Partagez

Lorsque Trappeur et milice se rencontrent. [ PV Aleksei ] [ABANDONNÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageVen 31 Oct - 3:12

De jour comme de soir, le milicien parcourait les terres que constituait le bloc pour faire sa tourner. Il venait de quitter la tour de guet il y a quelques minutes pour voir de plus proche le travail des blocards, s'assurant ainsi que chacun fasse leurs boulots respectifs. D'ailleurs, depuis son arrivée il y a un mois, le garçon pouvait affirmer qu'il n'était pas toujours facile d'être les yeux du bloc, ne voulant pas faire aucun mal à personne, Qing n'avait pas toujours le choix d'employer la force pour neutraliser les délinquants. Il se devait d'être loyal au chef Jonas et s'assurer que les règles, même les nouvelles, soient respectées par chacun de nous tous, incluant les membres de la milice.

À l'heure qu'il était, la porte du labyrinthe ne tardait pas à se refermer, laissant derrière elle les malheureux n'ayant pas réussi à traverser le portail. Quittant sa position actuelle, le milicien se dirigea tranquillement, sans se brusquer, vers la sortie menant au premier passage du labyrinthe. Il n'était pas encore rendu qu'il pouvait apercevoir quelques coureurs et trappeurs, qui avaient quitté tôt ce matin pour s'aventurer dans les couloirs humides, arrivé à leur destination.

Son regard avait croisé le sien, cet homme en particulier. C'était bien lui, le mâton des trappeurs, Aleksei. Il ne savait pas à quel jeu il jouait, mais Qing avait bien remarqué que ce dernier parlait très rarement aux miliciens et même s'approcher de ceux-ci. Pourtant, Ils n'étaient pas tous mauvais les flics. Même si le Chinois pouvait avouer avoir eu la frousse en étant aux côtés de certain(e)s milicien(ne)s lors de ses premiers jours, il peut attester qu'il suffit simplement de les connaître pour mieux apprécier leur présence. Peut-être que le mâton des trappeurs a eu un incident dans le passé qui le concernait lui et quelques blocards qui sont ou étaient dans la milice ? Ce n'était pas les affaires de Qing, mais selon lui, il se doit d'oublier le peu qu'on se souvient du passé pour enfin trouver une solution à ce labyrinthe tous ensemble, en harmonie.

Mettant de côté ce froid que pouvait causer ce lien particulier, le gardien s'approcha de quelques pas du trappeur afin de lui adresser la parole, l'arrêtant donc au même moment avant qu'il n'aille trop loin.

« Hey, Aleksei.» Dit-il d'un ton neutre, sans de ton arrogant ou même joyeux.« Alors, ça c'est bien passé la chasse ? Du nouveau ?»


Dernière édition par Qing Zhuang le Mar 4 Nov - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Aleksei Jones


Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 316
Points : 91
Localisation : Arpentant les bois aux heures perdues du jour ou dans un labyrinthe sans issue



Carnet des Souvenirs
Âge : 20 ans
Relations:
Inventaire:




Lorsque Trappeur et milice se rencontrent. [ PV Aleksei ] [ABANDONNÉ] Empty
MessageDim 2 Nov - 5:04

It takes a great deal of bravery to stand up to our enemies, but just as much
to stand up to our friends.
Alek & Qing



Les journées sont plus longues et fatigantes que jamais auparavant. Les nouveaux horaires faisaient en sorte que nous nous levions plus tôt pour travailler encore plus tard. Cela se ressentait sur chacun de mes trappeurs. Les cernes se creusaient sous leurs yeux et leurs mains étaient rouges après avoir passé tant de temps supplémentaire passé à élaborer de nouveaux leurres et dispositifs pour le labyrinthe. Je ne savais pas quoi faire pour remonter les esprits.

Cette question me resterait en tête pour toute la journée.


Je courus dans les derniers couloirs du labyrinthe en tentant de trouver une solution pour remonter le moral de ma troupe. Les inciter à participer avec moi à la rébellion serait tellement tentant. Ellen courait près de moi avec sa belle chevelure sombre flottant dans le vent. Le beau visage de ma coureuse ne laissait afficher aucune émotion. Je devrais apprendre à faire comme elle de temps à autre. Il fallait que je fasse régner un ordre dans le bloc au même titre que la milice.

Les portes étaient béantes au bout du couloir et nous ramenait au monde du bloc. La police nous regardait revenir en un air condescendant. Tous les membres de ce groupe fermé à une position précise comme si nous nous trouvions dans un spectacle. Je fixai chacun des miliciens sans cacher un haussement de sourcil. Juliet semblait privilégier les hommes par rapport à leur carrure en dénigrant leur intelligence. Pas étonnant si on connaissait son amour des relations humaines. Profondément humaines. Je repensai aux courbes de son corps en ressentant une douce félicité se répandre à travers mes veines. Mes embrouilles avec la chef de la milice valaient bien chacune de nos réconciliations.

Je laissais ma coureuse se diriger vers le centre pour cartographier ses découvertes de la journée. Je me retournai et jetai un œil sur mes trappeurs. Tous se dirigeaient vers les bois pour chasser deux ou trois animaux pour le repas de ce soir. Certains ralentissaient le pas pour recevoir un regard foudroyant de la milice. Pas besoin de dire que ce simple toisement a su remonter les esprits mieux que chacun de mes discours Pas mal de tocards se sont fait fouetter sur la place publique… et nous avions besoin de garder notre corps dans la meilleure condition possible. Les médecins en avaient déjà assez sur les bras. Comme tout le monde, d’ailleurs.

Je sortis de mon sac un vieux filet en me promettant de passer voir ma jolie armurière. Hanna était douée en ce qui concernait les pièges et je ne me passerai pas de quelques-uns de ses conseils. Mon regard croisa deux yeux bridés qui semblait sonder le plus profond de mon âme. Ses yeux étaient tellement transcendants. Le mec paraissait pratiquement pouvoir me regarder à poil sous mes vêtements. Milicien. Et merde. J’accélérai le pas en espérant le distancer. Il parvint tout de même à ma hauteur. « Hey, Aleksei. » dit-il.« Alors, ça c'est bien passé la chasse ? Du nouveau ? »  Je haussai les sourcils en retenant une remarque bien vilaine. Il se moquait de moi, le policier à deux balles ? « Même pas eu le temps de commencer et te voilà. Faut croire que la milice a les yeux sur tout le monde. Je viens juste de rentrer de douze magnifiques heures dans le labyrinthe à tenter de protéger une fille qui ne veut pas être protégée et aussitôt rentré, faut que j’aille chasser sous peine de me faire accoster par un bleu. » Je roulai les yeux. Le nouveau ne semblait pas comprendre que les trappeurs couraient dans le labyrinthe au même titre que les coureurs. Nous rabaisser au rang de chasseurs était comme rabaisser les sarcleurs au titre de trayeurs de vaches. On en faisait tellement plus. Mon poste de trappeur et de mâton était une de mes plus grandes fiertés. Même si je ne le lui avouerai jamais. « Enfin, c’est toujours mieux que de fouetter le monde sur la place publique. Toi, ta journée ? T’as frappé sur combien de tocards aujourd’hui? » Une bande de miliciens avait pour habitude de prendre leur pied à compter le nombre de blessés. À se demander si le petit King Qing en faisait de même.


___________________________________


   Everybody wants to rule the world.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 4 Nov - 4:14

Ses sourcils froncèrent légèrement au fur et à mesure que le jeune mâtons'exprimait. Qing n'était pas sûr de ce qu'il disait, il tendit même légèrement l'oreille vers Aleksei pour bien cerner ses paroles. Ces paroles sentaient la haine et le sarcasme en plein nez, il était plus qu'évident que ce dernier avait bel et bien quelques choses contre les gardes du bloc.

Pour bien le cerner, le plus jeune des deux fit à nouveau quelques pas afin de contourner l'ancien pour se planter juste en face de lui, " bloquant '' ainsi le passage. Si ce dernier voulait partir, il n'aura autre choix que de contourner le milicien, mais il lui était toujours possible de l'attraper par le bras pour l'immobiliser à nouveau. Il n'avait pas sur lui son long bâton donc il déposa simplement ses mains sur ses hanches, déposant son regard quelque peu provocateur sur Aleksei.

« Regarde-toi parler, » Disait-il, lâchant au même moment, un petit soupir sec « Je t'ai simplement posé une seule question et te voilà en train de te plaindre sur ton sort. Ce n'est pas parce qu'un milicien t'accoste que c'est pour ton mal, doux doux le chasseur. »

Des informations supplémentaires, ce n'était là que son seul objectif. Il n'avait jamais mis les pieds dans les couloirs de ce labyrinthe. Seuls les coureurs et les trappeurs savaient à quoi ressemblait le décor de ces corridors funestes. Avaient-ils déjà rencontré un griffeur ? Retrouver le corps inanimé d'un membre banni du bloc ? Un quelconque indice ? C'est ce genre d'informations que Qing cherchait à obtenir. Des renseignements que peu de gens sont au courant, des renseignements qui ne doivent pas être divulgués à tout le monde.

Le Chinois prit quelques secondes de leur conversation actuelle pour regarder les trappeurs restants filer vers les bois pour le repas de ce soir avant de retourner son attention sur leur chef. Le nouveau éprouvait de la compassion à l'égard de ses travailleurs endurcis, comprenant fort bien le mal qu'imposait Jonas sur les blocards dernièrement. Certaines lois étaient malsains pour tous. Il n'avait qu'à les regarder, plusieurs se retrouvaient à l'infirmerie, débordant celle-ci de patients ensanglanté ou malade par l'effort physique. Certains revenaient du labyrinthe avec grande difficulté. Celui qui était à blâmer n'était pas les miliciens, ceux-ci ne font qu'exécuter les ordres. C'était le chef des blocards qui fallait le remettre à la raison.

« Pour ton information, je n'ai ramassé aucun comparé à certains de mes camarades. Je ne suis pas celui qui tient le fouet, ni celui qui reçoit les coups. Je ne touche pas à cet objet de torture. Je laisse ce jouet à Juliet. C'est à peine si j'utilise mon taser...».

Son regard se posa lentement sur l'objet en question qui était accrochée après sa ceinture autour de la taille. C'était l'équipement que tout milicien devait porter lorsqu'il effectuait ses heures de travailles. Un taser et une paire de menottes. Employant que la force physique et le bâton pour neutraliser ses victimes, depuis son arrivée au bloc, Qing n'avait jamais utilisé son taser, à savoir s'il est toujours en bon état de fonctionner. Le garçon se dit qu'il ne devrait pas faire subir aux autres ce que lui-même ne voudrait pas que les autres lui fassent subir.

« Enfin bref, si tu ne veux pas te porter coopératif, je vais te laisser partir à ta partie de chasse. »

Il restait un petit nouveau. Faire face à un chef de troupe et en plus à un ancien tocard, il fallait être courageux, mais quand le devoir fait appel, on ne peut rien y faire. Qing venait de constater qu'en lui bloquant le passage, il empêchait son aîné d'aller terminer ses dernières tâches de la journée.
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Aleksei Jones


Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 316
Points : 91
Localisation : Arpentant les bois aux heures perdues du jour ou dans un labyrinthe sans issue



Carnet des Souvenirs
Âge : 20 ans
Relations:
Inventaire:




Lorsque Trappeur et milice se rencontrent. [ PV Aleksei ] [ABANDONNÉ] Empty
MessageLun 10 Nov - 5:44

I'm a thinker, not a talker.
Alek & Qing



Je pourrais presque regretter les mots qui étaient sortis de ma bouche. Je ne suis habituellement pas aussi méchant lors de la première rencontre. Je fais semblant de sourire. Parfois un compliment aux demoiselles attirant mon regard et je me faufilais au loin comme un rayon de lune solitaire. Le milicien paraissait offusqué par mes propos. Peu professionnel pour un leader. Je me donnais envie de vomir. Il y avait une fine ligne entre la méchanceté et le sarcasme et je venais de la franchir. Je levais les yeux au ciel en laissant mes épaules s’affaisser de fatigue. Et me revoilà parti pour une autre soirée en prison en train de mendier pour un morceau de pain pas tout à fait rassis. Le pire dans tout cela était que je le méritais cette fois.

Je ne portais pas vraiment dans mon cœur les miliciens. Ils sont pratiquement aussi frimeurs que les coureurs. Ellen était la seule que je supportais et pour laquelle je perdrais la vie si nécessaire. Je pourrais la qualifier comme une exception. Mais ces dernières sont tellement rares et ne sont que des visions de promesse. Elles briseront ta confiance en un simple baiser. Je ne suis pas particulièrement agréable de compagnie. La solitude ne cesse pourtant de me tétaniser. « Regarde-toi parler. » disait-il, lâchant au même moment, un petit soupir sec « Je t'ai simplement posé une seule question et te voilà en train de te plaindre sur ton sort. Ce n'est pas parce qu'un milicien t'accoste que c'est pour ton mal, doux doux le chasseur. »

Pas pour mon mal ? « Tu dois te ficher de moi. » lâchai-je, sur un ton un tantinet trop brusque. Les seules fois où un milicien se donnait la peine de me voir était pour me passer les menottes aux poignets et me faire passer une luxueuse nuit entre deux planches de bois sous des barreaux de métal. Il devait se foutre de moi. Juliet ne lui avait visiblement pas enseigné la rigueur. Le jeune tournait la tête pour observer mes trappeurs filer vers les bois. Il paraissait presque empathique. Comme si je me laisserais duper. Les miliciens sont tous les mêmes. Sa voix me ramena à la réalité. « Pour ton information, je n'ai ramassé aucun comparé à certains de mes camarades. Je ne suis pas celui qui tient le fouet, ni celui qui reçoit les coups. Je ne touche pas à cet objet de torture. Je laisse ce jouet à Juliet. C'est à peine si j'utilise mon taser...».

Il en était presque trop gentil. C’était à se demander si cela ne devenait pas de la faiblesse. Il devait prendre un malin plaisir à se foutre de moi. Sa main se portait sur son taser et je le défiais quasiment du regard de s’en servir contre moi. Il ne fit absolument rien. « Enfin bref, si tu ne veux pas te porter coopératif, je vais te laisser partir à ta partie de chasse. » Pas me porter coopératif ? Il était comme tous les autres miliciens. Une partie de moi était déçue. Et puis, merde. Je m’attendais à quoi ? « Je ne me plains pas sur mon sort. Disons simplement que c’était une grosse journée et que je suis fatigué. Le labyrinthe n’est pas vraiment une partie de plaisir. Quand je pense que je dois revenir chasser après avoir couru toute la journée… ça me fait ch… » Je lève les yeux vers le membre de la milice. Je me racle la gorge avant de reprendre la parole. « Je suis.. un peu sur les nerfs. J’ai conscience que ça ne m’excuse en rien. Tout le monde doit se faire au nouveau règlement et moi, y compris. Mon discours était indigne de celui d’un mâton. Je te prie de m’excuser. » Je levai doucement les bras et tendis mes poignets vers le jeune homme. Bien en évidence sans bouger. Je le fixai dans les yeux. « Je peux me porter coopératif. Ce n’était pas une façon de s’adresser à la milice du bloc. Tu peux me passer les menottes. Les autres trappeurs ramèneront de la viande aux cuistots. Arrête-moi. Je ne résisterai pas.» C’était son choix. Je le méritais après tout.


___________________________________


   Everybody wants to rule the world.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Lorsque Trappeur et milice se rencontrent. [ PV Aleksei ] [ABANDONNÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» [abandonné] Invitation à diner [PV John]
» Le marché [Abandonné]
» LES SORCIÈRES DE LA MAISON ABANDONNÉE [2/6]
» Lorsque l'étendard se ternit ... (Libre & en cours )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-