Partagez

Somewhere in Neverland ~ ft Milo Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageDim 15 Juin - 23:31

Somewhere in Neverland ~ ft Milo Kyte Tumblr_m286x112cT1qi8bz6

Tenant maladroitement mon épaule droite du mieux que je peux avec mon bras gauche, je traverse en boitillant le Bloc, un grand sourire figé sur mes lèvres. J'essaye de retenir le fou rire qui menace de me prendre en traître depuis quelques minutes et de ne pas arranger la douleur qui me transperce. En fait, si je me laissais aller, je devrais me tenir le ventre tellement je rirai, ce qui n'est pas vraiment possible avec mon bras droit endommagé et inutilisable. Et ce n'est pas comme si j'étais vraiment stable avec cette crampe qui s'est de nouveau réveillée.  Enfin est ce vraiment une crampe? Je n'en suis même pas sûr.  Après tout je ne suis pas médecin. Par conséquent, si je laisse ce fou rire prendre le dessus, je finirai par terre, écroulé de rire. Ce qui me donne tant envie de rire à ce point? Et bien moi même. Dingue non? Juste le don que j'ai pour me mettre dans des situations pareilles et ce que j'ai fais pour être présentement à moitié disloqué, et sans doute un peu fou. Ça partait de rien en plus. Même pas un geste héroïque, même pas une blessure de guerre résultant d'une excursion dans le labyrinthe... Juste un jeu de main, jeu de vilain avec un pote. Quelques coups, quelques ruades, quelques prises de judo et de karaté, une mauvaise chute et voilà que je me retrouve avec une épaule très certainement déboîtée, un coude qui me semble un peu de travers, un dos qui me brûle et la crampe que je m'étais faîte la veille en courant avant de retrouver Clarke dans les bois qui réapparaît.  J'ai gagné le gros lot ! Qu'est ce que je dois avoir l'air fin... Je surprend par ci par là des regards étonnés de certains de mes camarades et me contente de leur répondre avec un grand sourire, faisant comme si tout allait pour le mieux.  Je crois que je suis bon acteur puisqu'à chaque fois ils reprennent leur activité. En même temps d'un certain côté tout va pour le mieux ! J'ai juste mal mais ça pourrait être pire.
Je pourrai être défiguré, démembré ou que sais je encore. Là cet autre fou m'a juste très probablement déboîté l'épaule et déplacé ma colonne vertébrale mais le point positif c'est que je suis en vie ... Et que j'ai envie de rire.

Clopin clopant, ma direction est l'infirmerie. Mon ami, un peu gêné de m'avoir fait autant de dégâts m'avait affirmé qu'il pouvait me remettre d'aplomb en deux temps trois mouvements, mais je n'ai étonnement pas eu confiance. Après ce qu'il m'avait fait j'avais plutôt l'impression qu'il allait me rompre le cou. Et puis au moins cette excuse me permet d'aller rendre visite au maton des medjacks, et de m'amuser un peu avec lui. Je le trouve amusant ce Milo Kyte. Bon pas amusant dans le sens où il fait des plaisanteries à tout bout de temps, genre gros rigolo, il en est d'ailleurs tout l'inverse. Mais disons qu'il a ce côté renfermé, genre tu m'approches je te bouffe, qui me donne envie de justement m'approcher pour l'amadouer. Au fond il est même sympa. Il n'a pas l'air d'avoir beaucoup d'ami ou d'être franchement très sociable, mais j'aime bien sa compagnie. Quoi qu'en y réfléchissant bien, j'aime bien la compagnie de beaucoup de gens. Mais c'est le seul des medjacks que j'apprécie vraiment. En fait j'ai vraiment un truc contre les medjacks de manière générale, ils sont trop curieux et touche à tout. Enfin bref, il y a un truc quoi. Et puis cela fait longtemps que je n'ai pas été l'embêter. Je ne viens pas à chaque fois que j'ai un petit bobo, mais là je dois admettre que je dois en avoir vraiment besoin.

J'entre à peine dans l'infirmerie que déjà, des dizaines de yeux se tournent vers moi, et je suis instantanément mal à l'aise. Ah oui c'est aussi une des raisons pour laquelle je ne viens pas ici … J'aime pas cet endroit, et j'aime pas ces regards. Dans beaucoup je vois de la curiosité. Encore et toujours. Qu'est ce qu'il s'est fait ? C'est lui le garçon qui a des réactions bizarres ? Vous savez ce que c'est ces flashbacks alors ? Ils ne le disent pas à voix haute, mais je suis persuadé que c'est ce qui trotte dans leurs têtes, ou les messages qu'ils se passent en échangeant un bref regard. Je ne suis pas d'un naturel parano, mais quand je viens ici c'est toujours la même chose. Je n'ai qu'une envie : repartir en courant. Seulement mon épaule, ma cuisse et mon dos me disent que cela n'est malheureusement pas possible. Une jeune fille s'approche alors de moi, tout sourire. Je la connais ? « Salut ! Je peux t'aider ? Qu'est ce qu'il t'arrive ? » me demande t-elle d'une voix douce et réconfortante, mais cependant empreinte de curiosité. Est ce qu'elle est au courant elle aussi pour mes réactions après mes flash backs ? Est ce qu'ils s'attendent tous à me voir tomber par terre et à convulser ou quoi ? J'ai l'impression d'être observé comme  on observerait un magicien qui est sur le point de faire son numéro. Alors que ce soit bien clair... ILS RÊVENT ! J'essaye du coup dans un premier temps de lui rendre son sourire, parce qu'on va dire que je suis gentil et poli, et de recomposer mon attitude décontractée et charmeuse que j’arbore habituellement même si dans cet environnement cela n'est pas facile. Avant même de lui répondre, je jette un rapide coup d'oeil dans la salle à la recherche du visage familier, mais je ne le vois nulle part. «  J'aimerais voir Milo Kyte s'il te plaît. » Je me contente de répondre en regardant de nouveau derrière elle, dans l'espoir que mentionner son prénom le ferait apparaître comme par magie. «  Il est occupé pour le moment. Mais je suis disponible moi. Je peux faire quelque chose pour toi ? Tu as mal quelque part ? » Je déglutit. C'est quoi cette façon qu'elle a de me parler. Je suis pas un gamin non plus ! Et puis je rêve ou on dirait qu'elle me drague avec ses yeux qui papillonnent là ? J'avoue que si j'étais dans mon élément normal et habituel, j'aurais répliqué en la draguant aussi, mais pour moi infirmerie différent de mon élément donc moi différent aussi. J'essaye pourtant de garder une expression calme et parfaitement impassible, me contentant d’agrandir mon sourire. «  Non c'est gentil, mais je dois vraiment voir Milo Kyte. » Je dis son prénom un peu plus fort, juste au cas ou. « Peut être une autre fois. » je rajoute en la gratifiant d'un petit clin d'oeil pour ne pas la laisser totalement frustrée de ne pas avoir pu s'occuper du bel homme que je suis. « Sinon quelqu'un peut m'indiquer où est votre mâton ? » Silence. Il se passe quoi au juste ? Ils sont franchement trop bizarres ces medjacks.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Milo Kyte


Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 27
Messages : 450
Points : 202
Localisation : A l'infirmerie



Carnet des Souvenirs
Âge : 16 ans.
Relations:
Inventaire:




Somewhere in Neverland ~ ft Milo Kyte Empty
MessageLun 16 Juin - 17:15

« Vite, m’écrié-je avec fermeté, allongez-le là. Toi, au lieu de nous regarder bêtement, ramène-nous des compresses, du fil et tout ce qui va avec. Dépêche-toi, bordel ! On va avoir besoin de tout le monde sur ce coup, alors on se grouille ! »

Bien qu’elle soit blanche comme un linge et tremblotante de la tête aux pieds, la jeune fille acquiesce et disparaît aussitôt dans la réserve. Autour de moi, les Medjacks sont en état d’alerte et s’activent autour du nouveau venu, l’étouffant presque de leurs soins éphémères. Rah mais dégagez putain, j’peux même pas voir sa blessure. Je joue des coudes pour arriver au chevet de mon patient et laisse échapper un hoquet d’horreur devant l’ampleur des dégâts. Un trou. Le mec a un gros trou dégoulinant de sang en plein milieu de la poitrine. Comment est-ce po… Non, je n’ai pas le temps de m’extasier devant une telle abomination, ni d’en comprendre les causes. Il y a plus urgent. Sans attendre, je hurle mes ordres à ceux qui se trouvent à mes côtés et m’applique ensuite à résorber l’hémorragie. Les compresses que l’on m’amène se retrouvent vite imbibées et la plaie sombre qui s’offre à moi ne me laisse pas beaucoup de marge de manœuvres. Pendant quelques millièmes de secondes, je reste désemparé. Par où commencer ? Puis-je y arriver ? J’ai déjà été confronté à des blessures tout au moins aussi graves. La plupart du temps, des miracles ont fait que les victimes s’en sont sorties. D’autres ont eu moins de chance. Celle-ci survivra. Le contraire n’est pas concevable, ni même envisageable. J’inspire un bon coup, histoire de maîtriser mon cœur qui s’est accéléré subitement, puis m’attelle à la tâche. Du sang. Du sang partout. Des giclées et des giclées. Je perds pieds. Et je le perds lui.

Putain, mais pourquoi n’arrête-t-il pas de pisser le sang ? De la sueur s’écoule le long de mes tempes et en dépit de mon habilité à trifouiller dans son ventre, je ne parviens pas à stopper l’hémorragie. Son foie est sévèrement touché, mais sans doute n’est-ce pas le seul organe. Pourtant, ce n’est pas la première opération délicate qu’il me faut affronter. Alors pourquoi ça ne fonctionne pas ? Peu à peu, la panique commence à me gagner, mais je la refoule au plus profond de moi afin de ne pas inquiéter mes coéquipiers. Cacher ses émotions a toujours été une de mes plus grandes spécialités. Ca y est, j’ai trouvé la source du problème. Une artère est perforée, juste à côté du pancréas. Voilà d’où jaillit tout ce sang. Il n’y a plus qu’à compresser et recoudre, facile. Mais là, tout bascule. Mon patient se met à faire un arrêt cardiaque, à en juger l’arrêt soudain de son cœur. Non, non, pas maintenant ! T’vas pas crever maintenant alors qu’on est sur le point de te sortir d’affaire ! Je saute aussitôt sur le lit, tout en prenant soin de ne pas endommager davantage sa blessure, puis positionne mes deux genoux de chaque côté du blessé. Ça me permet d’avoir un meilleur appui pour mon massage cardiaque. L’idéal aurait été de le déplacer, mais on a pas le temps. Je presse mes mains au niveau de son coeur, comme je l’ai vu dans les manuels. Le plus fort que je peux. Comme si ma vie en dépendait. C’est un peu le cas, d’ailleurs. Je cogne, je frappe, je presse pour le faire repartir. Bouche-à-bouche, je compresse. Les secondes défilent et deviennent des minutes. Son cœur ne repart pas. Mais pourquoi ?! Je ne peux pas abandonner. Je continue mes cérémonies avec l’énergie du désespoir. Autour de moi, les autres Medjacks me regardent, mais aucun n’ose intervenir. Qu’ils essaient ! Au fond d’eux, ils ont compris qu’il n’y avait plus rien à faire. Moi, je ne peux pas m’y résoudre. Je ne perdrai plus personne dans cette infirmerie !

Lorsque l’on vient me tapoter sur l’épaule, je ne réalise pas tout de suite. Non, c’est impossible. Je continue, encore et toujours. Un silence de mort – pour ainsi dire – se répand dans les locaux. Mais je ne peux pas arrêter ! Le laisser partir voudrait dire que j’ai échoué. Je… je ne peux pas. Alors je compresse, quitte à m’en abîmer mes poignets. J’ai mal. Au corps et au cœur. Finalement, je reviens à la raison. D’un bond, je descends du lit et me dirige lentement vers la réserve. J’ai besoin d’être seul, d’assumer la portée de mon échec. Des paroles de sollicitude résonnent à mes oreilles, mais je n’y prends pas garde. En fait, je m’en fous. Sans leur accorder un regard, je franchis la porte qui me sépare des rangées de médicaments et la referme derrière moi. Je m’assois contre un mur et laisse échapper ma douleur. Quelques larmes amères me coulent le long des joues et me brouillent la vue. Nul ne me verra dans cet état. Jamais. La pression accumulée ces dernières semaines a fini par jaillir. Comme le sang de tout à l’heure. On veut être fort, mais au final, on ne l’est pas tant que ça. Une façade de brique derrière laquelle se dissimule un fétu de paille. Je lui avais promis de le sauver… Il était si jeune, pourquoi n’y suis-je pas arrivé ? Et tout ce sang… D’un revers de la main, je m’essuie le visage. Non, je ne peux pas me permettre de me morfondre dans ma souffrance. D’autres Blocards ont besoin de moi. Ce soir, quand je serai seul au fond de mon lit, là je pleurerai. En attendant, je dois assumer ma fonction, aussi bien celle de Medjack que de mâton. Un mâton ne s’effondre pas. Je me relève, vérifie que plus aucune trace de faiblesse ne marque ma peau et pénètre de nouveau dans l’infirmerie.

A peine rentré, une voix familière parvient à mes oreilles. Je soupire. Alec Davis se tient à quelques mètres de moi. Je n’ai jamais été aussi heureux de le voir, même si cela implique qu’il ait encore fait l’idiot je-ne-sais-où. Apparemment, il semble se tenir l’épaule. Chouette, un déboitement. J’adore remettre ce genre de choses en place. C’est facile et amusant. Et faire ça sur Alec, ça risque d’être particulièrement jouissif. Je m’avance vers lui. Etant de dos, il ne me voit pas arriver. Le silence règne de nouveau dans l’infirmerie. Plusieurs regards se sont tournés vers moi. Je peux sentir leur compassion, voire leur mépris sur leurs visages. Je n’y prends pas garde. Plusieurs Blocards veulent ma tête, c’est pas nouveau. J’ai décidé de les ignorer et de ne pas me laisser abattre par mon échec devant eux. Non, il faut qu’ils gardent de moi l’image d’un salopard qui les exploite et qui leur parle comme à des chiens.


« Monsieur Alec Davis, ça faisait longtemps, ironisé-je en lui tapant volontiers sur l’épaule endommagée. Oups, désolé. Je vois que tu t’es encore mis dans une situation délicate. Viens par ici, on va regarder ça. » Mon regard s’attarde sur deux Medjacks, droits comme des piquets : « Et vous, là-bas, y a la blinde de sang à nettoyer près du macabé, il va pas s’évaporer tout seul. » Sans attendre de protestations de leur part, j’empoigne Alec et le dirige vers un lit un peu à l’écart des autres. « Installe-toi là. »
Revenir en haut Aller en bas
https://le-labyrinthe-rpg.forumactif.fr


Somewhere in Neverland ~ ft Milo Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « La vie c’est comme les icebergs, un jour ils se retournent et toute la merde est mise à jour »- Danae L. Kyte
» MILO ♒ "Be a sailor", they said. "It'll be fun", they said.
» Archibald Milo de Baskerville ⚡︎ Je t'aime bien mais en cas de danger je te sacrifie direct !!
» MILO BICHON 8 MOIS BATTU GENOU FRACTURE QUATRE PATTES 77
» Popcorn ft Milo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-