Partagez

Locked in paradise Feat. Allya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageLun 12 Jan - 7:25

We need to fetch back the time


Si le monde est petit, le bloc est minuscule.

Y’a pas a dire.

Hier soir, j’étais parmi les bâtisseur, à réparer la tour de guet, ennuyé, un peu inquiet. C’est con, c’est comme ça. Mon instinct est manuel et mon corps, énergique. Je courrais partout, grimperais les mûrs du labyrinthe et nous sortirais tous d’ici. Si je n’étais pas… Comme ça. Si je n’étais pas si fragile. A chaque fois que j’y pense, je serre les poings. Penser a autre chose. Le monde m’entour et je ne peux en profiter. Penser a autre chose. Enfermés comme du bétail, sans moyen de sortie. Penser à autre chose.

Bref. Ma journée fut rude et mes pauses, brèves. J’étais bien, j’étais épuisé alors que le soleil se couchait a peine. Mes ecchymoses ne me hantaient pas. Aucun nouveau à former, je m’occupe tout de même. Et je m’endors au fond du champs, a l’orée de la forêt, à l’abris du feuillage ombrageux. Tout va bien, tout est beau, tout est paisible. Le sommeil règne et les cris des griffeurs ne me réveillent même pas. Ma torpeur est profonde et confortable.

Puis, on m’y arrache. Les rayons du soleil n’ont même pas atteint les parois du labyrinthe que je suis débout, étourdis, engourdis. On me demande d’aller chercher des poches de légumes pour les cuistots, pour les déjeuner. Je grogne, obéit et ne rêve que de mon coin confortable. Ou une douche. Une douche, ça serait pas mal. Des poches de pommes de terres dans les bras, je les emmène vers le garde-manger, admire les premières lueurs du jour réveiller tranquillement le bloc. Tant pis pour la fatigue, j’ai cette envie de courir qui me reprend. C’est vers ces heures là qu’on partait, avant. Bientôt les portes s’ouvriront et les coureurs feront leur boulot. Et je reste là. Grognement nouveau, je balance le poids de la poche sur un autre bras, marche d’un pas décidé. Vivement un nouveau. Un nouveau positif, un nouveau a former! Un nouveau qui pendant un temps, aura une… Une sorte de fougue contagieuse.

Puis nous irons dans le labyrinthe. C’est la pire et la meilleure partie en même temps. J’ai envie d’y aller, j’ai l’impression que ma place y est à chaque fois que mon regard s’attarde sur le long couloir de la porte Ouest, ou même la porte sud. J’ai envie d’y aller en entendant ces mûrs bouger. Changer.

Et ensuite..

Ensuite, j’entends les griffeurs, je me rappel ceux qui maintenant ne sont plus. Je me rappel le sérieux de tout ça, les attraits et les horreurs que cet endroit apporte. C’es beau de vouloir voir, mais il faut entrer et surtout, rentrer. Ne pas se perdre, prendre le risque de disparaître.

Mourir.

C’est arrivé, ça arrivera a nouveau.

Perdu dans mes pensées, j’heurte presque la porte du garde a manger, doit reculer et déployer efforts considérables pour tenir la grosse poche de pommes de terre d’un bras, ouvrant celle de mon bras libre.

Il fait noir, là dedans. C’est plus gros qu’on pourrait croire, on peut y entre, y marcher et presque y courir. Y’a des étagères le long des mûrs, six? Huit? Difficile a dire vu les ténèbres qui y règnent. J’en ai marre. Je me dirige vers l’étagère la plus proche pour y déposer la poche.

Grincement. Cliquetis.

Je me fige, me retourne. La porte est fermée, il n’y a personne. La porte est fermée. Et merde. La porte est fermée.

Je m’en approche, agrippe la poignée avec ma main. Ça coince. Oh non. Je tire, pousse, essaie de forcer. Rien ne bouge. Oh non oh non. Ma clef est dans la serrure… De l’autre côté. Je suis prisonnier d’un garde-manger.

Soupire. Quelqu’un viendra bien me sortir de là. Je me retourne, m’adosse a la porte pour soupirer un bon coup, laisser glisser mon dos sur la façade de bois jusqu’à me retrouver assis. Un bruit.

Mes yeux s’ouvrent, scrute la pénombre qui se fait de moins en moins opaque. Il y a quelqu’un, juste là. Depuis quand elle est là? Quand est-elle rentrée? A-t-elle eu le malheur de refermer la porte derrière elle en entrant? D’un bond je suis debout. Et là lumière saisi mes yeux.

Cette cascade châtaine, ces boucles et ces yeux marrons. Ces yeux marrons. Tu y as plongé les tiens un certain nombre de fois, je les connais. Regard vif comme jamais, son nom résonne dans ta tête entre deux secondes.

C’est Allya.

Qu’est-ce qu’elle fait ici? Elle est venue voler? Ça serait presque normal, qui ne le fait pas de ces jours si. Les récoltes sont meilleures de jours en jours et la communauté se structure. C’est bon signe. Avec ça viennent bien évidemment quelques… rébellions. Je suis de ceux qui pillent cet endroit a l’occasion. A l’occasion comme celle-ci. N’allez pas croire que je me laisse réveiller aux petites heures pour faire le boulot des cuistots si je n’y étais pas un minimum gagnant! Ils ne s’en rendront pas compte.

En attendant, elle se tient devant moi, celle que je soupçonne d’avoir cette même malice que moi. Elle m’a montré ce qu’était le bloc, moi qui aujourd’hui, suis celui qui l’enseigne aux nouveaux. C’est presque une hiérarchie. Mais Allya, c’était aussi une amie avec qui courir a été agréable. Et rendre le labyrinthe agréable, c’est un exploit.

Mais voilà plusieurs mois que nous ne nous sommes pas adressé la parole. Les… circonstances.

«T’es venu piller chez les cuistots, gamine

Sourire espiègle, un peu défiant. Quoi dire de plus? Quoi de neuf? Nous vivons la même vie au même endroit. Rien de neuf. Le labyrinthe est trop gros, trop fort. On a beau y courir, on y trouve rien.

Mais c’est des gens comme elle, qu’il nous faut. Enfin… Supposons qu’on puisse faire quelque chose. L’appeler Gamine, c’est une manière de la narguer. Je suis plus grand, plus vieux malgré son rang d’aînée au bloc. Malgré le fait qu’elle m’y a intégrée.
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 18 Jan - 13:20

Locked in paradise
Alaska & Allya



Je ne m'attendais pas à le croiser. Et maintenant je reste là, devant lui, médusée sans bouger d'un pouce, enfermée dans le Garde manger. Alors que je pourrais je ne sais pas moi, en profiter!

Au départ, j'avais faim. Je venais de sortir du labyrinthe, mon estomac me criant de trouver à manger et de partir du bloc. Comme tous les jours en somme. A chaque fois c'est la même chose pour que je me retrouve ici, à voler. On a pas d'autre choix en même temps si on veut manger et ne pas rester le ventre vide toute la journée. Avant, je voyais certains, aussi maigres que des clous s'évanouir en plein travail à cause du trop peu de ration que l'on nous servait. Tous le monde avait faim. Mais moi je me bougeais et je risquais ma peau pour me procurer de quoi me nourrir, alors que eux gémissaient mais n'agissaient en aucun cas. Bon je sais que c'était assez égoïste de ma part mais je ne comprenais pas, et leurs instincts de survie dans tous cela? Parce qu'on est des humains tout de même, des prédateurs et lorsque l'on veut quelque chose, on fait tout pour l'avoir. Enfin ça, c'était les jours sombres.

Mais en ce moment, ça va mieux, les récoltes deviennent plus nombreuses et on s'organise de mieux en mieux. Alors, je pille. Je vole. Je dérobe. Et je me fais plaisir!

Il y avait une fille avant, toute frêle et toute petite qui trottinait de temps à autres. Je m'étais prise d'affection pour elle et remarquant sa pâleur, et sa maigreur, j'avais décidé que la nourriture que je prendrait, se serait pour elle.
Malheureusement ça n'a pas suffit et même si j'avais tout fait pour qu'elle mange à sa faim, elle s'est retrouvée à l'infirmerie, puis au terminus. Je n'ai remarqué qu'après que la nourriture que je lui procurait était toujours là, dans un petit sac de toile près d'elle. Elle ne voulait pas gâcher ces provisions pour le voyage. Elle y croyait dur comme fer à la sortie, mais elle est partie à présent et nous ne l'avons toujours pas trouvée. Mais nous cherchons toujours, je n'arrêterais pas tant que je ne l'aurais pas trouvée. Il y a une issue, j'en suis sûre! Et dans ce foutu labyrinthe!

Mais je suis toujours là, dans le Garde-Manger, face à lui. Face à Alaska. Je me souviens la dernière fois que nous nous sommes parlés, c'était pour nous lancer des piques Mais au fond moi je l'aime bien cet entraîneur, malgré nos deux caractères totalement opposés. Et puis courir avec lui je trouvais ça sympa, agréable même et je suis sûre que pour lui c'était pareil.  

Et puis, même si je ne veux pas l'avouer, il m'a manqué ces derniers mois. avec Jonas et tout ce qui est arrivé...j'aurais préféré qu'il soit près de moi.

-T’es venu piller chez les cuistots, gamine?

Alaska esquisse un sourire espiègle, un sourire défiant. Je le lui renvoie avant de rétorquer d'un ton provocateur.

- Pourquoi? J'aurais plutôt dit que c'était toi le voleur, avec ton gros sac de pommes de terre!

Je m'arrête un instant, mon visage s'épanoui et je vois un éclat de malice dans ses yeux. Je hausse lentement les sourcils, tandis qu'un rire s'échappe doucement de mes lèvres sèches par la chaleur. Autant s'amuser, puisqu'on est tous les deux coincés ici!


Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 24 Jan - 21:09

We need to fetch back the time


C’est vrai, après tout, peut-être m’a-t-elle manquée. Un peu. Il m’est arrivé de penser a elle, ça, là, entre deux siestes, entre deux séances d’entraînement. Ça et là, un peu plus souvent que ce que j’aimerais me rappeler. On a couru ensemble, c’était agréable, aussi agréable que courir pouvait être. On est rentré ensemble, essoufflés, a bout de force et rêvant de notre lit. Tout les deux. Et c’est maintenant qu’on se revoit, après avoir laissé le petit monde dans lequel on nous a jeté nous séparer. Mon sourire se maintient, se fait un peu plus franc. Maintenant on doit faire face a un ennemi commun qu’on a que trop rarement fui dans ces mûrs changeants et ces dédales de vignes. L’ennui. Combien de temps avant qu’on daigne se demander ou nous sommes passés? Combien de temps avant qu’on ne se demande ou elle est, elle? Elle devrait être aux portes a attendre qu’elles ne s’ouvrent a l’heure qu’il est! Et voilà qu’elle me reproche ma présence ici. Elle n’a pas changé. Je pique, elle riposte. A chaque mot, la nostalgie m’étreint un peu plus et me voilà, luttant pour ne rien laisser paraître. Ce sac ce fait lourd. D’un geste vif et pourtant transpirant l’indifférence, je le laisse tomber d’un coup au sol, a mes pieds, gardant mon regard au sourire imprégné d’arrogance et… d’amusement aux lèvres. Un bref gloussement s’échappe d’entre mes lèvres.

«Bien vu. Mais moi, j’ai un alibi.»

Après tout, on m’a VRAIMENT demandé de venir porter ce gros sac ici. Mais je commence a me poser de sérieuses questions sur le temps qu’on risque de passer ici. Les cuistots se sont depuis longtemps mis a leur tâche et le matériel nécessaire au petit déjeuner est déjà sorti. Ça pourrait prendre des heures. Mon sourire disparaît sur le coup. Je l’aime bien, Allya. Mais rester enfermé des heures avec elle…

Autant en profiter.

Mes pas me mènent vers l’étagère la plus proche ou repose diverses cannes et je laisse mon doigt planer au dessus de chacune d’elles.

«Pas question que je me prive du petit-dej’ parce que TU nous as enfermés là-dedans.»

Ma main agrippe une canne de pêche que je fais jongler de mains en mains en allant m’asseoir contre le mûr derrière elle. Grognement. Bon, et je l’ouvre comment, maintenant?

«Dis, t’as un couteau?»

Sait-on jamais!

Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 25 Jan - 21:55

Locked in paradise
Alaska & Allya



Je suis entourée de tellement de nourriture que j'en ai le tournis. Au moins nous n'allons pas mourir de faim, enfermés entre ces quatre murs.
Je regarde Alaska poser son gros sac de pommes de terre d'un air indifférent. j'esquisse un sourire malicieux, un sourire qui n'apparaît qu'en sa présence puis m’assois par terre, à côté des diverses fruits présents dans le garde-manger. Si j'ai faim, je sais où piocher. Je n'ai qu'à tendre la main pour saisir n'importe quel aliment de la réserve.
Je lutte doucement contre l'ennui, assise et la tête posée sur le sac qu'il a lâché quelques minutes plus tôt. Il s'est passé tellement de choses depuis notre dernière discussion. Des bonnes comme des mauvaises à vrai dire. Il m'a manqué, oui on peut le dire mais je ne pensais pas énormément à lui. Entre les griffeurs et les attaques dans le labyrinthe ainsi que le événements passés, mon esprit était bien assez préoccupé pour en plus penser à lui. Mais oui, dans un sens, nos escapades dans le dédale et nos discussions m'aidaient à surmonter les problèmes du bloc. Jusqu'à ce que notre relation devienne trop...monotone et que nous finissions par nous énerver l'un sur l'autre en permanence. Chacune de nos discussions terminait en dispute alors que la cause même de cette dispute était minime. Nos caractères conviennent pourtant, simplement la routine nous a séparé.

Enfin la routine et plein de choses accumulées. Mais à présent nous sommes tous les deux, et je pense quo'n va le rester encore longtemps. Quelques heures au moins.

-Pas question que je me prive du petit-dej’ parce que TU nous as enfermés là-dedans, lance Alaska en attrapant une canne de pêche.

J'esquisse un sourire, il compte l'ouvrir comment? Je plonge ma main dans ma poche, et je sens ma dague récemment obtenue. J'attends qu'il me le demande tout en croquant dans une pomme. Mais je lui réponds entre eux bouchées:

- Comment ça, je nous ai enfermé là dedans? Si t'étais pas venus ici t'aurais pas été enfermé je te signale!

Après lui avoir rétorqué cela, j'écoute sa réponse et il finit par me demander:

-Dis, t’as un couteau?

J'éclate de rire avant de lui tendre mon arme.

- Evidemment, je ne me sépare jamais de ça. Surtout lorsque c'est pour piquer de la nourriture en cuisine. T'es vraiment un amateur toi!

Nous sommes repartis comme avant.
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Locked in paradise Feat. Allya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]
» Obsession Maléfique (feat. Iris)
» En parlant du loup... feat. Ariana R. Collins
» "Fly away" || feat Talasi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-