Partagez

Blocart / Alek & Esther & Jude & William

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Admin
Aleksei Jones


Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 316
Points : 91
Localisation : Arpentant les bois aux heures perdues du jour ou dans un labyrinthe sans issue



Carnet des Souvenirs
Âge : 20 ans
Relations:
Inventaire:




Blocart / Alek & Esther & Jude & William Empty
MessageLun 3 Nov - 5:41

On n’oublie pas le visage de la personne qui a représenté notre dernier espoir.
Alek & Esther & Jude & William



Je marchai en savourant les heures retardataires du jour. Elles filaient avec douceur et nous donnaient l’occasion de pouvoir accomplir nos derniers devoirs quotidiens avant que nous ne partions nous reposer pour la nuit. Le travail était une des valeurs les plus importantes au bloc. Il nous permettait de combler chacun de nos besoins. Il nous disciplinait.

Le vent soufflait paresseusement alors que les voix de mes camarades se mourraient au loin. Des murmures dans cet endroit où nous nous rassemblions tous les jours pour manger et survivre un jour de plus. Des confidences tout doucement chuchotée aux personnes qui avaient notre confiance. Les heures de repas étaient les seules durant lesquelles nous pouvions nous rassembler. Certains discutaient à voix basse de leurs opinions sur les nouvelles mesures mises en place par notre grand chef. Je me suis contenté de penser en ne regardant pas les autres leaders autour de la table. La nourriture ne me faisait pas envie. Mes carottes me semblaient plus fades que jamais, même si je savais toute la dévotion des cuisiniers qui nous les avaient préparées.

Jonas avait fait une annonce la veille qui aurait tout aussi bien pu être une bombe. Les heures de travail avait été rallongées. Un couvre-feu avait été imposé. Exit les heures tardives de la nuit où je pouvais confectionner divers accessoires pour nos escapades quotidiennes. La milice roderait même la nuit pour traquer ceux qui contrevenaient aux règlements. Jonas était tout simplement parano. Il paraissait avoir peur de ce que les blocards pourraient faire si ceux-ci décidaient de se soulever contre lui. Je le comprenais. Je craindrais moi aussi ce que pourrait me faire une demi-cinquantaine de personnes qui ne me portaient pas dans leur cœur.

Je mis mes mains dans mes poches en continuant mon chemin. Tournant le coin du chemin pour parvenir à la petite cabane en bois que ma milicienne et moi avions construit il y a treize mois de cela. Il fallait que je voie le mur par moi-même pour croire les propos du chef. Si je devais soutenir ses règlements en tant que mâton, je devais au moins voir ce qui le faisait bouillonner comme un œuf dans une casserole. La plaie, j’vous jure. J’savais que j’aurais dû refuser le poste.

Je tournai autour de la cabane sans rien noter de particulier, si on exceptait son air délabré habituel. Je continuai ma rotation autour de celle-ci comme un imbécile fini en attendant de voir le fameux mur. Il se dressait finalement devant moi. Le mur gauche était tel un canevas pour les cœurs frustrés des blocards. Le message était tracé en de grandes lettres sombres imperceptiblement irrégulières. La main qui les avait écrits semblait avoir tremblé de fureur. « Mort au chef tyrannique. » Je reculai pour avoir une meilleure vue du message. « Si ce n’était pas Jonas qui avait banni la petite voleuse et les autres tocards, j’aurais presque cru que ce message m’était destiné. » J’entendais un blocard arriver dans mon dos. Je me tournai vers celui-ci en lui faisant un petit sourire. « Toi aussi, tu viens contempler l’œuvre d’art? »



___________________________________


   Everybody wants to rule the world.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Esther Essight


Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 25
Messages : 565
Points : 228
Localisation : Dans la section 5



Carnet des Souvenirs
Âge : 20
Relations:
Inventaire:




Blocart / Alek & Esther & Jude & William Empty
MessageLun 3 Nov - 23:42

L'art est le plus vieux moyen d'expression, mais il est aussi l'un des plus dangereux.


Une autre journée s'achevait au Bloc. Une dure journée. Elle avait été bien remplie, surtout depuis les nouvelles lois sur les heures de travail. Le soleil déclinait lentement sur le Bloc, laissant une lumière vaguement orangée qui transformait vraiment l'endroit. C'était plutôt calme dehors, les gens vaquaient à leur occupations, terminant leur travail de la journée avant d'attendre le repas puis le couvre feu. Quelques discussions imperceptible, tout au plus, venait arraché au bloc toute sa froideur du soir. Esther passait les portes imposante, juste à temps ce jour-là. Elle sentit le souffle des portes se fermer derrière elle, et elle marqua un temps d’arrêt lorsque le bruit de fermeture retenti derrière elle dans un fracas. Elle respira un bon coup et alla passé en coup de vent au centre des coureurs, déposé quelques affaires, repasser en détails quelques couloirs et rapidement retranscrire sa journée. 
Elle en profita également pour passer voir quelques uns de ses coureurs, ils avaient tous l'air plus ou moins épuisé. Cela se comprenait. Deux heures de plus dans le labyrinthe, une heure le matin et une heure le soir ? A courir ? Y'en avait qu'en avaient de bonnes. Sans pause le week ends,tous les coureurs n'allaient pas tenir le rythme surtout les plus jeune. Même si ils étaient tous taillés pour cela. L'annonce n'avait été prononcée qu'hier, Esther devait avoir plus foi dans son équipe, mais en même temps, elle était réaliste. Ce n'était que pure folie. Elle avait certes donné son accords pour cela, mais en avait-elle vraiment le choix ? Cette pensée la fit se renfrogner. Depuis quand se pliait-elle aux volontés ? Un choix réfléchit, voilà ce qu'elle n'avait pas fait. Peser le pour et le contre, ça oui. Toutes ces manœuvres n'étaient pas inutiles ou vaines, mais le jeu en valait-il vraiment la chandelle ?
Elle passa rapidement sa main dans sa crinière rousse afin de détacher ses cheveux. D'un pas décidé elle partit vers le réfectoire, où elle pourrait vider son esprit et se concentrer sur la nourriture. Se vider l'esprit ... Cela n'arrivait jamais, son cerveau fonctionnait à 100 à l'heure tout le temps. C'en était fatiguant, mais elle n'y pouvait malheureusement rien. Après un repas bien calme à son goût où peu de paroles furent échangés, Esther se leva et sortit prendre l'air frais. Les dispositions de Jonas refusaient de lui sortir de l'esprit et ses pas la conduisirent sur le chemin du graffiti. Le fameux. Esther l'avait bien entendu observé avec le reste des mâtons avant le conseil, mais elle ne s'y était pas penchée depuis lors. Elle fut surprise de voir que le tag était déjà admiré par quelqu'un.
< Toi aussi, tu viens contempler l'oeuvre d'art ? lui demanda il en se retournant.

Le mâton trappeur. Elle haussait les épaules et s'approchait de lui en hochant la tête pour acquiescer. Nous étions côte à côte, à regarder ce message remplit de haine. Aucune motivation ne pouvait justifier un tel acte aux yeux d'Esther. Manquer de courage et remplit de peur, voilà qui se cachait derrière cette phrase. Pour elle, les choses n'étaient pas si affreuses avant l'appartition de ce tag, et les conséquences qui en avait résulté. Que se passait-il dans la tête de Jonas ? Pour elle, une chose était sûre. Il tremblait, térrifié.
Esther jeta un coup d'oeil à Alek.
< Tu as une idée de l'auteur ? lanca-telle.
Des pas se firent entendre derrière eux. Tout le monde avait-il eu la même idée ? Ce tag n'avait rien d'impressionnant, mais le mystère qui planait autour de l'identité de son auteur le rendait unique. Il fallait qu'elle découvre qui se cachait derrière tout ça. Elle jeta rapidement un coup d’œil derrière elle pour voir le nouvel arrivant, et poussa un long soupir.

___________________________________
Blocart / Alek & Esther & Jude & William Tumblr_inline_mk4swk50NF1rcheh4Blocart / Alek & Esther & Jude & William Tumblr_inline_mk4sw5ZhKm1rcheh4

And I'll be waiting for the light,
That guides us through the worst of nights,
And I'll be waiting for the sign,
You're coming back,
And you have found your path.

Merci Lucas ♥:
 

Mp ; Fiche ; Liens ;
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 5 Nov - 20:46


Blocart

Alek & Esther & Jude & William




« Tout propos allant à l’encontre de la direction ou de ses règles sera considéré comme une trahison. »
Une voix étrange le réveilla brusquement de son sommeil. William était allongé au sol, au contact de l'herbe encore tiède même si le soleil était presque en train de disparaître. Doucement, il observa autour de lui, il se trouvait tout près de la cabane.  Son regard se concentra alors vers les portes. Elles étaient fermés. Le jeune homme fronça alors les sourcils et fixa sa nouvelle montre. Ce n'était pas encore l'heure du repas. Il reposa sa tête contre le sol, fatigué. Il repensa alors aux nouvelles règles imposé par Jonas. William soupira, agacé. Il ne savait pas vraiment que penser, il savait que ces règles n'allaient pas plaire aux Blocards. Il se demanda alors qui était vraiment ce fameux voleur, mais ses pensées se remplacèrent aussitôt par des images du Labyrinthe. Ces images mêlés de curiosité et d'angoisse l'obsédait. Pour chasser ces idées de la tête, il entreprit de se balader un peu dans les environs. Ses jambes lui faisait légèrement mal. Courbatures. pensa-t-il aussitôt. Une fois debout, il s'étira longuement les bras avant de se mettre en route dans une destination inconnu. Il scruta les alentours. Le Bloc semblait calme, certains travaillaient encore un peu et le soleil était prêt à se coucher. William entendit alors une voix. Une voix familière. Suis-je encore dans un rêve ? songea-t-il en fronçant les sourcils. Il s'approcha de la voix de plus en plus rapidement.

« ...dée de l'auteur ? »

Lnouveau coureur arriva bruyamment près du mur. Son regard jongla entre Esther, l'homme qu'il ne connaissait que de vue et le graffiti, qu'il fixa plus longtemps que les deux matons. Il s'approcha du mur tout doucement, quelqu'un soupira derrière lui. Intrigué, les sourcils froncés, il lit à haute-voix ce qu'il y avait d'écrit sur le fameux mur. « Mort au chef tyrannique... William marqua une pause. Décidément, je suis arrivé au mauvais moment. »
Il soupira visiblement agacé. Il recula un peu pour avoir un meilleur aperçu puis après un instant de silence, les yeux toujours fixé sur le mur il se retourna doucement lançant un regard aux deux matons. Divisé entre la curiosité, l'inquiétude et la colère, il continua.
« Vous en pensez quoi ? »



By Nekko
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 8 Nov - 20:35



Blocart


Épuisé, Jude se laissa mollement tomber sur l’un des tabourets de l’infirmerie, en poussant un long et bruyant soupir d’aise. Il sentait la fatigue lui embuer le cerveau et ses muscles semblaient ne plus vouloir répondre à ses volontés. Sur son visage s’étirait un sourire satisfait, témoignant de son état de profonde béatitude. Jamais encore le medjack n’avait vu autant de blocarts, corps abîmés et souillés par le rouge carmin de leur sang, défiler ainsi en un laps de temps aussi court. Un cortège de chair lacérée pour le plus grand bonheur de Jude. Son désir d’hémoglobine, en ce jour, avait été pleinement satisfait. Il n’aimait cependant pas admettre que celui-ci fut comblé par les actes ignobles de la milice. En effet, depuis l’annonce des nouvelles règles par Jonas, nombreux étaient les tocards qui avaient décidé de ne pas se plier à celles-ci. Nombreux étaient ceux qui en avait payé le prix et goûter au fouet des miliciens.

Jude n’avait pas réellement d’opinion sur le sujet. Il n’en avait que faire de la milice, de ses douloureuses punissions ; les nouvelles mesures annoncées ne le dérangeait pas plus que ça et il savait bien qu’il lui arriverait, de toute façon, d’enfreindre celles concernant les sorties une fois la nuit tombée. Avait-il peur de se faire prendre, de subir le courroux des gardiens du bloc ? Non, bien au contraire ! Tout ce qu’il voyait, c’était l’amusement qu’il allait en tirer car, pour le medjack, seul le divertissement comptait, peu importe son prix. Et cette annonce faite par Jonas était le début d’un jeu très intéressant.

Le jeune brun trouva finalement la force de se lever ; l’envie d’aller admirer ce qui avait causé la colère du mâton en chef l’avait pris soudain. Il sortit de l’infirmerie et se laissa guider par ses pieds jusqu’au mur de graffitis. Il constata alors qu’il n’avait pas été le seul, ce soir, éprit du besoin d’apprécier l’élément déclencheur de la fureur de Jonas. Devant celui-ci se tenaient déjà trois blocarts que Jude ne reconnut pas tout de suite, faute de mémoire peu développée. Avant de s’approcher, le medjack tendit discrètement l’oreille et écouta le trio philosopher devant le virulent message adresser à Jonas : « Mort au chef tyrannique... ».

Il n’entendit que le plus grand des trois, se plaindre en ces mots :

- Décidément, je suis arrivé au mauvais moment. », soupira-t-il avant d’ajouter : « Vous en pensez quoi ? »

Jude se décida finalement à les rejoindre. Une fois à leur hauteur, il passa ses bras autour des épaules de la jeune fille à la chevelure de flammes et –plus difficilement- autour de celle du grand blocart qui venait de parler.

- « Tu n’es pas arrivé au mauvais moment, lança Jude, tu as justement débarqué pile au bon moment ! On va enfin pouvoir s’amuser un peu. Vous ne sentez pas ce vent de rébellion qui souffle sur le bloc ? Ooooouuuuh oui, on va vraiment bien s’amuser »

Le medjack reconnu soudain l’identité des deux blocarts avec lesquels il s’entendait le moins et s’empressa de retirer ses bras, un air de dégout se dépeignant sur son visage.



made by lizzou – icons & gif by tumblr


Dernière édition par Jude A. Hawkin le Jeu 25 Déc - 23:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Aleksei Jones


Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 316
Points : 91
Localisation : Arpentant les bois aux heures perdues du jour ou dans un labyrinthe sans issue



Carnet des Souvenirs
Âge : 20 ans
Relations:
Inventaire:




Blocart / Alek & Esther & Jude & William Empty
MessageJeu 13 Nov - 6:38

I have a theory that selflessness and
bravery are not all that different.
Alek & Esther & Jude & William



La jeune femme se tenant derrière moi avait une chevelure à en rendre jalouse les flammes infernales. Esther se dressait avec son assurance habituelle qui appelait au respect. Elle paraissait pratiquement irradier par sa détermination ainsi que sa nouvelle fonction de meneuse des coureurs. Le travail probablement le plus difficile de tout le bloc. Les trappeurs étaient plus faciles à mener puisque nous nous devions principalement nous dévouer à notre coureur. Les leurres et autres attrapes ne sont que des extensions de ce devoir principal. Le coureur demande, le trappeur décide… Le plus difficile était de faire accepter aux nouveaux trappeurs de mourir pour que leur coureur ait une chance de parvenir à la sortie : de sacrifier nos vies pour celles de nos camarades. Esther était suffisamment forte pour motiver les siens à chercher une sortie probablement inexistante ainsi que de leur faire conserver espoir. Je trouvais ça formidable… mais ne comptez pas sur moi pour lui dire tout ça.

Elle se tenait près de moi et fixait la tentative de révolution écrite sur le mur dans un état déplorable. Le message en paraissait tout aussi bancal. Peu crédible pour amener tout le monde à véritablement se positionner contre le roi de notre bloc. Mais la personne qui avait écrit ces lettres avaient eu les tripes de faire passer son message. La voix feutrée de la coureuse se fit entendre.« Tu as une idée de l'auteur ? » Je passai ma main sur ma barbe en réfléchissant à un possible coupable. Mes trappeurs avaient un bon sens du devoir. Je passai ma main dans mes cheveux avant de me tourner vers Esther. « Aucune idée. » Je m’approchai du mur de la cabane, inspectant les lettres avec la même attention que je ne le faisais pour détecter le moindre défaut dans mes pièges. Impossible de deviner quoi que ce soit. « Ce message aurait pu être écrit par n’importe qui. » Des pas se firent entendre derrière nous. Une oreille attentive de trappeur suffisait à détecter la souplesse féline digne du coureur. Le possesseur de celle-ci fixait le message avec un air ébahi. « Mort au chef tyrannique… Décidément, je suis arrivé au mauvais moment. »

Il paraissait quand même soucieux d’en savoir plus, se retournant vers nous pour nous poser la fameuse question à laquelle nous ne savions quoi répondre. « Vous en pensez quoi ? » Objectivement ? Que la personne qui a écrit ce message a beaucoup plus de couilles que moi.

Je cherchai mentalement une réponse plus appropriée, quand le medjack autour duquel Clare passait le plus clair de son temps surgit de nulle part. Il passait ses bras autour des épaules des deux coureurs, n’ayant visiblement pas le moindre problème à se mettre à l’aise.« Tu n’es pas arrivé au mauvais moment, tu as justement débarqué pile au bon moment ! On va enfin pouvoir s’amuser un peu. Vous ne sentez pas ce vent de rébellion qui souffle sur le bloc ? Ooooouuuuh oui, on va vraiment bien s’amuser ». Je roulai les yeux. « Bah oui, on va bien s’amuser… Courir deux heures de plus dans le labyrinthe en manquant de se faire enfermer tous les soirs, rien de mieux comme adrénaline. Si c’est pour revenir dans le bloc voir une foule de tocards tenter de mettre à mort leur chef, autant bien se faire manger par les griffeurs. Plus rapide et moins pénible. » Je croisai les bras en m’accotant contre le mur de la cabane. Je fronce les sourcils et baisse le regard, cherchant comment bien exposer mon idée. Je reprends le rôle qui m’est incombé et regarde mes compagnons dans les yeux, laissant mon sarcasme habituel de côté. « Ce que je pense, c’est que ce message a été fait par un tocard en manque d’attention. Oui, Jonas a banni la petite coureuse, mais elle a dérogé aux principes du bloc. C’était légitime. Il n’y a pas vraiment quoi que ce soit d’autre à dire. Ce n’est pas la première fois qu’il s’emporte et ce ne sera certainement pas la dernière. Je le connais, Jonas. Croyez-moi. » Rien de plus à dire. En tant que mâton, je ne pouvais pas vraiment aller contre Jonas. Il était mon supérieur et – il y a treize mois de cela – un de mes plus proches amis. Nous avions construit le bloc ensemble avec Juliet. Et cette dernière était fidèle à notre grand chef. Je réprimerai mes envies de révolution pour elle, si nécessaire. Je jetai un œil en direction d’Esther. « Qu’en pensez-vous, chère mâtonne des coureurs ? » Malgré les apparences, mon parti était pris. Mais j’étais curieux de savoir ce qu’il en était de ma camarade...


___________________________________


   Everybody wants to rule the world.
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Esther Essight


Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 25
Messages : 565
Points : 228
Localisation : Dans la section 5



Carnet des Souvenirs
Âge : 20
Relations:
Inventaire:




Blocart / Alek & Esther & Jude & William Empty
MessageDim 16 Nov - 22:20


Alek et Esther se tenaient devant ce mur sans trop rien se dire. A sa question, elle entendit le mâton lui répondre qu'il n'en avait aucune idée, que ce message de provocation pouvait avoir été écrit par n'importe qui. Vraiment ? La rousse en doutait. Elle ne pensait pas une seule seconde qu'un de ses coureurs ou bien un milicien bien trop attachés à Jonas, pouvait être dans le coup. Même si elle se rendait clairement compte que la confiance qu'elle accordait dans son équipe faussait son jugement. Elle aurait du mal à voir encore un autre des siens de faire engloutir par la noirceur du labyrinthe à tout jamais pour un bannissement. Le vol de nourriture avait déja été commis par une coureuse ... Elle aurait du mal a en supporter plus. Malgré de nombreuses attente de la part de ses coureurs et une volonté de contrôle, elle aimait son équipe et les supportait au mieux. Les pertes l'affligeait, les rendaient moins efficace et plus vulnérable mentalement.  Non, ce message ce n'était pas l'oeuvre d'un coureur. Ils étaient trop réfléchis, tout comme elle, pour faire ce genre de choses. 
 Mort au chef tyrannique… Décidément, je suis arrivé au mauvais moment. »  [/size]
dit une voix qu'elle reconnu aussitôt comme celle de William, le jeune coureur qu'elle appréciait pour son talent innée à la course. Très vite, il leurs demanda, à Alek et à elle, ce qu'ils en pensaient. Sans trop avoir le temps de répondre, elle sentit rapidement quelque chose l'entourer. Mais qu'est ce que c'était que cela ? Elle entendit une voix, bien trop heureuse à son goût déclarer :

Tu n’es pas arrivé au mauvais moment, tu as justement débarqué pile au bon moment ! On va enfin pouvoir s’amuser un peu. Vous ne sentez pas ce vent de rébellion qui souffle sur le bloc ? Ooooouuuuh oui, on va vraiment bien s’amuser !
Esther eu un vif mouvement de recul, exactement en même temps que la personne à qui appartenait le bras qui venait de l'étreindre. Jude. 
Elle lui lança instinctivement un regard dédaigneux. La tension était à son comble. Elle ne l'aimait pas et n'avait aucun problème à le montrer. Il le savait. Elle ne pu s'empecher de repliquer rapidement d'une voix cynique: 

< Oui, c'est sûr que toi, voir des gens se faire bannir, des camarades fouettés, cela ne peux que te faire plaisir puisque tu es complètement fou et dénué de bon sens. 
Sur ces mots, ils se jaugèrent pendant qu'Alek levait les yeux au ciel avant de répondre comme il faut au medjack psychopathe -qui, au sens d'Esther, méritait le gnouf pour le reste de ses jours. Malheureusement, personne d'autre n'était de cet avis, sous prétexte que le bougre soignait, même s'il éprouvait plus de plaisir à voir des gens ensanglanté que n'importe qui d'autre.-
Bah oui, on va bien s’amuser… Courir deux heures de plus dans le labyrinthe en manquant de se faire enfermer tous les soirs, rien de mieux comme adrénaline. Si c’est pour revenir dans le bloc voir une foule de tocards tenter de mettre à mort leur chef, autant bien se faire manger par les griffeurs. Plus rapide et moins pénible. Ce que je pense, c’est que ce message a été fait par un tocard en manque d’attention. Oui, Jonas a banni la petite coureuse, mais elle a dérogé aux principes du bloc. C’était légitime. Il n’y a pas vraiment quoi que ce soit d’autre à dire. Ce n’est pas la première fois qu’il s’emporte et ce ne sera certainement pas la dernière. Je le connais, Jonas. Croyez-moi. Qu’en pensez-vous, chère mâtonne des coureurs ?
Quelques pauses pour ponctuer ce discours, auquel la rousse adhérait plus ou moins.  Alek connaissait bien le grand chef, Esther était arrivée au bloc il y a déja un an, elle n'avait pas de lien particulier avec lui, mais elle le connaissait, bien sûr. Elle l'avait vu agir et changer aussi, même si elle ne faisait pas du tout partie de ses proches. Son rôle de mâton lui avait donné une bonne vision du personnage au fil des mois. Esther s'adossa contre la cabane, à l'instar d'Alek, ils faisaient maintenant face aux deux blocards, et l'inscription surplombait la chevelure de la jeune fille. 
< Tu as totalement raison Alek, les coureurs ne tiendrons pas longtemps deux heures de plus dans le labyrinthe par jour. Ce qui signifie retenir plus de choses, s'embrouiller, plus de stress, de risque de se perdre, de risque de blessures, des rapports moins précis, plus baclées en fin de journée. Ces deux heures ne sont pas les bienvenue, c'est certain. C'est synonyme de piqûres et de mort. Bien entendu, toi je te vois venir dit elle au medjack en lui lançant un regard du coin de l'oeil. Pour toi, c'est la meilleure nouvelle que tu n'ai jamais entendu. Plus de piqûres ? Plus de blessures ? C'est tout ce que tu as toujours voulu non ?
Elle marqua une pause. Il était temps de donner réellement son avis à Alek. Il ne fallait pas qu'elle aille trop loin avec Jude. Son méprit envers lui était clair et son désir de le voir partir plus que violent, mais il lui fallait retrouver son calme, penser et retrouver une réfléxion digne de ce nom. Elle n'était pas une sorte de gamine frivole qui lance des pics à tout bout de champ. Non ! Jude le méritait juste amplement, mais elle savait s'arreter, jusqu'à ce qu'il lui réponde du moins. Hors de question de passer pour une faible devant Alek et William. Il fallait qu'elle se calme. La vue du medjack la mettait toujours hors d'elle. 
Néanmoins, elle reprit plus calmement, en détachant son regard du medjack. 
Je sais très bien que le vol est puni de bannissement, c'est la règle et tout le monde la connait ici. Le bannissement était nécessaire afin que tout le monde se rapelle qu'ici aucune débordement n'est toléré et que pour que nous survivions, nous nous devons d'avoir de l'ordre. Cependant, ces nouvelles règles sont absurdes, surtout si elles sont été instaurées suite à un seul message de haine. Jonas doit sérieusement se remettre en question s'il ne veux pas devoir bannir la moitié du bloc. Nous sommes en démocratie et non en dictature. Les blocards peuvent ne pas tous être du même avis, mais néanmoins il est nécessaire qu'ils se plient aux règles. Si ce blocard se fait attraper, je voterais clairement son bannissement pour dégradation et incitation à la haine, mais Jonas ne doit pas continuer sur cette voie, sinon, toute ces cabanes seront recouvertes de graffitis. Tout le monde dans ce bloc est fautif de cette ambiance et de l'état critique des choses. 
Elle jeta un regard à Alek, il voulait savoir ce qu'elle ne pensait, et bien voilà, elle avait tout dit. Neutralité des camps, toujours. Elle n'était ni pour le roi, ni pour le peuple. Mais pour l'intelligence et la réfléxion. William était resté silencieux jusqu'à present. Elle en attendait beaucoup de lui physiquement, mais qu'est ce qu'un nouveau venu, un oeil neuf sur ce qu'il se passait ici, pouvait bien en penser ?

___________________________________
Blocart / Alek & Esther & Jude & William Tumblr_inline_mk4swk50NF1rcheh4Blocart / Alek & Esther & Jude & William Tumblr_inline_mk4sw5ZhKm1rcheh4

And I'll be waiting for the light,
That guides us through the worst of nights,
And I'll be waiting for the sign,
You're coming back,
And you have found your path.

Merci Lucas ♥:
 

Mp ; Fiche ; Liens ;
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 8 Déc - 23:35



Blocart


Une expression d’horreur traversa le visage de la farouche lorsque son regard émeraude se posa avec dédain sur le medjack détestable qu’était Jude. Ce dernier, ayant le temps de quelques secondes adopté un air de profond dégoût envers ses camarades ennemis, changea sa grimace en un sourire satisfait lorsqu’il devina la rage de la jeune rousse bouillonnant au creux de ses entrailles. Il aimait ça, provoqué la colère, alimenter la haine de ceux qui ne pouvaient le regarder sans vouloir l’étrangler. C’était si drôle, si plaisant ! Et tandis qu’il se réjouit de cette petite victoire personnelle, la rouquine, contrôlant avec difficulté ses nerfs à vif, dû à la présence du tocard le plus agaçant du bloc, lui lança :

- « Oui, c'est sûr que toi, voir des gens se faire bannir, des camarades fouettés, cela ne peut que te faire plaisir puisque tu es complètement fou et dénué de bon sens. »

Jude, qu’un détail pouvait provoquer l’hilarité la plus complète, se retint de pouffer de rire devant cette observation perspicace. Dénué de sens, il l’était et en était bien conscient ; il se jouait même de ce défaut ! Complètement fou, certainement, puisque chaque jour on ne cessait de le lui répéter ; et il aimait ça, être considéré comme dingue ! Enfin, la mâtonne avait visé juste en pensant que voir débarqué une masse de blocard couvert de sang, abîmés par les fouets de la milice, ne lui ferait que trop plaisir. Il la jaugea un instant, cette lueur de malice brillant dans ses vertes prunelles. Il s’apprêta à lui répondre une phrase cinglante lorsque le trappeur le stoppa dans son élan.

- « Bah oui, on va bien s’amuser… Courir deux heures de plus dans le labyrinthe en manquant de se faire enfermer tous les soirs, rien de mieux comme adrénaline. Si c’est pour revenir dans le bloc voir une foule de tocards tenter de mettre à mort leur chef, autant bien se faire manger par les griffeurs. Plus rapide et moins pénible. Ce que je pense, c’est que ce message a été fait par un tocard en manque d’attention. Oui, Jonas a banni la petite coureuse, mais elle a dérogé aux principes du bloc. C’était légitime. Il n’y a pas vraiment quoi que ce soit d’autre à dire. Ce n’est pas la première fois qu’il s’emporte et ce ne sera certainement pas la dernière. Je le connais, Jonas. Croyez-moi. Qu’en pensez-vous, chère mâtonne des coureurs ? »

Facilement distrait, Jude n’écouta qu’à moitié ce que les deux mâtons avaient à déclarer, ne prenant même plus la peine de répondre aux quelques piques lancées par Esther, et porta une grande partie de son attention sur William qui, depuis tout à l’heure, n’avait pas dit mot. Lui non plus ne pouvait supporter le jeune homme désinvolte et complètement déjanté. Jude s’était attendu à un regard aussi sombre que celui qu’Esther lui avait envoyé un peu plus tôt ou encore, à une remarque blessante ou sarcastique à l’intention du medjack. Cependant, le coureur avait décidé de jouer la carte de l’ignorance, ce qui ne parut pas plaire au bouclé. Il désirait un minimum de réaction, cet adolescent déjanté, il voulait pouvoir se distraire en tourmentant le grand coureur à la peau caramel.  Alors, tel un gamin dissipé, voulant à tout prix se faire remarquer, Jude lui lança l’un ou l’autre coup de coude dans les côtes. Une fois de plus, au plus grand désespoir du medjack, le blocard n’eut aucune réaction, excepté un léger pincement aux lèvres. Déterminé à le pousser à bout, le tocard dissipé lui prit son bras et se mit à inspecter le plus méticuleusement du monde les blessures qui le couvrait, blessures causées par divers dangers du mystérieux dédale. Il les caressa, une à une, comme le plus précieux des trésors, tout en jetant quelque coup d’œil furtif vers le visage de ce pauvre William qui tentait tant bien que mal d’écouter ce que sa mâtonne avait à dire. Il voyait bien, le medjack, le perfide, que le grand blocard, bientôt, allait exploser. Jude continua son manège ridicule, un sourire moqueur lui fendant son visage lumineux. Comme il l’avait prévu, lorsque Esther finit son discours, le coureur ne tint plus et, sans dire mot, envoya valser une main rageuse sur le crâne du bouclé avant de partir, muet et fulminant, ne pouvant plus supporter l’insupportable.

Jude ricana discrètement, se félicitant d’avoir ainsi émoussé son compagnon de bloc. Il avait gagné son pari, d’échauffer les nerfs de ceux qu’il ne portait pas dans son cœur, le medjack, et n’en était pas peu fier ! Heureux comme un enfant à qui on venait de céder un caprice, Jude retourna son attention vers les deux mâtons, vers la renarde qui avait elle aussi décidé de complètement l’ignorer et observait d’un air interrogateur le dos de ce malheureux William s’éloignant. Le medjack attendit alors une question qui ne venait pas. Personne ne voulait-il connaître son avis, à ce vieux fou ? Quelque peu vexé, l’adolescent imposa son opinion que personne ne semblait vouloir connaître :

- « Bon, puisque personne ne semble oser me le demander –à moins que ce ne soit le départ soudain de ce tocard qui vous perturbe trop pour me questionner- je vais vous dire moi, ce que je pense de vos beaux et grands discours. Bravo Alek, commença-t-il en se tournant vers le concerné, Bravo Esther, continua le medjack en adressant un mouvement de tête ironique à la jeune femme, bien parler, c’était beau, c’était touchant mais ça n’avait aucune valeur. Pourquoi ? Parce que Jonas n’est pas là, parmi nous et c’est à Jonas que vous devriez dire tout ça ! Pas à vous, pas au mur, sûrement pas à moi parce que, comme tu l’as si bien souligné Esther, dit-il la voix emplie de sarcasme, teinté d’une pointe de sincérité malgré tout, moi ça me fait plus plaisir qu’autre chose de pouvoir admirer votre ribambelle de coureurs et trappeurs souffrant le martyre. Vous avez peur pour vos tocards ? Vous trouvez que Jonas pète les plombs ? Eh bien agissez ! Faites quelque chose ! Ou dites le lui directement. Vous êtes mâtons, non ? Vous avez donc l’occasion de lui parler, de lui dire tout ça, je me trompe ? »

Jude s’approcha du mur, le pas léger, toujours cette même lueur de moquerie brillant dans ses grands yeux émeraude, puis scruta les deux mâtons d’un air de défi.

- « Mais enfin, peut-être que vous avez trop peur de lui en parler ? Que vous allez vous dégonfler et vous plier à sa volonté à l’autre fou ? Après tout, vous semblez avoir tellement moins de couilles que celui qui a écrit ce mot d’amour à l’intention de Jonas., déclara-t-il en pointant le graffiti en question, Moi ça m’arrange ! Ça veut dire que seule une rébellion pourra changer les choses, ce qui sera beaucoup plus amusant que de simple discours persuasifs. »

Il la voulait sa rébellion, oh oui il la souhaitait le medjack ! Il pensait qu’il ne pouvait y avoir rien de plus délicieux, de plus égayant qu’une bande de gamins enragés et aveuglés par la rage se retournant contre leur chef.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Blocart / Alek & Esther & Jude & William

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jude Célestin se proclame président
» Haïti - i-Votes :Spectaculaire remontee de Mirlande Manigat
» jude, c'est malheureux de voir ce genre de comportement!!!
» 05. You have something to say ?
» Noirefontaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-