Partagez

I Wish I Was Somebody Else [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageDim 23 Nov - 17:53

Il y a huit mois de cela que je suis arrivée. Un garçon s’était approché de moi, il était chargé de m’expliquer comment le « bloc » fonctionnait, sur ceci, sur cela. Je comprenais le système, mais je ne comprenais pas pourquoi, pourquoi avions nous été piégés dans ce bloc, ces gigantesques parois de pierre qui nous retiennent, qui nous protègent, qui nous emprisonnent ?
Quand le soir de mon premier jour, je me suis retrouvée seule, je suis allée à la lisière de la forêt. Je me suis assise sur une vieille souche, quelques insectes voletaient autour de moi. Mais alors je me suis mise à observer. J’observais ces petits insectes, les blocards qui faisaient un feu, les dernières personnes qui sortaient de l’infirmerie, j’observais même les portes du labyrinthe qui venaient de se refermer. Le labyrinthe. Nous n’en parlerons décidément jamais assez. Je fixais un par un les quatre murs qui nous piégeaient, une vague de désespoir s’empara de moi, et je sentis un grand frisson parcourir de ma tête à mes pieds. Je baissais ma tête, retenais des larmes, mais rien n’y pouvait. J’avais peur de ne pas sortir de là. Je pris ma tête entre mes mains, mais quelque chose attira mon attention : sur mes avant bras, il y avait des marques. De grandes et longues marques qui s’étiraient sur mes poignets. J’avais des cicatrices, discrètes, mais bien présentes. Je pleurai de plus belle, en me demandant ce qui m’était arrivé. Je me doutais du motif de ces cicatrices qui se dessinaient sur mes poignets, et je me demandais ce qui m’était arrivée pour que j’en arrive à vouloir mettre fin à mes jours.
Dans mon ancienne vie, j’étais peut-être aussi seule que je le suis à présent. J’ai peut-être quelques amis, mais au fond j’ai toujours l’impression que la solitude me ronge. Ce soir là, j’ai pleuré jusqu’à ce que cela me provoque un mal de tête, et que mon mal de tête me fasse dormir.
Le lendemain, je me suis réveillée, les yeux plongés dans une mélancolie dont je me rappelais la cause. Je ne préferais pas penser à mes cicatrices. L’ancienne moi était peut-être suicidaire, mais la nouvelle moi –même si je ne me rappelais pas de mon prénom-  devait vivre aussi longtemps que possible. A cette pensée d’une nouvelle vie, je décidai que rien ne me donnerai plus envie de retourner dans ce gouffre, que plus jamais rien ne me donnerai envie de me tuer.
Mais j’ai échoué.
Je ne sais même pas m’occuper de moi. C’est bien plus simple de rejeter quelqu’un que d’entretenir une amitié…peu de gens peuvent comprendre, ou alors ces gens sont fous. Alors j’ai très peu d’amis, des amis qui supporte mon sale caractère, mais personne ne sait pour mes cicatrices. Et quand j’y pense, je ressens l’ancienne moi surgir pour me rappeler que j’étais cette fille qui a essayé de se suicider, puis je retourne à la lisière de la forêt, je m’assois sur la souche, je pleure, j’y repense, je prends de nouvelles décisions, mais je ne m’y tiens jamais.
J’avais espéré m’être trompée sur mon compte, mais de toute façon je ressentais l’envie de me tuer de temps en temps, quand j’entendais que je n’étais bonne pour personne, que j’étais méchante. C’est cela qui me tue vraiment.
J’ai pitié des autres, de ceux qui ne se connaissent plus. Moi, à ce moment là, je me souviens de ces promesses que je me suis faites à moi-même, celles que je n’ai jamais réussi à tenir, car, après tout, les meilleures promesses sont celles qui ont besoin d’être rompues…
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 25 Nov - 17:42


I wish I was Someboy else - Lennon Blutcher


Ce matin la, je me réveillai toute en sueur. Je venias de faire un rêve dont je ne me souvenais ni du contexte, ni du sujet, mais ce dont j'étais certaine, c'est qu'il faisait peur. La seule chose dont je me rappelai, c'était un cadavre couvert de sang dans une clairière la nuit. Pas très précis. Mais j'étais partie pour avoir peur des clairières pendant au moins une semaine. Je soupirais. Je me levai pour rejoindre l'Infirmerie, mais personne n'avait besoin de moi. Je poussai un soupir de soulagement. J'étais vraiment crevée. Cela fdaisait cinq jours que je ravaillait non - stop. D'ahbitude, je faisais quelques pauses, mais en ce moment, les malades affluaient comme des abeilles autour de leur reine. Je sortis de l'infirmerie en chantonnant, même si l'on était enfermés dans ces espèces de murailles et même si en ce moment même des coureurs - et des trappeurs - risquaient leur vie pour nous sortir d'ici. Je chassai ces idées de ma tête pour faire le vide.

    Je traversai une prairie. Aussitôt, je me crispai, et sans arriver à chasser l'image du cadavre qui commençait à s'afficher sous mes yeux, je me dirigeai vers la forêt. Sur une souche, une fille blonde pleurait à chaudes larmes. Gênée d'être le témoin d'un tel spectacle, j'hésitai entre aller la voir, et m'éclipser. Finalement, je choisis le coté Medjack : je me dirigeai vers la jeune blonde et m'assis par terre, en tailleur, a coté d'elle. Je la regardai avec prudence et un peu de crainte. Certaines personnes détestent qu'on les voient pleurer, mais j'espérai qu'en voyant mon expression elle ne me repousse pas. J'ouvris la bouche et demandai doucement :

- Est ce que ça va ?
Je m'appelle Hermione, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 25 Nov - 18:27

Je continuai de pleurer. J'avais tellement pleuré qu'à présent je ne me rappelais plus de la cause...je pleurais, c'est tout. Cette souche me faisait mal au dos, je devais être assise dessus depuis une bonne demi-heure. Je ne pensais plus à rien, à part aux larmes chaudes et douces qui coulaient le long de mes joues. Il y avait autour de moi un parfum léger, une odeur de bois humide, je prenais le temps de décrypter chaque senteurs, ça me détendait. Soudain, je sentis comme un craquement près de moi, une petite brindille, je me retournai, frappée de stupeur. Une fille se tenait debout près de moi. "Oh non, ne t'assois pas !" pensai-je. Trop tard, la jeune fille s'était assise. Je ne voyais pas très bien son visage, j'avais les yeux pleins de larmes, mais j'évacuai les dernières de celle-ci, les sentant perler sur mon visage. Je l'avais déjà vu, elle est medjack comme moi, je l'ai vu plusieurs fois. J'ai pris l'habitude de n'accorder d'importance qu'à mon travail, qu'à moi-même si j'ose dire, alors je ne connais pas son nom. Je n'allais pas lui demander, c'est déjà une honte de se montrer comme ça. Pleurer ? Moi ? Qu'est-ce qui m'a pris ? Honnêtement, j'aurai pu l'assommer, et quand elle se serait réveillée, je lui aurait dit que tout ça n'était qu'un stupide rêve. Mais je n'avais plus de force, la moindre parcelle de mon corps était fatiguée. J'étais horriblement gênée. Etais-je devenue faible ? Ca ne me ressemble tellement pas...

- Est-ce que ça va ? Je m'appelle Hermione et toi ?

Il me semblait que j'avais entendu son nom une fois, quand notre mâton l'a appelé.

- Qu'est-ce que tu fais là ? Lui demandai-je méchamment.

Elle prit un air apeuré. J'y étais allée fort, elle voulait juste m'aider. Elle m'avait vu dans un moment de faiblesse, c'est normal, mais, pouvais-je lui demander de ne rien dire ?

- Je veux dire, tu es là depuis longtemps ?

J'esperais qu'elle me réponde que non, qu'elle m'avait juste vu sur la souche. Je ne savais pas s'il était trop tard pour lui dire que j'étais juste fatiguée, et que c'est pour cela que je me tenais la tête entre les mains...non mauvaise idée. J'attendais sa réponse tout de même, constatant que je ne pleurai plus, mais la crainte de voir ma mauvaise réputation finir dans l'ombre d'une fille faible et vulnérable me faisait froid dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 27 Nov - 8:11

I wish I was somebody else - Lennon Blutcher

Dès que je posai ma question, la fille leva la tête et m'apostropha, agressive :

-Qu'est ce que tu fais là ?


Elle semblai tellement en colère que j'eus un mouvement de recul. En voyant mon air blessé, elle sembla se raviser, mais moi, je sentais la colère monter. Ma grande sœur Nyrah, avec son caractère rebelle, disais que l'on avait aucun point commun, mais elle avait tort : comme elle, je n'oubliais jamais un affront. J'allais lui répliquer une phrase bien sentie quand elle reprit la parole :

-Je veux dire, tu es là depuis longtemps ?

Je me radoucis, mais j'avais compris qu'il fallait mieux ne pas prendre cette fille avec des pincettes. Je la regardai avec un petit air pincé, histoire de lui montrer que je n'avais guère apprécié la première phrase, mais je lui répondis quand même.

-Non, pas très longtemps, je suis allée dans la forêt pour ...petite hésitation, après tout je n'avais pas envie de passer pour une faible. Je répondis rapidement.Pour un boulot de Medjack, et je t'ai vue pleurer sur cette souche. Et pour répondre à ta première question, lui dis - je avec un air de reproche, Je suis là pour venir en aide à une personne blessée. Même moralement, soigner, c'est mon boulot.

Je remarquai bien qu'elle avait l'air un peu anxieuse, même si je ne savais pas pourquoi, et je n'avais aucune envie de la savoir. Je finis par me redresser un peu pour me mettre à genoux, pour mieux détailler la jeune fille. Blonde, de jolis yeux, assez jolie. Même bien jolie. Un petit pincement serra mon cœur, et je me dis que jamais, a mon avis, je ne serai aussi jolie que ça. Je me battis contre cette jalousie et finalement, je dis d'une voix enrouée par l'effort :

- D'ailleurs, tu ne m'a toujours pas dis ton nom.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


I Wish I Was Somebody Else [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [abandonné] Invitation à diner [PV John]
» Le marché [Abandonné]
» LES SORCIÈRES DE LA MAISON ABANDONNÉE [2/6]
» [Abandonné] La nuit porte conseille.
» Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés [PV Eryn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-