Partagez

« Complaintes d'une tête à claque. » Ragnard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageMer 29 Juil - 19:52


Complaintes d'une tête à claque.
Ragnard' & Delisia
Un  boulet. C'était un véritable boulet. Parfois, elle se demandait quelle énergumène avait bien pu avoir eu l'idée de l'engendrer, de la mettre sur cette terre. Mais elle n'aurait probablement aucune réponse, et dans le fond, c'était peut-être mieux comme ça. Après tout, l'on disait que les personnes les plus savantes étaient les plus malheureuses, et cette fois, la jeune femme se complaisait à rester dans son ignorance. Delisia fut réveillée par une douleur lancinante au niveau du front. Une douleur, dont-elle se souvenait que trop. Les événements de la journée lui revinrent en tête, et elle n'eut sur le moment qu'une seule envie, disparaître de la surface du monde. À peine eut-elle ouvert les yeux, qu'elle fut injuriée de railleries par ses camarades, railleries pour le moins légitimes, elle devait se l'admettre. Plus ridicule, tu meurs. À l'habitude, ses excursions dans le labyrinthe se passaient sans encombres apparentes. Mais cette fois, et malheureusement, ce ne fut pas le cas. Une nouvelle fois, l'adolescente avait été victime de sa maladresse, et dans ce cas de figure, cela lui avait coûtait plus qu'une blessure à la tête ; sa dignité. Delisia se releva difficilement, malgré la désapprobation de ceux qui leur servaient de médecins, ses anciens collègues d'autrefois. Elle avait probablement subi un sévère traumatisme, mais elle se sentait bien, et prête pour reprendre le cours de sa vie, au combien naze en ce moment. Elle n'arrivait toujours pas à y croire. Elle n'arrivait toujours pas à croire, qu'elle avait réussi à se prendre un mur, dans sa course folle. En y repensant, son esprit recouvrait de fortes envies suicidaires, mais selon elle, il valait mieux en rire. Ce fut donc pour cela, qu'à chaque moquerie, elle s'était esclaffée, malgré la gêne persistante qu'elle ressentait. En parlant de mur, la jeune femme ne put s'empêcher de penser à Ragnard, se demandant où il était passé. Elle espérait qu'il était bien rentré, et que son exploration du labyrinthe s'était terminée mieux que pour elle ; sans doute.

Lorsque la jeune femme sortit de « l'infirmerie », elle ne le vit nulle-part, et sans s'en rendre compte, elle eut une légère bouffée d'angoisse, qui hélas, lui semblait plus que familière. Et s'il n'était pas rentré ? Delisia balança bien vite cette hypothèse, et se dirigea vers le petit bois. Elle était certaine de l'y trouver, mais elle doutait qu'il soit content de la voir. L'adolescente ignorait. Elle ignorait pourquoi elle s'accrochait autant à lui, malgré ses réticences. Elle ignorait, mais pourtant, elle ne semblait point prête à cesser cet étouffement bien trop présent, pesant. Peut-être reportait-elle cette amitié. Cette amitié qu'elle avait offert à Leo, cette confiance. Peut-être était-ce sa manière de faire son deuil. L'esprit de la jeune femme était bien trop nébuleux, pour qu'elle-même puisse réussir à se comprendre. Dans tous les cas, elle l'appréciait beaucoup, bien que lui semble en avoir marre d'elle, qu'il semble la haïr. Si elle devait s'en formaliser, elle parlerait probablement à personne au bloc, et sachant qu'elle ne pouvait point passer plus de cinq minutes sans ouvrir la bouche, ça la tuerait sûrement. Delisia secoua légèrement la tête, pour chasser ses pensées douteuses, lorsqu'elle l'aperçut. Elle ignorait ce qu'il faisait, et à vrai dire, elle ne prit point le temps de le lui demander. Elle lui sauta littéralement dessus, dans une étreinte forcée, sachant pertinemment qu'elle serait accueillie de très mauvaise grâce. « Ragnard ! Je me suis inquiétée, ça fait des plombes que je te cherche. » Bon, elle exagérait un peu, mais ça, il n'était pas obligé de le savoir. Elle ne tarda cependant point à s'éloigner, consciente que cet élan de spontanéité, lui coûterait cher si elle le prolongeait. « Je t'ai vu là, tout seul, et j'ai eu de la peine. Je suis donc venue mettre un peu de gaieté dans ton royaume de solitude. Ne me remercie pas. » Lâcha-t-elle, un radieux sourire se dessinant sur ses lèvres. C'était inéluctable, ce mec finirait un jour par la tuer.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


« Complaintes d'une tête à claque. » Ragnard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-