Partagez

[TERMINE] Tu viens t'entraîner? [Hestia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageLun 2 Mar - 19:31



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


Les oiseaux chantent au dessus de ma tête, joyeusement, alors que je suis allongé sur une branche basse. Le soleil est haut dans le ciel, il est à peu près midi et j'essaye de me reposer le plus possible avant de reprendre l'entraînement. J'espère simplement ne pas avoir à m'occuper du nouveau le plus inapte du monde aujourd'hui, j'ai eu ma dose hier! Et puis, je ne suis pas le seul entraîneur dans le bloc, ils peuvent bien l'aider eux aussi. Un soupir s'échappe de mes lèvres alors que j'appuie ma tête contre le tronc de l'arbre et que je ferme les yeux. La première image qui apparaît et celle du visage d'Hestia. Elle est belle, avec ses longs cheveux bruns et ses yeux bleus magnifiques. Je souris légèrement à cette pensée et je laisse divaguer mon esprit. Ça fait une éternité que je ne l'ai pas vu, depuis qu'elle s'est blessée à la cheville et que par conséquent elle ne vient plus s'entraîner. Je secoue la tête, rouvrant les yeux, et je commence à me dire qu'elle me manque. En un bond agile, je descend de ma branche et atterri dans l'herbe fraîche.  Il faut qu'elle si remette et moi j'ai besoin de la voir, alors pourquoi ne pas l'inviter à s'entraîner en ma compagnie? Je me dirige rapidement vers l'infirmerie, entre à l'intérieur sans même prendre le temps de saluer les medjacks et me met à sourire bêtement en voyant Hestia. Elle est allongée sur son lit, encore plus belle que dans mes souvenirs.
D'une petite voix, je lui lance:
-Salut Tia!
Je me met à tousser pour éclaircir ma voix, ne voulant pas passer pour un imbécile devant la jeune femme. Je fais un pas vers son lit, détaillant son visage et particulièrement ses yeux,avec envie. J'ai l'impression de récupérer une partie de moi même en la retrouvant elle, mais ce n'est surement pas le cas. Après tout, Hestia n'est qu'une amie et rien d'autre alors pourquoi je devrais réagir ainsi?
Codage by TAC


Dernière édition par Théo Harrison le Ven 27 Mar - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 4 Mar - 1:03




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.




Ma jambe allait de mieux en mieux. C'était la plus bonne nouvelle de la journée. Ou de la matinée du moins. Je commençais sérieusement à en avoir marre et à m'ennuyer sur ce lit de camp. En plus, j'arrivais pas à avoir Milo dans ma botte, c'est qu'il était dur à séduire ce petit là. Mais je pouvais pas m'en empêcher, c'était tellement automatique pour moi de le balancer de sarcasme et de ton charmeur quand il était dans les parages. Mais aujourd'hui il ne semblait pas là, j'avais beau me dévisser le cou pour le repérer mais non, introuvable. J'en connais un qui allait ce faire engueuler si il venait pas travailler. D'ailleurs, j'avais beau passer peu de temps dans le bloc je n'étais pas folle, il y avait bien une révolution. J'entendais des bruits de rébellion et quelque ragots depuis quelque jour. En temps normal je m'en contre fichais, mais là ça devenais interessant. Apparement il y avait des plans pour renverser Aleksei et ces petits sbires que j'appelais chien de garde. Si il fallait renverser cette tyranie, moi j'étais pour. Remarque, avec ma cheville je risquais pas de renverser qui que soit. J'avais beau marcher convenablement, il m'étais difficile de m'appuyer encore correctement et faire des bons de coter. Mais le principale est que je n'avais plus besoin de béquille. Et Yuki venait souvent me faire des rapports sur le labyrinthe pour voir ou ont en était. Et comme je m'y attendais, nul part. J'enfilais quelque vêtement vite fait hors de la vue des autres, parce que contrairement à certains moi j'avais horreur de rester dans les mêmes vêtements plus d'une journée. Mais peu importe. Je me redirigeais vers mon lit avant de lui adresser une mine triste : J'avais pas encore envie de rester ici. Et ont m'avait annoncée que je devais commencer à reprendre l’entraînement parce qu'on manquait de trappeur et que j'étais une des meilleures. Dans tout les cas, ma présence était manquante parmis les rangs. Aller en parler au Pisteur qui m'a attaquer et flanquée par dessus le vide. Heureusement ont avait retrouvée mon épée et temps mieux, parce que le Wicked n'en fournissais pas beaucoup, et la mienne avait une assez grande lame quand même. Je pris le soin de m'assoir sur mon lit, sentant cette acte trop familier à mon goût. Je mis mes chaussures, parce que même si les Medjacks disait que je devais attendre encore quelque jours, beh moi j'étais pas d'accord. Et c'est bien connu que je ne fais pas ce qu'on me demande la plupart du temps. Faut toujours que je face le contraire de ce que l'on me demande. Et alors ? C'est surement pas Aleksei qui allait me blâmer, je pense qu'avec cette révolution il avait d'autre chat à fouetter. Miaou. Une fois mes chaussures bouclés, j'étais tellement penchée le dos en vrac que je me relevais quand une vieille. Mais je fus encore plus surprise dé découvrir sur le seuil de l'infirmerie Théo, qui vint aussitôt sans l'accord des Medjack. Mais fais comme chez toi, je t'en prie. Je le regardais debout devant moi, avec une toute petite voix pour me saluer. Je me retins de rire, mais repris mon air sérieux.

« Salut, Théo. Je peu savoir ce que.... » Je laissais ma phrase en suspend. J'allais lui demandée ce qu'il faisait ici, mais comme c'était un entraineur je compris aussitôt la raison de sa venu. C'est pas comme ci il était venu pour mes beau yeux, ci ? « Ah je vois. Pourquoi je suis toujours la dernière au courant moi ? » Me plaignais-je du mine boudeuse. Je me relevais de mon lit de sorte d'être bien face à lui. Tellement, que nos visage ce touchèrent presque et je pouvais voir l'immensité de ses yeux bleus. J'en aurais presque touchée son visage tellement ils étaient beau. Mais je me retins et lui lançais un petit sourire charmeur. Comme à mon habitude. Il était tellement mignon. Je m'amusais souvent à le charmer, mais ça n'avait jamais aboutis à plus. Je sais pas pourquoi d'ailleurs. J'étais trop concentrer sur son visage, que je m'en rendis compte seulement maintenant et que je devais surement avoir l'air d'une idiote. Je reculais de quelque pas, étant trop proche de sa forte présence, mais mes jambes butèrent contre mon lit. Je souris nerveusement avant de le contourner. Pourquoi es ce que je n'étais jamais trop sarcastique avec lui comme je l'étais avec les autres ? Mince, s'en était perturbant ! Je cherchais mon épée dans mes petites affaires justes proches de mon lit. Il me semble qu'Allya me l'avait ramener. Ah je me souviens, je l'avais laisser sous mon lit pour pas qu'on me la pique. C'est que j'avais quand même graver le mot Tia dessus, juste sur la poigner en bois. Je me mis à quatre patte en m'épargnant la position gênante et fortement ambiguë que je devais avoir. Mes mains ce glissèrent sur la poignet familière et je me relevais quand quelque bon avant de grimacer légèrement. Ma cheville. Tout va bien, je vais bien, nous allons bien. Je me retournais, pivotant sur mes pieds vers Théo. Je lui adressais un nouveau sourire croustillant. « Eh bien, ont y vas ? Je voudrais pas manquer ma première leçon, cher maître. » J'avais enfin réussis à retrouver mon petit ton cynique habituelle. Puis, je tournais les talons et sortis de l'infirmerie en inspirant profondément l'air du matin. Ca faisait du bien de sortir.
HS:
 


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 10 Mar - 17:51



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


Elle est belle. Non, elle est magnifique! Je ne peux retenir les légers tremblement de mes mains lorsque je la vois me regarder. Comment arrive-t-elle a faire ça? Personne, aucune fille n'a réussi à me procurer autant de sentiments en un simple regard. Et elle, elle arrive comme ça et m'oblige à tomber amoureux d'elle? J'ai du mal à avaler ma salive, mes joues rosissent légèrement et je commence à me sentir totalement stupide. Je baisse le regard lorsqu'elle se lève pour s'approcher de moi, je  n'arrive même pas à supporter ses yeux gris, c'est tellement frustrant!
« Salut, Théo. Je peux savoir ce que.... »
Elle s'arrête en plein milieu de sa phrase, comme si elle venait de trouver la réponse. Pourtant, je n'ai absolument aucune excuse pour venir alors comment pourrait-elle répondre si il n'y a pas de réponse? J'ose enfin relever la tête et ce n'est que là que je remarque notre proximité. Nos lèvres se touchent presque, je sens la chaleur de sa peau contre mes avant-bras et j'ai même l'impression que nos fronts sont collés l'un contre l'autre. Je retiens ma respiration, sans le faire exprès, et attend la suite.
« Ah je vois. Pourquoi je suis toujours la dernière au courant moi ? »
Je ne comprend vraiment pas ce qui lui passe par la tête, et je comprend encore moins ce qu'elle demande. Je n'arrive plus à me questionner tellement son sourire m’hypnotise. Et je déteste ça! Mais à mon grand désespoir, Hestia fit un pas en arrière, comme si elle venait de se rendre compte de notre proximité. D'ailleurs, elle buta contre le lit, apparemment de plus en plus gênée, ce qui la rendait adorable. Je souris en la voyant se pencher, mon regard détaillant ses courbes généreuses. Soudain pris de remords, je relève la tête et fixe le mur derrière la belle demoiselle. Pourquoi je n'arrive pas à la regarder comme je le fais avec toutes les autres filles? Je ne sais pas si je dois éprouver de la culpabilité envers elle ou alors envers les filles avec qui je couche. Sous un certain point de vue, on pourrait considérer ça comme un manque de respect non? Alors que je me pose des centaines de questions dans le genre pour éviter de regarder Hestia, cette dernère se relève, brandissant son épée devant elle. Finalement, je décide que la regarder n'est pas un drame et un petit sourire fleurit sur mon visage lorsqu'elle lance:
« Eh bien, ont y vas ? Je voudrais pas manquer ma première leçon, cher maître. »
Je ris en la voyant quitter l'infirmerie, puis je la suis, faisant un petit geste de la tête au Medjacks. Je rattrape Hestia en quelques enjambés et décide d'agir comme je le ferais avec n'importe qui. Alors, pour l'embêter, je la saisis par les cuisses, pour la soulever et l'appuyer contre moi, (comme un sac à patate) et je me mets à courir. Un rire joyeux s'échappe de mes lèvres alors que j'arrive dans la zone d'entrainement. Je repose la jeune fille par terre, avec délicatesse tout en faisant très attention à sa cheville, puis je lui dis:
-Alors élève, que veux tu travailler aujourd'hui?
Je ne suis qu'à quelques mètres d'elle, la dépassant d'une bonne tête, et pourtant j'arrive parfaitement à sentir la chaleur de son corps. J'adore cette sensation, j'en suis presque déstabilisé!
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 10 Mar - 22:52




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.




Son regard brûlait dans le miens comme une flamme qu'on ne pouvait éteindre. Cela déclenchait un sentiments nouveau en moi. Non en faite, je ne connaissais que trop bien ce sentiment que j'essayais de mettre de coté quand je le voyais. Je savais qu'il couchait avec beaucoup de fille, et ne je voulais pas être une de ses proies d'une nuit. J'en voulais plus. Je chassais ses idées de ma tête, tandis que le vent vain chasser mes cheveux qui me trônait dans les yeux depuis un moment. Je marchais convenablement, même si je ne forçais pas du tout sur ma cheville. Une main glissa le long de mes hanches et me souleva de terre. Je tournais mon regard vers Théo, surprise. Pourquoi me portait t-il ? J'étais encore capable de marcher non ? De toute façon je devais m'entrainer si je voulais courir et me battre de nouveau au coté des autres. Il le fallait. Pourtant je ne dis rien. Je laissais une nouvelle fois ses yeux divaguer dans les miens. Je provoquais de la rougeur le long de ses joues qui me fit esquisser un sourire. Il avait les cheveux long. J'aimais bien quand il les avaient ainsi. Encore une fois, il n'y avait aucune limite de l'intimité et nos visage ce touchèrent presque. Je me surpris à me perdre dans son regard bleu. Ont devait avoir l'air de deux parfait imbéciles qui ce regardaient dans le blanc des yeux. C'est clair. Je détournais volontairement le regard ailleurs. Non. Tu ne dois pas céder. J'avais toujours cette fâcheuse tendance de me montrer séductrice envers les garçon. J'avais déjà coucher avec un ou deux, mais avec Théo c'était différent. Je ne voulais pas profiter de lui, c'est tout. Puis ça faisait un moment que j'étais un peu attirer par Milo, je devais le reconnaître. Finalement, ces jours à l'infirmerie n'était pas si dépravent que ça. Théo me déposa un terre, je mis un moment avant de retirer mon bras de son cou, afin de me stabilisé correctement. Cela faisait pas beaucoup de temps que je remarchais sur ma cheville, je devais y aller tranquille celons les Medjacks. Mais le goût de l'aventure me manquait terriblement. Seule Alex et Yuki, mes deux meilleurs amis, venait me voir afin de me faire passer le temps comme il fallait. J'avais aussi des visites d'Elly. Ce serait bizarre de dire que j'avais des rêves à propos d'elle ? Je la voyais sans cesse, mais elle était plus petite que cela. Et je me voyais, petite également en train de jouer avec elle. J'avais une certaine idée en tête de ce que cela pouvait dire. Seulement je refusais d'y croire catégoriquement et je mettais ce souvenir dans un coin de ma tête sans jamais y penser. Mais si elle venait me voir, c'était sûrement pas pour rien. Peu être qu'elle me voyait aussi ? Et si ce que je pensais c'était révélé vrai ?

La voix de Théo interrompue le cour de mes pensées. Je dirigeais mon regard vers lui, avant de porter la mains à mon épée afin de la sortir de son fourreau, situé dans mon dos. J'eu un sourire à ça petite remarque, me traitant d'élève. « Eh bien, cher maître, si nous tentions une approche ? » Ma voix ce fit amusante, avec un soupçons de sarcasme. Mais rien de mal. J'eu un petit sourire et mis mon épée juste devant mon visage. Je mis mes sens en alerte. Je devais pas me déconcentrer par sa présence. Il ne fallait pas. Je fis un pas de coté, puis un second et je tournais dans sa direction. Je fis un tour sur moi même tentant de le toucher imaginairement avec mon épée. Je me retrouvais bien en face de lui. J'en profitais un instant pour le regarder avec intensité. Juste un instant de déconcentration de ça par qui me permis de choper son poignet et de le coller dans son dos. Je lui fis une béquille, l'obligeant à ce mettre à genoux et je plaquais mon épée sur son cou, tout en tenant ces cheveux. « Mort. » Soufflais-je dans le creux de son oreille. J'avais beau avoir plaisanter là dessus, je savais que c'était un des plus fort au niveau de l’entraînement et qu'avoir le dessus allait sûrement être délicat. Je reculais de quelque petit saut avant de tourner autour de lui d'une démarche que je qualifierais triomphante. Un petit sourire narquois ce dessinait sur mes lèvres quand je revint me placer devant lui. Je fis un léger mouvement de la cheville qui commençait à me démanger un peu, et repris mon attention sur lui. Je refis quelque pas de coté, les choses ce passèrent vite et je me sentis empoigner avec force, avant d'être plaquer à terre. Ma tête heurta non violemment la sol, mais j'étais tout de même surprise. Il avait eu le dessus sur moi. Personne n'avait vraiment réussis à me mettre de la sorte au sol, sauf quand ont avait commencée à m’entraîner. J'étais la meilleures des Trappeuse et me sentir ainsi dominer me frustra, vraiment. Il était au dessus moi, je sentais son corps chaud sur le miens. Mon cœur ce mit à battre à une vitesse folle que je ne contrôlais plus, tandis que mon regard ce perdit dans le siens, comme envoûté. Je mettais ça sur le compte de la cheville. J'arrivais pas à croire que j'étais au sol. Non, je n'arrivais pas à y croire. Une certaine déception ce lisait dans mon regard, mais je n'arrivais plus à me concentrer avec lui sur moi, ce qui me rendit complètement folle. « Que … Mais j'ai jamais été battu ! Jamais ! » Je m'offusquais toute seule tellement cela me faisais bizarre. Ma voix avait tremblée de surprise, de frustration. C'est pas possible. Je plaquais ma tête au sol, dirigeant mon regard vers le ciel. Arrête de rêver et re bouge toi pour lui botter les fesses ! Sentant toujours son corps sur le miens, je relevais la tête. « Je sais pas toi, mais ont est dans une position bien gênante. » déclarais-je en portant mon visage prêt du sien. Mon nez frôla le sien. Douce sensation que j'aurais presque voulu éternel. Non. Bouge toi. Non. Reste comme ça. Fuck. Tu fais quoi là, Tia ?


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 11 Mar - 18:43



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


Son épée dans une main, elle me fixe avec un sourire des plus mignon.
« Eh bien, cher maître, si nous tentions une approche ? »
Son ton est amusé, elle me cherche apparemment. Je souris à mon tour, heureux de la voir en si bonne forme. Ses cheveux retombent sur ses épaules, ce qui est soit dit en passant totalement irresponsable durant un entraînement mais je ne lui en tiens par rigueur. Elle est tellement jolie comme ça que je ne peux lui faire aucune réflexion. Tellement préoccupé par sa beauté, je ne remarquais pas tout de suite son premier mouvement. Mais rapidement je la vois se déporter sur ma gauche et faire un demi tour sur elle même. La voilà a quelques mètres de moi, son regard gris plongé dans le mien. Je décide de la laisser faire, voulant voir à quel point elle est forte. Elle saisit mon poignet, me le bloque dans le dos, me fait une béquille et passe la lame de son épée contre mon cou. Sa main est dans mes cheveux, c'est étrange comme geste de sa part. Son souffle vient caresser la peau de ma nuque alors qu'elle murmure tout près de mon oreille:
« Mort. »
Je souris alors qu'elle me relâche. Je me lève, pour lui faire de nouveau face, et incline la tête en signe de respect. Hestia est rapide et, malgré sa corpulence moins importante que la mienne, elle peut peut-être réussir à me battre. Mais alors qu'elle semble distraite, je me jette sur elle, avec plus de douceur que dans un réel combat, et je la fais tomber en arrière. Ce n'est pas très compliqué à vrai dire. Je me retrouve sur elle, le visage à seulement quelques millimètres du sien et je suis tenté de l'embrasser. Non! Arrêtes ce petit jeu Théo! Hestia n'est pas une simple fille comme les autres donc tu t'arrêtes là! Je ne comprend pas les mots qui sortent de la bouche de la jeune fille tellement je me débat contre ma volonté. Je n'ai pas le droit de la traiter comme tout le monde, il faut que je la vois comme quelqu'un de spécial. Bien sur que j'ai envie de l'embrasser, de passer mes doigts dans ses cheveux ou de passer des heures avec elle à lui tenir la main, mais ce n'est pas possible. Elle aime Milo de toute façon...
« Je sais pas toi, mais ont est dans une position bien gênante. »
Elle a raison, mais le fait qu'elle me dise ça maintenant ne me plais pas. Apparemment, ça la dérange d'être ainsi avec moi, autant laisser tomber! Je me relève, légèrement vexé. Elle ne veut pas de moi, ça se voit. Mon regard s'est assombri, je ne supporte visiblement pas le rejet de Tia! D'une voix froide, je murmure:
-Je suis sûr que ça ne te dérange pas quand c'est Milo...
Je soutiens son regard, encore énervé, et l'aide à se relever en lui tendant ma main. La sienne est brûlante, et je me surprend à espérer la garder plus longtemps dans ma paume. Je soupire, comprenant que je suis vraiment accro à cette fille.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 11 Mar - 21:16




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.




Mes yeux me désobéissait. Il refusait de bouger de son regard. Ils voulaient rester plantés éternellement. Je leur donnais l'ordre d'arrêter. Ils ne m'écoutaient pas. Il me regarda, me détaillant aussi du regard. Il semblait tellement concentrer dans sa contemplation que j'eu cru qu'on allait rester ainsi longtemps. Pourtant quelque chose tiqua dans son esprit quand je prononçais ses dernier mots. Il semblait vexer, en colère, furieux. Il me relève, je me rappuie sur ma jambe qui me fait encore légèrement mal. Mes sourcils ce froncent, s'entrechoque dans cette incompréhension totale. Il me regarde avec regard sombre. Un regard qui me fait un choc intérieurement. Je secoue la tête, et attend son explication. Ca mains ne quitte pas la mienne. Cela ne me dérangeait pas de sentir sa peau chaude brûler dans la mienne. Alors, ça phrase vient le ceuillir en pleine tête. Des mots qui viennent m'arracher le cœur. Je lache sa mains dans un excès de colère. Je le dévisage, je désapprouve. Ou est ce qu'il est allée pêcher ça ? Je recule de quelque pas. Mes lèvres ce pincent et mon regard devient furibond. Peu importe ce qu'il ce passait avec Milo. En quoi cela le regardait. J'échappe un rire qui ce transforme en soupire par la suite. Pourquoi il me dit ça ? Il n'a pas comprit le sens de mes mots. Il devait sûrement penser que je ne l'aimais pas. Mais qui j'aime, de toute façon ? Je continuais de le contempler avec une expression secoué au visage. « Milo ? Je vois pas en quoi cela te regarde ! » C'était mes affaires. Je voyais pas en quoi cela le dérangeais. Pourquoi cela lui importait t-il temps que je ressente une profonde attirance pour Milo ? Ce n'était qu'un jeux de séduction, pas plus. Il m'avait profondément blessée. Mais je fis ce que je faisais toujours. Je repoussais mes sentiments dans sa carapace et laissa un mur, une façade m'envelopper. Je ne devais rien laisse m'atteindre. Je devais repousser la blessure que je ressentais, béante dans mon cœur. Je pris une profonde inspiration. J'avais la voix qui avait pris une certaine colère. « Qu'es ce que cela peu te faire, ce que je fais avec lui ? » Oui, dis moi parce que je ne comprend pas. Toi, tu couche bien avec de nombreuses filles et je ne viens pas te hurler dessus pour autant. Même si je devais avouer que cela ne me plaisait de le voir ainsi frotter avec les autres. J'avais pris une certaine frustration dans la voix et j'avais lever les bras, impuissante. On était partit sur une leçon d’entraînement. J'avais pris plaisir à le suivre, et maintenant il gâchait ce moment. Puis, je compris enfin. Je laissais échapper un '' aaaaaah'' de surprise. Une lueur malicieuse brillait dans mon regard. Une flamme y brûlait. Une flamme triomphante brûlait dans le gris de mes yeux. Je laissais un sourire m'envahir les lèvres. Double frustration. Pourtant, je n'eu pas de mal à prononcer ces quelque mots. « Tu es jaloux ! » Exclamation, surprise, choc.

Mon regard buta de nouveau dans le sien, déterminée à ne pas le baisser. Ne n'avais jamais fricoter avec Théo. Je n'avais jamais pensée d'ailleurs que quelque chose pourrait s'être passée entre nous deux. Ont était de l'amitié, mais j'avais la sensation qu'autre chose prenait place. Mon épée était juste prêt de ces pieds. Mais je sentais la tentions soudainement devenu électrique. Pourtant, je levais la tête, décidé à ne pas me laisser marcher sur les pieds et je m'approchais de lui. Mon regard ce planta dans le siens de nouveau, je sentais nos corps presque proche, ressentant l'envie iréel de lui sauter dessus. De sentir mes lèvres contre les siennes et ces bras contre mes reins. Pourtant je ne fis que me baisser, choper mon épée et revenir en arrière en quelque enjambée. J'avais trop d'attirance envers trop de garçon. Je ne pouvais pas en avoir une envers Milo et envers lui en même temps. C'était trop bizarre. C'était trop dur. C'était iréel. Non je n'arrivais pas à me dire que je pouvais vouloir les deux pour moi. Je tâtais un moment mon épée sur la terre et la relevais devant mon visage. J'en pris une dans la boite d'arme et la lançais à Théo. « Je croyais qu'on devait ce battre. » Ma voix ce fit plus sombre, plus dur. Je ne lui laissais pas le temps de capter mes paroles que j'arrivais à toute allure et que mon épée s'entrechoqua dans la sienne brusquement. Je ressentais de la colère, de la frustration, et des sentiments nouveau. On m'a toujours dis que la hargne était bon pour le combat. Voyons donc ce que cela faisait. J'interceptais un coup d'épée avec la mienne, tourna la sienne et tenta de le toucher au torse. Nos épée volèrent dans plusieurs coups fortement appuyer, tel point que le bruit s’entendait de loin. Je sentais la fatigue commencer à ce faire sentir. Mon souffle ce fit plus court. Je n'arrivais pas à avoir le dessus, lui non plus. Nous étions à égalité. Je frappais, encore et encore. J'interceptais plus lentement ces mouvements parce que mes bras devinrent en flamme, mes poumons ce resserrait. J'en pouvais plus. Il fit un mouvement de son épée qui ce dirigea vers moi. Je changeais de position pour l'intercepté mais c'était trop tard. L'épée avait frapper ma cheville et un hurlement déchira l'air. Je m'écroulais au sol. Il avait juste donnée un coup histoire de ne pas me la trancher. Mais il avait viser l'autre cheville et comme une imbécile j'avais changer de position, frappant ainsi la mauvaise. Un grimace ce forma sur mon visage et mes mains vinrent toucher ma blessure. Un gémissement m'échappa. Mes yeux ce dirigèrent vers lui.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 14 Mar - 19:09



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


Elle me lâche la main précipitamment, de la fureur dans le regard. Apparemment, j'ai touché une corde sensible, pour nous deux... Moi aussi je déteste ce sujet mais après tout c'est elle qui a cherché! Quel idée aussi de me faire remarquer qu'elle ne m'aimait pas. Plus j'y pense et plus je me rend compte que les mots sortis de sa bouche n'était pas "Je ne t'aime pas" mais plutôt du genre "Notre position est plutôt étrange". Ce qui est légèrement moins blessant. Mais bon, je n'ai pas non plus totalement tord, autant mettre les choses au clair le plus tôt possible non? Je n'ai pas envie de perdre mon temps avec une fille avec qui je ne coucherai probablement pas!
« Milo ? Je vois pas en quoi cela te regarde !Qu'es ce que cela peu te faire, ce que je fais avec lui ? Tu es jaloux ! »
Je la fixe rageusement. Le pire, c'est qu'elle a raison, je suis jaloux. Je hais Milo, j'ai juste envie de le frapper et de lui dire que Tia m'appartient. Mais je ne peux pas, vu que ce n'est pas le cas. Hestia n'est pas à moi, c'est juste une amie. Je ne prend pas la peine de lui répondre sur le moment, préférant rattraper habilement l'épée qu'elle me lance. De sa voix tranchante, la belle demoiselle me dit:
« Je croyais qu'on devait ce battre. »
Et elle m'attaque. Je pare son coup et commence à l'attaquer à mon tour. Je ne suis pas très fort avec les épée mais je sais quand même m'en servir, et j'arrive facilement à rester correct pour essouffler Tia. Mais alors qu'elle commence à ralentir ses gestes, je découvre une faille dans sa technique qui pourrait me permettre de la battre. Sa cheville, bien sur pas celle blessée. Alors que je m'apprête à atteindre le point que je vise, la brune se déplace et mon coup arrive dans sa cheville blessée. Un long cri fait s'envoler les quelques oiseaux encore présents dans les alentours et me fait sursauter. Je tombe à ses côtés, sans perdre mon calme et pose ma main contre son tendon. Puis d'une voix douce, j'essaye de lui changer les idées. Penser à sa blessure n'arrangera rien à sa douleur.
-Je ne suis pas jaloux!
Je masse doucement sa cheville, lui procurant plus de bien que de mal. Comment je le sais? Eh bien parce que je me fais souvent mal et que je sais depuis longtemps comment soulager la douleur. Dès mon arrivé au bloc d'ailleurs, ce sont des gestes instinctifs.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 15 Mar - 2:02




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.




La douleur ce lance encore et encore. Elle ne s'arrête pas. Elle ne s'arrêtera jamais. J'étais guéris, enfin presque. Je pensais vraiment que j'allais aller mieux. Mais non. Il fallait bien que le destin revienne frapper encore une fois. Juste une fois pour me rappeler que peu être le Labyrinthe n'était pas fait pour moi ? Je sentais de la colère, que je tentais de ravaler temps bien que mal. C'était pas sa faute. C'était pas sa faute. C'était la mienne. Juste une erreur et cela m'avait été fatal. Assise par terre, poussières ou pas je m'en foutais. J'avais mal, c'est tout ce que je savais. Je remontais le pantalon pour étudier ma cheville. Elle était rouge. Je balançais ma tête en arrière dans une énième grimace, un énième gémissement. Quelque chose permis de m'appuyer ma tête. Je levais un peu plus la tête pour observer le visage de Théo. Il avait l'air désolé. Je laissais ma tête appuyer contre son torse et fermais les yeux un instant. Ces paumes touchèrent ma cheville, me faisant gémir de nouveau. Il ce mit à masser ma cheville. Au début je ne ressentais que de la douleur et ces paumes qui appuyait sur mon tendon. Si je pouvais marcher avant, je n'étais pas sur de pouvoir reposer le pied à nouveau par terre pour le moment. J'allais me faire hurler dessus, parce que je n'avais pas fais suffisamment attention. Mon retour dans le labyrinthe allait être retarder et j'allais de nouveau passer des journées embêtante ici. Je me demandais si les gens avait peur de ne jamais me voir revenir. Après tout, si Allya et Nyraah n'avait pas été là, je serais restée enfermée dans le labyrinthe, ou je serais morte tuer par ce pisteur. La voix de Théo résonna dans le silence. Il n'était pas jaloux. Même si j'avais mal, je réussissais à rire faiblement. Tu l'es, ne ment pas. Le massage commençait à faire un peu du bien et je me sentais un peu plus mieux. Essoufflée par le combat, ma respiration était accélérée. Je ne contrôlais même plus les battements de mon cœur tellement il menaçait de s'abattre dans ma poitrine. Je levais les yeux vers le visage de Théo.Il avait eu une voix douce et calme. Malgrès ma perte de sang froid, il avait su restée totalement calme. J'observais ses mains sur ma cheville. De grande mains et de long doigt, qui pouvait me briser la cheville en moins de deux. Je laissais glisser ma mains contre la sienne, sentant de nouveau cette effet étrange qui me retournais l'estomac. Sa mains était chaude et douce. Je levais lentement ma tête vers la sienne, même si elle était toujours appuyer contre son torse. Je voulais que mes yeux croise de nouveau son regard si bleu et si intense.

Je ne savais pas trop quoi lui répondre. Alors dans ces cas là, ont fait quoi ? Si tu as tellement peur que je me rapproche de Milo, pourquoi tu n'essaie pas de me retenir ? Je chassais ses idées de ma tête. Ma mains toujours encrée dans la sienne. Je laissais mes doigts s'y entremêlée, tandis que l'autre continuer de me masser. Cela commençait à me faire du bien, et je laissais un soupire m'échapper. « J'ignorais que tu avais des connaissances thérapeutique. » Je me mordis la langue. C'était nul, comme réponse. Je n'avais pas envie de me reveler, je voulais rester comme ça encore un moment. Même si je doute pouvoir me relever toute seule maintenant. Personne ne nous regardait. Il n'y avait rien à regarder. Juste deux amis qui parlent. Mais seulement des amis ? Cette question me bouleversais. Je ne savais pas trop quoi en penser. Mais j'avais l'impression que dernièrement les disputes entres nous était nombreuses. Il n'aimait pas quand un garçon m'approchait. Alors, j'imagine qu'il devait pas me voir fricoter auprès de Milo. Je reculais la tête pour me mettre face à lui. J'évitais de trop bouger ma cheville qui continuait de me faire mal malgrès son massage. Je l'observais un moment, laissant mes yeux vagabonder au grès de son corps. Puis, il remontèrent peu à peu vers son visage. Je m'approchais de lui et déposais un baiser sur sa joue. Mon battait à tout rompre. Je voulais le calmer. Mais je n'y arrivais pas. « Merci, pour le massage. Même si tu me le dois bien. » j'avais mis une pointe de cynisme dans la dernière phrase. Après tout, c'était lui qui me l'avais bousillée encore plus. Je restais ainsi, à l'observer. Je ne trouverais pas la force de me relever. J'avais mal et j'étais tellement épuisée par le combat que me relever en m'appuyant que sur une jambe m'était déjà insupportable. Alors je restais par terre, avec lui. Je ne pourrais rien faire d'autre. Et comme ci ça devenait une habitude, nos visage était à quelque millimètres. Je pouvais l'embrasser si je le désirais. Mais lui le désirais t-il ? Nos yeux ne ce lâchaient pas. « Regarde moi dans les yeux et ose me dire que tu n'es pas jaloux.» Revenons juste au chose sérieuse. Mes yeux fusionnèrent de nouveau dans les siens. Attendant une réponse clair et net. Nos visage était si près, oserais t-il mentir aussi prêt de moi ?


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 22 Mar - 10:49



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


Sa tête se posa contre mon torse, exerçant une pression si faible que je n'avais pas de mal à bouger. Par rapport à moi, Hestia semblait si faible, fragile alors que moi, j'étais presque incassable. Oui, je rajoute presque car je ne suis pas non plus invincible. Je souris, et sans vraiment me l'avouer, je comprend que je suis heureux qu'elle soit contre moi. Je continue de lui masser la cheville, sachant que dans quelques minutes, elle se sentira mieux et elle récupérera plus vite que si je ne la touchais pas. Je sens son regard se poser sur moi mais je n'y fais pas attention, trop préoccupé par sa blessure. Mais alors que je laissais mes doigts caresser sa peau pour soulager sa douleur, elle glissa doucement sa main dans la mienne. Un long frisson parcouru ma colonne vertébrale alors que je tournais pour la première fois mon regard vers elle. Elle était plus proche que je ne le pensais et je fus presque surpris par cette proximité.
« J'ignorais que tu avais des connaissances thérapeutique. »
J'émis un petit rire, moqueur. Comment réussissait-elle à sortir des phrases aussi ridicules mais qui, dans sa bouche, étaient adorable? Elle se décala pour se placer face à moi, plongeant son beau regard gris dans le mien. Je lui souris doucement lorsqu'elle déposa un baiser sur ma joue. Ce geste était doux, agréable et nouveau pour moi. Je ne jouais pas vraiment dans le romantisme avant de la rencontrer, donc un geste aussi banal ne m'avait jamais attiré.
« Merci, pour le massage. Même si tu me le dois bien. Regarde moi dans les yeux et ose me dire que tu n'es pas jaloux.»»
Pourquoi voulait-elle gâcher ce moment paisible en me posant des questions aussi difficiles? Nos visages étaient proches, je pouvais l'embrasser à tous moments, la surprendre et risquer de m'en prendre une à cause d'un geste aussi crétin. Mais qui ne tente rien n'a rien pas vrai?
Je laissais glisser une main contre sa joue droite et déposais un baiser sur ses lèvres. Furtif, léger, je ne l'obligeais pas à le poursuivre. Mais alors que je veux rompre cette étreinte, mon baiser se fait plus insistant. Je sais que c'est psychologique, que je veux qu'elle reste dans mes bras, mais ce n'est pas possible. Elle n'est pas à moi, elle ne m'appartient pas et je ne peux pas l'embrasser comme ça. Je la lâche et recule précipitamment, me relevant et faisant quelques pas en arrière.
-Non, non je ne peux pas Tia...
Je soupire et appuie ma tête contre le tronc d'un arbre, essayant de calmer mon coeur et ma respiration.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 22 Mar - 23:07




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.



Je continuais de l'observer, je voulais une réponse, je la voulais. Je sais pas pourquoi je tenais absolument à la vouloir d'ailleurs. Peu être que j'attendais juste un feu vert inconsciament ? Je sentais mon poul s'accélérée, et la douleur au ventre s'atténuer. C'était pas une douleur qui faisait mal, c'était une douleur nerveuse qui ce rependait dans tout mon corps. Il ne me regardait pas, il n'osait pas affronter mon regard. Pourtant, un moment, il le leva et ce confronta enfin au miens. Le bleu de ces yeux ce mélangèrent dans le miens. Il resta un moment ainsi à me détailler, puis il passa une mains sur ma joue droite et posa ces lèvres contres les miennes. Mon cœur frappait encore plus que ma normal dans ma poitrine et je pris plaisir à l'embrasser. Nos lèvres ce firent brûlante et je le sentis le rendre encore plus insistant. Je passais ma mains dans son cou tandis que l'autre remontait le long de son torse. Il lâcha prise subitement, interrompant le baiser trop brutalement à mon goût. Mes mains restèrent en position comme ci il était toujours là. Mon cœur bat trop vite pour que j'arrive à la suivre. Non, je voulais qu'il revienne, qu'il continue de me presser contre lui et que mes lèvres touches les siennes de nouveau. Je respire bruyamment, un peu perdu. Il ce met contre l'arbre et me soupire en disant qu'il ne pouvait pas. Pourquoi, il ne pouvait pas ? Je lève les yeux vers lui, dans l'incompréhension totale. Je tente de me relever temps bien que mal en grimaçant de douleur. Je m'agrippe à l'arbre juste à coté de lui et gémis à cause de ma cheville. Je secoue négativement la tête. Puis, sans crier gare non plus, je m'approche de lui et prend ces mains pour les glisser sur ma taille. Mon regard ancré dans le siens, je vins poser mes lèvres contre les siennes, donnant un baiser en retour comme toute réponse. Un baiser fougueux, passionnée et plein d'envie. Mes mains glisse sur son torse, l'une remonte vers sa colonne vertébrale et ce positionne sur son coup. Mon poul s'accélère de nouveau et je sens que je veux plus. Je rompt le baiser à mon tour, ne reculant pas pour autant ma tête. Je le romps parce que je sens que l'ont veut tout les deux plus, et que si je ne le faisais pas, ont coucherais ensembles sans savoir trop jusqu’où ont irait. Je suis moi même offusqué de l'avoir rompu, mais il fallait mettre les choses à plat. Je sens que la tension redescend peu à peu, j'affronte le regard de Théo. « Pourquoi ? » Ce sont les seules mots que j'arrive à formuler et qui me vienne à l'esprit.

Pourtant, il y'avait une chose d'on je devais lui parler, mais je ne savais pas comment m'y prendre. Lui, il avait le droit de coucher avec d'autres filles sans que je ne dise rien. Par contre, quand quelqu'un m'approchait, du genre masculins, il pétait littéralement un cable. Alors comment réagirait t-il si je lui disais que j'avais couchée avec Milo ? Une bombe éclaterait surement. Je vois pas pourquoi j'avais à me justifier, puisque lui aussi couchait à droite à gauche. Surtout que moi je n'avais couché qu'avec Milo. Pourtant, je sentais le besoin de lui dire, parce que je n'avais pas envie de lui cacher. Et si il l'apprenait d'une autre bouche que la mienne, se serait encore pire. Nos visage toujours aussi proche, mes doigts joue avec l'une de ces mèches dans son cou. Je soupire, perdant toute la fougue que j'avais eu et contourne les yeux. « Il y'a quelque chose que je dois te dire... » Ma voix ce brise, ne sachant comment continuer. « Tu vas me détester, me rejeter probablement. » Tremblante, j'essaie d'affronter son regard. « je ... » Pourquoi je devais me justifier ? Ca c'était passée bien avant qu'il m'embrasse. Je prend un nouveau soupire. « J'ai couchée avec Milo. » Et maintenant tu me déteste et tu vas surement frapper l'arbre, ou aller frapper Milo tout court. Je m'éloigne en fermant les yeux, mes mains quitte son corps et je croise les bras. Je lève les yeux vers le ciel. J'avais un pincement au cœur. Mes mains tiennes l'arbre et je m'appuie contre lui, ne pouvant m'appuyer sur mes deux jambes à cause de ma cheville.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 23 Mar - 19:38



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


L'arbre me procure une certaine force, force que j'avais perdu quelques secondes auparavant en quittant les bras de Tia. Comment je pouvais me permettre de l'embrasser, sans même son accord? Elle n'était pas comme toutes les filles, je ne pouvais pas coucher avec elle comme avec les autres, elle était spéciale donc je devais la traiter autrement. Alors que le froid de l'arbre et l'écorce rugueuse m'apaise petit à petit, des bruits de pas et de minuscules gémissement s'élèvent dans le silence de la forêt. Je tourne la tête, voyant Hestia près de moi. Elle prend mes mains, les laisse glisser contre ses hanches et elle se rapproche de moi. Je pose mon regard dans le sien, sachant ce qui m'attend, et je lui souris. Apparemment, je ne me suis pas totalement trompé sur ses sentiments pour moi. Même si je ne suis pas particulièrement important pour elle, je ne suis pas non plus un simple ami. Elle m'embrasse, avec fougue et passion, et passe ses mains le long de mon cou et de mon torse. Je me laisse faire, souriant de plus en plus heureux. Après avoir rompu notre étreinte, elle murmure simplement:
« Pourquoi ? »
Mes mains restent contre ses hanches, je lui souris toujours et m'apprête à lui répondre mais je m'interromps en voyant son regard peiné.
« Il y'a quelque chose que je dois te dire... Tu vas me détester, me rejeter probablement. Je ... J'ai couchée avec Milo. »
Elle m'a lâché et s'est reculé pour s'appuyer contre l'arbre. Je perd mon sourire et recule de quelques pas. La tête baissée, je sens la douleur et la colère m'envahir. Oui Tia, je te déteste, tu as raison. Je te hais et je t'aime de tout mon coeur, de tout mon corps. Elle n'a pas le droit de me faire ça, c'est... c'est méchant, blessant, horrifiant, abominable. Mon coeur se serre dans ma poitrine et je ne peux m'empêcher de passer une main contre mon torse comme pour dire à mon coeur d'arrêter. Mais ça ne marche pas, je ne peux pas extraire la douleur de mon corps, c'est impossible. D'une voix blessée, je répond:
-Tu n'avais pas le droit Tia...
Plus je comprend ses paroles, plus la puissance de ma voix s'intensifie.
-Coucher avec cet imbécile, me blesser, c'est... Tu n'aurais jamais du faire ça! Tu me déçois et... Je peux même plus te regarder en face tellement tu me fais pitié!
Je tourne les talons et commence à ranger le matériel, lui tournant le dos. Dans un excès de colère, je lance l'épée qui m'a servit dans la caisse où Tia l'a trouvé. Le bruit fracassant fait s'envoler quelques oiseaux encore présent après mes cris. Je me tourne précipitamment et continu, de plus en plu rageur.
-Tu joue avec moi, comme avec chaque mec que tu te fais! Alors que moi, je voulais te prouver que tu étais plus importante que n'importe qui... Je crois qu'on a plus rien à faire ensemble...
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 23 Mar - 20:07




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.



Il recula de quelque pas. Sa mine c'est assombris comme j'allais m'en douter. Je le fixe, sans grande excitation. Il met une mains sur son torse, ce qui me fait avaler difficilement ma salive. Il était en colère, et je serrais l’écorce dans mon dos. Il me dit alors que j'avais pas le droit, il était blessé. Je le regarde, mon visage prenant une tournure choqué. Pas le droit ? La colère me monta au joue, brûlante d'énervement. Je lâche l'écorce, frustré, encore plus blessée que lui. Je m'approche avec un visage fur et assombris. Alors comme ça je n'avais pas le droit, c'est ça ? Même si ma cheville me fait mal, elle ne fait pas plus mal que ce que je ressents à ce moment précis. Il reprend la parole avec insistance, disant que j'avais couché avec un imbécile pour le blesser et que je faisais pitié. Des larmes de rage roule sur mes joues. Pourquoi je pleure ? Je les essuie mais elles coulent toute seule. J'étais énervée, il n'avait pas le droit de me traiter ainsi ! « Tu te fou de moi là ? Je t'interdis de me dire ça ! Tu couche avec des filles, et je viens pas mettre mon grin de sel ! Oui, ça me tue que tu couche avec elle, je veux pas que tu couche avec elle d'ailleurs. Mais de nous deux, lequel blesse plus l'autre ? » Ma voix bouillonne de rage et ce brise d'énervement. Si il serait venu me voir au lieu d'attendre, ça ne serait pas arriver. Je le contemple, mes mains ce serre en poings, blanchissant mes jointures. Je me mors la lèvre et je le regarde avec insistance. Une lueur de tristesse brille. Oui, il m'avait blessée et m'avait fait mal, sans aucun doute. Il recule et commence à ranger les instruments avant de les balancers dans la caisse brutalement, ce qui me fit sursauter. Je croise les bras et chasse une nouvelle larme tout en regardant autour de moi. Mince. Mince. Pourquoi était t-il comme ça ? Pourquoi es ce qu'il faisait autant souffrir ? Il s'éloigne d'un pas rageur et de nouveau ça voix vint briser mon cœur, avec encore plus d'intensiter qu'avant. Moi, jouer avec les mecs ? Mais avec qui je joue au juste mise à part Milo ? Il me dit alors qu'il voulait me prouver que j'étais encore plus importante que n'importe qui, et qu'on avait plus rien à faire ensemble. Cela me blessa encore plus. Je ne savais pas ou ont en était, ce qu'on devait faire. Pourtant, je décidais de le rattraper et tanpis si je devais ramper à cause de ma cheville. Je marche, cours, je sens ma cheville me brûler de douleur, m'attirant une grimace. Mais je tombe, parce qu'elle me fait trop mal. Tout comme cette situation. Essouffler, à terre, mes larmes roules sur mes joues. Je ne sais même plus faire la différence entre des larmes de rages et des larmes de tristesse. Je relève la tête.

« Je n'ai joué avec personne d'autre que Milo. » Ma voix prend une teinte assistante, toujours aussi énervée. «  Parce que tu compte pour moi. » Je tente de me relever, mais ça fait trop mal. Je décide de m'assoir le regard vague. « Je t'aime. Et tu n'en a rien à faire. » Je dis cela avec indifférence, signe d'abandon. Pour qu'il comprenne que j'ai abandonnée moi aussi. Les mots étaient dit. Oui je l'aimais. Je n'aimais que lui. Et il s'en fichait, il couchait avec des filles. Je lui adressais un long regard, avant d'essayer de me relever. J'abandonne. Je soupire, plante mon épée dans l'herbe et m'appuie dessus pour me relever, sur ma cheville valide. Je plie celle qui me fait mal, retire mon épée et la plante un peu plus loin tout en m'appuyant dessus afin de faire quelque pas. L'après midi avait passée vite. Je n'avais même pas vue que le ciel était a présent noir. J'évite de regarder Théo, parce que ça fait mal. Mon regard ce fait vague, dans la contemplation des maisons juste devant moi. Il est aussi devant, mais je ne le regarde pas. Si seulement Yuki ou Alex étaient dans les parages, ils viendraient m'aider pour avancer, parce que je n'arrivais vraiment pas à me déplacer. Je balance soudainement mon épée avec énervement, qui ce planta dans un arbre. Je m'assoie sur le sol, mon visage dans mes mains. J'en ai marre. J'en ai marre de ne pas pouvoir me déplacer. J'en ai marre d'être coincer ici et de ne pas pouvoir m'en sortir. J'en ai marre que Théo couche avec des filles pendant que moi, je souffre. J'en ai marre qu'il me reproche des choses passés. J'en ai marre de tout et à ce moment là, je n'ai plus envie de rien, juste de partir loin de tout le monde, dans un monde meilleur qui n'existe surement pas. Mes larmes coulent et je me sens faible. J'ai horreur de me sentir faible. Et je ne voulais pas qu'il me voit comme ça. Faible.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 24 Mar - 17:43



« Tu viens t’entraîner? »

Feat Hestia


L'énervement monte en moi, même si j'étais déjà bien en rogne. Si je pouvais former les mots dans ma bouche, je pense que je l'insulterai et rien ne sortirais de bon de cette discussion. Je décide de laisser tomber, de la laisser tomber. Oui, j'abandonne Hestia ici, préférant la laisser à Milo ou à n'importe qui d'autre plutôt que de l'avoir comme petite amie. De tout façon à partir de maintenant, il y aura toujours une barrière entre nous, à cause de ce qu'elle a eu le culot de faire avec ce crétin de medjack.
« Tu te fou de moi là ? Je t'interdis de me dire ça ! Tu couche avec des filles, et je viens pas mettre mon grain de sel ! Oui, ça me tue que tu couche avec elles, je veux pas que tu couche avec elles d'ailleurs. Mais de nous deux, lequel blesse plus l'autre ? »
Je tourne le regard vers elle, elle est au sol, surement à cause de sa cheville mais je m'en fous littéralement! Moi? Coucher avec des filles et blesser Tia après? Elle aussi se fout de moi apparemment en disant de telles âneries! Mais remarque... Oui c'est vrai, j'ai couché avec pas mal de filles du bloc, mais et alors? En quoi ça la regarde, c'est ma vie non? Et puis c'est pas comme si elle m'aimait! Je la regarde de façon dédaigneuse avant de détourner la tête et de recommencer à partir.
« Je n'ai joué avec personne d'autre que Milo. Parce que tu compte pour moi. Je t'aime. Et tu n'en a rien à faire. »
Mon sang se glace dans mes veines alors que j'arrête mon mouvement. Ma main reste en suspend alors que je m'apprêtais à attraper la branche d'un arbre pour me hisser dessus. Le fait qu'elle dise cela me laisse tremblant alors que je tourne la tête vers elle de nouveau. Des larmes coulent sur ses joues, elle est assise par terre, les mains couvrant son visage. J'avale ma salive, et malgré mon énervement, je m'approche d'elle pour la saisir son les genoux. Je la soulève ensuite et appuie son corps contre mon torse pour pouvoir la porter. Mes gestes doux contrastent avec la suite de mes paroles.
-Si tu m'aimais vraiment, tu n'aurais jamais fait ça avec Milo et tu ne me reprocherais pas de coucher avec des filles! Et figures toi que je n'ai pas de compte à te rendre, je fais ce que j'ai envie de faire!
Je la ramène vers l'infirmerie, peu désireux de rester en sa présence plus longtemps. Et puis comme ça, elle pourra aller s'amuser avec son petit médecin chéri!
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 24 Mar - 18:15




   


Théo & Hestia
It might be your wound, but they're my sutures.



Je finis par relever la tête et séchais mes larmes d'un revers de la mains. Je le vois approcher. Mais je veux pas qu'il m'approche. Il m'appuie contre son torse et me soulève du sol. Mais je ne suis pas d'accord. Je ne veux pas qu'il me touche, je ne veux pas qu'il s'approche de moi. Il me sort alors que si je l'aimais vraiment, je ne coucherais pas avec Milo. Il dit que je n'avais aucun compte à lui rendre. Bon sang, mais es ce qu'il réfléchis une minute ? Je lui tape sur le torse mécontente et l'oblige à me poser par terre. Je sens la colère me monter. Tanpis pour lui. «  Mais es ce que tu réfléchis une seconde à ce tu dis ? Tu me reproche de coucher avec Milo, tu te mêle de mes affaires et moi je n'es pas le droit de me mêler des tiennes ? Mais ça marche pas dans ce sens mon cocos ! A ce que je sache, ont était pas en couple quand j'ai couché avec, alors pourquoi à ça te rend temps en colère, hein ? Ta pas le droit de m'interdire de me mêler de tes affaires alors que tu te mêle des miennes. » Ma voix ce fait vexante, pleine d'énervement. Je plante mes yeux furibond dans les siens. J'espère qu'il allait comprendre le sens de mes paroles. « Donc, ta le droit de coucher avec des filles et moi j'ai pas le droit de coucher avec Milo. Oui, je comprend. C'est tellement censé.» Je reste une minute à le regarder, mon regard ne pouvait ce détacher du siens. Il était en colère, me détestait. Mais j'avais plus de justice que la sienne. Je soupirais, lui lâchait le bras et décidais de rentrer seul, même si je devais me bousiller la cheville. Je le contourne en lui rentrant bien dans l'épaule en passant, et commence à repartir dans la direction des maisons. Je m'arrête un moment, tourne la tête vers lui. « Ta jalousie t'aveugle au point que tu ne sais plus ce que tu dis. Mais tu t'en rend pas compte. » Mes derniers mots. Je continu alors mon chemin, traînant la patte. Je ne comptais pas dormir dans l'infirmerie. En faite, je ne supporterais pas de me retrouver dans cette situation et de voir Milo toute la journée sachant que y'en a un qui me reproche des choses passés. Ma cheville me fait mal, mais elle ne me fait pas autant mal que ce que je ressentais à présent. Je comptais bien prouvé à Théo qu'il n'y avait rien entre moi et Milo, et pour ça j'irais dormir là ou j'ai toujours dormir : Parmis les blocard. Les medjacks viendront me chercher par la force si ils sont vraiment inquiet de ma cheville. Je laisse Théo planter ou il est. Je suis en colère contre son comportement. Je le pensais meilleur que ça. Donc moi je devrais le laisser coucher à droite à gauche et payer pour mon crime d'avoir coucher avec Milo. De nous deux, c'est lui qui a le plus de crime à payer, pas moi. J'avance avec ma cheville qui me lance, qui me brûle, qui me crie d'arrêter d'avancer.

Mais je continu de marcher, parce que je ne l'écoute pas. Je suis trop énervée, je savais que je n'avais rien à me culpabiliser. Parce qu'après tout, je n'avais couché qu'avec un seul garçon – Milo en soit- et c'était avant que Théo ce mette soudainement à me faire cette crise. J'arrivais pas à croire qu'une tel réaction était possible chez lui. Jamais ont avait eu une dispute de tel et il m'avait horriblement blessée. Oui, sa jalousie l'aveuglait et lui faisait dire des choses ignobles. J'étais pas une trainée, d'ailleurs, pourquoi quand une fille couche avec un mec elle est considérée comme une trainer ? Eux ils couchent avec des centaines de filles et ils son considérés comme des dieux. La maison ce rapproche de plus en plus et je sens la fatigue, la réalité s'abattre brutalement sur moi. J'ai mal au muscles, j'ai mal au cœur, je n'en peu plus. Dormir me ferait du bien ? Je sais pas. A ce moment précis, je voulais juste m'allonger et ne plus penser à rien. Mais comme j'allais dans le même endroit que Théo, j'étais pas sur que mon esprit reste tranquille un moment. De toute façon, tout le monde était partis manger au réfectoire. Je serais seul dans l'espèce de dortoir. J'aurais au moins quelque minute à moi. Ma cheville me fait trop mal et je la sens essayer de fallir plus d'une fois avant que je me rattrape. Je finis même par m'accrocher au mur de la maison, essoufflé. Une grimace perce mon visage. Je pousse la porte et rentre. Ca faisait un moment que je n'étais pas revenu ici et je fus contente de retrouver mon lit. Personne n'était là mais les couchettes étaient déjà préparer. Ils devaient surement fêter la fin de la tyranie de Jonas dans le refectoire. Une petite fête d'on je comptais ne pas venir. Trouvant mon lit, boitant, mal en point, je m'écroulais dessus. Le confort me fit tellement de bien, que j'en soupirais de soulagement et qu'un sentiment de bien être me prit. Ma cheville redoublait de douleur, me faisant encore grimacer. Elle me lançait horriblement et je n'avais pas envie de me rendre à l'infirmerie. Je voulais rester là, allonger et penser à rien même si je n'y arrivais pas. J'avais mal. Aussi bien physiquement que mentalement.


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 27 Mar - 16:40

ENNDD ♥
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


[TERMINE] Tu viens t'entraîner? [Hestia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
» Entraînement Kageru
» Celty Sturluson [TERMINE]
» L'alcool fait presque le bonheur (pv Raphaël ) - TERMINE
» [Entraînement] Le poing rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-