Partagez

[Terminé] Comme quoi, tout peut arriver. (Isaac, Charlie, Ragnard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageSam 14 Fév - 17:55

Le clapotis de l'eau ruisselant entre les pierres, le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les feuilles, un coin de verdure, que pouvait on demander de plus ? Mis a part la sortie. La température est élevée aujourd'hui, mais l'herbe est tendre. Les arbres craquent.. C'est une douce mélodie qui rythme chacune de mes sorties dans ce lieu de repos de l'esprit.  A cette distance du camps, la solitude a trouvée son temple. N'ayant pour compagnie que les centaines de personnages projetés en hombres sur les rochers avoisinant. C'est la valse des pensées qui commence sa danse.

    Il n'existe pas meilleur endroit qu'ici pour se ressourcer, ce ruisseau, cette atmosphère si calme, mais si morne. Ou tout est en perpétuel mouvement, que ce soit l'eau, ou le pliage de l'herbe sous le léger vent, mais tout est figé, ici, comme nous. Rien ne bouge vraiment, cette foret sera là demain, cette pierre sera là demain. Mais cette pierre n'a pas le fardeau de la vie a porter sûr ses épaules. Car nous aussi nous serons là demain, mais le temps aura passé dans nos tête, et ce temps aura pris tout son temps pour nous faire souffrir. Car chaque seconde passée ici, est une seconde de désespoir, de résignation, d'abandon de la volonté de survie. La souffrance mentale est pire que n'importe quelle souffrance physique, je le sais. Et c'est d'ailleurs pour me donner une chance d’écourter cette souffrance qui dure maintenant depuis 8 mois que j'ai décide de devenir trappeur. C’était il y a un mois, et aujourd'hui tout va changer.

    C'est peut-être la dernière fois que mon regard se pose sur ce tronc aux formes presque humaine, sur cette pierre formant un angle droit parfait par rapport au ruisseau, et sur cet oiseau qui s'amuse a me regarder gamberger parmi les fougères depuis quelque mois. C'est sûrement de lui que je suis le plus proche, un volatile. Mais aujourd'hui est un jour nouveau, je vais rencontrer le coureur auquel on m'a assigné. Et bientôt, ce sera ma première expédition au delà de ces murs. Je vais enfin pouvoir voir ce qu'il se passe là-bas derriere, affronter les dangers qui peuplent ce labyrinthe. Les images qu'on m'a conté vont prendre vie devant mes yeux. Mes jambes prendront feu, mes yeux ne sauront plus ou regarder, mon sang sera remplacé par de l’adrénaline pure.

-Pitié, qu'on ne m’ait pas confié a un bavard.

    L'heure du rendez-vous approchait, et j’étais toujours allongé dans un demi sommeil, a coté de ce petit ruisseau qui m’éclaboussait légèrement, comme si ces gouttelettes qui stimulaient le grain de ma peau n'avaient pour but que de me garder en vie. Si vous saviez a quel point les rêves a l’intérieur du labyrinthe sont étrange. Car oui, de quoi pouvez vous bien rêver quand vous ne vous souvenez de rien si ce n'est votre nom ? Alors ils sont constitué de scènes que vous avez vécu ces derniers mois, ou bien vous ne rêvez pas du tout, mais moi, je suis hanté par ces rêves, tous dans le même genre, des rêves de *Craquement de branche*

    Ce bruit qui n’était ni dans mon rêve, ni d'une quelconque origine naturelle, me tira donc de cette transe pensive dans laquelle j’étais. D’où cela pouvait t-il bien venir ? Était on en train de m'observer ? Était-ce enfin le coureur que je devais rencontrer qui était en train d'arriver, ou plus grave que ça ? Et quand j’aperçus la cause de ce bruit, j'aurai préféré être encore en train de rêver. Il arrivait au loin, Isaac Welligton. Je ne lui avait jamais parlé, je n'avais quasiment jamais vraiment parlé a qui que ce soit dans ce bloc. Et le destin s'acharne sur moi, c'est avec lui que je vais devoir faire équipe. Je ne critique pas ses talents de coureur, c'est un des plus performant et rapide du groupe. Mais il est aussi arrogant et bavard qu'il est talentueux. Avec son accent de rosbeef qui vous donne l'envie de lui coudre les lèvres, sa grande tendance a se venter et a rechercher les louanges de ses compagnons, je sens que les journées passées dans le labyrinthe seront longue, très longue.


Dernière édition par Ragnard Ekström le Sam 7 Mar - 12:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 14 Fév - 19:26


   

   
«Tout sourire»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1
 

           Je resserrai la serviette de bain autour de ma taille, les cheveux encore tout ruisselant d'eau, la douche avait réussi à décontracter tous mes membres. Je me regardai pour la énième fois dans le miroir. Je souris. J'étais confiant. Aujourd'hui j'allais rencontrer le trappeur ou la trappeuse avec qui j'allais travailler dans le labyrinthe.

- Pourvu que ce soit une jolie blocarde, fis-je à haute voix car je sus que j'étais seul.

Je me coiffai tout en m'observant. J'étais de mes bonnes humeurs du gentil charmeur, ça promettait ! Si c'était un mec je sus que j'allais être déçu. Je n'allais pas pouvoir m'amuser un peu, or j'en avais besoin. Je me mis à sourire de toutes mes dents. J'admirai pendant quelques secondes ce sourire qui faisaient chavirer les filles. Narcissique moi ? Non pas du tout, juste ce soir, juste pour rire ! J'avais besoin de sortir de mon rôle de coureur sérieux afin de me libérer. J'appréciai parfois me laisser emporter par la stupidité, tel un gamin que j'en venais même parfois à me demander si je n'étais pas resté bloqué à l'âge de 16 ans. Je ris. J'étais content que l'on ne me voit pas. D'un geste rapide je saisis un tee-shirt propre et l'enfilai, pour ensuite remettre ma veste. Je fis de même en enfilant un sous-vêtement et un pantalon. Bien, j'étais prêt. Non, pas encore. Je me postai face à la glace et montai les épaules bien hautes pour les relâcher. Stressé ? Peut-être. Apparemment j'avais rendez-vous au ruisseau. Dès que j'avais entendu ce nom, mes yeux s'étaient mis à étinceler. Il me rappelait Leah. La seule et unique fille qui faisait chavirer mon cœur. Nous nous étions embrassés sur le banc, en face du lac, un soir si calme et si romantique. Je fermai les yeux durant quelques secondes et je me remémorai le précieux souvenir et les sensations qui avaient parcouru mon corps à cet instant précis.

Je me sentis déjà rougir et des fourmillements agréables se propageaient déjà dans tous mes membres lorsque je repensai au plaisir et au désir qui s'étaient mêlés. Tout en humant l'air du soir, je savourai mes pensées et je marchais d'un pas qui se voulait sûr vers le lieu de rendez-vous. Peut-être que ma démarche paraissait bien trop engagée à quiconque m'observait, mais je m'en fichais. Leah me donnait des ailes. Je croisai des gens et je leur souris d'une manière que je voulus sympathique mais peut-être un peu trop joyeuse pour paraître sincère. Tout à coup, alors que je me rapprochai du fameux banc, j'aperçus une silhouette. Je l'analysai. Trop carrée pour être celle d'une demoiselle. Néanmoins, mon sourire ne s'effaça pas, j'espérais toujours. Je repris ma démarche du mec sûr de lui et m'avançai vers l'ombre. Je me postai face à elle. La lumière du ciel me révéla son identité. Le sourire perché sur mes lèvres retomba aussitôt. Je ne m'attendis pas du tout à lui. Ragnard. Nous ne nous étions pas trop parlé, pourtant il était encore plus ancien que moi. J'avais eu à de rares fois des discussions avec lui, mais son caractère froid ne m'avait pas forcément marqué. Espérons que cela allait bien se passer.

- Tiens, je ne m'attendais pas à toi, fis-je d'une voix assez perchée et enjouée, légèrement taquine. Bonsoir.


Je souris du même sourire que j'avais fait dans le miroir. Tout à coup, une petite voix dans ma tête me chuchota : Non mais arrête donc de t'amuser un peu comme ça en te servant des gens ! Il va croire que soit tu n'en à rien à faire ou soit que tu veux le draguer. Je me retins de rire à ces paroles qui se bousculaient dans mon esprit, cela aurait paru étrange. Néanmoins, je notai que j'avais bien insisté sur tous les mots posément ce qui rendait mon accent encore plus prononcé. Je souris de nouveau en espérant que comme la plupart des gens, cela l'énervait un peu. Être la cause de l'agacement des personnes pouvait parfois me remplir d'une petite joie, que je jugeai bien méritée. Revenant à la réalité, je réalisai aussi que c'était lui mon rendez-vous, lui qui allait devenir mon futur trappeur. Je n'avais pas intérêt à faire tout foirer.
FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 15 Fév - 16:30

Il était vraiment là, en face de moi. Ils étaient deux, du moins a mes yeux : Lui, et son égaux . Je ne le connais personnellement, Isaac, et les quelques mots que nous nous sommes échange auparavant n’étaient que coutumes sociale, mais il dégageait habituellement de part sa démarche une arrogance et un narcissisme palpable. L'air humait l'amour propre, et chaque miroir du bloc, ou que dis-je , chaque flaque d'eau dans laquelle il se reflétait pouvait lui servir de distraction durant des heures. Il se disait amoureux d'une certaine Leah, du moins c’était les rumeurs qui couraient par-ci par-là, mais je n'ai jamais prêté attention aux discussions futiles de la sorte, alors qu'il soit amoureux d'elle tant mieux, mais a mon humble avis, il était amoureux de lui-même.  

Tout ceci ce voyait juste par son sourire, et dans ses yeux. On voyait tout ça, on peux lire en lui comme dans un livre ouvert. Du moins c'est l'impression que j'en ai. Ses dents blanches et sa coupe de cheveux soignée me faisaient surtout me dire qu'il prenait plus de temps a se préparer a aller dans le labyrinthe qu'a faire attention a ce qu'il fait une fois a l’intérieur. Et si j'ai raison, cela va changer. Regardez-moi ça, il est planté là devant moi comme un piquet, a me regarder fixement, a se prendre pour un Grand Milo, a se prendre pour le meilleur des coureurs, il est si imbu de lui-même que je sais que ce qu'il cherche en me regardant dans les yeux, c'est de voir son propre reflet. Son sourire m'agace en tout point. Et il a de la chance qu'on se rencontre en tant que trappeur et coureur associés, car croyez moi qu'une provocation de la sorte, émise par ses chicots parfaitement alignés m’éblouissant par leur blancheur factice, aurait en temps normal provoqué en moi une grande fureur, et il serait déjà allongé par terre en train d'appeler la milice a l'heure qu'il est.

Mais je vais devoir me résigner. Nous allons devoir travailler ensemble. Après tout, c'est pour le bien de tous. Il faut toujours faire des concessions, toute relation est a base de compromis, et surtout notre relation, qui va nous tenir a la vie a la mort. Alors il n'est pas question de l'envoyer promener, on est tout les deux là pour la même chose, le salut du bloc. Et puis de toute façon il va bien comprendre que je ne suis pas un bavard, que je ne suis pas là pour échanger des banalités, que je suis là pour courir, pour défier ce géant qui nous entour. Alors il comprendra vite que sa vie ne m'importe qu'a l’extérieur du bloc, a l’intérieur, il n'est qu'une âme parmi tant d'autre, errante, sans aucun intérêt, tout comme la mienne.

-Tiens, je ne m'attendais pas à toi, bonsoir, dit-il.

Ah, finalement il n'est pas qu'un pantin vide d'esprit, le voilà qu'il parle ? Si seulement il avait d’agréable là voix. Mais non, même pas. Il a cette chose dans la bouche, cette chose désagréable.. Vous savez.. et j'aurai bien aimé que ce soit mon poing, mais non, c’était son maudit accent péteux de british. En une phrase, il a réussi a me dégoûter définitivement de lui, il insistait sur chaque mots, comme si j’étais atteint d'une déficience mentale entravant ma capacité a comprendre ce que les gens disent. Alors le tout va être de rester calme. (Ragnard, arrêtes de voir le mal partout !)Peut-être est-ce juste sa manière a lui de se présenter, de parler, il est peut-être juste lui même. Ce n'est peut-être pas son intention d'attirer la haine. Mais en tout cas il le fait très bien. Tout le monde connaît ce phénomène, ne pas pouvoir aimer quelqu'un sans a peine le connaître, vous savez , cette répulsion qui vient uniquement du regard ? Comme si un champs de force entourait la personne concernée et empêchait quoique ce soit de positif d'en émaner. Mais il va falloir que je passe outre. Après tout, nos vie en dépendent.

-Salut. On va devoir faire équipe apparemment.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageDim 15 Fév - 17:38


 

 
«Stratège»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1


 J'y étais enfin, devant mon futur partenaire. Je me repris, en effaçant mon sourire bien trop enjoué. Il fallait que je me calme même si l'hyperactivité ne faisait que grimper en moi. Je dus faire tout mon possible pour contrôler mes mouvements, il fallait que je reste immobile pour le moment. Surtout ne pas faire de geste stupide comme me passer encore la main dans les cheveux. Rien qu'en me présentant je notai que le gars en face de moi avait été agacé. Oui sûrement mon accent et ma manière de parler. Mais que voulait-il ? C'était juste ma manière de saluer les gens. Bon, ok, j'aurais pu être un peu plus posé, mais c'était drôle. Il était presque aussi grand que moi, mais à ma différence son visage était plus neutre que jamais. Mes charmes ne l'amusaient pas du tout. Il se mit enfin à parler. Je l'écoutai attentivement, intrigué. S'il y avait bien une chose que je me rappelai bien, c'était qu'il n'était pas du genre trop bavard. Tout le contraire de moi, enfin cela dépendait. Je me comportais d'une manière si différente avec tous les gens que s'en était devenu bien difficile de me décrire.

-Salut. On va devoir faire équipe apparemment.

Je m'avançai vers lui. J'hésitai à lui serrer la main. L'on ne se connaissait pas beaucoup et lui se semblait pas trop m'apprécier. Comment réagirait-il face à ce geste ? Néanmoins, ma nature du garçon poli aux petites manières resurgit, je le sentais. Cela se confirma car, j'avais déjà fait un pas en avant afin de lui tendre la main. Je la lui serrai assez fort comme à mon habitude.

- Oui exact. Je suis Isaac, mais bon je pense que tu le savais déjà non ?, lui demandais-je afin d'établir les bases. Et toi, c'est Regnard...ou Ragnard ?, hésitai-je. Désolé, j'ai un peu oublié, enfait on ne m'a pas dit avec qui j'allais faire équipe.

J'aurais dû me taire sur son prénom mais, j'avais compris mon erreur bien trop vite. Déjà qu'il ne semblait pas m'apprécier, là c'était une petite cerise sur le gâteau. Si je n'étais même plus capable de bien retenir son prénom, c'était absolument fantastique. S'il y avait bien une chose que je détestais, c'était de faire des grosses gaffes comme celle-ci qui étaient parfaites pour plomber l'ambiance. Un air gêné s'installa sur mon visage.

- J'ai entendu dire que l'on avait le droit de choisir cette fois-ci quel bloc nous allons explorer. Je connais tous les dangers des blocs vu que je les ai tous exploré.

Il y en existait un en particulier que je détestai, c'était le bloc 5. Il me portait malheur. La première fois que j'y étais allé je m'étais fait piquer par un sale griffeur et la deuxième fois, nous nous étions fait poursuivre par un pisteur avec à la clé le droit de se faire mordre. Que d'aventures dans celui-ci. Je me demandai bien quel bloc il préférait. Le but était d'en discuter et d'établir des stratégies. Je pris cela très au sérieux, il fallait toujours que j'ai un plan avant d'entrer dans un bloc, je ne voulais pas faire n'importe quoi. L'exploration du labyrinthe était devenue ma vie et pour rien au monde je ne la ferais pas au sérieux.

- La stratégie, c'est mon mot clé. Toujours anticiper. C'est pourquoi il nous faut en faut une, même plusieurs.


Je croisai les bras, attendant sa réponse. Je le fixai droit dans les yeux, bien déterminé. Cette fois-ci, il fallait que ça marche, sans aucun problème. La première exploration avec un nouveau trappeur était toujours la plus difficile car, l'on ne connaissait pas encore les habitudes de l'autre. Cette rencontre avait aussi pour but de régler ce genre de problèmes au maximum.

- Donc la question est simple. On décide du bloc et on discute de notre plan.


J'espérai qu'il était aussi pointilleux que moi sur ce point-là. Si au moins nous étions d'accord et que nous avions la même vision des choses, cela ne devrait probablement pas trop mal se passer. Enfin, mieux que je l'avais imaginé jusque-là.



FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageLun 16 Fév - 10:55

La première, la seconde, mais aussi la troisième impression que j'avais eu sur mon nouveau coéquipier avaient été loin d'être positive, mais sûrement allait t-il se rattraper. Du moins je l’espère, car avec ce niveau de non-appréciation que j'avais envers lui, nos aventures promettaient d'être remplie de mauvais choix, de situations dangereuses et de risques inutiles, hors, ce n'est pas du tout mon but. Il peux grimper dans un arbre sans les mains ni les pieds au risque de ce tuer SI c'est a l’intérieur du bloc. A l’extérieur, il n'a pas intérêt a avoir fait un mètre sans être sûr d’où il va. C'est comme cela, nos vies en dépendent. C'est exactement pourquoi il va falloir qu'on essai de construire quelques chose sur ces bases plus que fragile. Mais, une action de sa part m'a rassuré sur l'avenir possible que nous pourrions avoir en tant qu’équipe : Malgré le comportement froid et défiant que j'avais vis-a-vis de son attitude, il s'est tout de même avancé pour me serrer là main, et pourtant je l'aurais mis a coupé qu'il était du genre a faire la bise, même aux mecs. Mais ce n'est que mon avis. Comme quoi, il ne faut pas partir sur des préjugés, mais il se mit a parler.

« Oui exact. Je suis Isaac, mais bon je pense que tu le savais déjà non ? Et toi, c'est Regnard...ou Ragnard ? Désolé, j'ai un peu oublié, enfait on ne m'a pas dit avec qui j'allais faire équipe. » Dit-il.

Comment ne peut-il pas connaître mon nom ? Je veux dire, même moi je connais le sien, alors que pourtant ici ba, je dois être un des moins sociable du groupe. Mais ça devait sûrement être une énième provocation de sa part. Peut-être cherche t-il a me tester ? Je ne sais pas. Mais dans tout les cas, je m'en fou. Qu'il fasse sa vie, et je fais la mienne, on va juste faire en sorte d’écourter cette discussion. Puis il continua :

« J'ai entendu dire que l'on avait le droit de choisir cette fois-ci quel bloc nous allons explorer. Je connais tous les dangers des blocs vu que je les ai tous exploré . La stratégie, c'est mon mot clé. Toujours anticiper. C'est pourquoi il nous faut en faut une, même plusieurs. Donc la question est simple. On décide du bloc et on discute de notre plan. »

Il parlait trop, beaucoup trop. Oui, ce qu'il disait été « intéressant », utile du moins. Mais bon .. pourquoi entourer ces informations utiles de nombreuses phrases inutiles ? Ça devait être sa façon de fonctionner, après tout on est pas tous pareil. Pour le moment, on va dire qu'il est le cerveau, et que je suis les bras. Mais qu'il ne prenne pas trop cette position a cœur, car ce n'est pas parce que je ne dis rien, que je ne pense pas, que je ne réfléchis pas, car quand gueulante a pousser il y a, je suis le premier. Et si il merde durant une exploration, il le sentira passer aussi. Croyez-moi. Mais pour le moment, ce qu'il dit est sensé. Alors il n'y a pas de raison de l'enfoncer plus bas que terre, le temps me laissera bien assez d'occasion pour ça.

-Je n'ai jamais été dans le bloc, tu es le premier coureur qui m'est associé. Alors choisi le bloc dans lequel tu veux aller, la stratégie suivra. Je te suivrai aussi, mais me prend pas pour ton chien non plus. Tu t'y connais mieux que moi, alors je te laisse la responsabilité de « Leader » de ce groupe. Mais attention a toi, avec ton narcissisme latent de ne pas te sentir pousser des ailes, sinon on verra si tu arrives a les déployer quand je te balancerai du haut de la tour de gai. Mais pour le moment ça va, alors continus comme  ça.

J'avais été très cru. Très incisif. Mais il fallait que je m'impose. Que je lui montre que je ne suis pas une pierre sans cerveau ni conscience, sur laquelle on peux marcher. Mais il a du le comprendre maintenant, et puis je n'ai pas fait que dans le négatif après tout, j'ai essayé de mettre du .. du tact comme disent les gens. On verra bien si ça va lui plaire, mais dans le cas contraire, c'est pareil, car maintenant les binômes sont imposés, alors il va falloir faire avec.

-Ah, et c'est RA-gnard.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 16 Fév - 13:27


 

 
«Cabane ou reflets par milliers ?»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1


                                                                 

Il m'avait jusque là écouté avec un calme impressionnant mais, je savais que le calme était toujours un facteur de danger. Ce mec-là, peu bavard était donc un danger continuel pour les gens. Quand j'eus fini et que j'attendis ses paroles il le fit presque aussitôt.

- Je n'ai jamais été dans le bloc, tu es le premier coureur qui m'est associé. Alors, choisi le bloc dans lequel tu veux aller, la stratégie suivra. Je te suivrai aussi, mais me prend pas pour ton chien non plus. Tu t'y connais mieux que moi, alors je te laisse la responsabilité de « Leader » de ce groupe. Mais attention a toi, avec ton narcissisme latent de ne pas te sentir pousser des ailes, sinon on verra si tu arrives à les déployer quand je te balancerai du haut de la tour de gai. Mais pour le moment ça va, alors continus comme ça.

Moi qui m'attendais à du très direct de sa part, j'étais plutôt bien servi. J'avais tellement du mal à imaginer comment il était possible de parler si peu. J'avais toujours quelque chose à dire, même quand il ne fallait pas. Parfois, il était même préférable que j'apprenne à prendre exemple sur des personnes comme lui mais, j'y avais toujours renoncé, jugeant que ce n'était pas moi. Du direct, du franc oui mais avec du blabla, sauf quand bien sûr j'étais en colère.

-Ah, et c'est RA-gnard
, rajouta-il presque du même ton que le mien auparavant.

Je me mis à faire un petit sourire espiègle, voir légèrement moqueur. Nous étions pareils, c'était drôle. Deux caractères aussi trancha.. Comment ça allait fonctionner ? Je me le demandais bien mais, il fallait que ça le fasse. Ça n'avait été dans aucun de mes buts de ne pas me rappeler de son prénom mais, je fis comme si ça l'était, sinon il aurait été trop content que je sois désolé.

- Oh pardon mille excuses. À une lettre près et j'y étais !

Il allait me laisser choisir le bloc. Une chose était certaine, je n'allais pas m'aventurer de nouveau dans mon enfer : le bloc 5, il en était hors de question, pas encore. Il me laissait aussi prendre la place de ''leader''. En soi, c'était normal que je le suis vu que j'étais le coureur. Pour qui se prenait-il à douter de cela ? Mais bon, comme il était nouveau et qu'il n'avait jamais eu de coureur il ne le savait pas. Il ne devait pas non plus savoir que malheureusement c'était la vie du coureur avant celle du trappeur. Je n'aimais pas cette règle, c'était comme si l'on jugeait quel être humain était plus important qu'un autre sans aucun critères vraiment valable. Quelque chose me trottait dans la tête, une énigme. La dernière fois que j'avais été au bloc 6, j'avais fini par atteindre une petite cabane mais, nous n'avions pas réussi à l'ouvrir. J'avais très envie d'y retourner pour trouver une solution, elle m'intriguait. Toutefois, ce n'était pas une des parties les moins dangereuses et agréables. Le bloc en question se trouvait être une sorte de marécage rempli de terribles insectes comme des moustiques. J'hésitai également à retourner dans la partie des cristaux. Une des parties les moins effrayantes mais, les plus mystérieuses. Pourquoi avait-on laissé une partie de toute beauté ? Cette beauté rare et inquiétante.

- Et bien, commençai-je. J'avais réfléchi à la question du bloc et j'hésitai encore entre deux qui m'intrigue particulièrement. Le bloc 8. Dedans il y a des tonnes de cristaux, magnifique, mais au milieu c'est tout noir. L'autre le bloc 6, plutôt marécageux avec à la fin une cabane en bois étrange. À toi de voir ce qui t'inspire le plus.

Je me demandai bien lequel il allait choisir même si j'avais déjà ma petite idée derrière la tête. Je regardai l'horizon, soudainement rêveur. Tant de mystère pour ne résoudre qu'un seul. L'on avait déjà essayé de tous les associer en espérant trouver la clé de la sortie, mais bon, en vain.

- Cela requiert une particulière prudence et concentration. Si l'on ne veut pas rester bloqué dans les marécages, il faut plutôt être rapide. Pour les cristaux, la lenteur est mieux si tu ne veux pas qu'ils te tombent sur la tête. Tu vois le truc ?

Je marquai une pause.

- Bien sûr il ne faudrait pas que tu sois allergique aux piqûres de moustiques, tu vois le problème sinon. C'est déjà arrivé à une coureuse.


Je frissonnai intérieurement à ce souvenir. Cela n'avait pas été très beau à regarder.

- Concernant les cristaux..., ça serait idiot que tu sois allergique à ton propre reflet.

Je laissai échapper un petit rire. J'avais rajouté cette dernière phrase juste pour le provoquer en réponse à mon ''narcissisme '' qu'il trouvait chez moi.

FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageLun 16 Fév - 15:31

Je ne sais pas comment il pris mon discours, que ce fut en bien ou en mal. Mais il fit apparaître sur son visage un léger rictus. Je ne saurai l'interpréter d'une seule manière, était-ce un sourire revanchard, narguant ? Ou bien parce qu'il pensait que mon « pic » était bien envoyé ? Non, cette dernière hypothèse était impossible, il ne pourrait pas trouver quelque chose de bien qui ne vient pas de lui. Je suis persuadé que si on lui demandait la chose que sa mère a le mieux réussi, il répondrait que c'est lui, car, qu'est-ce que ça pourrait être d'autre que lui ? Il est la perfection après tout. Ah, douce ironie. Mais là, mais pensées s'emportent. Restons concentré sur la discussion, après tout, je pense que ça ne peux qu'aller mieux. Il a compris mon point de vue, du moins si il a réussi a se décrocher 30 secondes du souvenir de sa tête dans le miroir ce matin. Mais juste avant de parler, son sourire s'agrandit, j'avais compris que la fête n’était pas finie, et qu'il allait me pousser jusque dans mes derniers retranchements :

-Oh pardon mille excuses. À une lettre près et j'y étais !

Si son but était de me faire vriller l'esprit, il avait réussi. Je me retenais de lui sauter dessus. Mes poings étaient crispé, je me mordais l’intérieur des joues, la goût de mon propre sang faisait rougeoyer la haine dans mes yeux, je le sentais. (Encore une remarque comme ça et je le trucide !) Mais je devais garder mon calme, reprendre mon sang froid. Je ne tiens pas a être bannis, et il y a assez de mort dans la labyrinthe. Même une petite raclée m'apporterait des problèmes, alors le tout est de rester concentrer sur l'important. De ne pas céder a sa provocation. (Ragnard, tu es quelqu'un de fort, physiquement et surtout mentalement, prouves le ! Resistes !) Alors je vais le laisser continuer son petit speech et me tailler aussi sec avant que je ne réponde plus de mes mouvements. Il a intérêt a peser ses prochains mots, chacun d'entre eux.

-Et bien, commença t-il, J'avais réfléchi à la question du bloc et j'hésitai encore entre deux qui m'intrigue particulièrement. Le bloc 8. Dedans il y a des tonnes de cristaux, magnifique, mais au milieu c'est tout noir. L'autre le bloc 6, plutôt marécageux avec à la fin une cabane en bois étrange. À toi de voir ce qui t'inspire le plus. Cela requiert une particulière prudence et concentration. Si l'on ne veut pas rester bloqué dans les marécages, il faut plutôt être rapide. Pour les cristaux, la lenteur est mieux si tu ne veux pas qu'ils te tombent sur la tête. Tu vois le truc ?

Bon, il a au moins l'air de s'y connaître c'est déjà ça. La tension retombe un peu en moi, mais le volcan est toujours actif, et il suffira d'une étincelle pour le faire entrer en éruption. Je vais donc l’écouter pour le moment, écouter ses conseils et ce qu'il a a dire, c'est lui l'expert je dois bien l'admettre. Et les deux blocs qu'il me présente m’intéresse tout les deux. Mais un des deux est une piège, celui des cristaux. J'en ai entendu parler, et y aller avec lui, c'est la mort assurée. Chaque cristal reflète le portrait de la personne qui le regarde, et cette grotte étant remplie de cristaux, l’emmener ici, c'est le voir bloqué sur son propre reflet durant toute la journée et se retrouver enfermé en dehors du bloc durant toute la nuit. Et chacun sait que personne n'a jamais survécu a une nuit dans le labyrinthe. Alors je pense qu'on va partir sur les marécages. Je m’apprêtais a lui répondre quand il repris la parole :

-Bien sûr il ne faudrait pas que tu sois allergique aux piqûres de moustiques, tu vois le problème sinon. C'est déjà arrivé à une coureuse.

C’était son expérience qui parlait. Je ne pouvais que le remercier sur pour ce conseil, bien que logique, on aurait dit qu'il se concentrait enfin sur la partie importante de la mission, et plus seulement sur son envie de me déstabiliser. Et ce fut le drame :


-Concernant les cristaux..., ça serait idiot que tu sois allergique à ton propre reflet, dit-il.

Et il se mit a rigoler.. Mon sang ne fit qu'un tour, j'ai vu défiler toute ma vie devant mes yeux, ce fut assez court, mais je savais que la sienne serai encore plus courte, d'au moins un jour, car c’était la fin, il venait de signer son arrêt de mort. C’était sûrement aujourd'hui que je signais le mien en faisant ça, j'allais être banni, mais avec cette phrase il avait creusé deux tombes, la mienne et la sienne. C'est donc avec une grande vigueur que je sauta sur lui, que je le saisi par le col, j’appuyais mes doigts sur sa gorge, mes yeux étaient injectés de sang, je voyais littéralement rouge. Je ne contrôlais pas mes mouvements, mais les approuvais tous, la fureur était en moi, l’adrénaline emplissait mes veines de haine envers lui. Mais a peine commençai-je a prendre du plaisir a  le sentir se débattre entre mes mains que j'entendais quelqu'un arriver.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageLun 16 Fév - 16:40



« Big failure »
with Isaac, Ragnard & Charlie
1


                                                                 

À ma première remarque je notai que son visage était redevenu crispé, je lui tapai sur le système avec mes réflexions à la noix. Je lui parlai mais, il ne me répondait pas, sans doute trop occupé à m'écouter attentivement. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il était bercé par le son de ma voix mais, il avait l'air de reconnaître que je m'y connaissais un minimum. J'étais bien curieux d'avoir son point de vue sur l'endroit où nous allions aller. Pour cela, il fallait que l'on tombe d'accord. Néanmoins, comme j'avais proposé les deux, j'étais censé n'avoir aucune préférence, ce qui était le cas. Mais au fond de moi, j'étais prêt à le contredire, du moins juste au début, juste pour m'amuser encore un peu avec lui.

Je me demandais bien ce qu'il avait fait de ses journées jusque-là et comment il avait réussi à être trappeur s'il ne parlait pas avec les gens. Mais je ne doutais pas de ses qualités, il était grand comme moi donc rapide et avait les épaules bien carrés, il était donc fort. Je me mis à le détailler de la tête aux pieds comme je le faisais avec la plupart des gens pour essayer d'évaluer leurs points faibles et leurs points forts. En revanche, sa carrure me disait aussi qu'il ne devait pas être très agile, mais du moment qu'il était rapide et malin, tout était parfait. C'était aussi pour cette raison que j'aurais bien voulue une fille, pour combler mon manque d'agilité, vu que j'avais le même problème.

Je finis par soupirer, j'avais envie que tout se passe bien malgré la tension qui régnait entre nous. J'espérais tout de même que l'on finisse par mettre au point une stratégie avant de se quitter afin d'être prêts pour le dédale. Je me rendis compte que je lui avais presque coupé la parole lorsque je l'avais prévenu des dangers, mais c''était trop tard. À présent, j'esquissai mon petit sourire narquois juste pour voir comment il allait réagir. Je ne voulais pas être méchant mais, mon franc parlé était sorti par lui-même de mes lèvres. De plus, c'était un bon exercice pour savoir s'il savait ou non garder son calme. J'espérai qu'il y arriverait. Tout bon trappeur et coureur devaient toujours faire preuve de calme même dans les situations les plus énervantes et les plus délicates. Mais presque aussitôt, je sus qu'il avait échoué en beauté. Immédiatement après ma réflexion, il se jeta sur moi et me saisi par le col. Même si j'avais envisagé cette possibilité, je fus quand même surpris. Pas du genre à s'avouer vaincu comme moi, il avait échoué ! J'étais déçu, cela promettait dans le labyrinthe s'il ne pouvait même pas se contrôler un minimum ! J'aurais encore pu plus pousser mais, je ne l'avais pas fait, il pouvait donc s'estimer heureux. Mon aspect de petit emmerdeur, n'était qu'un aspect et non la vérité et il n'avait pas su le démarquer.

Il m'étouffa. Il avait de la force et je me débattis. Je sentais ses doigts serrer ma peau m'empêchant de respirer. Je me mis à tousser, j'avais l'impression qu'il était en train de me noyer. Il fallait que je me retire au plus vite mais, il n'y avait pas moyen de le faire lâcher prise. Jugeant que c'était perdu d'avance de cette façon là, je décidai donc de revenir aux bonnes vieilles méthodes. Avec force, je lui envoyai alors mon genou droit dans son bas-ventre. Endroit très stratégique.

- Espèce de Ragnard, fis-je.

Au même moment, alors que je répliquais des grossièretés qui ne me ressemblait pas,  j'entendis des pas. Mon sang se glaça. Les miliciens ? Si c'était les miliciens qui nous avaient repéré, nous étions déjà morts.


FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageLun 16 Fév - 19:09



Charlie O'Brien

Personne n'est maître de notre corps, pas même nous.




Le soleil de l'après midi chauffait doucement la foret. Les herbes douces virevoltaient dans le vent qui était apporté par  ... C'était vrai, nous ne savions même pas ce qui amenait le vent ici. Ni même la rivière à quelques mètres d'ici. Nous ne savions presque rien de ce labyrinthe à part que nous devions trouver une sortie. Et ça, depuis maintenant un bon bout de temps, personne n'avait jamais réussi. C'etait comme ma première impression en arrivant ici, être dans une cage et devoir trouver un clef qui n'existait peut-être pas. Trouver un espoir inutile, une raison de vivre idiote et finalement mourir sans savoir ce que ne devions réellement faire.
Assise au sol, dos contre un arbre, je jouais à arracher de l'herbe sans me préoccuper de la terre qui me passait sous les ongles. Avec un geste continu et net j'arrachais et délaissais juste à côté, le yeux rivés sur le vide en face de moi, cherchaient à ne pas désespérer. Ne pas désespérer dans ce cube qui nous enfermait. Ne pas perdre espoir était une chose bien difficile pour une pessimiste. Chaque jour je savais que je me réveillais pour essayer de créer un espoir aux autres et à même moi. Mais ce n'était pas peine perdue ? Y avait t'il juste une sortie dans ce foutu bloc ? Pourrais-je un jour voir le monde de dehors ? Ou vais-je rester cloîtrer ici et crever ?
Trop de questions sans réponse, trop de choses indécises, trop c'était trop. Ravalant un excès de colère je me levais en serrant les poings. Mes iris bleus regardaient mes pieds. Je lançais un regard vers les murs recouverts de lierres avant de partir en courant.
Courir était une des seules manières qui me faisait oublier que nous étions enfermés. Alors je courais toute la journée derrière un coureur.
Je zigzaguais entre les arbres, je faisais attention de ne pas me prendre de racine, se serait bête de se fouler la cheville et de ne plus pouvoir faire ce qui occupait mes journées.
Après au moins une heure de course, mes muscles commençaient à tirer, mon souffle était saccadé et mon visage devait être rouge.
À l'inverse du labyrinthe, je ne faisais pas attention à mon rythme, à ma respiration, à la douleur qui irradiait mes jambes et mon cœur. Tout ça pour oublier. Oublier ce foutu bloc, oublier ma vie que je menais ici. Je m'arrêtais et m'appuyais sur un tronc. Mes mains sur mes genoux, mon dos courbé, je reprenais ma respiration doucement et fixant l'herbe. Je ne saurais même pas dire si elle était réelle, ou si  c'était du plastique. Je soupirais en relevant la tête, mes mains passèrent sur mon visage pour enlever les gouttelettes de sueurs. Je regardais les alentours une dernière fois avant de reprendre ma course.
Mes iris toujours entrain de regarder l'herbes qui se déroulaient sous mes pas, je ne vis pas les deux jeunes hommes. Je relevais la tête au dernière moment et faillis entrer dans un des deux. Je m'arrêtais de justesse me prenant les pieds dans une racine. Je retenais de justesse un juron et me relevais rapidement de mes mains avant. Je me frottais les mains pour enlever la terre, je ne faisais pas attention aux garçons, enfin j'essayais. Au font de moi j'avais honte d'être tombée comme ça.  
Les deux mecs avaient l'air d'etre en froid, enfin, façon de parler puisque tout deux étaient rouges. Comme moi en fait, essoufflée en plus avec les jambes qui me tiraillaient.

-Charlie, ravie de faire votre connaissances, surtout avec une entrée pareille.

En plus on ne pouvait pas dire que je me montrais sous mon meilleur jour, terre sur les mains et les genoux, cheveux décoiffés. J'avais encore plus honte. Je n'etais pas le genre de fille à faire gaffe à mon physique, mais quand même. Je me sentais gênée, comme avec toute présence humaine en fait. La seule fille face à deux mecs, génial, moi qui n'aimais pas être en grand nombre. Trois, c'etaient déjà beaucoup. Je soufflais en enlevant , enfin en essayant d'enlever la terre de mon jean.
Cependant je me mis à me questionner, pour ils étaient au sol ? Un avec de la colère -ou de la haine ?- collée sur le visage, et l'autre rouge. De toute façon ce n'etait pas mes affaires, et je ne voulais pas savoir.
Que dire et que faire ? Je cherchais une sorte d'issue à la conversation, mais je n'étais pas du style à filer douce. Je me grattais la nuque avant de mettre mes mains dans mes poches. Je sentais que la conversation serait longue...




Dernière édition par Charlie O'Brien le Mar 17 Fév - 6:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMar 17 Fév - 2:00

Isaac était au sol, les yeux exorbités par la pression sanguine exercée dans sa tête, il était condamné, pas moyen pour lui de s’échapper. J’étais sur lui, et de tout mon poids je l’empêchais de se relever, mes doigts appuyant de plus en plus fort sur sa gorge ( Mais ou vais-je ? ) , je sentais son poux sous mes battre dans mes paumes, ses veines lutter pour faire passer ce qui était encore possible de sang, sa carotide gonfler et ses muscles se crisper. Mais je vis dans ses yeux une sorte d’éclair, une idée géniale venait de lui parcourir l’esprit, et la seconde qui suivit, je me retrouva allongé a ses cotés, le souffle coupé, me roulant par terre. Oui, ce n’était pas digne de se comporter de la sorte, mais quand un homme est touché dans sa virilité, enfin, dans ses deux virilités, il ne contrôle pas sa réaction, et très souvent, ça finit comme ça.

Il venait de m’asséner un coup de genoux dans les noises, mais pourquoi cela ne m’étonnait pas ? Après tout il n’était qu'une fillette, comme je l'avais remarquer depuis le début. Une fillette qui aime les provocations qui cherche les chamailleries, car c'est exactement ce qu'il attendait depuis le début, que je lui tombe dessus, que lui montre de quel bois je me chauffe. Il me testait, mais il est trop imprudent, et si il n'avait pas réussi a me faire céder ? Si je lui avais entravé les jambes ? Et bien si ça avait été le cas, son cadavre serait a l'heure qu'il est déjà en train de joncher le sol. Mais il avait réussi, et c'est ça qui comptait. Je venais de créer un problème immense pour toute la communauté blocarde, l’expansion de l'ego et de l'amour propre de cette énergumène narcissique et égoïste qu'est mÔsieur Welligton.

Même a terre, allongé cote-a-cote, il se permit de m'insulter, encore et encore. Je ne pourrai pas les citer ici car elles étaient d'une violence sans nom. Mais celles-ci ne maintinrent pas, elles étaient dû a l’énervement de notre confrontation précédente et ne servaient qu'a extérioriser toute la haine accumulée. Mais nous regardâmes dans la même direction au même instant, quelqu'un arrivait, et arrivait vite ! Nos pensées allèrent dans le même sens a ce moment là, si ce fut des miliciens, nous étions foutu. Surtout en cette période de crise politique que subit le bloc, c’était le bagne assuré. Mais non, une furie blonde sorti des bois, et ne regardant pas devant elle, elle trébucha.

Nous étions maintenant trois, et notre nouvelle invitée avait fait une sacrée entrée en piste. Si il y avait eu un publique, elle aurait fait un tabac, les rires auraient sûrement fait vibrer les murs. La jeune fille se releva et s'essuya les mains, la crasse s'en allant difficilement, mais a ce moment là nous étions tout les trois dans le même sac, celui de linge sale. Isaac et moi étant encore au sol, elle nous parue immense. Elle était grande, les yeux bleus, de long cheveux blonds, et le visage encore rougie par sa course effrénée.

-Charlie, ravie de faire votre connaissance, surtout avec une entrée pareille. Dit-elle.

Son regard était interrogatif, mais c’était compréhensible, elle venait de tomber sur une scène plutôt incongrue, alors se poser des questions était la plus banale des réactions. J'avais l'impression que nous partagions tout trois une honte pesante, comme si nous nous étions faire prendre la main dans le sac en train de voler, ou de casser du sucre sur le dos de quelqu'un. Mais heureusement ce n’était rien de tout cela, comme quoi on peux toujours trouver du positif partout.

L'idée de rester allongé par terre en présence de cette quasi inconnu m’était insupportable, bien que je me fiche du regard des autres blocards, je dispose d'un minimum de politesse et de bien séance. Je me relevais donc, pour la saluer :

-Salut, je suis Ragnard Ekström, trappeur. Et l'autre guignol allongé par terre, c'est Isaac, Isaac Tapettigton, ne lui prête pas attention, si tu ne parle pas de lui, il te considérera comme inintéressante.  

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMar 17 Fév - 14:19



«True values. No I'm not an asshole !»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1


                                                               

Ragnard eut le souffle coupé et gémis, tout en se roulant par terre à cause de la soudaine douleur que je lui avais infligé. Je me penchai en avant tentant de reprendre mon souffle et jurai. Je devais être probablement rouge tomate. Nous tombâmes sur le sol en même temps, allongé côte à côte, je continuai à jurer contre lui. Je n'en revenais toujours pas qu'il s'était pas contenter d'une autre remarque cassante. Instantanément lorsque nous entendîmes des pas venir dans notre direction, nous nous regardâmes inquiets. La même pensée venait de lui traverser l'esprit. Cette peur commune ne dura que quelques fractions de secondes car, je vis quelqu'un trébucher en beauté sur le sol. La personne avait été à deux doigts de nous percuter. D'ordinaire la situation aurait été très drôle car il ne fallait vraiment pas être doué pour tomber d'une manière aussi charmante mais, je tendis la main à la personne, mais mon geste fut inutile. J'étais encore assis et elle s'était déjà relevée, avec les roues encore plus rosies de honte qu'auparavant. Une jeune fille blonde, les cheveux tous en bataille, presque aussi essoufflée que nous. Une nouvelle. Je me souvenais d'elle car c'était une des dernières qui était arrivée au bloc. Pourquoi courait-elle à cette heure-là ? Future coureuse ou trappeuse ? Je lui adressai un sourire léger, assez timide, gêné par ma position. Je me rendis compte que j'étais encore sur le sol, l'air totalement béa. Je n'aurais pas aimé me retrouver dans sa situation, cela aurait été très embarrassant et la dernière chose que je voulais faire était de me moquer. Elle n'avait pas l'air méchante. Elle se présenta :

- Charlie, ravie de faire votre connaissance, surtout avec une entrée pareille.

Une fille qui plaisantait de sa propre honte ! Génial, c'était tout à fait le genre de personne que j'avais le plus tendance à apprécier. C'était un drôle de moment. Tous les trois étions prisonniers d'une honte commune. Alors que j'allais ouvrir la bouche pour parler, Ragnard pris la parole. Il m'énervai et un air de dégoût s'installa sur mon visage.

- Salut, je suis Ragnard Ekström, trappeur, s'empressa-il aussitôt en me coupant la parole. Et l'autre guignol allongé par terre, c'est Isaac, Isaac Tapettigton, ne lui prête pas attention, si tu ne parle pas de lui, il te considérera comme inintéressante.


Il avait dit '' Tapettigton " ? « Mais qu'il aille au diable ! »,  pensai-je avec fureur intérieurement. Il avait dépassé les bornes ! Après son coup de fureur, cela ? Il allait le payer. Je dus me pincer les lèvres et serrer les poings discrètement pour ne pas répliquer et lui foutre un autre coup. Néanmoins, je jugeai que s'énerver maintenant n'aurait pas du tout été bon. Je décidai alors de prendre sur moi pour ne pas pareil ridicule. Après tout, c'était moi qui l'avais testé pour qu'il garde son calme. À moi de le montrer aussi. Je me relevai avec le plus grand calme possible et me plaçai à côté de Ragnard et en face de la jeune fille. J'esquissai un sourire, comme si de rien n'était avant de sortir sur un ton parfaitement contrôlé :

- Bonsoir.

Je l'avais dit très poliment.

- Ne prête pas attention à ce que dit ce taré, si tu lui sors la moindre réflexion, il te considéra comme cible parfaite pour te sauter à la gorge. Enchanté, Isaac Welligton.

Un petit rictus se dessinai déjà sur mes lèvres traduisaient également un sourire à la jeune fille.

- Tu ne t'es pas fait trop mal ? Tu t'entraînes pour devenir coureuse ou trappeuse ? lui demandai-je curieux.

Si Ragnard m'avait bien cerné, c'était le même cas pour moi. J'imaginai déjà ce qui se tramait dans sa tête. Pour lui, j'étais juste une personne fausse, égoïste, qui n'en avait rien à faire des autres. Quel idiot. Ce n'était pas moi l'insociable du bloc, à ne parler qu'aux gens seulement qu'en cas d'extrême urgence. La vérité était que l'amitié était pour moi une des valeurs les plus importantes ici après l'espoir et le courage. Elle méritait d'être donnée à tous ceux qui n'était pas des imbéciles. Mon regard se reporta sur la fille. Je la détaillai du coin de l’œil. Elle avait la parfaite silhouette en tous les cas pour aller dans le labyrinthe. Je vis rien qu'à son visage que ce n'était pas le genre de fille à pleurnicher pour un oui ou pour un non. Si seulement l'on m'avait donné rendez-vous avec elle plutôt qu'avec l'autre psychopathe. J'étais certain que l'entretien se serait déroulé d'une manière bien différente.


FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMar 17 Fév - 19:35



Charlie O'Brien

Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.




Un des deux se releva, suivit de l'autre quelques secondes après. Je fis trois pas en arrière, méfiante, soucieuse puis je continuais à les dévisager. La peur avait vite été remplacé par le soulagement sur leur visage. J'en aurais presque ri, mais ne me retins, je venais de tomber, me moquer d'eux serait bien la dernière chose à faire. Surtout dans notre état. Je fixais le premier garçon, assez grand et trapu. Que faisait-il ? Il avait plus une allure de milice qu'autre chose. Mais si c'etait le cas. Les deux hommes n'auraient pas eut peur, puisque le deuxième aurait été mis direct au gnouf. Enfin bref, ce n'etait pas le problème, ni la question. En fait il n'y en avait pas, ou peut-être avais-je coupé l'incident avec mon arrivée catastrophique.

--Salut, je suis Ragnard Ekström, trappeur. Et l'autre guignol allongé par terre, c'est Isaac, Isaac Tapettigton, ne lui prête pas attention, si tu ne parle pas de lui, il te considérera comme inintéressante.  

Trappeur ? Ah. Je m'etais bien trompée. D'ailleurs les deux rôles étaient bien différents et l'on confondait rarement ceux pour la milice et les trappeurs ,qui ressemblaient au coureur, c'etait le psychologique qui changeait la donne.
Tapettigton, c'était étrange comme nom. Je regardais rapidement ce "Isaac", il avait l'air de ne pas apprécier la petite remarque de Ragnard. Ils étaient donc bien en froid, et semblaient déjà ennemis. Ça promettait pour avoir une discussion convenable. Ils n'avaient pas intérêt à s'envoyer des petites réponses cinglantes à chaque fois que l'un des deux ouvrait la bouche, sinon je partais, c'était clair. Je ne voulais pas entendre deux gamins se chamailler juste parcequ'ils étaient susceptibles. Moi même je l'étais, je ne pouvais nier. Mais au lieu de sauter sur le provocateur je partirais en l'ignorant. Lorsque l'on peut se taire, on doit se taire.
Et j'usais souvent de ce proverbe. Ce n'était pas le peine de se mettre le bloc à dos des le début. Je ne dis rien, vus l'ambiance du moment, ce n'etait pas la peine de rajouter un commentaire. La victime réagira sûrement. En parlant de lui, je le vis se pincer la lèvre. Il devait être du même avi que moi, pas la peine d'enfoncer le couteau dans la plaie.

-Bonsoir, je me retournais donc vers Isaac, Ne prête pas attention à ce que dit ce taré, si tu lui sors la moindre réflexion, il te considéra comme cible parfaite pour te sauter à la gorge. Enchanté, Isaac Welligton.

C'était joyeux comme information. Je levais les yeux au ciel en soupirant. J'etais déjà agacée par leur comportement. De vrais enfants de 5 ans !
Passons ce détail, je les regardais un à un. Donc il s'appelait "Welligton" et non "Tapetti..." Je savais pas quoi.
À ce qu'ils me disaient, ils étaient tout deux des fous furieux. Du moins, un qui ne faisait que attention à son physique ect... Et l'autre ... Une sorte de susceptibilité mêlée à de la folie. Mais ce qu'ils me montraient chacun d'eux ,réellement, ne collait pas du tout au portrait.
Un petit rictus se formait sur les lèvres de Isaac, je ne savais pas à ce moment si je devais le lui rendre. En moins de trente secondes moins choix était fait, je continuais de les fixer avec un regard méfiant. Je ne connaissais rien d'eux -à par leurs noms- et pour un son occupation.

- Tu ne t'es pas fait trop mal ? Tu t'entraînes pour devenir coureuse ou trappeuse ?

Comme si j'étais une chochotte quoi ! J'étais une fille certe, mais quand même ! Je n'allais pas crier parceque je venais de ma casser un ongle, ça m'etait totalement égal. Donc bon, tomber et se rattraper sur les mains, à moins d'avoir une écharde je voyais pas ce qui pouvait faire mal. Je fis un signe négatif de la tête.
Il parlait beaucoup pour quelqu'un qui était au sol il y avait moins de deux minutes. Moi au contraire, j'avais juste dis, "bonjour", mon nom et que j'étais désolée.

-Trappeuse. Mais ce n'est pas pour ça que je cours.

Dis je d'un ton sec en bloquant mes iris bleus dans ceux du garçon en question. Avant que l'un des deux puisse ajouter quelque chose je répliquais:

-Je ne compte pas m'éterniser sur le sujet, donc tu peux en trouver un autre.

C'était sec, je savais. Ils le prendront peut-être mal mais bon, j'etais comme ça. Déjà que j'etais gênée face à eux, alors parler de moi. Au moins j'admirais le fait qu'ils ne se soient pas moqués. Moi j'aurais sûrement pouffé de rire. Or ils n'avaient rien dit. Sûrement encore sous le choc de la frayeur, ils n'avaient pas réagit.

- Vous faisiez quoi ici ?

Crotte, c'était sortit tout seul. Je n'avais pas l'habitude de rajouter de l'huile sur le feu. Mais la curiosité avait pris le dessus. Ma mâchoire claqua lorsque je finis ma phrase. Je reculais de nouveau. Je n'y arrivais pas. Ces gens je les connaissais pas, je n'aurais même pas dû leur parler. Vous devez vous dire que c'était pratique pour se faire des connaissances. Il était trop tôt, je n'arriverais pas à m'approcher de trop prêt. Je savais que je ressemblais à un animal. Mais c'etait ce que nous étions ? Si ça se trouve des gens nous observaient, nous regardaient, en ce moment même étudiaient nos paroles et nos mouvements. Je savais que j'etais une sauvage. Je le savais.


Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMer 18 Fév - 14:40

« Tappetigton », une remarque plutôt douce a mon oreille, et ma fierté n’était que plus grande au vue de sa réaction. Les poings serrés et un éclair de rage dans les yeux, je venais de lui infliger l'estocade, ou du moins, même si il ne s'avouait pas vaincu, j'allais m'arrêter ici. Nous avions une invité, et même si je ne lui reparlerai sûrement plus jamais après cette discussion, il n’était pas question de faire mauvaise impression et ainsi me forger une réputation plus négative qu'elle est déjà, mon conflit avec Isaac pourrait recommencer un autre jour, bien que ce ne soit pas mon objectif premier : Moins j'ai de contact avec le monde, mieux je me porte. La tension étant redescendu en grande partie grâce a l'ange blond qui est venu interrompre notre confrontation, nos visages écarlates a tout les trois redevinrent d'une couleur chaire on ne peux plus normal. Isaac se releva, et il fit ce que j’espérais ( Pour une fois, j’étais satisfait qu'il fut là ) , il se chargea de faire la conversation.  

-Bonsoir. Ne prête pas attention à ce que dit ce taré, si tu lui sors la moindre réflexion, il te considéra comme cible parfaite pour te sauter à la gorge. Enchanté, Isaac Welligton.

Son pic était de bonne guerre, il le savait, et il le montrait en faisant apparaître ce sourire vicelard dans le coin de ses lèvres, mais je l'avais mérite après tout, et c'est moi qui avais échoué au test, celui du sang-froid, et je pense vraiment que c’était un test, il ne pouvait pas m'avoir provoqué par pur plaisir, il cherchait quelque chose. Après tout, nous étions destiné a compter l'un sur l'autre pour notre survie, il voulait savoir a quel point je résisterai a ses assauts, et malheureusement je m'en rendais compte trop tard, il avait gagné, il s’était montré plus malin que moi, alors j'ai plutôt intérêt a faire profil bas maintenant. Malgré tout, sa remarque me concernant agaça tout autant la nouvelle arrivante que la mienne le concernant, et je la comprend : Arriver au milieu d'un bataille rangée entre deux garçons plein de vulgarité, c'est répondre par la positive a tout les stéréotypes visant la gente masculine. La jeune fille ne le quittait pas des yeux quand il ajouta :

-Tu ne t'es pas fait trop mal ? Tu t'entraînes pour devenir coureuse ou trappeuse ?


Comme si cela intéressait quelqu'un ? Je ne comprendrai jamais l’intérêt qu'on les gens a discuter comme ça, par « plaisir » de la vie de l'un et de l'autre, de la pluie et du beau temps ? Qui s'y intéresse vraiment ? Ce qui compte, c'est la sortie, alors savoir ce qu'elle a manger la veille au soir nous aidera tout autant que de savoir si elle est trappeuse ou coureuse. A moins qu'il veuille me remplacer par cette nunuche, ce qui en soit m'importe peu, je n'aurai pas de mal a trouver un autre coureur, et encore moins de mal a en trouver un plus respectable que lui. Mais la réponse de la fille me plu beaucoup de part son contenu et la façon dont elle fut dites. Isaac aura bien du mal a demander son reste, et je pense que le charme qu'il était sûr d'exercer sur elle a du prendre un gros coup. Elle dit :

-Trappeuse. Mais ce n'est pas pour ça que je cours.  Je ne compte pas m'éterniser sur le sujet, donc tu peux en trouver un autre.

Son ton était sec et autoritaire. Elle n’éprouvait aucune compassion pour nous, elle n'essayait pas de nouer un contact amical ou même drôle, elle était là uniquement parce qu'elle nous était rentré dedans, et n'avait pas non plus envie de s’éterniser. Et la manière dont elle a répondu a Isaac était a marquer dans les anales, elle venait verbalement de l'attraper, de le retourner et de lui botter les fesses jusqu'à l’extérieur du labyrinthe par l'agressivité passive qui était dans sa voix. Mais elle lâcha malgré tout un dernier :

-Vous faisiez quoi ici ?

Mais comme elle avait pris la décision de parler avec Isaac, je continuais a me murer dans mon mutisme, et le laissait répondre. Après tout, peut-être commenceraient t-ils a s'entendre et je pourrais m'esquiver discrètement de cette situation de rapprochement social qui me dégoûtait plus qu'elle ne m'ennuyait.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 18 Fév - 20:52



«Victoire et fille glacée»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1











À ma remarque, Ragnard ne dit rien et sembla se renfrogner. J'avais gagné et lui avait perdu ! Reconnaissait-il sa défaite ? En tous les cas, j'étais fier de reconnaître ma victoire. Je me demandai comment nous allions pouvoir parler de stratégie après notre petite bagarre. Il allait falloir faire énormément d'efforts. J'étais ravi que la conversation soit en mode pause grâce à la jolie jeune fille qui se tenait devant nous. Lorsque je commençai à faire la conversation, je remarquai que Ragnard paraissait soulagé. Il n'avait sans doute pas pour habitude de parler. Néanmoins, lorsque je commençai à parler à la fille, elle se montra assez distante. Je notai que son visage s'était légèrement crispé lorsque j'avais fait la remarque au sujet de Ragnard. À quoi s'attendait-elle ? À ce que je me taise ? Sûrement pas.

- Trappeuse. Mais ce n'est pas pour ça que je cours, répondit-elle enfin sur un ton qui se voulait sec.
- Oh cool !, fis-je tout bêtement.

Je m'avançai vers elle et lui fit :

- Ça se trouve on aura peut-être l'occasion de s'y aventurer tous les deux...
- Je ne compte pas m'éterniser sur le sujet, donc tu peux en trouver un autre, me lança t-elle aussitôt.

Je venais de me recevoir comme une claque en pleine figure. Visiblement elle n'avait pas besoin de conseils et n'avait strictement pas envie de nous parler de ses projets. Je me passai une main dans les cheveux, un geste nerveux. Je n'appréciais pas que l'on ne résiste pas à mon charme. Cependant, je fis comme si de rien n'était en gardant mon sourire.

- Je vois, finis-je par répondre.

À ce moment-là, je lui souris de toutes mes dents histoire de tenter de détendre un peu l'atmosphère. Ragnard sembla dégoûté et resta en retrait. Raconter sa vie comme cela ne l'inspirait guère. Je fus heureux de lui servir de pilier pour cet instant. Alors que je pensais que la conversation qui n'était ni même intéressante et drôle, elle demanda quelque chose auquel je ne m'attendais pas.

- Vous faisiez quoi ici ?


Je me mordis la lèvre. Je n'aimais pas sa question et n'avais pas du tout envie d'en reparler. C'était tout à fait stupide mais, en même temps je compris qu'elle était curieuse. Ce n'était pas tous les jours que l'on tombait sur deux mecs allongés par terre à l'air rageux. Je mis mes mains dans mes poches et regardai Ragnard. Il ne sembla pas vouloir répondre. Je compris qu'il me laissait donc ce plaisir, grand bavard que j'étais d'ordinaire.

- Et bien, mon cher ami et moi
, commençai-je avec ironie, parlions de plans pour s'aventurer dans le labyrinthe vu que ça va peut-être être mon nouveau trappeur. J'étais donc en train de parler de stratégie et de lui proposer les blocs auxquels j'avais pensé pour y aller., lorsque tout à coup, il a tenté de m'égorger. Rien de grave, ne t'inquiètes pas.

Je laissai échapper un petit rire. Ma remarque n'était franchement pas polie, mais encore une fois à quoi s'attendait-elle ? Que nous étions en train de faire je ne sais pas quoi dans l'herbe ?

- Et toi alors, tu es venue courir pour une raison ? En tout cas, j'ai cru que c'était un milicien au début. Une chose est sûre, c'est bien plus plaisant que ce soit toi au lieu d'eux.

Je m'interrogeai bien sûr le comment la jeune fille allait continuer la conversation vue qu'elle n'était pas pour le moment très chaleureuse. Je croisai les bras, attendant d'avoir une autre occasion d'exercer mon charme sur elle.


FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageJeu 19 Fév - 19:20



Charlie O'Brien

Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.




Il se mordait la lèvre. J'etais désolée d'avoir étais si peu discrète, mais avouez que la situation était assez étrange. Alors rajouter de la gêne en posant une question ne changerait rien à l'histoire. Puis de toute façon qu'il réponde ou pas, ça m'etait totalement égal. Je m'apprêtais à repartir, les laissant là lorsque Isaac lâcha un discours pour récapituler la scène.

-- Et bien, mon cher ami et moi, parlions de plans pour s'aventurer dans le labyrinthe vu que ça va peut-être être mon nouveau trappeur. J'étais donc en train de parler de stratégie et de lui proposer les blocs auxquels j'avais pensé pour y aller., lorsque tout à coup, il a tenté de m'égorger. Rien de grave, ne t'inquiètes pas.

Ils n'avaient pas bientôt fini de s'envoyer des pics comme ça ? J'avais pitié d'eux. Pour sortir d'ici nous devions faire preuve d'intelligence, de ruse, de minutie ! Et eux ! Eux ne faisaient pas grand chose de tout cela. Je serrais les dents retenant tout commentaire qui ferait raviver la flamme. En réalité j'aurais rajouté un Oh je ne m'inquiète pas ! Tu es un grand garçon, tu es assez malin pour calmer quelqu'un que tu as cherché.
Mais comme je le vous disais plus haut, ça n'arrangeait rien dans l'histoire.
De plus il finit en ajoutant un petit rire. Il pouvait pas réfléchir deux secondes ! Si il était coureur et que lui allait être son trappeur ils devaient être amis enfin je savais pas !

-- Et toi alors, tu es venue courir pour une raison ? En tout cas, j'ai cru que c'était un milicien au début. Une chose est sûre, c'est bien plus plaisant que ce soit toi au lieu d'eux..

Voilà pourquoi je détestais poser des questions. Après, je devais forcément répondre à celle qu'ils me renverront. Je n'avais pas le choix, ils venaient de me dire la raison de leur venu et je devais faire de même. Je soupirais exaspérée avant de regarder Ragnard.

-T'as plus de langue toi ?

Je croisais à mon tour les bras, en fixant d'un regard froid le jeune homme en question. Jusque là, il n'avait rien dit et s'etait contenté de rester en arrière, laissant son coureur dans la mouise. Bien l'esprit d'equipe ! On applaudit ?
Bon, il fallait que je me calme. Pour ça, je serais bien repartie en courant, mais je n'allais pas les laisser là tous seuls, ils se taperaient la tête en quelques secondes.
Et l'un finirait au terminus, l'autre serait exilé. Qu'elle fin charmante !
Je regardais de nouveau Isaac, sans changer de regard. Il voulait me draguer au quoi ? La petite phrase toute mielleuse, gentille, amicale. Eurk. Très peu pour moi. De toute façon, vu son physique, -je ne pouvais pas mentir sur le fait qu'il soit beau - il devait déjà avoir une petite amie, si ce n'était deux.

-Si j'etais milicienne, on ne serait pas entrain de parlé. L'un serait déjà exilé. je fis peser mon regard sur Ragnard avant de me retourner. Courir est une habitude pour nous non ? Pour moi, c'est une raison de survie. Je dois courir même si je ne suis pas dans le labyrinthe.

Cela pouvait paraître idiot. Mais bon, je n'y pouvais rien moi. J'etais comme j'etais, et je ne voyais pas pourquoi je changerais.
Je devais sentir les muscles de mes jambes tirer, mon corps d'élancer dans une course effrénée. Le vent qui me fouettait le visage. Je devais sentir tous ces détails.

-C'est bon ? D'autres questions ?

Pendant qu'on y était. Autant vite finir le plus difficile, au moins après nous étions tranquille. Mon pied se mît à taper le sol, signe de mon impatience à en finir. Si ils n'avaient pas de question, c'etait tant mieux.



[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageSam 21 Fév - 15:15

Restant en retrait, je laissais mes deux compagnons discuter tranquillement. Bien que le son de leurs voix était plus désagréable qu’autre chose, je préférais tout de même cela a l'effort de parler moi-même. Alors c'est pour cela qu'Isaac répondit a sa question, de toute façon si cela avait été mon rôle, j'aurai répondu un simple « Rien » et me serait éclipsé, mais étant donné que ce n’était pas moi, je faisais preuve du miiiiiiiinimum de politesse que la situation me permettait de déployer, c'est a dire : Rester et écouter en silence. Si je tenais a ce que la discussion soit courte, il ne fallait pas que je fasse de vague, mais apparemment je venais de déléguer ce rôle a mon compagnon coureur qui s'obstinait a vouloir faire empirer les choses.  

"Et bien, mon cher ami et moi parlions de plans pour s'aventurer dans le labyrinthe vu que ça va peut-être être mon nouveau trappeur. J'étais donc en train de parler de stratégie et de lui proposer les blocs auxquels j'avais pensé pour y aller., lorsque tout à coup, il a tenté de m'égorger. Rien de grave, ne t'inquiètes pas." Dit-il


Il ne pouvait s’empêcher de me tacler même dans cette situations, tout en laissant sortir un leger rire ironique.. ce qui me faisait me rendre compte que malgré le fait qu'il ai voulu me tester, il était tout de même un provocateur dans l’âme et il n'assumerai jamais ses torts. Tout ça venait d’apparaître logiquement, implicitement en une tirade. Et je crois que la jeune fille le remarqua aussi, elle avait l'air exaspérée. Mais bon, sur le fond il avait raison, enfin, sur le sujet de notre discussion, a la base c’était ça hein, on discutait de ce qu'on allait faire une fois dans le labyrinthe. Mais bon, après vous connaissez déjà ce qu'il s'est passé, rien n'est allé dans le bon sens. Et il enchaina :

Et toi alors, tu es venue courir pour une raison ? En tout cas, j'ai cru que c'était un milicien au début. Une chose est sûre, c'est bien plus plaisant que ce soit toi au lieu d'eux.

Et il enchaîna, mais pourquoi enchaînait il ? Qu'avais-je fais de mal ? Bon si je savais ce que j'avais fait de mal mais tout de même. Mais la fille se concentra sur moi

-T'as plus de langue toi ?


Je ne relevais même pas cette remarque. Je ne suis pas un bavard, voilà tout. Et autant laisser deux personnes discuter tranquillement plutôt que d'en faire intervenir une troisième qui leur couperait la parole. Et de toute façon, ni elle ni lui n'avaient d’intérêt a mes yeux, c’était aussi intéressant que regarder des mouches voler, je n'allais donc pas y participer. Mais a ma grande incompréhension elle me fixait du regard.. Attendait-elle vraiment une réponse là maintenant ? Car elle allait être sacrement déçu. C'est bon, je ne répond plus aux provocations, ça n'apporte que des problèmes ! Déjà une douleur aux parties, et en plus maintenant un discussion.. Qu'est-ce qui pourrait m'arriver de pire ?

-Si j’étais milicienne, on ne serait pas entrain de parlé. L'un serait déjà exilé. Courir est une habitude pour nous non ? Pour moi, c'est une raison de survie. Je dois courir même si je ne suis pas dans le labyrinthe. C'est bon ? D'autres questions ?


Elle était sèche, autoritaire et savait s'imposer, on ne pouvait le nier. Et apparement cette discussion ne l’intéressait pas plus que moi.. Alors pitié, pitié Isaac ne pose pas d'autres questions ! Mais le connaissant, il allait tout faire pour la garder avec nous.. Et tout le monde sait qu'aucune fille ne peux lui résister, alors me voilà embarqué dans une histoire qui n'est pas prête de se terminer.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageSam 21 Fév - 19:41



«Trouver la vérité tout en vivant dans un monde de mensonges ?»
with Isaac, Ragnard & Charlie
1



- T'as pas de langue toi ?, lança-elle à Ragnard d'un con très cassant.

Mon cœur fit un léger bond dans ma poitrine. Je ne m'attendais pas à celle-là apparemment. Je ne pus m'empêcher de me retourner vers Ragnard, l'air presque ahuri. Elle avait sorti la réflexion que j'aurais été capable de lui sortir. Je remarquai qu'elle se mit à toiser mon coéquipier du même regard hautain que le mien. Nous avions le même caractère pour cela. Pourquoi Ragnard l'intriguait-elle avec sa tête d'enterrement. Je ne comprenais pas. À ma grande surprise, il ne répondit même pas. Allait-elle insister sur lui comme je le faisais sur elle ?

Décidément, je trouvai qu'elle faisait de pire en pire. J'étais mal à l'aise et elle commençai à m'énerver. S'il y avait bien une chose que je ne pouvais pas supporter c'était que l'on m'ignore comme elle le faisait. Pour qui se prenait-elle alors que j'étais poli avec elle ? Je faillis faire la moue mais, je me retins. Je n'avais pas envie de lui donner cette satisfaction.

-Si j'étais milicienne, on ne serait pas en train de parler. L'un serait déjà exilé. Courir est une habitude pour nous non ? Pour moi, c'est une raison de survie. Je dois courir même si je ne suis pas dans le labyrinthe.
- Ne t'énerves pas, commençai-je d'une voix qui se voulait apaisante. Je demandais seulement.

J'étais impressionné par la manière dont je gardais mon calme. Je savais qu'au fond d'elle, cette jeune fille n'était pas méchante. C'était juste une apparence qu'elle voulait se donner. Mais pourquoi cacher le bon par du mauvais ? C'était tous la question que nous nous posions ici. Le bon reflétait-il notre faiblesse ? Sans doute. Étant donné le nombre de personnes qui plongeaient dans les mauvaises habitudes, je ne pouvais pas nier le fait. Pourquoi avais-je toujours la sale habitude de discuter ? À première vue l'on pourrait penser que c'est pour faire mon intéressant mais, je savais parfaitement que je cherchais toujours à faire renaître le côté pessimiste des gens. Je détestais le malheur qui m'entourait car, il me faisait tellement repenser au mien. Comment pouvions-nous nous en sortir si personne ne partageait ce qu'il ressentait ? C'était impossible ! Nous vivions dans un monde de mensonge. Quelle ironie, nous qui étions justement en quête de la vérité afin de nous faire sortir d'ici ! De plus le malheur cachait souvent nos pires craintes. Ici, seul le contact avec les gens était encore ce qui nous restait. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi certains refusaient de parler. Je dus avouer que ma manière de communiquer n'était pas d'un grand art à travers mon sarcasme mais, au fond, c'était juste pour moi un moyen de garder la valeur de communication.

- C'est bon ? D'autres questions ?

Je notai qu'elle tapait du pied sur le sol, signe d'impatience. J'hésitai encore à la faire partir. Néanmoins, c'était plutôt une bonne distraction. Je n'avais pas tellement envie de me retaper dessus avec Ragnard, nous étions là pour parler de stratégie et pas à jouer à celui qui était le plus fort. Bon, certes je l'avais testé mais c'était juste par but de voir comment il réagirait avant d'aller dans le labyrinthe. Mais il y avait une autre raison, car j'y prenais toujours du plaisir. J'étais un provocateur, il ne fallait pas chercher plus loin. J'aimais autant être la cause d'excès de colère que la cible de compliments. Totalement l'opposé mais, ce que j'attendais des gens dépendait souvent de mes envies et de mes humeurs. Bien sûr, avec mes amis c'était différent. L'amitié reposait toujours sur les plaisanteries et la sincérité.

Il me paraissait parfois étrange que je prenais toujours mon pied à taquiner les inconnus. Je ne pouvais rien y faire, c'était plus fort que moi ! Je sus que si je répondais par une autre question elle allait me gifler ou un truc dans le genre. Je n'appréciais pas que les gens repartent avec une mauvaise impression. Je sentis une certaine tristesse me remplir. Étrange, mais réelle.

- Charlie ?, commençai-je doucement. Pourquoi veux-tu devenir trappeuse et pas quelque chose d'autre ?

Ma question était sincère. Mon ton était devenu à présent calme. Tout se bousculait dans ma tête et l'énervement ne voulait plus entrer en contact avec mon corps. Cette question était une question que je posais à beaucoup de gens. J'étais toujours intrigué par leur motivation pour une telle ou telle classe, espérant y déceler des secrets. Si j'étais étrange, on me l'avait déjà fait bien comprendre mais, je m'en fichais. Voir le monde sous un autre angle que le mien m'offrait de nouvelles perspectives. Je pouvais également en apprendre plus sur eux. Je jetai un bref coup d’œil à Ragnard. À lui aussi je ne lui avais pas demandé. Peut-être en aurais-je l'occasion par la suite.



FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 


Dernière édition par Isaac Welligton le Dim 22 Fév - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageDim 22 Fév - 18:27



Charlie O'Brien

Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.




    Ragnard ne semblait pas d'un habituel très bavard. Soit il pensait en avoir assez fait et avait donc l'intelligence de se taire. Soit il boudait. Les deux choix étaient possibles et je ne préférais pas décider. Je n'avais aucune réponse.
    Isaac, lui, se contenta de le regarder ahuri. Quoi ? C'etait si étrange que ça comme réponse ? Pas pour moi en tout cas. Bon, si il ne répondait pas ce n'etait pas un problème, je n'allais pas le forcer.

    -Charlie ?, je me retournais vers l'auteur de l'apostrophe, Pourquoi veux-tu devenir trappeuse et pas quelque chose d'autre ?

    Je le fusillais du regard. Me mordant la lèvre avec irritation, je décidais de me calmer. Je devais répondre quoi ? Que je n'avais pas assez de qualité pour faire autre chose ? Que je savais faire que peu de chose.
    Cependant son ton était plutôt calme, et il ne voulait pas me vexer en me posant cette question. Je fronçais les sourcils avant d'ouvrir la bouche pour la refermer. Je n'avais pas encore trouvé de réponse qui valait la peine et je ne savais même pas si j'allais en trouver une.  Vexée par moi même je relâchais la pression, abaissais les épaules mais restais méfiante. C'était contre moi même, je ne pouvais pas ne pas me méfier de ceux en face de moi. Pas temps que je ne sautais rien de plus sur eux.

    -Je n'ai pas un assez bon sens de l'orientation pour être coureuse.

    Ça, c'etait fait, je me demandais si c'etait une bonne idée de dire cela. En quelque sorte, je montrais mes faiblesses. J'etais moi même surprise par ce que je venais de dire, mais je ne le laissais pas montrer. Je gardais un air neutre, comme si je m'en fichais d'etre trappeuse ou bien medjack.
    J'accompagnais mes paroles d'un léger haussement des épaules.

    -Et j'ai l'impression de ne pouvoir compter que sur moi même. Je tiens à chercher cette fichue sortie.

    Enfin si il y''en avait une. Charlie, tu te tais maintenant. Tu vas pas t'étaler sur ta vie pendant deux heures. De toute façon entre la tienne et celle d'un coureur, ta vie vaut bien moins.  
    J'avais l'art de m'auto énerver. Je regardais le courreur. Puis le trappeur encore en retrait. Entre les deux, par exemple, Isaac serait surprotégé. Alors que Ragnard devrait se débrouiller. Comme moi si un jour j'arrive à avoir un courreur, mais pour ça, je pouvais attendre encore.





Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageMer 25 Fév - 20:16

La situation était tendue, et les deux autres compères s’irritaient mutuellement. A croire que la voix de chacun faisait saigner les oreilles de celui en face, alors même si l’affection ne faisait pas partie des choses que je ressentais pour eux, une seule bagarre suffisait dans la journée, il n’était pas question qu'ils se mettent eux aussi sur la courge, même si je pense qu'Isaac aurait lamentablement perdu contre cette frêle fille mais qui avait l'air d'en avoir dans le ventre. Mais mon coureur associé ne semblait pas comprendre cela, et il persistait a lui poser des questions, il veux l'épouser ou quoi ? Et là il est en train de voir si c'est une fille correct en fait, c'est pas possible, l'interrogatoire qu'il est en train de lui faire passer.. Si elle avait eut compris en arrivant qu'Isaac et moi étions en train de nous battre, au moins maintenant elle a aussi compris pourquoi. Il l'énervait tellement qu'elle s'en mordait la lèvre pour retenir ses poings, la situations était arrivée a un stade critique.

-Charlie ? Pourquoi veux-tu devenir trappeuse et pas quelque chose d'autre ?Dit Isaac.

La voix que venait d'utiliser le jeune homme était différente de celle qu'on a l'habitude d'entendre, il a enlevé quelque chose .. Ah oui, sa condescendance, il n'avait plus son air hautin et insupportable qui l'accompagnaient chaque seconde. Qu'est-ce qui lui prenait d'abandonner son arrogance et sa fierté ? Tenait il vraiment a ce que la conversation se passe bien ? Alors que son ego avait dû en prendre un coup au vu de la réaction tout sauf positive de Charlie .. Le pauvre, il était blessé dans son estime de ne pas plaire a quelqu'un et allait appliquer la technique du chiant battu pour l'amadouer. Quel fin joueur. Elle répondit :

-Je n'ai pas un assez bon sens de l'orientation pour être coureuse. Et j'ai l'impression de ne pouvoir compter que sur moi même. Je tiens à chercher cette fichue sortie.


Elle avait l'air de s'être calmé, comme quoi la technique du mec ultra gentil d'Isaac a encore fonctionner. Il devrait écrire un bouquin ce type "Comment ce faire haïr et aimer par tout le monde" , mais enfin, au moins il y avait un point positif, c’était que l’atmosphère se détendais, leur conversation était moins prononcée, l'orage était passé, et au moins ils ne risquaient plus de se sauter dessus d'un moment a l'autre, c’était déjà ça. Alors bon, peut-être qu'on allait trouver un arrangement, une sortie a cette situation qui s'enlisait.. Car si on les laissait comme ça, ils allaient encore discuter une bonne partie de la journée, et demain ils finiront marié avec 3 gosses. Je veux pas ça, je veux pas entendre de jérémiades dès le matin venant de la cabane des blocards, je veux rien de tout ça. Je veux juste qu'on parle enfin stratégie , parce qu’après tout, on était là pour ça, le rendez-vous avait cet objectif là, pas celui de faire copain copain avec une inconnu sortie des bois par une roulade a la réception incertaine.

Mais soudain il me vint une idée. J'allais pouvoir me débarrasser d'Isaac la moitié du temps si ils sont d'accord avec ce que je viens d'avoir comme intuition. Punaise, je n'ai pas encore commencé a courir avec lui que j'ai déjà envie de m'en débarrasser, ça promet niveau cohérence, coopération et compréhension une fois dans l'enceinte du labyrinthe, mais on fera notre maximum. Et il fera aussi son maximum quand il ne courra pas avec moi, mais avec Charlie ! Hé oui, elle est trappeuse après tout, comme moi, alors n'y a pas de raisons qu'elle ne puisse pas l'accompagner comme je suis sensé le faire. Alors je vais enfin retrouver ma langue que ça leur plaise ou non, interrompre leur discussion pré-nuptiale et exprimer ce que j'ai a dire. C'est pas souvent alors autant que ce soit utile. Ainsi, d'un pas sûr et imposant, je m'avançais plus proche des deux tourtereaux, les regardant a tour de rôle.

"Bon, on est pas là pour regarder l'herbe pousser. Il serait temps de faire ce pour quoi on est venu : Discuter stratégie. Je vote pour le bloc du marécage, on est d'accord la dessus Isaac ?
Et toi Charlie, t'as pas a partir, j'ai une idée te concernant. T'es trappeur non ? Et je t'ai pas entendu dire que t'avais un coureur, alors a part si t'as juste oublié de le mentionner, pourquoi tu ne courrais pas aussi avec Isaac, comme moi ? On se partage le gosse
je fis un clin d’œil "amical" a Isaac, et on cours un jour sur deux avec lui ? Histoire de ralentir l'arrivée du moment ou on se détestera énormément les uns les autres ? Je pense que ça pourrait être une bonne idée, la diversité ne fais jamais de mal hein ! Vous en pensez quoi les gars ?"

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageMer 25 Fév - 21:36



«Stratègie Charlie et encore stratégie ! »
with Isaac, Ragnard & Charlie
1












La jeune fille devant moi semblait brûler d'impatience d'en finir avec moi. Pourquoi la rendais-je dans cet état-là bon sang ? Néanmoins, mon ton calme l'avait apaisé d'une seconde à l'autre car, je vis que ses traits crispés de son visage étaient déjà en train de se radoucir. Ouf. Elle parut un peu surprise par ma question, visiblement elle ne s'était pas attendue à celle-là.

- Je n'ai pas un assez bon sens de l'orientation pour être coureuse.

Comme ça, cela avait le mérite d'être clair. J'hochai la tête avec un petit sourire timide. J'étais en fait un peu surpris de sa réponse. Je m'attendais plutôt à une réflexion du genre '' ça te regarde pas'' mais, s'il y avait bien une chose que j'avais remarqué chez tous les blocards c'était qu'ils avaient tous un point en commun : l'espoir d'un jour de devenir quelque chose''. Lorsqu'on leur parlait des métiers ici personne ne restait à l'écart. Ne rien devenir signifiait ne rien faire pour aider à trouver tout ce que tout le monde désirait plus que tout au monde : la sortie. Je jetai un léger coup d’œil à Ragnard . Il se tenait toujours derrière moi, tout silencieux, l'air agacé par nos petits échanges. Il ne devait sans doute pas arriver à me cerner, ce que je comprenais. Lorsqu'on ne me connaissait pas, les gens se perdaient toujours en me trouvant trop complexe.

- Et j'ai l'impression de ne pouvoir compter que sur moi-même. Je tiens à chercher cette fichue sortie.

Exactement ce que je pensais à l'instant. Décidément je commençai à cerner cette fille. En même temps ce n'était pas difficile. J'avais le don pour lire les sentiments des gens comme si leurs pensées pouvaient se lire sur leur visage tel un livre ouvert.

- Tu as l'air bien pour une trappeuse. Tu sembles avoir la réflexion requise, tus à l'air agile, donc assez rapide pour suivre un coureur comme il faut et bien sûr tu as du tact donc ça aide pour la réaction, dis-je presque en une seule traite.

Ça y est ! Cette fois-ci, c'était le Isaac stratège à fond dans son rôle de coureur qui parlait. Stratégie, était un de mes mots favoris, je ne voulais penser presque que par ça dans le labyrinthe car, je considérais cela comme une des grandes valeurs que je voulais prôner ici, persuadé que c'était cela qui allait nous faire sortir de cet enfer.

- Évidemment si tu veux faire tes preuves pour être trappeuse, il faut bien que tu t'entraînes à manier une arme car, j'imagine que le corps n'est pas ton truc. Mais assez légère tout de même vu ton poids car, ça aurait tendance à te ralentir et ce serait bien dommage.


Les mots me sortaient comme ça, je commençai à l'analyser avec une véritable passion, j'aimais vraiment bien cerner les gens pour pouvoir leur donner des conseils par la suite. Mais alors que la conversation commençait à bien se détendre et que je me sentais plus à l'aise, mon coéquipier s'avança vers nous en nous regardant à tour de rôle. Que se passait-il ? C'est alors que je saisis. Il voulait nous interrompre car, nous n'avions pas que ça à faire. Tandis qu'il commençait à parler, je ne cessais de le regarder totalement ébahi. À un moment, je remarquai que j'avais gardé la bouche entrouverte comme un idiot encore trop surpris de le voir s'imposer comme il le faisait. Il était en train de nous faire une tirade pour nous dire qu'il ne fallait pas traîner. De plus, par la même occasion il me fit enfin part de son choix pour le labyrinthe. Marécage. Très bien. J'étais déjà prêt et soudainement impatient d'en discuter maintenant que j'avais débuté avec Charlie sur le sujet de stratégie. La suite fut légèrement drôle et j'esquissai même un sourire amusé lorsqu'ils nous comparaient à des mariés avec des gosses. Mais pourquoi avait-il pris la parole pour dire juste ça ? Non ce n'était pas fini. Voilà qu'il enchaîna presque sans s'arrêter sur autre chose, sur une nouvelle idée. Il me fit un petit clin d'oeil. Je me demandais bien ce qu'il allait dire pour m'avoir adressé une telle attention qui me fit chaud au cœur pour je ne sais quelle raison. Était-il en train d'oublier mes torts ? Non ! Mieux ! Il proposait que Charlie devienne ma trappeuse tout en me gardant aussi avec une d'idée d'alternance ! '' Pour se partager le gosse'' venait-il de dire. Halala quelle blague amusante, je faisais bien une tête de plus que lui en plus ! Mais cette fois-ci il m'amusait et sa proposition paraissait intéressante. Mais, il ne manquait plus qu'une seule chose dont je n'étais absolument pas certain. L'avis de la jeune fille. Mais pourquoi Charlie voudrait-elle travailler avec moi ?


FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageMer 25 Fév - 22:42



Charlie O'Brien

Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.




Je fixais toujours Isaac en essayant de garder un regard froid. Mais déjà il m'avait déstabilisé, et a moins qu'il me remette en rogne, je n'arriverais pas à reprendre mon air glacial et distant.
Il osa créer un petit sourire sur son visage. Auquel je repondis avec un haussement d'épaule. Pas de commentaire, c'etait mieux ainsi. Je pense que si j'avais un jour droit à un voeu se serait de sortir -si ce n'est pas déjà fait- ou avoir un bon sens de l'orientation. Même avec un plan, j'arriverais à me perdre, et ne mettais pas ça sur le fait que je sois blonde ! Ce n'etait même pas un défaut, mais un handicap pour moi.
Si j'avais pu ? Bien sur que je serais devenue coureuse ! Je ne serais pas restée à l'etape en dessous. Même pas en rêve. Mais bon, il a fallu que ce soit ainsi. Que je pouvais pas me changer.

- Tu as l'air bien pour une trappeuse. Tu sembles avoir la réflexion requise, tu as l'air agile, donc assez rapide pour suivre un coureur comme il faut et bien sûr tu as du tact donc ça aide pour la réaction.

Il était sérieux ? J'arquais un sourcil, dubitative. Pourquoi il me disait ça. C'etait pas comme si j'allais devenir sa trappeuse, c'etait le machin la bas, qui attendait en silence que quelque chose se passe. Je pouvais lui faire confiance ? Même pas sûr, il y a peut-être 5 minutes ? Ils étaient entrain de rouler au sol en essayant de tuer leur adversaire qui était leur propre coéquipier.
Bon de toute façon, je ne perdrais rien à écouter et même à faire ,si cela pouvait m'aider.
Dans ce qu'il venait de dire, en fait, je savais déjà presque tout. C'etait plus la description de mon physique, des capacités acquises ou que je pouvais avoir si je m'entrainais.

- Évidemment si tu veux faire tes preuves pour être trappeuse, il faut bien que tu t'entraînes à manier une arme car, j'imagine que le corps n'est pas ton truc. Mais assez légère tout de même vu ton poids car, ça aurait tendance à te ralentir et ce serait bien dommage.

Un sourire vint esquisser mes lèvres, tandis que je m'imaginais déjà une dague, un arc ou une autre arme. Même si j'etais une fille -et comme nombreuses dans le blocs- je voulais connaître les armes, les manier, se défendre avec. Combattre quoi.
J'entendais déjà le bruit de la lame, lors d'un mouvement attaquant. Une parade pour la défense. Et tant d'autre chose ! Enfin bref, pas le temps des rêvasser, les gens attendent une réponse devant toi.
Et lorsque l'on arrive au corps à corps, je me sentais bien moins sûre. Je n'avais sûrement pas assez de force pour soulever une épée, tenir une hache ou faire face à l'ennemi si il appuyait sur ma lame. Non. Je devais jouer la ruse, la rapidité, sur le fait que l'on ne me voit pas parmi les fougères.
Je m'apprêtais à répondre quelque chose, bouche ouverte, je dévisageais Ragnard qui s'approchait de nous.

-Bon, on est pas là pour regarder l'herbe pousser. Il serait temps de faire ce pour quoi on est venu : Discuter stratégie. Je vote pour le bloc du marécage, on est d'accord la dessus Isaac ?
Et toi Charlie, t'as pas a partir, j'ai une idée te concernant. T'es trappeur non ? Et je t'ai pas entendu dire que t'avais un coureur, alors a part si t'as juste oublié de le mentionner, pourquoi tu ne courrais pas aussi avec Isaac, comme moi ? On se partage le gosse et on cours un jour sur deux avec lui ? Histoire de ralentir l'arrivée du moment ou on se détestera énormément les uns les autres ? Je pense que ça pourrait être une bonne idée, la diversité ne fais jamais de mal hein ! Vous en pensez quoi les gars ?


Je refermais la bouche en lançant un regard à Isaac. Il était dans le même état que moi : surpris.
Attendez ! Il y avait deux secondes, il était terré dans son coin, mué comme une carpe. Et voilà qu'il arrivait et dégobillait un de ces textes !
Le temps de remettre mes idées en place et de comprendre la moitié de son paragraphe je regardais Isaac avant de dévisager celui qui prenait la parole. Le coureur ne disait rien ? Les rôles venaient de s'échanger ? Et moi dans l'histoire ? Je devais faire quoi ? Il y avait un piège ? Surtout avec le clin d'oeil vers concerné. Et depuis quand je faisais partit de Les gars ? Va y appelle mon "mon pote" pendant que t'y ai ! Malotru !
Je plissais les yeux méfiante. Je me demandais encore comme il avait fait pour nous sortir un truc pareil ? Il réservait sa salive pour la recracher dans autre chose juste après ? Bon, peu importait les détails, une réponse Charlie !

-Au moins je pourrais courir autre par que dans le foret et éviter de stopper les bastons.

J'accompagnais mes paroles d'un léger haussement d'épaule. Certain dirait que c'était de la mauvaise foie, mais je voulais juste les embêter. À la fin je souriais, me retenant même de rire.
L'ambiance s'était bien détendue, même si je craignais une rechute. Bon, si personne ne lançait de pic à personne tout devrait aller. Je pourrais apprendre à connaître Isaac, qui lui semblait m'avoir déjà cerné. Ça ne me dérangeait pas. Enfin pas trop trop. Je ne voulais pas qu'on s'étale en long, en large et en travers sur mon compte. Mais si ça l'amusait et que je pouvais m'améliorer, pourquoi pas ? De plus ça me fera sortir du bloc -maintenant un mois que j'y suis enfermée- et me changer les idées, qui se focaliseront plus sur la sortie qu'elles ne le sont déjà. J'adressais un petit sourire de coin à ceux en face de moi, je n'avais pas tellement l'habitude de sourire. Peut-être dans mon ancienne vie, mais ici rien ne laissait beaucoup de place à la joie pas vrai ?


Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageVen 27 Fév - 12:03

La discussion allait bon train entre les deux, elle s'était détendue, Charlie n'était plus prête a bondir, et Isaac lui était toujours aussi calme que d'habitude mais il commençait tout de même a reprendre de l'assurance, le chemin jusqu'au cœur de Charlie semblait s'éclaircir, et c'était ça qu'il cherchait au fond, j'en étais sûr : Séduire. Il n'avait que cette ambition a chaque instant, avec toutes les filles qu'il rencontre, ça aurait pu être gênant dans certaines situations, mais dans celle là, c'était au contraire une bonne idée, car l'orage était dans l'air, il fallait le faire partir, et par ses talents de séducteur ( Bien que casse-couilles ) il avait réussi a attendrir la grande blonde, elle esquissait même un sourire, qui l'eut cru alors qu'elle parlait a couteaux tirés et les sourcils froncés depuis le début de la conversation, ce salaud d'Isaac, bien que je ne le porte pas dans mon cœur avait réussi une prouesse. C'est d'ailleurs pour cela que je choisi ce moment pour effectuer mon speech, l'atmosphère était redevenue vivable, il n'y avait plus de danger de mort imminente alors c'était le moment d'exprimer mon idée, que ça leur plaise ou non.

Vous auriez vu leur tête quand je me suis approché, a croire qu'ils avaient vu un fantôme. Hé oui, Ragnard savait parler, étrange n'est-il pas ? Ils étaient tout les deux, bouches ouvertes, yeux écarquillés durant mon approche mais aussi pendant toute l'expression de mon idée. C'était mythique, a croire qu'ils venaient d'apprendre que leur mère était leur père et leur père était leur frère, une révélation du genre qui change votre vie. Mais non, c'était juste moi qui venait de parler, pardon pardon vous êtes déçu mais il en est ainsi. Ce qui était sûr en tout cas, c'est que l'idée ne les laissait pas indifférents, qu'ils étaient même agréablement surpris, Isaac fit même apparaître un léger sourire durant ma tirade, alors que Charlie, elle , était circonspecte. Non je ne lui tendais aucun piège, ni a elle, ni a lui d'ailleurs, mon idée était totalement franche et dénuée d'un quelconque intérêt pour mon parti. Je pensais juste honnêtement que cela pour fonctionner. Et Charlie allait devoir le comprendre et me croire, en même temps elle n'avait pas d'autre choix, et pas d'autres coureurs a disposition, alors c'était ça ou rien, et elle allait choisir ça, elle qui aimait tant courir. Pour une fois, Isaac et moi attendions une même chose : La réponse de la jeune fille .

-Au moins je pourrais courir autre par que dans le foret et éviter de stopper les bastons.

Ça ne m'étonnais pas d'elle, commencer par une pic, en même temps elle n'avait pas l'air d'être une fille qui se laissait faire, alors je la voyais mal tomber a genoux et nous remercier en pleurant, ainsi ce qu'elle venait de dire était logique, mais aussi plaisant, car ça ressemblait de loin comme de près a une réponse positive. Puis l'inattendue se produisit, elle sourit. Alors finalement j'étais pas si nul que ça, j'avais réussi a réunir tout le monde sur une idée commune. Enfin tout le monde, je ne sais pas, même si a première vu Isaac avait l'air séduit par l'idée, il n'avait pas encore prononcé un mot, attendant surement que la nouvelle venue dans l'équipe ai finit sa réaction quant a ma proposition. C'est pourquoi j'enchaînais :

"Et bien, content que l'idée te convienne alors. Au moins, on sera deux a partager le même fardeau, et ça nous unira tout les trois !"
Je me mis a rire. Puis je me retournais vers Isaac, qui semblait Mi-ébahit mi-ravi "Bon et toi Don Juan, t'en dis quoi de mon idée, ça te va si la blonde rentre dans l'équipe ?"

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Admin
avatar


Date d'inscription : 13/12/2014
Messages : 796
Points : 166
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




MessageVen 27 Fév - 20:35



«Agréable surprise !  »
with Isaac, Ragnard & Charlie
1












Je croisai tranquillement les bras en attendant sa réponse. Je fis de mon mieux pour ne pas me montrer ni trop confiant ni trop incertain. Je savais que cela allait influencer sa réponse. Apparemment, jusque-là, la jeune demoiselle avait utilisé ma méthode favorite : le sarcasme, ce qui signifiait qu'elle faisait tout pour montrer que mes petites tentatives l'avaient laissé indifférente. Ce n'était pas du tout le genre de fille à se laisser marcher sur les pieds et à dévoiler ses sentiments, ça je l'avais maintenant bien saisi. Elle était donc à manier avec précaution. Mon sourire timide et mon comportement posé avait mieux marché sur elle. Dans les paroles de Ragnard, je n'avais relevé aucune méchanceté de sa part mais, juste de la sincérité. Il avait vraiment trouvé un compromis et avait désiré nous le faire partager. Son idée n'était pas si mal, car c'était toujours instructif de changer de coureur de temps en temps mais, aussitôt qu'il l'avait proposé la suite, un autre détail s'était révélé très problématique. L'idée d'un jour sur deux ne me plaisait moins car, avec mon expérience je savais qu'il valait mieux garder la même personne plusieurs jours d'affilés pour bien s'habituer. Mais de l'autre côté, ça ferait une bonne occasion pour Charlie de devenir trappeuse. J'étais d'accord avec son idée mais, à une seule condition.

- Au moins je pourrais courir autre par que dans la forêt et éviter de stopper les bastons.


Je souris amusé et laissai échapper un petit rire. Elle avait de l'humour elle ! De plus, elle n'avait ni dit oui ou non directement mais, tout dans sa réponse indiquait qu'elle acceptait. Je me retins d'exprimer mon étonnement car, elle l'aurait peut-être mal prit mais, je ne m'attendais pas vraiment à une réponse positive de sa part. Néanmoins, j'étais heureux qu'elle n'ait pas refusé. De toute manière qui le pouvait ? Elle aurait été totalement idiote de le faire car, ici, s'il y avait bien une chose que l'on brûlait tous de réaliser était de toujours prouver que nous pouvions tous participer à l'unique espoir qui nous liait. Si elle l'avait fait, j'aurais jugé inutile de continuer à lui parler. Mais ici, la situation était différente, elle était d'accord. Je me retournai vers mon futur trappeur qui semblait tout content et presque surpris qu'elle ait accepté. C'est vrai qu'au début nous étions plutôt mal partis avec elle. Il ne restait plus qu'à moi de dire mon opinion et Ragnard pensait la même chose que moi.

- Et bien, content que l'idée te convienne alors. Au moins, on sera deux à partager le même fardeau, et ça nous unira tous les trois !

Le même fardeau. Il parlait de moi. Oh mais pour qui il se prenait-il ? J'esquissai quand même un petit sourire car, je compris que c'était pour plaisanter.

- Bon et toi Don Juan
, reprit-il à mon attention, t'en dis quoi de mon idée, ça te va si la blonde rentre dans l'équipe ?

Ignorant le fait qu'il l'avait appelé la blonde -ce qui m'aurait fait sourire d'ordinaire- je m'éclaircis la gorge, n'en n'ayant pas vraiment besoin mais, sans doute était-ce un tic pour obtenir l'attention avant de m'exprimer.

- Et bien..., commençais-je afin de leur laisser le suspens. Je pense que c'est une bonne idée que j'accepte mais...

Je les regardai chacun leur tour vite fait pour tenter de discerner leur réaction. Ils semblaient m'écouter et attendre la suite.

- Mais, parce qu'il y a un mais évidemment, c'est l'histoire des un jour sur deux qui ne me plaît pas. Mais je ne peux pas t'en vouloir Ragnard d'avoir proposé ça car, tu es nouveau dans ton job et tu ne pouvais pas savoir mais, ce n'est pas bon. L'expérience montre bien que les taux de réussite s'avèrent bien meilleurs lorsque le coureur garde le même trappeur ou trappeuse au moins une semaine sans changer. Le temps d'adaptation est bénéfique pour l'efficacité et tu apprends les habitudes de l'autre, alors que changer tous les jours te perturbe plus qu'autre chose. Vous voyez ?

J'avais sorti toute cette tirade très calmement et tout à fait naturellement afin de bien leur faire prendre conscience du problème. Je notai que j'avais encore bien insisté sur mes mots comme à mon habitude. La situation se révélait même dangereuse si l'on s'apprêtait à faire ça.

- Sinon, il n'y a aucun problème, je suis tout à fait d'accord.


J'adressai un léger clin d’œil à Ragnard. J'attendis leur réaction avec patience, l'air sérieux.


FICHE © SINENOMINEVULGUS

___________________________________






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSam 28 Fév - 0:49



Charlie O'Brien

Pas la peine de remuer le couteau dans la plaie.




-"Et bien, content que l'idée te convienne alors. Au moins, on sera deux a partager le même fardeau, et ça nous unira tout les trois ! "

Je hochais la tête avant de lever un œil sceptique. J'essayais de garder mon sourire de coin. Le "fardeau" ? Pour l'instant, tant qu'il ne faisait pas le petit bonhomme tout gentil tout calme, qui voulait juste me mettre dans le sac comme nombreuse filles avant, ça m'allait. Je n'avais pas forcément à me plaindre, Ragnard avait eu une bonne idée, on ne pouvait nier.

-Bon et toi Don Juan, t'en dis quoi de mon idée, ça te va si la blonde rentre dans l'équipe ?"

Cette fois, le sourire se déforma, pour créer une sorte de rictus. Il avait réussi puis échoué, bravo Ragnard. Je le fixais froidement. Il se croyait pour qui ? J'avais supporte le "les gars" mais là non. Il ne me connaissait pas et parlait comme si nous étions amis depuis un centenaire. Il fallait mettre les points sur les "i" la prochaine voix il m'appellera comment ? Charlie Chaplin ? Même pas en rêve ! Prenant un ton sec je répliquais.

-Donc déjà si j'ai un nom c'est pour l'utiliser, alors t'es bien gentil tu m'appelles Charlie, comme tous le monde et non "la blonde" ou je ne sais pas quoi.

C'etait tranchant, sec. C'etait ce que je voulais. Montrer mon point de vu par rapport à comment il m'appellait. Et je pense avoir été claire. Pas de familiarité comme lors alors qu'on ne se connaît que depuis à peine 20 minutes. La prochaine fois il verrait ma main, et il ne comprendra même pas ce qui lui arrivera, je serais déjà partie.
Malgré tout, je reprenais mon calme, je m'obligeais à le reprendre. Je n'allais pas faire ma susceptible alors que l'humeur générale s'améliorait. Même si la rechute que je craignais pouvait revenir je devais me calmer. Et Ragnard devait arrêter de me dire des trucs pareils, sinon c'etait sur que je ne finirais pas la discussion.

- Et bien... Je pense que c'est une bonne idée que j'accepte mais...

Accouche Isaac on va pas y passer la journée ! Tu dis ce que tu as à dire puis voilà. Pas la peine de dire "Maiiiiiiisssss" et puis de s'arreter. De faire et une pause et de recommencer. Autant ne rien dire si c'etait pour faire ça.

- - Mais, parce qu'il y a un mais évidemment, c'est l'histoire des un jour sur deux qui ne me plaît pas. Mais je ne peux pas t'en vouloir Ragnard d'avoir proposé ça car, tu es nouveau dans ton job et tu ne pouvais pas savoir mais, ce n'est pas bon. L'expérience montre bien que les taux de réussite s'avèrent bien meilleurs lorsque le coureur garde le même trappeur ou trappeuse au moins une semaine sans changer. Le temps d'adaptation est bénéfique pour l'efficacité et tu apprends les habitudes de l'autre, alors que changer tous les jours te perturbe plus qu'autre chose. Vous voyez ?

Tu as déjà dis "mais" accouche Isaac on va pas y passer deux plombes...
Ouai, donc sur son discours, j'ai dût décrocher à "ce n'est pas bon", je n'ai pas de difficulté à me concentrer, juste à m'intéresser à un truc ennuyant. Moi j'avais besoin que l'on bouge et non que l'on poireaute comme ça à attendre que quelqu'un ait fini ses explications. Enfin le calme, j'aimais c'etait juste devoir écouter une personne parler, pendant nous, nous n'avions rien à faire. C?etait juste ennuyeux à mourir.
Et si je voyais ? Oui et non, un peu des deux, je comprenais où il voulait en venir, et j'acquiesçais d'un simple signe de tête, en le regardant. Je fis dériver mes prunelles bleus vers le second garçon en mettant mes mains dans mes poches de jean.

- - Sinon, il n'y a aucun problème, je suis tout à fait d'accord.

Pensive, je regardais le sol sans faire attention aux garçons qui attendaient sûrement une réponse de ma part.
Une semaine à attendre, c'etait long, mais je pouvais courir avec d'autre coureur ce n'etait pas un problème, c'etait même assez fréquent. Ça ne me gênera pas.
Lorsque je relevais la tête, mon choix était fait et une seule question, attendait une seule répondre.

-Bien, qui fait la première semaine ?


Hrp:
 



Revenir en haut Aller en bas




Admin
avatar


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 21
Messages : 696
Points : 578
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




MessageDim 1 Mar - 15:08

J'étais plutôt satisfait du fait qu'Isaac ne prenne pas mal les petites pics que je lui lançais, car elles n'étaient pas méchante, c'était clairement pour rigoler, détendre l'ambiance, tout ça, mais j'étais tout de même obligé de les placer car c'était moi, mon caractère, et que je n'allais pas passer d'un coup de la brute a l'agneau tout doux, malgré le fait que mon idée ait séduit les deux partis que j'essayais de convaincre. Et justement, je fut étonné de voir que ce fut Charlie qui réagit le moins bien, elle n'avait pas apprécié la manière dont je l'avais qualifié, apparemment personne ne devait toucher a ses cheveux .. Ou alors elle n'appréciait pas la mentalité allant avec la couleur de cheveux ceci reste un mystère mais en tout cas elle fut vexée.. Ou du moins exaspérée par la remarque et elle me le fit remarquer. Malgré tout, ce n'est pas ça qui allait m'arrêter, je veux dire, les surnoms, les taquineries c'est ce qui forme les liens d'une équipe, alors croyez moi qu'ils ne vont pas entendre leurs prénoms souvent , que ce soit pour la pimbêche ou pour Narcisse, les deux sont dans le même sac.

On attendait toujours la réponse d'Isaac qui semblait en pleine réflexion, ce qui était bizarre étant donné qu'il avait toujours le dernier mot sur tout. Ça promettait quelque chose de costaud. Mais chassez le naturel et il revient au galop, Isaac se remettait a faire son show. S'en était presque amusant, j’esquissais d'ailleurs un léger sourire au moment ou il se racla la gorge, a croire qu'il allait chanter un opéra, ce Isaac, un vrai acteur studio, il ne manquait plus qu'une équipe de télé et on vous faisait un documentaire sur cette star internationale pour qui il se prenait. Contrairement a moi qui appréciais le ridicule de cette cette scène, Charlie, elle, était  déjà plus sous pression. Après tout, c'était la réponse du coureur qui allait définir si elle pouvait rentrer dans l'équipe, et le suspens qu'il laissait semblait l'exaspérer, elle était pleine d'impatience et d'envie, il ne manquait plus qu'elle se mette a piétiner sur place pour compléter cette vision coquasse.

Finalement, l'attente d'Isaac était justifiée, il avait repéré un problème dans mon idée, un problème évident, mais il faut dire que je l'avais énoncée sous le coup d'un impulsion. Mais il avait raison, le un jour sur deux semblait loin d'être efficace. Alors apparemment si tout se passe bien et que nous sommes tout les deux efficace dans notre domaine, nous allons devoir faire des "gardes" d'une semaine avec notre coureur. Cela ne me dérangeait pas, après tout, j'étais là pour courir ET pour être loin d'Isaac, alors chaque semaine j'aurai un des mes deux objectifs qui allait être satisfait. Ce qui a été le plus étonnant dans le discours d'Isaac, c'est que son accent sur lequel il a vraiment poussé ne m'a pas énervé, je crois qu'il a donc dit quelque chose de pertinent contrairement a ce que je croyais possible venant de lui. Mais je suis sûr que ce ne sera pas une habitude et que toutes les autres choses qu'il dira durant les prochains mois seront stupide. On verra bien. Charlie, pendant ce temps regardait le sol et semblait indécise, ou du moins c'est ce qu'elle voulait faire croire, car au final elle demanda directement comme on allait se partager les semaines : Elle avait la rage de vaincre se labyrinthe. Et j'allais devoir mettre ma fierté de coté pour lui répondre. Je regardais ainsi mes deux interlocuteurs et leurs dit :

Tout d'abord a Charlie " Bon bah écoutes, je pense que je vais te laisser la première semaine, car vu ton arrivé, t'avais l'air d'avoir envie de courir tiens ! Puis bon, comme t'as vu c'etait tendu avec Isaac, alors autant laissé reposer les choses, et tout ira mieux ensuite. Ça te vas ?  Puis, regardant Isaac "Bon et au final c'est toi le coureur, alors c'est a toi de voir si le plan te vas, car c'est toi qui a l'expérience, la compétence, et qui est le plus précieux, même si j'ai du mal a comprendre pourquoi." Je laissais échapper un rire bon enfant.

___________________________________



Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Message

Revenir en haut Aller en bas


[Terminé] Comme quoi, tout peut arriver. (Isaac, Charlie, Ragnard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Comme quoi, en faisant du shopping on apprends des choses... [PV: mon Akari-chan à moi !]
» Tout peut arriver [Terminé]
» Comme quoi on peut être ami des maths, mais avoir du biceps.
» Un convoi de peluches à protéger, tout peut arriver
» Comme quoi, la peinture a aussi du bon [PV Masaki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Vivre... :: Le Petit Bois :: Le Ruisseau-