Partagez

Auxilium tuum, et gratias tibi aget. [Clare Brett / Daniel Springs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageVen 12 Déc - 22:37


Auxilium tuum, et gratias tibi aget.
FT. Clare BRETT




C’était l’après-midi au Bloc. Le soleil brillait comme à chaque fois, tapant sur le visage de Daniel. Le Sarcleur mit sa main en visière pour y voir un peu mieux, plissant en même temps ses yeux.

Daniel regarda autour de lui, avant de voir le Réfectoire. Parfait ; il avait besoin de réfléchir. « Les Cuistots t’ont interdit les Cuisines, rien d’autre. » pensa t-il. Un mince sourire apparut sur son visage. Comme à son habitude, il réfléchissait et jouait avec les mots.

Il entra dans le Réfectoire, vide, et s’installa à une table au hasard. Bien sûr, il ne s’installait pas à la table des Mâtons ; règlement, règlement. En posant son menton dans la paume de sa main, Daniel se mit à réfléchir à tout ce qu’il avait vécu.

Son arrivée, où il avait d’ailleurs fait le mort. C’était devenu l’un de ses nombreux tics ; en situation de danger, il retenait sa respiration et se laissait tomber. Quelque soit le danger. Ses terreurs nocturnes. Ce n’était -heureusement- pas un tic. Daniel se réveillait en pleine nuit, les larmes aux yeux et le visage ruisselant de sueur. Il hurlait à s’en déchirer les cordes vocales, se débattant et frappant lorsque quelqu’un essayait de le toucher.

La première fois, il s’était contenté de boire l’eau que lui avait apportée un Blocard. La deuxième fois, il est allé se reposer dans l’herbe, dehors, attendant l’Aube. Et la troisième fois… il avait mordu son bras jusqu’au sang. Il était allé voir un Medjack, mais il n’avait rien dit. Il avait juste tendu le bras, tremblant légèrement.

Sa main de libre se crispa. Il détestait repenser à ce genre de chose ; pourtant, il y repensait. Son souffle se fit court. Rien que d’y repenser, il sentait des sueurs froides glisser dans son dos. « Calme-toi… Calme-toi… Calme-toi… » se disait-il. Daniel posa la tête sur la table froide, respirant le plus doucement possible.

C’était comme lors d’une crise d’asthme : il fallait respirer calmement, même si l'on voulait faire le contraire. Bizarrement, il se souvenait de ce genre de chose, pas de ses souvenirs. Sa main se desserra, et il sentit les sueurs s’arrêter.

Daniel releva la tête et passa sa main sur son visage. Il ne voulait parler à personne, c’était vrai ; mais un « confident » -si c’est comme ça qu’on disait- aurait pu être utile. Un ami, comme disait certaines personnes.

Un jour, Henry lui avait dit qu’il pouvait compter sur lui. Daniel avait rigolé, puis avait dit :

- Comment est-ce que tu pourrais m’aider ? Tu ne connais pas mes souffrances.
- Mais je suis ton ami
, avait-il répliqué.

Il n’avait rien répondu. Il s’était contenté de soupirer, avant de partir travailler.

Puis il se souvint qu’il était au Réfectoire. Daniel se mordit la joue et se mit à tourner autour de la table où il était, ne sachant que faire.




FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 13 Déc - 17:54


Daniel Springs

ft. Clare

Auxilium tuum, et gratias tibi aget
La soif de révolte coule dans chaque veine de mon petit corps maigrelet, mes pieds se traînent sur les pavés en pierre, relevant quelques nuages de poussières, surtout de la terre en fait. Le soleil me cogne dans les yeux m’aveuglant à moitié pendant que j’avance rapidement vers la grande bâtisse en bois. Tout en marchant, j’essuie la pellicule de sueur et de poussière sur mon front.

Peu avant, j’étais en plein entraînement, couteaux à la main et l’esprit déterminé. La colère et la hargne empreignant mon envie de vengeance à cause de ce foutu Jonas et ses toutous de malheur. Mes coups dans les cibles en mousse étaient de moins en moins précis au fur et à mesure que la fatigue grandissait, alourdissant mes bras. Il me fallait du repos et vite. Pas forcément du sommeil, mais au moins se calmer un peu.

Elle rentre dans le réfectoire où traîne un petit nombre de personne s’y trouvent. Je pose mon postérieur sur une des tables et me fait glisser jusqu’au bout, près de là où on récupère notre repas. Je récupère d’ailleurs le mien avant de me poser à une table, loin de celle des matons. Du coin de l’œil je vois Daniel tourner doucement autour des tables et ça me fait sourire.

Je fais tourner rapidement ma fourchette entre mes longs doigts fins, comme je fais d’habitude avec mes longs poignards courbés. Et sans pitié, je plante vivement le bout de métal dans une pomme de terre avant de la mettre dans ma bouche. Autant de nourriture me fait tellement de bien.

Soudainement, j’entends des rires en face de moi. J’essaye d’identifier qui a rit de moi, et mon regard se pose sur Dany qui est en face de moi. C’est lui ? Réellement ? Ma rage de l’après-midi me gagne et je me lève presque d’un bond, plantant  vivement ma fourchette dans la table en bois. En quelques foulées je me retrouve face au brun et je relève la tête.

« Qu’est-ce qui te fais rire Dany ? Pourquoi tu te moques ?! »

Ma main se lève rapidement avant d’atterrir sur sa joue dans un vif claquement. Moi énervée ? Pas du tout. Je vais pour refaire le même geste emplit de colère quand je me rends compte que le rire se fait encore entendre, mais un peu plus sur ma gauche, je me retourne et vois un Milicien appuyé au mur, son regard moqueur sur moi. Oh l’enfoiré ! J’époussette l’épaule de Dany, le regard désolé avant de lâcher un peu coupable :

« Désolé Dany ! Je voulais pas ! Je… je… je croyais que c’était toi qui rigolais de moi ! Mais en fait c’est lui ! C’est ce connard là ! »

Je me retourne vers le Milicien, le poing serré autant que ma mâchoire.


Let me hit him
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 13 Déc - 20:22


Auxilium tuum, et gratias tibi aget.
FT. Clare BRETT




Daniel était dans ses pensées, tournant encore et toujours autour de la table. Il fit glisser ses doigts le long du bois, fermant pendant un instant les yeux. Le contact du bois contre sa peau lui faisait du bien ; tout comme son métier de Sarcleur et l’Aube, ça le rendait différent.

Plus calme que d’habitude, comme s’il était dans un rêve. Un rêve… Il n’avait jamais rêvé. Du moins, pas depuis son arrivée au Bloc. Il ne faisait que des cauchemars, et il ne s’en souvenait jamais ; Daniel aimerait comprendre pourquoi il faisait des cauchemars.

Il n’eut pas le temps de réfléchir quelques secondes de plus, car une fille venait de lui hurler dessus.

- Qu’est-ce qui te fais rire Dany ? Pourquoi tu te moques ?!

Daniel ne put rien dire, suite à la violente claque qu’il se prit dans la figure. Sa tête se tourna sur le côté, alors qu’une marque rouge -de la main de la jeune fille- commençait à apparaître. Le Sarcleur retint difficilement ses larmes de douleur, voyant du coin de l’œil que la fille allait recommencer. Ses yeux se fermèrent automatiquement, comme un vieux réflexe.

Mais elle ne fit rien. Un rire retentit à la droite de Daniel, alors que la fille époussetait son épaule. Il rouvrit les yeux et tourna la tête vers elle, alors qu’elle s’excusait.

- Désolé Dany ! Je voulais pas ! Je… je… je croyais que c’était toi qui rigolais de moi ! Mais en fait c’est lui ! C’est ce connard là !

Elle venait encore de l’appeler Dany. Mais pourquoi- Dany. Dany, Dany, Dany. « On m’appelait Dany ? » pensa t-il. En tout cas, ça lui semblait logique. Bizarrement, ça lui semblait logique ; oui, c’était logique.

Daniel remarqua à la dernière seconde que la fille venait de fermer le poing. Tout ça sentait mauvais, très mauvais. C’est pourquoi il s’élança vers elle, posant sa main droite sur son poing. Son bras gauche passa autour de sa taille, alors qu’il la rapprochait de lui ; peut-être qu’il allait pouvoir la calmer.

- Je ne t’en veux pas, murmura t-il à son oreille. Calme-toi, d’accord ? Laisse cet abruti vivre avec sa stupidité ; le frapper ne changera rien à sa bêtise.

« Qui est cette fille ? Pourquoi elle m’appelle Dany ? » pensa t-il. Il resserra légèrement sa prise pour être sûr qu’elle ne tenterait rien. Daniel ne voulait pas avoir de problèmes. Et il ne voulait pas qu’elle en ait.




FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 14 Déc - 15:38


Daniel Springs

ft. Clare

Auxilium tuum, et gratias tibi aget
Je vais lui péter la gueule à cet enfoiré de Milicien. Il a osé se moquer de la petite trappeuse nommée Clare que je suis ? Oh ce con ne me connait pas! Depuis les nouvelles lois je ne suis plus la gentille et mignonne Clare. C'est fini. J'ai pris de la gueule depuis, je suis devenue espiègle et avec plus de répondant. Faus pas m'énerver à moi! Enfin, pas maintenant plutôt...

Mes ongles commencent à rentrer dans la paume de ma main, où apparaissent les cicatrices de ma dernière bêtise avec Allya. Plus jamais je ne monte dans un arbre avec une telle hâte, au point de m'ouvrir les pauvres petites mains que j'ai. Je suis soudainement partie dans mes pensées, et je reviens brutalement sur terre quand une main prend la mienne et que quelque chose me tient à la taille. Eh! J'étais en train de le tuer une bonne centaine de fois ! Je vais pour frapper l'obsédé, quand je me rends compte que c'est Daniel, ses cheveux chatouillant ma joue et ma tempe.

- Je ne t’en veux pas, murmure t-il à mon oreille, ce qui me provoque un frisson, et ce à chaque fois qu'on approche mon oreille. Calme-toi, d’accord ? Laisse cet abruti vivre avec sa stupidité ; le frapper ne changera rien à sa bêtise.

Il resserre sa prise sur ma taille et je commence à changer de couleur pour un joli rose, je desserre le poing, gardant la bouche près de son oreille, et ma colère s'apaisant un peu, peut-être est-ce dû à cette soudaine proximité alors que ne le connais pas. Je crois du moins. Avec un grand sourire je décide donc de lui répondre, de façon très calme et très douce, ce qui peut surprendre sur le coup.

" T'es gentil mon chou, mais si tu me propose un valse, c'est non merci. Puis si tu veux bien me rendre ma taille ce serait gentil ... Puis bon, ce gars j'l'aime pas, j'le sens pas, il est louche. (Je rajoute encore plus bas,) et sache que je ne suis jamais calme..."

J’enlève son bras de ma taille à l’aide de ma main froide, j’appuie mes fesses sur la table derrière moi, mais je garde ma main dans la sienne. J’aime bien le contact, savoir qu’il est bien là, à côté de moi. Ça a quelque chose de rassurant… Je passe une main dans ma nuque avant d’entendre la voix de l’autre Milicien me parler.

« Bah alors jolie Clare, tu as un garde du corps ? T’aurais pas pu faire un meilleur un choix ? Moi aussi je veux bien te peloter, puis si c’est moi ton protecteur, t’auras moins de punitions, et ça me paraît logique d’écouter un gars de la Milice, plutôt que…. Ça »

Bouche bée, je retire ma main de celle de Dany. Je serre les doigts, les faisant craquer, et en m’approchant de lui je prends l’un des carafes en métal, pleine d’eau froide. Mes pieds se traînent vers le Miliciens que mes yeux mitraillent. Son teint pâlit et derrière moi se trouve Daniel que j’ai laissé en plan derrière. Arrivée devant le blocard, je le regarde dans les yeux avant de cracher sur sa chaussure. Provocatrice ? Moi ? Jamais voyons !

« Écoute tocard, je vais pas passer par quatre chemin : Primo, c’est pas un garde du corps, c’est ce que tu n’as pas, tu sais, des « amis » (même si on n’est pas vraiment des amis, vu qu’on vient de se rencontrer). Deuxièmement, la main avec laquelle tu veux me tripoter, tu peux te la mettre dans le cul, car la réponse et « jamais de la vie ». Et pour finir, c’est bien plus drôle de ne pas toujours suivre les lois. »

Sur cette remarque intelligente, je l’assomme avec un coup de carafe, enfin c'est ce que je voulais, mais une main me retient par le poignet. Je me retourne vers le brun, le regard foudroyant. Le ricanement du Milicien dans mon dos me transperce les tympans et je grogne en retour.



Let me hit him
(c) ystananas


Dernière édition par Clare Brett le Dim 21 Déc - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 14 Déc - 19:51


Auxilium tuum, et gratias tibi aget.
FT. Clare BRETT




Daniel sentit la fille desserrer le poing. Puis elle dit :

- T’es gentil mon chou, mais si tu me proposes une valse, c’est non merci. (Daniel eut un sourire, ne prêtant pas attention au « mon chou ».) Puis si tu veux bien me rendre ma taille ce serait gentil… Puis bon, ce gars j’l’aime pas, j’le sens pas, il est louche. (Il fronça les sourcils, regardant le Milicien.) Et sache que je ne suis jamais calme…

Elle retira son bras, faisant frissonner le Sarcleur ; sa main était froide, presque gelée. Elle s’assit sur la table, gardant sa main dans la sienne. Il aimait bien ce contact. Il avait quelque chose de… familier.

Daniel sentit son cœur s’accélérer. Un souvenir ? Non, non, non ! Pas de souvenirs ! Il… il ne voulait pas se souvenir. Mais pourquoi il ne voulait pas ? Il voyait tous ses gens qui essayaient de se souvenir, et… Et ça lui faisait peur. Une voix interrompue ses pensées.

- Bah alors jolie Clare, tu as un garde du corps ? T’aurais pas pu faire un meilleur choix ? Moi aussi je veux bien te peloter, puis si c’est moi ton protecteur, t’auras moins de punitions, et ça me paraît logique d’écouter un gars de la Milice, plutôt que… Ça.

Clare retira sa main, avant de serrer les doigts. Quant à Daniel… Son regard s’était assombri. Ça ne lui faisait rien qu’on l’insulte, mais là… ce tocard insultait le groupe des Sarcleurs. Il n’eut pas le temps de comprendre ce qu’il se passait que ses ongles se plantaient dans la table en bois, traçant cinq lignes parfaitement droites. C’est bon, il avait défiguré une table. Puis le Sarcleur vit Clare prendre une carafe et cracher sur la chaussure du Milicien.

- Ecoute tocard, je vais pas passer par quatre chemins : Primo, c’est pas un garde du corps, c’est ce que tu n’as pas, tu sais, des « amis ». (Daniel entrouvrit la bouche.) Deuxièmement, la main avec laquelle tu veux me tripoter, tu peux te la mettre dans le cul, car la réponse est « jamais de la vie ». Et pour finir, c’est bien plus drôle de ne pas toujours suivre les lois.

Puis elle essaya de l’assommer d’un coup de carafe. Daniel eut juste le temps de prendre son poignet, alors qu’elle se retournait pour lui lancer un regard noir. Le Milicien ricana, tandis qu’il haussa un sourcil, pas du tout impressionné. C’est pourquoi il la prit de nouveau par la taille, l’emmenant à l’autre bout du Réfectoire. Il posa ensuite ses mains sur ses épaules, se baissant à sa hauteur.

- J’avoue que cet abruti le méritait, mais… Tu es folle, ou quoi ?! murmura t-il, serrant les dents. Si jamais il prévient la Milice, tu… tu… (Il ne trouvait plus ses mots.) Tu risques le gnouf, murmura t-il.

Il savait que Clare s’en fichait pas mal. Mais bon, il s’inquiétait pour elle. C’était plus fort que lui.




FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Daniel Springs le Dim 21 Déc - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 16 Déc - 15:22


Daniel Springs

ft. Clare

Auxilium tuum, et gratias tibi aget
Je rêverai de pouvoir enfin fracasser le crâne de ce foutu Milicien, de voir le sang gicler sur mes mains et sur le mur. Mais voyons, je ne suis que douceur, amour et élégance, je ne ferais de mal à personne. Je suis calme, très calme. Je suis gentille, très gentille et ... eh !

Je sens une main se resserrer sur sa taille et j’ai une sorte de petit sursaut et m’amène à l’autre bout de la pièce, sa main toujours sur ma taille, presque en courant. Une fois contre une table, il pose ses mains sur mes épaules, plongeant son regard dans le mien et se baissant à ma hauteur, ce qui m’énerve un peu. Je ne suis pas petite ! Je fronce mon petit nez, aussi dédaigneuse que je puisse l’être.

- J’avoue que c’était plutôt bien joué et que cet abruti le méritait, mais… Tu es folle, ou quoi ?! Murmure t-il, serrant les dents. Si jamais il prévient la Milice, tu… tu… Tu risques le gnouf

Je rigole, puis lui donne un coup dans l’épaule en lui tirant la langue et haussant les épaules.

«  Sachez monsieur, que le Gnouf est ma deuxième maison, j’y suis tranquille là-bas. (Je rapproche mes lèvres de son oreille, ma joue frôlant la sienne) Tu sais, j’apprécie le geste hein, je ne dis pas non, mais j’ai pas besoin qu’on s’inquiète pour moi… »

Je me recule pour le regarder en souriant, croisant les bras. J’attrape ma masse de cheveux noirs d’encre et je les tresses, continuant de soutenir le regard de Dany. Une fois la tresse bien faite et bien serrée, je me l’attache en une sorte de couronne sur le devant de mon cuir chevelu. Je le regarde directement dans les yeux, de l’affection dans le regard.

On ne va pas ce mentir, ce tocard est carrément craquant et je ne dirais clairement pas non pour en faire mon quatre heure. Je pose l’une de mes mains sur mes hanches, j’attrape son col de l’autre main, rapprochant nos deux visages, un sourire mauvais au lèvres.

« Garde ta main sur ma taille et je ne te promets pas de ne rien essayer de sexuel avec toi… »



Let me hit him
(c) ystananas


Spoiler:
 


Dernière édition par Clare Brett le Dim 21 Déc - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 19 Déc - 15:32


Auxilium tuum, et gratias tibi aget.
FT. Clare BRETT




Clare fronça le nez lorsque Daniel se baissa à sa hauteur. Bon, elle n’était pas spécialement petite, mais il préférait lui parler de cette manière. Puis elle se mit à rigoler, lui donnant un petit coup dans l’épaule ; le Sarcleur haussa un sourcil lorsqu’elle lui tira la langue en haussant les épaules.

- Sachez monsieur, que le gnouf est ma deuxième maison, j’y suis tranquille là-bas. (Elle rapprocha ses lèvres de son oreille, sa joue frôlant celle de Daniel. Ses joues se colorèrent d’une jolie teinte rose.) Tu sais, j’apprécie le geste hein, je ne dis pas non, mais j’ai pas besoin qu’on s’inquiète pour moi…

Il ne pouvait pas s’en empêcher, pourtant. C’est ce qu’il aurait aimé dire ; qu’il voulait la protéger, même si il ne savait pas pourquoi. Clare se recula en souriant, croisant les bras. Elle semblait assez rebelle.

Daniel eut un petit sourire en coin, la trouvant marrante. Elle attrapa ensuite ses cheveux pour faire une tresse, avant de l’attacher en une sorte de couronne sur le devant de son cuir chevelu. Pendant tout ce temps, il l’observa attentivement. Il aimait la voir active, immobile elle semblait… Morte. « Tu es tellement joyeux… » pensa t-il, ironique envers lui-même.

Il allait continuer de déchiffrer ses pensées lorsque Clare mit sa main sur sa hanche, attrapant son col de l’autre. Daniel se retrouva nez à nez devant la jeune fille, aussi rose que jamais. Des frissons le parcoururent lorsqu’il vit le sourire mauvais de son « amie ».

- Garde ta main sur ma taille et je ne te promets pas de ne rien essayer de sexuel avec toi…

Son visage vira au rouge coquelicot, alors que sa bouche s’entrouvrait sous la surprise. Il n’arrivait même pas à se dégager ; ses membres semblaient tous engourdis.

- Euh… Et bien…, bafouilla t-il. Merci… Enfin, je crois.

Il posa sa main sur celle de Clare et l’obligea en douceur à détacher ses doigts de son col. Il lui lança un sourire et remit une de ses mèches derrière son oreille. Puis, comme elle quelques minutes auparavant, il approcha ses lèvres de son oreille, murmurant :

- Tu ne devrais pas dire ce genre de chose à haute voix. Des gens malintentionnés pourraient t’entendre ; il serait regrettable… (Il regarda de nouveau Clare dans les yeux.) … de gâcher un si joli minois. Surtout pour des choses aussi futiles que le sexe.

Daniel passa sa main sur sa nuque, attendant de voir la réaction de la jeune fille. Il avait seulement dit ce qu’il pensait ; et il allait encore dire ce qu’il pensait, avant qu’elle ne puisse dire autre chose. Le Sarcleur rapprocha sa tête de celle de Clare, haussant un petit sourcil moqueur.

- Pourquoi m’as-tu proposé ça ? Tu voulais m’embrasser ?




FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 19 Déc - 20:03


Daniel Springs

ft. Clare

Auxilium tuum, et gratias tibi aget
C’est ce que j’aime le plus en faisant connaissance, mettre mon interlocuteur le plus mal à l’aise possible, de le faire changer de couleur pour le rouge pivoine le plus pur et le plus nette possible sur un visage. C’en est presque une habitude dans mes discussions. Sauf avec Jude, mais il est impossible de gêner ce psychopathe, enfin je pense. Peut-être que si ? En tout cas, si j’y arrive, je fête ça et bien.

Pendant que je me disais ça, mes yeux se perdent dans le vague et je me mords la lèvre inférieure, ma main toujours crispée sur son col. Je reviens subitement à moi quand Dany change d’un coup de couleur pour le rouge que j’ai tant espéré voir un jour chez un pauvre petit Blocard que je viens embêter, rien que pour voir cette vive couleur sur les joues d’un de ces jeunes hommes elle ferait n’importe quoi (même se mettre nue). Il entrouvre la bouche avec un air de surprise s’étalant sur son visage. Vraiment à croquer. Un air victorieux, ainsi que le sourire qui va avec, prend doucement place en moi.

Après avoir bafouillé une sorte de remerciement, il dirige l’une de ses mains à son col, pour enlever ma main, mais gentiment, et ce geste sans aucune once de brutalité ou de dégoût, ce qui me fait sourire. Non pas pour me moquer de lui, mais pour sourire, juste ça me demande beaucoup d’effort pendant cette histoire avec notre maton en chef… Il me sourit avant, remettant une de mes mèches derrière mon oreille, m’arrachant un frisson, de glisser ses lèvres jusqu’à mon oreille, me faisant frissonner, encore…

- Tu ne devrais pas dire ce genre de chose à haute voix. Des gens malintentionnés pourraient t’entendre ; il serait regrettable… (Il me regarde de nouveau dans les yeux.) … de gâcher un si joli minois. Surtout pour des choses aussi futiles que le sexe.

J’entrouvre la bouche, presque indignée de sa réponse. Le sexe ? Futile ? Voyons, tu me prends pour qui là ? Une libertine ? Je ne le propose pas à tout le monde, juste les gars mignons, voir plus que ça. Au lieu de dire ce que je pense, je me mords la langue pour me taire tout en le regardant se redresser à peine. Je vais pour répliquer quand soudainement il se rapproche, non nez presque collés et un sourcil haussé d’un air moqueur.

- Pourquoi m’as-tu proposé ça ? Tu voulais m’embrasser ?

Mes joues se teinte légèrement d’un rose clair, perceptible seulement pour les personnes me connaissant et ceux qui savent observer (surtout quand leurs yeux sont presque collés à mes pommettes). Je reprends mon air moqueur et mon sourire narquois.

- Evidemment, qui ne voudrait donc pas ?

Je rigole franchement en me tenant les cotes, ma tête se bascule en avant, collant malencontreusement mon front au sien, avant de sursauter en arrière de mon geste déplacé. Je tripote nerveusement une mèche devant mon oreille avant de la mettre derrière en souriant un peu gênée.

- Non, pour dire vrai, c’est juste pour t’embêter et te gêner.

Je baisse la tête en rougissant violemment.


Let me hit him
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Auxilium tuum, et gratias tibi aget. [Clare Brett / Daniel Springs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ♚ What I think of me? Easy. I am perfect. ♚ (k-e. "brett" edison)
» brifing mission avec Daniel/nyphus
» LAKAY rive kay a Manman (VOX IN AFRICA)
» Pas de retraite pour Alfredsson
» Une soirée pour oublier ? (pv Daniel) -16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-