Partagez

Flashback - Tea for two [PV Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageDim 16 Nov - 13:01

Samedi 15 octobre - 10 jours avant son enlèvement et son entrée dans le Labyrinthe

Qu'importe de toute manière ? Que tout cela soit faux, qu'ils soient bercés d'illusions à longueur de journée, qu'ils vivaient dans une dystopie qui n'attendait qu'une faille pour s'écrouler ? Qu'importe ? On leur fait croire qu'à Kansas City, ils seront en sécurité et que comme par miracle, la Braise ne les atteindra jamais. La bonne blague ! Comme si les précautions prises allaient être suffisantes. Comme si l'homme pouvait stopper un virus qu'il avait lui-même crée. Comme si la pandémie n'allait jamais affluer dans la ville. Et au fond, tout le monde le savait : ce n'était qu'une question de temps.

Dans les quatre coins du globe, on les haïssaient, on les enviait, on les jalousaient. Pas les habitants de Kansas City non, loin de là. Eux, n'étaient que de simples riches qui jouissaient d'une vie reluisante en attendant de se faire contaminer à leur tour. Au final, rien de très avantageux. Non, ceux qui étaient haïs, détestés, injuriés, c'était eux, c'était elle, c'était les Immunisés.

Dieu seul sait pourquoi, certaines personnes, une infirme partie de la population, était immunisée contre la Braise. Ils pouvaient ainsi se permettre de vivre sans la peur du lendemain, sans être complètement paranoïaque à chaque instant du jour et de la nuit. Et ça, c'était un avantage. Ca prêtait à la discrimination, au harcèlement et bien plus encore. Seulement, le gouvernement avait besoin de gens comme eux. Alors on les gardait, dans l'espoir qu'ils se rendent utiles et qu'on comprenne leur fonctionnement. Petit bémol cependant : les Immunisés avaient tendance à disparaître mystérieusement ces derniers temps, et les soupçons se tournaient vers le WICKED, qui semblaient les utiliser à des fins scientifiques. Mais rien n'avait été prouvé, et pour le moment, on faisait semblant de rien.

Assise dans un café de la ville, Adhara soupira. Elle avait beau être joyeuse de nature, sous le ciel gris de cette journée d'automne, elle ne pouvait s'empêcher de penser au danger qu'elle courrait. Désormais, elle avait elle aussi ses petits - gros - tracas permanents, ceux qui vous donne une boule au ventre dès le matin, un regard méfiant à longueur de journée et un soulagement le soir, quand vous vous dites que vous avez survécu un jour de plus. Désormais, elle pouvait se faire enlever à tout moment. Avec un père immunisé et une mère non-contaminée, Adhara avait jusque-là était bien plus chanceuse que la plupart des habitants de la planète Terre. Pourtant aujourd'hui, elle se sentait anxieuse, et très incertaine quant à l'avenir.

La perspective de perdre ses proches la faisait souffrir.

Elle s'obligea cependant à garder son optimisme et à sourire un bon coup, pour évacuer toutes ces idées noires. Elle ne devait pas s'affliger pour des choses qui n'étaient pas encore arrivées! Et que dirait Tao s'il la voyait avec une mine déconfite en arrivant ? Non, elle n'allait pas laisser de simples suppositions gâcher sa sortie avec son ami. Il était bien trop important pour ça. Il était l'un des rares amis d'Adhara à avoir survécu aux éruptions solaires et à la Braise, pour le moment. Il représentait ce qu'Adhara avait de plus cher avec ses parents.

La jeune fille touilla son thé tout en guettant l'arrivé de son ami par la baie vitrée. Elle ressentait le besoin urgent de se changer les idées et rire avec lui comme ils en avaient l'habitude. Alors qu'elle s'apprêtait à prendre une gorgée de la boisson fumante, la porte du café s'ouvrit, laissant paraître une tête familière. Presque avec soulagement, Adhara se leva et lui adressa un grand signe de la main.

- Tao ! lança t-elle joyeusement.

Elle sourit de le voir sain et sauf. N'étant pas immunisé, Tao pouvait contracter la Braise - bien que ses chances soient infirmes ici pour le moment. Et ça, Adhara ne le permettrait pas.
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 16 Nov - 14:02






Tea for two
Minho & Adhara
Samedi 15 octobre - 10 jours avant l'enlèvement de Adhara.

Kansas city. Tao déteste cette ville. Les gens s'y cachent, vivant comme si rien ne se passer, là, dehors, juste à quelques mètres d'eux. Des gens restent enfermés dans des tentes, priant pour qu'ils les laissent entrer dans cette stupide ville. Ils vivent leur vie, priant pour que leur petite bulle reste stérile. Mais ce ne sera pas toujours le cas. On ne peut lutter contre la Braise. Pas si vous n'êtes pas immunisé. Et empêcher les gens d'entrée, créés des murs et des lois, n'y changera rien. Qu'ils soient riches où pauvres, hommes où femmes, blancs où noirs, ils finiront tous par être contaminé tant qu'un vaccin ne sera pas mis en route pour toute la population.

Tao et son père avaient eu connaissance de cette ville dite "saine", avant que le paternel de Tao ne soit infecté. Ils n'avaient jamais voulu y aller. "Ce cacher ne changera rien à la cruelle vérité des choses" comme disait son père. C'était avant qu'ils ne se fassent infecter et que son propre fils doit le tuer pour échapper à sa propre mort, bien sûr. Mais encore aujourd'hui, le jeune asiatique n'avait aucune envie d'y vivre. Rester enfermé là-dedans le rendrait encore plus fou que de vivre en dehors de ces murs.

Non, s'il venait aujourd'hui, c'était pour rendre visite à l'une de ses amies. Une des rares encore en vie. Elle avait survécu aux éruptions solaires et par il ne sait, quel miracle, elle était immunisée contre la Braise. Il savait que la jeune fille avait peur depuis quelque temps. Pour quelle raison ? Il l'ignore, peut-être qu'elle avait peur pour sa mère, il savait que celle-ci était comme lui, non immunisé contrairement à Adhara et son père. Il avait donc décidé, pour la première fois depuis la catastrophe mondiale, de mettre les pieds dans la ville "sainte" pour aller la voir. En vérité, la blondinette lui manquait. La vie était devenue dure. C'était soit survivre, soit mourir. Revoir un visage familier, après la perte récente de son père, ne pouvait pas lui faire de mal. Ils c'étaient donc donner rendez-vous en zone sainte, même si elle était immunisée, c'était plus prudent, ils n'auraient pas à risquer une attaque de fondu.

Devant les gardes à la mine sérieuse, Tao attendait patiemment, qu'ils terminent leur testent pour le laisser entrer. Bien qu'ils n'aillent sans doute rien lui faire de bien douloureux, où de définitif, Tao avait peur, au fond de lui. Leurs tests indiqués si vous étiez contaminé, ou non. Tao n'en avait aucune idée autrement, peut-être était-il déjà porteur du virus. Il savait que comme chaque personne encore en vie sur cette Terre, il ne voulait pas devenir un fondu. Heureusement, après 20 minutes coinçait à l'entrée, le test lui indiqua qu'il n'était pas malade. Le jeune homme ne put retenir un soupir de soulagement, avant de pénétrer dans les enceintes de la dernière ville encore "vivante".

Tao savait que cette ville était principalement encore debout parce qu'elle était là pour accueillir les gens riches ou bien importants de cette planète, ou du moins du continent américain, mais il ne s'attendait pas à cela. Si vous étiez né dans cet endroit, vous n'auriez jamais pu dire qu'un semblant de fin du monde avait frappé le reste de la planète. Le jeune homme avait fait à peine 100 mètres, mais il avait l'impression d'avoir fait un bon en arrière. C'était presque, comme si rien n'avait changé, comme si rien n'était jamais arrivé. Il y avait de beaux maisons, les gens semblaient paisible, il y avait deux ou trois arbres, des boutiques/épiceries. Les enfants couraient et jouaient en toute insouciance. C'était surréaliste, il suffisait de passer un contrôle de gardes armé, pour que l'ambiance change complètement, un peu comme pour passer une frontière. Vous regardez devant vous, vous êtes en territoire neutre et vous regardez derrière vous, vous voyez l'enfer.

L'adolescent s'arracha à sa contemplation et se remit en route, il lui tardait de retrouver son amie. Il ajusta son sac et reprit sa marche, tout en regardant de chaque coter de l'allée centrale, il ne devait pas y avoir quarante mille cafés ici. En vérité, il y en avait plus que ce qu'il pensait puisqu'il fit deux cafés sans trouver la chevelure blonde qu'il attendait. Il finit par pénétrer dans un troisième bar, commençant à douter de finir par la trouver, il entendit une voix familière appeler son prénom. Il tourna son regard vers le fond de salle et remarqua enfin la blondinette. Aussitôt, un sourire remplaçant l'air si sérieux et ne fermer pas qu'arborer le jeune homme depuis maintenant des semaines et se dirigea rapidement vers elle, slalomant entre les gens.

-Ad' !

Il laissa tomber ses affaires sur le sol, près de leur table et prit la jeune fille dans ses bras. L'espace d'un instant, il aurait presque voulu hurler tellement, il était content. Cette vie était devenue tellement folle, que voir des visages connus, au milieu d'un bar, c'était comme sortir la tête de l'eau. Il la serra comme cela un bon moment entre ses bras imposant, l'enfermant comme dans un étal, sans non plus lui faire du mal, enfin il l'espérait, avant de la relâcher pour embrasser sa joue.

-Je suis tellement content de te voir, si tu savais !


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 21 Nov - 19:14

Pour que Dieu - ou le Destin, la Providence ou n'importe quoi d'autre - lui en veuille à ce point, l'Homme avait certainement fait quelque chose de très mal. D'ailleurs, tout plein d'exemples pouvaient être cités : les guerres, les dégradations de l'environnement, l'esclavagisme, aller sur la Lune, coloniser Mars... Jamais la race humaine n'était satisfaite, jamais elle ne se contentait de ce qu'elle possédait déjà. Il en fallait toujours plus, toujours plus haut, toujours plus fort. D'où venait ce proverbe, Adhara n'en savait rien mais c'était sans aucun doute lui qui avait mené à la situation désastreuse qu'était la leur aujourd'hui. A force d'en vouloir trop, la Terre avait été complètement déréglée et à force de se concentrer sur autres choses, personne n'avait prévu d'issue valide pour les éruptions solaires qui pourtant, devaient arriver.

Et la Braise.

Cette bêtise humaine.

Dans tous les sens du terme, ce virus était une bêtise humaine. On avait voulu créer de nouveaux virus pour des raisons scientifiques. On avait encore voulu repousser nos limites. On avait voulu trouver une solution à tout. Et au final, on avait nous-même crée la raison de notre perte. Créée par l'homme, relâchée par l'homme et qui a détruit l'homme. Brillant. Fantastique. Désormais, comble de l'ironie, les scientifiques cherchaient à faire des expériences sur d'autres individus pour contrer ce fléau. Chapeau bas, très bas.

Dans ce monde ravagé et apocalyptique, l'amitié devait être l'un des derniers soucis de l'humanité. Pourtant c'était pour Adhara, la raison pour laquelle la vie valait la peine d'être vécue même dans ces conditions. Les amis et la famille. Il ne lui restait plus que ça. Ou plutôt, il lui restait tout ça. Alors c'était une chance, et elle ne devait pas la gâcher. Au nom de toutes les victimes des éruptions solaires, de tous les contaminés de la Braise, elle vivrait du mieux qu'elle pourrait dans ce monde hostile. Elle profiterait au mieux, vivrait de façon plus intense chaque moment qui lui sera offert. Et c'est précisément ce pourquoi elle était si souriante, joyeuse et optimiste quelque soit les circonstances - ou presque.

Après avoir faillit étouffer dans les bras puissants mais réconfortants de Tao, Adhara se détacha et lui sourit en retour. Il lui avait manqué.

- La même pour moi, tu me manques ici ! J'aimerais tellement qu'on puisse se voir plus souvent...

Elle soupira. Mais plutôt que se morfondre dans d'impossibles espoirs, autant profiter du moment présent.

- Viens assieds-toi ! Alors du neuf depuis qu'on se n'est pas vus? demanda t-elle pleine d'entrain.

Bien sur dans les terres extérieures, il ne pouvait pas se passer grand-chose mais Tao avait certainement quelques petites histoires à relater, et même s'il n'avait rien à raconter, ils pourraient toujours discuter de tout et de rien en savourant ce moment de sérénité, cure de bonne humeur au milieu de ces rudes journées.
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 27 Nov - 15:19






Tea for two
Tao & Adhara
Samedi 15 octobre - 10 jours avant l'enlèvement de Adhara.

La première et dernière fois qu'il avait mis les pieds dans cette ville, il était avec son père. C'est quand il a appris que Adhara était ici avec sa famille et qu'il voulait s'assurer que la jeune fille aller bien, elle est les siens. Il se doutait donc que la blondinette ne savait rien de la triste nouvelle et il ne savait même pas s'il devait lui dire. Il ne voulait pas gâcher leurs retrouvailles avec quelque chose de si triste. Il n'avait pas le droit de se plaindre, dans leur monde actuel certains avait une situation bien pire que la sienne et, pourtant, il savait que son père et celui de l'adolescente était amis d'enfance eux aussi. Devait, il lui disait au final ? C'était étrange que dans un monde en train de sombrer aient ces poses encore des questions a ce genre de sujet. Plus rien ne devrait vraiment avoir d'importance. IL chassa d'un battement de ciller le visage de son père transformé par la faim, la haine envers son fils et se concentra de nouveau sur son amie.

-Je sais, j'aimerais te voir plus souvent aussi, mais tu sais que je ne peux pas rester enfermé derrière les murs.

Il n'avait rien contre les gens qui habitaient ici, pas du tout, juste que lui ne pouvait pas rester et faire semblant de vivre une vie normale, cacher sa peur au fond de soi même et tenter de tracer une route. Il s'assit en face d'elle et souffla. Il avait oublié ce que c'était de se poser sur quelque chose de plus confortable qu'un mur ou un sol couvert de poussière. Il marqua une pause quand elle lui demanda ce qu'il y avait de nouveau. peut-être devrait-il après tout. Il se gratta un instant la joue en fixant la table avant de hausser légèrement les épaules.

-Pas grand-chose. Je marche, je cherche des survivants. J'en trouve parfois, mais je tombe plus souvent sur des Fondus. J'en ai tué un récemment. En fait..., Je ne sais pas trop comment le dire... Mon père a attrapé la braise. avait, attraper la braise.

Il secoua négativement la tête, comme si ce n'"était rien de plus. Bien évidemment au fond, il en souffrait de ce revoir, chaque  nuit après nuit, le peu de temps où il pouvait fermer les yeux, chaque fois qu'il tue un fondu, tuer son propre père. Lui qui était comme son meilleur ami, mais ce monde n'avait plus rien à voir avec le leur, il n'est pas le seul à avoir perdu quelqu'un, pas la peine de s'étendre sur le sujet.

-Et toi ? Quoi de neuf ici ?


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 9 Déc - 14:31


Spoiler:
 

La révélation eut l'effet d'une bombe sur Adhara. Non, ça ne pouvait pas être possible. Pas le père de Tao. Non... Il avait toujours été si bon, fort et chaleureux, qu'avait-il fait pour mériter une chose pareille ? Une mort de la Braise, après avoir sombré dans la folie sans aucun doute. Et Tao dans tout ça, il avait certainement dû assister à la transformation sordide de son père, son héros, en un monstre épouvantable. Et qui sait, peut être avait-il dû le tuer de ses propres mains... Adhara sentit un frisson d'horreur lui parcourir l'échine suivi d'un sentiment de vide profond, comme une plaie s'étant ouverte dans sa poitrine. Il lui fallut quelques secondes pour assimiler la nouvelle. Désolée pour le jeune homme, elle tenta d'aligner quelques mots de compassion mais rien de cohérent ne put sortir de sa bouche tremblante.

- Oh je... Enfin je... euh... murmura t-elle avant de se résigner au silence.

Impossible de trier ses idées dans de telles conditions. Adhara se contenta donc de lever les yeux vers son ami, y faisant passer un message bien plus parlant que n'importe quel long discours. Cet homme allait leur manquer à tous les deux.

Tao ne souhaitait apparemment pas s'étendre sur le sujet car à peine avait-elle encaissé le coup qu'il changea de sujet - ou plutôt revint sur leur sujet de base, et lui demanda à son tour ce qu'il s'était passé dans sa vie au cours des derniers mois. La blondinette rassembla tant bien que mal ses esprits pour formuler cette fois, une réponse compréhensible.

- Je poursuis mes cours à distance, mais ça devient de plus en plus difficile avec cette situation qui ne cesse d'empirer, commença t-elle sans l'ombre d'un sourire. Je n'aime pas cette façon de faire qu'on les gens ici, de faire croire que la vie continue sans aucun problème alors qu'en réalité, la fin est toute proche.

Elle se tut quelques secondes, laissant planer ses derniers mots avec une gravité qu'elle n'avait pas souhaité.

- Autrement, les disparitions d'Immunisés sont devenues de plus en plus fréquentes, et je commence à avoir peur pour nous. (Elle soupira) Mais bon, je sais bien que la vie qui nous est offerte ici est un sacré avantage par rapport au monde extérieur !

Elle arrêta d'un geste de la main une serveuse qui passait par là, puis se tourna vers Tao, le sourire de retour sur ses lèvres.

- Qu'est ce que je peux t'offrir ?
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Flashback - Tea for two [PV Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'était un petit navire ... [Flashback Milan Sethni - Aurora, mer méditerranée]
» [Flashback - Tredë, An 5] Il y a quelques lunes, quelque part entre Carathiel et Orsin... (PV Aridjar)
» Nobody said it was easy | Flashback | Pv. Eirin
» [Flashback] Les loups, le renard et la belette [Rp avec Mike Tay]
» [Flashback] 'Cause you only need the light when it's burning low ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-