Partagez

[Fascina Sangster & Heather A. Logan] Immune VS Fondue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageJeu 15 Jan - 19:52



Une chose à s'envier ?

Heather & Fascina



Ne m'oublies pas... Surtout souviens toi, n'oublies rien, restes toi...


Heather se réveille dans un sursaut, toute tremblante. Elle transpire et retire rapidement cette vieille couverture qu'elle traîne depuis maintenant... bien longtemps. Le seul souvenir qu'elle est de chez elle en fait, sa couverture, avec ses initiales inscrites dessus.

Armand : Heather, des gens arrivent, on doit partir.


Rapidement la jeune fille se leva, et commença à ranger ses affaires avec l'aide d'Armand, dans son sac rose. Oui, le sac aussi est une des rares chose qu'elle a prit de chez elle en plus de la couverture... Son sac de cours, avec des mots inscrits dessus de ses camarades de l'Université, des mots qui lui rappelle qui elle est, et que la folie ne doit en aucun cas l'entraîner. Elle y fourra la couverture, une bouteille d'eau qu'elle avait sorti, le mit sur son dos et commença à courir. Où se trouvait-elle? Dans un vieux bâtiment en ruine de Chicago. Les ruines, elle les connaissait toutes, elles étaient mêmes devenues sa nouvelle maison... Alors se cacher, ça serait facile pour elle.

Mais qui devait-elle fuir? Elle ne savait pas, et elle ne le demanderait pas à Armand. Si il voulait lui dire, il lui dirait, elle ne voulait pas parler, ni même réfléchir. Car oui, si Anna arrivait si bien à résister à la Braise, c'était surement grâce à sa Schizophrénie... Ses 5 hallucinations lui permettaient de réfléchir à sa place, et ainsi sa partie du cerveau infecté bloquait l'évolution du virus.

Courant rapidement, se glissant entre les murs pour passer d'un endroit à un autre, montant et descendent des escaliers, c'est finalement au dernier étage que la demoiselle s'arrêta. Aller sur le toit était trop dangereux, et jamais elle ne descendrait dans les sous-sols... Il était plus facile de survivre et semer des hommes à bulles plutôt que ces boules de métal trop étranges... Heather se cacha entre deux murs, un endroit si fin qu'elle eu du mal à entrer, mais au moins personne ne viendrait la chercher ici. Il fallait juste que ces inconnus ne montent pas jusqu'ici... Armand la poussa, histoire qu'elle rentre bien, et cacha son sac un peu plus loin avant de se poster devant l'entrer. Oui, Armand serait invisible aux yeux des autres, alors il pourrait facilement la prévenir quand elle pourrait sortir de sa cachette.


© Loukoum

Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 25 Jan - 16:27

Avons-nous réellement quelque chose à s'envier ?


Je marche la chaleur commence réellement à m'emporter dans une fatigue étouffante. J'aimerais tellement avoir de la compagnie. C'est ignoble d'être seule dans un endroit pareil. J'ai besoin de quelqu'un avec qui je pourrais parler. Quoi que... j'ai l'impression que si je rencontre quelqu'un je lui donnerais mon entière confiance, et ce serrait une grave erreur. Qui pourrais-je rencontrer ? N'importe qui. Or on ne peut pas mettre sa confiance en n'importe qui.
A quoi ça me sert de parler d'une personne alors que depuis un temps fou je ne rencontre personne ? A me donner du courage peut-être... Surement pour me rassurer, me dire que je pourrais faire des rencontres qui me donneraient l'envie d'avancer. Et je me répète, me répète indéfiniment. Je crois que c'est une façon de me parler à moi même, de faire de moi plusieurs personnes pour me soutenir... C'est... bizarre.

Il fait très très chaud. Je crois que je ne vais pas tenir longtemps. Le silence s'était fait omniprésent jusque là, mais j'entends des bruits de pas. On dirait quelqu'un qui gravit des escaliers... Je ne vais pas encore m'enfuir, j'en ai marre de m'enfuir constamment. Je vais affronter cette personne, et on verra bien ce qui m'arrive ! De toute manière à quoi ça sert ? Je continue à marcher sans but -survivre- depuis des semaines ! Que je meurs, que je ne meurs pas, ça sera la même.
Le bruit provient -heureusement- de la ruine d'un vieux bâtiment juste en face de moi. Je m'avance. Le bâtiment s'étend sur plusieurs étages. Je vois une chevelure brune qui court jusqu'au dernier étage et je décide d'y aller. La silhouette que j'ai aperçu était très féminine. J'espère que mon intuition est exacte. Même si les filles sont souvent plus dangereuses que les hommes, une compagnie féminine me rassurera, je ne sais pas trop pourquoi.
Je gravit les escalier, et plus je monte, moins j'entends de bruit. Je suppose que la demoiselle a entendu et senti ma présence.
J'arrive à présent au dernier étage, je m'arrête, déchire un bout de mon pantalon et l'enroule autour de mon bras, je me suis égratignée contre le mur donc je recouvre la petite plaie. Je m'avance donc et je vois un trou dans le mur.
Je m'approche de plus en plus près.
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 31 Jan - 15:16


Une chose à s'envier ?
Heather & Fascina




Des bruits de pas... des pas qui avancent de plus en plus, presque méfiants... Oui, ça aurait été des infectés, les pas n'auraient pas été ainsi, ils auraient été plus... lourd, et bougeant dans tous les sens, renversant tout ce qu'ils trouvaient sur leur passage. Alors la personne qui l'avait suivit n'était pas un infecté. Était-ce une bonne nouvelle? Quand on sait qu'Heather... en est-une et que les autres survivants veulent sa peau? Non, ce n'est pas une bonne nouvelle, c'est même la pire nouvelle qui soit!

Les pas se rapprochent de plus en plus, encore plus près de l'endroit où elle est cachée, et là la voix d'Armand lui fait comprendre qu'elle est en danger!

Armand : Sort de là Heather, vite!


La brune s'élance en dehors de sa cachette, son sac dans une main, et poussa violemment l'autre personne qui arrivait à sa cachette, pour aller se poster près de la sortie. Elle s'arrête net dans sa course, s'empara d'une brique sur le mur, et se retourne pour observer la personne qui se tenait là. Après tout, c'était peut-être Stephen qu'elle venait de bousculer non?

Armand : Heather ne reste pas là, je t'en supplies, fuit!


Oubliant son hallucination, Anna se retourne et... observe la femme qui se trouve maintenant à moitié sur le sol. Ben oui, il faut dire que la force d'une infectée est quelque peu... décuplée! Non? Ah ben non, ce n'était pas ça... Juste que l'effet de surprise et un boulet brun qui vous arrive dessus ça... déstabilise.

Comprenant alors que son fiancé n'était pas là, la Logan laissa tomber la pierre dans un bruit sourd et tourna les talons. Elle n'avait pas de temps à perdre avec des gens comme cette femme bien que...

Elle descendit quelques marches, puis remonta presque en courant. Cette femme l'intriguée, et malgré Armand qui lui criait dans les oreilles qu'elle devait fuir, elle restait là...

Blaise apparu aux côtés de la jeune femme, cette femme qui semblait ne pas être infectée, et lui tourna autour, la détaillant de haut en bas.

Blaise : Elle ne semble pas atteinte par la Braise, la chance. Tu aimerais la tuer Heather pour avoir son sang non? Imagines, Stephen et toi réunit! Allez, tues la!


L'infectée se pencha, ramassant à nouveau la pierre qu'elle avait laissé tombée, et posa un regard presque meurtrier sur l'autre femme. Allait-elle vraiment la tuer? Boire son sang ou lui manger sa chair? Elle resterait infectée... Rien ne pourrait la sauver.

© Loukoum

Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 18 Fév - 15:36

Une menace instable


"Boum !" Ça c'est le bruit sourd de ma chute qui se fait entendre. Je m'étale sur le sol, la tête la première. Je me relève un peu, me mets sur les genoux et réalise ce qui viens de se passer: la silhouette que j'avais vue était bel et bien celle d'une jeune femme, très belle d'ailleurs. Brune aux yeux marrons, un visage très fin et une allure perdue, presque fragile. Elle avait comme paniqué en me voyant arriver. Je m'étais beaucoup trop approchée de sa "cachette".
Elle avait couru, m'avait bousculé, et ma surprise avait accentué ma chute.
"Boum !" Ça c'est le bruit de la brique qu'elle tenait dans ses mains et qu'elle vient de laisser tomber sur le sol.
Elle me regarde, me dévisage puis tout à coup s'en va, dévale quelques marches puis s’arrête. Je ne la vois plus, je ne l'entends plus non-plus, et c'est ça qui m'indique, je pense, son arrêt soudain.
Je ne suis pas très rassurée, malgré son regard doux elle a l'air instable.
Tout à coup je réentends ses bruits de pas, et cette fois elle remonte les marches qu'elle venait de descendre. Elle se plante à la sortie des escaliers, me regarde à nouveau puis regarde autour de moi, comme si il y avait quelque chose, ou quelqu'un.
Moi, j'essaye de me relever. Je m'appuie sur mes bras, puis commence à mettre mes jambes devant moi, avant de me rasseoir à nouveau.
Je n'ose pas trop me lever. J'ai l'impression de l'intriguer, et avec sa vivacité j'ai peur de la faire fuir.
Elle ne bouge toujours pas, cette jeune femme à l'allure bondissante. Cependant, son regard passe du questionnement à la menace. Un air meurtrier vient à ses yeux.
Elle rattrape la brique-pierre, se rapproche de moi et me regarde toujours autant dans les yeux, les sourcils froncé, le regard toujours autant menaçant.
J'ai l'impression de voir tout de même une certaine faille dans le semblant de détermination qu'elle essaye de me transmettre par la peur.
D'ailleurs ça marche, j'ai peur. Très peur même. La peur de la mort... légitime non ?
Je recule, je recule par terre et je recule tellement vide que je ne sais pas ce qu'il y a derrière moi.
Un dernier "Boum !" se fait entendre mais cette fois c'est moi qui vient de me cogner contre le mur à force de reculer.
Je suis prise au piège, entre la demoiselle meurtrière et le mur de béton.
Quitte à faire un grand saut vers la mort, je ne me laisserai pas faire, c'est moi qui décide de ma fin, d'abord !
Je me lève mets mes mains vers elle, comme pour l'écarter de moi et dis: "Heu... Stop !" d'un air mal assurée, je ne sais pas quoi dire après tout...
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 4 Mar - 15:17


Une chose à s'envier ?
Heather & Fascina




Présent
Les traits doux d'Heather avaient totalement disparus, laissant place à cette femme qu'elle n'aimait pas être, cette femme infectée par la Braise qui la consume un peu plus chaque jour... Ses yeux virent quelque peu au noir, sa main se resserre sur la brique du mur, la fissurant presque. Bon... ce n'est peut-être pas parce qu'Anna est superwoman que la brique se fissure, juste parce qu'elle est trop vieille... il faut dire que plus personne ne l'entretient ce bâtiment...

Enfin bref, Heather continue d'avancer doucement vers la femme, son regard de plus en plus meurtrier à chaque pas, les veines de son bras gauche qui portait la pierre commençaient à ressortir tellement la pression était de plus en plus fort sur ce morceau de brique. La jeune femme venait de reculer, jusqu'au mur où Heather s'était cachée quelques secondes plus tôt. Finalement elle trouva le courage de se redresser, et mit ses deux mains en avant, comme ci deux mains allaient pouvoir la protéger d'une infectée...

Fascina : (...)


Stephen : Stop


La voix de Stephen avait fait écot à celle de cette femme, venant derrière elle. Mais Heather ne se retourna pas, Stephen elle savait que c'était une hallucination, c'était bien la seule hallucination qu'elle savait vraie. La brune se stoppa donc, puis ses bras se mirent à trembler, et elle tomba à genoux à quelques mètres de la femme. La brique? Elle l'avait lâchée... Des larmes commencèrent à couler le long de ses joues, et elle laissa tomber son sac à ses côtés. Elle glissa sa main dedans, en sortit un couteau et le planta dans sa cuisse!

Un cri de douleur se propagea dans toute la pièce, mais Heather s'en fichait. Se faire mal c'était se remettre les idées en place, alors c'était la seule solution, même si une simple piqûre aurait été mieux qu'un couteau en pleine cuisse.



© Loukoum


Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 23 Avr - 23:11

Une menace instable


A ma surprise, la jeune femme se stoppe. Elle lache la brique et tout à coup se met à genoux et pleure. Oui, des larmes coulent sur sa joue ! La culpabilité peut-être ? Etrange... Et tout à coup, alors que je suis distraite par les sanglots de la brunette, elle sort un couteau de son sac et le plante dans sa cuisse ! Elle pousse un cri de douleur effroyable qui me fais frissonner la colonne vertébrale ! Je me jette auprès d'elle, retire le couteau pendant que la jeune femme essaye de se débattre puis je recule. Je déchire machinalement un bout de mon pantalon et j'essaye tant bien que mal de l'enrouler autour de sa blessure.
Pourquoi a-t'elle fait ça ? Je ne sais pas. Mais j'ai envie de rester avec elle. Elle m'intrigue et me surprend. Et... je ne sais pas... Il y a un truc en elle que j'aimerai découvrir. Mais je ne pense pas qu'elle va m'accepter. Elle me regarde maintenant d'un air vague. Comme si j'étais absente. Comme si elle étais perdue dans ses pensées.
Maintenant que le couteau est à terre, je peux me rasseoir plus rassurée. Je me mets juste en face d'elle, assise en tailleur. Je la regarde dans les yeux. Ses cheveux lui donne un coté sauvage et fougueux, encore plus que son comportement. Elle est vraiment très belle. Malgré son attitude extremement imprévisible, j'ai envie d'avoir confiance en elle... c'est assez contradictoire comme sentiment. Je me décide à lui parler, espérant obtenir une réponse:
"Bon... Partons sur une meilleure base, d'accord ? Je m'appelle Fascina. Et toi ? Je ne veux pas te harceler de questions ne t'inquiètes pas... d'ailleurs si tu souhaites que je parte sur le champ je m'en vais, ça a l'air d'être TON coin ici." dis-je en regardant autour de moi et en essayant d'esquisser un sourire.
Elle ne me réponds pas... j'enchaîne un peu maladroitement:
"Excuse moi... pourquoi t'es-tu fais mal ? Tu m'as fais peur... Peur pour moi et pour toi..."
J'essuie mes mains pleines de sang sur mon pantalon et j'attends une réponse.
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 28 Avr - 10:27


Une chose à s'envier ?
Heather & Fascina




Présent
La jeune femme lui saute dessus et lui arrache le couteau des mains. La folie d'Heather veut qu'elle se débatte, mais finalement pas assez pour empêcher cette femme de lui panser sa blessure. Se laissant tomber en arrière, l'infectée attend quelques secondes, le regard rivé sur le plafond, quand une tête apparaît juste au dessus d'elle.

Armand : Allez Heather, arrêtes tes bêtises et redresses toi maintenant.


Isciane : Mais qu'est-ce qui t'es encore passé par la tête jeune fille? Si tu veux te tuer sautes donc par la fenêtre!


Hanna : Maman!


Aidée par Armand - ou s'aidant toute seule - Anna finit par s'asseoir, et pose son regard noisette sur la blonde qui se tient juste là, cette blonde qu'elle a faillit tuer il y a quelques secondes.

Fascina : (...) (...)


Parler, parler, parler, décidément les humains ne savent faire que ça! Mais si cette fille est là devant elle, et qu'elle parle autant, c'est qu'elle est une survivante, qu'elle est peut-être même une immune, et son sang pourrait... la sauver!

Heather... Tu devrais partir avant d'être infectée.


La Logan se redressa et lui tourna le dos avant de croiser les bras. De la jalousie... Que de la jalousie. C'est ce qu'elle ressentait quand elle en croisait... des survivants...

© Loukoum


Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 9 Mai - 16:56

Une menace instable


La seule impression que me donnait cette confrontation était le fait de l'embêter. Totalement... Je ne vois pas en quoi ! J'ai été polie... je l'ai aidé... elle ne voulait peut-être pas après tout... Elle me juge en tout cas je le sens ! Et je déteste être jugée... J'ai l'impression d'être une alien ou quelque chose du genre... En tout cas je suis sure que pour elle je suis une personne indésirable. Oui. Indésirable. C'est ça le mot.

"Tu devrais partir avant d'être infectée." Ses mots résonnaient dans ma tête. Cette jeune demoiselle était donc une fondue ! Voila donc la source de cette spontanéité maladive...
Elle me tourne le dos et elle croise les bras. Ca m'enerve ! Elle ne m'a à peine dit une phrase et elle me fait déjà la gueule...
Je vais "bouder", comme elle, et on verra qui capitulera ! Vu comme elle a l'air bornée et énervée j'ai l'impression qu'elle tiendra longtemps... Tant pis ! Toute manière je n'ai que ça a faire de mon temps... Personne ne m'attends.

Je la regarde, passe devant elle pour montrer ma présence et m'asseoit sur les marches en face d'elle, lui tournant le dos. Mes coudes sont sur mes genoux et ma tête est entre mes mains.

"Tu es décidée ? Tu souhaites que je m'en aille ?" c'est tout ce que je lui dis. J'attends une réaction.
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 29 Mai - 10:22


Une chose à s'envier ?
Heather & Fascina




Présent



La blonde lui passe devant et va s'asseoir dans les escaliers, à quelques pas d'elle. Si elle ne partait pas, c'est qu'elle pouvait donc survivre mais... pourquoi? Pourquoi rester à côté de quelqu'un qui pourrait vous tuer en deux secondes?

Blaise : Regardes moi cette gorge... Tu y planterais un couteau, elle ne sentirait rien du tout, et peut-être que tu arriverais à te créer une antidote pour te débarrasser de moi.


Fascina : (...)


(Américain) Fiches moi la paix!


Heather agite ses bras devant elle, chassant cet homme qui vient de disparaître et qui la hante encore et toujours. Si elle a entendu la jeune fille qui venait de lui parler? Absolument pas, elle ne sait même pas ce qu'elle lui a dit ou même demandé. Mais elle ne doit pas la laisser partir, ça c'est sur... Il faut dire qu'elle... n'a plus d'amis?

Stephen : Si tu ne la retiens pas, on ne se reverra jamais Heather...


(Américain) Restes...


Anna vient d'attraper le bras de Fascina, le serrant autant qu'elle le pouvait, les yeux remplis de larmes. Stephen... Est-ce qu'elle pourrait vraiment le lui amener? Est-ce qu'au moins il était en vie?

© Loukoum


Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 30 Mai - 19:34

Faut-il risquer sa vie à tout prix ?


Elle m'attrape le bras, les yeux emplies de larme... Qu'est-ce qu'elle a donc ?! Qu'est-ce que je suis censée faire !
Peut-être est-elle malade... malade ? Oui... La maladie. LA fameuse. Celle qui ronge le monde en ce moment même... si je reste trop près d'elle je pourrais peut-être être comme elle non ? Malade.
Mais si ça se trouve j'aimerai bien être malade... qui sait ? ça ferrait de moi quelque chose... de plus vivant ?
Car qui n'est plus vivant qu'une personne malade, ou mourante ?

...

Non. C'est ridicule. Je ne veux pas rester avec elle pour tomber malade... Mais je ne veux pas non plus m'éloigner d'elle pour ne pas être atteinte... Que suis-je censée faire ?

...

Déjà je ne dois plus parler. J'ai l'impression que mes paroles s'envolent comme des bulles d'eau qui éclatent dans le ciel à chaque fois que j'esquisse un mot. Elle n'aime pas parler, et apparemment n'aime pas écouter.
Ensuite il faut que j'arrive à lui faire faire stopper ses larmes... Ça me fend le cœur de la voir dans cette état, la jeune fille. Pourquoi pleure-t-elle ? Je n'ai rien fait de si spécial non ? Je culpabilise... J'ai l'impression d'être fautive.

Elle me tient toujours le bras, le regard vague. Je m’assoit, la forçant dans mon mouvement à s'asseoir aussi sur la marche. Je la regarde dans les yeux, le plus calmement possible. Je veux la rassurer, lui insuffler ma présence, lui "promettre" que je pourrais être là pour elle si elle le souhaite. Mais comment laisser transparaître autant de paroles dans un seul regard ? Je n'en ai aucune idée mais il faut bien que je tente ma chance.

Soudain, mon regard se porte sur quelque chose de brillant derrière la jeune femme. Quelque chose de long, de petit et de brillant... LE COUTEAU !

Si elle le reprend... elle peut s'attaquer à moi dans un élan de folie... mais serait-ce ma seule chance de lui transparaître un semblant de confiance en moi ?
Je lui prend la main, en mettant la mienne sur la sienne qui tiens mon bras. Je l'enlève et me lève. Je me dirige vers le couteau...

Arrivée devant le couteau je suis prise d'hésitation... Dois-je le jeter ? Je l’énerverais peut-être... Non je vais lui donner, et au pire si elle m'attaque ça fera de l'action !
J'attrape l'arme blanche, me rapproche de la jeune femme dont les larmes ont disparu et je lui tend la lame.
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 14 Juin - 17:24


Une chose à s'envier ?
Heather & Fascina




Présent



La jeune fille ne sembla plus parler, ni même se défaire de son emprise. Au contraire, elle se rassit, entraînant dans son action Heather qui, toujours cramponnée au bras de la demoiselle, venait de poser son fessier sur les marches.

Finalement, l'infectée se décida à la lâcher, et tenta tant bien que mal de ressuyer ses larmes. Isciane ne venait pas pour la réconforter, mais pourquoi? Elle avait besoin d'elle, besoin de sa grand-mère à ses côtés! Et pourtant la vielle femme ne voulait pas venir...

L'autre demoiselle finit par se lever. La Logan la détailla, se demandant si elle aurait été comme cette fille si elle n'avait pas été malade. Mais non, elle n'aurait pas été comme elle n'est-ce pas? Oui, elle aurait été dans les bras de Stephen, à l'autre bout du monde, loin de cette Braise qui ronge tous les humains... Est-ce une chance réelle de survivre dans ce monde? Autant crever... Comme ses parents l'avaient fait, la main dans la main, en laissant la chaise qui les retenait s'écrouler, et la corde se resserrer sur leur cou.

Un petit éclair de lumière ramena Heather à la réalité, et elle remarqua que la demoiselle venait de reprendre le couteau qu'elle avait utilisé il y avait maintenant quelques minutes. Couteau qu'elle lui tendait d'ailleurs mais... devait-on vraiment faire confiance à une infectée? Non, elle ne devrait pas, et pourtant... Anna reprit le couteau et le jeta sur son sac. Elle posa ses coudes sur ses genoux, tenant ainsi sa tête, et posa son regard sur Fascina.

(Américain) D'où est-ce que tu viens?


C'était une manière de faire la conversation... et de tenter de comprendre pourquoi cette fille n'était pas infectée.
© Loukoum


Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 15 Aoû - 0:35

Avons-nous réellement quelque chose à s'envier ?


"D'où est-ce que tu viens ?" sont les mots qui me firent sursauter. Ca y est. J'entends enfin sa voix. Douce, étincelante, presque éclatante.

Elle me regarde d'un air plutôt doux. Elle venait de jeter le couteau sur son sac. Ainsi, il n'est plus inquiétant, du moins pour le moment et je peux enfin me sentir en sécurité. Je m'assoie en tailleur un peu loin d'elle, du moins à un minimum de distance.. juste au cas ou...
Je la fixe et m'autorise enfin à répondre: "Euh... Kansas City... je crois... et toi ?"
Je me sens timide, et le fait d'avoir partiellement et surement consciemment oublié et hésité sur le nom de la ville de mon enfance me trouble un peu.

Mais je me dis que j'aurai dut commencer par lui demander son nom... Car je ne vais pas l'appeler "la brune", je n'oserais jamais d'ailleurs.

M'enfin.. j'ai l'impression qu'elle préfère écouter plutôt que parler alors je vais devoir attendre qu'elle réponde avant d'enchainer... J'ai peur de la brusquer, qu'elle se taise... Il faut que je profite un maximum du fait que ce soit elle qui ai enfin engagé la conversation !
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


[Fascina Sangster & Heather A. Logan] Immune VS Fondue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fascina Sangster & Heather A. Logan] Immune VS Fondue
» Heather A. Logan - I'm not crazy.
» Heather Stevens Williams
» (H) Newt Warrens - Thomas Brodie-Sangster
» La fibromyalgie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-