Partagez

Naufragée | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageDim 22 Mar - 21:59

Image du RP

clique.

Sam.
Trois lettres naissant dans un désarroi total. Trois capitales hurlant la présence d'un instinct maternel poignant. Il consume toute entière la nouvelle Blocarde, lui donne la force d'enserrer les barreaux de la cage qui monte, monte sans s'arrêter. Tout en ignorant la raison, elle sent qu'elle doit vivre, qu'elle a ce devoir désormais.
La jeune femme joint maladroitement ses doigts, ses mouvements hachés par les soubresauts de la cage. Plus elle essaye de réfléchir rationnellement, plus elle panique. Un brouillard dense s'était logé dans les régions de son encéphale et son regard était celui d'une biche traquée, redoutant à chaque seconde le bruit du cor de chasse s'approchant.
Dans le noir complet qui l'entoure, serrée entre une boîte et les bords de la cage, elle attend. Ses pensées se concentrent sur ces trois lettres lancinantes, incessamment répétitives, et elle se demande si ces instants sont sa fin. Si elle avait su dans quel enfer cet ascension allait la plonger, elle l'aurait souhaité de tout son coeur.
Il y avait cette petite voix, qui lui chuchotait que tout irait mieux bientôt. Cette voix reste bien mensongère, pourtant tout le monde la préfère. Personne ne devrait aimer la raison, elle taquine l'esprit, le retourne, le chamboule. Mais Sam décide d'écouter cette petite voix, parce qu'elle préfère ça aux fracas bruyants de la cage métallique. Une voix qui la berce. Sa voix, répétant le même mot, le même prénom. Elle ne s'aperçoit pas que la cage a stoppé son ascension, elle n'a pas remarqué la lumière claire de l'extérieur. Assise en tailleur comme si elle profitait du soleil, elle marmonne encore et toujours.

Quelqu'un lui a adressé la parole. Trop occupée à chanter le même refrain, elle n'a pas compris un traître mot, mais elle stoppe sa litanie. Elle se met à penser, vite, trop vite.
Elle se dit que dans cet environnement, les hommes deviennent des bêtes. Et que cet environnement, elle ne le supportera pas. Elle ne sait pas ce dont elle est capable. Elle ignore jusqu'où elle ira pour s'extirper de ses cauchemars. Elle a peur d'elle-même. Et face à cette peur, elle se ferme. Les mensonges fleurissent comme de mauvais plants dans son imagination. Subitement, le soleil brille plus fort sur une herbe plus verte. Elle se convainc que ce monde n'est pas aussi laid qu'il le paraît, enfermé par ces murs gigantesques. Ses yeux cherchent la moindre source de beauté dans le paysage, une fleur, un insecte, n'importe quelle preuve. Mais quand elle pose ses yeux sur les visages marqués des Blocards, elle perd peu à peu l'espoir qui lui restait. Ses émotions changent sans cesse, comme si son cerveau tergiversait entre le chagrin et la résignation.
Alors elle les stoppe, ces émotions parasites. C'était comme arracher les fils qui alimentaient l'hémisphère droit de son cerveau. Elle avait cessé de s'en faire, cessé d'avoir peur. Cessé de ressentir, pour un moment, plus ou moins long.
Son regard balaye avec neutralité ce qu'elle peut voir de l'endroit où elle se trouve. Si elle avait des questions, elle se foutait royalement des réponses. Elle saisit la boîte et la posa sur le sol avant de se hisser. Une fois les pieds sur terre, elle se sentait déjà mieux. Machinalement, elle tira sur son t-shirt et passa une main dans ses cheveux. Sa curiosité l'emmena à part et elle tourna deux fois sur elle-même afin d'observer l'étrange nature qui l'entoure. Une nature presque intacte. Si les hommes vivant ici avaient déjà changé les lieux, ils ne l'avaient pas fait dans le but d'en tirer du profit, mais pour survivre. C'était presque émouvant, si les murs qui l'entouraient ne lui apparaissaient pas si mauvais. Ils dégageaient quelque chose d'inquiétant, ainsi couverts de lierre. Le lierre est capable de camoufler un tas d'ignobles choses, et Sam n'avait pas l'impression que sa nouvelle maison allait lui plaire.
Par dessus tout, l'ultime question. Sam fait volte-face, abrège sa découverte visuelle et s'adresse à la première personne qui croise ses yeux enflammés. Ses émotions reviennent, et la première est toujours la colère.
« C'est quoi ce bordel ? »
Posture affirmée, bras croisés, comme un flic savant pertinemment que le criminel n'aura jamais le dernier mot. Dans son attitude, elle les défie. Essayez toujours.

Code by North ~


Dernière édition par Sam Rothschild le Jeu 16 Avr - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



MessageLun 23 Mar - 20:49




Welcome home, bitchies *kiss*




Celle-là, elle est à moi. J'me la fais. A peine on avait entendu la boite que certains d'entre nous c'était allé pour sortir les provisions. Certains même plus vite que d'autres. D'un regard extérieur, je regardais les gens s'affairer. C'était pas mon idée d'aller aider les autres au départ, enfin, j'aimais pas trop tout ça et puis certains était ravis d'accueillir les gens, pas moi. J'aimais pas les gens, c'était plus fort que moi. J'étais pas la pour faire cosette, mais pour les voir en vie tout les jours, peut importe qu'on ne m'aime pas, je suis pas là pour faire beau mais pour me faire respecter. Je regardais donc d'un oeil presque bienveillant les nouveaux, jusqu'à les voir reculer et une boule de furie blonde, presque s'enervée toute seule. Ahah, j'en ris intérieurement. C'était le moment de m'en mêler. Je me déplace plus lentement que les autres, mais j'étais celle là qui allait s'adresser la première à madame l'impatiente excitée. Je pousse légèrement mes camarades et adopte la même posture qu'elle, me plaçait devant elle et tapant de mon pied valide. « Calme toi Blondie, t'es plus dans ton chateau, donc descends d'un décibel, veux-tu? » Je la regarde de haut en bas. « Je suis Katerina. Je suppose que tu as un nom? Ou tu ne t'en souviens pas? » Pas la peine de tourner autour du pot avec moi. J'étais franche, parfois trop, mais c'était mon caractère et cela n'allait pas changer de si tôt. De toute façon, pour qui je changerais, mh? Je décide quand même de détendre l’atmosphère et de décroiser les bras. J'irais pas jusqu'à sourire, mais bon. « Que quelqu'un s'occupe d'elle, si c'est moi, ça risque de mal finir. » Je me mets ensuite à rire, histoire de faire mieux passer mon sale caractère. Je sais que certains ne l'appréciait pas. Et pour cause, j'étais tout le temps comme ça.

Je savais déjà que ça ne collerait pas avec elle. J'aimais pas son caractère, il ressemblait trop au mien et deux casses pieds, ça s'entends pas ensemble, c'est connu. Je me reculais alors, laissant quelqu'un s'occuper d'elle, sinon j'allais casser des jambes. Pourquoi j'étais venue déjà ? Ah oui, ma curiosité me perdra parfois, c'est fou.
© Halloween

Revenir en haut Aller en bas




Membre
Ragnard Ekström


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 23
Messages : 690
Points : 574
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




Naufragée | Libre Empty
MessageLun 23 Mar - 22:00


Encore un nouveau, un autre dont le numéro est sortie et qui a gagné son ticket pour l’enfer, pour le royaume du désespoir, de la mort et de l’ennuie. Ou tout est faux, ou tout est éphémère, ou tout le monde est condamné à rester jusqu’à ce que la grande autorité qui nous a mis ici décide de nous laisser sortir, mais de nous-même, il est sûr qu’on ne pourra rien faire. Alors le plus dur ça va être de lui faire comprendre à cette nouvelle qu’on ne peut rien pour elle, qu’elle va être livrée à elle-même qu’importe le nombre de personne qui seront devenu ses amis, personne ne pourra l’aider vraiment, personne ne pourra soigner son esprit qui deviendra malade au fil des jours par la vue de ces murs nous entourant et nous donnant l’impression qu’ils se rapprochent, cette oppression continuelle qui tue presque autant que le labyrinthe lui-même. Il ne sait pas encore ce qui lui est arrivé, ce qui lui arrive, et ce qui va lui arriver, c’est surement ce moment-là le meilleur de tout le séjour au bloc, sauf qu’on s’en rend compte trop tard.

Ce sont les bruits de la cage qui m’ont attiré, alors que j’étais tranquillement allongé près du ruisseau à prendre le soleil, les bruits métalliques de la cage ont déchiré la tranquillité qui régnait ici-bas. Alors quitte à être dérangé par quelque chose, autant voir si ça en vaut la peine, et je n’ai pas été déçu. Déjà, c’était pas UN nouveau mais UNE nouvelle, comme si y’en avait pas déjà assez, à croire qu’ils veulent nous rendre fou ce qui s’occupent de nous transférer ici à nous envoyer que des gonzesses.. Par contre y’a pas à dire, le peu de bâtiments qu’on a est clean, ça pour faire du ménage y’a du monde, c’est pour les tâches plus compliqué qu’on a du mal, allez chercher un bâtisseur par exemple, bah je vous donne ma hache si vous en trouvez un, car y’en a pas, je vous le dis, y’a que des gon-zesse, et rarement des belles. En parlant de ça, j’aperçois Katerina qui est déjà en train d’assaisonner à sa sauce la petite nouvelle, j’entends de loin ce qui se dit, tout en me rapprochant et je constate que j’ai le même avis que la brune tatouée : La nouvelle commence déjà à me chauffer les oreilles. Avec sa posture de pimbêche qui attend sa manucure et se croit supérieur, je peux vous dire qu’il ne va pas falloir qu’elle fasse la maline très longtemps sinon elle va perdre des dents. Ainsi je me rapproche des deux greluches qui s’asticotent, me place à coté de Katerina et crache aux pieds de la nouvelle venue. « Ca va nous faire du bien un petit peu de viande fraîche. Alors je t’explique le truc, tu vois la porte qu’est grande ouverte là-bas ? Tu cours aussi vite que tu peux, tu suis les couloirs aussi loin que possible, tu attends qu’il fasse nuit et là tu auras gagné, d’accord ? Allé ça commence maintenant. Pffff, tocarde va. »

___________________________________


Naufragée | Libre Fal12
Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas



MessageJeu 16 Avr - 17:44

Image du RP

clique.


Brune, et tatouée. Un classique, ennuyant. Trop fougueuse pour être calmée, trop remontée et stupide pour tenir une conversation sans vouloir prendre le dessus sans cesse. Pour Sam, ce n'est pas la peine de lui accorder une once d'attention. Parce qu'elle parle trop fort, parce qu'elle a l'air chiante, en fait. Tout simplement. Et oui, si elle tentait de s'occuper d'elle, ça finirait mal. Mais pas uniquement pour Sam, et surtout pour elle. Ce n'était pas avec des cuisses de poulet et ses bras d'enfant qu'elle allait lui faire peur, loin de là.
Le grand problème de la jeune fille, c'était le gars là. Le couillon qui avait osé lui cracher aux pieds. Pour qui il se prenait, franchement ? C'était un animal, détestable. Et empestant la sueur, par dessus le marché. Cet environnement n'avait pas l'air vraiment accueillant, mais s'ils étaient sur pied, ça signifiait qu'ils avaient de l'eau, et une petite toilette de temps en temps pour celui là ne serait pas de trop.
« Ça va nous faire du bien un petit peu de viande fraîche. Alors je t’explique le truc, tu vois la porte qu’est grande ouverte là-bas ? Tu cours aussi vite que tu peux, tu suis les couloirs aussi loin que possible, tu attends qu’il fasse nuit et là tu auras gagné, d’accord ? Allé ça commence maintenant. Pffff, tocarde va. »
Tiens, c'était avec lui que ça finirait mal finalement. De quelle trempe étaient tous ces étrangers ? Abusivement idiote, comme celle des deux sang-chaud ? Subir les remarques acerbes d'une mal-baisée et d'un prétentieux n'avait pas intérêt à devenir son quotidien, ou elle s'en lasserait bien vite. Elles n'avaient qu'à batifoler ensemble, les deux bêtes de foire.
« Si c'est pour dire des conneries pareilles, tais-toi, l'inconnu. Va plutôt calmer ton allumeuse. Avec sa jambe dansante, elle a pas dû aller loin. »
Non, elle ne les haïssait pas, elle n'avait pas la force pour ça. Elle voulait simplement qu'on lui fiche la paix, qu'on lui dise en quoi elle pouvait aider et qu'elle s'exécute sans chercher la merde. Mais quand on l'insultait, quand on la prenait pour une idiote, elle ne supportait pas. Les deux ordres qu'elle avait donnés, elle l'avait fait machinalement, comme si elle l'avait toujours fait. Comme si c'était dans sa nature, de commander.
Seulement le soleil commençait à lui frapper sur le crâne. Au fond d'elle, elle voudrait un câlin, que quelqu'un lui chuchote que tout irait bien. Mais jamais elle ne montrera cette faiblesse-là, pas le premier jour. Elle décroise ses bras, mais ses muscles restent tendus, elle est anxieuse. L'allumeuse lui a demandé son nom, et le seul qu'elle a en tête, c'est Sam.
« Appelez-moi Sam, si vous voulez savoir. Quelqu'un pourrait m'expliquer ça ?»
Dans ce pronom, elle inclua tout l'espace qui les entourait de ses bras. Celui qui devenait dès maintenant sa nouvelle maison. Elle espérait simplement n'avoir abandonné personne de l'autre côté de ces murs.
Si seulement..
Code by North ~
Revenir en haut Aller en bas




Admin
Isaac Welligton


Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 22
Messages : 984
Points : 117
Localisation : Quelque part caché dans les ténèbres du labyrinthe...
Emploi : Maton des coureurs



Carnet des Souvenirs
Âge : 19 ans
Relations:
Inventaire:




Naufragée | Libre Empty
MessageVen 17 Avr - 23:04

LOok around you. They are all liars here.

   


Aujourd'hui c'était encore un nouveau grand jour. Mon septième. Tous les mois, au même nombre de nuits et de jours, le même phénomène se produisait au bloc. La remontée des boites pour nous apporter un nouveau ou une nouvelle arrivante. Le tintement de cette caisse de fer nous avait encore tiré de nos activités respectives. Comme d'habitude, tous curieux, nous accourions aussitôt afin de voir la nouvelle tête. Évidemment je me rendais à chaque fois compte que les gens pouvaient être de vrais idiots avec les autres. Ça allait encore être vrai pour cette fois-ci. Pourquoi changer les bonnes vieilles habitudes hein ? Non, c'était bien trop compliqué voyez-vous ! Difficile d'être gentil pour une fois ! Je fus dans les premiers arrivés. Je croisai les bras tout en regardant les autres blocards du coin de l’œil,  en attendant que la boite se hisse vers nous. BAM. Nous n'avions pas eu longtemps à patienter. En quelques minutes elle s'était enfin stoppée. Ce vacarme qu'elle produisait à chaque fois était devenu bien familier, mais toujours aussi angoissant. Nous nous attendions toujours à une nouveauté, un indice, n'importe quoi qui nous permettrait de garder espoir mais.. non. Ce fut une tête blonde et furieuse qui en émergea.

- C'est quoi ce bordel ?


Belles premières paroles, pensais-je. Toutes identiques presque. Et puis le cirque recommençait. Des blocards qui se croyaient très puissant au-dessus de tout le monde se mettait à imposer leur petite loi directement. Même pas de bienvenue rien. Avaient-ils oublié qu'ils étaient passé eux aussi par là ? À ma plus grande surprise ce fut Ragnard qui m'énerva le plus. Non, pas ma plus grande surprise non, je blaguais. Celui-là n'en loupait jamais une de toute manière pour être désagréable. Aux côtés d'une autre fille, Katerina il me semblait, ces deux-là semblaient former la paire parfaite de la stupidité. Tant de mauvaises paroles pour une mauvaise situation. La pauvre fille venait d'atterrir dans cet endroit maudit et n'avait le droit à une explication. Exactement comme à mon arrivée à moi. Je détestais que l'on me prenne de haut, que l'on ne me dise rien et que l'on me traite comme n'importe quoi. Ce moment-là était sans doute l'un des plus délicats dans notre existence ici et le rendre encore plus difficile était inutile. D'un pas furieux je m'avançais déjà vers eux en prenant bien le soin de les bousculer et je m'avançais vers la nouvelle. Sam qu'elle avait dit. Avec un sourire charmeur je lui tendis ma main pour la saluer.

- Bienvenue ici Sam. Moi c'est Isaac. Ne fais pas attention à eux, accueillir n'est pas vraiment marqué dans leurs gènes.

Elle avait de longs cheveux blonds qui lui descendaient en cascade sur les épaules et elle était plus que perdue. Désorientée. Qui ne l'était pas en même temps ? Cela faisait sept mois que j'étais arrivé, j'avais donc participé à six autres accueils et tous s'étaient produits de la même manière. Il était temps de mettre un terme à cela.

- Personne ici ne sait pourquoi nous sommes là, mais nous avons appris à vivre tous ensemble, continuais-je.

Je n'osai pas poursuivre plus loin de peur d'en dire trop. J'avais déjà défié les ''règles'' en étant gentil, mais il ne fallait pas révéler tout d'un coup aux nouveaux. On ne pouvait jamais vraiment savoir comment ils pouvaient réagir, mais une chose était sûre c'était que l'ignorance était la plus horrible des choses qui pouvait nous arriver. Tous nous vivions avec elle 24h/24. Les autres prenaient un malin plaisir à montrer leur pouvoir auprès des nouveaux pour faire genre '' oui moi je sais plus de choses que toi''. Consolation. Cela les rassurait de voir qu'il y avait plus ignorants qu'eux et ils possédaient donc une raison pour être désagréable avec eux. Balivernes va ! Je me passai la main dans les cheveux et me redressai et continuai de sourire. Je tournai la tête. J'étais bien le seul apparemment. Cette demoiselle même énervée avait l'air charmante.

- Il va falloir que tu écoutes et que tu te la ferme, du moins pour les premiers jours. Watch and learn darling ! Si ta des questions pose les à des personnes un peu plus serviable que ce que tu viens de voir !

Il fallait toujours que j'en rajoute quand Ragnard était dans le coin. Ce mec m’insupportais et le fait de savoir que je l'énervais aussi m'incitait encore plus à faire tout le contraire de ce que lui faisait. J'y prenais un grand plaisir. Je continuai de regarder la jeune fille impatient de voir comment elle allait réagir à toute cette nouvelle situation. Elle n'avait pas l'air du genre à ce laisser faire et c'était tant mieux pour elle ! Cette qualité ici valait de l'or.

   


   
©Morphine

   

___________________________________
Naufragée | Libre Gjnz


Naufragée | Libre Isaac11

                   "J'espère ce qui m'est interdit."

 
Revenir en haut Aller en bas
https://thewritinglover.wixsite.com/monsite




Membre
Ragnard Ekström


Date d'inscription : 11/02/2015
Age : 23
Messages : 690
Points : 574
Localisation : Dans le petit bois



Carnet des Souvenirs
Âge : 19
Relations:
Inventaire:




Naufragée | Libre Empty
MessageJeu 30 Avr - 0:36

La blondasse était pas contente et voilà que venait se joindre a la fête son équivalent masculin.. Enfin, masculin c’est vite dit, car on sait pas trop ce qu’il est ce Isaac, ou ce qu’elle est, au vu de ce qui se raconte sur lui et un autre blocard nommé Alaska.. En tout cas, ces deux petites folles allaient s’amuser toutes les deux j’ai l’impression. Mais pourquoi il venait se joindre a la fête d’ailleurs ? Il avait pas autre chose a faire ? Se regarder dans le miroir par exemple, il devait passer le plus clair de son temps a faire ça, mais là, il s’est dit « Et si je venais casser la tradition » car oui, l’accueil non-chaleureux est une tradition par ici, parce que si les nouveaux arrivants se font chouchouter, ils n’arriveront pas a se faire a cet environnement dur qu’est le labyrinthe, ou plus particulièrement a la vie enfermée au bloc car c’est ce qui l’attend au vu de son physique maigrichon, a sa maladresse apparente, et a l’énorme courant d’air qu’on entend passer entre ses deux oreilles. Une autre femme, inutile, encombrante, bonne qu’a se faire remarquer comme toutes les autres, et révoltée en plus de tout ça. Qu’on construise un parc pour enfant et qu’on l’y enferme, on lui donnera des jouets et elle s’amusera. Elle n’est pas prête pour vivre ici, elle ne s’y habituera jamais. Sentence : Condamnée.

Je lève les yeux au ciel lors du speech de l’autre blaireau de Britannique.. INTERMINABLE ET INUTILE PUTAIN ! Non mais sérieux, qui s’en fou ? J’imagine une foule de 2000 personnes lever la main, car au fond, tout ce qu’il a dit ne servira a rien. C’est pourquoi je me contente de regarder dans le vague en essayant de ne pas me jeter sur lui pour lui en coller une, a ajouter des « darling » par-ci, des « J’suis le meilleur » par là. Mais la suite est inévitable, elle finira dans son lit comme les autres, et même plus rapidement qu’elle ne s’y attend, de toute façon ça m’étonnerais qu’elle soit contre vu sa tête d’allumeuse. Quoiqu’il se passe, elle finira a la casserole, Isaac le séducteur, Isaac le cultivateur de champignon qu’on l’appelle aussi ! Monsieur MST. Je me met a rigoler en pensant a ça « En tout cas, je sens qu’on va beaucoup s’amuser avec toi ici, et je sens qu’Isaac va prendre soins de toi, comme il le fait avec chacune des nouvelles, je fais un clin d’œil a chacun, par contre, je crois qu’il est l’heure d’aller manger avec l’odeur de thon qui se dégage.. A moins que ce soit toi ? Sam ? Dans tous les cas, la place de la morue est dans la cuisine, alors vas faire un tour là-bas, t’aura effectivement un meilleur accueil qu’ici, et tu auras trouvé ta place. » Je m’éloigne ainsi tranquillement de cette mascarade qu’est la nouvelle venue, elle ne tiendra pas 5 jours ici, elle ira tenter sa chance dans le labyrinthe une nuit, ou se pendra dans le dortoir comme l’ont déjà fait un bon nombre. Une fois a l’orée du bois je lui lance « AH ! Et c’était surement la dernière fois qu’on se parlait, tu tiendras pas la semaine, alors, adieu, et nourris bien les griffeurs. »

___________________________________


Naufragée | Libre Fal12
Askip j'ai eu un Oscar:
 
Revenir en haut Aller en bas



MessageMar 5 Mai - 16:58




Autumn Wild
 « The Hope ? »

Isaac et moi nous nous étions disputés il y a peu, alors je l'évitais soigneusement. J'étais endormie quand un brou ha me réveilla soudainement. Je me relevai et regardai autour de moi. Une fille vient me dire que la boîte était remontée avec une fille dedans. J'étais surprise, encore une fille ! Je me douchai rapidement à l'abri des regards indiscrets et m'habillai avec un chemisier bleu et un pauvre pantalon marron. J'arrivai sur le lieu rapidement mais la foule s'était dissipée, il restait Isaac et Ragnard. J'observais autour de moi, la prairie était verte et magnifique, les sarcleurs s'occupaient du jardin et les coureurs entraient dans le labyrinthe.
- Il va falloir que tu écoutes et que tu te la ferme, du moins pour les premiers jours. Watch and learn darling ! Si t'a des questions pose les à des personnes un peu plus serviable que ce que tu viens de voir ! dit Isaac.
Je les observais. J'aimais beaucoup quand Isaac parlait Anglais, c'était charmant mais quand c'est à une autre fille que moi, je ne supporte pas ça. J'étais assez énervée donc je n'entendis pas ce que Ragnard avait dit mais je le vis juste partir.
La " nouvelle " était une blonde avec des yeux si beaux qu'ils étaient indescriptibles.
Ses cheveux tombaient en cascade sur ses épaules.
Isaac regardait impatiemment la jeune fille blonde, ce qui eut le don de m'énerver.
Je toisai Isaac. Il savait très bien que je n'étais pas patiente et vu qu'il la regardait comme ça, j'allais m'enflammer. Mes veines gonflaient, heureusement j'étais environ à une dizaine de mètres des jeunes gens. Je m'approchais doucement et m'assis près de la jeune fille.
Bien sûr, je crois qu'elle avait dit son prénom mais je n'avais pas écouté.
- Enchantée, la bleue. Je suis Autumn, dis-je.
Je m'approchais de son oreille et murmurais :
- Ne le touches pas, il est à moi.





Revenir en haut Aller en bas



Message

Revenir en haut Aller en bas


Naufragée | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (F/LIBRE) FREYA MAVOR
» Libre Service
» Libre-service : la boîte à RP
» Hentaï
» Lolinapping [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Maze Runner RPG :: Rp's-