Partagez

Why does it feel so good to be mad ? || ft.Wendy Rheon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageMer 22 Oct - 23:27

Incapable de réfléchir, la jeune coureuse avait l'impression que sa tête bouillait littéralement. Il y en avait encore eu une. Une nouvelle condamnation à mort. Impossible, ça faisait déjà la troisième, si on comptait la voleuse.. Le big boss était entrain de perdre la boule apparemment. Comment pouvait-il envoyer autant de personnes à la mort, surtout ceux qui n'avaient fait que refuser d'appliquer des règles stupides ? Même pour la voleuse, elle trouvait la punition bien trop cruelle. Alors pour les deux autres... Devant cette injustice, elle sentait son coeur s'accélérer, jusqu'à menacer d'imploser. Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Tant pis si la rousse risquait sa peau elle aussi, il était hors de question de laisser le Bloc suivre cette pente. Mais qui était-elle pour protester ? Rien de plus qu'une tocarde à peine arrivée. Personne ne la connaissait, personne ne l'écouterait. Pourtant ça ne la rebuta pas, décuplant son envie d'agir, au contraire. Peut-être ne savait-elle encore rien de la vie ici, mais elle n'avait pas encore abandonné son envie de vivre, ses idéaux et sa tendance à toujours protéger les autres.

Mais par où commencer ? Trouver d'autres personnes qui pensaient comme elle, sans doute. Finalement, elle n'eut pas à chercher bien loin, laissant son cœur la porter là où elle savait à qui elle pouvait s'adresser en toute honnêteté, sans craindre de représailles ou des dénonciations. Aussi dès que son entraînement fut fini (où elle s'attira d'ailleurs quelques réprimandes devant son manque d'attention, trop préoccupée par les événements récents), elle partit en coup de vent vers la cabane en bois. Encore en tenue de coureuse, les cheveux relevés en queue de cheval légèrement perlés de sueur, Eva fit une entrée assez remarquée dans la cuisine, se glissant le plus vite possible vers là où elle savait qu'elle la trouverait. Wendy. Wendy c'était une personne toute en douceur et attention, à l'écoute bienveillante et au rire facile. Même si au départ elle avait semblé un peu distante, plus occupée à préparer avec attention le repas pour les blocards plutôt que pour se sociabiliser. Mais finalement elle avait fini par craquer, et Eva n'hésitait pas à lui rendre visite le plus souvent possible. Entre ça et ses passages à l'infirmerie, autant dire que la rousse avait des journées bien remplies.

"Weeendyyy !"

Entrée fracassante, je vous l'avais bien dit. Heureusement pour elle, les cuistots s'étaient peu à peu habitués à sa présence un peu haute en couleur, et n'essayaient plus de la chasser dès qu'elle débarquait à l'improviste. Elle s'avança derechef vers l'endroit où se trouvait son amie, avant de la saluer en lui collant deux bisous sur les joues. Elle était heureuse de la voir, malgré la situation critique. Enfin, qu'elle jugeait critique. Restait à savoir ce qu'en pensait la jolie cuistot. Qui certes était un mâton elle aussi, mais ne risquait absolument pas de la dénoncer. Eva avait une confiance totale en elle, et attaqua direct, tout en baissant la voix pour que la demoiselle soit la seule à pouvoir l'entendre.

"Tu vas bien ? Tu as entendu la nouvelle ? Il y en a encore eu un autre ! Ce n'est pas possible.. Et toutes ses règles, -notamment le couvre-feu, grr-, ça ne peut plus durer ! Jonas a pété les plombs ou quoi ? A ce rythme ce ne seront plus les Griffeurs nos pires ennemis.."

La rousse soupira, vraiment inquiète par cette situation. Si elle râlait pour le couvre-feu plus pour la forme -qui l'empêchait de sortir faire des conneries en toute impunité-, elle trouvait néanmoins les règles draconiennes. Se lever à six heures tous les matins étaient une torture. Plus de week-ends.. Pire, la liberté d'expression était supprimée. Pourtant le Bloc était sensé être une communauté, pas une dictature ! Sans compter les morts.. Ça faisait très régime par la terreur. Même si techniquement on ne savait pas trop s'ils étaient morts, puisqu'ils avaient été lâchés dans le labyrinthe la nuit. Mais vu les pronostics, leurs chances de survie étaient très faibles.

Malgré la gravité de la situation, la coureuse ne put s'empêcher un petit trait d'humour, pour essayer de faire sourire sa camarade.

"Si ça continue je ne pourrais même plus venir te voir... D'ailleurs euh.. il te resterait pas un petit truc à grignoter ? L'entraînement, toutes ses émotions.. Ça creusent tu sais ?"

Eva lui adressa un sourire angélique, oubliant par moment que Wendy ne pouvait pas la voir. Mais la jeune femme semblait si sûre de ses gestes dans la cuisine, qu'il était impossible de la considérer comme une handicapée. D'autant plus qu'elle ne se faisait pas plaindre non plus. Enfin bon, tout ça pour dire que malgré son envie de monter un plan pour faire cesser la dictature du mâton en chef, la rousse espérait bien qu'il resterait un ou deux cookies pour elle. Réfléchir, oui, mais avec le ventre plein, c'était toujours mieux. Et plus efficace. Il paraît ?
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 23 Oct - 13:08

Un silence presque inquiétant régnait dans la cuisine depuis quelques jours. Plus personne ne parlait, plus personne ne riait, seul les bruits des casseroles, du feu et du travail persistaient. La peur et la colère imprégnaient tout le bloc désormais, jusque dans ses moindres recoins. La tension était palpable.

Tchak Tchak Tchak !

En coupant ses tomates à l'aide d'un couteau épais, Wendy songeait aux pauvres gosses qui s'étaient fait bannir dernièrement. Elle ne les connaissait pas personnellement, mais la Maton n'allait pas supporter longtemps que les blocards se fassent bannir les uns après les autres. Jonas est stupide ... à la fin, il sera tout seul pour pleurer. Mais le pire c'était les coups de fouets, les cris déchirants des victimes et l'odeur métallique du sang, plus rien ne tournait rond.

Du jus collait sur ses mains fines, alors qu'elle continuait sa tâche. Une casserole tomba derrière elle, l'Aveugle, sur les nerfs sursauta avant d'engueuler le cuistot maladroit. Le Bloc entier était devenue une bombe à retardement et en tant que leader des cuistots, la blonde ne pouvait se permettre de faire le moindre écart. Tout les matins à 6 heure, elle se mettait au boulot, et sans faire de pause jusqu'à 20 heure, elle travaillait et travaillait ... Dans sa tête, un débat sans fin la rendait folle : Jonas avait eu raison de bannir la fille, mais maintenant il poussait le bouchon trop loin et les autres bannissements n'étaient que des meurtres injustes. Mais elle continuait de faire comme de rien était, et elle se trouvait lâche. Mais par dessus tout Wendy espérait qu'aucun de ses amis proche ne ferait de bêtise, ce serait insupportable.

La porte claqua soudainement, un courant d'air s'infiltra dans la pièce surchauffée en même temps qu'une odeur de transpiration et qu'un cri :

«  Weeendyyy ! »

Eva. Eva la coureuse, arrivée il y a peu. Avec une voix qui évoquait à Wendy un rayon de soleil. Eva, l'éternelle optimiste et l'adepte de cookies. Eva, que Wendy appréciait énormément. Eva, qui n'avait pas de raison de venir aussi tôt aux cuisines si ce n'était pour lui dire quelque chose d'important. Un goût amer dans la bouche, Wendy lui sourit. D'habitude, sa coureuse préférée venait plus tard pour dévorer un ou deux cookies, aujourd'hui, ça semblait different. Wendy eu à peine finit son travail qu'Eva l'embrassait sur les deux joues. L'aveugle rigola doucement puis s'essuya ses mains sur son tablier.

Aussitôt, Eva prit la parole, en chuchotant. Avec tristesse, Wendy l'écouta en silence. L'aveugle était bien d'accord avec son amie, tout ça c'était de la folie. Les rondes de la milice étaient de plus en plus pesante, surtout la nuit. Le Gnouf n'a jamais été aussi pleins qu'en ce moment. La suppression des week-end ne dérangeait pas Wendy, mais certains en avait besoin pour souffler ... Ça va très mal se finir !

Le bruit autours des deux blocardes avait diminué, même le cuissot malhabile faisait désormais attention. La Maton avait toute confiance en ses gars, mais avec ce temps de crise on ne savait jamais ! Si l'un d'entre eux rapportait ça à la milice, les deux jeunes filles verraient leur espérance de vie se raccourcir soudainement.

« Si ça continue je ne pourrais même plus venir te voir... D'ailleurs euh.. il te resterait pas un petit truc à grignoter ? L'entraînement, toutes ses émotions.. Ça creusent tu sais ? »

Wendy rigola une deuxième fois, si une autre personne lui demandait des trucs à grignoter elle aurait surement dit non, mais lorsque c'était Eva, elle ne pouvait pas s'empêcher de rire et de lui donner de quoi combler sa faim.  Si elle ne pouvait plus venir dans les prochaines semaines, je me demande ce qu'elle pourrait inventer pour chiper des cookies.

« Tu as toujours faim à ce que je vois, un vrai estomac sur pattes voila ce que tu es ! Heureusement, je crois qu'il me reste quelques muffins ... Viens par ici ! »

Wendy se dirigea avec assurance vers un coin de la pièce qu'elle savait inoccupé, prenant au passage deux muffins qu'elle s'était amusée à faire le matin même. Avec toutes ces heures supplémentaires, elle pouvait se permettre de cuisiner plus de choses, notamment des déserts, comme quoi les nouvelles règles avaient aussi du bon ! Elle tendit les deux petits gâteaux dans la direction de son imprudente amie avant de prendre la parole à voix très basse.

« Tu devrais faire plus attention à ce que tu dis ! Si la milice l'apprenait, tu finirais au Gnouf direct ! J'ai pas envie de te voir prendre des coups de fouet ! Puis elle reprit à voix haute : Dis moi ce que tu pense de ces petits muffins, j'en ferais pour tout le monde demain si tu aimes ! »

Wendy essuya la sueur sur son front. Il faisait trop chaud. Et tout ça lui faisait peur. En 5 mois, elle n'avait jamais vu une telle effervescence. La jeune aveugle était paniquée et tentait de le cacher. Il fallait faire quelque chose, mais quoi ? Une idée émergea dans la tête de Wendy, elle l'a refoula aussitôt. C'était trop risqué.

« Les règles de Jonas sont peut être dures, mais tu doit me promettre que tu ne feras pas de bêtises. S'il te plait ! Tu ne pas te permettre de dire à tout va que Jonas est complètement malade ... même si c'est vrai ! Surtout si c'est vrai ! »

La réaction de Wendy était peut être un peu excessive, mais sa nature craintive et sa tension accumulée la rendait nerveuse. Au contraire d'Eva qui était peut être un trop franche et téméraire. Si Eva se lançait dans une rébellion, Wendy tenterait sûrement de l'arrêter. À moins que ... Wendy fit taire la petite voix a l'intérieur de son crâne. Il n'y aurait aucune rébellion !
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 2 Nov - 22:56

[Désolée pour le retard, je viens de retrouver internet D8]


Eva sourit, rassurée par le rire de sa camarade. Malgré le climat de tension, la mâton semblait encore capable de plaisanter librement, alors la situation ne devait pas être si catastrophique. Estomac sur patte, ça lui correspondait plutôt bien. C'était un peu son deuxième prénom même, avec tornade rousse. Parce qu'en général on la remarquait lorsqu'elle passait.

"Tu es vraiment magique !"

S’exclama la rousse, avant d'emboîter le pas à Wendy. Comment faisait-elle pour toujours avoir à manger ? Bonne question. Si la coureuse tenait un peu plus en place, elle aurait sans doute atterri cuisinière, rien que pour pouvoir goûter à tous les plats. Seulement avec tout ce qu'elle mangeait, elle avait bien trop d'énergie à dépenser pour ne pas courir partout toute la journée. Lorgnant sur les muffins que son amie venait de poser devant elle, Eva réussit tout de même à l'écouter en résistant à l'envie d'en avaler un direct. Et ce qu'elle entendit calma ses ardeurs, du moins pour un instant.

"Moi non plus je n'ai pas très envie de me faire fouettée.."
Grimaça-t-elle. "Désolée, je me moque du gnouf, mais je ne voudrais pas qu'il t'arrive des ennuis à cause de moi." Elle parlait sur le même ton très bas, tout en lui faisant une mimique désolée. A venir critiquer Jonas dans la cuisine, elle pouvait faire du tord à Wendy, et ça elle n'y avait pas pensé et s'en voulait beaucoup du coup. Mais puisqu'il fallait donner le change, elle répondit sur le même ton : "Ils sont forcément délicieux vu que c'est toi qui les a fait, mais puisqu'il faut goûter je veux bien me dévouer."

Eva rit, une nouvelle fois, comme si les deux amies ne papotaient que de choses légères. Malgré le sérieux des affaires en cours, la rousse profita de l'occasion pour croquer à pleine dent dans un des gâteaux, avant de laisser échapper un petit soupir de satisfaction. Evidemment que c'était bon, à croire que Wendy avait des doigts de fée. Ou des pouvoirs de super cuisinière. Elle engloutit le reste du muffin, avant de regarder d'un air un peu inquiet sa camarade, qui semblait en pleine effervescence.

Et ce qu'elle dit ensuite fut plein de bon sens. Néanmoins Eva savait qu'elle était incapable de rester sans rien faire, surtout si la situation était injuste. Et là c'était pire que ça. Mais il y avait du bon dans ce que disait Wendy, aussi répondit-elle à voix basse, songeuse.

"C'est vrai qu'on ne peut pas en parler ouvertement.. Il faudrait réussir à trouver les blocards qui sont de notre avis en secret, et les rassembler. Faire un coup d'état, en somme ! Est-ce que tu sais ce qu'en pensent les autres mâtons ? S'ils sont tous de cet avis, alors Jonas a du soucis à se faire.."

Pensive, la coureuse réfléchit quelques instants, tandis qu'elle sentait l'agitation monter en elle. Elle se sentait l'âme d'une révolutionnaire, prêt à fomenter un coup d'état. Pas pour prendre le pouvoir ou autre bêtise de ce genre, non, mais pour sauver ceux qui faisaient les frais de ce régime tyrannique.

"Il faut agir dans l'ombre ! Libérer les prisonniers du gnouf, saper l'autorité du grand mâton, trouver des alliés dans la milice.. On pourrait même se faire passer des messages secrets dans des muffins !"

Pour illustrer ces dernières paroles, Eva engloutit le deuxième muffin avec délectation. Certes si ce qu'elle disait n'était pas sérieux, elle réfléchissait pourtant à vive allure pour trouver un plan d'attaque.

"Enfin ça c'est pour plus tard.. Il faudrait un moyen de savoir ceux qui sont contre Jonas sans se mettre en danger, et trouver un lieu de rendez-vous secret. T'en penses quoi ?"

Si la rousse se savait enflammée, elle avait hâte d'entendre l'avis de Wendy, bien plus sage et réfléchie qu'elle. Nul doute que s'il y avait une manière de se regrouper en secret, la cuisinière aurait certainement une bonne idée. Mais peut-être ne devrait-elle pas s'engager là-dedans, c'était bien trop risqué pour quelqu'un de son rang. Eva ne lui demanderait jamais ça bien sûr, tout ce qu'elle souhaitait étaient quelques conseils avisés.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 11 Nov - 18:28

[Je comprends, ne t’inquiètes pas ! A moi de m'excuser pour mon retard maintenant x) ]

C'était trop tard. Trop tard pour faire demi-tour ou changer le sujet de la conversation. Eva était trop active, trop audacieuse et trop bavarde. Ce n'était plus qu'une question de temps pour qu'elle fasse une bêtise de trop qui la condamnerait. Wendy soupira en crispant ses mains. Elle se demandait si Eva avait réfléchit une seconde avant de lui parler de tout ça, si la rousse avait pensé une seule petite seconde que l'aveugle serrait obligée d'aller rapporter ça à Jonas. Je ne le ferrais pas. Bien entendue, la mâton ne le ferrais pas, elle ne le faisait jamais. Jonas l'intimidait trop et personne ne méritait l'exil.

« C'est vrai qu'on ne peut pas en parler ouvertement.. Il faudrait réussir à trouver les blocards qui sont de notre avis en secret, et les rassembler. Faire un coup d'état, en somme ! Est-ce que tu sais ce qu'en pensent les autres mâtons ? S'ils sont tous de cet avis, alors Jonas a du soucis à se faire...»

La voix de son amie était très basse, mais Wendy entendit chacun de ses mots comme si elle les avait crié. Ses mains commencèrent à trembler. Faire un rassemblement rebelle pour renverser Jonas revenait à se trancher les veines. Si Jonas était le chef, ce n'était pas pour rien. Et si ils tentaient de lui prendre le pouvoir ... La mâton frissonnât doucement, elle qui il y a un instant se demandait si elle pouvait faire quelque chose contre le mâton en chef venait de changer d'avis.

Wendy tenta de prendre la parole, mais Eva fut plus rapide qu'elle. La cuistot s'appuya contre le mur en écoutant les idées de son amie. Plus les mots s'écoulaient et plus Wendy avait envie de vomir. Toutes les idées étaient bonnes, et celle des messages secrets dans ses gâteaux l'a fit sourire, mais elle savait que rien de sain allait découler d'une rébellion. Même si la cuistot ne les connaissait pas très bien, elle savait que les autres mâtons penseraient comme elle, mettre à terre le "gouvernement" actuel ne servirait à rien et le chaos régnerait que de plus belle dans le Bloc.

« Enfin ça c'est pour plus tard.. Il faudrait un moyen de savoir ceux qui sont contre Jonas sans se mettre en danger, et trouver un lieu de rendez-vous secret. T'en penses quoi ? »

La voix d'Eva résonnait dans sa tête. Tout était trop soudain et la jeune fille ne se sentait vraiment pas bien. Plus Eva parlait, et plus elle savait qu'un coup d'état ne serait pas possible. Pourtant, la coureuse n'était pas la seule qui pensait comme ça, partout où elle allait, Wendy percevait les regards lourds des autres blocards, elle sentait qu'ils parlaient tous plus ou moins derrière le dos de Jonas et que tout allait finir par exploser. Et elle savait qu'en ce moment même Eva devait la regarder avec des yeux ronds en attendant une réponse. Une réponse qui la décevrait forcément.

« Ce que j'en pense ...

Elle se redressa malgré son estomac qui protestait et reprit ses idées. Elle devait absolument empêcher Eva de mettre en pratique tout ce qu'elle avait dit précédemment. Mais elle ne voulait pas non plus gâcher leur amitié.

Je pense que c'est de la folie pure et douce. Je comprends tout à fait ce que tu ressens : toutes ces règles nouvelles et dures, toutes ces punissions, les coups de fouets, les exils et le gnouf ... C'est frustrant de devoir obéir sans rien faire. Mais ...

Une pause. La voix douce de la cuistot tremblait.

Mais tu ne te poses pas les bonnes questions : Combien de gens vont souffrir du coup d'état dont tu parles ? Combien de gens vont mourir dans le labyrinthe ou sous les coups de fouet des miliciens avant que Jonas ne soit tombé ? ...

Wendy sentit ses ongles s'enfoncer dans la chair de sa main.

Et si par hasard, Jonas est renversé : On l'exilera ? On le laisserait lui aussi servir de repas aux Griffeurs ? ...

Des larmes commencèrent à couler des yeux clos de la mâton, ce n'était ni des larmes de peur, ni de tristesse, mais des larmes de rage et d'impuissance. Elle se sentait si lâche ...

Et qui prendra sa place ? Et il y a toujours un risque pour que cette personne soit encore pire que lui. »

Cette fois c'était finie, Wendy espérait sincèrement qu'Eva allait renoncer. Elle n'avait pas le choix, sinon la mâton l'en empêcherait de toutes les façons possibles. Elle n'était ni pour Jonas, ni contre. Mais les paroles d'Eva lui avait remit les idées en place, elle ne voulait pas plus de morts. Et pour la première fois, elle se surprit à vouloir que les coureurs trouvent la sortie le plus vite possible pour sortir de ce cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 15 Nov - 18:42

Eva attendit patiemment la réponse de la mâton. Si Wendy était beaucoup plus sage et réfléchie que la rousse, son jugement n'en serait que plus précieux en éclairant sans doute des zones d'ombres qu'elle n'avait pas vu venir. Mais la coureuse ne s'attendait pas non plus à une réponse aussi directe et un peu violente qui refroidit ses ardeurs. Pour quelques secondes du moins. C'était une femme de convictions, prête à brûler pour ses idées, et quelqu'un qui n'était pas de son avis n'allait pas la décourager pour autant. Même si c'était la cuistot dans ce cas, et qu'Eva accordait grand cas de ses paroles. C'est pourquoi elle se tue et la laissa continuer, sûre que cette dernière allait s'expliquer.

Mais tu ne te poses pas les bonnes questions : Combien de gens vont souffrir du coup d'état dont tu parles ? Combien de gens vont mourir dans le labyrinthe ou sous les coups de fouet des miliciens avant que Jonas ne soit tombé ? ...

Il y eut une brève pause, et Wendy reprit, d'une voix douce et empathique. Elle soulevait de vrais problèmes, mais Eva n'était pas d'accord avec elle sur les causes. Oui le coup d'état risquait de faire des dégâts, mais ne rien faire serait encore pire. Les seuls à pouvoir faire changer d'avis Jonas étaient les mâtons, mais si même eux n'y arrivaient pas (ou n'en avaient pas l'envie), que fallait-il faire ? Laisser les blocards souffrir de règles injustes ? S'ils ne tombaient pas sous les coups de fouets ou l'exil, beaucoup allaient devenir fous à cause des règles drastiques. Ça conduirait à des actions désespérées, voire violentes. Mieux valait agir au plus tôt, tant que la colère n'avait pas entièrement corrompu les esprits et risqué de compromettre les jugements.

"Mais si on ne fait rien, combien de personnes vont encore devoir être exilées ou fouettées ? Bientôt il n'y aura plus que peur et colère, et les gens perdront tout discernement.. On est sensé craindre le Labyrinthe, pas les nôtres. S'il ne se passe rien bientôt, soit ça va finir en dictature, soit en guérilla sanglante. Mais on a pas de temps à perdre si on veut sortir d'ici."

Eva répondit sur le même ton, presque doux, mais on pouvait tout de même sentir que ses paroles étaient enflammées. La rousse ne laisserait personne se faire traiter de manière injuste, une nouvelle fois. Quitte à s'opposer directement à Jonas. Elle repensa aux jeunes arrivés, terrorisés par la mort omniprésente dans le labyrinthe, et serra les dents. Une menace intérieure était bien la dernière chose qui aurait dû les occuper, mais tout ça à cause d'un coup de tête du chef.. Soit il avait perdu la tête, soit il devenait trop ambitieux. Dans tous les cas, il devait absolument être arrêté.

Et si par hasard, Jonas est renversé : On l'exilera ? On le laisserait lui aussi servir de repas aux Griffeurs ? ...

"Non ! Le but n'est pas de remplacer une dictature injuste par une autre.. Même si certains approuvent la loi du talion, cela ne ramènera pas ceux qui ont été jugés injustement. Je pense que Jonas a perdu le sens des réalité. Peut-être que quitter sa tour et côtoyer de nouveaux les blocards pourrait le ramener sur terre.. Bien sûr il devra assumer ce qu'il a fait. Des travaux d'intérêt, ou quelque chose du genre peut-être, mais si on veut un gouvernement juste, on ne peut pas être injuste envers lui. Malgré ce qu'il a fait.."

C'était aussi une des raisons qui la poussaient à agir au plus vite. Plus ils attendaient, plus la révolution pouvait attirer un nouveau leader ambitieux, qui finirait par juste prendre la place de Jonas et instaurer un nouveau gouvernement injuste. Ce qui serait sans doute pire. Des larmes se mirent à couler sur les joues de la cuistot, qui semblait touchée par la situation malgré ce qu'elle disait, et Eva lui posa doucement une main sur le bras, pour la réconforter.

"Et qui prendra sa place ? Et il y a toujours un risque pour que cette personne soit encore pire que lui. "

"Pourquoi est-ce que ça devrait être une seule personne ? Vous les mâtons, êtes reconnus et appréciés par tout le monde. Quel intérêt d'avoir un dirigeant unique ? A cinq au contraire, les décisions que vous prendrez n'en seront que plus justes et réfléchis. Je suis sûre que tous les blocards vous suivrez sans hésiter ! Après tout, c'est grâce à vous qu'on s'organise et survit dans le Bloc, pas à cause d'un quelconque chef qui ne sort jamais..."

Et plus elle parlait, plus la coureuse se rendit compte que son idée était géniale. les nouveaux dirigeants étaient tous trouvés ! Si les mâtons acceptaient, alors même la transition pourrait se faire de manière pacifiste. Les blocards les suivraient sans hésiter, et Jonas n'aurait plus qu'à s'incliner et ré-intégrer les rangs de son ancienne faction. Peut-être même devra-t-il effectuer des tâches pour chacune des factions, et ainsi il se rendrait compte des ravages que ces décisions avaient causés. La colère s'apaiserait d'elle-même, et ils pourraient tous œuvrer de nouveau ensemble pour trouver la sortie du Labyrinthe. Puis ils iraient botter les fesses à ceux qui les avait mis là.

Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 8 Déc - 21:11

Elle avait essayé. Et elle avait échoué. Lamentablement. Eva était trop sûre d'elle. Une bonne ou une mauvaise chose, Wendy n'en savait rien, mais ce qui était sûr, c'était que si la coureuse réagissait comme ça, c'est que d'autres aussi pensaient comme elle. La situation était critique. Et peu importe ce que la cuistot dirait, elle ne lui ferait pas changer d'avis, c'était absolument certain. Le pire, c'était que la mâton comprennait ses raisons, ses arguments et sa colère. Elle était au bloc bien avant qu'Eva n'arrive, elle avait "vu" Jonas, ou du moins elle l'avait perçut, et avait sentit sa colère et son dégou. Il devait être un bon chef auparavant, mais il ne se montrait plus et dirigeait les blocarts comme si ils étaient ses adversaires, alors que les seuls ennemis étaient ces foutus Créateurs.

Pendant qu'Eva parlait, Wendy l'écoutait séchant de temps à l'autre les quelques larmes qui glissaient sur ses joues : pleurer était ce qu'elle faisait de mieux depuis cinq mois, hormis peut-être la cuisine. Les raisons de l'éventuelle rebellion était évidente : plus personne ne supportait l’atmosphère lourde du bloc, les morts, les punissions et les horaires. La voix d'Eva était douce et basse, mais si convaincante ! Refaire des lois plus justes, renverser Jonas et le faire devenir un blocard comme les autres, puis recommencer à vraiment chercher la sortie.

Tchak-tchak-tchak.

Bruit sourd d'un couteau sur le plan de travail. De l'autre coté, de l'eau bouillait émettant un son caractéristique de plic-ploc. Ses cuistots travaillaient d'arrache-pieds, tout les jours, pour nourrir le Bloc. Et c'était une très grande responsabilité que de les guider, les aider et les remettre sur le droit chemin lorsqu'ils allaient de travers. Une responsabilité de Maton qui aidait Wendy a avancer sans trop se préoccuper de ses propres problèmes. La chaleur des cuisines lui mettait les joues en feu. Ses cheveux plein de transpiration collaient sur son crâne et ses larmes commençaient à se tarir. Il fallait tenir bon.

« Pourquoi est-ce que ça devrait être une seule personne ? Vous les mâtons, êtes reconnus et appréciés par tout le monde. Quel intérêt d'avoir un dirigeant unique ? A cinq au contraire, les décisions que vous prendrez n'en seront que plus justes et réfléchis. Je suis sûre que tous les blocards vous suivrez sans hésiter ! Après tout, c'est grâce à vous qu'on s'organise et survit dans le Bloc, pas à cause d'un quelconque chef qui ne sort jamais... »

Les Matons au pouvoir. Le coeur de Wendy se serra. C'était bien là l'idée qu'elle ne voulait pas entendre de la bouche de son amie qui paraissait si enthousiasme. Elle allait surement répéter à quiconque sa trouvaille. Si les Matons devaient prendre le pouvoir, Wendy démissionnerait sûrement. Devoir et pouvoir dire à chacun ce qu'il avait à faire était une charge que la cuistot connaissait déjà, mais avoir à commander, à régir et à superviser ... C'était trop. Divisée en cinq, la charge pourrait être plus légère, mais bien moins maniable et beaucoup plus difficile à gérer. Mais maintenant que l'idée avait germée dans l'esprit d'Eva, la cuistot n'aurait aucune chance de lui enlever. Qui ne tente rien, n'a rien.

« Si il existe un chef, il y a une raison Eva. Wendy se rendit compte que sa voix, depuis quelque temps, etait devenue plus dure qu'à son habitude. Elle se ressaisit. Une figure d'autorité entourée de ses cinq conseillés. Tu imagines si il y a avait une décision très importante et instantanée à prendre, chacun des Matons auraient leur avis et la décision ne serait pas prise assez rapidement. Non, un chef c'est la meilleure solution. Jonas est là depuis longtemps, c'était le premier. Le mieux serait qu'il repose les pieds sur Terre. »

C'était vrai, ou du moins ce l'était aux yeux aveugles de Wendy. Il ne devait y avoir qu'un seul chef. Sinon c'était trop. Mais un chef attentif aux besoins de son peuple était nécessaire pour un bon équilibre, sinon c'était le chaos. Et c'est le chaos. La Cuistot se rendit compte que Jonas ne pourrait pas rester chef plus longtemps avant que ça ne dégénère. Les chuchotements, et les tensions était bien trop grands. Elle se battait pour une cause perdue d'avance. La Maton s'appuya sur le mur derrière elle en essuyant une dernière fois les larmes qui étaient restées suspendues sur ses joues.

Elle chuchotta alors, doucement, comme une brise légère dans l'atmosphère étouffante de la pièce :

« Non tu as raison... Pause. Jonas ne peut pas rester plus longtemps au pouvoir. »

Cette révélation lui mit un coup. Ses épaules s'affaissèrent et ses dents se serrèrent. Le sang appelait le sang. Si Jonas continuait ainsi, il y aurait une révolte. Si Jonas affermissait encore plus les règles, il y aurait une tuerie. Si Jonas abdiquait, quoi qu'en dise Éva, il allait mourir. Peu importait les chemins qu'ils prendraient, la mort les attendrait au bout à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Why does it feel so good to be mad ? || ft.Wendy Rheon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Design' printanier: Rose is good^^
» If I ever feel better ๑ 24/05 | 15h40
» (M) Stephen AMELL — But when it comes to you I'm never good enough
» You know I'm good with mouth to mouth resuscitation (ft. WALTER FLINT)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-