Partagez

[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageMer 18 Fév - 19:10





















     ❝ L'animal dans sa Cage, et les blocards dans la leur ❞
   
Libre

   

   


   Aujourd'hui je me suis portée volontaire pour aller nourrir les bêtes, pour m'en occuper. J'étais en train de faire un rapport mais il n'étais pas très important, de toute façon les rapports c'est toujours the same thing. Je suis hyper fatiguée. En ce moment je bosse comme personne et j'ai dû mal à me réveiller the morning. Pffff. Le silence est assommant, j'en peux plus de bosser, j'ai les paupières qui tombent et la cabeza qui tourne. Mais bon je dois tenir et ne pas me laisser aller, j'ai un boulot, faut pas que je le laisse tomber. Je marche vers les Cages, il fait jour, la plupart des Criaturas sont là, je n'aurais pas de mal à les nourrir. En marchant, je laisse échapper un soupir. Cela fait longtemps que je n'avais pas traversé ce couloir ni admiré las flores que je vois dehors. C'est normal, last week c'est une autre Créatrice qui s'est portée volontaire. J'ai râlé mais bon. Ce n'est quand même pas toujours at me de faire tout le travail, si ?
Je suis bientôt arrivée dans les Cages. Je prends un seau, passe dans la réserve et prends de la nourriture. Puis j'ouvre la porte de la salle des Cages et j'entre. Toutes les Créatures se tournent vers moi. I smile, attendrie. Je m'approche des jeunes plants d'Epinelles, verse de l'eau, pareillement pour les Pétunia. Pour le jeune plant de Vicieuse, je verse le liquide dans un tube que je redresse pour y apporter el agua preciosa. Ce serai trop dangereux d'approcher la plante. Puis je passe devant la boîte des scaralames, sans les nourrir (ce sont des machines) avant de passer devant la Cage des Apophis et d'y verser a lot of mice mortes. Ce sont des Créatures génétiquement modifiées et donc, contrairement aux autres, qui n'ont pas de cœur de métal, et ont besoin de alimento. Je m'approche ensuite des Griffeurs et vérifie leurs câbles de contrôle. Je fais pareil avec le cœur de my loves of Pisteurs. Ensuite, je passe devant la Cage des Pilleurs pour faire la même chose. Au moment où j'ouvre la Cage, un d'eux se jette sur moi et me pique le papier que je tiens à la main. Mon rapport ! Je grogne, essaie de le récupérer, avant d'entendre des pas. Quelqu'un ? Extraño, je devrai être seule ...
   
   


   

   
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
   


Dernière édition par Nyx Onyx le Sam 7 Mar - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageJeu 26 Fév - 16:53



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









Plus que 53 minutes. Hélène n'avait plus que 53 minutes pour atteindre le transplat qui avait été installé dans la salle des machines. Et elle avait pour ordre de s'y rendre expressément. Pour passer à Denver. Depuis quelques mois, une étrange pression règne à Denver lui avait-on dit. Elle n'y été pas allé depuis plus de 6 mois. Ce malaise est provoqué par, comme le font parcourir les rumeurs, le fait que le centre pour les infectés atteint de la Braise soit à proximité. Bien que le plus gainant n'étant pas le centre, mais ses occupants. Le Maire de Denver a fait une annonce il y a à peine quelques jours, et voici que la plupart des employés du WICKED sont recrutés pour aller à Denver, autrement dit, à aller sur le front.

Car oui, une bataille se prépare. Le Maire l'a d'ailleurs explicitement dit, les infectés arrivent en masses aux portes de Denver. Cette fois ci, les autorités n'ont pas essayé de cacher la vérité, ou enfin, ils ne peuvent plus la cacher. Car eux savent très bien à quoi servent les centres pour infectés : ils servent à les faire pourrir comme de la vieille viande. Cependant, les infectés du centre proche de Denver ont pris une décision. Ils veulent attaquer la ville, sans doute par soif de sang. Alors le WICKED a été mis en alerte. Toutes les créatures n'étant plus en service devaient être rapatriées là bas, et vite.

Suivie d'une dizaine d'ingénieurs, la créatrice traversait les couloirs peu éclairés, marchant un pas devant l'autre à une bonne vitesse. Elle était en retard à cause de ces ingénieurs qui avaient pris leur pause déjeuner. Mais elle comptait bien les faire payer ce retard.

Ils tournèrent dans quelques couloirs étroits et Hélène, après avoir entré le code de sécurité pour déverrouiller la porte, poussa celle ci avec une force laissant entrevoir son agacement.

- Embarquez moi ça sur vos chariots, dans un quart d'heure c'est fini ! Compris ?!

Elle parlait d'un ton plus qu'autoritaire et laisser avec plaisir la colère s'échapper d'elle. On lui avait toujours dit qu'elle faisait peur quand elle était en colère, ce qui n'arrivait pas souvent.

Mais alors que les ouvriers étaient déjà en train de déplacer les cages sur leurs chariots, Hélène remarqua que quelqu'un était déjà là. Une jeune fille aux cheveux noires qui la connaissait. Nyx. Hélène avait toujours trouvé que son nom suivait avec son physique : Nyx, déesse de la nuit dans les anciennes mythologies occidentales, suivant à merveille avec ses cheveux noires comme le ciel, et ses yeux clairs, comme les étoiles. Mais mis à part son physique, les deux se connaissaient bien, elle étaient, plus que des collègues de travail, des amies. Hélène se rapprocha donc de son amie, lui offrant un sourire magnifique et un signe de main.

- Salut ! Tu vas bien ? Je suis désolé si je te brusque un peu mais je suis très pressée à cause de ces feignasses.

Elle avait bien accentué les derniers mots, histoire que les ouvriers se sentent encore plus sous pression et se dépêchent encore plus. Et alors qu'elle se rapprochait encore de Nyx, une sorte de singe lui passa devant le visage. Hélène ayant des réflexes entraînés, elle essaya d'attraper le Pilleur. Sans succès car elle n'en tira qu'un bout de papier déchiré.



___________________________________
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 26 Fév - 19:19





















     ❝ L'Animal dans sa cage, les Blocards dans la leur ❞
   
Libre.

   

   


   En tout cas, cette saleté de Pilleur va en voir de toutes les colors ! La porte des Cages s'ouvre. La personne que j'ai entendue. Il doit y en a voir plusieurs, de personnes. Une voix que je connais bien ordonne avec autoritarisme ;
- Embarquez moi ça sur vos chariots, dans un quart d'heure c'est fini ! Compris ?!
Je me tourne vers Hélène, car c'est elle la joven mujer que j'ai entendu. Hélène est une collègue, Créatrice elle aussi, et on s'entend très bien. C'est bien mieux qu'une simple collègue. C'est une de mes best friends. Pour une fois qu'una persona me plaît, j'ai trouvé le jackpot en dénichant une super fille ! Elle m'aperçoit enfin et se pare d'un magnifique sonrisa. Elle m'adresse un signe de la main en se rapprochant de moi. Jeune fille aux long brown hair et aux jolis yeux bleus clairs. C'est bien Hélène.
- Salut ! Tu vas bien ? Je suis désolé si je te brusque un peu mais je suis très pressée à cause de ces feignasses.
fait - elle en foudroyant les ouvriers du regard.
Je ris. C'est bien Hélène, ça aussi. Puis son regard est attiré par le Pilleur qui m'a volé mon rapport et elle tends la mano. Le Pilleur l'esquive, mais elle attrape un papier. Mon rapport ! I smile aussitôt et lui prends, pardon, arrache le papier des mains.
- Mon rapport ! Euh ... je dis en me figeant. Oh, sorry, ce n'est pas poli ce que je fais... je dis en me lamentant. Sinon, ¿qué tal? Quoi de beau ?
Oh mon D I E U, ce que ce rapport est déchiré. Cet idiot de singe va me le payer ! Très cher ! Je foudroie de la mirada le concerné et il à la bonne grâce de reculer. Ah, s'il savait ce qui l'attends ! Puis je reporte mon attention sur Hélène. Je n'ai vraiment pas envie de paraître impolie, surtout with her.
   
   


   

   
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
   
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageJeu 26 Fév - 23:54



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









En voyant comment Hélène foudroyait du regard les ouvriers, Nyx se mit à rire. Si cela avait été une d'autre personne, Hélène n'aurait pas accepté et l'aurait envoyé voir ailleurs, mais là c'était Nyx. Elles se connaissaient depuis quelques temps, mais pas une éternité. Pourtant elles étaient aussi proche que si c'était depuis le plus bas âge qu'elles se coutoyaient. Elles se comprenaient toujours, ou presque. Que se soit par le regard ou bien par des expressions ou des attitudes. Cela étant car elles se racontaient beaucoup de choses, quasiment tout, si ce n'était tout.

Le rire de Nyx exprimait tout simplement le fait de reconnaître Hélène à son, si l'on peut dire, caractère impulsif et autoritaire. Ce côté de son caractère, Hélène ne le présentait jamais à Nyx, elle n'en avait pas besoin. Cela sert plutôt à intimider les personnes étrangères. Et oui, car dans notre monde, et encore plus à notre époque, une femme est considérée comme inférieur à un homme, malgré ce que stipulent certains. Alors quand dix hommes vous font face, il est obligatoire sinon indispensable de montrer de l'autorité et de la rigueur, comme dans son pays d'origine.

Dès que le papier atterrit dans les mains d'Hélène, Nyx le repris en souriant d'un air rassuré. Le singe génétiquement modifié avait dut lui arracher lui même des mains.

- Mon rapport ! Heu…, elle hésita en se rendant compte de sa brutalité. Oh sorry, ce n'est pas poli ce que je fais…

C'était drôle sa manière de mélanger les langues. Le drôle étant qu'elle ne s'en rendait pas compte. Hélène s'était déjà questionné si c'était car elle avait juste mal appris les mots, les inversant en fonction des langues. Mais non, c'était comme naturel pour elle d'intercaler des mots d'autres langages dans ses phrases.

Hélène fit un mouvement de tête, histoire de dire que ce n'était pas grave et la regarda pour qu'elle finisse sa phrase.

- Sinon,  ¿qué tal?  Quoi de beau ?

Si Nyx avait bien un défaut aux yeux d'Hélène c'était bien quand elle parlait espagnol, une langue que Hélène n'avait apprise. Elle savait parler différentes langues comme l'Ukrainien, sa langue natale, mais aussi le Russe, l'allemand, l'anglais et évidement le français, mais pas l'espagnol. Heureusement, il n'était pas compliqué pour elle de deviner le sens de ces mots, signifiant sans doutes « Comment ça va ? », au vus du début et de la suite de la phrase.

- Moi ça va, je suis juste très pressée. Je dois me rendre à Denver dans l'heure avec un transplat, et toi ? Tu viens ou alors tu restes ? Parce que je ne sais pas combien de temps je vais devoir rester dans cette ville de fous, vraiment.

Pendant ce temps, Nyx écoutait, fixant le singe des yeux, lui disant clairement par le regard : « Écoute, toi la prochaines fois, tu y passe ! OK !? ». Hélène, elle surveiller de loin les ouvriers, elle n'avait pas oublié son horaire.



___________________________________
Revenir en haut Aller en bas



MessageVen 27 Fév - 15:33





















❝ L'animal dans sa Cage, et les blocards dans la leur ❞
Libre




Hélène me rassure d'un signe de la cabeza. Ouf, ce que je peux être impolie de temps en temps ! Elle hésita un instant avant de répondre at my question.
- Moi ça va, je suis juste très pressée. Je dois me rendre à Denver dans l'heure avec un transplat, et toi ? Tu viens ou alors tu restes ? Parce que je ne sais pas combien de temps je vais devoir rester dans cette ville de fous, vraiment. dit - elle.
Ville de fous ? Comme elle a raison ! Ah, ma petite life de Chicago me manque, mais l'armée d'Infectés y est déjà. Mais, oui, c'est vrai, Denver, l'invasion d'Infected, tout ça ! Ouh la la, en ce moment ce n'est vraiment pas calma. Une armée d'Infectés marche vers Denver, une ville qui n'a vraiment pas beaucoup de defense. Elle recrute beaucoup de membres sur son passage. Ces idiotas pensent que nous les exilons pour les faire mourir. Comme si nous allions nous embêter à organizar tout ça ! Nous devons déjà nous préoccuper du bloc, pas des sick person en plus tout de même ! J'hésite avant de répondre à my friend :
- Oh, I don't know, j'aimerai beaucoup venir mais je n'ai pas d'arme pour organiser las defensas de la ville, alors je ne sais pas si je serai utile. En tout cas, you're lucky ! je fais en survolant les Cages du regard. Les ouvriers tentent de travailler le plus vite possible pour ne pas s'attirer les foudres d’Hélène. Je les comprends. Moi non, je n'aimerai qu'elle se mette enfurecido contre moi. Puis mes yeux se posent sur le Pilleur qui a tenté de me voler mon rapport. Il est en train de s'approcher de ma collègue, his eyes posés ses cheveux. C'est vrai qu'elle en a de très jolis ! Mais quelque chose me dis que cette Criaturas les fixe pour les arracher et non pour les admirer. Je regarde Hélène et lui fais un signe de tête vers le macaque. Je sais qu'elle va comprendre. Nous n'avons pas besoin de palabras. Juste d'expression et de signes. Alors que je devrai m’inquiéter pour la chevelure of my friend, je me surprends a ressentir de la pitié pour le singe.Quiconque s'attaque à Hélène s'attaque à un volcan en fusion. Du moins, c'est ce qu'on dû ressentir les pauvres ouvriers. Qu'un volcan entrait en erupción sous leur nez.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageSam 28 Fév - 16:57



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









Nyx parut réfléchir à l'évocation de Denver et des « fous » qui s'y rendaient. Elle réfléchissait sûrement à la question que Hélène lui avait posé : Allait-elle venir à Denver ou non ? En ce moment c'était la grande question qu'affichait tout les employés du WICKED, que se soit créateurs ou techniciens de maintenance. Car tout le monde avait été appelé à s'y rendre en cas d’extrême urgence. De plus, il avait bien été question d'une prime pour ce geste. Certains devaient donc s'y rendre par soif d'argent, mais ce n'était pas le cas d'Hélène. Elle n'avait pas besoin d'argent, elle venait d'une ancienne famille d'aristocrates exilés de Russie lors des révolutions de 1917. Sa famille avait présentit ce qui allait arrivé et avait décidé d'emmener toute sa fortune avec elle dans son exil. Elle avait eu raison car cela avait permis, après la chute de la dictature russe de revenir, plus riche et puissant que jamais.

Non, c'était car Hélène se rendait compte de la situation. Denver était une des portes menant dans la zone saine. C'était un bastion primordial dans la guerre qui s’annonçait : celle des infectés contre le WICKED et les gouvernements restant. C'était une guerre qui s’annonçait dure et longue et qui aboutisserait dans tout les cas à soit la destruction de tout les infectés sur terre, soit à la disparition de la race humaine. Ceci, c'était le point de vue d'Hélène.

Nyx répondit après réflexion à la question d'Hélène :

- Oh, I don't know, j'aimerai beaucoup venir mais je n'ai pas d'arme pour organiser las defensas de la ville, alors je ne sais pas si je serai utile. En tout cas, you're luck !

- Mais pas besoin d'arme ! A ton avis pourquoi prenons nous les créatures ? Si tu veux tu peux en contrôler une, enchaîna Hélène en lançant un clin d’œil. Elle savait que Nyx aimait beaucoup les créatures, les pisteurs étaient ses préférés.

Puis la jeune femme aux cheveux de jais adressa un regard à Hélène, celle ci compris instantanément le message. Elle se retourna et vus le pilleurs, elle attrapa avec force un de ces pieds et elle lui fit une sorte de clé de bras avant de le relâcher en riant. L'animal n'avait pas mal, car Hélène n'aimait pas blesser sans le devoir. Elle n'était pas comme ces fous d'infectés, et elle tenait à cette différence. C'était la seule chose qui la poussait à se dire qu'elle pouvait les tuer.

Hélène regarda l'heure. Il ne restait plus que quelques minutes avant de devoir partir, elle jeta un coup d’œil aux ouvriers qui avaient déjà pris toutes les cages. Comme quoi la pression est bon moyens, n'est-ce pas ?

- Alors, qu'en dis tu ?



___________________________________
Revenir en haut Aller en bas



MessageSam 28 Fév - 19:36





















   ❝ L'animal dans sa Cage, et les blocards dans la leur ❞
 
Libre

 

 


      Hélène m'adresse un clin d’œil.
- Mais pas besoin d'arme ! A ton avis pourquoi prenons nous les créatures ? Si tu veux tu peux en contrôler une, dit - elle.
I smile. Elle a bien raison de mentionner ça. J'ai vraiment envie d'aller à Denver et ma dernière réticence est résolue. Je pose mi mirada sur les Pisteurs. Les ouvriers acheminent leur dernière Cage. La Créature qui s'y trouve nous fixe. Je lui fais un clin d’œil joyeux, semblable à celui que my colleague m'a adressé. Hélène s'est retournée dès que je l'ai avertie de la présence du Pilleur. Elle se retourne, attrape el pie de la Créature et lui fais une clef de bras. Puis elle le relâche. Elle se tourne vers moi en regardant successivement the hour et les ouvriers. Elle à l'air satisfaite.
- Alors qu'en dis - tu ? me demande t - elle.
Je ris.
- De la vitesse du travail ou de the attack sur le Pilleur ? Moi, j'en dis que c'est efficace. Ah oui ... Et vengo à Denver avec toi, si tu veux bien. je fais en souriant.
Je n'ai peut - être pas de weapon mais j'ai mes "bébés" de Pisteurs. Je me ferai un plaisir de les lâcher sur ces perdidos d'Infectés. La Braise ne leur a pas fait perdre seulement la santé but too la cabeza ! Quelle idée d'attaquer Denver ! Ils sont fous. Really crazy. Je suis le dernier ouvrier du regard. La dernière Créature est sortie. Mais je viens de penser à quelque chose.
I have an idea ! Et si on utilisai quelques Scaralames pour espionner les rangs des Infectés ? je lance en écarquillant les yeux.
Cela nous permettrai de prévoir sus ataques et de les contrer beaucoup plus facilement. A moins que quelqu'un aie déjà pensé at that, cette idée nous permettrai une défense beaucoup plus développée et un temps d'avance considérablement supérieur à celui de nos "ennemy". Mais cela me fait penser à encore autre chose. Et si ces Infectados avaient déjà pensé comme cela et qu'un espion avait "infecté" (c'est le cas de le dire) nos rangs ? Je prends une expression soucieuse, mais plus que je ne l'aurai voulu. Je suis sûre qu'Hélène a déjà deviné à quoi je pense. Suis - je lisible comme un book open ?
   
 


 

 
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageSam 28 Fév - 23:39



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









Nyx ne put s'empêcher de sourire à l'énonciation de ses chouchous, les créatures. Hélène sentit que la dernière barrière qui retenait Nyx au centre du WICKED cédait. Elle en était heureuse, car si elle devait combatte pour la survie de la race humaine, autant le ferait-elle avec une amie digne de partager cela.

Le rire de Nyx retentit encore dans la salle quand Hélène laissa s'échapper la petite créature velue. Hélène se laissa aller à la rigolade et se mit également à rire. Ce n'était pas souvent qu'elle éclatait de rire devant des inconnus, ici les ouvriers qui attendaient les ordres de la brune. On lui avait appris à toujours rester calme, sereine et impassible. Que se soit dans sa famille où dans le cadre du WICKED et c'était une qualité que Hélène maniait très bien, au même titre que le fait de cacher des informations ou de masquer son expression et ses ressentis intérieurs. Cependant, avec Nyx elle laissait rayonner sa personnalité si souvent cachée. Certaines personnes l'avait déjà insulté de sans-cœur, du fait de son travaille pour le WICKED. Elle était passée outre et avait oublié les gens prononçant cela, car ils ne pouvaient pas comprendre, comme si c'était de gaieté de cœur qu'elle faisait certains actes mals vus...

- De la vitesse du travail ou de the attack sur le Pilleur ? Moi, j'en dis que c'est efficace. Ah oui ... Et vengo à Denver avec toi, si tu veux bien, donna-t-elle en guise de réponse.

C'est vrai que la vitesse à laquelle les ouvriers avaient travaillé était raisonnable, et l'attaque du pilleur était assez amusante. D'ailleurs, Hélène se remit à rire plus discrètement à l'évocation de cette prise digne de séries. Et elle fit son sourire le plus éclatant quand Nyx lui annonça qu'elle venait belle et bien ! Puis le visage de Nyx s'éclaira, comme une illumination :

- I have an idea ! Et si on utilisai quelques Scaralames pour espionner les rangs des Infectés ?

Cette déclaration surpris Hélène, on aurait dit que Nyx pensait tout haut, et c'était peut-être le cas ! Ses yeux regardaient fixement et après réflexion, Hélène trouva cette idée très intéressante. Après tout, c'était sans doute possible. L'on pouvait aussi envoyer des apophis ou autres animaux discrets et résistants à la température. Et avec un peu de chance, il n'arriverait à Denver qu'une cinquantaine de fondus !

- C'est une idée géniale ! Dès que l'on sera à Denver, il faudra essayer d'en alerter les généraux car je ne pense pas avoir entendu parler d'actions similaires ! Mais maintenant, il faut y aller !

Nyx était vraiment une personne étonnante et pleine de ressource ! Et tout en pensant à ça, Hélène se retourna et adressa un signe de tête aux ouvriers, ayant repris son visage sévère, pour leur annoncer qu'ils pouvaient commencer à acheminer les cages.



___________________________________
Revenir en haut Aller en bas



MessageDim 1 Mar - 13:03





















   ❝ L'animal dans sa Cage, et les blocards dans la leur ❞
 
Libre

 

 


   Dès que je lui annonce que je viens, Hélène se pare d'un grand sourire. On dirai que je viens de lui annoncer la meilleure nouvelle del mundo ! Mais c'est vrai que quitte à risquer sa vie, autant le faire with a friend. J'attends avec impatiente sa réponse à mon idée. She is en train de réfléchir. Puis elle me réponds :
- C'est une idée géniale ! Dès que l'on sera à Denver, il faudra essayer d'en alerter les généraux car je ne pense pas avoir entendu parler d'actions similaires ! Mais maintenant, il faut y aller !
Oui, elle a raison ! Il faut y aller. En tout cas, je suis heureuse d'être utile à défaut du contrôle des Créatures ! Pour une fois que je sert à an other thing qu'a s'occuper d'elles ... Bref. Hélène se tourne vers les ouvriers dont la plupart la regardent craintivement et leur adresse un signe de tête sévère pour leur dire de commencer à déplacer les Cages. Je leur adresse una sonrisa compasiva. Les pauvres ! Mais c'est leur boulot. J'observe chaque Créature qui part. Les ouvriers font tout le plus possible, ils ont peur qu'Hélène se remette en colère contre eux. I understand that. Moi non plus je n'en aurais pas envie ! Je plisse los ojos. Où est la sortie déjà ? Je ne m'en souviens plus. Je fais quelque pas vers a droite, indécise, puis je reviens vers Hélène, confused.
- Euh, sorry, c'est où déjà la sortie ? No sé où tu as rangé ton transplat. Enfin, si tu veux bien que I use it. je lui demande, embarrassée.
Ne pas savoir where is le moyen de transport d'une amie, okay, mais oublier la sortie ! ¡Qué idiota! Je me mord la lèvre inférieure et frotte le pied gauche contre la jambe droite. Pourquoi faut - il toujours que je me ridiculise ou que I stress for everythings !
   
 


 

 
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageLun 2 Mar - 10:25



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









Dès le signal d'Hélène, les ouvriers se pressèrent de faire bouger le chariot contenant les cages, craignant l'énervement de leur supérieure. Pendant ce temps là, Hélène se retourna et aperçut Nyx regarder un peu partout, aller d'un côté puis revenir vers elle, demandant :

- Euh, sorry, c'est où déjà la sortie ? No sé où tu as rangé ton transplat. Enfin, si tu veux bien que I use it.

C'était donc ça qui était à l'origine de ses quelques pas dans tout les sens. Hélène sourit. Elle avait l'habitude que Nyx soit un peu perdue et légèrement tête en l'air. Elle était comme ça. Mais Nyx n'aimait pas paraître inconsciente comme ça. Parfois Hélène se demandait si elle ne la prenait pas comme modèle pour certaines choses. Puis elle répondit :

- Bien sur que tu peux l'utiliser ! On prend cette porte, au fond. Elle mène après quelques couloirs dans la salle des machines. Parce que le transplat est là bas.

Hélène fit un signe du regard à Nyx qui la regardait pour désigner la petite porte du fond qui se voyait à peine, se fondant dans les murs. Elle s'y dirigea et en quelques pas elle y était, sans doute suivie de Nyx. Elle entra son code d'accès et la porte de déverrouilla, libérant une bouffée d'air sentant meilleur que celui de la salle des cages. Puis elle l'ouvrit en grand avec force. Elle donnait sur un couloir en acier peu large et éclairé par des lumières faiblissantes.

- C'est un ancien couloir qui n'a pas encore été rénové mais c'est juste histoire d'arriver à la salle plus vite… Mais quelle idée de mettre un transplat dans la salle des machines quand même, finissa-t-elle en soupirant.

Hélène pour ne pas dire qu'elle aimait, prenait souvent plaisir à critiquer le travail des autres quand il ne lui convenait pas ou alors de se plaindre, souvent de la lenteur de certaines actions. Elle aimait la perfection et les finitions. Ce couloir ne l'inspirait donc pas, mais elle n'avait pas trop le choix car il lui restait un peu moins de vingt minutes, au risque de voir le transplat dis paraître et de devoir se rendre à Denver en berg.

Elle ferma donc la porte après Nyx et quelques secondes plus tard, un léger bruit se fit entendre et le noir s'installa dans le couloir. Hélène lança ses premiers mots en ukrainien, signifiant « Oh mon Grand Milo », c'était comme une expression pour elle :

- Боже мій… Pourquoi il fallait que la lumière saute !?



___________________________________


Dernière édition par Hélène Mary Lopez le Mer 4 Mar - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageMer 4 Mar - 15:08





















❝ L'animal dans sa Cage, et les blocards dans la leur ❞
Libre




Hélène sourit avant de répondre :
- Bien sur que tu peux l'utiliser ! On prends cette porte, au fond. Elle mène après quelques couloirs dans la salle des machines. Parce que le transplat est là bas.
Elle me fait un signe avant de se diriger vers la pequeña puerta du fond, que je n'aurais pas remarqué si elle ne m'en avait pas signifié the existence. On s'y dirige, Hélène rentre le code d'accès, bref, todo pasa bien. Le couloir est d'acier, mal éclairé, bref mal fait. Un des seuls endroits du WICKED badly built.
- C'est un ancien couloir qui n'a pas encore été rénové mais c'est juste histoire d'arriver à la salle plus vite… Mais quelle idée de mettre un transplat dans la salle des machines quand même ! fait Hélène avec un soupir.
C'est vrai qu'elle déteste l'imperfection, tout ce qui est mal fait. Bref, ce couloir est l'inverse de ce qu'elle aime. Exactly the opposite. Elle ferme la porte derrière moi, se retourne ...
La luz s'éteint d'un seul coup.
- Боже мій… Pourquoi il fallait que la lumière saute !? lance t - elle en mi-ukrainien mi-français.
Aucune idée de ce que ça signifie. Je hausse les épaules dans le noir, hésite avant de réouvrir the little door. Je tourne la tête vers ma collègue avant de lui lancer ;
- Je vais voir avec the repairers pourquoi la luz c'est éteinte. Je reviens de suite !
Puis je sors. Je parcours quelques couloirs, marche peu de temps avant de m'arrêter devant a door. Je toque, j'entre et me retrouve face à cuatro reparadores qui prennent le thé.
Le thé.
THE TEA !
Furieuse contre eux, je me met à les gronder ;
- Banda de holgazanes ! La lumière se apagó dans le couloir menant à la salle des machines ! On doit se rendre dans la ciudad de Denver ! Repare donde le juro que esto anda mal pasar !!
Les quatres hommes se lèvent aussitôt en laissant leur tasses. Le pichet de thé tombe par terre et se casse dans leur précipitation, but person n'y prête attention. Ils sont bien trop effrayés pour ça. Quelques minutes plus tard, ils sont équipés et prêts à changer les ampoules. Et morts de peur. Raides. Un des réparateurs chuchote a thing à un de ses collègues. Je me demande ce qu'ils disent.
Bientôt nous arrivons devant the little door. Je l'ouvre en fouillant dans ma tête pour trouver le code d'accès. Nous entrons dans le couloir mal fagoté sous les yeux de mon amie. Je lui fait un clin
d'oeil ;
-They are aussi rassurés que tes ouvriers tout à l'heure ! je dis en riant.
Environ dix minutes plus tard, les ampoules sont changées. J'ai passé my time à leur dire d'accélérer. J'espère qu'il est encore temps de rejoindre Denver. Je me tourne vers Hélène tandis qu'ils rentrent boire leur thé dans leur salle minable.
- C'est okay pour le timing ?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas




Membre
Alessandro Fiorentino


Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 19
Messages : 825
Points : 235
Localisation : Denverdeterre
Emploi : Professeure chercheuse - Directrice du département recherches neuronales



Carnet des Souvenirs
Âge : 27 ans
Relations:
Inventaire:




[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur. Empty
MessageJeu 5 Mar - 12:57



L'animal dans sa cage,

les blocards dans la leur









Franchement, il ne manquait que ça ! C'était à croire que le destin se déchaînait. Premièrement avec ces imbéciles d'ouvriers, et ensuite dans ce couloir de malheur. L'on pouvait commencer à se poser des questions sur la suite, ayant débuté avec aussi peu de chance, cela ne donnait pas beaucoup de courage pour la suite. Heureusement, Hélène ne croyait pas au destin et croyait surtout dans le fait que les gens sont incapables de faire leur travail, que ce soit pour être à l'heure ou vérifier les ampoules des couloirs. Cela avait le dont de l'énerver. Et elle l'était. Voyant sûrement, sinon ressentant l'énervement d'Hélène, Nyx déclara :

- Je vais voir avec the repairers pourquoi la luz c'est éteinte. Je reviens de suite !

Elle ré-ouvrit la porte et partit dans les couloirs à la recherches de techniciens. Pendant ce temps là Hélène était éclairé par la lumière entra de la porte. Elle se détacha les cheveux et les recoiffa, c'était un signe de son stress, elle enleva les pinces qui faisaient tenir ses cheveux vers le côté et en fit une tresse vers la droite, recouvrant son épaule car passant devant.

Nyx fit vite car après avoir finit avec sa tresse, Hélène la vit apparaître accompagnée de plusieurs techniciens affolés. Elle s'approcha et lança un clin d’œil à son amie, lui annonçant discrètement en riant :

- They are aussi rassurés que tes ouvriers tout à l'heure !

Cela rassura par contre Hélène. Nyx n'avait pas vraiment un tempérament de dirigeante autoritaire mais elle faisait de l'effet quand elle laissait échapper sa colère. En une dizaine de minutes, elle ne cessa de leur ordonner d'aller plus vite. Ce qui eu son effet car à la fin de ces quelques minutes, les ampoules étaient changées, essayées et branchées. Ce qui permis aux ouvriers d'aller vaquer à leurs occupations, et aux deux amies de partir en vitesse.

- Il ne nous reste que quelques minutes, répondit Hélène à la question de Nyx. Ce qui les firent accélérer.

En cinq minutes, elles se retrouvèrent dans la salle des machines, devant le transplat. Il restait trois minutes. Hélène l'activa et la surface noire apparut, dessinant des vagues et des ondulations. Hélène s'écarta et d'un air exagéré, elle pointa de la main le moyen de transport en souriant, annonçant :

- Après toi.





[TERMINE]

___________________________________
Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


[TERMINE] L'animal dans sa cage, les blocards dans la leur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « L’oiseau en cage rêvera des nuages. » [Safira]
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Un portail dans Strayana ?
» Progres d'Haiti dans le domaine des droits politiques
» Bonjour dans toutes les langues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-