Partagez

Promenons nous dans la ville tant que les Fondus n'y sont pas... [feat Neil Amell] {Flashback}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageLun 9 Nov - 22:16



Promenons nous dans la ville tant que les Fondus n'y sont pas...

FT. NEIL AMELL

Lentement,  le soleil se levait. Déchirant les couvertures soyeuses qu'étaient les nuages, d'un blanc pur, les rayons se reflétaient sur les nombreuses constructions de la ville. Les étoiles avaient déjà disparu, laissant la Lune comme seul astre nocturne dans le bleu ciel. Le température montait doucement, réchauffant rapidement l'atmosphère. Une nouvelle journée s'annonçait. Une belle journée. Personne n'était météorologue dans cette ville, ou plutôt dans ces horribles ruines, mais tout le monde pouvait deviner que, pour une fois, le temps allait être clément. Pas de nuages gris à l'horizon, pas une once de vent, et à la vue de la période de l'année, aucune température avoisinant les quatre-vingt degrés en prévision. En bref, un temps idéal. Même les Fondus presque au dernier stade semblait de bonne humeur. A croire qu'ils n'attaqueraient personne juste parce que le temps ne se prêtait à aucun attaque. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Si les conséquences des éruptions, la Braise et les idiots n'existaient pas.

Capuche sur la tête, pull bleu tout usé avec quelques trous, pantalon beige, devenu noir suite à l'usure et après avoir trainé un peu partout, baskets marrons en piteux états, ainsi était accoutré le jeune homme qui se baladait seul dans une rue, au niveau des Buildings. Il n'était jamais prudent de se balader seul de la sorte, néanmoins, jusqu'ici peu de Fondus réellement dangereux avait été vu. En effet, monter des marchés devait être très pénible pour des créatures comme eux. Après tout, il ne s'agissait plus d'hommes mais bien d'animaux totalement sauvages et sans aucune capacité de réflexion logique. Aucun les traiter tel qu'ils étaient. Doucement, le jeune homme ouvrit une porte totalement rouillé d'un gratte-ciel dont une partie du tout manquait. Tout aussi discrètement, il la referma, même la plus fini des oreilles ne l'aurait pas entendu. Néanmoins, elle aurait bien entendu le sifflotement qu'il produisait. Le fait de siffler donnait un aspect guilleret à ce jeune homme, bien que son visage soit presque indisernable sous sa capuche. Il ne traînait pas des pieds sur le sol, bien que cette attitude paraissait parfaitement coller à son apparence. Il n'adoptait pas non plus cet air typique renfrogné, jouant avec ses mains, faisant craquer ses doigts. Une attitude assez particulière pour l'apparence qu'il avait.

Durant de nombreuses minutes, il fouilla de fond en comble le rez de chaussée de l'immeuble. Certes, beaucoup de personnes, de survivants, étaient déjà passés par ici, ramassant tout ce qui était utile, néanmoins, il restait optimiste, tout pouvait servir ici. Soulevant chaque bureau, ou plutôt ce qu'il en restait, chaque poutre métallique, ou encore chaque pierre, tous les objets qu'il trouvait lui serait certainement utile. Le rez de chaussée était quasiment vide d'objets utiles, et, une fois sa quête terminée, il n'avait qu'une cannette en inox toute rouillé. D'ailleurs, un papier rouge recouvrait une bonne partie et quelques lettres restaient, miraculeusement, "CO... C... LA". Une marque totalement inconnue aux yeux de ce jeune homme. Il haussa les épaules, la gardant dans la main. Ainsi, il monta sur les fragiles escaliers. Les marches étaient usées par le temps, certaines même totalement lisses, d'autres étaient en miettes. Une ascension guère facile, mais ce ne pouvait pas être plus difficile que de monter main nu la paroi de ce gratte-ciel. Il finit par arriver au premier étage.

Ce n'était pas plus glorieux. En effet, certains pans de murs s'étaient écroulés sur le sol, des fenêtres avaient littéralement explosé, le sable avait même déjà commencé à se faire une place à certains endroits. Ce spectacle de désolation ne découragea pas le jeune homme. Il commença par avancer un peu, avant de remarquer une petite pièce sur sa droite. Encore un ancien bureau. La porte était tombée sur le sol, séparée en deux morceaux. Le sable avait recouvert certaines affaires, mais, il trouverait quelque chose d'utile dans cette pièce. Encore plus utile que sa petite cannette à la marque inconnue. Il fit quelques pas, chassant le sable de quelques coups de pieds. Bien évidemment, il n'avait pas arrêté de siffler, un écho se produisait même à travers la petite pièce. Il ne s'arrêta pas non plus quand il vit une forme dans le bâtiment d'en face. Un homme, une femme, un enfant, un Fondu, qui qu'il soit, il était trop loin pour l'atteindre, autant rester calme. Arrivé au fond de la pièce, au niveau des trois grandes fenêtres, qui n'existaient même plus, il se pencha chassant le sable de ses doigts. Il restait quelques tiroirs avec des choses dedans. Alors qu'il saisit une vielle boîte en feraille de cirage, deux en piteux état étaient à l'intérieur, un bruit se fit entendre. Quelque part dans l'immeuble, il se trouvait une autre personne. Mais, elle semblait relativement proche. Après, il pouvait certainement se tromper. Ou pas. Doucement, il se redressa, afin de voir si la personne, ou la créature se trouvait à l'entrée de la pièce. Mais personne. Il s'arrêta de siffler, ayant entendu d'autres bruits. Il restait calme, mais était prudent, très prudent. Bientôt, il ne put résister. La tentation était trop forte. De plus, il avait certains autouts assez improbables de son côté. Autant tenter le tout pour le tout.


Il y a quelqu'un ? Je peux vous voir, vous entendre... J'en sais des choses.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 17 Nov - 21:23




//Evans Walton & Neil AmellPromenons nous dans la ville tant que les Fondus n'y sont pas...Le soleil se levait doucement sur la Terre Brûlée. L'adolescente ouvrit lentement les yeux, encore endormie et fatiguée par sa marche de la veille. Il faisait chaud, mais pas autant que les jours précédents ce qui était un soulagement et un plaisir pour la brune.

La jeune Amell s'était endormie au troisième étage d'un building qui était désert. L'Immune avait pris soin de veiller à ce que l'endroit soit assez sûr pour qu'elle puisse y passer la nuit, une nuit de sommeil qui se devait d'être reposante. Cela faisait plusieurs nuits sombres que la brune ne dormait que d'un oeil, alors trouver un coin tranquille était toujours un bonheur.

Neil se releva une fois qu'elle fut sortie de son état somnolant. Elle avait dormi quasiment à même le sol, elle n'y avait qu'un drap qui donnait seulement le confort minimum pour pouvoir s'endormir dessus. L'adolescente avait un peu mal au dos mais elle ne se plaignit aucunement, elle n'avait pas le temps et le manque de maturité pour cela. La brune était plus préoccupée par le fait qu'elle devait trouver des vivres pour pouvoir s'assurer deux journées de plus sans risquer de mourir de faim.

Neil se mit alors à fouiller de manière intensive, discrète et minutieuse tout l'étage où elle avait passé la nuit. Le troisième étage ne cachait aucun vivre, rien. D'autres avaient fouillé cet étage avant elle et avaient tout raflé sur leur passage. L'adolescente ne désespéra pas, dans ce genre de bâtiment il y avait toujours quelque chose d'utile. Elle descendit donc à l'étage du dessous, prudemment.

La jeune Amell gardait une main au niveau de son couteau, par sécurité et continua sa recherche de nourritures et d'autres choses qui pourraient lui être utile dans sa survie. La brune eut la bonne surprise de trouver des restes de nourritures laissés par un survivant...peut-être mort aujourd'hui ou pire.

Neil ramassa sa trouvaille pour la ranger dans son propre sac. C'était un sac à dos, tout ce qu'il y avait de plus traditionnel mais désormais il ne supportait pas les larges lourdes de livres et cahiers mais une charge assez légère comprenant le peu de nourriture et d'eau que Neil possédait, un débardeur, son revolver, son couteau et sa lampe torche. Rien de bien lourd, cela n'était donc pas un poids négatif dans la survie de tout les jours de la fille de dix-sept ans.

L'Immune voulut continuer de fouiller le deuxième étage avant de descendre de nouveau un niveau quand elle entendit un bruit. Un sifflotement ? Quelqu'un sifflait ?

Neil se rendit compte qu'elle n'était plus seule dans le bâtiment, elle se crispa mais décida tout de même de continuer sa recherche. Le sifflement faisait peut-être écho mais il n'avait pas l'air de provenir de son étage. Alors que la brune tourna la tête, elle vit dans le bâtiment d'en face, une forme la regarder avant de se dissimuler loin de sa vue. La jeune Amell eut un frisson en reconnaissant le regard fou d'un infecté. Cet inconnu commençait à attirer les Fondus dans sa direction.

La brune se figea en entendant de nouveau un bruit. Bon sang ! Ne pouvait-il pas être un peu plus discret ? Voulait-il avoir des ennuis ? Neil aperçut un grand trou sur le sol du deuxième étage, laissant voir ce qui se passait au premier. Le sifflement provenait du premier niveau. L'adolescente se rapprocha discrètement du trou béant, elle s'accroupit au bord et remarqua la personne qui sifflait aussi fort et attirait les infectés.

Un garçon, qui ne devait pas être beaucoup plus âgé qu'elle. Brun, il avait l'air de grande taille vu d'en haut. Il tenait quelque chose dans sa main et semblait observer les environs, méfiant. Il l'avait probablement entendu marcher dans sa direction, même si elle était en hauteur. Elle sursauta légèrement en l'entendant parler.

-Il y a quelqu'un ? Je peux vous voir, vous entendre... J'en sais des choses. Neil retenu un ricanement moqueur. Il pouvait la voir hein ? Cet inconnu était un mauvais menteur, vraiment et cette remarque était...assez idiote selon la brune.

Elle leva les yeux au ciel mais son regard se bloqua sur le bâtiment d'en face. Le Fondu qu'elle avait vu précédemment était de retour devant sa fenêtre et regardait le garçon avec sa lueur de folie. Neil soupira et se décida enfin à accoster le perturbateur, restant perchée au deuxième étage, le regardant donc...de haut.

-Et le ciel est d'un bleu clair, le sol de dunes brûlantes. Je sais aussi beaucoup de choses, comme tu peux le voir. Neil n'était pas d'humeur à ironiser, sachant que le jeune homme attirait certains Fondus dans leur direction mais c'était sorti tout seul, c'était tout simplement dans sa nature de faire du sarcasme. Elle fit une pause et reprit. D'ailleurs tu devrais, vraiment, baisser le volume sonore, tu commences à attirer tout les infectés autour.

La jeune Amell ne voulait pas forcément être méchante envers l'inconnu, à vrai dire elle s'en fichait de comment il prendrait ses paroles. Mais nom de dieu, comment a-t-il pu être aussi stupide en sifflotant comme si il n'y avait aucun danger sur la Terre Brûlée et qu'il n'y avait infecté prêt à vous bondir dessus à tout instant ?

Neil continuait de fixer l'inconnu et pour appuyer ses précédents propos, elle désigna le building d'en face, où se trouvait toujours le Fondu qui le regardait. L'adolescente haussa un sourcil et attendit la prochaine remarque de ce garçon au sifflement léger. △ Evans Walton
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


Promenons nous dans la ville tant que les Fondus n'y sont pas... [feat Neil Amell] {Flashback}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois 8D [FEAT COKINETTE CHÉRIE ♥]
» Luther L. Serberoth ⊱ Promenons nous dans les bois...
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?
» Haiti en Marche nous parle de Little Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-