Partagez

Et la cavalerie arrive ! [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageDim 9 Nov - 2:06


Et la cavalerie arrive !
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  



Survivre. Oh, comme c'est devenu l'un de mes passe temps favoris. Je vous assure, courir, c'est tellement devenu une habitude pour moi que je dois faire un poids de plume. La réalité, c'est que j'étais complètement envahis par le chagrin. Mais je ne me lassais pas aller comme une vieille loque. Non, moi j'avais une manière bien à moi d'expulser tout ce chagrin. Buter un ou deux zombie, ou fondu, peu importe. Pour moi, ces gars là ont plus une tête de zombie qu'autre chose. Mais je devais me venger, je voulais retrouver ce salopard qui avait bouffe June. Celui qui m'avait regardé avec intensité derrière ce vieux grillage. Il avait eu les yeux avec une lueur bestiale, comme je n'en avais jamais vue. Ça bouche était à moitié déchiqueté, bouffer par ses congénère je suis sur. Et ce sang qui coulait sur ses vêtement, le sang de June. J'avais été effrayée, choquée, complètement paumée dans ce pauvre monde de dingue. Au départ, je n'avais pas vraiment su comment m'y prendre. Je déambulais dans les rues de Chicago, les affaires sales et les cheveux presque décoiffés. Puis un Fondu c'est amené vers moi avec des mots incompréhensible, dépassant la lucidité. Il avait foncer sur moi, et j'avais roulé à terre avec lui qui s’agrippait, cherchant à me croquer. Je me suis libérée avec un bon coup pied au parties intimes de ce mec, et j'ai saisie ce qui ressemblait le plus à une arme pour moi : Un éclat de verre d'une vitre de voiture. Je l'avais immédiatement enfoncer dans le crâne du Fondu. Faut pas m'en vouloir, dans les films d'horreur ont tue les zombies en touchant le cerveau. Au moins c'était radicale. Mais j'avais été d'autant plus choquée une deuxième fois. Mais j'avais compris tout de suite la tactique qu'il fallait adopter pour survivre. Donc, je me suis diriger vers la boutique la plus proches et je me suis armés de dagues  partout autour de moi. J'ai pris deux ou trois vêtement, manteau en cuir et slim noire avec des bottines. J'ai mis un tee shirt avec un petit décolleter en V aussi. J'avais également remarquer une ceinture permettant de ranger les dagues, et maintenant je ne la quitte plus, elle est constamment accrochée à moi. J'ai également glisser le poignard que m'avais donnée June. Ainsi qu'un pistolet de policier juste au cas où. Et je m’entraînais. Tout les jours. Je pense que j'étais devenu plutôt fortiche dans les combats. Mais maintenant, je n'avais plus qu'une chose en tête : Me venger. Le ciel était plutôt couvert aujourd'hui. Dans les rues, il y avait des voitures abandonnée avec quelque Fondu qui trainais ci et là. C'est le matin, et je cherchais une piste afin de retrouver les coupables du meurtre de mon amis. Malgrès moi et avec douleurs, je suis revenu sur le lieux. Le corps n'était plus ici et je me demande si June était devenu une Fondu. Une grande flaque de sang sèche s’étalait de tout son long. Ne voulant pas en voir plus, je suis revenu dans la rue principale. Un fondu m'a aperçus, son visage était incrustés d'entaille.

« Poulet. Poulet. J'aime les poulet. Oh la belle cocotte que voiciiiiii.» Délira t-il en me détaillant d'un œil malsain. Je me suis retournée en haussant les sourcils.

« Ta déjà vue à quoi ressemblait une poule crétin ? » Répondit -je en portant ma mains sur l'une de mes dagues. Il en était à l'étape délirante. Ils étaient tous dans cette étapes là quand je les croisais. Tous avec des mots dépourvus de sens, comme des bêtes affamés ne pensant qu'a ce repaître. Le Fondu à secouer sèchement la tête, il arborait une expression hébété.

« Des cuisses. Donne moi tes cuisses. Poulet. Viande. DONNE MOI TES CUISSES !! » Hurla t-il en ce dépêchant de plus en plus vite. Mais franchement, qu'es ce qu'il avait tous derrière la tête ceux là ? Me voyait t-il vraiment recouverte de plume ou quoi ? J'ai reculée méfiante, arborant une mine blasée.

« Avec ou sans sel, Stevee ? » Ricanai-je. J'aimais donnée des surnoms au Fondu, ça permettais de rester calme. Le Fondu c'est arrêter, comme pour réfléchir à ce que je venais de dire. Mais ont savait tous qu'il comprenait pas vraiment ce que je disais. Puis, une autre lueur est passer dans sont regard injectés de sang. Je l'ai toisée, sachant ce qui allait suivre, j'ai empoigner mon poignard, et l'ai lancé directement dans le poitrine de Stevee. Il a reculer, s'écroulant sur une voiture abandonnée. Une alarme à sonnée, provenant du véhicule. J'étais sidérée qu'elle est encore une alarme, comme si quelqu'un allait prendre la peine de la voler. Les recoins ont commencée à s'agiter, dévoilant plusieurs fondu qui m'avait repérée. J'ai reculée, cherchant une sortie de secours, mais ils venaient de partout et je ne voyais pas d'issus. J'ai alors fais la chose la plus stupide qu'il m'est jamais venu à l'idée : Je suis montée sur le toit d'une voiture. Non vraiment, si c'était à refaire j'aurais tenter de fuir plutôt que tenter une chose pareil. C'était un immense taxi jaune, comme ceux de New York. Un pincement au cœur rien que de repenser dans la ville ou j'habitais. Les Fondu sont tous arrivés et en groupes. Ils ce sont mit à entourer le taxi en essayant de m'attraper. J'évitais une mains par ici, un bras par là. J'ai pris mon pistolet et j'ai tirée. Les balles retentirent dans la grande rue, touchant un fondu dans la tête, un autre au torse. Mais plus j'en tuais, plus d'autre se ruais vers moi. Je pouvais pas mourir comme sa, c'était trop bête.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 19 Nov - 22:37

Et la cavalerie arrive !


Aujourd'hui nous nous sommes accordés pour quadriller la partie ouest 3 de Chicago pour vérifier que tout était en ordre, ramener quoi que ce soit d'utile au camp, ramasser des potentiels nouveaux perdus et déglinguer des fondus. Un programme habituel en somme puisque la vie aujourd'hui se résume à ça : survivre avec le peu qu'on a et à plusieurs. Il y a au moins 8 ans de ça, juste après les éruptions volcaniques on a mis la main sur une carte de la ville que nous avions décidé de quadriller en mettant des numéros. C'était plus pratique pour se repérer étant donné que les rues n'existaient plus. Nous l'avons donc refait à notre sauce en ajoutant des points de repères visuels, pour la plupart des gros immeubles aux formes particulières et reconnaissable, ou alors aux vestiges de l'ancien port, ou encore la croix d'une église brisée en deux sur le sol ... bref, quand on regarde bien ça ne manque pas. Et nous avons décidé de faire le Ouest 3 aujourd'hui pour la simple et bonne raison que nous avions fait la 2 hier et que parallèlement une autre équipe s'occupe d'Est 3. Et dans deux semaines nous nous occuperons simultanément de Nord et Sud. C'est comme ça qu'on fonctionne, de manière organisée.  Et entre ses quadrillages nous nous occupons du camp, les uns des autres et faisons de nombreux tours de garde pour nous prévenir des fondus. Entre autre. Je vous assure que la plupart de nos journées et de nos nuits sont bien chargées.

Nous en étions donc là, à fouiller de fond en comble une rue lorsque le bruit strident a raisonné. Nous ne sommes que 6 par groupe, pas trop mais pas trop peu non plus en cas d'attaque de fondu, et paire histoire d'avoir un binôme. Comme nous étions tous répartis dans diverses anciennes maisons, je n'étais qu'avec Matt. Surpris nous avons tous les deux redressés la tête d'un même mouvement avant de nous regarder longuement. D'un simple signe de la tête nous avons pris nos affaires et nous sommes ressortis dans la rue où nous avons retrouvé les 4 autres. « Vous entendez? » demande Kate sur ses gardes. Nous lui faisons tous signe que oui.
« Qu'est-ce que c'est d'après vous? » Lâche Greg en regardant partout autour de nous. Au fond de nous nous savons tous ce que c'est réellement ... Ou du moins nous en avons le souvenir. Cela fait tellement longtemps que nous n'avions pas entendu ce bruit que nous ne pensions même pas avoir l'occasion de le réentendre à nouveau.
« On dirait ... » commence Sam, vite coupé par Jess
« L'alarme d'une voiture ... » J'hoche de nouveau gravement la tête, marquant que je partage cet avis, et je suis loin d'être la seule.
« Putain ! J’pensais pas en réentendre une un jour. J’croyais que toutes les caisses étaient à plat! » s'extasie Matt.
« Pourquoi ça sonne? Y a forcément quelque chose qui l'a déclenchée » fait remarquer Greg.
« Ca pue le fondu les gars ... Et les fondus sont attirés par le bruit. Tirons nous d'ici avec ce que nous avons » s'inquiète Kate en attrapant sa besace.
« Nan mais justement ! On va pas laisser filer une occasion en or de descendre du fondu ! Y en aura plein autant en dégommer un max en les prenant par surprise » tous les autres sont d'accord, il n'y a que Kate qui semble vouloir prendre la poudre d'escampette. C'est un peu la trouillarde du groupe en fait, celle qui choisira toujours l'option 'fuite' quand elle en aura l'occasion. Mais ses yeux, son sens de l'orientation et sa mémoire nous sont toujours d'une précieuse aide. Presque d'un même mouvement ils se retournent vers moi, attendant sans doute que je tranche et que je donne mon avis. Ça vous voyez c'est ma façon de procéder. Je les laisse parler, argumenter, exposer leurs idées et je les écoute attentivement avant de donner mon avis, avant de dire ce qui me semble le plus juste. Et cette fois ci je me range du côté de la majorité. « Vous avez suffisamment d'armes? » Du coup nous vérifions nos équipements et cachons nos butins de sorte que l'on pourra les retrouver en revenant. Parce qu'il est hors de question que nous y laissions notre peau. Puis nous nous sommes dirigés vers l’origine du bruit, doucement, au couvert des ruines pour être certains que nous ne tomberons pas tout cuit dans les crocs de ces fondus. Puis soudain des coups de pistolets raisonnent et nous nous lançons un regard inquiet. Si ils sont armés de flingues ça va se corser. Mais finalement, ce sur quoi nous tombons nous surprend  bien plus. Une jeune fille, debout sur un taxi, tirant sur des fondus. Pendant un instant je suis sous le choc et je reste là à la regarder avant que quelqu’un fasse la remarque qu’il faudrait peut-être aller l’aider. En réalité elle offre un tableau tellement comique et improbable que j’étais incapable de raisonner correctement. Cependant il est vite devenu évident qu’elle ne pourrait s’en sortir entière si nous n’intervenions car elle allait être surpassée par le nombre et son nombre de cartouche allait bien vite diminuer. « Privilégiez les armes de jets. Gardez vos balles en cas d’extrême nécessité, on en a pas 100 000 » Et puis nous sommes intervenus. Par derrière, ce n’était pas forcément loyal mais au moins fut-ce efficace. Les couteaux ont volé, atteignant leurs cibles pour la majorité. Nous évitons toujours le corps à corps, étant donné que cela risque de favoriser la transmission de la Braise. Du fait, après les couteaux, nous lançons des grosses pierres et autres objets que nous pouvons trouver à portée de main avant de les finir. Et puis tout est rapidement fini et la voix est libre. Matt et Sam partent en reconnaissance pour être certains que d’autres ne reviennent pas tandis que nous soufflons un coup avant que je me retourne vers la jeune fille, une petite brune au visage encore poupin, à la fois sous le choc et au cœur de l’action. N’étant pas vraiment du genre à prendre des pincettes avec les gens, je prends la parole du tac au tac. « Eh beh, t’avais envie de mourir aujourd’hui on dirait. C’était volontaire dis-moi ? Comment t’as fais pour faire sonner l’alarme de la bagnole ? » Cette dernière continuait d’ailleurs d’hurler dans nos oreilles et provenait d’une autre voiture, pas du taxi comme je l’avais pensé. « Heureusement que tu t’es réfugiée sur le taxi, ça t’as certainement sauvé la vie. Au fait, tu viens d’où ? Et comment t’as eu tous ces fondus à tes pieds ? » Elle était toujours perchée sur son toit et c’était assez amusant. Je mets une main en visière pour pouvoir mieux la voir, attendant qu’elle se remette de ses émotions.




codage par Libella sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 20 Nov - 23:56


Et la cavalerie arrive !
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  

C'est pas possible. Fillette en danger. Franchement, je pensais pas que je pouvais avoir autant de fan. C'est plutôt flattant dans un sens. Si ont n'oublie le faite que je tire sur des êtres humains, du moins ils l'étaient. Et que j'étais tellement terrorisée que ma mains tremblait. Je visais les fondus autant que je le pouvais, mais je savais que j'allais être à cour de munitions et que j'allais bientôt devoir me servir de mes dagues. Je respire bruyamment,  je tire et mes yeux de déplace d'une cible à l'autre. Les sons de l'appareil retentissent et amène de plus en plus de monde. J'avais l'air bien comique comme sa, sur mon le toit de mon taxi. L'alarme de la voiture continuais de rapatrier du monde, et je savais, malgrès moi, que si personne ne venait m'aider j'allais servir de rôti à ses messieurs. Ou mesdames. Je sentais le chargeur ce diminuée, quand les fondus au fond du groupes ce mirent à tomber comme des mouches. Je plissais les yeux pour mieux voir, et j'aperçus un groupes de personne lancer un tas de choses sur les fondus. Des mains tentait de m'attraper, de ce hisser. J'en écrasais une, provoquant un violent craquement qui me fit frissonner. Bientôt le tas de fondu diminua et je peu voir de plus près les personnes qui les tuaient. C'était sûrement un groupe de survivant, pour magner les armes et les attaquer comme sa. Je me fis pas prier et je tuais tous ceux qui me voulait encore pour dîner. Le faite de voir que certaines personnes était encore vivante me redonnait de l'espoir et une certaines détermination. Je saisie l'une de mes dagues, scrutant un petit fondu qui avait atteint le capot de la voiture. Il avait la tête en lambeau, je du me retenir d'hurler. Un petit garçon qui devait avoir dix ans, pas plus. Cela me surprenait de voir sa. Il n'aura pas eu le temps de comprendre la vie, d'aller à l'école et avoir des amis. Ça mains ce referma sur ma jambe. Avec un hoquet de surprise, je lui planta ma dague dans le front. Une éclaboussure de sang vain peindre mon visage. Oh, c'était le bouquet. Je sentais des gouttes perler sur ma joue et venir dégouliner le long de mon cou. Je retire ma dague et lui donne un coup de pied bien placé pour le dégager de sa position. Le temps que je relève la tête, il ne restait plus que deux fondu. L'un ce mit à délirer en disant des mots incohérent. En quelque jours j'avais finis par m'habituer à ce genre de divagation. Je lui fou un coup de pied dans le nez et je me tourne vers la droite pour tirer ma dernière balle dans le crâne du fondu. Il ne reste plus que moi et le groupe qui m'a aidée à m'en sortir. Je restais là, sur le toit du taxi complètement retournée. Mes yeux étaient écarquillés, ma respiration ce faisait court. Il n'y avait plus de fondu qui tentait de m'attraper. Le silence retomba, et j’étudiais les nouveau venu d'un œil méfiant. Ils ce séparèrent pour aller guetter la venu de nouveau fondu. Il ne restait plus que moi, quelque membres et une fille qui c'était rapproché. L'alarme de la voiture continuais de retentir.


La fille me posa un tas de question, et je mis quelque temps à reprendre mes moyens pour les élucider. Elle était plus âgée et dégageait une certaines autorité qui me disait qu'elle devait être haut placer dans le groupes. Brune, plus grande que moi. Elle semblait surprise d'entendre l'alarme de la voiture, et rien qu'a la question quelque chose me disais qu'il devait ne pas y en avoir souvent. Je n'eu pas vraiment le temps de répondre qu'une avalanche de question m'assaillit. Elle avait une lueur amusée dans le regard, je me suis rendu très vite compte que c'était à cause de ma position sur le toit du taxi. Oui, c'est sur qu'on devait pas tout les jours trouver des filles sur un taxi cerner par une bande de tarés mentale. Je jetais un dernier coup d'oeil au alentour, à l’affût d'une nouvelle attaque. Je connaissais pas ses gens, si ça ce trouve c'était des fondus qui tentait de m'attraper et faire de moi leur repas du soir. Non, je bougerais pas de mon toit, je m'y sentais plus en sécurité, la haut, qu'en bas avec eux. Oui, il avait tuer des fondus qui m'attaquais, mais si ça ce trouve c'était pour me garder rien que pour eux. La fille qui m'avait posée la question continuait de me fixer, toujours aussi amusée. Comme si ma situation était attrayante. Depuis qu'on ma lancée dans cette fosse au lion, je me méfiais de tout, j'avais fallis me faire avoir comme sa un fois par des fondus. Il en était qu'a un petit stade, mais la folie c'était déjà emparer d'eux. Après avoir essayer de gagner ma confiance, ils ont essayée de me manger. Mais genre, vraiment. J'ai réussis à me libérer en sautant à ce qui ressemblait le plus à une rivière. Le chemin de New York à ici avait été long pour moi et June. J'en croyais toujours pas d'être arrivée ici d'ailleurs, à Chicago. La fille voulait savoir comment j'avais déclencher l'alarme de la voiture. Je coulais un regard vers Stevee, le corps appuyés sur la porte de l’automobile. C'était à cause de lui si j'avais eu autant de personne pour m’attraper. Je croisais les bras sur mon torse en haussant les sourcils. Il était temps de casser le silence. « Qu'es ce qui me dit que vous n'allez pas tous vous jeter sur moi ? » L'accusai-je, les yeux poser sur elle avec une lueur de défis. Ouai, je devais avoir l'air tellement ridicule, assise les  bras et jambes croisés sur le toit.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Et la cavalerie arrive ! [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» cavalerie rohan 500 points
» Idril Tîwele [une boulette arrive xD] [GRYFFY]
» Hello !La grosse folle arrive !
» Calaàth Löthfìn [Chef de Cavalerie de l'Armée des Divins] Validé
» [abandonné] Invitation à diner [PV John]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-