Partagez

Just like a rose ♠ Olive Byers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
Olive Byers


Date d'inscription : 19/03/2018
Messages : 293
Points : 187
Localisation : Dans les roses
Emploi : Milicienne



Carnet des Souvenirs
Âge : 17
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageLun 19 Mar - 19:01



Olive Byers

We could be heroes


Infos Personnelles





ft. Saoirse Ronan

ϟ Nom: Byers
ϟ Prénom: Olive
ϟ Age: 18 ans
ϟ Naissance: 15 juillet, Bibery dans la campagne anglaise
ϟ Groupe: Blocard
ϟ Arrivée au bloc: 12 mois
ϟ Classe souhaitée: Milice
ϟ Particularité: ***
ϟ De quelle couleur sont les étoiles ? : Validé par la plus blonde des medjacks


Caractère et Physique


Qui y a-t-il de plus beau qu'un sourire ? La réponse et si évidente. Rien ne saurait égaler la beauté d'un tel spectacle. La raison d'une telle merveille en est alors simple d'explication. S'épanouissant dans toute sa splendeur et son innocence, se dote tout d'abord d'un aspect agréable aux yeux pour ensuite se transmettre à un coeur chaleureux. Live eut compris cette question singulière à la seconde même de son arrivée.

La frêle jeune fille laisse vaquer son esprit à des questions plus profondes, des problèmes qui ont tourmentés les esprits les plus tordus de l'humanité. Comment Billy arrive-t-il à monter aussi haut dans l’arbre ? Comment Jon’ arrive-t-il à faire neuf ricochet alors qu’elle n’en fait que cinq ? Il lui arrive de s’allonger paisiblement dans l’herbe, qu’il est bon de sentir les brins chatoyant de l’herbe verte sous ses mains, les gouttes fraîches d’une fine pluie sur ses paupières closes. Dans cette vaste étendue de verdure bienfaitrice, elle observe de ses yeux reflétant sincérité et tendresse les hauts nuages qu’offre cet océan bleu qu’est le ciel. Si Jon’ et Bill’ n’étaient pas là pour accompagner ses longues après-midi, elle se serait probablement noyée dedans.

Live n’est pas jolie. Ce n’est pas son but principal. Elle a un petit quelque chose, certe, cause de sa tignasse blonde peut-être ? Ou peut-être sa candeur impressionnante, jeune fille frêle et fragile, d’une innocence sûre à toute épreuve, d’une naïveté sans faille face aux merveilles de la simplicité légère d’une beauté singulière. La beauté. Elle ne s’en plaint pas de ne pas être dotée de tous les attributs de ce monde coloré. Néanmoins, la vie lui a accordé cette voix limpide et claire, mêlée à une douce note de franchise, quelquefois de simplicité et de naïveté, une touchante ingénuité dans ses paroles.

Elle aime danser sous la pluie, ses pieds plats éclaboussant sa robe terne. Apprécie la complainte du vent par des temps orageux. Se délecte des doux rayons de cette boule de feu, chauffant la terre sèche sous ses pieds. Et aime par dessus toute chose le contact des mains calleuses de Jon’ contre les siennes.

Sa carrure fine, souple et élancée traduit sa délicatesse affirmée, telle une fleur prête à éclore, faisant jaillir ses pétales colorés telle une joyeuse farandole, feu d'artifice de bonté et d’altruisme. La fragile fleur à les mains abîmées, synonyme de son ardeur aux tâches ingrates, mettant une raison à son labeur.

Ô que de beaux miroirs de sincérité qu'elle a là ! Perles étincelantes, resplendissant l'émerveillement d'une parfaite innocence.  Deux lacs paisibles, eaux calmes brillant sous le crépuscule. Yeux miroitant la jeunesse sous les couleurs d'un océan plus bleu que les cieux, reflets des nuages rêveurs et cotonneux en son sein.

Belle rose, belle fleur. Une fleur à épine ? Ô combien de défauts une si petite chose peut porter dans son coeur. On ne peut omettre cette facette disgracieuse de la fleur, même si elle peut ternir la bonté de cette dernière. La rancoeur, perversité de son coeur, assombri ses plus rouges pétales. D’esprit libre sans restriction, l’idée d’avoir tort n’est donc pas de conception. Quel est donc cet imbécile effronté contestant son autorité ? Néanmoins, elle pardonne régulièrement aux âmes étourdies qui jadis eurent l’idée bien sordide de l’avoir contredite.

Elle a des valeurs sûres. Fondées et vérifiées. La liberté est d’or, elle se doit donc de la protéger. De chérir ce trésor qui est un don ô combien précieux. Un engagement serein pour tout être voulant vivre en paix, une liberté promise et offerte à tous ceux qui la demande. C’est un échange comme un autre, une pénalité pour certains, un fardeau pour d’autres mais c’est une constitution sûre. Ce sont des ordres qu’il faut respecter pour une harmonie plus pure. C’est un bâteau, une communauté qui ne doit ni chavirer ni osciller. Olive est là pour s’en assurer.

Pourquoi aspirer à de grandes conquêtes si la plus belle d’entre toute est le gain d’un libre arbitre ? Demandez la réponse à Olive Byers, gardienne d’une liberté flamboyante.


Histoire







Réveille toi jolie fleur, ce n’est pas encore la fin. Ouvre tes pétales une nouvelle fois, pendant que le soleil est encore haut. Ne baisse pas les armes si facilement. Le monde t’attend là-haut. Une liberté nouvelle. Un nouvel horizon. Là où l’aube aura couleur de miel et le crépuscule resplendira sur les champs battus. Là où de milles feux, les attraits bruns du soleil couchant illumineront les lacs bleus. Respire, trouve une voix. La toucher des doigts, cette lumière douce et réconfortante, ce sentiment de chaleur dans le coeur. Presque. Si proche. La rose perd de la hauteur. Elle s’échappe, s’envole.

Respiration. Précipitation. Au sortir d’un bain glacé. Crachats au sol. Je rampais pour mon salut dans l’obscurité complète. Je battais des bras d’une façon pitoyable, gestes inutiles qui m’essoufflaient. Haletante, je cherchais à taton une prise, pour me rattacher à une once de sécurité et de confort. Ballotée de tout sens, ma tête heurta à plusieurs reprises et avec acharnements la grille métallique qui soutenait mon poids. Je tremblais, hurlais, pleurais, me déchaînais contre les portes froides de cette cage qui n’en avait que faire de mes supplications.

Me relevant, je retombais sur mes genoux noueux et le petit manège se répétait inlassablement. Transis de froid, la peur au ventre, je tremblais telle une feuille morte. Ma respiration se faisait de plus en plus saccadée tandis que l’ascenseur continuait son ascension funeste vers les cieux.Je heurtais les lourds cartons qui tombaient dans un vacarme encore plus assourdissant que le vrombissement des machines. Je couvrais ma tête de mes bras tandis que je récoltais le fruit de ma maladresse. Je tombais à terre, un hurlement de désespoir s’échappant de ma gorge sèche.

-Y a quelqu’un ? criais-je la voix éraillée.

Seul un cliquetis métallique répondu à mon appel de détresse, déchirant le silence sourd et pesant qu’offrait ma prison précaire. Je me mis à pleurer, que m’arrivait-il ? Les larmes roulaient en de grosses perles luisantes sur mes joues, laissant sur leur passage les sillons profond d’un détresse alarmante.

-AIDEZ-MOI !!! m’époumonais-je en frappant du poing la grille froide et austère.

Je perdais toute notion du temps dans mon espace confiné, je me recroquevillais sur moi même, me faisant minuscule dans cet zone hostile. Le soleil. J’avais besoin de lui. Rayons chatoyants qui me chatouille si souvent le visage, éclaircie ces heures sombres de solitude. Quelques sanglots discrets retentissaient par instant, un supplice face aux ténèbres qui m’engloutissais peu à peu. Tu ne dois fermer ces paupières Live, tu ne dois. Mais la lourdeur de cette anatomie m’assommait en une rapidité fulgurante. Encore un effort.

Comme pour répondre à cette prière interne, l’ascenseur stoppa net. Mon corps endoloris fut projeté contre les parois dures et métalliques, meurtrissant de plus belle ma chair abîmée. Une sorte de charbon constellait mon visage, la tignasse ébouriffée, je devais montrer fière allure, les larmes séchées avaient creusé des canyons entre la crasse de mes joues et mon nez. Je me rendis compte que je saignais de la lèvre, au goût métallique et étranger que mes papilles se prenaient à tester.

J’attendais dans le plus grand des silences ma sentence. Quel allait être le verdict ? Cette attente oppressante emplit mon corps tout entier d’une peur sans nom, un effroi terrible. Et maintenant ? Dans un crissement diabolique et sournois, les portes rouillées s’ouvrirent, crissement infâme venu du plus profond des abysses de ce trou à rats. Je relevais la tête, figée, une lumière aveuglante me privant momentanément de ma vue. La seule vue qui m’était offerte fut le ciel. Océan d’un flot aux nuages dansant, illuminant mes yeux et serrant mon coeur. Deux grands gaillards sortir du halo lumineux, venant à ma rencontre. Foule de questions plus persistantes les unes que les autres se bousculaient au sein de mon esprit. Des mots sans queue-ni-tête face à l'incompréhension de l'instant. Bouleversée, je tentais vainement d'articuler quelques mots, mais je ne pouvais produire aucun son à part celui de ma respiration saccadée. Toujours éblouie par les éclats aveuglants de cette lumière blanche, je ne vis s'approcher les deux hommes vers ma fragile personne seulement lorsqu'ils m'empoignèrent, sollicitant une énième fois mes membres endoloris sans que je puisse riposter. Je me débattais dans la détresse la plus totale. Qui étaient-ils ? Que voulaient-ils ?

Dans une ultime tentative d'évasion, je finis par tomber à terre, dans la boue et les mauvaises herbes. On me laissa ramper dans la mélasse, rires résonnant de toute part, un bourdonnement continue dans mon esprit. Ma tête tournait, titubante, je tentais de chercher prise, on me criait des mots que je ne comprenais pas, les pulsions de mon coeur m'assourdissant.

Je me relevais d'une façon pitoyable, claudiquant, des larmes sèches parsemant mon visage. D'un geste brusque et maladroit je repoussais ces étrangers et me mis à courir quelques mètres avant que mon pied ne rencontre cette pierre sournoise. Je m'effondrais de nouveau, roulant sur plusieurs mètres, égratignant une nouvelle fois mon corps abîmé.

La frêle jeune fille que j'étais, paniquée, essaya de ramper à nouveau, fuir pour son salut, mais elle sut très rapidement que ses efforts étaient vains, prise de fatigue, elle ne pouvait plus faire un seul mouvement. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, créant une cacophonie monstre. Mais la plus grande interrogation qui trônait dans son vife esprit et qu'elle avait tenté d'occulter lui revenait sans cesse. Tel un vieux refrain qui creusait un vide dans son propre coeur. J'eus envie de vomir tellement les événements me dépassaient. Qui étais-je ? Je ne me connaissais pas moi même. Je hurlais à plein poumons :

-Pourquoi je ne me rappelle pas de mon nom ?!

***

-Olive !

Accourant vers ma personne, la fragile enfant faisait voltiger ses longues boucles d'or. Traversant les hautes herbes d'une course innocente, le pas léger, elle riait, insouciante. Adossée au tronc massif d'un arbre, je vaquais à une lecture méticuleuse. Tout ce qu'il y a à savoir sur le Bloc se trouve là-dedans, m'avait certifié ce grand brun. Je passais donc ma matinée à la lecture attentionné d'un savoir que je devais acquérir. La jolie jeune fille s'assit à mes côtés, ce qui ne manqua pas de me faire décrocher un petit sourire. J'avais pour habitude de vivre à l'écart de la communauté du Bloc, préférant la compagnie du clapotis de l'eau que celle humaine. Cependant, la blondinette arrivée peu de temps après moi s'était vite attachée à mon intrigante personne. C'était bien la seule qui comprenait mon émerveillement à chaque levé du soleil, que j'avais pris pour habitude d'assister chaque matin. Peu de personne pouvait comprendre cet contemplation dite futile d'un renouveau continue. Je me penchais vers mon amie et lui chuchotais, toute contente.

-Tu veux bien écouter les criquets avec moi ?

D'un rire cristallin, le regard angélique, la douce enfant se jeta dans l’herbe pour se tapir dans ces hautes tiges vertes. Riant de plus belle, je déposais ma lecture au pied de l'arbre pour rejoindre ma complice. On roulait dans l’herbe emprunte d'humidité, une marque d'insouciance sur nos visages détendus. Soudain je disposais mon index sur mes lèvres rosées avant de murmurer un “Chut” à l'attention de la blonde qui s'immobilisa dans l'instant. Allongées toutes deux au sol, oreilles collées à la terre, bouches entrouvertes, nous attendions la spectaculaire fanfare que nous offrait ces minuscules insectes. Des étoiles pleins les yeux, nous étions sous le charme du bruissement entêtant que les criquets produisaient. Je roulais sur le côté, faisant face aux couleurs attrayantes d'un ciel d'un bleu limpide. Elle fit de même. Après de longues minutes silencieuses, la bouclée se décida finalement à parler.

-Je veux y aller, murmura-t-elle, admirative.

Je balançais ma tête vers la douce jeune fille, une pointe d'ingénuité dans le regard.

-Dans le dédale, renchérit-elle.

-Ce n'est peut-être pas une si bonne idée… lui répondis-je, un petit sourire timide aux lèvres.

Elle haussa les épaules, n’ajoutant plus de mots. Je me perdais de nouveau dans la contemplation de cet océan bleu, ne m'inquiétant pas plus davantage. Le labyrinthe. Je n'y prêtais pas plus d'attention que ça, ce n'était même pas une idée qui s'imposait à mon esprit. Passant rapidement à autre chose je ne me doutais guère que la curiosité insatiable de l'enfant allait causer maintes complications.

Le soleil était encore haut, il me restait encore du temps avant que le vacarme des lourdes portes du dédale ne vienne troubler ma tranquillité. Les deux têtes blondes que nous étions, marchant côte à côte, se dirigèrent alors vers les cabanes, s'ajoutant à un petit regroupement de blocage. Quelques coureurs qui ne m’appréciaient guère. Pourquoi les humains tirent des conclusions si hâtives ? C'est un peu comme votre environnement, ce qui vous entoure. Vous grandissez d'une certaine façon, et vous créez en quelque sorte tous ces idéaux dans votre esprit. Je considère parfaitement le fait de faire des suppositions mais n'est-il pas mieux d'user du langage ? Je me sentais en terre hostile malgré la douceur et l'air serein que je faisais paraître.

-Allez moi j'y vais, on aurait dû partir plus tôt, s'écria un des coureurs.

Les yeux de ma petite protégée s'illuminèrent, sa soif d'aventure se réveillant, ce qui n'échappa pas regards sournois de ces garçons. Ils ne cessaient de nous chercher pour un oui ou pour un non, cherchant à réveiller la petite bête. Le plus grand des garçon se leva.

-Tu veux te joindre à nous ? demanda-t-il.

-Viens, on y va, fis-je à la petite blonde d’une voix timide.

Cette dernière, un peu à contrecoeur, fit volt-face. Voyant mon étonnement face à sa déception, cette dernière me fit un petit sourire se voulant rassurant. Elle prit ma main, me forçant à bouger.

-Allez, viens, me pressa-t-elle.

Sans broncher, je me laissais faire, la suivant sans me douter de ses intentions. Quelques mètres plus loin, la jeune blonde lâcha prise.

-Je te rejoins plus tard d’accord ? me dit-elle, les yeux dans le vague.

J'acquiesçais silencieusement, puis naïvement, je lui demandais :

-On se rejoint pour le coucher du soleil ?


Elle ne répondit pas et baissa les yeux, elle allait s’en aller mais je retins sa main du bout des doigts.

-Promis ?

La jeune enfant après quelques secondes de silence, m’adressa un sourire sincère.

-Promis ! dit-elle en s'enfuyant, toute heureuse.

***

Le crépuscule. Ses attraits mielleux se faisaient haut dans le ciel. J’attendais, patientais. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque ce fut un trappeur qui vint à ma rencontre. Il arborait une mine sombre, me faisant froncer les sourcils. Un simple regard suffit à me faire comprendre l'ampleur de la situation.

Je me mis à courir d’une rapidité surprenante, une force qui me poussait vers les imposantes portes. Il n’était peut-être pas trop tard. Je me pointais devant cette immense mur, campée sur ma position. Je me dirigeais alors vers le trou béant mais le brun m’arrêta.

-Non ! Elles vont bientôt se fermer tu ne peux pas !

-Mais elle … elle est dedans … fis-je, les yeux remplis d’effroi.

Je restais figée, tandis que l’affreux vacarme des immense portes annonçaient une sentence irrévocable. Mais une lueur d’espoir me fit rater un battement de coeur lorsque je vis au loin les deux coureurs. Je soupirais, soulagée, avant de me rendre compte que je criais victoire trop vite. Ils affichaient une expression d’horreur. Pétrifiée, je cherchais mon amie du regard.

-Où est-elle … où est …


Je me ruais vers l’ouverture presque close mais l’on m’attrapa à la taille.

-Non … non … murmurais-je le souffle coupé.

Je retins ma respiration. Un silence pesant régnait. Les battements de mon coeur au rythme des secondes qui s’écoulaient. Des secondes qui semblaient s’éterniser. Les portes se referment.

-NON ! hurlais-je, me dégageant de l’emprise du trappeur.

Je venais écraser mes poings contre le mur, frappant sans relâche les lourdes portes dans l’espoir impossible qu’elle s’ouvre de nouveau. Mes mains s’acharnaient  contre la roche avec une frénésie totale, les yeux écarquillés, emplis d’effroi. Ce ne pouvait être vrai, je nageais en plein cauchemar. Mes forces m’abandonnaient et dans élan d’impuissance, je m’effondrais au sol, sous le choc. Je me retournais vers les blocards, pétrifiée par la terreur.

-C’est ta faute … murmurais-je horrifiée à l’adresse du coureur.

Les hurlements du labyrinthe retentir dans les ténèbres environnants, serrant mon coeur. Une rage folle s’installait en moi. Les coupables devaient être punis.

-Vous l’avez emmené … Vous …

-Elle nous a juste suivi ! cria le brun.

-Menteur !!! hurlais-je hors de moi, ma haine explosant.

Je me jetais sur lui, hurlant, griffant, frappant. A terre, je roulais dans la boue continuant de le frapper au visage. Il ne rispostait pas, une expression de choc sur son visage face à la violence que j’exultais. Mes gestes étaient maladroits, brusques, j’étais juste perdue. Deux bras forts m’attrapèrent pour me dégager de ce pauvre corps. Une âme coupable.

Coupable ? Les autres individus du Bloc ne semblait pas être de même avis. Le coureur étant dans les bonnes grâces de Jonas, il fut jugé innocent. L’innocence ne devrait pas être dégradée par des ordures pareil. Il fallait que je change ceci. Passive, indifférente étaient les synonymes parfait de mon comportement. Je me devais d’y remédier, et ce, par tous les moyens. Il fallait surveiller constamment ces enfants qui jouer avec la vie comme si elle était venue à eux par un miracle soudain. Je me devais de protéger ce cadeau de la nature et de ne pas laisser des mains sales jouer avec. De vulgaires ignorants aux côtés railleurs et sournois.

Mon nom est Olive Byers, gardienne de la vie.




Derrière l'écran





ϟ Prénom/Pseudo: L.
ϟ Age: 15 piges
ϟ Découverte du forum: Par une amie sur le forum il y a longtemps
ϟ Avis sur le forum: Mais c'est vraiment une pure bombe c'est incroyable avec un super thème Heart
ϟ Présence: Tous les jours
ϟ Un dernier mot: J'adore rp ici, c'est génial Love

___________________________________
__________________________
©️️NEØN BLUE


Dernière édition par Olive Byers le Sam 26 Jan - 17:08, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageLun 19 Mar - 22:53

Bonsoir et (re) bienvenue sous les traits de ta Ô magnifique blocarde aux cheveux d'ors ! Ange


Quel vava exceptionnel que tu nous as mis !!! Face

Saches que j'ai adoré lire ta fiche avec cette description si poétique, il y avait des comparaisons très jolies, je trouve que ça rend très bien et apporte justement cette certaine douceur à ton personnage en même temps. Que ce soit au niveau du caractère ou bien du physique j'ai ressenti cet apaisement magique en te lisant grâce au rythme donné doux de ton écriture.

Concernant ton histoire, on a cette fois-ci la pression et l'angoisse qu'elle ressent, ce qui est exactement ce qu'il faut pour que nos chers petits créateurs puissent examiner sa zone mortelle. Par contre, ce qui te manque, c'est le gros bloc de fin. Comment s'intègre-elle ? Car elle est quand même là depuis seize mois. Comment étaient ses débuts au bloc ? Difficiles ? Aisés ? Et puis la question principale, comment une si délicatesse jeune femme est-elle devenue une milicienne ? C'est possible, mais il va bien falloir l'expliquer, je suis très curieuse Heart

Bon courage et puis à très bientôt Ô sublime créature !

___________________________________
Just like a rose ♠ Olive Byers Gjnz


Just like a rose ♠ Olive Byers Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Membre
Isaline Sangster


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageMar 20 Mar - 6:37

Très chère Live !
Qu'est ce que tu écris bien ! Wowowow, je me suis pris une petite tarte dans la tête aha !! (d'ailleurs si je suis en retard pour mon bus, cela sera de ta faute Fuck )

Autrement ? Que dire, que dire ? Absolument rien concernant ton caractère et ton fiche, on en vient à même à sourire en lisant ta sous partie. Puis, on continue de se perdre à travers tes mots pour suivre l'histoire un peu plus sombre de ta chère Milicienne ! Ainsi, comme l'a dit justement avant moi, mon cher collègue, tu pourrais peut être étayer davantage cette partie en donnant des détails. Comment est elle devenue milicienne ? Pourquoi l'est elle devenue ? Comment se déroule ses 16 mois passées au bloc ? Cela en fait du temps, il doit bien y avoir au moins deux trois choses à dire je pense Wink

Je te donne tout mon courage pour modifier ces maigres petites choses, et je pense qu'on va très très vite pouvoir te valider Heart

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas




Admin
Olive Byers


Date d'inscription : 19/03/2018
Messages : 293
Points : 187
Localisation : Dans les roses
Emploi : Milicienne



Carnet des Souvenirs
Âge : 17
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageMar 20 Mar - 8:39

Pas de problème pour vous deux, je finis ça dans la journée comme ça je serais en règle Bounce Heart

Merci pour vos compliments et ne vous inquiétez pas malgré son tempérament, la petite Live ne se laissera pas faire Heart

___________________________________
__________________________
©️️NEØN BLUE
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Isaline Sangster


Date d'inscription : 19/04/2015
Messages : 442
Points : 337
Localisation : Au bloc, généralement à l'infirmerie
Emploi : Maton des Medjacks



Carnet des Souvenirs
Âge : 18
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageVen 23 Mar - 11:20

Après tes petits changements et une écriture toujours aussi jolie, je tiens à te dire que :

   

Tu es validée


Blocard ϟ Le Staff de The Maze Runner te souhaite la bienvenue sur le forum. Si ce n'est pas déjà fait, dépêches-toi d'aller lire le contexte du forum ainsi que les 10 commandements, obligatoires si tu veux éviter que la milice du bloc te tombe dessus. Tu peux également prendre connaissance de ton équipement de base. N'oublie pas non plus d'aller faire recenser ton avatar et surtout amuses-toi bien!

   
Equipement ϟ 10 commandements ϟ recenser son avatar


Amuse toi bien avec ta chère Live et n'oublie pas Morgan Wink Heart

___________________________________
Demande moi plutôt ce qui va si tu veux une réponse courte.

Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageVen 23 Mar - 11:27

Bienvenue officiellement Olive !


Je tenais à poster ici un message pour te dire (encore) que j'ai pris grand plaisir à lire ta fiche si poétique et concernant ton histoire, ça m'a carrément foutu des frissons. Tout le long je me disais " Elle veut en venir à quelque chose mais quoi ?" Du suspens et encore du suspens pour un final que j'ai a-do-ré ! Donc bravo ! Jamais je n'aurais imaginé ça donc la chute, magnifique !


Bienvenue de nouveau parmi nous et amuse toi bien Face Heart

___________________________________
Just like a rose ♠ Olive Byers Gjnz


Just like a rose ♠ Olive Byers Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Admin
Olive Byers


Date d'inscription : 19/03/2018
Messages : 293
Points : 187
Localisation : Dans les roses
Emploi : Milicienne



Carnet des Souvenirs
Âge : 17
Relations:
Inventaire:




Just like a rose ♠ Olive Byers Empty
MessageVen 23 Mar - 12:05

Je vous remercie vraiment, (Hihi quelle jolie couleur orangée), vraiment heureuse que mon histoire vous ait plus, c'est vrai que j'ai mis un peu de temps à l'écrire, je savais la raison de son choix mais je ne savais pas comment l'amener. Bounce

Pas de soucis, je n'abandonnerais mon bel infecté pour rien au monde Heart

Encore merci d'avoir accepté ma fiche aussi rapidement Wink

___________________________________
__________________________
©️️NEØN BLUE
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Just like a rose ♠ Olive Byers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Evangelinne, La richesse de la rose, c'est sa fragilité [VALIDEE]
» Les retrouvailles d'une Rose et de son Bourreau
» Village Hentaï
» Design' printanier: Rose is good^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Se souvenir... :: Présentation des Candidats :: Fiches Validées :: Les Candidats :: Les Miliciens-