la situation.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 30 Juil - 23:46


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia


Le nombre de fois où je suis allé dans les bois le jour est incalculable, en revanche j'avais du y aller uniquement une seule fois en fin de soirée avant que la nuit arriva réellement. L'obscurité était présente, de plus en plus au fur et à mesure que nous nous éloignons mais je n'avais en aucun cas peur, je me sentais toujours au bloc, toujours en sécurité. Je ne sais pas si Delisia ressentait la même chose, après tout c'était son idée alors elle doit apprécier la foret. Il commençait à vraiment faire nuit, malgré que nous étions toujours à l'intérieur du bloc, il fallait avouer que j'avais un peu peur, mais je n'étais pas du genre à montrer mes sentiments négatifs, du moins, pas avec mes proches.

« Il fait vachement noir n'empêche. » disait Delisia

Ecoute, c'était ton idée non ? Tu croyais que la vision nocturne allait être intégrée ici ? Attention tu vas te prendre un arbre. dis-je avec sarcasme

Mais il fallait dire qu'elle avait raison, il commençait à faire très sombre.


Nos pas faisaient un peu de bruit il faut le dire, les branches et les feuilles n’arrangeaient pas la situation. J'essayais de faire le moins de bruit possible, mais le destin en décida autrement. Je regardai le ciel étoilé à travers les feuilles des arbres, la pleine lune nous éclairant, mais dans mes pensées, je ne remarquai pas là où je posais mes pieds quand soudain je marchai sur une branche qui se craqua en deux. Delisia se retourna inquiète :

[« C'était quoi ce bruit ? »

Puis elle se rendit compte que c'était bel et bien moi qui avait fait ce bruit, je ne pu m’empêcher de commencer à rire sans gène, malgré que je m'efforçai à ne point sortir le moindre rire, je ne pu résister à cette situation d'un ridicule extrême.

[« Un commentaire, et je t'explose. »

Je ne pouvais pas ne faire aucun commentaire, mon caractère refusait cette menace.

Bon sang,  Delisia la parano commence à paniquer ! Il faut rentrer et vite !  dis-je ironiquement.

Ma légère peur de l'ombre avait disparu, laissant place à un sentiment de rire, de joyeuseté.

L'ironie, je m'en servais beaucoup contre Delisia, mais pas seulement contre elle, mais contre les autres aussi. C'était un humour qui me correspondait, auquel je me servais pour voir la réaction des victimes, ou tous simplement car j'étais né avec ce caractère.

Je continuai à marcher quand soudain je me retournai vers Delisia, et si elle regrettait son idée ? Non, je ne pensais pas cela, mais il fallait que je lui demande.

Tu sais, si tu ne veux pas aller plus loin dans la foret, on rentre hein ? dis-je plus sérieusement.

Je levai les yeux au ciel pour admirer encore le ciel étoilé, je m’étonnais moi même, je n'étais pas du genre à rêvasser mais là il fallait dire que le ciel était magnifique.    
   


Dernière édition par Andy Walker le Ven 7 Aoû - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 1 Aoû - 22:18


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
Les autres disaient beaucoup de choses. Ils en disaient même de belles, à vrai dire. Ils disaient que le ridicule n'avait jamais tué personne ; ne pouvait tuer personne. Pourtant, en ce moment même, Delisia aurait espéré que le ciel la foudroie sur place. Elle aurait espéré se désintégrer, afin de ne pas devoir subir les moqueries de son camarade, devant lequel elle venait de perdre toute crédibilité. La jeune femme aurait espéré qu'il ne fasse aucun commentaire, et qu'il fasse comme si de rien n'était. Mais hélas, ce n'était point le connaître, car l'occasion était bien trop belle. Remarque, elle ne pouvait l'en blâmer, étant donné qu'elle-même aurait probablement réagi de la même manière. Delisia se renfrogna, croisant les bras, telle cette gamine qu'elle demeurait quelques fois. « Oui bon hein...ça va ! » Ce fut très éloquent, et elle se maudit de son tel manque de réparti. Mais de toute évidence, en cet instant, l'adolescente n'était tout bonnement pas défendable. Cependant, face au sourire communicatif de Andy, la jeune femme ne put s'empêcher de rire à son tour. Sa paranoïa maladive avait eu le don de le dérider, et dans le fond, c'était ce qu'elle cherchait. Ne pas savoir dormir empiétait généralement sur le moral, et elle était ravie de pouvoir enfin penser à autre chose. « Est-ce-que je t'ai déjà dit que je te détestais. Je te le dis au cas où. Je te déteste. » Affirma-t-elle, y mettant tout l'aplomb qu'elle avait encore en réserve, tout en continuant de marcher. « Non, je ne veux pas rentrer. J'ai peur de rien moi. » Ajouta-t-elle, faisant preuve d'une mauvaise foi évidente.

Bien évidemment, elle ne le pensait pas, et Andy le devinerait facilement. Delisia était tout bonnement incapable de détester qui-que ce soit, et surtout pas son compagnon de galère nocturne.
Cependant, l'adolescente s'arrêta net dans sa marche, et fixa Andy du regard, les yeux ronds. « Là, j'ai vraiment entendu quelque-chose ! » Lâcha-t-elle, miroitant la panique. Delisia le tira par le bras, l'attirant derrière un arbre pour se cacher. « C'est sûrement une bête sauvage. » Supposa-t-elle, en jetant un regard derrière l'arbre, avant de reporter son attention sur son comparse. « Tu sais quelle est la meilleure méthode de camouflage, pour se cacher de ces animaux ? » S'enquit-elle, essayant tant bien que mal de garder son sérieux. Puis, sans lui laisser le temps de répondre, Delisia se baissa et ramassa une poignet de boue, avant de la lui étaler sur le visage. « Tadaaa ! » Finit-elle, un grand sourire se dessinant sur ses lèvres. Elle était folle. Elle était folle à lier. Mais cela demeurait une vengeance comme une autre après tout, et aussi débile soit-elle, Delisia ne put s'empêcher d'éclater de rire, s'attendant tout de même à de fortes représailles.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 5 Aoû - 22:22


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia


La seule chose à laquelle j'étais sur à ce moment là, c'est qu'elle allait payer cher pour ce qu'elle avait fait ! Par réflexe, je m’essuyai le visage avec la main droite, mes paroles furent presque inaudibles, ma main cachant ma bouche  :

« Si j'étais toi je courrai aussi vite que possible ! »

Delisia était déjà partie, mes jambes s'élancèrent dans un sprint fulgurant qui, à cause de la fatigue, ne pu durer qu'une dizaine de secondes, les arbres me ralentissant dans ma course; elle m'avait semé. Je supposais que c'était un coup de chance, l'obscurité ayant été mon ennemi cette fois-ci.

Je décidai alors d'aller au ruisseau à quelques pas de là, je savais bien que j'allais la retrouver rapidement, sa maladresse allait me permettre de la retrouver plus vite qu'une boussole trouve le nord.

Le ruisseau était enfin là, les étoiles l'éclairant. L'eau était claire et le reflet de la lune pouvait se voir à travers. Je m'agenouillai, prenant plusieurs fois de l'eau dans mes deux mains et je passai l'eau sur mon visage. Mes yeux me piquèrent quelques secondes au contact de l'eau et en passant ma main dans mes cheveux, ils s'humidifiait instantanément.  Après environ deux minutes, je décidai de me remettre en route. Quelques minutes et une dizaine de pas plus tard, une idée me vint à l'esprit  ...

Je m'approchai d'un arbre qui n'avait rien de spécial à première vue. Un simple pommier au milieu d'une foret, je commençai à grimper dessus. Mon pied glissait la première fois, mais la tactique me revint à l'esprit rapidement, ce n'était pas la première fois que je montais dans un arbre, et surement pas la dernière. Certaines branches me laissèrent quelques égratignures au main mais cela ne me fit aucun effet, je continuais de grimper, le bruit des feuilles et du vent couvrant mon ascension. Je trouvais enfin une branche sur laquelle m'asseoir. Je tournai le regard autour de moi pour apercevoir quelques pommes à ma droite. Je tendis ma main droite et  je réussi à en attraper une sans tomber, un coup de chance surement. La pomme n'avait rien de spécial, une pomme verte banale, mais j'avais faim, le repas du soir ne m'ayant pas satisfait. Je croquais dedans une fois.

La solitude commençait à arrivé, et l'heure de la revanche avait sonnée. Avec ma main gauche, je mis deux doigts dans ma bouche et lâchai un sifflement fort résonnant dans la foret. Je savais que Delisia allait l'entendre. Quelques secondes plus tard, j'en produisais un  deuxième, plus long cette fois-ci. Elle avait surement du se perdre, et Andy allait lui réserver une surprise ...
   

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 11 Aoû - 0:02


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
Son acte avait été de la pure et simple gaminerie, mais elle devait avoué que cela l'avait fait bien rire, sur le coup. D'ailleurs de rire, elle n'arrivait plus à s'arrêter ; il avait l'air tellement ridicule. Mais bien évidemment, elle s'attendait à de fortes représailles, de la part de son compagnon. Pourtant, rien n'y faisait, Delisia ne pouvait s'arrêter de s'esclaffer, face à la mine déconfite de Andy, qui ne s'était visiblement pas attendu à cela. Bien évidemment, sa réaction ne se fit guère attendre, et ne voulant entretenir le suspense, le jeune homme se lança à sa poursuite, visiblement prêt à le lui faire payer. Quoi-qu'il en soit, il dût se résigner à la laisser partir, et à avouer sa supériorité, car il capitula bien assez vite. Pour cause, Delisia l'avait littéralement perdu de vu, dans sa course folle. « Andy ? » L'appela-t-elle, doutant de recevoir une réponse, consciente de s'être beaucoup trop enfoncée dans les ténèbres de cette forêt. Et s'il lui était arrivé quelque chose ? La jeune femme préféra balayer cette hypothèse rapidement, pour s'éviter un stresse inutile, bien qu'elle demeurait des plus notables. Ses yeux scrutèrent les lieux avec attention, bien que dans la pénombre il était impossible de déceler quoi-que ce soit, et surtout pas un abruti qui semblait lui faire une plaisanterie de mauvais goût. Delisia se décida à retourner sur ses pas, espérant le retrouver sain et sauf, malgré qu'il voulait sûrement sa peau, en cet instant. Le fait est que désormais, elle n'arrivait plus à retrouver le chemin de l'endroit où ils s'étaient perdus de vu. Bien joué, Delisia. Ne put-elle s'empêcher de pester, intérieurement. L'adolescente avait toujours eu des idées pourries, mais là, le moins que l'on puisse dire, était qu'elle s'était surpassée.

« Andy ce n'est pas drôle, où es-tu ? Je commence à m'inquiéter. » Était-ce le cri du désespoir, ou s'inquiétait-elle réellement ? Après tout, elle ne le connaissait pas assez, pour que cette appréhension soit justifiée. Elle se faisait un sang d'encre, mais bien sûr, elle aurait de loin préféré mourir empaillée, plutôt que de le lui témoigner, quand elle le retrouverait. C'était d'ailleurs complètement stupide, car elle savait qu'il n'était pas loin. Cette hypothèse fut confirmée, lorsqu'un sifflement retentit jusqu'à ses oreilles, à quelques mètres de là, mètres qu'elle ne tarda pas à franchir pour le rejoindre. « T'es complètement secoué, ma parole ! » Affirma-t-elle, lorsqu'elle l'aperçut l'air de rien, en haut d'un arbre, une pomme à la main. Non mais, quelle idée de grimper à un arbre ! Ne put-elle s'empêchait de penser. Delisia avait toujours eu le vertige et n'avait jamais tenté l'expérience, et elle devait avouer que cela la séduisait que moyennement. « Redescends de là, tu risques de te faire mal. » Redescends de là, sinon je vais être obligée de venir te rejoindre, et je n'en n'ai pas du tout envie.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 13 Aoû - 23:43


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia


Il ne me fut pas plus de quelques secondes pour entendre des pas provenant de ma gauche. Elle n'était pas si loin en réalité, juste à environ dix mètres, mais l'obscurité n'arrangeait en aucun cas les choses. J'eus un sourire au lèvres quand je vu Delisia me regarder avec étonnement.

« T'es complètement secoué, ma parole !  

- Ne sommes-nous pas tous fous ici ? répliquai-je avec humour
Sans mon appel, je pourrais parier que tu ne m'aurais jamais retrouvé ! »

En réalité, la situation actuelle avait l'air plutôt stupide, mais je n'avais pas dit mon dernier mot. Il fallait dire que j'étais assez intelligent pour ne pas faire une stupide vengeance en me contentant de lui renvoyer de la boue en pleine figure. Non, j'avais en tête une autre idée. Il fallait que je lui fasse peur, non avec un simple "bouh" par derrière à la hauteur d'une réplique d'un enfant de 5 ans, mais bien en voyant jusqu'où elle allait me dire de descendre de cet arbre. Connaissant son caractère et sa tendance à s'inquiéter rapidement, je savais que cela allait marcher.

« Redescends de là, tu risques de te faire mal.
- Non, il va falloir que tu m’arrête pour cela ! » répliquais-je avec un ton humoristique.

Je jetai ma pomme par terre, à seulement un mètre de Delisia et je levai ma tête sur la droite. Légèrement plus haut, une grosse branche d'arbre sur laquelle je pouvais largement monter dessus sans prendre de l'élan, ni même sauter. Je posai un pied dessus, un deuxième, j'étais un peu plus en hauteur, toujours en face de Delisia. Je levai les yeux vers une branche beaucoup plus haute cette fois-ci, il fallait dire que tenter ce sauter dessus était très dangereux étant donnée qu'elle était très éloignée contrairement à la précédente. Je baissai les yeux aux sol vers elle, avec un regard de défi :

« Tiens-donc, si je montais sur cette branche là-haut ?   Dis-je en montrant du doigt celle-ci. Ça pourrait être marrant non ? »

En réalité, j'avais en peu ce qu'on appelle "la trouille", mais je savais que c'était juste pour rire, je décidai de ne pas regarder en bas, malgré que je n'avais pas le vertige, cela restait une mauvaise idée. Mais après tout, cela était mon idée, et il fallait dire que les gens savait que "quand je commence quelque chose, je le finis".  Avec un sourire au coins des lèvres pour cacher ma peur, je pris de l'élan en m’abaissant légèrement avec les bras en arrière, je fis un bond et mon ventre arrivait droit sur la branche, mes bras attrapèrent le haut de la branche. Tout en riant, je me hissai pour m'asseoir dessus, je poussai silencieusement un soupir de soulagement.

« Tu n'a pas trop eu peur pour ma vie ? Car moi si ! Pffiou !» dis-je ironiquement, en attendant ses réponses.

   

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 24 Aoû - 22:06


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
Il se fichait ouvertement d'elle, et sur le moment, elle eut envie de secouer l'arbre pour l'en faire descendre à sa manière. Rien que de le voir là-haut, lui donnait déjà le vertige, et elle n'arrivait guère à comprendre comment il faisait pour s'amuser de la situation. Il fallait dire que tout le monde ne demeurait point aussi craintifs qu'elle, mais la jeune femme n'y pouvait rien, si elle était beaucoup trop prudente. Du moins, tout était relatif, étant donné qu'elle ne perdait pas une seule occasion pour se mettre dans la panade. Delisia ne put s'empêchait d'esquisser une moue vexée, en constatant qu'il ne comptait point l'écouter. Allait-il sincèrement l'obliger à faire ça ? Il n'y avait bien sûr aucune obligation, mais à son tour, elle se devait de lui prouver qu'elle n'avait pas peur. Cependant, lorsqu'il se décida à chahuter sur les branches, l'adolescente ne put s'empêcher de mettre une main devant sa bouche, imaginant le pire des scénarios possible. Était-il tout simplement inconscient, ou tout bonnement stupide ? Un peu des deux, probablement. « Mais t'es complètement cinglé, tu aurais pu te tuer ! » Ces paroles étaient sorties toute seule, et loin d'elle l'idée de lui montrer qu'elle était plus qu'inquiète pour lui. Delisia finit par se racler la gorge, tentant vainement de se redonner une contenance, face à cette gêne qu'elle sentait grandissante. « Je vais dire quoi aux autres, si tu chutes ? » Bien évidemment, elle s'en foutait des autres, ce qui comptait pour elle était sa sécurité. La jeune femme finit par lever les yeux au ciel, avant de retrousser ses manches, n'arrivant nullement à croire en ce qu'elle allait faire.

« Puisque c'est comme ça... » Affirma-t-elle, essayant de rassembler toute l'assurance qu'elle avait en elle, avant de commencer à grimper sur l'arbre, les yeux fermés. « Ne regarde pas en bas. Ne regarde surtout pas en bas. » Ordonna-t-elle, pour elle-même. La jeune femme se couvrait sans doute de ridicule, mais à vrai dire, la peur qui lui parcourait tout le corps l'empêchait de penser de façon cohérente. Et puis, elle aurait tout le temps pour avoir honte, plus tard. Mais un malheur n'arrivait malheureusement jamais tout seul, et elle eut la stupidité d'attraper une prise, qui se cassa lorsqu'elle l'eut empoigné. La catastrophe ne se fit guère attendre, et elle chuta sur le sol. Heureusement, Delisia n'était point tombée de haut, mais assez pour se faire mal à la cheville. Delisia se redressa difficilement, mais lorsqu'elle essaya de se relever, elle fut attaquer par de douleurs lancinantes, ce qui la découragea aussi vite. « C'est un bon motif pour redescendre là ? » Maugréa-t-elle. « Quoi que non...si tu descends, je risque de t'étriper. »


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 28 Aoû - 23:31


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia


En réalité sur le coup, je ne savais pas trop quoi faire mais je du prendre une décision. Je sautais de l'arbre en atterrissant au sol avec une roulade. Je m'approchais de Delisia, j'essayais de rester sérieux, mais mon caractère me disait le contraire.

« T'es sérieuse ? Pourquoi tu es monté là-haut ? Tu sais très bien que tu es un aimant à malchance ! »

Je fis quelques pas en craquant quelques feuilles, il faisait sombre mais je réussissais cependant à distinguer les arbres et mon amie en face de moi. C'était surement du au fait que je vivais souvent la nuit, et que je n'avais plus très peur de l'obscurité.

« Évite de m'étriper d'accord ? Ou je vais être obligé de te laisser là. dis-je d'un ton sérieux, en reprenant pour réponse, sa magnifique menace dite auparavant. »

Je m'approchai d'elle, en restant toujours prêt à éviter une éventuelle attaque. Je m’accroupis à coté d'elle, essayant de regarder l'état sa cheville, je devinais assez rapidement où elle avait eu mal. J'étais loin d’être un medjack, mais je possédais quelques connaissances dans ce domaine, j'ai ramené assez de mes amis à moitié mort dans le labyrinthe pour savoir ce que cela faisait, mais la situation actuelle était beaucoup moins urgente. Je regardais le ciel, il m'aidait beaucoup à réfléchir, ça pouvait paraître bizarre, mais ce noyer dans le noir étoilé du ciel m'aidait à me concentrer, je regardais la jambe de Delisia en soupirant, j'essayai alors de la rassurer.

« Vu d'où tu es tombé, ça devrait aller tu dois avoir rien de mal. Ne me dis pas que je suis pas medjack blablabla, j'ai sauvé assez de personne dans le labyrinthe pour le savoir. Bon, on va essayer de sortir de la foret ok ? »

Je regardais autour de moi dans la foret sombre, il n'y avais aucun bruit, sauf celui du vent soufflant dans les branches des arbres tout autour de nous. La foret est plutôt joli la journée, mais la nuit elle devient limite d'une ambiance lugubre. Mais bon, je savais qu'on allait sortir de là, et je n'allais pas laisser Delisia ici, au milieu de cette foret ...





electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 29 Aoû - 12:12


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
« Tu n'oserais pas ! » Elle parlait sans réellement le connaître, elle le concevait. Peut-être demeurait-il au même titre que tous ces êtres vils, qui l'auraient probablement abandonné sans aucun scrupule. Elle ignorait presque tout de lui, par conséquent, elle ne pouvait guère avoir l'audace de prétendre qu'il ne la laisserait pas là. Qu'importe, après tout. Bien qu'elle peinerait probablement à se débrouiller toute seule, Delisia s'était sortie de situations bien plus périlleuses, et cela, sans l'aide de personne. « Rien de mal ? Non mais tu te fiches de moi ? » S'indigna-t-elle, tout en lui lançant un coup de pied, l'évitant volontairement. Elle était en train de souffrir le martyre, et tout ce qu'il trouvait à dire, était qu'il n'y avait rien de mal ; qu'il parle pour lui ! Delisia était hors d'elle, mais pourtant, elle dût avouer à son amour-propre, que Andy n'y était pour rien. C'était elle qui avait choisi de grimper à cet arbre, sachant pertinemment qu'elle était des plus nulles, lorsqu'il s'agissait d'escalade. Ce fut pour cela, que la jeune femme finit par se radoucir, faisant tout de même preuve d'un véritable self-contrôle, pour ne point repartir au quart de tour. Peut-être qu'il avait raison. Peut-être qu'il avait raison, et que si elle tentait de se lever, la douleur finirait bien par s'en aller. Dans tous les cas, ça ne coûtait rien d'essayer. Delisia rassembla tout le courage et la bonne volonté qu'elle avait encore en réserve, afin de se relever. Mais lorsque sa cheville eut touché le sol, ce fut comme une décharge électrique qui lui parcourra toute la jambe, et elle n'eut d'autre choix que de s'écrouler à nouveau. « Au risque de passer pour une chochotte, je ne pense pas que je vais y arriver. » Lâcha-t-elle, plus calmement que tout à l'heure, ne souhaitant plus sa mort.

C'était la merde. C'était la merde, et elle ignorait comment elle avait fait pour se mettre dans une telle panade. Ils étaient tous les deux confrontés à un sac de nœuds, et elle qui avait généralement une solution à tout, séchait en ce moment niveau idées. Il y en avait bien une, mais elle ne lui plaisait que très moyennement. « Je pense qu'on a pas le choix. » Commença-t-elle, fataliste. « Tu vas devoir retrouver le camp et aller chercher de l'aide, compte sur moi pour ne pas bouger d'ici. » Elle finit sa phrase sur le ton de l'humour, alors que la situation ne s'y prêtait pas. La forêt craignait à ces heures, surtout s'ils se décidaient tous les deux à rester au même endroit. Rester seul ici ne la séduisait pas réellement, mais il fallait bien que le plus valide des deux puisse faire quelque chose. Cependant, la jeune femme ne put s'empêcher de sursauter à l'entente d'un bruit étrange, probablement une nouvelle crise de paranoïa ; elle l'espérait. « Qu'est-ce-que tu attends, dépêche toi ! » Dépêche-toi, avant que je ne change d'avis, parce-que je flippe tellement, que j'ai envie de chialer.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 29 Aoû - 22:00


Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Andy & Delisia
Andy soupirait à chaque fois qu'elle répondait ironiquement, il en eu marre et lâcha sèchement un J'essaye de t'aider bordel, tu n'a surement rien de mal tu piges ça ? Je vais pas te laisser sans rien faire alors arrête un peu ...

Il réfléchissait à une solution, quelque chose et vite ... Le silence se brisa quand Delisia affirma qu'elle ne pouvait pas se lever. Le jeune blocard regardait les alentours d'un vif coup d’œil pour s'assurer qu'aucune bête n'était dans les horizons. Delisia eu l'idée d'aller chercher de l'aide au bloc. Andy commençait à partir du coté du bloc pour aller chercher un medjack après que son ami lui répliqua d'un ton de peur. Il savait qu'elle avait un peu peur de la foret et Andy décida de la réconforter rapidement.

Ecoute, y'a pas de bêtes sauvage ici, alors si t'entends un bruit c'est juste une branche ou une feuille, c'est tout. Je vais me dépêcher alors bouges pas.

Le coureur commençait à courir dans la direction opposée du pommier, son sens de l'orientation nettement plus développé que celui de Delisia, lui permit de vite retrouver le chemin des dortoirs. Andy retrouva vite la lumière des quelques lampes toujours allumé. Il alla trouvé un de ses amis Medjack qui ne dormait pas encore.

Bon sang tu me sauve la vie mec, enfin non pas la mienne. J'étais dans la foret et Delisia est tombé alors on a besoin d'un Medjack. Le truc c'est que faut être discret, je veux pas me faire chopper par les miliciens mais fais-vite. Mais si tu dis non c'est pas possible, t'a une dette envers moi. Grouille toi mec ! dit-il en chuchotant et rapidement, aussi rapidement que certains mots pouvaient être inaudibles.

Il attendit quelques minutes, en essayant de penser à autre chose que Delisia seule dans la foret. Andy avait du mal à l'avouer, mais ce sentiment lui faisait vraiment peur, il tenait cependant à Delisia et l'idée qu'elle soit seule et blessée dans la foret lui fit froid dans le dos, mais il pouvait toujours affirmé que c'était de la faute à son amie. Soudain, le medjack ressorti avec un sac assez gros, Andy lui fit un simple "chut" quand ils sortirent de la cabane. Après quelques minutes d'infiltrations digne d'un film, de façon ironique, ils retournèrent dans la foret, après avoir évité de peu un milicien qui leur aurait passé un savon si ils les auraient vu. Andy courrait vite, quitte à laisser son ami à quelques mètres derrière. Son endurance s'épuisa assez vite, courir en pleine nuit sans avoir dormi reste assez compliqué. Mais il retrouva sa propre piste et retourna près du pommier où Delisia l'attendait.

C'est bon j'ai trouvé de l'aide ... finit Andy en s’accroupissant à coté d'elle avec son ami ...


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


« Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» moteur F2L612 fuel passe dans l'huile moteur
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Dans un hôtel de luxe, nuit de noce ![Délire, PV ELISE xD]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Regarde dans ton jardin avant de regarder dans celui des autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-