Partagez

Snap back to the reality ♛ Little diary about to the Monster of the humanity.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageJeu 22 Mar - 12:49

Flash back N° 1 ; Until the Dusk till dawn....

The Darkest Nightmare  ◮ & The bid bad wolf.


Tes doigts parcourent le verre que tu tiens entre tes mains, ta peau semble déjà rougie par des signes divers. Que ce soit par tes plaies intérieures que tu ne montres à personnes que par l'envie de quitter cet endroit morbide au plus vite. Au diable, les mesures de sécurité pour ce soir, au diable, les envies de checker ton écran pour voir qu’aucun bug du système ne viennent interférer dans tes plans. Depuis la mort de ce jeune homme, tu n’es plus le même homme. Tu sembles te perdre dans un cercle vicieux et infernal, tu te rends malade, toi – même, parce que ça te fou le cafard rien que d’y penser. Tu jettes un coup d’œil, au loin, à la foule de tes collègues avant de vider ce qu'il reste de ton verre, finissant par le remettre sur un plateau près du bar-restaurant après t'être levé de ton banc. Alexandra, elle, elle ne t'a pas vu venir depuis tout ce temps où tu t’étais isolé à la cafétéria, tu viens et sort de sa vie comme un courant d'air. Tu es un monstre aux yeux des autres et t’as fini par adopter ce rôle à la perfection. Plus rien ne t’affecte et tu uses de tes charmes pour avoir ce que tu veux…. Des points d'ancrages, il n'en existe plus que quelques-uns à tes yeux. Toi qui a tout perdu, tu n'as plus envie de réitérer l'expérience...Après Alexandra & Olive.

Ainsi, de tes battements de cœur, qui danse au rythme endiablé d'une danse mouvementée, tu te perds, quelques instants durant... Dans tes songes souillés d'une noirceur sans pareille. Que dire, quoi faire, qui prévenir... Quel Enfer au Paradis, ce soir. Alors, sur un air quasi silencieusement parlant, à peine dérangé par la pointe de la foule masquée qui se dresse à tes côtés, par le froissement de ta veste blanche qui commence à te gêner à quelques endroits bien précis. C'est par ces réflexions qui te viennent à l'esprit et qu'à mi-voix, soudainement, tu grommelles discrètement.  Les sourcils sont froncés derrière ton masque invisible, et entre eux, se creusent de vagues sillons d'une concentration parsemée d'une touche de frustration. Au diable, les représailles, il est temps que tu t’éclipses, la fête à assez durée en ce qui te concerne et tu le sais que fort bien que tu n'aimes pas t'éterniser bien longtemps au même endroit, sauf chez toi.  

Ce n'est pas facile de te comprendre, et évidemment que ça ne l'est pour personne de mon entourage. Ce n'est pas une nouveauté, c'est un fait et avec le temps, les gens ont fini par se lasser d'essayer de t'aider. De toute façon, tu refuses leurs aides, tout comme tu détestes lorsqu’on te coupe l’herbe sous le pieds. Ainsi, tu laisses le temps filé et l'événement qui a bouleversé ta vie, va bientôt se perdre dans la toile du passé. Et lorsque l'on sait ce qu'il a permis au sein de ta vie, il est aisé de voir que l'épée de Damoclès qui plane au-dessus de ta tête porte le doux nom de frénésie, de folie... Sans compter que si la personnalité est à l'être humain, ce que le parfum est à la fleur, il y aurait une certaine odeur -contrairement à une affligeante majorité de gens-, d'une telle excentricité qu'elle en devient pestilentielle et ne semble qu'empirer davantage avec l'âge. Qu'on ne se fourvoie pas, je ne suis pas fou, je suis juste dégouté de voir à quel point un être humain peut souffrir à ce point.

Alors, dans un mouvement à peine audible, ta main qui passe sur ton visage, masse l'arête du nez entre les yeux, là où se loge un début de migraine indésirée. De t'être trop concentré, d'avoir trop fixé tout ce beau monde. Tu soupires lentement, estimant ton avancement à tâtons, mais à grande échelle aussi. Dans tous les cas, tu en as assez fait pour aujourd'hui. Un dernier regard, un dernier sourire factice et tu tires ta révérence envers ceux et celles qui daignent te montrer un tant soit peu d'attention. Pour finir, dans un brasier inextinguible qui remplace le myocarde mutilé de ton cœur, qui anime le corps et l'âme d'un incendie indéfectible de ton être. Flammes infernales qui brûlent tout sur son passage. Tu sais que ce feu, rien ne l'arrête, rien ne l'éteint et que personne ne te forcera à faire marche arrière. Tu veux te sentir fort, et non, faible. Rien ne se met sur ton chemin sans que tu ne l'anéantisses de tes mains.

Les regards éblouis souvent dérivent lorsqu'ils en captent l'éclat de ton âme brisé, les nuques se courbent avec cette indubitable goutte de révérence, et l'on se presse hors de ta route pour ne pas éveiller l'ire en un fol élan d'insolence. Il ne faut pas être devin pour savoir que, cette fois encore, c'est ainsi que les choses se passeront, que les interactions se feront. Si certains ineptes laissent parfois entendre qu'il faut souvent aboyer, parfois mordre mais toujours se faire craindre, tu es la preuve vivante que ce ne sont que de fades billevesées. Nul besoin de crier, il suffit de savoir jouer de nuances avec subtilité. Dire que ton calvaire ne fait que commencer...car à présent, tu es une âme damnée. C'est sur ces derniers gestes que, dans l'obscurité, tu finis silencieusement par disparaître, au sein d’un bloc. C’est dans la gueule du loup, que tu t’y es jeté. Pour quelles raisons, avec quel motif. Tes souvenirs brisés, seul le temps finira par les révéler…

© Crimson Day. &  Clever love. ©
Revenir en haut Aller en bas


Snap back to the reality ♛ Little diary about to the Monster of the humanity.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» Le début de saison
» I fell apart but got back up again and then ▬ Nemesis & Ever
» ~ Back to Liverpool [Anabanana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-