Partagez

La nouvelle aire - Jocasta R.Banks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Membre
Jocasta R. Banks


Date d'inscription : 23/01/2019
Messages : 29
Points : 30
Localisation : W.I.C.K.E.D.
Emploi : Adjointe du responsable des départements neuroscientifiques






La nouvelle aire - Jocasta R.Banks Empty
MessageMer 23 Jan - 13:55


Jocasta R. Banks

Essayer. Échouer. Essayer encore. Échouer de nouveau. Échouer mieux.


Infos Personnelles





ft. Emma Stone

ϟ Nom: Banks
ϟ Prénom: Jocasta, Rose
ϟ Age: 26 ans
ϟ Naissance: 3 avril, Oakland
ϟ Groupe: Créateur
ϟ Emploi (ou ex-emploi): Adjointe du responsable des départements neuroscientifiques
ϟ Membre du Bras droit Non.
ϟ Particularité: Sait se servir d’une arme à feu.
ϟ De quelle couleur sont les étoiles ? : elles brillent dans nos yeux, elles scintillent des couleurs de l'espoir.

Caractère et Physique




Jocasta fait jaser son monde. C’est la femme fatale au cœur des chuchotements indiscrets. Sa beauté est modérée, parfois soutenue par un maquillage clinquant. Aimée auprès des hommes, elle est la hantise de la gente féminine. A vrai dire, peu de gens l’apprécient. Dotée d’un immense charisme et d’une détermination peu commune, la jeune femme arrive toujours à ses fins, et ce, par tous les moyens possibles. Elle n’a pas peur d’user de la force et se fiche de l’avis d’un autre.

Malgré ses nombreuses conquêtes, c’est une femme particulièrement solitaire qui tire sa force en pompant celle des autres. Jamais elle ne faiblit, elle possède trop d’orgueil pour cela. Jocasta a un esprit extrêmement difficile à cerner dompté par le besoin de contrôle et de possession. Elle enchaîne les hommes sur coup d’un soir, cependant, elle n’a jamais réellement apprécié ce contact.

C’est une femme assez hautaine, plutôt sûre d’elle et axée tout particulièrement sur sa carrière. Son seul but et de survivre sans prendre en compte le bien-être des autres.
Jocasta Banks est particulièrement bien vu par ses supérieurs, elle a plusieurs contacts haut placé et il serait peu judicieux de s’en prendre directement à elle. Loin d’être invincible, elle supporte très peu la poudre du tiramisu.




Histoire









Mai, mission n°27

Tombée du ciel, la goutte de pluie brillante traverse les ténèbres vers les lumières chevrotantes de la ruelle déserte. Les rafales froides du nord-est chassent par instant ce crachat incertain de mai vers le fleuve asséché - peut-être pour le remplir de nouveau ? - dans le sens de la longueur et, de largeur, vers le chemin de fer désaffecté. Il reste bien un dernier panneau de circulation sous un lampadaire à l’éclairage chancelant, cependant, les indications sont recouvertes d’une fine couche de mousse qui empêche la lecture. Encore une ville sans nom dont même les propres habitants nient l’existence. Et quand vous rencontrez ces mêmes habitants loin de chez eux et que vous leur demandez d’où ils viennent, ils leur arrivent de prétendre ne pas se souvenir non plus du nom de la ville.

Donc, cette goutte de pluie brillante tombe. Elle se ternit de plus en plus avant de prendre une couleur aussi grise que le ciel tandis qu’elle perfore la suie et le poison qui repose au-dessus des rues telle une coupole ornée. Malgré la fermeture des usines les unes après les autres au cours des dernières années. Malgré les poêles que les plus braves n’ont plus les moyens de chauffer. Malgré ce vent terrible et capricieux et cette pluie incessante qui ponctue chaque soirée. Malgré un soleil persistant - qui continue de brûler les dernières miettes habitables de la terre - dont certains affirment qu’il s’est mis à rougir un siècle auparavant, lorsque le réchauffement climatique faisait polémique dans les sujets de conversations les plus corsés. Puis apocalypse et catastrophe, autrement dit l'aliénation des gouvernements contre le fléau, plus communément connu sous le nom de W.I.C.K.E.D. Cinq années années durant, depuis son bureau du dernier étage du Quartier général, Jocasta Rose Banks exerce d’une main de fer les opérations scientifiques au sein de l’organisation. A l’encontre des attentes, elle n’est cependant guère la chef des opérations. Ce rôle est effectivement confié à son supérieur et collègue laxiste, qu’elle juge d’inutile au sein du groupe. Evidemment, Jocasta a immédiatement pris les devants dès son arrivée tout en passant par les passages obligatoires de chaque métier : secrétaire, aux archives, bonne à tout faire en quelque sorte, larbin en tout genre et enfin apprentis pour finalement atterrir dans le département tant convoité. On ne peut pas qualifier de moral la manière dont Jocasta s’est débrouillée pour s’élever aussi rapidement dans l’entreprise à son jeune âge, cependant elle n’a que faire de l’éthique et des “on dit”. Pourtant, ce n’est pas les rumeurs qui manque sur elle (notamment qu’elle ait très certainement usé de ses charmes pour gravir les échelons) mais Jocasta se démarque bien assez maintenant pour prêter attention aux sous-employés. A vrai dire, elle mérite amplement son poste, certes, la tyrannie qu’elle exerce sous-comblée de ses atouts ternit quelque peu son image bien que les plus avisés se garde bien de divulguer qu’importe informations ou son simple nom dans une discussion commune. Mais, en étant plus honnête, elle remplit à la perfection sa tâche. Son esprit carré et pointu lui confère toute la richesse d’esprit qu’il faut inspirer à sa place. Il faut également préciser que cette charmante Lady de la haute n'est pas arrivé par hasard au sein du géant des entreprises : cette dernière, sans compter son pistonnage de qualité, a étudié pour réussir. Première de sa promotion en terme d'études supérieures dans la recherche scientifique.

Elle n'est pourtant guère restée bien longtemps dans cette voie d'acharnement et effectuait en parallèle quelques jobs à l'arrache. Ce n'est qu'en travaillant dans un bar qu'elle eut l'immense chance de rencontrer un charmant jeune homme. A ce que l'on dit, ce fut un des premiers. A l'évidence, Jocasta savait pertinemment que l'homme lui était redevable et sa démarche aguicheuse lui récolta une récompense méritée : un poste plus élogieux. Sans prendre en compte son esprit particulièrement vif, sa capacité à embobiner tout son monde est fichtrement grande elle aussi.

Toujours étant que la tâche actuelle dont elle s’est accaparée de concerne en rien la cause de l’âme, encore moins spirituelle que morale. Jocasta Rose Banks n’est pas une dame de bureau pragmatique de l’ancienne école; elle fait partie de la nouvelle génération de dirigeants diplômés, partisans des réformes et de la modernisation. Etudes qu'elle avait évidemment accomplie lorsqu'elle se cherchait une vocation, avant de découvrir que seul le monopole de la population rendait puissant. Cependant, en des temps pareils, seules les anciennes méthodes font réellement leur effet. Les rues sont sombres et pas un bruit ne trahit le silence à part peut-être le claquement sonore des bottes à talons qui frottent le béton à chaque pas. Il se peut qu’elle est réveillée quelques Hommes endormis sur la crasse du sol à son passage, mais seul son but l’importe. Elle s’enfonce ainsi dans les tréfonds de la civilisation éteinte, là où les constructions sont détruites depuis des lustres déjà et où l’Homme a déserté son foyer pour un ailleurs utopique.

Si la ville n’a pas de nom propre, c’est qu’elle n’en a sûrement plus besoin. Et si ses propres habitants prennent le choix de garder le silence à l’entente de leur maison, c’est qu’il y a raison de. Jocasta longe le grillage rouillé qui s’étend sur une longueur indéfini, mains en poches dans son imper rouge. Sa personne même dénote de l’ambiance environnante, des haillons, de la poussière et du sable sur les trottoirs à peine semblable à son appellation. Actuellement, elle avance dans un quartier particulièrement spécial. Abandonné et délaissé de la société. Encore une des bourgades où l’espoir avait été cultivé dans les esprits des prolétaires sans que la signification de ce mot est le moindre sens aux yeux des entrepreneurs.

Dans le district infecté, la goutte de pluie survole les usines, les échoppes et les longues cheminées depuis longtemps en inactivités dressées comme un majeur sur les toits salis par la rouille et le temps, au milieu de la misère noirâtre qui constitue le reste du paysage urbain. Plutôt amusant que dans une apocalypse des plus signifiantes, l’amusement du quartier se trouve dans ces sortes de clubs semblables à des boîtes de nuits. C’est pourtant un paradoxe des plus étranges; plus l’industrie est réduite et la misère importante, plus les habitants perdent leurs dernières denrées dans la seule discothèque de la ville. Jocasta Banks continue ainsi son chemin jusqu’au lieu dit et s’arrête devant une enseigne vers le sud-est de la ville, juste au-dessus des réverbères brisés où les chacals s’adossent aux façades en guettant les proies qui s’empressent de quérir des endroits plus lumineux. Dans le quartier désaffecté se trouve des conteneurs tagués et des cargos délabrés abandonnés depuis bien longtemps, lorsque la mer s’était retirée et n’avait plus que formé un léger lac.

La goutte de pluie tombe dans le faisceau lumineux de l’enseigne électrique et celle-ci grésille alors, mais ce n’est sans doute pas la cause au vue de l’ancienneté du panneau. A vrai dire, cela étonne encore Jocasta que l’électricité est toujours fonctionnelle dans un quartier aussi pitoyable. Sans s’attarder plus de temps que cela dans l’allée mal famée, elle pénètre aussitôt dans l’antre éclairé par des néons violets et bleus. De longs rideaux de perles obstruent l’entrée mais l’employé du W.I.C.K.E.D. s’empresse de les faire glisser entre ses doigts avant de les repousser doucement. La musique rend ses oreilles sourdes. C’est exactement le lieu des arnaques, drogues, histoires de cul en tout genre qui pullulent les trottoirs. Là où toute la braise s’amasse et les fondus courent. C’est le quartier infecté. Et pour tout dire, Jocasta n’est pas là par mon cœur. Allons bon, tout le monde sait pertinemment que les fondus sont foutus. Rien n’est plus mort que la maladie même.

Jocasta Rose Banks plonge avec lenteur sa main dans la poche intérieure de son imper. Elle empoigne le manche et sort un engin métallique qui produit une légère étincelle colorée à la lumière des néons. A cette heure tardive - ou bien matinale -, peu de personne reste maintenant dans le club. Seuls cinq drogués au Bliss, plus infectés que les infectés eux-mêmes. Un lui manque un nez. Jocasta empoigne son arme et appuie sur la détente. Cinq coups furent tirés mais les cinq, masqués par la musique ambiante, ne retentirent pas dans la nuit. Le recul fait cligner des yeux plusieurs fois Jocasta. Et parmi la fumée environnante de la drogue épaisse, un doux filet sort du flingue encore brûlant sous les tirs. C’est ainsi que d’une voix lente mais ferme, Jocasta s’adresse aux cadavres frais :

- “La ville a cessé de donner et s’est mise à prendre. D’abord, nous avons démantelé l’industrie, puis le chemin de fer, afin que personne ne puisse s’en aller de votre ghetto. Ensuite, nous avons commencé à assommer les habitants avec de la drogue là où jadis vous achetez vos billets de train. Et vous vous saoulez à ce dernier espoir car jamais nous allons vous en fournir. Volez en paix. Il n’y a pas d’explication. Il n’y a pas de place pour les rats. Seul le pouvoir est vainqueur et les autres sont trop idiots pour se le convaincre. Votre mort est plus utile que votre existence. Il est temps de laisser place aux grands. Je n’aurais jamais cru dire un jour que les seigneurs de l’industrie avides de profits me manquent, mais au moins, ils appartenaient à un secteur respectable. Contrairement au trois secteurs où l’on peut aujourd’hui survivre.”

Elle se retourne et, les bottes dans le sang noirâtre des victimes, marche.

- “La richesse, la drogue et le pouvoir.”



Derrière l'écran





ϟ Prénom/Pseudo: Avec un L
ϟ ge: 16 ans
ϟ Découverte du forum: Par une amie sur le forum, il y a bien longtemps (c’est déjà mon troisième compte)
ϟ Avis sur le forum: Toujours une pépite, sinon je n’aurais pas fait de troisième compte ahah !
ϟ Présence: Seulement en semaine, pas pendant le week-end
ϟ Un dernier mot: Jocasta elle va trop vous pourrir la vie ahah

___________________________________
Jocasta Rose Banks
La richesse, la drogue et le pouvoir.


Dernière édition par Jocasta R. Banks le Mar 2 Avr - 14:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




La nouvelle aire - Jocasta R.Banks Empty
MessageJeu 24 Jan - 0:34

Tout d'abord, re-bienvenue ma chère !  Heart

C'est vraiment génial de voir que tu as créé un personnage aussi.. incroyable. Ta plume est de mieux en mieux, c'est fou de voir l'amélioration à chaque texte, c'est impressionnant en fait.  +1

Pour ta fiche, je la trouve très complète que ce soit au niveau du passé et présent et de comment elle s'intègre au sein de WICKED. Son caractère est totalement de feu, bien trempé et aguicheuse en effet. Déterminée et totalement originale, je pense que cette créatrice neurologue va être un personnage intéressant dans ce forum. Je ne te cache pas que pour Niels, leur relation, et bien j'ai hâte de voir ce que ça va donner car clairement, ils sont bien opposés !  Tourne

Alors encore bienvenue et je te souhaite de t'éclater autant que les autres avec cette nouvelle hautes-en-couleurs, c'est le cas de le dire !!  Geek

Grand bravo !  Câlin canard

Tu es donc..


Tu es validée


Créateur ϟ Le Staff de The Maze Runner te souhaite la bienvenue sur le forum. Si ce n'est pas déjà fait, dépêches-toi d'aller lire le contexte du forum ainsi que les 10 commandements, obligatoires si tu veux éviter que les autres créateurs te crient dessus. N'oublie pas non plus d'aller faire recenser ton avatar et surtout amuses-toi bien!

Contexte ϟ 10 commandements ϟ recenser son avatar

___________________________________
La nouvelle aire - Jocasta R.Banks Gjnz


La nouvelle aire - Jocasta R.Banks Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Membre
Jocasta R. Banks


Date d'inscription : 23/01/2019
Messages : 29
Points : 30
Localisation : W.I.C.K.E.D.
Emploi : Adjointe du responsable des départements neuroscientifiques






La nouvelle aire - Jocasta R.Banks Empty
MessageJeu 24 Jan - 0:36

Ouiiiiii merci beaucoup Heart Hâte de terroriser mes collègues eheh Geek

___________________________________
Jocasta Rose Banks
La richesse, la drogue et le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


La nouvelle aire - Jocasta R.Banks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fin du rp: Nouvel Orphelinat. Nouvelle façon de vivre {OK}
» Premieres photos de la future nouvelle classe
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» Aire d'entrainement "Tokkun" de Raidan
» Une nouvelle membre parmi vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Se souvenir... :: Présentation des Candidats :: Fiches Validées :: Les Non-Candidats :: Le WICKED :: Les neuroscientifiques-