Partagez

I don't want hurt you -| Séléna & Tao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageMar 11 Nov - 15:36






I don't want hurt you
Selena & Tao

La ville. Quand vous voyez les décombres, c'est un peu comme si vous regardiez de haut une représentation réduite qui aurait été détruite. C'est tellement surréaliste de voir ses tours qui autrefois faisaient des hauteurs impressionnantes, être réduit presque à néant. De voir les magasins, les parcs, les endroits où vous aviez l'habitude d'aller complètement détruit. Il ne reste plus rien de leur vie. Que des souvenirs. Comme des photos qui auraient manqué d'être complètement brûlé. Leur Terre avait brûlé.

La vie n'avait plus rien à voir avec ce qu'ils avaient vécu. Aujourd'hui, tout n'était que survie, douleur, dérision et perte. Les survivants ne sont pas nombreux. Beaucoup ont perdu des êtres cher. Il y a plus d'infectés que d'êtres humains dans cette foutue ville, comme partout ailleurs sans doute. Tao en a croisé quelques-uns. dont son père, en premier.

Le jeune homme secoua la tête pour éviter d'y penser et continua sa route en réajustant son sac sur son dos. Il venait de quitter la famille de survivants qu'il avait rencontrée, il y a quelques jours. Quelques mois, peut-être ? Il est dur de se faire une idée. Peu importe. Il avait décidé de s'en aller. Pas qu'il ne se plaisait pas avec eux, au contraire, mais il ne pouvait pas rester avec des gens et se cacher sous terre, ce battant uniquement pour chercher des vivres. Il devait voir si d'autres personnes étaient en vie. Sa tante Judith peut être. Il voulait croire que les personnes qu'il connaissait étaient encore en vie. Il ne voulait pas penser au nombre de personnes qu'il pouvait avoir perdu.

Cela faisait presque trois heures qu'il marchait. La chaleur était insupportable. Il s'arrêta dans un petit coin d'ombre et sortit sa gourde d'eau avant de se poser sur un bord de fenêtre. La nuit était loin de tomber, il pouvait faire une petite pause, cela ne pouvait pas lui faire du mal.
 

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 12 Nov - 0:11


I don't know who you are.
(prévert) ▽ « NEVER TRUST A HUG. IT'S JUST A WAY TO HIDE YOUR FACE. »
 




Aaah la bonne chaleur. Comme c'est géniale d'être carbonisée dès le réveil. Une chaleur étouffante qui te prend en plein poumon. Je suppose que c'est à cause des éruptions solaire. Pour pas changer, je suis encore partis du refuge, parce que ce n'est pas mon genre de me carapater comme un rat dans un souterrain. J'allais devenir folle si je restais avec tout ces cinglés complètement déprimés. J'ai échappée à la vigilance d'Aria, bizarrement elle me couvre un peu, pas d'une manière douce, mais dans ses yeux quelque chose danse dès qu'elle me voit. Peu être que je l'ai déjà vue avant cette vie là. J'en doute personnellement. Je marchais dans une ruelle, avec mon arc bandée. J'étais toujours à la recherche de la même personne. Du fondu qui avait tué June. Je savais qu'il était là, quelque part en train de ce repaître sûrement d'une pauvre créature. Et je me suis jurée de le tuer. J'avais eu du mal au début à me débrouiller par moi même. Je les voyais tous foncés sur moi avec une seule et même idée : me croquer. Je savais pas que j'étais si appétissante que sa, non franchement sa en était presque flatteur je vous jure. Vous auriez du me voir, avec ma tête de choquée en train de poignarder un fondu à grand coup de poignard. Jusqu’à ce qu'Aria vienne me repêcher sur le toit d'une voiture entourée de tarés. Je jetais un coup de pied dans une pierre qui retentit dans la ruelle. Faire un bruit dans une ville de fondu c'est comme lâcher une souris dans une cellule de chat. Quelque chose attira mon attention sur ma droite. Une boite de conserve roula sur le sol dur et s'arrêta contre ma batte. Je la ramassais, c'était une boite de petit pois. Elle devait être périmée, et je me demandais pourquoi je la tenais encore dans la mains. Mon visage décrivis un certains dégouts. Un bruit me fit sursauter. Je lâchais la boite à terre et bondait de nouveau mon arc. Ma respiration ce fit plus rapide et mon cœur me frappait la poitrine à petit coup. J'avais l'habitude de les voirs maintenant les fondus. Mais je sais pas pourquoi, l'idée de voir leur visage de plus en plus déchirés déclenchait une nervosité sans nom en moi. Je respirais bruyamment. Qui qu'il soit, il allait payer. Il allait tous payer de m'avoir retirer la seule personne en qui je tenais vraiment. June. Ma meilleure amie. Ma sœur. Ils allaient payer. Je décris un cercle, la flèche toujours pointer dans la zone sombre des poubelles. Une forme pâle finit par en immerger. Des yeux fous  me regardait, avec un sourire terriblement cruelle et fou. Il arborait une expression avide, qui ne fit qu'accélérer les battements de mon cœur. Il marchait à quatre pattes, ce que je ne comprenais pas vraiment. Mais il du le faire pour ce sortir des sacs poubelles. Aucune hésitation. C'était maintenant ou jamais. Je baissais les yeux sur la canette vide et choutait dedans. La boite siffla dans les airs avec un raisonnement qui recouvrit la ruelle en échos. Elle ce fracassa contre le crâne du fondu qui hurla à m'en vriller les tympans. Une plaie s'ouvrit, libérant un liquide rouge. La boite tomba au coté du fondu qui couinait en ce tenant la tête.

« Lève toi.» Ordonnai-je. Il pleurait en ce balançant la tête, comme les malades manteaux. Je continuait pointer mon arc vers lui. J'avais besoin de savoir.

« Debout ! » Hurlai-je si fort que je me surpris moi même. J'étais complètement hors de moi. Il daigna enfin relever la tête, mais ce fut un rire qui s'en échappa. Ne pas le laisser agir. Furieuse, je me suis diriger vers lui et lui ai plaquée sauvagement mon talon dans le torse. Il tomba sur le dos et je cala mon pied sur son ventre pour l'empêcher de ce relever. Je pointais ma flèche sur son nez, mes yeux plongés dans les siens.

« Je recherche l'un des tiens.» l'informai-je. Il haussa les sourcils avec un sourire qu'il n'avait toujours pas perdu. Il dirigea son index vers sa bouche.

« Chute.» Répondit-il. Je ne compris pas, mon visage affichait une expression complètement surprise. Derrière moi j'entendis des nouveaux bruits de pas. Je me suis retournés pour aperçevoirs un petit groupes de fondu qui ce dirigeais vers moi à vitesse folle. Enfin, si ont pouvait dire sa. Comme leur cerveau est assez lent, ils essayent de t'attraper comme ils peuvent les pauvres. Furieuse qu'il m'est tendu un piège, je lui décochais enfin ma flèche dans son visage. Puis je pris les jambes à mon coup. Je traversais la ruelle en courant, poursuivis par le petit groupes. Je n'avais même pas eu le temps de récupérer ma flèche. J'en saisie une de mon carquois et me suis stopper. Je bandais mon arc et libèra ma flèche sur le premier fondu. Je repris en suite ma course : Pas question de leur donner une chance de me rattraper. Je tournais dans une seconde rue, repris une flèche dans mon carquois et répétais le même schémas. Le deuxième tomba à terre, ce faisant écraser par ses congénère qui hurlait  le mot '' Faim '' en me lançant des regards voraces. Je repris ma course l'arc à mains, mais le souffle court ne tarda pas à me gagner et je sentais que mon cœur était sur le point d'exploser. Je devais pas m'arrêter. Mes talons résonnait dans les ruelles dans lequel je m'engouffrais. Je tournais à gauche ou la rue fut plus grande, avec des voiture garés. Je me retournais pour apercevoir qu'ils couraient avec difficulté. J'attrapais une nouvelle flèche dans mon carquois, mais cette fois ci pas question de s'arrêter. La tête tourner à contre sens, je ne savais pas ou je me dirigeais et encore moins si il y avait un obstacle devant moi. Je bandais mon arc, visant l'un des fondus quand un immense choc me propulsa à terre. Une douleur ce répandit partout dans mon corps, tandis qu'un sifflement me vrillait les tympans. Des tâches sombres dansaient dans mes yeux et la tête me cognait. Je mis un moment à comprendre que je venais de rentrer dans une personne. Je tentais de me redresser, mais la douleur du choc m'écroula à terre et j'échappais un gémissement. Derrière moi les fondus ce rapprochait en hurlant '' Deux poulet, jour de fête.'' Ou '' Manger, manger partout.''
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 12 Nov - 21:17






I don't want hurt you
Selena & Tao

La chaleur était insupportable. Il faisait tellement chaud qu'il était presque impossible de rester éveiller. S'il restait longtemps assis sur ce muret, il finirait par y rester et ce n'était pas une bonne chose. Il rangea sa gourde à sa place et sortait son grand couteau. Il ne connaissait pas la zone dans laquelle, il allait pénétrer, il était donc plus prudent d'être préparé au pire. Une fois son sac en place et le jeune home prêt, il se mit à trottiner doucement, il fallait rester en mouvement et le plus rapidement possible pour être hors de porter si jamais une attaque survenait.

Cela devait faire trente minutes que Tao courait à travers les rues désertes, slalomant entre les carcasses de voitures abandonner, quand il entendit du vacarme pas très loin. Enfin, c'est ce qui lui semblait. Les grandes rues étaient tellement grandes, c'est le cas de dire, il y avait si peu de personnes que les bruits avaient tendance à résonner. Mais il lui semble entendre des poubelles tomber et d'autre bruits encore. Tao accéléra légèrement en ce dirigeant vers l'endroit d'où provenait le bruit. Il s'apprête à prendre la rue adjacente, quand une jeune fille en sortie. Ils étaient tellement proches qu'il n'eut pas le temps de freiner. Elle lui rentra dedans, avant de tomber au sol, faisant reculer de plusieurs pas Tao. Il douleur sembla ce réveiller au milieu de son torse, là où la tête de la jeune inconnue avait frappé. Il ne s'attardait pas là-dessus, car il remarqua un peu plus loin un groupe d'infecter qui courait droit sur eux. Le fait de voir, de sentir leur présence les exciter et ce, n'était pas très bon signe. Il remarqua que la brunette essayée de se relever, peine perdue. Il se baissa alors pour la récupérer et mettre son bras autour de son cou, l'aidant ainsi à tenir debout.

Au même moment, un fondu écarté de la foule ce trouver à porter de main asser près pour attraper le bras de Tao. Avant que celui-ci n'ait eu le temps de le mordre, le jeune asiatique se délivra de son emprise, lui assenant sans hésitant un coup de son couteau à travers la gorge. Sans prendre la peine de vérifier, il se mit à courir aussi vite qu'il pouvait, faisant tenant le corps de la jeune fille contre le sien, essayant de la maintenir aussi droite que possible. Leur course était ralentie par l'étourdissement de l'adolescente et les râles du groupe de fondus résonner encore derrière eux. Une centaine de mètres plus loin, Tao remarqua, un immeuble encore en asser bon état pour les accueillir le temps que le groupe disparaisse. Il ouvrit la porte, aussi silencieusement que possible et pénétra dans la structure, toujours la jeune fille accrochée à sa nuque. Un point douloureux résonner dans le torse de Tao, lui soufflant qu'il faisait bien trop chaud pour ce genre de connerie .

Il s'arrêta un instant, décidant de changer de plan. Leur course était trop lente comme cela, ils finiraient par se faire attraper. Il passa donc son bras dans le dos de la jeune fille, et l'autre sous ses genoux, avant de la porter, descendant des escaliers qui devaient sans doute menait dans des sous-sols. Il ouvrit la première porte venue, vérifiant qu'il n'y avait personne, aucun fondu. Il pénétra donc à l'intérieur, déposa la jeune fille dans un coin et referma la porte, faisant repart avec son propre corps.

Ca ne lui plaisait pas de fuir ainsi, mais elle sembler avoir pris un sacré coup et ils étaient déjà plutôt nombreux. Ils auraient fini, soit l'un, soit l'autre, par se faire mordre. Le souffle court, grimaçant à la douleur que lui insuffler sa respiration douloureuse, brûlant sa gorge. Son cœur battait la chamade dans sa cage thoracique, menaçant de sortir à tout moment. Il resta silencieux un moment, le temps que tout ce calme. Il n'entendait rien des bruits extérieurs ici, mais il se doutait que le groupe de fondu avait déjà passé leur chemin. Il se tourna vers l'inconnue qui lui faisait face, appuyer dans un coin de la pièce.

-Est-ce que cela va ? Tu as été blessé ? Mordu ?
 

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 12 Nov - 22:47


I don't know who you are.
(prévert) ▽ « NEVER TRUST A HUG. IT'S JUST A WAY TO HIDE YOUR FACE. »
 


Les tintements dans ma tête étaient insupportables. La douleur qui se répandait sonnait comme une alarme bloquée avec encore deux neurones. Je sentis un bras m'enlacer par la taille et me relever. J'émis un gémissement, c'était la première fois que je me faisais autant mal. Habituellement je suis plutôt une coriace. Pour preuve j'ai une vilaine cicatrice sur le poignet, qui me rappelait chaque instant la mort de mon amie. Des tâches continuaient de danser devant mes yeux, tandis que l'autre personne donnait un coup de couteau furtif dans l'un des fondus. Si ça se trouve, lui même était un fondu qui allait me manger dans quelques instants. Mais je ne pû y croire, car il passa son second bras sur mes épaules et il se mit à courir. J'essayais de suivre son élan, mais j'avais la tête trop dans les vapes pour suivre quoi que ce soit. La chaleur suffocante était devenue insupportable, et je n'aurais pas été surprise d'être en sueur et dégoulinante. Je voyais la moitié des immeubles passer à toute vitesse dans notre course, ainsi que les hurlements insupportables de ces monstres. Ils sonnaient dans ma tête en se mélangeant avec ma douleur. Je sentais mon corps contre le sien, il haletait. Puis nous nous s'arrêtâmes, et il changea carrément de tactique.

Il passa une main sous mes genoux, je sentais la pression se refermer tandis que son autre main se plaçait dans mon dos. Puis je fus soulevée de terre, la tête plaquée contre son torse. Je crois que j'étais dans les bras d'un inconnu complètement sonnée. Je sentais les pas de sa course retentir dans ma tête, tandis que chaque pas était un tremblement. Je ne voyais pas grand chose de ce qui se passait, mais je concentra mon regard sur son visage. Au départ il me parut flou, à cause de mon sérieux coup. Puis, il finit par attraper plus de netteté. Il me disait vaguement quelque chose. Ses yeux étaient tirés, il devait être certainement asiatique. Une masse de cheveux noir dressée sur sa tête laissait tomber des gouttes de sueurs. Je devais admettre qu'il était plutôt pas mal, ou bien je m'étais pris un sacré coup dans la tête. Il devait être plutôt musclé pour me porter moi et monter les marches en même temps. Ou bien j'étais un poids de plume. À savoir que je ne mesurais qu'1m57, mais quand même. Détournant enfin mon regard du garçon, je baladais mes yeux, ci et là, pour m'apercevoir qu'il faisait sombre et qu'il n'y avait aucune traces de soleil. Les escaliers.

Mais oui suis-je bête ! Nous étions dans un immeuble. Le fait de ne plus entendre les cris des fondus me fit deviner qu'on les avait semés. Mais ça ne voulait rien dire : Il pouvait toujours y en avoir deux ou trois dans l'immeuble. En général ils aiment bien se cacher du soleil étouffant. Je dis ça parce que c'est pas la première fois que je m'échappe du refuge. Et surtout que je commençais par comprendre un peu mon nouveau mode de vie. Aria allait me tuer par ma disparition, encore. Combien de fois devrais-je lui dire que je ne dépends de personne, qu'elle n'a pas à me couvrir ? Je pense que le mot ne passera sûrement jamais. Le garçon me déposa sur le sol et entrepris de fermer la porte, en y restant collé. Je portais la mains sur ma tête en émettant une sorte de couinement. Honte à moi de paraître aussi faible devant quelqu'un, surtout un garçon. Mais je devais admettre qu'il avait le torse dur quand même, pour m'avoir autant sonnée. Je relevais la tête vers lui, tout en essayant de me relever. Je m'aidais du mur, alors que la douleur raisonnante n'avais toujours pas disparu de ma tête. Franchement, c'est comme si ont vous avait frappé à plusieurs reprises à coup de marteau dans le crâne. Et le reste de mon corps était endolori. Il m'harcela de question, et j'ai du mettre du temps avant de étudier. Mon cerveau c'était pas encore remis du choc. Bien sur que non que j'étais pas mordu ! Il ne manquerait plus que sa. Jamais je me laisserais mordre par ses choses.

«Ummm ..» Me plaignit-je. « Tu es fais de béton ou quoi ? Et non, j'ai pas été mordu. Le premier qui me mordra n'est pas encore né. » Encore heureux que mes dagues ou une de mes flèches n'avaient pas volé au dessus de moi pendant le choc. Sinon je me serais fais poignarder à coup sûr. D'ailleurs je tâtonnais mon dos à leur recherche, et sentis les pointes familières des flèches avec soulagement.

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 13 Nov - 18:21






I don't want hurt you
Selena & Tao

Quand il entendit la demoiselle geindre dans son coin, il tourna de nouveau son regard vers elle, alors qu'elle tenter de se remettre debout sur ses deux jambes, ce tenant au mur. Elle ne sembler pas au meilleur de sa forme et Tao ce sentait un peu coupable. Quand elle lui demanda s'il était fait de béton, automatiquement il porta la main à son abdomen. Il ne savait pas trop ce qui avait pu faire le plus mal à la jeune fille. Sans doute, la chute, puisque lui-même ne se trouver pas à ne que cela.

-Nan, je suis bien fait de chaire et d'os. Mais je pense que c'est la vitesse avec laquelle on s'est rentré dedans qui t'a fait le plus de mal. Je ne voulais pas te vexer !

Cela dit, elle sembler plutôt énerver qu'il suggère qu'elle s'soit fait mordre. Mais ce n'était qu'une suggestion, après tout si jamais elle s'était fait mordre, il ne pouvait pas rester avec elle et sans doute encore moins la laisser en vie. Ca pourrait être horrible pour lui et pour elle aussi. Lui-même n'aimerait pas être un fondu, elle non plus visiblement vue sa réaction. Il prit le temps de la détailler durant les quelques secondes de silence, discrètement. Elle était plus petite que lui d'une bonne tête au moins. Elle était assez menue et avait quelque chose dans son caractère farouche qui amusait presque le jeune homme. Il se dégagea de la porte, faisant quelques pas dans sa direction donc, sans signe agressif pour lui montrer qu'il n'avait rien contre elle. IL ne fronçait pas les sourires, mais il ne souriait pas non plus. Il était neutre.

Je pense que l'on peut sortir maintenant.

Les infectés était passé devant le magasin depuis un moment sans doute, la route devait être dégagée. Il lui fit un signe de tête vers la porte, avant de se diriger vers son ancienne place et d'ouvrir le panneau de bois qui avait été leur seul rempart et sortie dans les couloirs pour vérifier qu'il n'y avait personne. Ni survivants ni fondus. Il rentra un instant la tête dans la pièce où ce trouver encore l'adolescente et lui fit un signe de tête comme quoi elle pouvait le suivre. Il reprit la route, la laissant décider, si oui, ou non elle souhaitez le suivre à l'extérieur ou si elle préférer rester là en attendant qu'il s'en aille.

-Comment t appelles-tu ? Tu es toute seule ici ?

Sans même savoir si elle le suivait ou non, il avait balancé sa question se disant que si elle le suivait, elle répondrait, sinon et bien au pire il aurait parlé dans le vide, mais il n'est plus à cela prêt maintenant.
 

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 21 Nov - 1:28


I don't know who you are.
(prévert) ▽ « NEVER TRUST A HUG. IT'S JUST A WAY TO HIDE YOUR FACE. »
 

Je regardais le garçon. Il avait l'air désolé pour le choc qui nous avait cogner. Mais ma tête continuais de me lancer. Pis je ne pouvais pas lui en vouloir : Je ne regardais pas ou j'allais. Habituellement, ont peu courir les yeux fermés tellement la théorie de ce prendre quelqu'un est rare, mise à part un fondu peu être. Il ce peu qu'après tout, la ville grouille encore de survivant mais ils ne font pas tous partis du groupe d'Aria. Le garçon retire le bois qui bloquais la porte et l'ouvre. Je pense que les fondus ne nous avait pas suivis. Il sortit à l'extérieur de la pièce, me laissant le choix de la suivre ou non. Je pense que si il aurait voulu me tuer il l'aurait fais au moment ou j'étais dans les vapes, donc je décidais de lui faire confiance et je le suivais donc à l'extérieur de la pièce. Il finit par me poser deux question, et bizarrement j’avais cette effet de déjà vue. Je crois que depuis les éruptions solaire, j'ai du répondre à ses questions au moins une cinquantaine de fois. Cela devenait lassant, mais comme je ne le connais pas c'était plutôt normal. Je tentais de le suivre en trottinant sur le sol, mes jambes était plus petite que les siennes. Mais j'avais appris à suivre les cadences rapides. « Je l'étais, jusqu'à ce qu'Aria décide de ne plus me lâcher. Je veux dire, j'habite avec un groupe de survivant. Bon, c'est pas la joie tout les jours mais ont s'y fait. Et sinon je m'appelle Séléna, et toi qui es tu ? » J'avais décidée de garder mon histoire de June et de ce monde taré auquel j'étais confronté pour moi même. Je ne pouvais pas révéler des choses sur moi à un inconnu quand même. Sauf le groupe de survivant a qui j'appartiens entre parenthèse. Je n'y fais qu'a demi partis en faite, je passe plus mon temps à me venger de la mort de June que de les aider. Mais Aria me fait bien comprendre que j'ai plutôt intérêt à suivre ses règles si je veux rester parmis eux. Et entre nous, j'ai pas vraiment envie de me retrouver toute seul face au fondu, et avoir des gens sur qui compter fait parfois du bien. Ont descend les escaliers et passe la porte de l'extérieur. Dehors, il fait toujours chaud mais avec grand étonnement, aucun fondu n'était présent. Bah, dans pas longtemps ils vont tous arriver avec leur airs de chien rageux et nous trouver un jolie petit surnom pour évoquer leur faim.

Je suivais le garçon à travers la ville. Les écrans défilaient des images sur les immeubles, tandis que d'autre pendait dans le vide reliés par des câbles encore solidement attachés à l'une des poutres des immeubles. La pub coca cola me donnait forte envie, mais je me méfiais de la nourriture des boutiques, qui sait si ses bandes d'abruties n'ont pas mordu dedans ou transmis la braise par un autre moyen ? J'entendis un bruit sur ma gauche. Je me tournais vivement, même si mon corps endoloris criait de douleur. Je farfouillais dans carquois pour trouver une flèche que je décochais vivement dans la tête du zombie. Je suis dirigeais en suite vers lui pour la récupérer. Les flèches ne tombaient pas du ciel et en trouver était plus qu'un coup de chance. Sauf si vous les fabriqués vous même, mais pour cela faut carrément s'aventurer dans une forêt et entre nous je tenterais pas ma chance. Alors je les récupères et je les nettoies. Même si certaines sont carrément dur à récupérer. Je crois que notre sortis avait attirer l'attention, parce que soit j'hallucinais, sois d'autre fondu arrivait en nombre. C'est dingue, ont est jamais tranquille ici. Y'a toujours un macabé qui vient gâcher notre tranquillité. Je saisie une de mes flèches en soupirant, qu'es ce que j’espérais ? Me balader tranquillement dans la ville en paix ? Ca n’existe plus tout sa.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 2 Déc - 16:55






I don't want hurt you
Selena & Tao

Il se mit à trottiner à travers les couloirs, armes en main pour sortir de cet immeuble. Ils les avaient embarqués ici pour se cacher le temps que la jeune fille, Séléna donc, se remette de ses émotions, mais ce n'était pas une idée de rester dans un endroit aussi fermé, avec pas d'électricité et donc pas d'éclairage. La nuit commencée déjà doucement à tomber et donc s'ils restaient ici s'il faisait nuit, ils ne verraient plus rien, ils seraient piégés et les fondus pourraient les prendre au piège et se faire un bon gros festin ! Non, sans façon, Tao n'avait pas envie de finir au menu.

Alors qu'il arrivait de nouveau dans le hall du bâtiment, la brunette lui expliqua donc qu'elle vivait parmi un groupe de survivants avec une dénommée Aria qui ce montrer plutôt collante avec elle visiblement. Il eut un petit sourire en se faisant la réflexion qu'elle ne devait pas être si collante que cela puisque Séléna était ici toute seule, manquant de peu de se faire de nouveau potes bien moins plaisant que les survivants, aussi possessifs soit ils.

Alors qu'il ouvrait les portes pour retrouver une atmosphère étouffante, il l'entendit lui demander qui il était. Il s'arrêta un instant, ce faisant la réflexion qu'il ne savait même plus qu'il était. Qui il avait été. Est-ce que cela avait une importance ? Le monde était sur le point de sombrer et lui était un simple gars qui essayait de survirer sans raison valable, puisque au final, il avait plus de chances de mourir ou de devenir barge que d'avoir un remède et de retrouver le monde qu'il avait connu autrefois.

-Tao. Juste Tao.

Il n'avait pas grand-chose à dire d'autre. Pourquoi lui dire que lui n'avait pas toujours était seul, qu'il avait perdu son père il y a peu, devant le tuer lui-même pour éviter de se faire bouffer la cervelle. Ca n'avait plus aucune importance, tout le monde avait perdu quelqu'un, cela ne voulait plus rien dire et il ne voulait pas nécessairement s'attarder sur ce genre de chose. Il se mit à trottiner à travers les rues desserte, la jeune fille sur ses talons. Il se voyait mal lui faire une leçon sur le fait de rester avec quelqu'un en ces temps dangereux étant donné que lui-même avait abandonné le groupe de survivants parmi lequel il était resté quelques semaines. Mais elle sembler jeune un peu trop tête brûler pour son bien.

-Cette Aria, elle a l'air un peu... agaçante, peut être, mais je pense que tu devrais rester avec eux. Vos mieux avoir des amis que restaient seul dans ce monde pourri.

L'espace d'un instant, le silence fit place à tout le reste. Seul le bruit de leur pas sur le sol couvert de poussière et de leurs respirations retentissait. C'était encore étrange de voir une ville aussi grande si silencieuse. Des voitures abandonnées rester là, couvertes des traces du temps. Des panneaux de pub fonctionné encore temps bien que mal. D'autres menacent ceux qui passaient en dessous de leur tomber dessus.

Pensant être tranquille pour un moment, Tao entendit du bruit venant de sa gauche. Quand il se retourna pour voir ce qui avait tapé dans la boîte de conserve, certainement, il vit Séléna tirer une de ces flèches et un cadavre tomber sur le sol. Il s'arrêta de courir et suivit du regard la jeune fille retirer sa flèche avant de la nettoyer. Il n'était pas sûr que ce soit la meilleure des idées, mais toutes armes étaient utiles. Surtout vu ce qui arrivait. Un groupe impressionnant ce diriger vers lui. Ils ne couraient pas aussi vite qu'eux c'est sûr, mais cela ne les empêche pas d'être bien déterminé à les bouffer. Il se dirigea vers Séléna et lui attrapa le bras alors qu'elle charge une nouvelle flèche. Elle sembler prête au combat certes, et se battre ne l'effrayer pas non plus, mais se battre ici dans un espace si ouvert, alors qu'ils ne sont que deux et qu'eux sont...Eh bien beaucoup plus nombreux, c'était à coup sûr du suicide.

-On ne peut pas rester là !!

Il l'entraîna derrière lui et se remit à courir. Alors qu'il commence à sentir un point de coter lui brûler les côtes, il vit une immense bâtisse dresser devant lui. Un hôpital. Cela devrait faire l'affaire.

-Par là.

Il relâcha la pression sur son bras et pénétra dans l'établissement alors qu'il entendait les grognements de leurs poursuivants juste derrière eux. Il ne prit pas le temps de vérifier derrière lui s'ils entraient à l'intérieurs et se mit à détaler à travers les couloirs. Quand il se mit à grimper une volée de marche, il remarque que la jeune fille avait disparu . Il resta un instant sous le choc à regarder à droite à gauche, sans aucune trace.

-Séléna !
 

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


I don't want hurt you -| Séléna & Tao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» you don't want to hurt me, but see how deep the bullet lies (joao)
» Ralentissement
» Toby + I've been hurt before

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-